<!--{{{-->
<link rel='alternate' type='application/rss+xml' title='RSS' href='index.xml'/>
<!--}}}-->
Background: #fff
Foreground: #000
PrimaryPale: #8cf
PrimaryLight: #18f
PrimaryMid: #04b
PrimaryDark: #014
SecondaryPale: #ffc
SecondaryLight: #fe8
SecondaryMid: #db4
SecondaryDark: #841
TertiaryPale: #eee
TertiaryLight: #ccc
TertiaryMid: #999
TertiaryDark: #666
Error: #f88
/*{{{*/
body {background:[[ColorPalette::Background]]; color:[[ColorPalette::Foreground]];}

a {color:[[ColorPalette::PrimaryMid]];}
a:hover {background-color:[[ColorPalette::PrimaryMid]]; color:[[ColorPalette::Background]];}
a img {border:0;}

h1,h2,h3,h4,h5,h6 {color:[[ColorPalette::SecondaryDark]]; background:transparent;}
h1 {border-bottom:2px solid [[ColorPalette::TertiaryLight]];}
h2,h3 {border-bottom:1px solid [[ColorPalette::TertiaryLight]];}

.button {color:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; border:1px solid [[ColorPalette::Background]];}
.button:hover {color:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; background:[[ColorPalette::SecondaryLight]]; border-color:[[ColorPalette::SecondaryMid]];}
.button:active {color:[[ColorPalette::Background]]; background:[[ColorPalette::SecondaryMid]]; border:1px solid [[ColorPalette::SecondaryDark]];}

.header {background:[[ColorPalette::PrimaryMid]];}
.headerShadow {color:[[ColorPalette::Foreground]];}
.headerShadow a {font-weight:normal; color:[[ColorPalette::Foreground]];}
.headerForeground {color:[[ColorPalette::Background]];}
.headerForeground a {font-weight:normal; color:[[ColorPalette::PrimaryPale]];}

.tabSelected{color:[[ColorPalette::PrimaryDark]];
 background:[[ColorPalette::TertiaryPale]];
 border-left:1px solid [[ColorPalette::TertiaryLight]];
 border-top:1px solid [[ColorPalette::TertiaryLight]];
 border-right:1px solid [[ColorPalette::TertiaryLight]];
}
.tabUnselected {color:[[ColorPalette::Background]]; background:[[ColorPalette::TertiaryMid]];}
.tabContents {color:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; background:[[ColorPalette::TertiaryPale]]; border:1px solid [[ColorPalette::TertiaryLight]];}
.tabContents .button {border:0;}

#sidebar {}
#sidebarOptions input {border:1px solid [[ColorPalette::PrimaryMid]];}
#sidebarOptions .sliderPanel {background:[[ColorPalette::PrimaryPale]];}
#sidebarOptions .sliderPanel a {border:none;color:[[ColorPalette::PrimaryMid]];}
#sidebarOptions .sliderPanel a:hover {color:[[ColorPalette::Background]]; background:[[ColorPalette::PrimaryMid]];}
#sidebarOptions .sliderPanel a:active {color:[[ColorPalette::PrimaryMid]]; background:[[ColorPalette::Background]];}

.wizard {background:[[ColorPalette::PrimaryPale]]; border:1px solid [[ColorPalette::PrimaryMid]];}
.wizard h1 {color:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; border:none;}
.wizard h2 {color:[[ColorPalette::Foreground]]; border:none;}
.wizardStep {background:[[ColorPalette::Background]]; color:[[ColorPalette::Foreground]];
 border:1px solid [[ColorPalette::PrimaryMid]];}
.wizardStep.wizardStepDone {background:[[ColorPalette::TertiaryLight]];}
.wizardFooter {background:[[ColorPalette::PrimaryPale]];}
.wizardFooter .status {background:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; color:[[ColorPalette::Background]];}
.wizard .button {color:[[ColorPalette::Foreground]]; background:[[ColorPalette::SecondaryLight]]; border: 1px solid;
 border-color:[[ColorPalette::SecondaryPale]] [[ColorPalette::SecondaryDark]] [[ColorPalette::SecondaryDark]] [[ColorPalette::SecondaryPale]];}
.wizard .button:hover {color:[[ColorPalette::Foreground]]; background:[[ColorPalette::Background]];}
.wizard .button:active {color:[[ColorPalette::Background]]; background:[[ColorPalette::Foreground]]; border: 1px solid;
 border-color:[[ColorPalette::PrimaryDark]] [[ColorPalette::PrimaryPale]] [[ColorPalette::PrimaryPale]] [[ColorPalette::PrimaryDark]];}

#messageArea {border:1px solid [[ColorPalette::SecondaryMid]]; background:[[ColorPalette::SecondaryLight]]; color:[[ColorPalette::Foreground]];}
#messageArea .button {color:[[ColorPalette::PrimaryMid]]; background:[[ColorPalette::SecondaryPale]]; border:none;}

.popupTiddler {background:[[ColorPalette::TertiaryPale]]; border:2px solid [[ColorPalette::TertiaryMid]];}

.popup {background:[[ColorPalette::TertiaryPale]]; color:[[ColorPalette::TertiaryDark]]; border-left:1px solid [[ColorPalette::TertiaryMid]]; border-top:1px solid [[ColorPalette::TertiaryMid]]; border-right:2px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]]; border-bottom:2px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]];}
.popup hr {color:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; background:[[ColorPalette::PrimaryDark]]; border-bottom:1px;}
.popup li.disabled {color:[[ColorPalette::TertiaryMid]];}
.popup li a, .popup li a:visited {color:[[ColorPalette::Foreground]]; border: none;}
.popup li a:hover {background:[[ColorPalette::SecondaryLight]]; color:[[ColorPalette::Foreground]]; border: none;}
.popup li a:active {background:[[ColorPalette::SecondaryPale]]; color:[[ColorPalette::Foreground]]; border: none;}
.popupHighlight {background:[[ColorPalette::Background]]; color:[[ColorPalette::Foreground]];}
.listBreak div {border-bottom:1px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]];}

.tiddler .defaultCommand {font-weight:bold;}

.shadow .title {color:[[ColorPalette::TertiaryDark]];}

.title {color:[[ColorPalette::SecondaryDark]];}
.subtitle {color:[[ColorPalette::TertiaryDark]];}

.toolbar {color:[[ColorPalette::PrimaryMid]];}
.toolbar a {color:[[ColorPalette::TertiaryLight]];}
.selected .toolbar a {color:[[ColorPalette::TertiaryMid]];}
.selected .toolbar a:hover {color:[[ColorPalette::Foreground]];}

.tagging, .tagged {border:1px solid [[ColorPalette::TertiaryPale]]; background-color:[[ColorPalette::TertiaryPale]];}
.selected .tagging, .selected .tagged {background-color:[[ColorPalette::TertiaryLight]]; border:1px solid [[ColorPalette::TertiaryMid]];}
.tagging .listTitle, .tagged .listTitle {color:[[ColorPalette::PrimaryDark]];}
.tagging .button, .tagged .button {border:none;}

.footer {color:[[ColorPalette::TertiaryLight]];}
.selected .footer {color:[[ColorPalette::TertiaryMid]];}

.sparkline {background:[[ColorPalette::PrimaryPale]]; border:0;}
.sparktick {background:[[ColorPalette::PrimaryDark]];}

.error, .errorButton {color:[[ColorPalette::Foreground]]; background:[[ColorPalette::Error]];}
.warning {color:[[ColorPalette::Foreground]]; background:[[ColorPalette::SecondaryPale]];}
.lowlight {background:[[ColorPalette::TertiaryLight]];}

.zoomer {background:none; color:[[ColorPalette::TertiaryMid]]; border:3px solid [[ColorPalette::TertiaryMid]];}

.imageLink, #displayArea .imageLink {background:transparent;}

.annotation {background:[[ColorPalette::SecondaryLight]]; color:[[ColorPalette::Foreground]]; border:2px solid [[ColorPalette::SecondaryMid]];}

.viewer .listTitle {list-style-type:none; margin-left:-2em;}
.viewer .button {border:1px solid [[ColorPalette::SecondaryMid]];}
.viewer blockquote {border-left:3px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]];}

.viewer table, table.twtable {border:2px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]];}
.viewer th, .viewer thead td, .twtable th, .twtable thead td {background:[[ColorPalette::SecondaryMid]]; border:1px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]]; color:[[ColorPalette::Background]];}
.viewer td, .viewer tr, .twtable td, .twtable tr {border:1px solid [[ColorPalette::TertiaryDark]];}

.viewer pre {border:1px solid [[ColorPalette::SecondaryLight]]; background:[[ColorPalette::SecondaryPale]];}
.viewer code {color:[[ColorPalette::SecondaryDark]];}
.viewer hr {border:0; border-top:dashed 1px [[ColorPalette::TertiaryDark]]; color:[[ColorPalette::TertiaryDark]];}

.highlight, .marked {background:[[ColorPalette::SecondaryLight]];}

.editor input {border:1px solid [[ColorPalette::PrimaryMid]];}
.editor textarea {border:1px solid [[ColorPalette::PrimaryMid]]; width:100%;}
.editorFooter {color:[[ColorPalette::TertiaryMid]];}

#backstageArea {background:[[ColorPalette::Foreground]]; color:[[ColorPalette::TertiaryMid]];}
#backstageArea a {background:[[ColorPalette::Foreground]]; color:[[ColorPalette::Background]]; border:none;}
#backstageArea a:hover {background:[[ColorPalette::SecondaryLight]]; color:[[ColorPalette::Foreground]]; }
#backstageArea a.backstageSelTab {background:[[ColorPalette::Background]]; color:[[ColorPalette::Foreground]];}
#backstageButton a {background:none; color:[[ColorPalette::Background]]; border:none;}
#backstageButton a:hover {background:[[ColorPalette::Foreground]]; color:[[ColorPalette::Background]]; border:none;}
#backstagePanel {background:[[ColorPalette::Background]]; border-color: [[ColorPalette::Background]] [[ColorPalette::TertiaryDark]] [[ColorPalette::TertiaryDark]] [[ColorPalette::TertiaryDark]];}
.backstagePanelFooter .button {border:none; color:[[ColorPalette::Background]];}
.backstagePanelFooter .button:hover {color:[[ColorPalette::Foreground]];}
#backstageCloak {background:[[ColorPalette::Foreground]]; opacity:0.6; filter:'alpha(opacity:60)';}
/*}}}*/
/*{{{*/
* html .tiddler {height:1%;}

body {font-size:.75em; font-family:arial,helvetica; margin:0; padding:0;}

h1,h2,h3,h4,h5,h6 {font-weight:bold; text-decoration:none;}
h1,h2,h3 {padding-bottom:1px; margin-top:1.2em;margin-bottom:0.3em;}
h4,h5,h6 {margin-top:1em;}
h1 {font-size:1.35em;}
h2 {font-size:1.25em;}
h3 {font-size:1.1em;}
h4 {font-size:1em;}
h5 {font-size:.9em;}

hr {height:1px;}

a {text-decoration:none;}

dt {font-weight:bold;}

ol {list-style-type:decimal;}
ol ol {list-style-type:lower-alpha;}
ol ol ol {list-style-type:lower-roman;}
ol ol ol ol {list-style-type:decimal;}
ol ol ol ol ol {list-style-type:lower-alpha;}
ol ol ol ol ol ol {list-style-type:lower-roman;}
ol ol ol ol ol ol ol {list-style-type:decimal;}

.txtOptionInput {width:11em;}

#contentWrapper .chkOptionInput {border:0;}

.externalLink {text-decoration:underline;}

.indent {margin-left:3em;}
.outdent {margin-left:3em; text-indent:-3em;}
code.escaped {white-space:nowrap;}

.tiddlyLinkExisting {font-weight:bold;}
.tiddlyLinkNonExisting {font-style:italic;}

/* the 'a' is required for IE, otherwise it renders the whole tiddler in bold */
a.tiddlyLinkNonExisting.shadow {font-weight:bold;}

#mainMenu .tiddlyLinkExisting,
 #mainMenu .tiddlyLinkNonExisting,
 #sidebarTabs .tiddlyLinkNonExisting {font-weight:normal; font-style:normal;}
#sidebarTabs .tiddlyLinkExisting {font-weight:bold; font-style:normal;}

.header {position:relative;}
.header a:hover {background:transparent;}
.headerShadow {position:relative; padding:4.5em 0em 1em 1em; left:-1px; top:-1px;}
.headerForeground {position:absolute; padding:4.5em 0em 1em 1em; left:0px; top:0px;}

.siteTitle {font-size:3em;}
.siteSubtitle {font-size:1.2em;}

#mainMenu {position:absolute; left:0; width:10em; text-align:right; line-height:1.6em; padding:1.5em 0.5em 0.5em 0.5em; font-size:1.1em;}

#sidebar {position:absolute; right:3px; width:16em; font-size:.9em;}
#sidebarOptions {padding-top:0.3em;}
#sidebarOptions a {margin:0em 0.2em; padding:0.2em 0.3em; display:block;}
#sidebarOptions input {margin:0.4em 0.5em;}
#sidebarOptions .sliderPanel {margin-left:1em; padding:0.5em; font-size:.85em;}
#sidebarOptions .sliderPanel a {font-weight:bold; display:inline; padding:0;}
#sidebarOptions .sliderPanel input {margin:0 0 .3em 0;}
#sidebarTabs .tabContents {width:15em; overflow:hidden;}

.wizard {padding:0.1em 1em 0em 2em;}
.wizard h1 {font-size:2em; font-weight:bold; background:none; padding:0em 0em 0em 0em; margin:0.4em 0em 0.2em 0em;}
.wizard h2 {font-size:1.2em; font-weight:bold; background:none; padding:0em 0em 0em 0em; margin:0.4em 0em 0.2em 0em;}
.wizardStep {padding:1em 1em 1em 1em;}
.wizard .button {margin:0.5em 0em 0em 0em; font-size:1.2em;}
.wizardFooter {padding:0.8em 0.4em 0.8em 0em;}
.wizardFooter .status {padding:0em 0.4em 0em 0.4em; margin-left:1em;}
.wizard .button {padding:0.1em 0.2em 0.1em 0.2em;}

#messageArea {position:fixed; top:2em; right:0em; margin:0.5em; padding:0.5em; z-index:2000; _position:absolute;}
.messageToolbar {display:block; text-align:right; padding:0.2em 0.2em 0.2em 0.2em;}
#messageArea a {text-decoration:underline;}

.tiddlerPopupButton {padding:0.2em 0.2em 0.2em 0.2em;}
.popupTiddler {position: absolute; z-index:300; padding:1em 1em 1em 1em; margin:0;}

.popup {position:absolute; z-index:300; font-size:.9em; padding:0; list-style:none; margin:0;}
.popup .popupMessage {padding:0.4em;}
.popup hr {display:block; height:1px; width:auto; padding:0; margin:0.2em 0em;}
.popup li.disabled {padding:0.4em;}
.popup li a {display:block; padding:0.4em; font-weight:normal; cursor:pointer;}
.listBreak {font-size:1px; line-height:1px;}
.listBreak div {margin:2px 0;}

.tabset {padding:1em 0em 0em 0.5em;}
.tab {margin:0em 0em 0em 0.25em; padding:2px;}
.tabContents {padding:0.5em;}
.tabContents ul, .tabContents ol {margin:0; padding:0;}
.txtMainTab .tabContents li {list-style:none;}
.tabContents li.listLink { margin-left:.75em;}

#contentWrapper {display:block;}
#splashScreen {display:none;}

#displayArea {margin:1em 17em 0em 14em;}

.toolbar {text-align:right; font-size:.9em;}

.tiddler {padding:1em 1em 0em 1em;}

.missing .viewer,.missing .title {font-style:italic;}

.title {font-size:1.6em; font-weight:bold;}

.missing .subtitle {display:none;}
.subtitle {font-size:1.1em;}

.tiddler .button {padding:0.2em 0.4em;}

.tagging {margin:0.5em 0.5em 0.5em 0; float:left; display:none;}
.isTag .tagging {display:block;}
.tagged {margin:0.5em; float:right;}
.tagging, .tagged {font-size:0.9em; padding:0.25em;}
.tagging ul, .tagged ul {list-style:none; margin:0.25em; padding:0;}
.tagClear {clear:both;}

.footer {font-size:.9em;}
.footer li {display:inline;}

.annotation {padding:0.5em; margin:0.5em;}

* html .viewer pre {width:99%; padding:0 0 1em 0;}
.viewer {line-height:1.4em; padding-top:0.5em;}
.viewer .button {margin:0em 0.25em; padding:0em 0.25em;}
.viewer blockquote {line-height:1.5em; padding-left:0.8em;margin-left:2.5em;}
.viewer ul, .viewer ol {margin-left:0.5em; padding-left:1.5em;}

.viewer table, table.twtable {border-collapse:collapse; margin:0.8em 1.0em;}
.viewer th, .viewer td, .viewer tr,.viewer caption,.twtable th, .twtable td, .twtable tr,.twtable caption {padding:3px;}
table.listView {font-size:0.85em; margin:0.8em 1.0em;}
table.listView th, table.listView td, table.listView tr {padding:0px 3px 0px 3px;}

.viewer pre {padding:0.5em; margin-left:0.5em; font-size:1.2em; line-height:1.4em; overflow:auto;}
.viewer code {font-size:1.2em; line-height:1.4em;}

.editor {font-size:1.1em;}
.editor input, .editor textarea {display:block; width:100%; font:inherit;}
.editorFooter {padding:0.25em 0em; font-size:.9em;}
.editorFooter .button {padding-top:0px; padding-bottom:0px;}

.fieldsetFix {border:0; padding:0; margin:1px 0px 1px 0px;}

.sparkline {line-height:1em;}
.sparktick {outline:0;}

.zoomer {font-size:1.1em; position:absolute; overflow:hidden;}
.zoomer div {padding:1em;}

* html #backstage {width:99%;}
* html #backstageArea {width:99%;}
#backstageArea {display:none; position:relative; overflow: hidden; z-index:150; padding:0.3em 0.5em 0.3em 0.5em;}
#backstageToolbar {position:relative;}
#backstageArea a {font-weight:bold; margin-left:0.5em; padding:0.3em 0.5em 0.3em 0.5em;}
#backstageButton {display:none; position:absolute; z-index:175; top:0em; right:0em;}
#backstageButton a {padding:0.1em 0.4em 0.1em 0.4em; margin:0.1em 0.1em 0.1em 0.1em;}
#backstage {position:relative; width:100%; z-index:50;}
#backstagePanel {display:none; z-index:100; position:absolute; margin:0em 3em 0em 3em; padding:1em 1em 1em 1em;}
.backstagePanelFooter {padding-top:0.2em; float:right;}
.backstagePanelFooter a {padding:0.2em 0.4em 0.2em 0.4em;}
#backstageCloak {display:none; z-index:20; position:absolute; width:100%; height:100px;}

.whenBackstage {display:none;}
.backstageVisible .whenBackstage {display:block;}
/*}}}*/
/***
StyleSheet for use when a translation requires any css style changes.
This StyleSheet can be used directly by languages such as Chinese, Japanese and Korean which need larger font sizes.
***/
/*{{{*/
body {font-size:0.8em;}
#sidebarOptions {font-size:1.05em;}
#sidebarOptions a {font-style:normal;}
#sidebarOptions .sliderPanel {font-size:0.95em;}
.subtitle {font-size:0.8em;}
.viewer table.listView {font-size:0.95em;}
/*}}}*/
/*{{{*/
@media print {
#mainMenu, #sidebar, #messageArea, .toolbar, #backstageButton, #backstageArea {display: none ! important;}
#displayArea {margin: 1em 1em 0em 1em;}
/* Fixes a feature in Firefox 1.5.0.2 where print preview displays the noscript content */
noscript {display:none;}
}
/*}}}*/
<!--{{{-->
<div class='header' macro='gradient vert [[ColorPalette::PrimaryLight]] [[ColorPalette::PrimaryMid]]'>
<div class='headerShadow'>
<span class='siteTitle' refresh='content' tiddler='SiteTitle'></span>&nbsp;
<span class='siteSubtitle' refresh='content' tiddler='SiteSubtitle'></span>
</div>
<div class='headerForeground'>
<span class='siteTitle' refresh='content' tiddler='SiteTitle'></span>&nbsp;
<span class='siteSubtitle' refresh='content' tiddler='SiteSubtitle'></span>
</div>
</div>
<div id='mainMenu' refresh='content' tiddler='MainMenu'></div>
<div id='sidebar'>
<div id='sidebarOptions' refresh='content' tiddler='SideBarOptions'></div>
<div id='sidebarTabs' refresh='content' force='true' tiddler='SideBarTabs'></div>
</div>
<div id='displayArea'>
<div id='messageArea'></div>
<div id='tiddlerDisplay'></div>
</div>
<!--}}}-->
<!--{{{-->
<div class='toolbar' macro='toolbar closeTiddler closeOthers +editTiddler > fields syncing permalink references jump'></div>
<div class='title' macro='view title'></div>
<div class='subtitle'><span macro='view modifier link'></span>, <span macro='view modified date'></span> (<span macro='message views.wikified.createdPrompt'></span> <span macro='view created date'></span>)</div>
<div class='tagging' macro='tagging'></div>
<div class='tagged' macro='tags'></div>
<div class='viewer' macro='view text wikified'></div>
<div class='tagClear'></div>
<!--}}}-->
<!--{{{-->
<div class='toolbar' macro='toolbar +saveTiddler -cancelTiddler deleteTiddler'></div>
<div class='title' macro='view title'></div>
<div class='editor' macro='edit title'></div>
<div macro='annotations'></div>
<div class='editor' macro='edit text'></div>
<div class='editor' macro='edit tags'></div><div class='editorFooter'><span macro='message views.editor.tagPrompt'></span><span macro='tagChooser'></span></div>
<!--}}}-->
To get started with this blank TiddlyWiki, you'll need to modify the following tiddlers:
* SiteTitle & SiteSubtitle: The title and subtitle of the site, as shown above (after saving, they will also appear in the browser title bar)
* MainMenu: The menu (usually on the left)
* DefaultTiddlers: Contains the names of the tiddlers that you want to appear when the TiddlyWiki is opened
You'll also need to enter your username for signing your edits: <<option txtUserName>>
Les options de configuration de ce carnet TiddlyWiki sont sauvegardées dans des cookies de votre navigateur.

Nom d'utilisateur avec lequel seront signés vos ajouts ou vos modifications dans les éléments (par exemple Jeremy_Ruston).

<<option txtUserName>>
<<option chkSaveBackups>> Backup de chaque version
<<option chkAutoSave>> Backup à chaque modification
<<option chkRegExpSearch>> Expression régulières dans les recherches
<<option chkCaseSensitiveSearch>> Respecter la casse dans les recherches
<<option chkAnimate>> Animations à l'ouverture des éléments

----
Voir aussi [[Options Avancées|AdvancedOptions]]
<<importTiddlers>>
Epigrammes trouvées à la page: http://oxymore.net/forum/viewtopic.php?p=22477

<<slideShow>>
-s-
Souvent les artistes, de belles et jeunes personnes furent la cible d’épigrammes perfides qui s’en prirent à leur absence de grâce sur scène, ou leur manque d’esprit. Les mauvaises langues, et aussi des amoureux éconduits, y sont allés de leurs plus belles tirades, tel ce quatrain signé d’une main anonyme :

>Quand elle danse avec le pas lourd des chameaux,
>On pense que parler ferait mieux son affaire.
>Hélas ! À peine a-t-elle dit trois mots :
>C’est la danseuse qu’on préfère ! 
-s-
Edmond Rostand, après avoir obtenu des triomphes avec son "Cyrano de Bergerac" et "l'Aiglon", fit attendre longtemps sa pièce suivante "Chanteclerc" dont il avait situé l'action dans une basse-cour. Les comédiens déguisés furent trouvés peu convaincants, et pour tout dire, ennuyeux. Ce fut un échec éclatant... que résume fort bien l'épigramme suivant :

>Nous sommes fort admirateurs,
>Chanteclerc, de ta voix sonore :
>Elle fait s'éveiller l'aurore
>Et s'endormir les spectateurs.
-s-
Les vieilles coquettes constituent un inépuisable sujet d'épigrammes. En voici deux, adressées, l'une à une "édentée", l'autre à une "boutonneuse" :

>Chloé, vieille sempiternelle
>Me garde, dit-on, une dent ;
>Ce trait est beau, mais imprudent
>Elle n'en aura plus pour elle.

Pierre CAPELLE
-s-

>À Flore, elle a fait un larcin
>C'est le printemps miniature
>Elle a des roses sur la main
>Et des boutons sur la figure !

Alfred de MUSSET
-s-
Sous le second Empire, l'opposition républicaine déchânait ses traits. Le jour du mariage de Napoléon III avec Eugénie de Montijo (1853), cette épigramme anonyme amusa le tout Paris :

>Montijo, plus belle que sage
>De l'Empereur comble les voeux.
>Ce soir, s'il trouve un pucelage
>C'est que la belle en avait deux !

-s-
Et Victor HUGO s'était écrié : "L'aigle épouse une cocotte" ce qui était moins drôle. D'ailleurs Victor HUGO qui avait trop de génie pour posséder la grâce que requiert l'épigramme, écrivit ce quatrain suivant au sujet de Mlle GEORGES, la comédienne aux formes rebondies :

>Par la superbe Georges
>L'éléphant fut vaincu
>On croyait voir sa gorge
>Ce n'était que son cul.
-s-
Une épigramme de Clément MAROT envers un confrère poète, sans doute peu doué.

>Sans fin, pauvre sot, tu m'amuses
>À vouloir complaire aux neuf Muses ;
>Mais, tu es si lourd et si neuf
>Que tu en fâches plus de neuf.
[71] LES TROIS BOEUFS ET LE LION Trois boeufs paissaient toujours ensemble. Un lion voulait les dévorer ; mais leur union l'en empêchait. Alors il les brouilla par des discours perfides et les sépara les uns des autres ; dès lors, les trouvant isolés, il les dévora l'un après l'autre. Si tu désires vraiment vivre en sûreté, défie-toi de tes ennemis, mais aie confiance en tes amis, et conserve-les.
*[[exo partpassés]]
*nettoyer les sauv sur le site
* compléter les homophones
*modifier le tag "théätre"
*Reprendre le début de la notice de [[Romans intemporels]]
http://www.etab.ac-caen.fr/albert-camus/ortho/seq2/tps7.htm
http://www.romanistik.uni-mainz.de/franz/test/welcome.html
Fifteen Craft Exercises for 


Writing exercises are a great way to both increase your skill as a writer and to generate new ideas for future work. They can also give you a new perspective on your current project. One of the great benefits of private writing exercises is that you can free yourself of fear and perfectionism. To grow as a writer, it is important to sometimes write without the expectation of publication. Don’t be afraid to be imperfect. That is what practice is for. What you write for any of these exercises may not be your best work, but it is practice for when you will need to write your best work.

    * Pick ten people you know and write a one-sentence description for each of them.
    * Record five minutes of a talk radio show. Write down the dialogue and add narrative descriptions of the speakers and actions as if you were writing a scene.
    * Write a 500-word biography of your life.
    * Write your obituary. List all of your life’s accomplishments. You can write it as if you died today or fifty or more years in the future.
    * Write a 300-word description of your bedroom.
    * Write a fictional interview with yourself, an acquaintance, a famous figure or a fictional character. Do it in the style of an appropriate (or inappropriate) magazine or publication such as Time, People, Rolling Stone, Cosmopolitan, Seventeen or Maxim.
    * Pick up a newspaper or supermarket tabloid. Scan the articles until you find one that interests you and use it as the basis for a scene or story.
    * Keep a diary of a fictional character.
    * Take a passage from a book, a favorite or a least favorite, and rewrite the passage in a different style such as noir, gothic romance, pulp fiction or horror story.
    * Pick an author, one you like though not necessarily your favorite, and make a list of what you like about the way they write. Do this from memory first, without rereading their work. After you’ve made your list, reread some of their work and see if you missed anything or if your answers change. Analyze what elements of their writing style you can add to your own, and what elements you should not or cannot add. Remember that your writing style is your own, and that you should only try to think of ways to add to your own style. Never try to mimic someone else for more than an exercise or two.
    * Take a piece of your writing that you have written in first person and rewrite it in third person, or vice-versa. You can also try this exercise changing tense, narrators, or other stylistic elements. Don’t do this with an entire book. Stick to shorter works. Once you commit to a style for a book, never look back or you will spend all of your time rewriting instead of writing.
    * Try to identify your earliest childhood memory. Write down everything you can remember about it. Rewrite it as a scene. You may choose to do this from your current perspective or from the perspective you had at that age.
    * Remember an old argument you had with another person. Write about the argument from the point of view of the other person. Remember that the idea is to see the argument from their perspective, no your own. This is an exercise in voice, not in proving yourself right or wrong.
    * Write a 200-word description of a place. You can use any and all sensory descriptions but sight: you can describe what it feels like, sounds like, smells like and even tastes like. Try to write the description in such a way that people will not miss the visual details.
    * Sit in a restaurant or a crowded area and write down the snippets of conversation you hear. Listen to the people around you — how they talk and what words they use. Once you have done this, you can practice finishing their conversations. Write your version of what comes next in the conversation. Match their style.

 
Je tente le wiki , qui est dit "intuitif". Cela m'aidera bien parce que je ne le suis pas du tout.
Cette tenue sera toujours un entrainement.

+++(cookiename)rococo}====
+++^[postscriptum...|click for information]
 put some general information here, plus a floating slider with more specific info:
 +++^[quelques détails supplémentaires...|click for details]
 put some detail here, which could include a rollover with a +++^*[glossary definition]explaining technical terms===
 ===
===
# Quelles classes Grégoire a-t-il redoublées ?
# Comment a-t-il réagi après sa première matinée d'école lorsqu'il est rentré en maternelle ?
# Pourquoi a-t-il aimé la classe de Grande Section
# Comment se prénommait son institutrice en GS ?
# Quel est le nom de famille de Grégoire ?
# Quel membre de la famille compte beaucoup pour Grégoire ? Pourquoi ?
# Comment réagit son grand-père quand il apprend que Grégoire redouble sa Sixième ?
# Son grand-père aimait-il l'école ou non ?
# Pour qui Grégoire travaille-t-il ?
# Où cache-t-il l'argent gagné ?
# Dans quelle école veut-il aller ?
# Qu'arrive-t-il au grand-père ?
# Grégoire n'est pas bon en sport. Pourtant, en pensant à son grand-père, il accomplit un "exploit". Lequel ?
# Avez-vous aimé ce livre ou non ? Pour quelles raisons ?
J'aperçus un homme à lunettes qui semblait fou de rage.. Il trouva un nom perdu dans la rue. Je tuerai quelqu'un à grands coups de couteau avant de le prendre en photos.... Je cacherai son squelette dans la forêt. Le Poulet et la Patate, en tout cas, se sont mariés, avant de se faire manger. Ils ont pris la route et ses sont faits écraser par un train de nuit. Dans ces toilettes sans lumière, elle a du faire à côté.. Au coin de la rue elle vit la guerre.. C'est moi qui ai vomi ma gastro sur l'ordinateur. J'avais la tête en miette d'ombre.
Séance 1: Se poser les premières questions pour écrire une nouvelle policière.
Séance 2: Affiner le meurtre
Séance 3: [[Incipit du Chien Jaune de Simenon]]: observation de l'atmosphère et des reprises nominales
Séance 4: Ecrire le début de son texte en posant l'atmosphère
!S1:Le vocabulaire de la nuit

A quels signes perçoit-on la tombée de la nuit?

|!Mots de la même famille|!Synonymes|!Paronymes(qui sonnent très proche)|!Connotation de « nuit »: ce à quoi elle fait penser.|
|Noct-ambule, noctule, noctuelle, nocturne (#diurne)|Noir, noirâtre, noiraud,sombre, obscur, crépusculaire, foncé, fuligineux (comme le charbon),opaque, profond|Nuire (nuisible), lui, luire, nu, |Ténèbres, peur,froid, frisson, mort, sommeil|
|Nuit-amment, nuitée|Obscurité, ténèbres, ombres, crépuscule, opacité|||
|Nyct-alope (qui peut voir la nuit), nyctaginacés, nycthémère(jour+nuit)|||

!S3: Utiliser ses connaissances pour remettre un poème « en forme »

Dans le poème L'heure du berger de Verlaine, les sons « r » et « l » reviennent très fréquemment: cela s'appelle allitération  (« //Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes// » Racine). 
Une allitération a pour but: soit de __créer une atmosphère__, soit de __mettre des mots en relation__, par dessus le sens et la grammaire

''Exercice''
Retrouvez la forme originale du poème:L'albatros


!SEANCE 4: Un poème en vers libres(Secret P.Reverdy)

Un poème en vers libres ne respecte pas les règles habituelles de la poésie:c-à-d pas de rimes, pas de strophes, pas de longueur régulière, pas de ponctuation, les vers ne sont pas alignés.

Ce désordre est volontaire: tout est flou, rien n'est droit. Dans la nuit, plus de formes. Le poème montre un « paysage » vide, immobile, ou mort. Sauf pour...les amoureux qui sont les seuls à se mouvoir.


!Séance 5: Ponctuer ? Pour quelle phrase ?

La ponctuation est une partie de l'orthographe: elles servent à éclaicir le sens du texte pour le lecteur. Ce sont des codes de lisibilité.
Les Romains écrivaient sans ponctuation: cela n'est pas un problème, car à l'époque on lit qu'à voix haute.

+++[Une même phrase ponctuée differemment]
Les oiseaux morts .
Les oiseaux morts !
Les oiseaux morts?
Les oiseaux ...morts.
Les oiseaux ,morts .
===

Chaque ponctuation a un sens particulier qui restitue l'intonation.
NB: Une phrase c'est un énoncé complet
         ex: « Chut ! »  « Oh, un avion ! » « Je ne crois plus au père Noêl. »

Attention il existe: ''phrase verbale'' et ''phrase nominale''.
Une phrase verbale a pour centre un verbe, alors qu'une phrase nominale a pour centre un nom.
Ex : //Longtemps, je me suis couché de bonne heure//. Verbale
       //Attention, voilà un chien//. Nominale
       //Oh, la belle bulle que je vois //. Nominale

!S6: Voici que décline la lune...

Ce poème comporte:
7 vers ( on compte le nombre de majuscules en tête de vers), 4 phrases, 1 strophe

Pourquoi écrit-on un poème plutôt qu'un roman ? Pour dire des sentiments, des humeurs, des sensations, des images mais surtout pour le plaisir des sons.

+++[Exemple: L'amiral Larima de J. Prévert]>
L'amiral Larima
la rime à quoi 
la rime à rien
l'amiral Larima
l'amiral rien
===

!S7: Imiter un texte

''Sujet d'écriture:''
Reprendre la structure grammaticale du poème  de Senghor ainsi que son thème ( le crépuscule).
 Ecrire à son tour une poésie sur la tombée de la nuit.

''Qu'est-ce qu'un présentatif ? ''
 - Thomas arrive.
C'est Thomas qui arrive.
Voici Thomas qui arrive.
Voici qu'arrive Thomas.

Il se passe le même événement. Mais le locuteurs a le choix entre différentes manières de s'exprimer, selon sur quoi il veut insister.

« Voici...que » et «  c'est ...que » sont des présentatifs: ils servent à mettre un terme en avant.


!Evaluation finale

__''La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Bœuf''__
<<<
//
Une grenouille vit un bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse, s’étend, et s’enfle et se travaille,
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant: « Regardez bien, ma sœur;
Est-ce assez ? dites-moi : n’y suis-je point encore ?
Nenni - M’y voici donc ? - Point du tout. M’y voilà ?
— Vous n’en approchez point. » La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs,
Tout prince a des ambassadeurs,
Tout marquis veut avoir des pages./
<<<<

Jean de La Fontaine, Fable III, Livre I. 

''Questions''
1.Combien y a-t-il de vers ?
2.Combien de strophes ?
3.Combien comportent de syllabes les deux premiers vers ? Comment se nomme cette longueur de vers ?
4.Même question pour les vers 11 et 12.
5.Dans ce poême, on trouve les 3 dispositions de vers ; mais où ?
6.Relève une phrase nominale.Quel son se répète au vers 2 ? Et au vers 4 ? Comment se nomme ce « phénomène » ?




* exempla
* discours
* valeurs des temps
__Le bon soldat__ de Ford Madox Ford
__La gare de Finlande __ de E. Wilson
__ Les Hauts de Hurlevents__
!1. Complétez : er ou é?
# Voyag... coûte moins cher aujourd'hui, alors que jadis j'ai voyag... presque gratuitement.
# Il est 7 heures, j'ai peur de manqu... mon train.
# L'argent emprunt... m'a sauv... la vie.
# Merci de m'envoy... un nouveau courrier si possible mieux rédig...
# Excusez-moi de vous parl... sur ce ton,  mais cet homme m'a indispos...
# Vous êtes fou de vous baign... par un temps pareil.

!2. Le participe passé comme épithète. Complétez :
# Vive les oeufs battu... !
# La tanche rebuté..., il trouva du goujon
# La somme du...
# Le montant du...
# Gardez ces meubles fermé...
# La vérité révélé..., le philosophe rentra chez lui
# II est 3 heures passé...
# J'ai trouvé Sylvie fatigué...
# Louis XIV avait une chaise percé...
# Tous vendu...
# Ils se sont sentis dépassé...
# Regarde tout le chemin parcouru...
# Je vous trouve, à toutes, l'air fatigué...
# Je vous trouve, toutes, fatigué...
# Ces livres colorié... me déplaisent.
# Voici des filles béni... par la chance 
# Voici de l'eau béni... 
# Vaincu... par Rome, Carthage disparut de l'histoire.
# Bien observé..., cette comète est intéressante.
# La vérité prouvé..., nous n'avions plus qu'à l'admettre.
# Abreuvé... de honte, la Reine perdit sa perruque.
# Relégué... sur une île, les prisonniers ne purent s'enfuir.
# Laissez votre cigarette éteint...

!3. Le participe passé avec être. Complétez :
# Ces gens sont bien revenu...
# Il est 2 heures et demie passé...
# Elle et lui sont revenu...
# L'air est pollué...
# De drôles de gens y sont allé..-.
# Mon frère et moi, nous sommes venu...
# Quantité d'idées ont été proposé...
# L'agriculture est mal développé...
# La grève n'est pas fini...
# Nous n'en sommes pas revenu...
# Où sont-ils allé...?
# Cette femme et cet homme sont revenu...
# Ces bonnes gens ont été invité... 
# Mon frère et ma sœur sont sorti... 
# Tant d'amour et de joie seraient resté... sans réponse.
# Monsieur le Président, vous êtes calmé...? 
# Les soldats et les civils sont blessé... 
# Tous les gens étaient représenté... 
# Ils étaient si peu pourvu... 
# Il a vendu avant qu'ils ne fussent ruiné... 
# Ils ne sont pas réveillé... 
# Ils sont dégonflé...
# Tout le monde était parti...

!4. Le participe passé avec avoir. Complétez
# La voie que nous avons suivi...
# Ils ont remué... des souvenirs.
# Les meubles qu'elle a ouvert... 
# La bouteille de bière que j'ai bu... 
# C'est sa femme et lui que j'ai toujours aimé...
# La bouteille du vin que vous m'avez conseillé...
# Nous avons beaucoup vécu... 
# La chèvre que j'ai vu... 
# Avez-vous vu... l'obélisque? 
# Les circonstances ont changé... 
# La vie que nous avons vécu... 
# La rose que vous avez dessiné...
# Ils ont reçu... bien des encouragements 
# La maison que nous avons acheté... 
# Elles nous ont invité..., mon frère et moi 
# Les tableaux que je t'ai gardé... 
# Ils ont reconnu... cette fille 
# Les arbustes que nous avons planté... 
# Les raisons que vous avez mis... en avant 
# Quelle attitude a-t-elle pris... ?
# Ils n'ont pas répété... leur propos 
# Ces propos qu'elles n'ont pas répété ...
# Il a refusé les vases qu'elle lui avait offert... 
# Ces moments délicieux que vous m'avez procuré... 
# Napoléon a défait... les Russes en 1810
! Accordez les participes passés, s'il y a lieu
# Il a visité... une exposition de peinture qu'il a beaucoup aimé...	
# L'émission que j'ai regardé... hier a été filmé... dans mon quartier. 
# La fusée a décollé... de son pas de tir à huit heures et a placé... un nouveau satellite en orbite. 
# Le vent a soufflé... toute la nuit et a emporté... bon nombre de tuiles.
# Sophie est allé... au Kenya pour admirer les fauves : elle les a vu... de près. Quelle chance elle a eu... ! 
# J'ai rencontré...dans la rue une ancienne camarade de classe avec laquelle j'ai longuement discuté....
# Ils avaient adoré...le livre, mais ils ont été déçu... par le film.
# Une silhouette est apparu... dans l'immeuble d'en face puis a disparu...	
Exercices extraits d'un manuel Nathan
!1. Observez les phrases suivantes. Expliquez pourquoi les partici­pes passés en gras s'accordent et pourquoi ceux en italiques ne s'accordent pas.
# Elle a //arrêté// la danse classique et a //commencé// le modem jazz.
# Les oiseaux ont //chanté// tôt ce matin et ont //réveillé// tout le monde.
# Elle a //coupé// des fleurs ce matin qui sont déjà ''fanées''.
# Elles sont ''parties'' ce matin très tôt.
# L'exposition est ''inaugurée'' aujourd'hui par le ministre de la Culture.
!2. Accordez correctement les participes passés des phrases sui­vantes.
# Dès que la pièce a été terminé..., les acteurs ont été longuement applaudi...
# Elle avait été pressenti... pour le rôle mais n'a pas été sélectionné....
# Les mouettes sont venu... à Paris en remontant la Seine et se sont installé... sur les toits des immeubles. 
# La voiture est parti... à midi et est arrivé... à vingt heures.
# L'énigme a été brillamment résolu... par l'inspecteur qui avait été chargé... de l'enquête.
!3. Même exercice.
# Il a visité... une exposition de peinture qu'il a beaucoup aimé...	
# L'émission que j'ai regardé... hier a été filmé... dans mon quartier. 
# La fusée a décollé... de son pas de tir à huit heures et a placé... un nouveau satellite en orbite. 
# Le vent a soufflé... toute la nuit et a emporté... bon nombre de tuiles.
# Sophie est allé... au Kenya pour admirer les fauves : elle les a vu... de près. Quelle chance elle a eu... ! 
# J'ai rencontré...dans la rue une ancienne camarade de classe avec laquelle j'ai longuement discuté....
# Ils avaient adoré...le livre, mais ils ont été déçu... par le film.
# Une silhouette est apparu... dans l'immeuble d'en face puis a disparu...	
!4. Même exercice.
# Les efforts qu'ils ont fourni... ont été couronné de succès.
# Je n'ai pas entendu... la question que tu as posé....
# Les clefs que j'ai perdu... sont celles de mon scooter.
# Les morceaux qu'il a enregistré... ne me plaisent pas.
# Avez vous des nouvelles des correspondants anglais que vous avez reçu... cet été ?
!5. Quels sont les verbes qui existent uniquement à la forme pro­nominale ?
1. se laver - 2. s'interdire - 3. s'amuser - 4. s'évanouir - 5. se peigner - 6. se préoccuper - 7. s'exclamer     8. s'interroger - 9. s'envoler - 10 . se divertir
!6. Avec quoi s'accordent les participes passés en gras ?
# Enfin ''autorisées'' à pénétrer dans la loge de leur chanteur préféré, les jeunes filles se sont ''évanouies'' d'émotion.
# Malgré la difficulté, les futures athlètes se sont ''efforcées'' de finir le marathon.
# « Te voilà enfin ! » se sont ''exclamés'' les parents, morts d'inquiétude.
# Les albatros, les goélands ont ''profité'' d'un courant d'air ascendant et se sont ''envolés'' avec grâce.
!7. Les pronoms en gras sont-ils COD ou COI ?
# Après une course jusqu'au torrent de montagne, les marmottes ''se'' sont lavées.
# Les deux rivaux ''se'' sont regardés avec haine dans le blanc des yeux.
# Après leur consultation, les médecins ''se'' sont lavé les mains.
# Comme d'habitude, les sœurs jumelles ''se'' sont peigné les cheveux en même temps.
# Les ballerines, pour être parfaites pendant leur passage sur scène, ''se'' sont peignées avec soin.
!8. Justifiez l'accord  des  participes passés en gras.
Voilà comment j'ai ''pris'' un chat sauvage avec un filet de pêche.
Tous les campeurs étaient ''réveillés'' et arrivèrent. Il fallut que tout le monde vienne le voir, ''pelotonné'' et ''tapi'' sous une grosse racine, les yeux étincelants, la babine ''retroussée'', grondant comme une toupie allemande.
Il pesait vingt et une livres.
Je ne l'ai pas ''tiré''. J'avais peur de saccager mon filet. Mais on l'a ''assommé'' à coups de branche, de pio­che, et j'ai eu bien de la peine à le démailler. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, le filet n'était pas trop ''déchiré''.
Quand j'ai ''exposé'' l'animal sur le piquet de ma barque, pour l'exemple, je me suis ''aperçu'' que tou­tes les tentes étaient ''repliées'' et que les citadins par­taient sans demander leur reste. On m'a même dit qu'une femme avait fait une crise de nerfs. Je ne les ai pas ''revus'' depuis. C'est toujours ça de gagné.
H.Vincenot, Nouvelles ironiques, © Hachette, Livre de poche », 2001.
!9. Relevez les quatre verbes pronominaux dans le texte suivant.
Pendant le rude hiver de 1860, l'Oise gela, de gran­des neiges couvrirent les plaines de la basse Picardie ; et il en vint surtout une bourrasque du nord-est, qui ensevelit presque Beaumont, le jour de la Noël. La neige, s'étant mise à tomber dès le matin, redoubla vers le soir, s'amassa durant toute la nuit. Dans la ville haute, rue des Orfèvres, au bout de laquelle se trouve comme enclavée la façade nord du transept de la cathédrale, elle s'engouffrait, poussée par le vent.
É. ZOLA, Le Rêve.
!10. Conjuguez les verbes entre parenthèses au plus-que-parfait. Attention à l'accord des par­ticipes passés.
La femme à laquelle je rêvais ne m'attendait pas. (Se souvenir)-elle seulement que j'existais ? Nous ne (se voir) qu'une fois, deux mois auparavant. Elle était de passage à Pans. Nous (se rencontrer) chez des amis communs. On nous (présenter). Elle m'(sourire). Au cours de la soirée, nous (échanger) quelques phrases. Rien de plus. Elle repartait le lendemain pour son île. Depuis, je (se renseigner) auprès de mes amis. Son île est minuscule. De son jardin, on (dire), de quelque côté qu'on se tourne, on voyait la mer. Je (imaginer) là-bas. Tout le froid de la mer autour de cette chair de femme. Elle peignait, je (se procurer) ses catalogues d'exposition. Des grèves. Des landes. Des ciels. Jamais une silhouette, jamais un visage. Comme si le monde (être) désert autour d'elle.
Je (laisser) passer du temps. Je suis comme un champ, sillons tracés en plein vent. Les visages s'y déposent comme des graines. La plupart meurent, ou bien des oiseaux les picorent. Le sien (germer), (pousser) (s'épa­nouir) en moi. Un matin, je (se réveiller), il tenait toute la place.
~Georges-Olivier Châteaureynaud, Le jardin dans l'île 
S7: Actualiser la guerre

actualiser= rendre actuel  (suffixe -iser signifie rendre/faire)
Actualiser, c'est la rendre plus présente, faire en sorte qu'elle soit plus proche de nous, qu'elle nous touche plus

Par quelles techniques ce texte actualise-t-il la guerre ?
Le narrateur est le personnage du texte: son point de vue est interne
L'usage du passé composé qui succède au passé simple.

Rappel:
Le passé simple est, par excellence, le temps du récit: il caractèrise un énoncé coupé de sa situation d'énonciation (il n'est pas relié à l'ici-et-maintenant du locuteur)
Le passé composé (qui est le copain du présent) caractérise un énoncé ancré dans une situation d'énonciation (il est relié à l'ici-et-maintenant du locuteur)

accès direct aux pensées et sensations du narrateur.
Utilisation de registre familier, voire grossier (non seulement le vocabulaire mais aussi la grammaire) 

! Les temps du récit

Les temps de l'indicatif s'opposent en 2 groupes:
*le passé simple, le pqp + l'impft: Ils sont les temps du récit ( énoncé coupé de sa situation d'énonciation)
*le présent, le pc + l'impft: les temps du discours ( énoncé ancré de sa situation d'énonciation)

!Différence entre pc et ps
Le pc indique une action qui s'est produite avant le présent (le moment où je parle): le pc s'est produit « avant maintenant ». A l'inverse, le ps ne renvoie pas au présent, mais une époque séparée du présent: le ps s'est produit « un jour ».

Dans le T4, le narrateur passe du ps au pc (notez qu'il fait une transition par une phrase nominale suivie d'un commentaire). Son but est de rendre l'événement raconté plus proche de nous, plus touchant.
Il faut retenir quelques idées sur les adjectifs. Pour avoir les idées "au clair", voici quelques points:


+++[Fonctions des Adjectifs]
Elle varie selon la position de l'adjectif par rapport au nom qu'il complète.
* ''épithète'': l'adjectif n'est pas séparé du nom, mais se trouve dans le même groupe nominal.
* ''apposé'': l'adjectif est séparé du nom par une virgule.
* ''attribut'' ( ''du sujet'' le  plus souvent): l'adjectif est séparé du nom par le verbe //être// ou un de ses "synonymes"

+++
@@color:blue; Exemples@@: 
* Il est@@bgcolor(#ffff33): __fatigué__@@ ( attribut)
* Le ciel@@bgcolor(#ffff33): __bleu__@@ resplendit ( épithète)
* @@bgcolor(#ffff33):__Fatigué__,@@ Thomas s'est couché tôt ( apposé)
===
===





@@color:purple; Deux points qui ne sont pas "au programme", mais sont tout de même passionnants@@
+++[Que veut dire "qualificatif" ?]
Dès qu'on vous demandait quelle  était la fonction de l'adjectif, vous vous empressiez de répondre «  qualificatifs ». Maintenant que vous savez quoi répondre à cette question, je vous offre quelques éclaircissements, parfaitement inutiles pour un élève de collège, mais néanmoins intéressants.
 Les adjectifs ''qualificatifs'' ne sont qu'un groupe d'adjectifs; il existe d'autres groupes d'adjectifs, par exemple les ''relationnels'' ou les ''antéposés''. Chaque groupe se comporte différemment.
 Observez:

|!|!Adjectifs qualificatifs|! Adjectifs relationnels|
|épithète| //Je rentre dans un jardin __extraordinaire__//| //Je rentre dans un jardin __zoologique__//|
|attribut| //Ce jardin est __extraordinaire__//|@@color:red;//Ce jardin est __zoologique__//@@|
|>|>| On voit bien qu'un adj relationnel ne peut pas être attribut ( sauf abus de langage)|
||C'est un jardin extraordinaire|C'est un jardin __zoologique__|
===

+++[Attribut du Sujet et du COD]
* L'attribut du sujet...//on a vu cela plus haut// .
+++[attribut du COD]
* L'attribut du Sujet: @@color(#3366ff):Il@@ (sujet) est @@color(#3366ff):idiot@@ (attribut du sujet).
* L'attribut du COD: Je @@color(#3366ff):le@@ (COD) trouve @@color(#3366ff):idiot@@ (attribut du COD).
 Observez les exemples suivants ( je souligne __l'attribut__ et son COD)
|!Avec le COD exprimé|! Avec le COD pronominalisé|
|Je nomme __Thomas__ __//directeur//__|Je __le__ nomme __//directeur//__|
|Elle rend __Thomas__ __// heureux//__  |Elle __le__ rend __//heureux//__|
Observez aussi la différence de __sens__ et de __construction__
|!COD|!COD+attribut du Sujet|
|Je trouve __tes vilaines chaussures__|Je trouve __tes chaussures__  __//vilaines//__|
|Je __les__ trouve|Je __les__ trouve __//vilaines//__|

Conclusion:
Le lien qui unit ''attribut du Sujet'' et ''attribut du COD'' est le même que celui qui unit « C'est dégeulasse » à «  Je trouve ce plat dégeulasse », comme on vous l'apprend depuis que vous êtes petit. <<smiley :-D>>
===
http://www.google.com/calendar/render?hl=fr&pli=1
Mais google vous demande un nom et une addresse mail pour y accéder: je dois trouver une autre solution....
!Améliorer ces phrases tirées de vos rédactions
H. a de petits yeux qui illument son visage.
H est attachante, sympathique et très sensible.
C'est un ange, tout court!
M., c'est mon voisin.
Ses yeux noirs ont un regard doux.
Ce très beau garçon a l'air...
Elle a des dents qui brillent comme...
Elle a l'air très aimable.
Ses yeux sont cachés par des mèches.
Sa peau est reflétée par le soleil.
Son nez était long.
Grand et maigre, son visage...
Ce jeune homme a l'air d'une personne hyper stressée.
Il était très grand.
( grand de taille / blanc de couleur)
c'est une fille vraiment splendide.
Ses cheveux sont brun foncé et tombent.
Il a l'air.
Il a une bouche qui semble timide.
Sa voix semble trop petite.
Son parfum semble toujours le même.
# [[Vos erreurs les plus fréquentes dans vos rédactions]]
# Le discours direct: [[leçons|http://cartawiki.free.fr/fiches/]] et [[exercices|http://cartawiki.free.fr/fiches/EcexosDD.pdf]]. ''Il faut le travailler pour donner du "corps" à vos personnages'' sinon vos dialogues peuvent vite devenir ennuyeux. voir [[Discours direct, indirect et indirect libre]]
# Dans le Discours direct, remplacez //dire// par un verbe plus expressif. CommentSupprimerDire (leçon) et [[exercices|http://cartawiki.free.fr/fiches/EcExoVbParoles]]
# SupprimerIlYA: voici des [[exercices|http://cartawiki.free.fr/fiches/EExoIlYA]]
# Pour rendre vis textes plus fluides, placez les [[adverbes]] après le verbe plutôt qu'en début de phrase ( dans la mesure du possible du moins)
<<tag 'orthographe'>>
Voici un certain nombre de points à travailler.
#  CommentAccorderLesParticipesPassés: [[leçon|http://cartawiki.free.fr/fiches/GrAccordPartPass]] à télécharger
# CommentAccorderLesAdjectifsDeCouleurs. Aussi disponible en [[fiche|http://cartawiki.free.fr/fiches/OrtExoAdjCouleurs]] à télécharger
# [[CommentOrthographierLesPetitsMotsSiPénibles|CommentOrthographierLesPetitsMotsSiPénibles: Les Homophones]]
!Analyser une poésie
! Strophe
strophe de 3 vers: ''tercet''
strophe de 4 vers: ''quatrain''
Un poème composé de 2 quatrains suivis de 2 tercet est un sonnet

!Vers
*longueur ( se mesure en syllabes)
alexandrin: 12 syllabes
''déca''syllabe: 10 syllabes
''octo''syllabe: 8 syllabes
''hepta''syllabe: 7 syllabes
''hexa''syllabe: 6 syllabes
''penta''syllabe: 5 syllabes
* Attention au problème du (e) muet
Un (e) est muet si il est à la rime ou s'il précède un mot commençant par une voyelle.
Ex: Dans/ la/ plai/ne/ les/ ba/la/dins
L'our/s et/ le/ sin/g(e) a/ni/maux/ sag(es)/
*diérèse et synérèse?
(/li/on/ et /lion/)
Le choix dépend du nombre de syllabes dont on a besoin ( si-len-ci-eux)

!Rimes
* disposition
suivies/plates AABB
croisées ABAB
embrassées ABBA
* richesse:
pauvres ( 1 son rime)
suffisantes ( 2 sons riment)
riches ( 3 sons ou plus riment)
* genre des rimes: on alterne rimes féminines ( se terminent en (e) muet) et rimes masculines.
+++[textes]>

''La poésie, c'est de la prose avec des bretelles américaines.

La postérité appartiendra aux écrivains constipés.

Les mots : la monnaie d'une phrase. Il ne faut pas que ça encombre. On a toujours trop de monnaie''

Jules Renard, Journal (extraits), 1925 (cité dans Métamorphoses). 

''La mémoire, c'est du souvenir en conserve.

Mourir en bonne santé, c'est le vœu de tout vivantbien portant. 

Rien n'est plus semblable à l'identique que ce qui est pareil à la même chose.''

Pierre Dac, Les Pensées, Le Cherche Midi, 2000 (cité dans Métamorphoses).
===

Un aphorisme est un énoncé bref, qui doit tenir en une phrase.
C'est un raccourci qui collisionne deux réalités, a priori étrangères l'une à l'autre.

+++[Tableau 04.06]

<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/tableau/S6aphorismes.pdf"></object>
</html> 

===
Apozème* verbal (Purée de mots)
Ingrédients :
*1 lampée de P
*1 U bien en chair
*1 petit R de rien
*2E
J'esquisse une première ÉPURE de mon projet culinaire.
Je laisse décanter en prenant l'R cinq minutes.
De retour en cuisine, je mets mon U à l'R, juste devant. 
Je fais tinter mon premier E que j'ajuste, derrière, à l'R.  
Je pique le P en tête et finis par un E. 
Je sers à la tablée avec générosité jusqu'à ce qu'elle soit REPUE.

Extrait de Mémoires d'une marmite, ch. 2, « Bous-je ? », Claude Daubercies, in Métamorphoses, p. 194.


voir [[P'oasis , Desnos]]
+++[Tableau 29.05]



<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/tableau/S3Apozème.pdf"></object>
</html> 

===
L'apposition se présente le plus souvent comme un élément nominal placé dans la dépendance d'un autre élément nominal. L'élément dépendant a, vis-à-vis du nom principal, la relation qu'a un attribut avec son sujet ou un épithète avec le nom qu'il qualifie.

Ces deux relations donnent lieu à deux "types" d'appositions :

    La France, pays des droits de l'homme, se doit de...
    où "pays des droits de l'homme" désigne la France et peut se lier par "être".

    Il a commandé des chèques repas.
    Où "repas" apparaît comme un qualificatif de même type qu'un adjectif "des chèques périmés" ou "rouges". Certains grammairiens parlent alors de substantif épithète.

Ce dernier exemple illustre un procédé très productif à notre époque. La publicité et les médias l'utilisent largement.

Il donne souvent lieu à des emboîtements successifs et de l'élément principal dépendent parfois plusieurs éléments :

    L'axe Paris-Berlin.
    Le duel Mitterrand-Chirac.
    Un conflit mère-fille.
    La trilogie immigration-insécurité-chômage.

Dans ce type de construction, les mots dépendant de l'élément principal sont liés par des traits d'union.

Si l'apposition est donneuse d'accord c'est le premier élément qui est décisif.

Accord du nom en apposition : Lorsque l'accord peut se faire, il doit se faire (après tout les deux noms désignent la même réalité).

L'accord se fait quand l'apposition et son support sont des noms animés, et qu'ils ont tous deux un genre selon le sexe de l'être désigné.

    Exemple : avec "père, mère, femme, homme". On écrira, bien évidemment, Son père, homme remarquable... et Sa mère, femme remarquable...

L'accord se fait encore lorsque l'apposition, animée et pouvant varier en genre, concerne un mot support inanimé.

    Exemple : La mort, cette voleuse!

L'accord en nombre est la règle : Les villes, géantes aveugles,... Les hommes, barbares furieux,...

Lorsqu'une apposition est rapportée à deux supports elle se met habituellement au pluriel.

Source: [[Apposition (Substantif épithète)|http://www.synapse-fr.com/manuels/APPOSIT.htm]]
Si j'avais à soutenir le droit que nous avons eu de rendre les nègres esclaves, voici ce que je dirais :
Les peuples d'Europe ayant exterminé ceux de l'Amérique, ils ont dû mettre en esclavage ceux de l'Afrique, pour s'en servir à défricher tant de terres.
Le sucre serait trop cher, si l'on ne faisait travailler la plante qui le produit par des esclaves.
Ceux dont il s'agit sont noirs depuis les pieds jusqu'à la tête ; et ils ont le nez si écrasé qu'il est presque impossible de les plaindre.
On ne peut se mettre dans l'esprit que Dieu, qui est un être très sage, ait mis une âme, surtout une âme bonne, dans un corps tout noir.
Il est si naturel de penser que c'est la couleur qui constitue l'essence de l'humanité, que les peuples d'Asie, qui font des eunuques, privent toujours les noirs du rapport qu'ils ont avec nous d'une façon plus marquée.
On peut juger de la couleur de la peau par celle des cheveux, qui, chez les Égyptiens, les meilleurs philosophes du monde, étaient d'une si grande conséquence, qu'ils faisaient mourir tous les hommes roux qui leur tombaient entre les mains.
Une preuve que les nègres n'ont pas le sens commun, c'est qu'ils font plus de cas d'un collier de verre que de l'or, qui, chez des nations policées, est d'une si grande conséquence.
Il est impossible que nous supposions que ces gens-là soient des hommes ; parce que, si nous les supposions des hommes, on commencerait à croire que nous ne sommes pas nous-mêmes chrétiens.
De petits esprits exagèrent trop l'injustice que l'on fait aux Africains. Car, si elle était telle qu'ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des princes d'Europe, qui font entre eux tant de conventions inutiles, d'en faire une générale en faveur de la miséricorde et de la pitié ?
Un établissement scolaire est un milieu conçu et organisé par les adultes pour transmettre à leurs successeurs leurs connaissances qu’ils estiment indispensables. Mais, pour les jeunes qui le fréquentent, c’est aussi tout autre chose: c’est un lieu de vie et de rencontres. C’est l’endroit où se passe le plus clair de leur temps. Or, la vie d’un jeune ne se réduit pas à l’acte d’apprendre. Il y a tant de choses à découvrir – ou à craindre – à cet âge... Or, cette dimension – essentielle – de la vie des adolescents n’est nullement prise en compte par le lcollège. L'Education Nationale ne se préoccupe pas de "cela". C'est pourtant "cela" - ce //bouillonnement affectif//, ce choc des personnalités //en gestation// - qui exerce sur l'institution scolaire une pression qui parfois la fait trembler.

Une étude récente [...] montre que, parvenus en troisième, les élèves ont une très forte réaction de rejet à l’égard de l’établissement: ils ne s’y sentent plus bien, en critiquent la discipline, estiment qu’il n’y a pas assez d’activités extrascolaires et qu’on ne tient pas assez compte de leur avis. A l’inverse, de la sixième à la troisième, ils estiment que l’entente entre les élèves s’est améliorée et que la solidarité a progressé...

Ainsi, du point de vue des élèves, ce qui est positif dans ce bilan de quatre années, c’est l’expérience de relations nouvelles entre camarades, beaucoup plus que les rapports avec les institutions (que ce soit le lycée ou les professeurs). Alors que le milieu éducatif où ils sont immergés est exclusivement mobilisé pour la formation intellectuelle, ce qui, pour eux, a compté, c’est l’apprentissage de la vie en commun, l’expérience collective. Curieux décalage entre les ambitions des uns et les désirs des autres, entre la théorie et la réalité. Il est certes légitime qu’une institution éducative ait pour premier objet de former les esprits et de transmettre un savoir. Mais peut-elle espérer atteindre son but si elle ignore à ce point les aspirations profondes des élèves? 
Poser ces questions est plus aisé que d’y répondre. Les échecs des tentatives diverses, faites ces dernières années, montrent qu’il ne suffit pas de créer un « foyer » ou de multiplier les délégués et les conseils de classe pour faire participer davantage les élèves et répondre à leur désir d’autonomie. C’est toute l’organisation de l’établissement, la répartition du temps et de l’espace, le partage des responsabilités qui demanderaient à être modifiés pour que, progressivement, les élèves cessent d’être des usagers passifs – et vindicatifs – et deviennent des partenaires et des acteurs.

(d’après Frédéric Gaussen, ~Le Monde-Dimanche)
Le citoyen a-t-il encore droit à l'intimité? La mort de Diana aura au moins eu l'avantage de relancer le débat. En Grande-Bretagne, la presse vient de signer un code de bonne conduite dont les premiers bénéficiaires devraient être les petits princes. Mais, au-delà des stars et de leur image, la question se pose pour les anonymes. Les informaticiens du monde entier tenaient le 24 septembre, à Montréal, une conférence sur «La vie privée sans frontières», menacée non pas par les paparazzi, mais par le développement d'Internet et des nouveaux médias. Nous sommes tous surveillés par les caméras vidéo dans la rue, les banques, les halls de gare et les supermarchés. L'anonymat du téléphone a disparu depuis la mise en place de la «présentation du numéro». Nos achats et nos déplacements sont enregistrés par les cartes bancaires et les péages; nos opinions sont fichées sur les ordinateurs des instituts de sondage et des experts en marketing, qui vendent nos adresses à notre insu. Sécurité ou liberté? Il existe des programmes de cryptage qui rendent inviolables les informations échangées sur les réseaux. Et permettent de communiquer sans risque son numéro de Carte bleue. Faut-il les mettre à la disposition du grand public, au risque qu'ils soient aussi détournés au profit des terroristes? Aux Etats-Unis comme en France, les gouvernements s'opposent à leur diffusion. Il subsiste d'autres moyens de résister aux intrusions de Big Brother: se faire inscrire sur liste rouge, coder son e-mail, recourir aux organismes chargés de lutter contre l'utilisation abusive des données personnelles. Mais ces solutions, disparates et d'usage complexe, risquent de rester réservées à l'élite. Celle des mieux informés, des plus riches ou des plus débrouillards. La démocratie électronique demeure à l'état virtuel...
!EXERCICE 1
!!1. Quel est le thème , le sujet abordé par chacun de ces textes.
!!2. Formuler la thèse soutenue par l'auteur dans chaque texte.

!!Texte A
Nous mangeons trop. Nous consommons trop. Et encore n'imaginons-nous pas tout ce qui se gaspille et se jette. Pendant ce temps, les insectes humains de l'Ouganda, ou du Cambodge, ou bien d'ailleurs, n'ont même pas la poignée de riz qui leur permettrait de survivre, encore un jour, et un jour, et un jour... Monde des riches, absurde, voué à l'être toujours davantage, et qui fait des gavés, mais peu d'heureux. Monde des pauvres, rigoureusement homologue, voué à l'être toujours davantage, et auquel la faim, non la pléthore, ôte l'idée de ce qu'est l'homme. Ils souffrent pourtant, ces insectes: ils ont chacun une âme individuelle, et, si vertigineusement vide que soit leur ventre, ils savent, de toute leur faim abyssale, qu'ils sont l'Homme. Le riche, qui a honte en eux de lui-même, le sait aussi à sa façon, instantanée, intermittente: et, dans ces moments, il leur fait la charité. Trois mille tonnes de blé, un hélicoptère, un hôpital de campagne: c'est mieux que rien, si cela leur' arrive. Mais c'est une dérision. Il ne peut y avoir la moindre bonne conscience ici-bas tant que les riches n'auront pas pour unique objectif, pour "priorité des priorités", non seulement de sauver, dans l'immédiat, tous les pauvres sur terre de la famine, mais d'organiser ensemble, enjoignant l'essentiel de leurs ressources, une croisade planétaire pour l'autosuffisance de ceux qui sont faméliques et nus.
P. EMMANUEL, L'arbre et le vent, Seuil
!!Texte B
Le voyage a beaucoup de chances de rendre moins suffisant, plus attentif et plus modeste. Parmi les miens, chez ceux de mon habitude, je m'expose toujours à trouver que les choses vont de soi, à être distrait. On me comprend à demi-mot. On me fait confiance a priori comme à un membre de la tribu. Je peux être impunément superficiel et « brillant ». Mais, à l'étranger, je perds beaucoup de ces avantages désavantageux. J'ai l'obstacle de la différence, des fuseaux horaires, de l'ignorance ou de la non-maîtrise de la langue. Il faut que j'avance avec précaution et attention, que j'ouvre les yeux et que j'ouvre le cœur, que j'écoute bien et que je parle lentement. Je suis obligé de m'émerveiller un peu plus ou de me rétracter davantage. Je suis bien moins malin et désinvolte. J'ai donc beaucoup plus de chances d'être vraiment intelligent.
C. ROY
!!Texte C
L'un des phénomènes les plus ridicules que l'on puisse observer dans la civilisation développée est l'attention exclusive, passionnée, qu'elle manifeste à l'égard de sa progéniture. Les Américains nous ont infligé ce culte de l'enfant, qui s'est propagé chez nous comme le hamburger et la musique rock. Toute une génération de parents, celle des miens, s'est abîmée dans le spectacle de ses enfants jusqu'à la niaiserie. Autrefois, on disait de son petit qu'il allait devenir quelqu'un. Désormais, il faut avant tout qu'il reste lui-même. Par un coupable paradoxe, on le livre à l'influence exclusive de la télévision et de l'école. Au lieu de rester lui-même, il devient donc n'importe qui. L'essentiel est qu'il garde en lui toute cette puérilité, cette « spontanéité merveilleuse », comme on dit à la radio, qui est faite pour rassurer les adultes, parce qu'elle les ramène à un âge où réfléchir n'est pas encore indispensable.
C. COMBAZ, Éloge de l’âge dans un monde jeune et bronzé, R. Laffont.
!!Texte D
« Tu ne feras pas souffrir les animaux, ou du moins tu ne les feras souffrir que le moins possible. Ils ont leurs droits et leur dignité comme toi-même », est assurément une admonition bien modeste; dans l'état actuel des esprits, elle est, hélas, quasi subversive.
Soyons subversifs. Révoltons-nous contre l'ignorance, l'indifférence, la cruauté, qui d'ailleurs ne s'exercent si souvent contre l'homme que parce qu'elles se sont fait la main sur les bêtes. Rappelons-nous, puisqu'il faut toujours tout ramener à nous-mêmes, qu'il y aurait moins d'enfants martyrs s'il y avait moins d'animaux torturés, moins de wagons plombés amenant à la mort les victimes de quelconques dictatures, si nous n'avions pas pris l'habitude de fourgons où des bêtes agonisent sans nourriture et sans eau en route vers l'abattoir, moins de gibier humain descendu d'un coup de feu si le goût et l'habitude de tuer n'étaient l'apanage des chasseurs. Et dans l'humble mesure du possible, changeons (c'est-à-dire améliorons s'il se peut) la vie.
M. YOURCENAR, Le temps, ce grand sculpteur, Gallimard

+++[Réponses]
||Thème|Thèse|
|Texte A|La surconsommation des pays riches|Il faut faire de l'aide aux pays pauvres ''"la priorité des priorités"''|
|Texte B|Le voyage|Le voyage apporte beaucoup parce qu'il oblige à ''s'exposer''|
|Texte C|L'attention que portent les adultes aux enfants|Le culte de l'enfance rend les enfants ''puérils''|
|Texte D|Les mauvais traitements  infligés aux animaux|Il faut les abolir|
===

!EXERCICE 2
!!1. Identifiez la thèse de l'adversaire dans les deux textes suivants.
!!2. Quelle déformation l'émetteur lui fait-il subir ? Dans quel but ?

!!Texte A
Le massacre des phoques nouveau-nés ajustement frappé l'imagination des masses. C'est devenu l'un des symboles de notre brutalité envers la nature, pour des raisons futiles et indéfendables. On voit les profiteurs de ces atrocités ; quelques compagnies canadiennes et norvégiennes, opérant autour de ~Saint-Pierre-et-Miquelon, de ~Terre-Neuve et dans le Labrador depuis qu' heureusement la baie de Fundy a été close aux bouchers ; quelques compagnies américaines, dans les Pribiloff, vendant aux femmes et quelquefois aux hommes des jaquettes de fourrure qu'ils ne devraient pas acheter, ou d'horribles babioles représentant des petits trolls, des petits animaux plus ou moins comiques, faits d'une touffe de fourrure des bêtes massacrées ; il paraît aussi que l'huile de phoque dénaturée entre comme crypto-élément dans certaines margarines. On nous dit que la population locale, qui va assommer les phoques nouveau-nés sur la glace, et parfois les écorche et les découpe à demi vivants (les bêtes épouvantées « font le mort » comme on sait), a besoin de ces sanglants profits pour vivre ; qu'on lui trouve donc d'autres industries locales non polluantes : on n'a pas le droit de combiner les maux de l'âge atomique et la sauvagerie de l'âge de la pierre. Nous avons au moins réussi à ce que ni l'Italie, ni l'Allemagne, ni la Hollande n'achètent, désormais de fourrures de phoques, et j'espère que la même chose se fera en France, si ce n'est déjà fait. Je trouve atroce d'avoir à penser chaque année, vers la fin de l'hiver, au moment où les mères phoques mettent bas sur la banquise, que ce grand travail naturel s'accomplit au profit d'immédiats massacres.
M. YOURCENAR, Les Yeux ouverts

!!Texte B
Nos écologistes sont les maîtres d'une nostalgie qui doit plus à l'instinct qu'à la raison. À les en croire, notre civilisation nous voue aux catastrophes, par la faute des industriels de l'alimentation, de la confection, de l'urbanisme, de l'énergie. Leur logique condamne le pétrole qui pollue l'air et l'eau, le nucléaire qui prépare des cataclysmes. Elle implique le retour à un passé sans usines et sans voitures. Les bateaux seraient tous à voile, mais les voiles ne seraient pas de nylon. Le soleil serait la source de toute lumière... Il est probable que le retour au temps des cavernes ne suffirait pas à satisfaire les vrais écologistes : car l'homme de la préhistoire déjà commençait à chasser le fauve, à modifier l'environnement, à troubler les cours d'eau, à contraindre la nature. De nostalgie en nostalgie, il faudrait revenir au paradis terrestre, à condition d'en bannir le Serpent, mais aussi bien Adam et Ève, les premiers pollueurs.
Faut-il conclure que tous les regrets sont superflus, et que les nostalgies du passé vivent sur des mythes ? Le temps s'écoule, et nous n'y pouvons rien. Les moeurs changent, et c'est la loi de l'évolution. L'âge d'or n'est qu'une vue de l'esprit.
R. SEDILLOT, Le Bas de laine

+++[Réponses]
*Thèses adverses
**Texte A: Le commerce des peaux de phoques est un commerce comme un autre.
**texte B: Les progrès de la civilisation nous conduisent à la catastrophe.
* Déformation (commune aux deux textes) de ces thèses adverses: la thèse est ''exagérée'', tirée jusqu'à l'absurde par des hyperboles, des généralisations, un adversaire anonyme ("on", "''nos''" (péjoratif) écologistes) qui est renvoyé "à l'âge de pierre" ou à un fantasme de "l'âge d'or", une disqualification de ses actes ou de sa pensée(T1: massacres, bouchers, vendant aux femmes (futiles, forcément), sanglants profits. T2: mythes, nostalgie, temps des cavernes, plus l'instinct que la raison.)
===

!EXERCICE 3
!!1. Dégagez la thèse soutenue par l’adversaire dans chacun de ces textes ?
!!2. Comment l’auteur s’y prend-t-il pour faire comprendre que cette thèse n’est pas la sienne ?
!!3. Quelle est sa thèse ?

!!Texte A
On a parfois tendance à mettre en concurrence les divers moyens de communication et de culture qui nous sont offerts aujourd'hui. On dit: la télévision entraînera la mort du cinéma comme on a dit autrefois, le cinéma entraînera la mort du théâtre. On dit encore que la télévision est un obstacle et un danger pour la lecture comme on a fait autrefois des remarques analogues pour la radio.
D'abord, c'est simplifier abusivement le problème en oubliant notamment des conditions de vie astreignantes, un manque de temps à consacrer aux loisirs et à la culture - ce temps de vivre après lequel nous courons légitimement -, en somme, des difficultés de vie - manque d'argent, maigreur ou mauvais emplois des crédits, manque de temps - qui conditionnent primordialement nos possibilités de culture. En période de détente, de
vacances, nous savons fort bien allier ces divers moyens de distraction ou d'enrichissement culturel: nous lisons, nous écoutons un disque, nous suivons un reportage à la télévision, nous allons au cinéma...
Si tant de travailleurs de nos banlieues urbaines demeurent, le soir, devant leurs postes de télévision, ce n'est pas tellement parce que la télévision a gagné sur le théâtre, c'est parce qu'il est souvent impossible après une journée de travail et de transport, de faire l'effort physique d'aller au théâtre ou au concert. Sans parler d'une éducation théâtrale ou musicale insuffisante, mais cette insuffisance date parfois d'avant la télévision, et on
ne saurait en accuser le développement de cette dernière.
Au lieu de considérer les divers moyens de communication et de culture dans des rapports de concurrence, on peut les considérer dans des rapports mutuels de collaboration, et pour ainsi dire, d'accumulation. On voit alors qu'ils peuvent s'appuyer l'un l'autre au lieu de se détruire.
P. GAMARRA, La lecture pour quoi faire?
! Texte B
Je sais, il y a des gens qui disent, enivrés par nos petits bonds dans le cosmos: « Eh bien, quand l'homme aura épuisé le capital nourricier de sa planète, quand il aura pillé tous les magasins terrestres, quand il se sera rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu'il mettra à sac et souillera à son tour. »
N'y comptons pas trop... En attendant que ces rêves prennent corps, conduisons-nous en bons « terricoles ». Respectons cette petite boule qui nous supporte. Locataires consciencieux, ne dégradons pas les lieux où nous respirons. L'humanité n'est pas une passante. Un poète a dit : naître, vivre et mourir dans la même maison... Il y a apparence que le sort de l 'homme est de naître, de vivre et de mourir sur la même planète.
J. ROSTAND

!EXERCICE 4
Thèse et Concession
!!1. Cherchez les phrases ou membres de phrases qui expriment la concession face à l’adversaire
!!2. Quels mots de liaison marquent cette concession ?
!!3. Quelle thèse défend l’auteur ?

!Texte A
Aujourd'hui, nous sommes entrés dans l'époque de la culture de masse, de la culture présente dans tous les foyers grâce à la télévision et à l'audiovisuel individuel. Mais si ces appareils sont porteurs de création, s'ils ont enrichi notre patrimoine de films de cinéma et de télévision qui n'ont rien à envier aux chefs-d'œuvre des autres arts, ils sont avant tout des moyens de diffusion; cela signifie que, pour l'essentiel, les sources de la culture sont ailleurs qu'en eux : dans les sciences, dans la littérature, dans les arts, dans l'Histoire, pour l'exploration de la condition humaine, et dans la vie sociale, pour l'ensemble des pré tiques culturelles. La culture étant l'effort d l'homme pour comprendre le monde e s'adapter à lui, l'audiovisuel est le témoignage offert à tous de cet effort. Mais cette offre n constitue pas à elle seule un accès à la culture : elle est un pas de géant qui ne débouche sur rien s'il n'y a pas apprentissage préalable ou concomitant. C'est la raison pour laquelle il faut se résigner à accepter le fait que la télévision par elle-même ne changera jamais dans des proportions importantes le niveau de culture des téléspectateurs.
G. MONTASSIER
!Texte B
L'ordinateur, s'il facilite et accélère la recherche des informations, a indexé, fiché, numéroté l'individu, a, somme toute, restreint la liberté individuelle par la centralisation à laquelle il aboutit, en resserrant autour de chacun les mailles d'un filet au travers des- quelles il ne peut même plus se faufiler. Le téléphone, en rendant la communication facile et rapide, l'a, simultanément, rendue superficielle. La télévision, en pénétrant dans les foyers, uniformise les loisirs, standardise la pensée, transforme l'individu en récepteur passif et tue l'échange.
C. ZYLERBERG
!Texte C
J'ai entendu rappeler à de jeunes lauréats du Concours général qu'ils devaient leur succès à la chance - celle des dons et celle de l'environnement. De telles formules sont déprimantes, et surtout très injustes. Certes il faut, là comme partout, des conditions premières, à commencer par la santé et par un milieu familial propice - c'est-à-dire qui ait, non pas de l'argent, mais le respect du travail. De même, il faut avoir la santé pour jouer au tennis, et des parents qui vous aient donné l'idée du jeu, et permis de commencer tôt. Pourtant, cela ne suffit pas. Et les petites écolières, je peux vous le dire, ne sauraient réussir qu'en travaillant.
J. DE ROMILLY
!Texte D
Les sciences même partagent cette double puissance: esclavage et libération. Certes, elles forment un appui solide dans le combat pour les libertés. Toute libération est lutte contre la méconnaissance. Les sciences sont recherche, enseignement, production de solutions. Elles facilitent nos travaux et nos jours, clarifient notre monde, aident à guérir la maladie et à lutter contre la mort. Elles sont une conquête progressive sur la nécessité. Il est donc hors de question de les délaisser, ces sciences pour lesquelles nos pères ont lutté, et qui, contre-pouvoir d'une société d'ignorance, portent une grande partie de nos espoirs.
Mais (...) elles préparent aussi de plus en plus des instruments de domination et de destruction qui mettent en péril nos libertés. Physique nucléaire, mais aussi informatique, biologie, génétique, psychiatrie, voire mathématiques, participent à cette menace. Notre espace est en danger. Notre histoire est en danger. Et l'angoisse née de ces risques est aussi un moyen d'asservir les peuples et de réduire les libertés.
Collectif LIBERTÉS

Textes et questions faites par RENAULT JP., disponibles (mais je ne connais pas la licence...) à l'adresse: sites.univ-provence.fr/wfcup/site/IMG/pdf/FRjrEX01-2.pdf
Séquence 8: Diffuser de la grammaire

Séance 1: Mise en place

Objectif de la séquence: créer un audioblog sur le thème de la «&nbsp;grammaire&nbsp;»
Un blog, c'est une publication sur Internet, régulièrement mise à jour (comme un journal personnel): l'article publié se nomme un «&nbsp;post&nbsp;».
Un audioblog ne délivre pas des «&nbsp;posts&nbsp;» écrits, mais audio.
Par deux, vous allez créer un 'post' sur la grammaire: d'abord, il vous faudra le composer, puis l'enregistrer.

Diffuser, ça nécessite de définir son destinataire: à qui on s'adresse?
Choisir un thème:

La grammaire, c'est la description du fonctionnement de la langue: c'est quoi un verbe ? Où se placent les adjectifs ? Comment on pose une question ?
(trouvés sur Internet; seule trace dans ~OOo: collège de vinci)
!EXERCICES 

!!1. Voici des titres d'ouvrages appartenant au genre autobiographique, D'après le titre, dîtes s'il s'agit de confession, d'essai, d'autobiographie, de mémoires...
1. ~Jean-Jacques Rousseau, les Confessions.
2. Marcel Pagnol, La Gloire de mon père.
3. ~Pierre-Jakez Hélios, Le Cheval d'orgueil. Mémoires d'un Breton du pays bigouden.
4. Pierre Pachet, Autobiographie de mon père. 
5. Maryse Condé, Moi, Tituba sorcière.
6. ~François-René de Chateaubriand, René.
7. ~Gabrielle-Sidonie Colette, Sido.
8. Oscar Lewis, Les Enfants de Sanchez. Autobiographie d'une famille mexicaine.
9. Roland Barthes, Barthes par lui-même.
10. Michel Foucault, Moi, Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma soeur et mon frère...
11. Georges Perec, W ou Le souvenir d'enfance.

!!2. Lisez ces premières phrases d'oeuvres littéraires. Dites si elles annoncent un projet autobiographique ou si elles renvoient à un univers de fiction. Justifiez vos réponses avec précision.
1. Je suis né le 16 avril 1899, à huit heures du soir dans East Lane, à Walworth. (Charles Chaplin, Histoire de ma vie) - 2. Si vous voulez vraiment que je vous dise, alors sûrement la première chose que vous allez me demander c'est où je suis né, et à quoi ça a ressemblé, ma saloperie d'enfance, et ce que faisaient mes parents avant de m'avoir, et toutes ces conneries à la David Copperfield. mais j'ai pas envie de raconter ça et tout. (Salinger. L'attrape-coeurs) - 3. Sur l'immense empire carolingien s'étend la forêt. (Paul Zumthor. Charles le Chauve. Le petit-fils de Charlemagne) - 4. Tu es  l'ainée et c'est toi qui t'occupes d'elles. (Charles Juliet. Lambeaux) - 5. Je naquis au Havre un vingt et un février en mil neuf cent et trois. (Raymond Queneau. Chéne et Chien) - 6. J'ai commencé à écrire mon journal l'été de mes quinze ans. (Femme de 24 ans. Cher cahier) - 7. 11 était une fois... , Un roi ! - vont s'écrier mes petits lecteurs. (Collodi. Pinocchio) - S. Ici  repose celui dont le nom était écrit sur l'eau. (Keats. Épitaphe)-9. Les familles heureuses se ressemblent toutes les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon. (Tolstoï. Anna Karénine) - 10. La voix au téléphone semblait coupante et péremptoire. mais je n'entendais pas trop bien ce quelle disait - d'abord parce que je n'étais qu' à moitié réveillé et ensuite parce que je tenais le récepteur à l'envers. (Raymond Chandler. Charades pour écroulés) - 11. Jadis. si je me souviens bien ma vie était un festin où s'ouvraient tous les coeurs. où tous les vins croulaient. (Rimbaud. Une saison en enfer) - 12. Deviendrais-je le héros de ma propre vie, ou bien sera-t-elle occupée par quelqu'un d'autre ? (Dickens. David Copperfield).
L'AUTOBIOGRAPHIE : par où commencer?

!!Texte 1
C'est ici un livre de bonne foi , lecteur. Il t'avertit dès l'entrée que je ne m'y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n'y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire. Mes forces ne sont pas capables d'un tel dessein. Je l'ai voué à la commodité particulière de mes parents et amis : à ce que m'ayant perdu (ce qu'ils ont à faire bientôt) ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, ce que par ce moyen ils nourrissent plus entière et plus vive la connaissance qu'ils ont eu de moi. Si c'eût été pour rechercher la faveur du monde, je me fusse mieux paré et me présenterais en une marche étudiée. Je veut qu'on m'y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice : car c'est moi que je peins. Mes défauts s'y liront au vif, et ma forme naïve, autant que la révérence publique me l'a permis. Que si j'eusse été entre ces nations qu'on dit vivre encore sous la douce liberté des premières lois de nature, je t'assure que je m'y fusse très volontiers peint tout entier, et tout nu. Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : ce n'est pas raison que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain : adieu donc.&nbsp; 
De Montaigne, ce premier de mars mille cinq cent quatre-vingt. 
//Montaigne, Essais.//

!!Texte 2
Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi.
Moi seul. 
Je sens mon cœur et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu.
//~Jean-Jacques Rousseau, Les confessions, I,1, Publication posthume//

!!Texte 3
Que m'importe ce qui n'importe qu'à moi&nbsp;? Presque tous les écrivains que je connais aiment leur enfance, je déteste la mienne. J'ai peu et mal appris à me créer moi-même, si se créer, c'est s'accommoder de cette auberge sans routes qui s'appelle la vie. J'ai su quelque fois agir, mais l'intérêt de l'action, sauf lorsqu'elle s'élève à l'histoire, est dans ce qu'on fait et non dans ce qu'on dit. Je ne m'intéresse guère.
//A.Malraux, Antimémoires, I. //

!!Texte 4
Je n'écris ni un roman ni l'histoire d'un personnage illustre. Digne ou indigne, ma vie est ma matière et ma matière est ma vie. Ayant vécu sans jamais penser que l'envie pût un jour me venir de l'écrire, elle aura peut-être un caractère intéressant qu'elle n'aurait pas, sans doute, si j'avais vécu dans l'intention de l'écrire dans mes vieux ans et, qui plus est, de la publier.
A l'âge de soixante-douze ans, en 1797, lorsque je puis dire vixi, quoique je vive encore, il me serait difficile de me créer un amusement plus agréable que celui de m'entretenir de mes propres affaires, et de fournir un beau sujet de rire à la bonne compagnie qui m'écoute et qui m'a toujours donné des preuves d'amitié et que j'ai toujours fréquentées. Pour bien écrire, je n'ai qu'à imaginer qu'elle me lira.
Quant-aux profanes que je pourrai empêcher de lire, il me suffit de savoir que ce n'est point pour eux que j'écris,
En me rappelant les plaisirs que j'ai eus, je les renouvelle, j'en jouis une seconde fois, et je ris des peines que j'ai endurées et que je ne sens plus.

//Casanova, Mémoires, préface., Publication posthume.//

!!Texte 5
En faits de détails atroces, mon livre n'ajoutera rien à ce que les lecteurs du monde entier savent déjà sur l'inquiétante question des camps d'extermination. Je ne l'ai pas écrit dans le but d'avancer de nouveaux chefs d'accusation, mais plutôt pour fournir des documents à une étude dépassionnée de certains aspects de l'âme humaine. Beaucoup d'entre nous, individus ou peuples, sont à la merci de cette idée, consciente ou inconsciente, que «&nbsp;l'étranger, c'est l'ennemi.&nbsp;». Le plus souvent, cette conviction sommeille dans les esprits, comme une infection latente : elle ne se manifeste que par des actes isolés, sans lien entre eux, elle ne se fonde pas sur un système. Mais lorsque cela se produit, lorsque le dogme informulé est promu au rang de prémisse majeure d'un syllogisme, alors, au bout de la chaîne logique, il y a le «&nbsp;Lager&nbsp;», c'est à dire, le produit d'une conception du monde poussée à des plus extrêmes conséquences avec une cohérence rigoureuse ; tant que la conception a cours, les conséquences nous menacent. Puisse l'histoire des camps de concentration retentir pour tous comme un sinistre signal d'alarme.

//Primo Levi, Si c'est un homme, préface//
!S1: L'exposition; en dix questions
#Nous avons affaire à un texte théâtral. Rappelez-en les particularités. Quels sont les éléments du texte qui ne s'adressent qu'au lecteur de la pièce ? Comment le spectateur connaît-il le nom des personnages ?
#Relevez dans la scène 1 (lignes 1 à 62) des mots appartenant au champ lexical :
## de l'amour
## de la peur.
# Définissez précisément quels liens unissent Valère et Élise.
# Délimitez dans la scène 1 les passages correspondant aux parties suivantes, que vous remettrez dans l'ordre (les parties sont présentées ici dans le désordre par rapport au déroulement de l'action) :
## Élise rappelle dans quelles circonstances elle a rencontré Valère, et quelle ruse celui-ci a employée pour être toujours auprès d'elle (rappelez-les vous aussi).
## Valère et Élise passent en revue les obstacles qui s'opposent à leur amour (énumérez ces obstacles).
## Valère s'emploie à convaincre Élise de la sincérité de son amour.
## Les deux jeunes gens envisagent les solutions possibles pour aplanir les obstacles (énumérez ces solutions).
## Valère expose sa situation personnelle (rappelez-la aussi).
# Expliquez pourquoi on trouve dans la scène 1 des passages à l'indicatif présent, à l'indicatif passé simple et passé composé, à l'impératif présent.
# Quels autres personnages, pour le moment absents, sont mentionnés dans la première scène  ? Comment s'opère le passage de la scène 1 à la scène 2? Qu'appelle-t-on « scène » au théâtre ?
# Relevez dans la scène 2 les indices permettant de connaître les liens de parenté unissant Élise et Cléante.
# Quel personnage, mentionné dans la scène 1, est à nouveau évoqué dans la scène 2? Relevez les groupes nominaux et les pronoms qui le désignent.
# Dans la scène 2, quelle information ignorée de Cléante est déjà connue du spectateur ?
# Résumez en trois lignes les informations données par Cléante sur sa propre situation.
# Comparez la situation du frère et celle de la sœur.

!S2: Observation
# Qu'avons-nous appris sur Harpagon dans la scène 3 ? En quoi la scène 4 confirme-t-elle ces informations? 
# Étudiez le vocabulaire des lignes 211 à 226 (se. 3) et 304 à 317 (se. 4).
# Montrez que, dans la scène 4, l'emploi des pronoms personnels révèle, d'une part, la complicité qui existe entre le frère et la sœur, et d'autre part les relations (définissez-les) qu' Harpagon entretient avec ses enfants.
# La scène 4 comporte deux parties très différentes, a. Délimitez-les et indiquez d'un mot quel est le sujet de chacune d'elles, b. Laquelle apporte des éléments nouveaux dans l'action? c. Recopiez la formule qui permet le passage d'une partie à l'autre.
# Entre les lignes 364 et 387, Harpagon fait un portrait de Cléante. 
##. Relevez les termes appartenant au champ lexical du vêtement et à celui de l'argent.
## Quels reproches Harpagon fait-il à son fils? Relevez un autre passage de la scène où il se moque de lui.
# 
## Quel(s) point(s) commun(s) présentent les projets de mariage annoncés par Harpagon ?
## Voyez-vous une différence de caractère entre le frère et la sœur?
# Comment Molière montre-t-il qu'une épreuve de force s'est engagée entre le père et la fille (lignes 466-495) ?
!!Prolongement: débat
À votre avis, les scènes 3 et 4 sont-elles ou non comiques, et pourquoi ?
Cette discussion permettra d'aborder de manière informelle le fonctionnement du comique de farce de la scène 3. La scène 4, elle, ne sera sans doute pas perçue comme comique de bout en bout. Par exemple, l'échange entre Harpagon et Cléante aux lignes 452-453 (« - Qui, vous, vous ? - Oui, moi, moi, moi! ») pourra paraître plus drôle que le désespoir non feint d'Élise à la fin de la scène, qui contraste aussi avec le début comique de leur dispute.


S3
Observation :
acte I, scène 5
1. Rappelez ce qu'Harpagon et Élise attendent de Valère.
2. Le comportement de Valère rappelle celui d'un « agent secret » : pourquoi ? Au service de qui agit-il ?
3. Cette scène pourrait être découpée en quatre scènes plus courtes. Quelle serait la liste des personnages présents dans chacune d'elles ?
4. À quel moment parle-t-on à Élise? Comment est-elle désignée le reste du temps ?

Prolongements
+ Acte I, scène 5
En vous aidant de votre réponse à la question 3, établissez, avec l'aide de votre professeur, un schéma de la position et des déplacements possibles des personnages dans l'espace où évoluent les acteurs, en vue d'une possible mise en scène.
•   Exploitation
À chaque « moment » de la scène correspond un placement différent des acteurs. La brève sortie d'Harpagon se fait à gauche, comme l'indique la didascalie (« à part, regardant du côté du jardin »). Il ne doit pas s'avancer trop près des jeunes gens à son retour (lignes 586-593), car le texte ne révèle aucune méfiance de sa part. La position de chacun correspond au schéma de la communication (au début de la scène, Élise reste sans doute un peu à l'écart), mais répond aussi à des contraintes (les acteurs ne tournent pas le dos aux spectateurs).
4 Acte III, scènes 4 à 7
En vous appuyant sur les remarques faites lors de l'étude de l'acte I, scène 5, étudiez le fonctionnement de la communication dans ces quatre scènes : communication « officielle », communication « souterraine ». En particulier, qui sont les personnages entre lesquels il n'y a pas d'échange ? À qui s'adressent les paroles de Cléante, dans la scène 7 ?
•   Exploitation
Voir correction page 28.

S4
Observation
1. Pourquoi, malgré les révélations faites au cours de la scène 5 par Anselme, la situation reste-t-elle bloquée à la fin de cette scène 1
2. L'arrivée de Cléante va dénouer l'action au début de la scène 6. Recopiez les ordres qu'il donne à Harpagon (1. 2413-2427). Comment nomme-t-on le genre de pression qu'il exerce sur son père?
3. Quelle obligation Mariane formule-t-elle pour Cléante à la ligne 2430 ? Retrouvez dans d'autres répliques une tournure grammaticale semblable pour exprimer l'obligation.
4. Quels ordres et quels conseils Anselme donne-t-il à Harpagon dans ses différentes répliques ? Classez si possible les tournures qu'il utilise pour cela.
5. Quelles conditions successives Harpagon met-il à son consentement? Recopiez les passages en question.
6. Qu'est-ce qui a changé pour chacun des personnages présents entre le début et la fin de la scène 6 ? Quel personnage a permis ce dénouement ?



Expression écrite
En utilisant les tournures mises en évidence au cours de la leçon, écrivez un court dialogue qui pourrait figurer dans le « script » d'un film (par exemple, un western ou un film policier) ou être inséré dans un récit romanesque, et dans lequel un personnage exerce une pression sur un autre personnage. Le dialogue devra comporter les éléments nécessaires à la compréhension sommaire de la situation.
Le sujet devrait « parler » aux élèves, friands (hélas) de films d'« action ». L'important est évidemment le réemploi des tournures. On s'attend par exemple à des situations dans lesquelles les forces de l'ordre forcent un malfaiteur à la reddition : « II vous faut être raisonnable ! Rendez-vous, et il ne vous sera pas fait de mal ! ».


S5
Observation
1. En quel(s) lieu(x) l'action de L'Avare se déroule-t-elle?
2. Pouvez-vous retrouver les scènes dans   lesquelles   apparaissent   les répliques suivantes, les personnages qui les prononcent ainsi que le nom de leur interlocuteur? Les citations sont présentées dans l'ordre chronologique du déroulement de la pièce.

a.  Quant à ton frère, je lui destine une certaine veuve dont ce matin on m'est venu parler; et, pour toi, je te donne au seigneur Anselme.
b.  Avec votre permission, vous l'épouserez dès ce soir.
c.  On doit aujourd'hui l'aboucher avec vous dans une maison empruntée.
d.  Je suis obligé de donner à souper au seigneur Anselme, et je serai bien aise qu'elle soit du régal.
e.   Elle [Mariane] doit, après dîner, rendre visite à votre fille, d'où elle fait son compte d'aller faire un tour à la foire, pour venir ensuite au souper.
f.   Allons, venez ça tous, que je vous distribue mes ordres pour tantôt [tout à l'heure].
g.  Je me suis engagé /...] à donner ce soir à souper.
h. Le carrosse est tout prêt. Vous pouvez partir quand il vous plaira.
i.  Suivez-moi, vous dis-je, nous sommes bien [...]. J'ai guigné ceci tout le jour.
j.  Monsieur est de votre souper ?
k. On lui a pris aujourd'hui son argent [...].
I.  Le ciel [...] vient de me rendre un père dont vous avez à m'obtenir.
m.Allons jouir de l'allégresse que cet heureux jour nous présente.

3. Que concluez-vous sur la durée de l'action dans L'Avare? Vous vous rappellerez qu'au XVIIeme siècle, le « dîner » désigne que nous appelons aujourd'hui le déjeuner, et que le « souper » désigne notre dîner.

Prolongements
1. Pour mieux illustrer la notion
d'unité de lieu, on pourra demander aux élèves de repérer, au début ou à la fin de certaines scènes, la formule qui indique l'arrivée ou la sortie d'un personnage. Par exemple : « Le voici en propre personne » (arrivée d'Harpagon annoncée par Frosine, III, 4), « Voilà, belle mignonne, ma fille qui vient vous saluer » (arrivée d'Élise annoncée par Harpagon à Mariane, III, 5).
2. Une réflexion devra être également entamée sur l'unité d'action,
sujet plus difficile à faire appréhender à de jeunes élèves, et qu'on a dit être le point faible de la pièce. On y trouve en effet non pas un, mais deux couples d'amoureux, et une double intrigue : les mariages projetés par Harpagon, et le vol de la cassette de celui-ci. Si les intrigues sont liées, on a reproché à Molière d'avoir perdu de vue le personnage de Frosine dans les derniers actes, et surtout de n'avoir plus guère évoqué le mariage d'Élise (qui faisait pourtant l'objet de toute la première scène!) entre la scène 5 de l'acte I (« sans dot! ») et la superbe scène de quiproquo où Valère confesse son amour pour elle devant Harpagon (V, 3).

S6
Observation
1. Tous les verbes dont la liste suit sont conjugués au subjonctif, et au pré­sent de ce mode. Quel(s) indice(s) permet(tent) de reconnaître le subjonctif?
2. Parmi ces verbes, lequel est conju­gué à la voix passive ? Comment forme-t-on le subjonctif présent à cette voix ?
3. Un seul de ces verbes est employé en proposition indépendante. Citez-le. Qu'exprime ici le subjonctif?
4. Pour les 15 verbes employés en subordonnée, établissez un tableau sur le modèle ci-contre.
5. Mettez à l'indicatif présent les verbes suivants : que vous acceptiez -qu'il ne rende - que le prêteur voie - que l'emprunteur soit majeur - que l'emprunt-
teur paye - que je voie - que je consente -que l'emprunteur prenne - que je fasse -que la peste l'étouffe.
Quelles sont les terminaisons des verbes au subjonctif? Quel verbe fait exception à cette règle ?
6. À quel temps et à quelle voix le verbe au subjonctif de la subordonnée est-il conjugué dans la phrase « II a fallu que cette passion lui soit venue en tête » (i. 637) ?
7. À votre avis, pourquoi trouve-t-on autant de verbes au subjonctif dans cette scène ?
------------------------------------------------1
Corpus de verbes
que vous acceptiez (i. 655), que les choses se fassent (1.656), que le nom... ne rende (1.665), que le prêteur voie (I. 67l), que l'emprunteur soit (l. 672), où le bien soit (l. 672), que l'acte soit dressé (1. 677), que ledit premier emprunteur paye (l. 689), que je voie (1.695), que je consente (1. 696), que l'emprunteur prenne (l. 702), que je fasse (1.715), que la peste l'étouffe (1.741), ne vous en déplaise (1.749), que j'y fasse (l. 753), que je le voie encore (1.766).


S7
Questions
1. Traduisez les passages en gras en vous aidant des notes et du vocabu­laire.
2. Retrouvez dans la tirade d'Harpa­gon les passages qui vous semblent cor­respondre aux extraits que vous avez traduits.
3. Relevez les mots interrogatifs dans le texte latin; pourquoi sont-ils nombreux 1
4. En quoi la situation d'énonciation est-elle comparable dans les deux textes 1
5. Relevez les mots appartenant aux champs lexicaux de la confiance, de l'honnêteté, des apparences et du vol.
6. Comment situeriez-vous le texte de Molière par rapport à celui de Plaute : est-ce une traduction, une adaptation, une imitation... 1
euclio. - Perii, interii, occidi! Quo curram11 Quo non curram ? Tene, tene! Quem? Quis?
Nescio, nihil video, caecus eo atque equidem quo eam, aut ubi sim, aut qui sim,
Nequeo cum animo certum investigare. [...]
Quid ais tu ? tibi credere certum est; nam esse bonum ex voltu cognosco.
Quid est? quid ridetis? novi omnes : scio fures hic esse complures,
Qui vestitu et creta2 occultant sese atque sedent quasi sint frugi.
Plaute, Aulularia, IV, 9, vv. 713-719, texte établi par A. Ernout, Les Belles Lettres, 1976.
Vocabulaire : Euclio, -on/s : Euclion (personnage avare). Pereo, is, ire, ii : être perdu, anéanti. Intereo, is, ire, interii : mourir. Occido, is, ère, occidi : tomber à terre, succom­ber. Nescio, is, ire : ignorer. Scio, is, ire : savoir + proposition infinitive. Caecus, a, um : aveugle. Rideo, es, ère : rire. Complures = plures. Sese = se. Novi (parfait ayant le sens d'un présent) : je sais, je connais. Quasi + subj. : comme si. Occulta, as, are : cacher. Sedeo, es, ère : être assis. Frugi (employé comme adjectif indéclinable, datif du nom frux, frugis) : de bon rapport, d'où rangé, sage, honnête.
1.  curram : subjonctif indiquant une hésitation, un balancement.
2.vestitu et creta : « un vêtement blanchi à la craie ».

S8
Observation
1. Dans un roman policier classique, l'histoire se déroule selon un schéma préétabli dont les étapes sont présen­tées ici dans le désordre. Remettez-les dans l'ordre.
A. Passage en revue, puis interroga­toire des suspects possibles.
B. Déposition de la victime ou de ses proches, appel à un détective ou à un représentant des forces de l'ordre.
C. Recherche d'indices, recueil de témoignages.
D. Découverte d'un crime (ou d'un vol).
E. Premières constatations du détec­tive ou du commissaire.
F. Arrestation du coupable et recons­titution de l'histoire par le détective.
G. Enquête proprement dite. 
H. Exploration des premières pistes.
2.Retrouvez dans L'Avare (acte IV, se. 7 et acte V, se. 1 et 2) les passages qui vous semblent correspondre à ces étapes (attention : certaines d'entre elles ne sont pas représentées).
3.Relevez dans ces scènes les mots que l'on pourrait trouver aussi dans un récit policier.


S9


Observation
1. Lisez cet extrait d'un texte de Colette puis répondez aux questions.
a. Ce texte, qui n'est pas destiné à être joué, présente pourtant des carac­téristiques qui le rapprochent du genre théâtral. Mettez-les en évidence.
b. Pour le chat, le cheval n'a que des défauts : lesquels? Pour le chien, il n'a que des qualités : lesquelles ?
c. À quel être monstrueux le chat assimile-t-il le cheval? Citez le texte.
d. Montrez que Kiki et Toby portent un jugement très différent sur les acti­vités équestres de leur maîtresse.
e.  Les deux animaux ont aussi une cer­taine opinion de leur camarade : laquelle?
2. Relisez les extraits de L'Avare indi­qués puis répondez aux questions.
a. Acte H, scène 2. Quels adjectifs Harpagon emploie-t-il à propos du comportement de son fils, et Cléante à propos de celui de son père? Donne-t­on raison à l'un plutôt qu'à l'autre ?
b. Acte II, scène 4. Qui fait le por­trait d'Harpagon dans cette scène? À l'intention de qui ? Relevez dans le por­trait trois expressions particulièrement péjoratives; ce portrait est-il, pour autant, totalement négatif?
c. Acte IV, scène 7 et acte V, scène 6. Que révèle Harpagon sur lui-même dans ces scènes ? Relevez en par­ticulier les mots appartenant au champ lexical de la joie, de l'amour et du plai­sir, ainsi qu'au champ lexical de la mort.
points de vue
Dans ses Dialogues de bêtes, l'écrivain Colette (1873-1954) confronte le point de vue de deux animaux, le chat Kiki-la Doucette et le chien Toby. Leur maîtresse (désignée par le pronom « Elle ») vient de faire une chute de cheval...
toby-chien : - [...] Quand Elle est tombée de son cheval et qu'Elle a crié, j'ai senti cra­quer mon cœur.
kiki-la-doucette : - Aussi, cela ne pouvait pas finir autrement. On ne monte pas sur un cheval. Personne ne monte sur un cheval ! Je ne vois autour de moi qu'extravagance. Le cheval par lui-même est déjà une effrayante monstruosité. toby-chien, indigné : - Par exemple !
kiki-la-doucette, péremptoire : - Si. J'en ai étudié un de très près... toby-chien, à part : - II me fait rire.
kiki-la-doucette : - ... Le cheval du fermier qui pâturait dans le pré. Cette mouvante montagne, un mois durant, a empoisonné mes jours. Caché sous la haie, j'ai vu ses pieds pesants qui déforment le sol, j'ai respiré son odeur vulgaire, écouté son cri grin­çant qui secoue l'air... Une fois qu'il mangeait les brindilles basses de la haie, un de ses yeux m'a miré tout entier, et j'ai fui !... De ce jour, ma haine fut si forte que j'espérai follement anéantir le monstre. « Je m'approcherai de lui, pensais-je, je me camperai fer­mement, et le désir de sa mort sera si fort dans mes yeux qu'il mourra peut-être, ayant rencontré mon regard... » toby-chien, égayé : - Oui ?
kiki-la-doucette, poursuivant : - Ainsi fis-je. Mais le cheval, que j'attendais frémissant, souffla seulement sur moi un long jet de vapeur bleuâtre, infecte, qui me renversa dans des convulsions atroces. toby-chien : - Tu n'exagères pas? kiki-la-doucette : -Jamais [...].
toby-chien : - Nous ne pensons pas de même, Chat. Pour moi, le cheval est, après l'homme, la beauté du monde. [...] Elle sur un cheval! groupe admirable, si haut dans l'azur [...] ! Le cheval lui prête sa vitesse. Elle peut enfin lutter avec moi à la course, lorsqu'un galop aveugle m'emporte. Parfois, je les précède, toutes oreilles flottantes [...] et devant moi chemine l'ombre cornue du cheval. Si je la suis, une poussière odorante m'encense, cuir chaud, bête moite, un peu de son parfum à Elle... [...] Ô joie d'être si petit et si rapide dans une grande ombre galopante ! À la halte, je souffle comme un moteur entre les quatre jambes de mon ami, qui penche sur moi sa bouche enchaînée et m'arrose d'un ébrouement amical.
kiki-la-doucette : - Évidemment, évidemment. Coursiers généreux, franchissant le mont et le val, et sous leurs fers le silex étincelle... Tu es le dernier des romantiques.
Colette, Dialogues de bêtes, chapitre 7, © éd. Gallimard.


S10
Questions
1. Établissez le schéma narratif (pas­sage de l'état initial à l'état final) des événements qui se déroulent entre la fin de la scène 3 (l. 1784...) et la fin de la scène 5. Que constatez-vous?
2. Quelles sont les motivations de Maître Jacques à la scène 4 ? Quelle est sa stratégie pour mettre d'accord les deux parties? Pourrait-on se passer de ce personnage dans la pièce ?
3. Quels moyens Harpagon emploie-t-il pour amener Cléante à avouer son amour pour Mariane ?
4. Par quels procédés stylistiques Molière rend-il compte de l'extrême tension entre Harpagon et Cléante (scènes 3 et 5) ? Rappelez les épisodes où ils se sont déjà trouvés en conflit.
5.Comment    appelle-t-on,    au théâtre, une situation comme celle qui a cours au début de la scène 5 (l. 1884-1904) ? Quels mots signalent le moment où cette situation prend fin?


Prolongement
+ Expression orale
II sera intéressant, au cours d'un échange oral, d'aider la classe à mettre en lumière l'alternance de moments de tension et de détente
qui structure la pièce. Ainsi, la scène où La Flèche expose les conditions du prêt est comique tandis que la suivante, où Cléante et Harpagon découvrent leur identité respective, révèle un conflit violent jusque-là latent; juste après, le portrait d'Harpagon brossé par La Flèche marque un retour au comique.
Les entrées en scène du tyran Harpagon entraînent souvent une rupture de tonalité (aggravation des conflits ou surcroît de comique), son départ étant a contrario un soulage­ment pour les autres.


S11

Questions
1. a. Retrouvez les passages où Fro-sine s'efforce de persuader Harpa­gon qu'il se porte toujours bien et qu'il est à même de séduire Mariane. Réper­toriez les arguments qu'elle emploie.
b. Quels types et quelles formes de phrases sont représentés dans son dis­cours ? Pourquoi ?
c.  Relevez des phrases :
-   où Frosine semble penser exacte­ment le contraire de ce qu'elle dit;
-   où elle fait preuve d'une exagéra­tion manifeste.
2. a. Harpagon s'est-il montré diffi­cile à convaincre? Dans quelle scène met-il en pratique les « conseils » de l'entremetteuse ?
b. Quels types de comique sont représentés dans cette scène? (Voir fiche-élève 6.)

Expression écrite
4 Sujet (1 h 30)
En utilisant les procédés mis en évi­dence lors de l'étude de ce passage, écri­vez une scène de théâtre dans laquelle un personnage (représentant, vendeur sur un marché, etc.) tente de vendre à un autre personnage un objet manifes­tement inutile; pour le convaincre, il aura recours tantôt au mensonge, tan­tôt à la flatterie. Vous insérerez dans le dialogue des remarques ironiques et des antiphrases (que vous soulignerez en vert), des hyperboles (soulignées en bleu), des interrogations oratoires (sou­lignées en noir), des phrases empha­tiques (soulignées en rouge), etc.



S14



La notion d'enchaînement est essentielle lorsqu'il s'agit de langage et, à plus forte rai­son, de langage dramatique. [...] Dans une conversation courante [...], il y a un mini­mum d'enchaînement, sans cela aucun dialogue ne serait possible, mais il s'en faut de beaucoup que cet enchaînement soit parfait. L'examen attentif de conversations enregis­trées au magnétophone fait apparaître un certain nombre de manques. Trop souvent il y a des silences prolongés dépourvus de toute signification et qui révèlent simplement que les interlocuteurs n'ont momentanément plus rien à se dire : [...] « la conversation tombe ». Il est nécessaire de la « relancer », ce qui se fait ordinairement de la façon la plus maladroite. On passe alors sans vergogne d'un thème à l'autre. [...] Qu'un des interlocuteurs vienne à prononcer plusieurs phrases sans être interrompu, ce qui est rare, et là encore un certain nombre de défauts apparaissent. Les silences, les hésitations sont de règle. [...]
Pour des raisons inverses le dialogue dramatique, qui recherche autre chose que la simple communication [...], est, de façon générale, d'autant plus efficace qu'il est plus enchaîné.



Travail préalable
On demande à deux élèves d'impro­viser un échange, le plus naturel pos­sible, sur un thème banal (qu'as-tu fait durant le week-end, qu'aimes-tu lire, etc.). On les enregistre au magnéto­phone en évitant de les inhiber (on peut leur dire que la bande sera effacée après la séance). On procède ensuite à la réécoute de l'enregistrement.
On dégage ainsi certains traits de la chaîne verbale, conformément à ce qu'écrit Pierre Larthomas dans Le Lan­gage dramatique (voir bibliographie) à propos de la différence entre langage courant et langage dramatique.
Questions
1. À qui s'adresse la première phrase d'Harpagon ? À quoi voit-on qu'il est maître de la situation dans cette scène ?
À quels personnages s'adresse-t-il suc­cessivement ?
2. Qui sont les personnages qui pour­raient contrarier les desseins d'Harpagon? Comment garde-t-il le dessus sur eux?
3. Repérez dans le passage indiqué les endroits où un personnage :
-   en interrompt un autre ;
-  s'interrompt lui-même dans son discours.
Quel signe de ponctuation les signale ? Par quoi ces interrup­tions sont-elles motivées ?
4. Quels sont les pronoms person­nels majoritairement employés par les personnages :
a. entre les lignes 1094 et 1171 ?
b. entre les lignes 1172 à 1182, d'une part, et 1209 à 1218, d'autre part?
5. Relevez les formules par lesquelles Harpagon s'assure que ses interlocu­teurs sont attentifs à ses paroles et solli­cite leurs réponses.
6. À quels moments de la scène pen­sez-vous que peuvent se produire des silences ?
7. Relevez les phrases interrogatives du texte et classez-les selon qu'elles expriment :
-  une interrogation véritable ;
-  une demande de confirmation ;
-  un sentiment (doute, indignation) ;
-   une hypothèse;
-  un ordre ou un rappel à l'ordre.
8. Relevez dans le texte deux exem­ples de phrases qui continuent d'une réplique à l'autre.
9. Quels sont les deux mots qui reviennent à plusieurs reprises entre les lignes 1168 et 1191?
10.  Pourquoi Harpagon ne répète-t-il pas la maxime de Valère à la ligne 1226? Que répond-il à la plac
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%205%e8me/Avare/nrp002.jpg"></object>
</html> 
Et s'il était à refaire
Je referais ce chemin
Une voix monte des fers
Et parle des lendemains

On dit que dans sa cellule
Deux hommes cette nuit-là
Lui murmuraient "Capitule
De cette vie es-tu las

Tu peux vivre tu peux vivre
Tu peux vivre comme nous
Dis le mot qui te délivre
Et tu peux vivre à genoux"

Et s'il était à refaire
Je referais ce chemin
La voix qui monte des fers
Parle pour les lendemains

Rien qu'un mot la porte cède
S'ouvre et tu sors Rien qu'un mot
Le bourreau se dépossède
Sésame Finis tes maux

Rien qu'un mot rien qu'un mensonge
Pour transformer ton destin
Songe songe songe songe
A la douceur des matins

Et si c'était à refaire
Je referais ce chemin
La voix qui monte des fers
Parle aux hommes de demain

J'ai tout dit ce qu'on peut dire
L'exemple du Roi Henri
Un cheval pour mon empire
Une messe pour Paris

Rien à faire Alors qu'ils partent
Sur lui retombe son sang
C'était son unique carte
Périsse cet innocent

Et si c'était à refaire
Referait-il ce chemin
La voix qui monte des fers
Dit je le ferai demain

Je meurs et France demeure
Mon amour et mon refus
O mes amis si je meurs
Vous saurez pour quoi ce fut

Ils sont venus pour le prendre
Ils parlent en allemand
L'un traduit Veux-tu te rendre
Il répète calmement

Et si c'était à refaire
Je referais ce chemin
Sous vos coups chargés de fers
Que chantent les lendemains

Il chantait lui sous les balles
Des mots sanglant est levé
D'une seconde rafale
Il a fallu l'achever

Une autre chanson française
A ses lèvres est montée
Finissant la Marseillaise
Pour toute l'humanité

[[Liens pour Blade Runner]]
http://egb.ifrance.com/a162.htm
http://www.clioetcalliope.com/oeuvres/litterature/britanicus/britanicus.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A9r%C3%A9nice_%28princesse_de_Jud%C3%A9e%29
Dans la description  d'un paysage ou d'un lieu, les CCL tiennent une place très importante: ils organisent le lieu et permettent au lecteur de s'en faire une image.
Ex: «&nbsp;sous la digue, une petite anse abritait une plage&nbsp;»&nbsp;
Le CCL:
répond à la question «&nbsp;Où +le verbe conjugué de la phrase&nbsp;» (ici: où + abritait)
peut se supprimer (et la phrase reste correcte)
est séparé du reste par des virgules

«&nbsp;CCL&nbsp;»: c'est une fonction, ça indique à quoi servent ces mots.
Les CCL peuvent avoir des NATURES différentes:
«&nbsp;//sous la digue//, une petite anse abritait une plage&nbsp;» → Groupe Nominal
«&nbsp;//là//, une petite anse abritait une plage&nbsp;» → Pronoms

Les groupes nominaux sont introduits par des prépositions (sur, vers, sous, à côté...)
Les pronoms (là, ici, en, y) remplacent des noms.
(je vais à l'école → j'y vais)
!!1. Classez les termes suivants selon qu'ils expriment la joie ou la surprise:
l'allégresse – le bonheur – la bonne humeur – la consternation – la déception – l'effarement – l'entrain – l'émerveillement – l'enthousiasme – l'étonnement – l'exaltation – la gaieté – le plaisir – le ravissement – la réjouissance – le saisissement – la satisfaction – le soulagement – la stupéfaction – la stupeur 

!!2.Classez les termes suivants selon qu'ils expriment la tristesse, la colère ou la peur:
l'affolement – l'agacement – l'affliction – l'angoisse – l'appréhension – le cafard – le chagrin – la crainte – l'effroi – l'emportement – l'énervement – l'ennui – l'épouvante – l'exaspération – la frayeur – la fureur – l'inquiétude – l'irritation – la mélancolie – la morosité – la panique – la peine – la rage – la rogne – la terreur

!!3.Trouvez les adjectifs qualificatifs et/ou les verbes ou locution verbales correspondant aux exercices 2 et 3
ex : le cafard --> avoir le cafard                   la consternation--> être consterné       la rogne -> être en rogne

!!4.Classez ces expressions en deux colonnes  selon qu'elles expriment la joie ou la surprise, A quel registre de langue appartiennent-elles?
Avoir le coeur qui bat la chamade - boire du petit lait - en rester comme deux ronds de flan - être aux anges- être bien dans sa peau - être gai comme un pinson - être heureux comme un poisson dans l'eau - Ne pas en croire ses oreilles - ne pas en revenir - ouvrir des yeux ronds - rester clouer sur place - s'en donner à coeur joie - se frotter les mains - tomber des nues - mettre du baume au coeur

!!5. Classez ces expressions en trois colonnes  selon qu'elles expriment la tristesse, la colère ou la peur, A quel registre de langue appartiennent-elles? ''joie surprise tristesse colère peur''
Avoir les larmes aux yeux – avoir des sueurs froides – avoir le coeur serré – avoir la gorge sèche, l'estomac noué – avoir la mort dans l'âme – avoir le moral à zéro – broyer du noir – claquer des dents – décharger sa bile – échauffer les oreilles – la moutarde lui monte au nez – être triste comme un bonnet de nuit – être au trente-sixième dessous – être plus mort que vif – faire grise mine, un drôle de nez – faire la tête (la gueule, la tronche), une tête d'enterrement – monter sur ses ergots, ses grands chevaux – trembler comme une feuille.

!!6. En vous aidant  du tableau  suivant, classez ces verbes  selon ce qu'ils expriment. Créez 5 phrases les utilisant,
abasourdir – déconcerter – décevoir – ébahir – éberluer – éblouir – effarer – épater – époustoufler – estomaquer – étonner – frapper – impressionner – méduser – pétrifier – renverser – stupéfier – surprendre – tétaniser

Une surprise (bonne ou mauvaise, on ne le sait pas)
Une surprise agréable
Une surprise désagréable

!!7. Précisez le sens  des  mots de cette liste. Complétez  les phrases  avec  le terme qui convient (plusieurs  solutions sont  parfois  possibles ).  Relevez  les autres  termes  ou expressions évoquant  la tristesse,
abattement – amertume – affliction – consternation – découragement – désolation – désespoir – langueur – morosité – nostalgie – vague à l'âme 

a. Ce nouvel échec nous plongea dans un tel ..................... qu'il mit longtemps à retrouver le désir de se battre.
b. La sécheresse avait transformé la campagne naguère verdoyante en une terre de ......................
c. Nul ne peut dire la ...................... qui se lut sur tous les visages à la nouvelle que ce champion jugé exemplaire était suspecté de dopage. Lui, songeait avec ...................... à tous les efforts anéantis par cette accusation injuste,
d. La mort de sa femme lui avait brisé le coeur ; depuis lors, le vieil homme restait inconsolable, prostré dans un état de total ......................
e. Pourquoi rit-on devant le ...................... d'Harpagon privé de son trésor?
f. Le sort semble s'acharner sur cette famille ; ce deuil va s'ajouter à son ......................
g. Dans la grisaille des jours d'automne, Emma glissait dans un état de ...................... qu'elle ne trouvait pas sans charme. Elle cultivait cette humeur rêveuse, ce ......................mélancolique où affleuraient de vagues désirs, elle s'abandonnait à la ...................... des beaux jours disparus,

!!8. Précisez le sens  des  verbes et des  expressions  suivants et classez  les  selon  le degré de colère  qu'ils expriment, Les quels  sont familiers? 
Bisquer – se courroucer – se déchaîner – éclater – s'emporter – s'énerver – enrager – s'exaspérer – s'exciter – exploser- se fâcher tout rouge – se froisser – fulminer – s'impatienter – s'irriter – se mettre en rogne – piquer une colère (une crise) – râler – se rebiffer – se révolter – se vexer – voir rouge.

!!9. Précisez le sens  des  termes  suivants et classez  les  selon  le degré de joie  qu'ils expriment.
L'allégresse – le consentement – l'enthousiasme – l'enchantement – l'euphorie – l'exaltation – la griserie – la jubilation – la liesse – le ravissement 

!!10. Complétez  les phrases  suivantes  avec  les  mots  qui conviennent.  Faites  les  accords  nécessaires :
désopilant – émoustillé – enjoué – folâtre – guilleret – hilare – jovial – radieux – ravi – réjoui 

a. Ce matin-là, Perrette se sentait toute ...................... et d'humeur ......................
b. Joe était ...................... de n'avoir rien à faire.
c. A son retour, Thierry arborait un visage si ......................, une mine si ...................... que l'on comprit aussitôt qu'il avait eut son permis.
d. Le visage ......................, l'oeil ......................, Jean riait d'avance de l'histoire ...................... qu'il allait raconter.
e. C'était un compagnon agréable, toujours ...................... et souriant, la parole ...................... et chaleureuse.
 <html><div style="text-align:center;"><br/>
Sa grandeur éblouit l'histoire.<br/>
      Quinze ans, il fut<br/>
Le dieu que traînait la victoire<br/>
      Sur un affût ;<br/>
L'Europe sous sa loi guerrière<br/>
      Se débattit. -<br/>
Toi, son singe, marche derrière,<br/>
      Petit, petit.<br/>
<br/>
Napoléon dans la bataille,<br/>
      Grave et serein,<br/>
Guidait à travers la mitraille<br/>
      L'aigle d'airain.<br/>
Il entra sur le pont d'Arcole,<br/>
      Il en sortit. -<br/>
Voici de l'or, viens, pille et vole,<br/>
      Petit, petit.<br/>
<br/>
Berlin, Vienne, étaient ses maîtresses ;<br/>
      Il les forçait,<br/>
Leste, et prenant les forteresses<br/>
      Par le corset ;<br/>
Il triompha de cent bastilles<br/>
      Qu'il investit. -<br/>
Voici pour toi, voici des filles,<br/>
      Petit, petit.<br/>
<br/>
Il passait les monts et les plaines,<br/>
      Tenant en main<br/>
La palme, la foudre et les rênes<br/>
      Du genre humain ;<br/>
Il était ivre de sa gloire<br/>
      Qui retentit. -<br/>
Voici du sang, accours, viens boire,<br/>
      Petit, petit.<br/>
<br/>
Quand il tomba, lâchant le monde,<br/>
      L'immense mer<br/>
Ouvrit à sa chute profonde<br/>
      Le gouffre amer ;<br/>
Il y plongea, sinistre archange,<br/>
      Et s'engloutit. -<br/>
Toi, tu te noieras dans la fange,<br/>
      Petit, petit.<br/>
<br/>
Victor Hugo, Châtiments (VII, 6)<br/></html>
Toute histoire se déroule dans l'ordre du temps: il y a un avant et un après.
Le récit ne suit pas toujours cette ligne temporelle. (Le récit est la façon dont le narrateur raconte l'histoire.)
Dans les contes, l'ordre du récit suit l'ordre de l'histoire: pas de retour en arrière, pas de récit simultané de plusieurs moments, pas d'arrêt de l'histoire.
A l'inverse, l'intêret de certains livres repose sur le bouleversement de la chronologie par le récit: dans le roman policier, on remonte le fil du temps. Cela s'appelle « la complexité du récit ».

Chronologie des 3 romans:
#Ravage: le récit suit strictement un ordre chronologique: les rescapés s'organisent, s'enfuient et arrivent à destination.
#Je suis une légende: le récit suit l'ordre chronologique, mais revient en arrière II.8 et II.9: Neville se souvient des « dernières semaines d'humanité »
#Quand j'avais 5 ans...: le récit court sur 3 moments.
Le moment de l'énonciation: Gil raconte son histoire aux murs; ils est interné aux Pâquerettes.
Il a 8 ans: c'est l'année de sa rencontre avec Jessica; les événements qui ont conduit à son internement.
Il a 5 ans: chapitres de souvenir lointains. 

Résumer le livre:
L'histoire du héros: où et quand.
Phrases simples.
Au présent et au passé composé.
Faut-il respecter la chronologie ?
|à 5 ans|1||||||||||11|||||||||||
|à 8 ans|||3|4||6|||9|10|||13||15|16|17|18|19|20|
|Résidence||2|||5||7|8||||12||14||||||~|21|

Quand j'avais 5 ans... ne suit pas un ordre chronologique. Trois moments s'entrecroisent.
Le moment de l'action détermine le chapitre.
A la fin du livre, le récit reste dans le même moment: les événements s'enchaînent plus rapidement, on tend vers le dénouement attendu, le dévoilement de « ce qu'il a fait à Jessica ».
Texte de [[Sénèque]]
et de [[Corneille]]
Acte V


Scène première

Auguste, Cinna

Auguste

Prends un siège, Cinna, prends, et sur toute chose

Observe exactement la loi que je t'impose:

Prête, sans me troubler, l'oreille à mes discours;

D'aucun mot, d'aucun cri, n'en interromps le cours;

Tiens ta langue captive; et si ce grand silence

A ton émotion fait quelque violence,

Tu pourras me répondre après tout à loisir:

Sur ce point seulement contente mon désir.

Cinna

Je vous obéirai, seigneur.

Auguste

Qu'il te souvienne

De garder ta parole, et je tiendrai la mienne.

Tu vois le jour, Cinna; mais ceux dont tu le tiens

Furent les ennemis de mon père, et les miens:

Au milieu de leur camp tu reçus la naissance;

Et lorsqu'après leur mort tu vins en ma puissance,

Leur haine enracinée au milieu de ton sein

T'avait mis contre moi les armes à la main;

Tu fus mon ennemi même avant que de naître,

Et tu le fus encor quand tu me pus connaître,

Et l'inclination jamais n'a démenti

Ce sang qui t'avait fait du contraire parti:

Autant que tu l'as pu, les effets l'ont suivie;

Je ne m'en suis vengé qu'en te donnant la vie;

Je te fis prisonnier pour te combler de biens;

Ma cour fut ta prison, mes faveurs tes liens:

Je te restituai d'abord ton patrimoine;

Je t'enrichis après des dépouilles d'Antoine,

Et tu sais que depuis, à chaque occasion,

Je suis tombé pour toi dans la profusion;

Toutes les dignités que tu m'as demandées,

Je te les ai sur l'heure et sans peine accordées;

Je t'ai préféré même à ceux dont les parents

Ont jadis dans mon camp tenu les premiers rangs,

A ceux qui de leur sang m'ont acheté l'empire,

Et qui m'ont conservé le jour que je respire;

De la façon enfin qu'avec toi j'ai vécu,

Les vainqueurs sont jaloux du bonheur du vaincu.

Quand le ciel me voulut, en rappelant Mécène,

Après tant de faveur montrer un peu de haine,

Je te donnai sa place en ce triste accident,

Et te fis, après lui, mon plus cher confident;

Aujourd'hui même encor, mon âme irrésolue

Me pressant de quitter ma puissance absolue,

De Maxime et de toi j'ai pris les seuls avis,

Et ce sont, malgré lui, les tiens que j'ai suivis;

Bien plus, ce même jour je te donne Emilie,

Le digne objet des voeux de toute l'Italie,

Et qu'ont mise si haut mon amour et mes soins,

Qu'en te couronnant roi je t'aurais donné moins.

Tu t'en souviens, Cinna, tant d'heur et tant de gloire

Ne peuvent pas sitôt sortir de ta mémoire;

Mais ce qu'on ne pourrait jamais s'imaginer,

Cinna, tu t'en souviens, et veux m'assassiner.

Cinna

Moi, seigneur! moi, que j'eusse une âme si traîtresse!

Qu'un si lâche dessein...

Auguste

Tu tiens mal ta promesse:

Sieds-toi, je n'ai pas dit encor ce que je veux;

Tu te justifieras après, si tu le peux.

Ecoute cependant, et tiens mieux ta parole.

Tu veux m'assassiner demain, au Capitole,

Pendant le sacrifice, et ta main pour signal

Me doit, au lieu d'encens, donner le coup fatal;

La moitié de tes gens doit occuper la porte,

L'autre moitié te suivre et te prêter main-forte.

Ai-je de bons avis, ou de mauvais soupçons?

De tous ces meurtriers te dirai-je les noms?

Procule, Glabrion, Virginian, Rutile,

Marcel, Plaute, Lénas, Pompone, Albin, Icile,

Maxime, qu'après toi j'avais le plus aimé:

Le reste ne vaut pas l'honneur d'être nommé;

Un tas d'hommes perdus de dettes et de crimes,

Que pressent de mes lois les ordres légitimes,

Et qui, désespérant de les plus éviter,

Si tout n'est renversé, ne sauraient subsister.

Tu te tais maintenant, et gardes le silence,

Plus par confusion que par obéissance.

Quel était ton dessein, et que prétendais-tu

Après m'avoir au temple à tes pieds abattu?

Affranchir ton pays d'un pouvoir monarchique?

Si j'ai bien entendu tantôt ta politique,

Son salut désormais dépend d'un souverain,

Qui pour tout conserver tienne tout en sa main;

Et si sa liberté te faisait entreprendre,

Tu ne m'eusses jamais empêché de la rendre;

Tu l'aurais acceptée au nom de tout l'Etat,

Sans vouloir l'acquérir par un assassinat.

Quel était donc ton but? d'y régner en ma place?

D'un étrange malheur son destin le menace,

Si pour monter au trône et lui donner la loi

Tu ne trouves dans Rome autre obstacle que moi,

Si jusques à ce point son sort est déplorable,

Que tu sois après moi le plus considérable,

Et que ce grand fardeau de l'empire romain

Ne puisse après ma mort tomber mieux qu'en ta main.

Apprends à te connaître, et descends en toi-même:

On t'honore dans Rome, on te courtise, on t'aime,

Chacun tremble sous toi, chacun t'offre des voeux,

Ta fortune est bien haut, tu peux ce que tu veux;

Mais tu ferais pitié même à ceux qu'elle irrite,

Si je t'abandonnais à ton peu de mérite.

Ose me démentir, dis-moi ce que tu vaux,

Conte-moi tes vertus, tes glorieux travaux,

Les rares qualités par où tu m'as dû plaire,

Et tout ce qui t'élève au-dessus du vulgaire.

Ma faveur fait ta gloire, et ton pouvoir en vient;

Elle seule t'élève, et seule te soutient;

C'est elle qu'on adore, et non pas ta personne:

Tu n'as crédit ni rang, qu'autant qu'elle t'en donne;

Et pour te faire choir je n'aurais aujourd'hui

Qu'à retirer la main qui seule est ton appui.

J'aime mieux toutefois céder à ton envie:

Règne, si tu le peux, aux dépens de ma vie;

Mais oses-tu penser que les Serviliens,

Les Cosses, les Métels, les Pauls, les Fabiens,

Et tant d'autres enfin de qui les grands courages

Des héros de leur sang sont les vives images,

Quittent le noble orgueil d'un sang si généreux

Jusqu'à pouvoir souffrir que tu règnes sur eux?

Parle, parle, il est temps.

Cinna

Je demeure stupide;

Non que votre colère ou la mort m'intimide:

Je vois qu'on m'a trahi, vous m'y voyez rêver,

Et j'en cherche l'auteur sans le pouvoir trouver.

Mais c'est trop y tenir toute l'âme occupée:

Seigneur, je suis Romain, et du sang de Pompée.

Le père et les deux fils, lâchement égorgés,

Par la mort de César étaient trop peu vengés;

C'est là d'un beau dessein l'illustre et seule cause:

Et puisqu'à vos rigueurs la trahison m'expose,

N'attendez point de moi d'infâmes repentirs,

D'inutiles regrets, ni de honteux soupirs.

Le sort vous est propice autant qu'il m'est contraire;

Je sais ce que j'ai fait, et ce qu'il vous faut faire:

Vous devez un exemple à la postérité,

Et mon trépas importe à votre sûreté.

Auguste

Tu me braves, Cinna, tu fais le magnanime,

Et, loin de t'excuser, tu couronnes ton crime.

Voyons si ta constance ira jusques au bout.

Tu sais ce qui t'est dû, tu vois que je sais tout,

Fais ton arrêt toi-même, et choisis tes supplices.



Source: [[Cinna ou la Clémence d’Auguste - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Cinna_ou_la_Cl%C3%A9mence_d%27Auguste]]
*Séquence 6: [[Sensations dans les textes et la peinture]]
*Séquence 7: [[Décrire un lieu 2]]
Vous pouvez trouver ici les traces écrites des activités en classe.
Pour des compléments: AméliorerSonOrthographe , AméliorerSesEcrits, GrammaireEnchantée, [[Vocabulaire  de 5ème]], LesVerbes


* ''Séquence 1: Mise en route''
* ''Séquence 2: [[A la tombée de la nuit]] ''
* ''Séquence 3: [[Ecrire une scéne d'exposition]].''
*''Séquence 4: //[[Le faucon déniché]]// de JC Cômes.''
*''Séquence5'': [[Le temps suspendu]]
*''Séquence6'':[[Décrire un lieu]]
*''Séquence7'':[[Ecrire une nouvelle policière]]
*''Séquence8'': [[Paroles dans les fables]]
*''Séquence9'': [[Textes et images 5ème]]
*''Séquence10'':[[Martiens, Go Home, de Fredrick Brown]]
*''Séquence 11'': [[L'avare, de Molière]]
*''Séquence 12'': [[Le Roman de Renart]]
La rubrique est incomplète; je confesse que le latin est souvent la cinquième roue....
# 16.04: une séquence sur les inspirations de la tragédie: [[Héros tragiques de l'antiquité]]
# travail sur [[l'épigraphie latine]] 
Vous pouvez trouver ici les traces écrites des activités en classe.
Pour des compléments: AméliorerSonOrthographe , AméliorerSesEcrits, GrammaireEnchantée, [[Vocabulaire  de 4ème]], FiguresDeStyle, LesVerbes

* ''Séquence 1: [[La Ronde de Le Clézio]]''
* ''Séquence 2: __[[Mateo Falcone]]__ de Mérimée''
**[[cours|http://cartawiki.free.fr/fiches/seqMateoFalcone]]
**[[texte|http://fr.wikisource.org/wiki/Mateo_Falcone]] de la nouvelle dans [[Wikisource|http://fr.wikisource.org]]
* ''Séquence 3:'' [[Poésie et Portrait]]
**[[cours|http://cartawiki.free.fr/fiches/seqPoesiePortrait]]
**[[textes|http://cartawiki.free.fr/fiches/TPoesiePortrait]] 
* ''Séquence 4: [[Le Cid]] : conflit de l'honneur et de l'amour'' ( en cours d'écriture, voir [[Corneille]], CidIV3)
*''Séquence 5'': ''[[La Fille du Capitaine]] de Pouchkine''
* ''Séquence 6'': 
* ''Séquence 7: [[Ecrire une scène de commérage]]''
* ''Séquence 8: [[Produire un texte explicatif]]''
* ''Séquence 9'': [[Esclavage au XVIII]]
*''Séquence10'':[[Romeo et Juliette]]
*''Séquence11'':[[Lectures individualisées]]
*''Séquence 12'': [[L'ortograf ?]]
*''Séquence 13'': [[Fabriquer des poésies]]
*''Séquence 14'': [[Exercices de Style]]
![[Troisième 5]]
![[Troisième 7]]
!Comment un locuteur fait «&nbsp;passer&nbsp;» sa subjectivité ?

«&nbsp;Subjectif&nbsp;» appartient à la famille de «&nbsp;sujet&nbsp;», au sens de personne particulière (avec ses goûts, ses opinions).
Subjectif s'oppose à «&nbsp;objectif&nbsp;».

*Les «&nbsp;modalisateurs&nbsp;»
Sont des termes qui révèle la position du locuteur par rapport à ce qu'il énonce.
Ex: Les Martiens ont débarqué. Les Martiens //auraient// (Conditionnel) débarqué. //(Dans le 2nd, le locuteur n'assume pas l'énoncé)//

Les modalisateurs peuvent être des signes de ponctuation, des verbes ( il paraît, il semble), des subordonnées (si on croit que...), des GN (selon certaines sources, d'après les témoins...), des adjectifs (possible, probable, certain....), des adverbes (peut-être, sûrement...)
''Tout dans la langue peut «&nbsp;modaliser&nbsp;»'', il faut donc être attentif

* Mélioratif, péjoratif

Deux mots qui ont la même «&nbsp;dénotation », comme voiture et bagnole, n'ont pas la même «&nbsp;dénotation&nbsp;» (= révèle l'avis du locuteur)
* ''Régles''
Des souris //vertes// = un adjectif pour une couleur, l'accord est réalisé.
Des souris  //gris foncé// = deux adjectifs pour une couleur, les deux restent invariables.
Des souris //orange// =, l'adjectif de couleur provient d'un nom qui. par image, désigne une couleur, l' adjectif reste invariable.
+++!!![Exceptions]> ''mauve, écarlate, fauve, rose, pourpre'' qui sont entrés dans la catégorie des adjectifs et s'accordent.===

 
*<<slider chkSlice [[Exercice sur les adjectifs de couleur]] "Exercice sur les adjectifs de couleur" "content of Exercice sur les adjectifs de couleur">>
# @@__Poser la question «  Qui est ...? » ( ou qu'est-ce qui est....si vous préférez)__@@
: __Ex__: Le vase que j'ai cassé ...... «  Qui est ...cassé? »
:       Le lion a mangé..............«  Qui est ...mangé? »
:       La fleur s'est épanouiE......«  Qui est ...épanouie? »

# @@__Si la question n'a pas de sens, ou qu'on ne peut y trouver une réponse, je n'accorde pas__  @@
: __Ex__: -Je lui ai parlé...  « qui est parlé? »
: -Nous en avons discuté... «  qui est discuté? »

# @@__Si la réponse se trouve devant, j'accorde avec__@@
: Ex: -Les chèvres que le lion a mangéES (qui est mangé...les chèvres AVANT)
: Les immeubles ont été construitS   (qui est construit...les immeubles AVANT)
: Il nous a vuS, mon frére et moi  (qui est vu...mon frére est moi AVANT)

# @@__Si la réponse est derrière, je n'accorde pas...sauf si elle est séparée de ce verbe par une virgule__@@
: Ex: -Le lion a mangé les chèvres ( qui est mangé...les chèvres APRES)
: -Ils avaient déménagé leurs meubles ( qui est déménagé... Les meubles APRES)

+++!!!![exception]
: EffrayéS par le bruit, les oiseaux se sont envolés (qui est effrayé...les oiseaux APRES mais il y a une virgule)
: Il nous a vuS, mon frère et moi( qui est vu...mon frère et moi APRES mais il y a une virgule)
===
+++!!!![Retenir] je n'accorde que quand la réponse est devant (...et si elle est derrière séparée par une virgule) ===

__''Ces régles vous permettront d'accorder 99,9% des participes passés; pour connaître les cas particuliers, demandez-moi.''__

!@@color(#ff3300):Attention@@, 
ces explications ne sont pas celles que vous avez peut-être entendues ailleurs; pour une explication "classique", visitez ce paragraphe: [[CommentAccorderLesParticipesPassés: ExplicationTraditionnelle]]
Origine de ce document: http://mapage.noos.fr/mp2/verbe_participe_pass_.htm

!@@Le participe passé employé seul s'accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte :@@

-  un travail terminé, des fleurs coupées...

(Cas particuliers : ci-annexé, ci-joint, ci-inclus, étant donné)

!En général, ces participes restent invariables :
- quand ils sont en tête de phrase: Ci-joint les factures... Ci-inclus une feuille de déclaration...
- quand ils précèdent immédiatement le nom qu'ils accompagent: vous trouverez ci-inclus copie de...

!Mais ils s'accordent :
- quand ils sont placés après le nom qu'ils qualifient : la lettre ci-jointe...
- quand ils sont placés devant un nom précédé d'un article, d'un adjectif possessif, démonstratif ou numéral : vous trouverez ci-jointes les pièces... je vous adresse ci-joints deux contrats...

!@@Participe passé avec être@@
Le participe passé employé avec être ou les verbes d'état (paraître, sembler, devenir, demeurer, rester,...) @@color(#ff3300):s'accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe@@ dont il est alors l'attribut :
- la porte est fermée.
- le magasin est ouvert.

!@@Participe passé avec avoir@@
@@color(#ff3300):Il s'accorde avec le complément d'objet direct (cod) qui est placé avant lui@@ :
- les fruits qu'elles ont mangés étaient beaux.

mais : elles ont mangé... elles ont mangé des fruits...

!@@Participe passé suivi d'un infinitif@@
Dans ce cas, il faut se poser la question de qui fait l'action indiquée par l'infinitif. @@color(#ff3300):''Si'' le sujet fait l'action indiquée par l'infinitif, le participe passé s'accorde@@ :
- la personne que j'ai entendue chanter (c'est la personne qui fait l'action de chanter) ;
- la chanson que j'ai entendu chanter (la chanson est chantée).

!@@Fait et laissé@@
* avec l'auxiliaire avoir :
Le participe fait suivi immédiatement d'un infinitif est toujours invariable, car il est considéré comme faisant corps avec l'infinitif.
- je les ai fait venir
- la lettre que j'ai fait partir

 En revanche, pour laissé suivi d'un infinitif, il n'y a pas de règle absolue : certains estiment que ce participe doit être invariable (à l'instar de fait), d'autres l'accordent. :
- les clefs que j'ai laissé(es) tomber

* avec l'auxiliaire être (forme pronominale) :
- elles se sont fait prendre ;
- elle s'est laissée mourir de chagrin (c'est elle qui meurt) ;
- elle s'est laissé séduire (ce n'est pas elle qui séduit).

NDLR : Les cas d'accord de « fait » et « laissé » suivis d'un infinitif ne sont pas simples. Aussi, et compte tenu des recommandations du Conseil supérieur de la langue française de 1990, on peut considérer que les participes « fait » et « laissé », suivis immédiatement d'un infinitif, sont invariables (avec l'auxiliaire avoir comme en emploi pronominal).

!@@Eu à, donné à, laissé à@@
Ces participes passés suivis d'un infinitif s'accordent si le nom (ou le pronom) qui précède est senti comme le cod du participe :
- les problèmes qu'il a eu à résoudre (il a eu quoi ? à résoudre des problèmes) ;
- l'auto qu'on lui avait laissée à réparer (on lui avait laissé quoi ? une auto à réparer).

@@Remarque@@
Le verbe à l'infinitif peut être sous-entendu :
- j'ai fait tous les efforts que j'ai pu... (que j'ai pu faire)

@@Participe passé précédé de ''en''@@
''En ''peut être complément d'objet indirect (on peut alors le supprimer sans changer le sens de la phrase) :
- ce livre a eu un grand succès : les traductions qu'on en a données sont innombrables.

En peut faire l'objet de complément d'objet direct ; on considère alors qu'il n'a ni genre, ni nombre :
- des livres ? Il en a lu !
- de ces livres, combien en avez-vous lu ?
- de ces livres, j'en ai beaucoup lu.

@@Participe passé précédé d'un groupe de mots (cod)@@
L'accord varie suivant le sens :
-  le paquet de livres que j'ai reçu.
-  le paquet de livres que j'ai lus.
-  le peu de progrès qu'il a fait me désole.
-  le peu d'encouragements qu'il m'a donnés m'ont aidé.

Participe passé des verbes coûter, valoir, vivre, peser, marcher, courir...
Ces verbes ont la particularité d'être intransitifs au sens propre (donc pas d'accord du participe passé). Il sont alors accompagnés de compléments circonstanciels, à ne pas confondre avec des cod :
- les trois mille francs que cet achat m'a coûté... (combien m'a-t-il coûté ?)
- la somme que cette robe a valu...
- les dix grammes que cette lettre a pesé...
- les vingt minutes que j'ai couru, marché...
- les quarante années que j'ai vécu...

Mais aussi transitifs au sens figuré (accord du participe passé, si cod placé avant) :
-  les efforts que ce travail a coûtés...
-  les compliments que cette robe m'a valus...
-  les dangers que j'ai courus...
-  les belles années que j'ai vécues...

Participe passé d'un verbe impersonnel
Il n'y a pas de complément d'objet direct, donc pas d'accord :
- quelle patience il nous a fallu !
- quelle chaleur il a fait !
(patience et chaleur sont en fait « sujets réels »)

!@@Participe passé d'un verbe pronominal@@
Les verbes pronominaux ne s'emploient qu'avec un pronom personnel de la même personne que le sujet ; ils forment leurs temps composés avec l'auxiliaire être.
Le participe passé s'accorde avec le sujet du verbe :
- ils se sont aperçus de leur erreur
- ils se sont lavés
- ils se sont battus

Le participe passé ne s'accorde pas lorsque le complément d'objet direct (cod) suit le verbe ; il y a accord lorsque le cod précède le verbe (en fait, c'est la même règle qu'avec l'auxiliaire avoir) :
* cod après le verbe
- ils se sont lavé les mains
- ils se sont écrit des lettres
- ils se sont attribué toutes les places

* cod avant le verbe
- les mains qu'ils se sont lavées
- les lettres qu'ils se sont écrites
- les places qu'ils se sont attribuées

Le participe passé ne s'accorde pas lorsque le verbe pronominal réfléchi ou réciproque est, à la forme active, un verbe transitif indirect, ou un verbe admettant un complément d'attribution introduit par à :
- ils se sont nui (nuire à quelqu'un)
- ils se sont écrit (écrire à quelqu'un)
- les générations qui se sont succédé (succéder à quelqu'un)

@@Participe passé des verbes se plaire, se complaire, se déplaire, se rire restent invariables :@@
- ils se sont plu l'un à l'autre...
- ils se sont déplu dans ce village...
- elles se sont ri de ces difficultés..

@@Participe passé du verbe bénir@@
Il a deux formes : bénit(e) et béni(e).

Bénit, bénite
Ne s'emploie que comme épithète quand il s'agit d'une bénédiction religieuse et ne concerne que des objets :
- le pain bénit, de l'eau bénite

Béni, bénie
- cette médaille a été bénie par le prêtre...
+++!![a/à]>
"a": peut se remplacer par "avait"
=== 
+++!![leur/leurs]>
"leur" ne prend jamais de "e". 
Placé devant un verbe, il est invariable ("je leur ai dit"). 
Placé devant un nom, il prend un "s" si le nom est au pluriel.
"Les leurs" est toujours au pluriel.
=== 
+++!![ce/se - c'est/s'est]>
''se'' est un pronom personnel qui ne se place que devant des verbes, alors que ''ce'' est un démonstratif
*Si ce qui suit  n'est pas un verbe, on écrit ''ce''.
*Si ce qui suit est un verbe autre que "être", on écrit ''se''.
*Devant le verbe être, on écrit ''ce'' ou ''c' '' si on peut le remplacer par ''cela'' ou ''ceux''
   @@color(#ff3300): Retenez@@, pour faire la différence entre "''C'' 'est" et "''S'' 'est": si vous hésitez, @@color(#ff3300):ne lisez votre phrase qu'à partir de ''C ou S''; si elle a encore un sens, c'est ''C''@@
=== 
+++!![même/mêmes]>
''même'' reste invariable quand on  peut  le remplacer par ''aussi'' (Même eux sont fatigués, les même''s'' problèmes...)
__Exception__:''nous-mêmes, vous-mêmes, eux-mêmes''
=== 
+++!![quelque/quel(le) que/qu'elle]>
* ''qu'elle'' peut se remplacer par ''qu'il''
* Dans les expressions ''quel que soit...'' et ''quel qu'ait été...'', ''quel'' est toujours séparé de ''que'' et s'accorde avec le nom qui suit le verbe (ex: quelle que soit ton opinion...)
*pour le reste, c'est ''quelque'', accordé avec le nom qui suit.
===

+++!![tout]>
S'accorde avec le nom qui suit; 
mais quand il peut se remplacer par "entièrement" (c'est-à-dire qu'il est un adverbe), ''tout'' ne s'accorde pas: observez la différence de sens entre //Ils sont tous contents.// et //Ils sont tout contents.//
Ex: Tous mes oncles sont là. Elle est tout émue. ( Attention à l'@@color(#ff3300):__exception__@@: //Elle est ''toute'' triste//, ou // elle est toute contente// qui prennent le ''"e"'' pour l'''"harmonie"'' de la prononciation. )
=== 

+++!![quoique/ quoi que]>
quoique (+~SUBJ) = même si (+~IND) : ''Quoiqu'il pleuve (=même s'il pleut), je veux sortir.''
quoi que (+SUBJ) = (n'importe quoi que) : '' Quoi que tu penses, tais-toi.''
=== 
Exemples: //__La ville__(Sujet) a été envahie __par les grenouilles__(Complément d'Agent)//

*Le complément d'agent représente celui qui agit vraiment.
*Il commence toujours (ou presque) par ''par'' (mais attention, tout ce qui commence par ''par'' n'est pas forcément un Complément d'Agent)
*Il commence parfois - mais en langue soutenue - par ''de'' (Il est aimé ''de ses enfants'')
*Son nom d'//"Agent"// vient du verbe ''agir''
                                 
!Le complément d'objet direct est le mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe sans préposition pour en compléter le sens. C'est un complément de verbe. Il représente l'être ou la chose qui reçoit directement l'action que fait le sujet.

    Pierre mange une pomme.
    Une pomme est mangée par Pierre.
    Le maçon construit une maison.
    Une maison est construite par le maçon.

!Pour reconnaître le complément d'objet direct, on pose après le verbe la question "qui?" ou "quoi?".

    Pierre mange quoi? Une pomme.
    Le maçon construit quoi? Une maison.

!On observe que le complément d'objet direct est le mot qui devient sujet lorsqu'on tourne la phrase au passif (voir voix du verbe).

!Le complément d'objet direct peut être :
    - un nom : Il boit un verre;
    - un pronom : Elle le peigne;
    - une proposition : Il pense qu'il viendra demain;
    - un infinitif : Il veut partir.

!Les verbes qui demandent un complément d'objet direct sont appelés transitifs directs, ceux qui demandent un complément d'objet indirect, transitifs indirects et ceux qui n'acceptent pas de complément (direct ou indirect) sont appelés intransitifs.

La position dans la phrase du complément d'objet direct est capitale pour régler l'accord du participe passé conjugué avec "avoir"

Source: [[Complément d'objet direct|http://www.synapse-fr.com/manuels/COD.htm]]
Le complément d'objet indirect est un mot (ou groupe de mots) qui se joint au verbe par l'intermédiaire d'une préposition pour en compléter le sens. C'est un complément de verbe. Il représente l'être ou la chose qui reçoit indirectement l'action que fait le sujet.

    //Il parle à son ami.
    Il se souvient de ses vacances.
//
Pour reconnaître le complément d'objet indirect, on pose les questions "à qui? ou "à quoi?", "de qui?" ou "de quoi?" et, selon le sens du verbe, "pour qui? ou pour quoi?", "contre qui? ou "contre quoi?", etc.

La plupart du temps, le complément d'objet indirect est introduit par les prépositions "à" ou "de". Mais on trouve parfois d'autres prépositions (Il compte sur votre amitié. Il croit en nous. Je n'attends pas après lui, etc.). Il n'y a pas de préposition avec les pronoms personnels conjoints (Cette mauvaise habitude vous nuira).

Le complément d'objet indirect peut être :

    - Un nom : Il parle à sa mère.
    - Un pronom : Il lui parle.
    - Un infinitif : Il demande à partir.
    - Une proposition : Il doute que vous soyez cet homme.

Un même verbe peut avoir un complément d'objet direct et un complément d'objet indirect - on appelle parfois l'objet direct, objet premier et l'objet indirect, objet second (J'ai donné ce livre à votre ami).

Lorsque le verbe demande un complément d'objet indirect, il est dit transitif indirect. Un même verbe peut selon le sens se construire directement ou indirectement.

    "Compter", par exemple, accepte les deux constructions. On peut compter des moutons et compter sur quelqu'un.

    "Applaudir", autre exemple, est de même nature. On peut applaudir un acteur ou applaudir à une initiative.



Source: [[Complément d'objet indirect|http://www.synapse-fr.com/manuels/COI.htm]]
|bgcolor(lightblue):Un i, un L<br>Gazi gazelle<br>Du pied du jonc<br>Coquille bourdon<br>Un jour un loup<br>Sortit du bois<br>Tout habillé de gris de vert<br>Leva la queue en l'air<br>Fit un gros pet<br>Pour qui ?<br>Pour toi<br>Retire-toi<br>Chandelle de bois.<br>|Pomme, poire, pêche, abricot<br>Y en a une — y en a une<br>Pomme, poire, pêche, abricot<br>Y en a une de trop.<br>|bgcolor(lightblue):Une grenouille<br>Au bord du ruisseau<br>Retire sa culotte<br>Fait pipi dans l'eau<br>Le chat qui la regarde<br>Lui dit petite sale<br>|Je joue à la balle<br>Contre la muraille<br>Un peu plus haut<br>Je casse un carreau<br>La balle roule<br>Dans un fossé<br>Un homme passe<br>Me la ramasse<br>La met dans sa poche<br>Et puis s'en va<br>Je rentre à la maison<br>Papa lisait<br>Maman cousait<br>Mon p'tit frère dormait<br>Et moi je pleurais<br>Papa m'a dit<br>Pour ta pénitence<br>Tu me feras trois tours de danse<br>En voici un<br>En voici deux<br>En voici trois<br>|
|Escargot mourguette<br> Montre tes petites cornes <br>Ou j'appelle le forgeron <br>Pour qu'il écrase ta maison<br>|bgcolor(lightblue):Bête à Bon Dieu<br>Fera-t-il beau dimanche?<br>S'il fait beau tu mettras ta robe blanche<br>Et s'il pleut<br>Tu mettras ta robe bleue.<br>|Une poule sur un mur <br>Qui picote du pain dur <br>Picoti, picota, <br>Lève la queue <br>Et puis s'en va.<br>|bgcolor(lightblue):J'ai vu la Chine, je vous assure <br>Elle est couverte de Chinois<br> Les femmes portent des chaussures<br> En forme de coques de noix.<br>|
|bgcolor(lightblue):Le petit lézard <br>Qui se lève tard <br>À midi passé <br>Vient pour déjeuner <br>Avec un pain rond <br>Quatre saucissons <br>Vin rouge et vin blanc<br> Ah ! qu'il est content !<br>Va-t'en !<br>|Pimpanicaille<br>Roi des papillons<br>En se faisant la barbe<br>S'est coupé le menton<br>Un, deux, trois<br>De bois<br>Quatre, cinq, six<br>De buis<br>Sept, huit, neuf<br>De bœuf <br>Dix, onze, douze <br>Va-t'en à Toulouse<br>|bgcolor(lightblue):- Anna ! <br>- C'est Célina<br> - Que fais-tu là ?<br> - Du chocolat<br> - Pour qui ?<br>-  Pour moi<br> - Pour qui encore ?<br> -  Pour Monsieur<br>-  Pour Madame<br>-  Pour la reine d'Espagne.<br>|Chapeau de paille, tout amoureux<br>Marie est belle, je sais qui la veut<br>Sans plus attendre, Pierrot la demande<br>Sans plus tarder, ils vont se marier<br>Un, deux, trois.<br>Au mois de décembre<br>Une belle chambre<br>Au mois de janvier<br>Un tout petit bébé.<br>|
|Petite tapette <br>Grande tapette<br> Petit rouleau<br> Grand rouleau<br> Petite pieuse<br> Grande pieuse <br>Petit tourbillon<br> Grand tourbillon<br>|bgcolor(lightblue):J'ai vu la Chine, je vous assure <br>Elle est couverte de Chinois<br> Les femmes portent des chaussures<br> En forme de coques de noix.<br>|Laissez-les passer les olivettes<br> Laissez-les passer qu'elles vont dîner <br>Deux trois passera<br> La dernière la dernière<br> Deux trois passera<br> La dernière restera.<br>|bgcolor(lightblue):À la petite chaise<br> Un enfant qui tète<br> S'il ne veut pas téter <br>Nous irons le noyer.<br>|
|bgcolor(lightblue):J'ai vu la Chine, je vous assure <br>Elle est couverte de Chinois<br> Les femmes portent des chaussures<br> En forme de coques de noix.<br>| Trois p'tits chats, chats, chats <br>Chapeau de paille, paille, paille<br> Paillasson, son, son<br> Somnambule, bule, bule <br>Bulletin, tin, tin <br>Tintamarre, marre, marre <br>Marathon, thon, thon <br>Tonton Jules, Jules, Jules <br>Jules César, zar, zar <br>Z'haricots, co, co <br>Cocotier, lier, tier <br>Tierce à trois, trois, trois <br>Trois petits chats, chats, chats...|bgcolor(lightblue):Chapeau de paille, tout amoureux<br>Marie est belle, je sais qui la veut<br>Sans plus attendre, Pierrot la demande<br>Sans plus tarder, ils vont se marier<br>Un, deux, trois.<br>Au mois de décembre<br>Une belle chambre<br>Au mois de janvier<br>Un tout petit bébé.<br>|~Marie-Madeleine, leine, leine <br>Va à la fontaine, taine, taine <br>lPour chercher de l'eau, l'eau, l'eau I <br>Dans ton petit seau, seau, seau <br>Jésus la regarde, garde, garde<br> Et lui dit tout bas, bas, bas <br>« ~Marie-Madeleine, leine, leine <br>Tu n'en auras pas, pas, pas» <br>~Marie-Madeleine, leine, leine <br>Se met à pleurer, rer, rer <br>Jésus la regarde, garde, garde <br>Et lui dit tout bas, bas, bas <br>Je t'en donnerai, rai, rai.<br>|
On appelle concordance des temps la relation entre le temps de la proposition principale et des subordonnées.

!Dans une phrase complexe, il faut choisir les temps des verbes:
* Non seulement en fonction du sens (selon que cela c'est passé avant, en même temps ou après)
- je crois qu'il pleut (en même temps),
- je crois qu'il pleuvait (avant),
- je crois qu'il pleuvra (après).
* Mais aussi en fonction du temps du verbe principal (selon s'il est au présent ou au passé)

!@@color(#ff0033):Si le verbe de la principale est au passé, alors le verbe de la subordonnée prend la marque de l'imparfait.
@@
|//je fais//(présent) //ce que je veux//(présent) ''et'' //Je faisais//(imparfait) //ce que je voulais//(imparfait)|
|//Il me demande: "Que ''veux''-tu ?"//. et  //Il me demanda ce que je ''voulais''.//|

|indicatif présent|==>|indicatif imparfait|
|indicatif passé composé|==>|indicatif plus-que-parfait|
|indicatiff futur simple|==>|conditionnel présent|
|indicatif futur antérieur|==>|conditionnel passé|
|subjonctif présent|==>|subjonctif imparfait|
|subjonctif imparfait|==>|subjonctif plus-que-parfait|


!Exemples:

Comme il a plu, nous savons que dès que le court aura séché, le match se jouera
Comme il avait plu, nous savions que, dès que le court aurait séché, le match se jouerait.

Je veux qu'il vienne.
Je voulais qu'il vînt.
Écrivez entre les parenthèses à quel mode est conjugué le verbe souligné.

Exemple
Je ne suis (indicatif) pas bien sûr que la fourmi construise (subjonctif) réellement par prévoyance de l’hiver ses greniers si vantés (participe passé). (Barthélémy Maurice)

Un truc ? Il arrive que l’indicatif et le subjonctif s’écrivent de la même manière. Lorsque
vous n’arrivez pas à déterminer si un verbe est conjugué à l’indicatif ou au subjonctif,
faites un test : remplacez ce verbe par un verbe qui se conjugue différemment à l’indicatif
et au subjonctif, comme le verbe faire. Ainsi, dans le texte qui suit, remplacez « Dieu te garde » par « Dieu fasse que... / *Dieu fait que… ». Si vous constatez, comme il se doit, que garde peut être remplacé par fasse, vous savez maintenant que garde est conjugué au subjonctif.

Quand la durée moyenne de la vie humaine est (____________________________________ ) de vingt-sept à
vingt-huit ans tout au plus, n’est-il ( ____________________________________ ) pas étrange de voir ( ____________________________________ ) tant d’hommes se vouer ( ____________________________________ ) pour trente ans à des carrières qui ne leur présentent ( ____________________________________ ) d’autres charmes que la perspective d’une retraite ? (…)
Au milieu de cette laborieuse oisiveté qu’on appelle (____________________________________ ) la vie de bureau, si le commis, la plume derrière l’oreille, la tabatière ouverte ( ____________________________________ ), le mouchoir déployé ( ____________________________________ ) ou la prise entre le pouce et l’index, s’arrête ( ____________________________________ ) et
se surprend ( ____________________________________ ) à penser ( ____________________________________ ),
soyez ( ____________________________________ ) sûr qu’il pense ( ____________________________________ ) à sa retraite,
qu’il suppute ( ____________________________________ ) le nombre d’années, de mois et de jours qui l’en
séparent ( ____________________________________ ) encore, qu’il arrange ( ____________________________________ ) son
avenir, qu’il dispose ( ____________________________________ ) ses plans et qu’il
oublie ( ____________________________________ ) de vivre ( ____________________________________ ) aujourd’hui pour ne
songer ( ____________________________________ ) qu’à la manière dont il vivra ( ____________________________________ )
quand il aura ( ____________________________________ ) soixante ans d’âge et trente années de service.
Prudente fourmi ! Dieu te garde ( ____________________________________ ) jusqu’à l’hiver, qu’une
révolution ou qu’un grain de paille ne vienne ( ____________________________________ ) pas
renverser ( ____________________________________ ) ton grenier !
Barthélémy Maurice

(http://www.ccdmd.qc.ca/media/preal_00Concordance.pdf)
+++[difficultés de conjugaison]
* terminaisons: -s,-s,-t, -^mes, -^tes, -rent (1er groupe: -ai, -as, -a, -^mes, -^tes, -rent -^mes, -^tes, -rent )
* la 1ère personne des verbes du premier groupe est: ''-ai''
* la plupart des verbes qui ne sont pas en -er se conjuguent avec la voyelle ''-i''
* il faut connaître les verbes ''être'' et ''avoir''
*verbes en « -enir » se conjuguent en « -in- »
(je tins, nous tînmes...)
*verbes en « -indre » se conjuguent en « -ign- »
(je craignis, nous craignîmes)
===

+++[note]
Le passé simple est le temps du récit.
Il ne renvoie pas à l'énonciateur (celui qui parle), au contraire du présent.
Réfléchir à: 
* Il vivait au XVI ème siècle./ Il vécut au XVI ème siècle.
* Le général attaquait l'armée ennemie qui reculait/Le général attaquait l'armée ennemie qui recula/Le général attaqua l'armée ennemie qui recula
===

Pour les valeurs du passé simple, voyez les [[Valeurs des temps]]

Photocopie distribuée: pour la voir mieux, ouvrez la d'un clic droit dans un nouvel onglet

<html><a href="http://cartawiki.free.fr/blog/images/fiche%20pass%DA%20simple.jpg" target="_blank"><img src="http://cartawiki.free.fr/blog/images/fiche%20pass%DA%20simple.jpg" width="720" height="400" alt="fiche sur le passé simple" /></a></html>

Les terminaisons du singulier posent parfois problème

> Les verbes en ''-er''@@color(#ff3300): e/es/e@@

>(''tous les autres'') @@color(#ff3300): s/s/t@@
>> sauf pour les verbes en ''-dre''  @@color(#ff3300):ds/ds/d@@
>>> sauf pour les verbes en ''-indre ou -soudre''  @@color(#ff3300): s/s/t@@

Evidemment le pluriel est @@color(#ff3300):ons/ez/ent@@
''Voici six verbes. Construisez avec chacun une phrase qui contiendra un COD ou un COI et un COS.''
Exemple : (Expliquer) Pierre explique le fonctionnement de l'horloge (COD) à son frère (COS).

Rendre - Offrir — Envoyer — Ordonner -Tendre - Prendre – Vendre - Demander
Les contes pour enfants sont porteurs de "leçon", bien au-delà de leur premier sens littéral. Ils permettaient la transmission de valeurs et d'enseignements. ''Certains mythes avaient cette fonction''. Pensez à certaines versions non "édulcorées" du Petit Chaperon ou de Blanche Neige.
Voici une version non édulcorée, mais drôle du Chaperon.
http://cartawiki.free.fr/divers/Anette.mp3
<<deliciousPlayTagger>>
<<smiley :-D>>
# De quelle nationalité était Suter ? 
# A quelle date embarque-t-il pour New York ? 
# Quel métier exerçait-il avant de partir vers le "nouveau monde" ? 
# Vers quelle partie des Etats Unis se dirige-t-il dès son arrivée ? 
# A quel état appartient la Californie à cette époque ? 
# Pourquoi ramène-t-il des "canaques" de Honolulu ? Et qu'est-ce qu'un "canaque" ? 
# Comment se nomme l'immense domaine qu'il crée ? 
# Sur l'emplacement de quelle ville actuelle se trouve ce domaine ? 
# Comment un charpentier le ruine-t-il ?
# Pourquoi ses titres de propriétés ne sont-ils pas reconnus ?
# Pourquoi ses domaines sont-ils ravagés par des émeutes ? 
# Comment finit-il sa vie ? 
# Lorsqu'il a 77 ans, un garçon lui fait une plaisanterie qui le tue: laquelle ? 
# Est-il juste de dire que Suter a été "ruiné par l'or" ?  '
# Conseilleriez-vous ce livre ? Pourquoi ?
# De quelle nationalité était Suter ? ''suisse''
# A quelle date embarque-t-il pour New York ? ''Au mois de mai 1834''
# Quel métier exerçait-il avant de partir vers le "nouveau monde" ? ''"banqueroutier, fuyard, rôdeur, vagabond, voleur, escroc"''
# Vers quelle partie des Etats Unis se dirige-t-il dès son arrivée ? ''vers l'Ouest''
# A quel état appartient la Californie à cette époque ? ''au Mexique''
# Pourquoi ramène-t-il des "canaques" de Honolulu ? Et qu'est-ce qu'un "canaque" ? ''Les ''canaques'' sont des indigènes de ces îles qu'il déporte pour les faire travailler dans ses plantations''.
# Comment se nomme l'immense domaine qu'il crée ? ''La nouvelle Helvétie''.
# Sur l'emplacement de quelle ville actuelle se trouve ce domaine ? ''San Francisco''
# Comment un charpentier le ruine-t-il ? ''Du coup de pioche, qui révèle un gisement d'or, en 1848 et lance" la ruée vers l'or"''.
# Pourquoi ses titres de propriétés ne sont-ils pas reconnus ? ''Ils lui ont été délivrés par l'état mexicain, et les ~USA, nouveaux propriétaires de la Californie, ne les reconnaissent pas comme valables.''
# Pourquoi ses domaines sont-ils ravagés par des émeutes ? ''Il a entamé un procès pour la reconnaissance de ses droits de propriétaire, ce qui a déclenché la colère de la population.''
# Comment finit-il sa vie ? ''Dans la misère, après avoir perdu tout son argent en frais d'avocats.''
# Lorsqu'il a 77 ans, un garçon lui fait une plaisanterie qui le tue: laquelle ? ''Il lui fait croire qu'il a gagné son procès.''
# Est-il juste de dire que Suter a été "ruiné par l'or" ?  ''Oui''
# Conseilleriez-vous ce livre ? Pourquoi ?
+++[4ème 19.10]Traduire:
Deinde
res, rei, f
dedit
fero
inter + ACC
ad+ ACC
senex
juvenis
avus

quels mots francais viennent de fero (5)

déclinez mater et soror au singulier===
Alors que dans une pièce de théâtre les informations sont transmises par les dialogues et didascalies, c'est le narrateur qui en a la charge dans un récit. Cela induit une modification totale: il faut repenser toute la scène.

!__Modification des paroles__
* Usage du discours narrativisé
  ''ex: Pierre raconta ses vacances.''
Dans les faits, un personnage parle et dit des choses. Mais le narrateur ne prend pas la peine de les rapporter si elles ne font pas avancer l'action.
Pourquoi, parfois, le narrateur prend-il la peine de rapporter les paroles des personnages ? Pour avancer l'action ou mieux enrichir le personnage (en livrant au lecteur ses pensées ou en le mettant en scène avec son ton et ses expressions propres).
* Discours Indirect.
(lecçon p305 ex 8 et 9 p 311)
* Discours Direct
Soignez les [[verbes introducteurs|Les verbes de déclaration accompagnant les paroles de personnages]] de paroles
Ils permettent de comprendre un caractère, un comportement. Ils fonctionnent comme de véritables didascalies, des indicateurs logiques, psychologiques et chronologiques. 

! __Le point de vue du narrateur__
Dans une récit, le narrateur transmet selon son point de vue.
raconte-t-il en « je » ou « il » ? est-il témoin ou acteur ?
Les événements sont-ils lointains ou proches ?
Les commentaires qui se glissent partout et rendent le récit non-neutre (dans les desc notamment).
  Ex: Alfred est affreux.


Pour transposer un dialogue de théâtre en récit.
1.Relisez la scéne en isolant les paroles qui sont indispensables à l'avancée de l'action.
2. Soulignez en vert celle qui expriment les pensées des personnages, en rouge celles qui servent de « cadre » (descriptif ou explicatif) et qu'un narrateur peut reprendre à son compte.
3. Repérez d'une croix les endroits du texte où placer le récit du narrateur ( et songez déjà un peu à ce qu'il peut dire)

 Pierre Corneille n'a pas que écrit des tragédies.
Voyez l'[[article|http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Corneille]] sur Wikipedia
!Ces questions contiennent la plus grande partie de ce qui vous sera demandé au Brevet: retenez-len les réponses.
Prenons les, sans les questions elles-mêmes, comme des rappels nécessaires de leçons.
# Le narrateur n'est pas un personnage de l'histoire, on appelle cela un //narrateur extradiégétique//. Mais ce n'est pas ce qu'on vous demande ici. Son statut est ici son ''point de vue'': "''omniscient''" ou "''interne''". Ici ce sont les deux: manifestement, le narrateur sait tout, mais quand il adopte un point de vue, il privilégie celui d'Hamilcar.
# Le résumé qu'on vous demande est celui du ''texte, pas du paratexte'' ... cette erreur est récurrente dans vos copies.
# Idem. Le texte abonde de mots qui montrent que cela se passe en ''Afrique'', dans l'''Antiquité''.
# Comment le début de la scène est-il raconté clairement du point de vue d'Hamilcar. A une question similaire, il faut observer:
## Les verbes et leurs sujets: ici les verbes sont des verbes de perceptions (et c'est Hamilcar qui perçoit), et leurs sujets est soit Hamilcar (évidemment) soit "une voix" ( l'article indéfini prend son sens par rapport à Hamilcar).
## Les adjectifs, souvent chargés d'//évaluation//, reflète les points de vues (du narrateur ou du personnage): //"misérable", "abjecte"//
# 
## Les procédés grammaticaux d'insertion du dialogue dans le récit sont les deux compères: Discours Direct et Discours Indirect (parfois, ils s'adjoignent les services d'un troisième larron: Discours Indirect Libre). 
## Réponse automatique à la question de l'utilité des dialogues (DD) ou des pensées (DI): Cela permet de révéler les sentiments profonds des personnages et les motifs qui les animent.
# Les personnages sont Hamilcar (qui est le Suffète), l'esclave et les 3 prêtres. Finalement on compte 3 personnages, parce que les prêtres fonctionnent comme 1 seul homme; l'enfant porté dans les bras n'"//agit//" pas: on ne le considère pas comme un personnage (Retenez: un personnage agit).
# Réponse propre au texte: on la corrige en classe. Question qui valait le plus de points.
# Réponse propre au texte: on la corrige en classe.
#
## ''Accumulation'' de ''phrases nominales'': cela fait un effet de supplication.
## Phrases exclamatives et impératives.
## Les pronoms sont COD , ils sont en position d'//objet//. L'enfant est soumis aux prêtres, Hamilcar s'y soumet aussi.
# 
## Le lecteur n'est pas étonné: il sait contrairement aux prêtres que Hamilcar simule. Comme au théâtre, il en sait plus que certains personnages.
## Les descriptions permettraient de faire des didascalies, les paroles d'Hamilcar sont comme un monologue, les phrases exclamatives sont déjà un jeu d'acteur.
# ''Passé simple et imparfait'': à chaque question sur les deux ensemble, il faut répondre "le ps marque une action de premier plan, alors que l'imparfait marque une action d'arrière plan". Même si ça //colle// mal, on vous le comptera juste, parce que ce n'est pas complètement faux.
# ~CE2 et Sixième
# Il refuse d'y retourner: c'est moins intéressant que de jouer
# Il a aimé les nombreuses activités manuelles.
# Elle se prénommait Marie.
# Grégoire Dubosc.
# Son grand-père compte pour lui, car jamais il ne le "dispute" pour ses notes et ils bricolent ensemble.
# C'est la première fois que son grand-père se fâche contre lui.
# Son grand-père aimait l'école: il a fait Polytechnique.
# Il travaille pour M. Martineau.
# Il cache ses 200 € dans la sarbacane de son Action Man
# Le lycée Grand-champs
# Il est hospitalisé et dans le coma
# Il réussit à monter en haut de la corde à noeud, pour que son grand-père se réveille.
# __ O.Py, ''La jeune fille, le diable et le moulin''__, 
# __L. Rogero, ''La princesse et l'homme sans coeur''__
# __ B. Smadja, ''Bleu Blanc Gris''__
# __W. Mouawad, ''Pacamambo''__
# __ V. Hugo, ''L'intervention''__
# __J.Tardieu, ''Finissez vos phrases''__
# __.Favaro, ''Tristouillet, roi de Chagrinie''__
# __ C.Liscano, ''Ma famille''__
# __H. Blutsch, ''Méhari et Adrien'' +''Gzion''__
# __ S.Legey, ''Ouasmok''__
# __ S; Lebeau, ''L'ogrelet''__
# __ ''12 pièces pour adolescents''__
# __G.Abier, ''Le reflet de Sam''__

+++[Romans sur le théâtre]
*__ P. Lepère, ''La jeunesse de Molière''__ Folio Junior
* __M. Boulgakov:'' La vie de Monsieur Molière''__

===
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/crazy-chess/crazy-chess.htm"></object>
</html> 

Pour jouer sur le site officiel, c'est [[ici|http://www.2dplay.com/crazy-chess/crazy-chess-play.htm]]
/***
|''Name:''|CryptoFunctionsPlugin|
|''Description:''|Support for cryptographic functions|
***/
//{{{
if(!version.extensions.CryptoFunctionsPlugin) {
version.extensions.CryptoFunctionsPlugin = {installed:true};

//--
//-- Crypto functions and associated conversion routines
//--

// Crypto "namespace"
function Crypto() {}

// Convert a string to an array of big-endian 32-bit words
Crypto.strToBe32s = function(str)
{
 var be = Array();
 var len = Math.floor(str.length/4);
 var i, j;
 for(i=0, j=0; i<len; i++, j+=4) {
  be[i] = ((str.charCodeAt(j)&0xff) << 24)|((str.charCodeAt(j+1)&0xff) << 16)|((str.charCodeAt(j+2)&0xff) << 8)|(str.charCodeAt(j+3)&0xff);
 }
 while (j<str.length) {
  be[j>>2] |= (str.charCodeAt(j)&0xff)<<(24-(j*8)%32);
  j++;
 }
 return be;
};

// Convert an array of big-endian 32-bit words to a string
Crypto.be32sToStr = function(be)
{
 var str = "";
 for(var i=0;i<be.length*32;i+=8)
  str += String.fromCharCode((be[i>>5]>>>(24-i%32)) & 0xff);
 return str;
};

// Convert an array of big-endian 32-bit words to a hex string
Crypto.be32sToHex = function(be)
{
 var hex = "0123456789ABCDEF";
 var str = "";
 for(var i=0;i<be.length*4;i++)
  str += hex.charAt((be[i>>2]>>((3-i%4)*8+4))&0xF) + hex.charAt((be[i>>2]>>((3-i%4)*8))&0xF);
 return str;
};

// Return, in hex, the SHA-1 hash of a string
Crypto.hexSha1Str = function(str)
{
 return Crypto.be32sToHex(Crypto.sha1Str(str));
};

// Return the SHA-1 hash of a string
Crypto.sha1Str = function(str)
{
 return Crypto.sha1(Crypto.strToBe32s(str),str.length);
};

// Calculate the SHA-1 hash of an array of blen bytes of big-endian 32-bit words
Crypto.sha1 = function(x,blen)
{
 // Add 32-bit integers, wrapping at 32 bits
 add32 = function(a,b)
 {
  var lsw = (a&0xFFFF)+(b&0xFFFF);
  var msw = (a>>16)+(b>>16)+(lsw>>16);
  return (msw<<16)|(lsw&0xFFFF);
 };
 // Add five 32-bit integers, wrapping at 32 bits
 add32x5 = function(a,b,c,d,e)
 {
  var lsw = (a&0xFFFF)+(b&0xFFFF)+(c&0xFFFF)+(d&0xFFFF)+(e&0xFFFF);
  var msw = (a>>16)+(b>>16)+(c>>16)+(d>>16)+(e>>16)+(lsw>>16);
  return (msw<<16)|(lsw&0xFFFF);
 };
 // Bitwise rotate left a 32-bit integer by 1 bit
 rol32 = function(n)
 {
  return (n>>>31)|(n<<1);
 };

 var len = blen*8;
 // Append padding so length in bits is 448 mod 512
 x[len>>5] |= 0x80 << (24-len%32);
 // Append length
 x[((len+64>>9)<<4)+15] = len;
 var w = Array(80);

 var k1 = 0x5A827999;
 var k2 = 0x6ED9EBA1;
 var k3 = 0x8F1BBCDC;
 var k4 = 0xCA62C1D6;

 var h0 = 0x67452301;
 var h1 = 0xEFCDAB89;
 var h2 = 0x98BADCFE;
 var h3 = 0x10325476;
 var h4 = 0xC3D2E1F0;

 for(var i=0;i<x.length;i+=16) {
  var j,t;
  var a = h0;
  var b = h1;
  var c = h2;
  var d = h3;
  var e = h4;
  for(j = 0;j<16;j++) {
   w[j] = x[i+j];
   t = add32x5(e,(a>>>27)|(a<<5),d^(b&(c^d)),w[j],k1);
   e=d; d=c; c=(b>>>2)|(b<<30); b=a; a = t;
  }
  for(j=16;j<20;j++) {
   w[j] = rol32(w[j-3]^w[j-8]^w[j-14]^w[j-16]);
   t = add32x5(e,(a>>>27)|(a<<5),d^(b&(c^d)),w[j],k1);
   e=d; d=c; c=(b>>>2)|(b<<30); b=a; a = t;
  }
  for(j=20;j<40;j++) {
   w[j] = rol32(w[j-3]^w[j-8]^w[j-14]^w[j-16]);
   t = add32x5(e,(a>>>27)|(a<<5),b^c^d,w[j],k2);
   e=d; d=c; c=(b>>>2)|(b<<30); b=a; a = t;
  }
  for(j=40;j<60;j++) {
   w[j] = rol32(w[j-3]^w[j-8]^w[j-14]^w[j-16]);
   t = add32x5(e,(a>>>27)|(a<<5),(b&c)|(d&(b|c)),w[j],k3);
   e=d; d=c; c=(b>>>2)|(b<<30); b=a; a = t;
  }
  for(j=60;j<80;j++) {
   w[j] = rol32(w[j-3]^w[j-8]^w[j-14]^w[j-16]);
   t = add32x5(e,(a>>>27)|(a<<5),b^c^d,w[j],k4);
   e=d; d=c; c=(b>>>2)|(b<<30); b=a; a = t;
  }

  h0 = add32(h0,a);
  h1 = add32(h1,b);
  h2 = add32(h2,c);
  h3 = add32(h3,d);
  h4 = add32(h4,e);
 }
 return Array(h0,h1,h2,h3,h4);
};


}
//}}}
 Ceci ne sont que quelques notes aprés la lecture d'un __Autrement__. Cela ne vise pas à remplacer l'[[article|http://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_C%C3%A9sar]] encyclopédique de Wikipedia
* Né en 101
fascine dans l'histoire, comme Alexandre: hommes capables de changer le sort du monde. Que n'auraient-ils paas fait avec une vie plus longue ? Ils cristallisent le problème de l'istoire: quel pouvoir a-t-on dans l'Histoire? La fait-on ou se fait-elle ? Peut-on s'arracher à un déterminisme sociohist/sociopolitique ? César est-il un homme providentiel, au sens propre?
Est-on César ou le devient-on ?
*enfance baignée dans le sang et la violence
** A sa naissance, Marius, son oncle par alliance en est à son 5 consulat
** 91: assassinat de Livius Drusus et Guerre Sociale (300 000morts)
**89: les soldats de Sylla violent l'interdit du pomerium: 
** 86: terreur par les populares : on patauge dans le sang sur le Forum.
** 84 ?: sommet de la guerre civile entre syllaniens et popu ( 10 000 morts, dont Cinna son oncle un moment maître de Rome)
**82: naissance de sa fille et inventions des proscriptions ( + de 500 sénateurs et chevaliers)
*état désastreux de la République: le monde conquis, tout se décide encore à Rome par une classe politique professionnelle, dont le seul souci est des se partager les honneurs et le pouvoir.
Les citoyens qui votent sont les oisifs de Rome.
* les Imperators s'émancipent duSénat qui les a nommés, au fur et à mesure que les territoires à conquérir s'éloignent. Trois conditions en font les hommes susceptibles de "sauver la République"
# Il faut un homme fort pour renverser les lois créant et entretenant l'injustice, comme dans les tyrannies grecques. Proches de leurs soldats, ils représentent un pouvoir qui "dialogue " avec le peuple.
#Ils administrent les provinces qu'ils viennent de conquérir, le Sénat étant trop loin pour le faire immédiatement. Ils découvrent l'efficacité administrative des royaumes héllénistiques et l'honnêté et la compétence de leurs fonctionnaires. Les Romains mettent en coupe réglée les provinces dont on tire un max de bénef. La monarchie est la modernité.
# La royauté est réévaluée: plus seulement détestée. Le roi comme garant de la cohésion de la société et l'intermédiaire avec les dieux. Les 1ers rois étaient aimés et bons ( charisme).
* Mise en oeuvre du projet césarien tardive, car pugnacité gauloise et bétise romaine.
Résistance passéiste, sans projet de l'oligarchie.
* Mots retenus
# Suétone: " La République? Rien qu'un mot."
# Suétone: " Sylla a été un enfant d'abandonner le pouvoir."
* César fait mieux que:
- //Scipion Emilien// qui pleure sur le sort de Carthage, en songeant que cela arrivera à Rome
- les //Gracques// au projet réactionnaire, pour le petite paysannerie, ruinée par les Guerres Puniques
- les émules populaires, de //Saturninus// à //L.Drusus//, "font comme" les Gracques et meurent identiquement.
- mieux que //Catilina// et sa " nuit des longs couteaux": égorger les politiques pour faire mainbasse sur la ville.
* César à voulu devenir un roi ( les modernes se demandent encore pourquoi).
Ils serait devenu ''sacer'' : les Romains avaient chassé leur roi, mais ne l'avaient pas tué.Les conjurés ont frappé avant..de ne plus pouvoir le faire.
Projet de mêler monarchie héllénistique efficace et royauté romaine proche du peuple. Garantie de la liberté civique et unification facilitée avec les terres d'Orient.
Idée que Auguste appliquera à peine et pour laquelle on crie au génie.
Vulpes laqueo capta e tanto periculo effugerat ; caudam tamen amiserat. Sed vita eam non jam delectabat, quia sentiebat se propter caudam amissam in omnium contemptu vivere. Itaque ceteras vulpes in contionem vocavit orationemque habuit :


Tum una ex vulpibus ei dixit : « Si te convertes, veram ejus consilii causam profecto nobis ostendes ! » atque miseram sociam ceterae vulpes magnis clamoribus exploserunt.

(Extrait de Salvete classe de 3e, © Éditions Scodel, 1984, par MM. COUSTEIX, GAILLARD et WEINBERG).

+++[Texte de la lacune]
Vos me contemnitis, stultissimae sociae, quod caudam amissi ? Omne autem animal quod laetum est nullam caudam habet. Rana enim in fluminibus laete diem noctemque canit. At elephantus, qui semper maximam proboscidem gerere debet, omnium animalium tristissimus est, quoniam numquam canit. Ergo cauda tristitiae causa. Ego quoque, antequam id malum membrum amisi, tristior quidam eram. Nunc mihi nulla est tristitia. Credite mihi et abscidite caudas vestras! Sic omnem tristitiam expelletis. ===
!TEXTE
Condamné au bagne pour avoir volé un pain, Jean Valjean a purgé sa peine et vient d'être
libéré. Il s'arrête dans une auberge.
Pendant que le nouveau venu se chauffait, le dos tourné, le digne aubergiste Jacquin Labarre tira un crayon de sa poche, puis il déchira le coin d'un vieux journal qui traînait sur une petite table près de la
fenêtre. Sur la marge blanche il écrivit une ligne ou deux, plia sans cacheter et remit ce chiffon de papier à un enfant qui paraissait lui servir tout à la fois de marmiton et de laquais. L'aubergiste dit un mot à l'oreille du marmiton, et l'enfant partit en courant en direction de la mairie.
Le voyageur n'avait rien vu de tout cela.
Il demanda encore une fois&nbsp;:
- Dîne-t-on bientôt&nbsp;?
– Tout à l'heure, dit l'hôte.
L'enfant revint. Il rapportait le papier. L'hôte le déplia avec empressement, comme quelqu'un qui attend une réponse. Il parut lire attentivement, puis hocha la tête, et resta un moment pensif. Enfin il fit un pas vers le voyageur qui semblait plongé dans des réflexions peu sereines.
– Monsieur, dit-il, je ne puis vous recevoir.
L'homme se dressa à demi sur son séant.
– Comment&nbsp;! Avez-vous peur que je ne paye pas&nbsp;! Voulez-vous que je paye d'avance&nbsp;? J'ai de l'argent, vous dis-je.
– Ce n'est pas cela.
– Quoi donc&nbsp;?
– Vous avez de l'argent...
– Oui, dit l'homme.
– Et moi, dit l'hôte, je n'ai pas de chambre.
L'homme reprit tranquillement&nbsp;: -Mettez-moi à l'écurie.
– Je ne puis.
– Pourquoi&nbsp;?
– Les chevaux prennent toute la place.
– Et bien, repartit l'homme, un coin dans le grenier. Une botte de paille. Nous verrons cela après dîner.
– Je ne puis vous donner à dîner.
Cette déclaration, faite d'un ton mesuré, mais ferme, parut grave à l'étranger. Il se leva.
– Ah bah&nbsp;! Mais je meurs de faim, moi. J'ai marché dès le soleil levé. J'ai fait douze lieues. Je paye. Je veux manger.
– Je n'ai rien, dit l'hôte.
L'homme éclata de rire et se tourna vers la cheminée et les fourneaux.
– Rien&nbsp;! Et tout cela&nbsp;?
– Tout cela m'est retenu.
– Par qui&nbsp;?
– Par ces messieurs les rouliers.
– Combien sont-ils&nbsp;?
– Douze.
– Il y a là à manger pour vingt.
– Ils ont tout retenu et tout payé d'avance.
L'homme se rassit et dit sans hausser la voix&nbsp;:
– Je suis à l'auberge, j'ai faim, et je reste.
L'hôte alors se pencha à son oreille, et lui dit d'un accent qui le fit tressaillir&nbsp;:
– Allez-vous en&nbsp;!
Le voyageur était courbé en cet instant et poussait quelques braises dans le feu avec le bout ferré de son bâton, il se retourna vivement, et, comme il ouvrait la bouche pour répliquer, l'hôte le regarda fixement et ajouta toujours à voix basse&nbsp;: - Tenez, assez de paroles comme cela.
Voulez-vous que je vous dise votre nom&nbsp;? Vous vous appelez Jean Valjean. Maintenant voulez-vous que je vous dise qui vous êtes&nbsp;? En vous voyant entrer, je me suis douté de quelque chose, j'ai envoyé à la mairie, et voici ce qu'on m'a répondu. Savez-vous lire&nbsp;?
Victor Hugo, Les Misérables (1862), Le livre de poche
1. marmiton&nbsp;: apprenti au service de la cuisine dans un restaurant.   2. laquais&nbsp;: valet

!QUESTIONS (15 POINTS)
Toutes vos réponses devront être rédigées
!!I/ Un aubergiste singulier (5 points)
1.
a) Quelle est la valeur de l'imparfait de la première ligne et des passés simples des lignes 1 à 5&nbsp;? (1 point)
b) Sur quel personnage l'emploi de ces temps attire-t-il l'attention&nbsp;? (0,5 point)
2.
a) Dans le reste du texte, quel nom reprend le terme d'"aubergiste"&nbsp;? (0,5 point)
b) Quelle qualité peut-on attendre du personnage ainsi désigné&nbsp;? (0,5 point)
3.
a) De la ligne 20 à 27&nbsp;: quelle forme de phrase l'aubergiste emploie-t-il le plus souvent&nbsp;?
b) De la ligne 28 à la fin&nbsp;: relevez les trois expressions du texte qui caractérisent la manière dont l'aubergiste parle au voyageur. (1 point)
4. En confrontant l'ensemble de vos réponses, dites si Jacquin Labarre vous semble vraiment être un "digne aubergiste". Justifiez votre réponse. (1 point)
!!II/ Un voyageur indésirable (5 points)
1. Quelles sont les raisons que donne le voyageur pour justifier sa présence à l'auberge&nbsp;?
Vous paraissent-elles justes&nbsp;? Développer votre réponse. (1 point).
2. «&nbsp;Je suis à l'auberge, j'ai faim, et je reste.&nbsp;»
Quelle est la relation logique exprimée par la conjonction de coordination «&nbsp;et&nbsp;» (0.5 point)
3. Dans la phrase&nbsp;: «&nbsp;Mais je meurs de faim, moi.&nbsp;» (ligne 29), relevez le terme mis en relief et commentez l'effet produit. (1 point)
4. En vous appuyant sur les réponses aux questions précédentes, qualifiez l'attitude du voyageur. (0,5 point)
5. Dans l'ensemble du texte, relevez les noms et groupes nominaux utilisés pour désigner le "voyageur"
a) par le narrateur (0,5 point)
b) par l'aubergiste (0,5 point)
c) En quoi la dernière désignation est-elle essentielle pour le "voyageur"&nbsp;? (1 point)
!!III/ Le face à face (5 points)
1. Quel est l'enjeu du débat pour chaque personnage&nbsp;? (1 point)
2. Dans les lignes 32 à 40&nbsp;:
a) Jean Valjean se laisse-t-il faire par l'aubergiste&nbsp;? (0,5 point)
b) Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le type de phrase qu'il emploie le plus souvent. (1 point)
3. Donner l'infinitif, le mode et le temps de "Allez-vous-en".
En quoi cette phrase est-elle importante&nbsp;? (1,5 points)
4. En quoi les propos de l'aubergiste trahissent-ils sa mauvaise foi&nbsp;? (1 point)
!RÉÉCRITURE (4 POINTS)
Ligne 49-50, "En vous voyant...répondu"&nbsp;: Réécrivez le passage au plus que parfait en passant de la première personne du singulier à la troisième personne du pluriel.

!DICTEE (6 POINTS)
L'homme baissa la tête, ramassa le sac qu'il avait déposé à terre, et s'en alla.
Il prit la grande rue. Il marchait devant lui au hasard, rasant de près les maisons, comme un homme humilié et triste. Il ne se retourna pas une seule fois. S'il s'était retourné, il aurait vu l'aubergiste de La Croix-de-Colbas sur le seuil de sa porte, entouré de tous les voyageurs de son auberge et de tous les passants de la rue, parlant vivement et le désignant du doigt, et, aux regards de défiance et d'effroi du groupe, il aurait deviné qu'avant peu son arrivée serait l'événement de toute la ville.
Victor Hugo, Les Misérables.
Mortuo Numa, Tullus Hostilius rex creatus est. Hic non solum proximo regi dissimilis, sed etiam Romulo ferocior fuit. Eo regnante, bellum inter Albanos et Romanos exortum est. Ducibus Hostilio et Suffetio placuit, paucorum manibus fata utriusque populi committi. Erant apud Romanos trigemini Horatii, trigemini quoque apud Albanos Curiatii. Cum eis agunt reges ut pro sua quisque patria dimicent ferro. Foedus ictum est ea lege, ut unde victoria, ibi quoque imperium esset. Itaque trigemini arma capiunt, et in medium inter duas acies procedunt. Consederant utrimque duo exercitus. Datur signum, infestisque armis terni juvenes magnorum exercituum animos gerentes concurrunt.

Ut primo concurso increpuere arma, horror ingens spectantes perstrinxit. Consertis deinde manibus, statim duo Romani alius super alium expirantes ceciderunt: tres Albani vulnerati. Ad casum Romanorum conclamavit gaudio exercitus Albanus. Romanos jam spes tota deserebat. Unum Horatium tres Curiatii circumsteterant; is quamvis integer, quia tribus impar erat, fugam simulavit, ut singulos per intervalla secuturos separatim aggrederetur. Jam aliquantum spatii ex loco, ubi pugnatum est, aufugerat, cum respiciens vidit unum Curiatium haud procul ab se abesse. In eum magno impetu redit et dum Albanus exercitus inclamat Curiatiis, ut opem ferant fratri, jam Horatius eum occiderat. Alterum deinde, priusquam tertius posset consequi, interfecit.

Jam singuli supererant sed nec spe nec viribus pares. Alterius erat intactum ferro corpus, et geminata victoria ferox animus. Alter fessum vulnere, fessum cursu trahebat corpus. Nec illud proelium fuit. Romanus exultans male sustinentem arma conficit, jacentemque spoliat. Romani ovantes ac gratulantes Horatium accipiunt, et domum deducunt. Princeps ibat Horatius, trium fratrum spolia prae se gerens. Cui obvia fuit soror, quae desponsa fuerat uni ex Curiatiis, visoque super humeros fratris paludamento sponsi, quod ipsa confecerat, flere et crines solvere coepit. Movit feroci juveni animum comploratio sororis in tanto gaudio publico: stricto itaque gladio transfigit puellam, simul eam verbis increpans: "Abi hinc cum immaturo amore ad sponsum; oblita fratrum, oblita patriae. Sic eat quaecumque Romana lugebit hostem."

Atrox id visum est facinus patribus plebique; quare raptus est in jus Horatius et apud judices condemnatus. Jam acesserat lictor injiciebatque laqueum. Tum Horatius ad populum provocavit. Interea pater Horatii senex proclamabat filiam suam jure caesam fuisse; et juvenem amplexus, spoliaque Curiatiorum ostentans orabat populum ne se orbum liberis faceret. Non tulit populus patris lacrymas, juvenemque absolvit, magis admiratione virtutis, quam jure causae. Ut tamen caedes manifesta expiaretur, pater, quibusdam sacrificiis peractis, transmisit per viam tigillum, et filium capite adoperto velut sub jugum misit: quod tigillum sororium appellatum est.

Source: [[De viris illustribus urbis Romae - Tullus Hostilius, Romanorum rex tertius - Wikisource|http://la.wikisource.org/wiki/De_viris_illustribus_urbis_Romae_-_Tullus_Hostilius%2C_Romanorum_rex_tertius]]
/***
|''Name:''|DeprecatedFunctionsPlugin|
|''Description:''|Support for deprecated functions removed from core|
***/
//{{{
if(!version.extensions.DeprecatedFunctionsPlugin) {
version.extensions.DeprecatedFunctionsPlugin = {installed:true};

//--
//-- Deprecated code
//--

// @Deprecated: Use createElementAndWikify and this.termRegExp instead
config.formatterHelpers.charFormatHelper = function(w)
{
 w.subWikify(createTiddlyElement(w.output,this.element),this.terminator);
};

// @Deprecated: Use enclosedTextHelper and this.lookaheadRegExp instead
config.formatterHelpers.monospacedByLineHelper = function(w)
{
 var lookaheadRegExp = new RegExp(this.lookahead,"mg");
 lookaheadRegExp.lastIndex = w.matchStart;
 var lookaheadMatch = lookaheadRegExp.exec(w.source);
 if(lookaheadMatch && lookaheadMatch.index == w.matchStart) {
  var text = lookaheadMatch[1];
  if(config.browser.isIE)
   text = text.replace(/\n/g,"\r");
  createTiddlyElement(w.output,"pre",null,null,text);
  w.nextMatch = lookaheadRegExp.lastIndex;
 }
};

// @Deprecated: Use <br> or <br /> instead of <<br>>
config.macros.br = {};
config.macros.br.handler = function(place)
{
 createTiddlyElement(place,"br");
};

// Find an entry in an array. Returns the array index or null
// @Deprecated: Use indexOf instead
Array.prototype.find = function(item)
{
 var i = this.indexOf(item);
 return i == -1 ? null : i;
};

// Load a tiddler from an HTML DIV. The caller should make sure to later call Tiddler.changed()
// @Deprecated: Use store.getLoader().internalizeTiddler instead
Tiddler.prototype.loadFromDiv = function(divRef,title)
{
 return store.getLoader().internalizeTiddler(store,this,title,divRef);
};

// Format the text for storage in an HTML DIV
// @Deprecated Use store.getSaver().externalizeTiddler instead.
Tiddler.prototype.saveToDiv = function()
{
 return store.getSaver().externalizeTiddler(store,this);
};

// @Deprecated: Use store.allTiddlersAsHtml() instead
function allTiddlersAsHtml()
{
 return store.allTiddlersAsHtml();
}

// @Deprecated: Use refreshPageTemplate instead
function applyPageTemplate(title)
{
 refreshPageTemplate(title);
}

// @Deprecated: Use story.displayTiddlers instead
function displayTiddlers(srcElement,titles,template,unused1,unused2,animate,unused3)
{
 story.displayTiddlers(srcElement,titles,template,animate);
}

// @Deprecated: Use story.displayTiddler instead
function displayTiddler(srcElement,title,template,unused1,unused2,animate,unused3)
{
 story.displayTiddler(srcElement,title,template,animate);
}

// @Deprecated: Use functions on right hand side directly instead
var createTiddlerPopup = Popup.create;
var scrollToTiddlerPopup = Popup.show;
var hideTiddlerPopup = Popup.remove;

// @Deprecated: Use right hand side directly instead
var regexpBackSlashEn = new RegExp("\\\\n","mg");
var regexpBackSlash = new RegExp("\\\\","mg");
var regexpBackSlashEss = new RegExp("\\\\s","mg");
var regexpNewLine = new RegExp("\n","mg");
var regexpCarriageReturn = new RegExp("\r","mg");

}
//}}}
S1:[[ Evaluation de lecture|Evaluation de lecture Des Fleurs pour Algernon]]
S2: [[Définir la science-fiction]]

S5: [[Modifier le registre]]
S1: L'île de Robinson

Une description est organisée avec des CCL.( «&nbsp;au nord&nbsp;», «&nbsp;à l'Ouest&nbsp;»)
Les verbes de la description sont à l' imparfait. (Les actions sont au passé simple: «&nbsp;Robinson s'arrêta&nbsp;»).
Avant la description, le personnage s'immobilise, puis regarde.
Ici, ''__le thème de la description__'' est l'île.

 [[texte|L'île de Robinson, Tournier]]
Partir sur la différence 
# Fermer la porte  (la porte est à "fermer")
# La porte fermée: "Fermée, la porte, j'ai dit"
Ou avec OUVRIR
__Caractéristiques du «&nbsp;texte explicatif&nbsp;».__
#Pas de narrateur, mais un énonciateur
#Point de vue objectif :neutre, sans avis personnel  (c'est le contraire du «&nbsp;texte argumentatif&nbsp;»).
#Temps principalement utilisé est le présent, avec sa valeur de «&nbsp;présent de vérité générale&nbsp;» (utilisation du présent pour un fait toujours valable: «&nbsp;la terre tourne autour du soleil&nbsp;»).
#Vocabulaire précis et spécifique
#Des causes et des conséquences du phénomène (car, donc, ainsi, c'est pourquoi...etc)
L'énonciateur s'adapte à son destinataire. (songer à la différence d'explication de la reproduction...)


__Caractéristiques du texte narratif__
#Un personnage (et son action)
#Temps: passé simple (ou le présent avec la valeur de «&nbsp;présent de narration&nbsp;».
#Présence d'un narrateur
#Enoncé coupé de sa situation d'énonciation (peu importe de savoir où et quand a été écrit le texte, cela n'est pas nécessaire pour le comprendre.
!A. Transposez ces phrases du discours direct au discours indirect:
#Roger me dit : «  Je ne crois pas que Samuel a raison !».

#Il me disait : «  Je ne veux pas qu'elle parte !».

#Elle m'a demandé: « Où vont-ils ? »

#Mes filles m'affirmèrent : « Notre professeur ne nous a pas donné nos devoirs. »

# « Vos enfants partent-ils en vacances, demanda Mme Azerty à ~Mme Uiop, ou restent-ils avec vous ? »


!B. Transposez ces phrases du discours indirect au discours direct:
#Mme Qsd  chuchote à M Fgh que la famille Jkl passe son temps à la surveiller.

#Norton se demandait souvent qui lui volait ses bonbons

#Elle me certifia qu'elle était bien à l'heure ce jour-là et que je devais me tromper

#Ils avouèrent enfin qu'ils avaient vu Marie la veille.

#Il répétait partout que nous étions fous et que jamais nous ne réussirions.
<<slideShow>>
-s-
!A. Transposez ces phrases du discours direct au discours indirect:
#Il me dit : «  Je ne crois pas que tu as raison !».
#Il me disait : «  Je ne crois pas que tu as raison !».
#Elle m'a demandé: « Où allez-vous ? »
#Elles m'affirmèrent : « Notre professeur ne nous a pas donné nos devoirs. »
# « Vos enfants partent-ils en vacances, demanda Mme Azerty à ~MmeUiop, ou restent-ils avec vous ? »
-s-
!B. Transposez ces phrases du discours indirect au discours direct:
#Mme Qsd  chuchote à M Fgh que la famille Jkl passe son temps à la surveiller.
#Norton se demande souvent qui lui vole ses bonbons
#Elle me certifia qu'elle était bien à l'heure ce jour-là et que je devais me tromper
#Ils avouèrent enfin que leur chien était le responsable de ces saletés.
#Il voulait savoir ce qui nous passait par la tête.
-s-
!C. Soulignez le discours direct, indirect et indirect libre dans le texte suivant.
« J'ai bien failli y rester... » Monsieur Gytu répétait que c'était incroyable, qu'il aurait dû n'être plus en vie: le camion était arrivé à toute vitesse et ce n'est que de justesse qu'il l'avait évité. Il avait vraiment eu de la chance, tous les voisins en convenaient.
-s-
+++[Correction]
!A. Transposez ces phrases du discours direct au discours indirect:
#Il me dit @@qu@@'@@il @@ne @@croit @@pas que @@j'ai@@ raison .
#Il me disait @@qu@@'@@il @@ne @@croyait @@pas que @@j'avais@@ raison.
#Elle m'a demandé @@où nous allions@@/@@où 'allais@@.
#Elles m'affirmèrent @@que @@@@leur @@professeur ne @@leur @@@@avait @@pas donné @@leurs @@devoirs. »
#  Mme Azerty demanda à ~MmeUiop @@si @@@@leurs @@enfants @@partaient @@en vacances ou @@s'ils@@ rest@@aient@@ avec eux ? »

!B. Transposez ces phrases du discours indirect au discours direct:
#Mme Qsd  chuchote à M Fgh @@:@@ @@"@@@@L@@a famille Jkl passe son temps à @@me @@surveiller@@"@@.
#Norton se demande @@:" Q@@ui @@me @@vole @@mes @@bonbons @@?"@@
#Elle me certifia @@: " J@@'étai@@s@@ bien à l'heure ce jour-là @@;@@ @@vous devez vous@@ tromper@@! "@@
#Ils avouèrent enfin@@: "N@@otre chien @@est @@le responsable de ces saletés@@..."@@
#Il voulait savoir@@: " Q@@ue @@leur @@@@passe-t-il@@ par la tête@@? "@@

!C. Soulignez le discours direct, indirect et indirect libre dans le texte suivant.
@@bgcolor(#00ff00):« J'ai bien failli y rester... »@@ ''(Direct)'' Monsieur Gytu répétait @@bgcolor(#99ccff):que c'était incroyable, qu'il aurait dû n'être plus en vie@@ ''(Indirect)'': @@bgcolor(#cc66cc):le camion était arrivé à toute vitesse et ce n'est que de justesse qu'il l'avait évité@@ ''(Indirect Libre)''. @@bgcolor(#cc66cc):Il avait vraiment eu de la chance@@, tous les voisins en convenaient.

===

!Retenir sur le discours
|! DISCOURS|!TEXTES|!REMARQUES|
|bgcolor(lightblue):Discours direct|1//.''« Je pars, idiot »'', m'a-t-il dit hier//|Le DISCOURS DIRECT restitue les paroles rapportées|
|~|2.//''«  Où cours-tu ainsi ? »'', lui a-t-il demandé//|Les guillemets servent de frontière entre le discours du personnage et le récit du narrateur|
|bgcolor(lightgreen):Discours Indirect|1.//Paul a affirmé que j'avais tort; et même plus, que je n'avais jamais raison.//|DISCOURS INDIRECT est introduit par la conjonction de subordination « que » ou par un pronom interrogatif (si, où, quand) [[Concordance des temps]]. Observez la concordance des temps aux exemples 1 et 2|>|
|~|2.//Paul affirme ''que'' j'ai tort; et même plus, ''que'' je n'ai jamais raison//.|~|
|~|3.//Il m'a demandé ''si'' je savais où Marc était parti et ''si ''il faisait beau à Gattaca//.|~|
|~|4.//Paul ''a dit'' qu'il a vu Marie//.|Le verbe introducteur fait sens|
|~|5.//Paul ''a avoué'' qu'il a vu Marie//.|~|
|~|6. //Le suspect ''a déclaré'' qu'il était chez sa soeur au et qu'il ne pouvait donc être sur les lieux au moment du crime//.|~|
|~|7.//Il joua  l'innocent et ''prétendit'' qu'il n'était jamais venu à cet endroit et que ce jour-là il travaillait//|~|
|bgcolor(lightblue):Discours Indirect Libre|1.//Elle souffla un moment. ''Mon Dieu ! qu'il y avait donc une mauvaise odeur, dans la loge de cette sans-soin de Mathilde ! Il y faisait bon, une de ces tranquilles chaleurs des chambres de Provence, au soleil d'hiver ; mais, vraiment, ça sentait trop l'eau de lavande gâtée, avec d'autres choses pas propres''. Elle ouvrit la fenêtre [,..]//.	                            Zola, Nana, chap. IX.|DISCOURS INDIRECT LIBRE: pas d'introduction;|
|~|2.//Il joua l'innocent.''Il n'était jamais venu à cet endroit! D'ailleurs ce jour-là il travaillait!''//|Une ponctuation qui est celle du discours direct;|
|~|3.//J'arrive sur les lieux.Il se met à crier.''On l'a roulé, mais il ne va pas se laisser faire, il va prévenir la police''.J'essaie de le calmer//|L'énonciateur des paroles et le rapporteur se confondent; le DIL est très utilisé dans les textes littéraires|
   
!Synthèse
|! Type des paroles rapportées |! Comment Récit et Discours sont enchassés |! Remarques |
|bgcolor(lightblue):Discours Direct|Récit @@:@@ @@"@@ Discours @@"@@|1. La Situation d'Enonciation est respectée (je/tu- ici/maintenant)|
|~|~|2. Poncuation expressive|
|bgcolor(lightgreen):Discours Indirect|Récit @@que/si/de@@ Discours|1.Changement de situation d'énonciation.|
|~|~|2.[[Concordance des temps]] si nécessaire|
|bgcolor(lightblue):Discours Indirect Libre|Récit @@.@@ Discours|1.Changement de situation d'énonciation.|
|~|~|2.Ponctuation expressive|

![[Exercices sur les Discours Direct et Indirect]]


!1. Dans le texte suivant, les paroles sont rapportées au style direct.
Paul lui dit : « [...] Vous ne craignez pas de vous exposer aux dangers de la mer... de la mer dont vous êtes si effrayée! 
- Il faut, répondit Virginie, que j'obéisse à mes parents, à mon devoir. 
- Vous nous quittez, reprit Paul, pour une parente éloignée que vous n'avez jamais vue ! 
- Hélas ! dit Virginie. Je voulais rester ici toute ma vie; ma mère ne l'a pas voulu. Mon confesseur m'a dit que la volonté de Dieu était que je partisse; que la vie était une épreuve... Oh ! c'est une épreuve bien dure ! »
Bernardin de ~Saint-Pierre, Paul et Virginie
## Comparez  //« Paul lui dit »// et //« Vous ne craignez pas de vous exposer aux dangers de la mer... »// :  s'agit-il de la même situation d'énonciation ?
## Transposez les paroles au style indirect en utilisant un verbe introducteur au passé. Vous soulignerez les verbes dont le temps change et les pronoms qui, modifiés, ne renvoient plus directement à la situation d'énonciation.

!2. Voici un récit avec des paroles rapportées au style indirect; récrivez le texte en employant le style direct. Vous soulignerez alors les pronoms, les adjectifs possessifs ou démonstratifs qui renvoient à la situation d'énonciation. (Attention à la construction de se rappeler/se souvenir.)
La maîtresse s'est fâchée, elle a tapé encore avec sa règle sur son bureau, elle a dit à Agnan de se tenir tranquille s'il ne voulait pas qu'elle lui mette un zéro en géographie (c'était l'heure de géographie) et elle a dit que le premier qui parlerait encore, elle le ferait renvoyer de l'école... Agnan s'était remis à pleurer et à crier qu'il n'irait pas, et que si on l'avait prévenu il aurait amené une excuse de ses parents.
//Sempé et Goscinny, Le Petit Nicolas et tes Copains, © Éditions Denoël.//

!3. Remplacez dans chaque phrase le verbe  « dire » par un verbe introducteur de la parole, plus expressif.

# « Je vous, vous le pro, pro, promets », dit-il.
# Le sapin oscillait, prêt à tomber; il dit : « Écartez-vous ! »
# « J'ai peur ! », dit-elle en entendant le bruit des mitraillettes.
# Il dit à l'oreille de son compagnon ; « J'ai trouvé un moyen de nous enfuir, suis-moi sans faire de bruit. »
# « Nous vaincrons l'ennemi », disait sans arrêt le général aux soldats.
# Quand nous lui demandâmes s'il viendrait avec nous, il nous dit qu'il préférait rester seul.
1. A quelle occasion le narrateur et C. Auguste Dupin ont-ils fait connaissance ?
2. Quelle faculté peu fréquente Dupin possède-t-il ?
3.  Racontez brièvement le spectacle que découvrent les voisins et les gendarmes en entrant dans la maison de Madame l’Espanaye.
4. Quelle est la particularité d’une des deux voix entendues dans la maison pendant le meurtre ?
5. Pr quelle issue le meurtrier est-il passé pour s’enfuir ? Donnez des détails sur cette issue.
6.  Pourquoi l’intérêt financier ne peut-il constituer le mobile du crime ?
7. Quel indice, trouvé entre les doigts de Madame l’Espanaye, vient apporter des précisions sur l’identité du meurtrier ?
8. Comment Dupin s’y prend-il pour attirer le marin chez lui ?
9.Que devient finalement le meurtrier ?
A quelle époque a vécu l'auteur?
# En quelle langue l'auteur a-t-il écrit ce livre ? ''... en anglais, et non en latin.''
# Dans quelle ville l'action se déroule-t-elle ? '' à Ostie (ou Ostia), le port de Rome.''
# Qui est Flavia ? '' l'héroine du livre, une jeune fille, indépendante et intelligente.''
# Première "enquête" de Flavia: qui a volé le sceau d'améthyste de son père ? ''une pie (voleuse).''
# Quel est le symbole représenté sur le sceau de Geminus ? '' des gémeaux, évidemment.''
# Dans le cimetière, qui empêche Flavia de descendre de l'arbre ? Qui la sauve et comment ? ''Des chiens l'empêchent de descendre de l'arbre où était le nid de la pie: Jonathan, son nouveau voisin qu'elle ne connait pas encore, les chasse à coup de fronde.''
# Nubia est une esclave: quel âge a-t-elle et de quel pays vient-elle ? '' Elle a le même âge que Flavia - 8/9 ans - et est nubienne (l'actuelle éthiopie).''
# Nubia coûtait 600 sesterces. Flavia avait 600 sesterces: d'où tirait-elle tant d'argent ? '' L'orfèvre lui a acheté les bijoux qu'elle a trouvé dans le nid de la pie.''
# Le marchand d'esclave demande en fait 700 sesterces pour Nubia. Comment Flavia peut-elle quand même acquérir l'esclave ? ''Son père complète, parce que c'est l'anniversaire de Flavia.''
# Nubia ne connaît que quelques mots en latin, mais connaît quelques mots d'une autre langue que Flavia connaît aussi: quelle est cette langue ? ''Le grec.''
# Flavia est orpheline de mère: comment celle-ci est-elle morte ? ''en couches, en attendant des jumeaux''
# Du retour du port, après le départ de Géminus, la maison de Mordecaï est barbouillée de sang. Qui a été assassiné ? Qu'est-ce qui est remarquable ?  ''Bobas, son chien, a été assassiné, et surtout sa tête a disparu.''
# Qu'est-ce qu'une nécropole ? ''Un cimetière.''
# Pourquoi Avitus est-il longtemps le premier suspect ? ''Il hait les chiens depuis que sa fille est morte de la rage, après avoir été mordue par un chien errant dans la nécropole.''
# Lupus, le petit mendiant, devient leur ami: que signifie son nom ? pourquoi est-il muet ? ''Lupus signifie "Loup"; il est muet parce que sa langue a été coupée.''
# Pourquoi Jonathan l'amène-t-il aux thermes ? ''pour le laver, avant de le déguiser pour partir "espionner" dans la maison de Avitus.''
# 3 têtes de chiens sont placés sur un trident pour effrayer la maisonnée de Flavia. A quels chiens ces têtes appartenaient-elles ? Quel chien de la mythologie avait 3 têtes ? ''Les trois têtes étaient celle de Bobas, le chien de Jonathan, celle d'un chien errant et celle de Ruber, le chien du riche Cordius. Cerbère, le chien à 3 têtes, gardait les Enfers dans la mythologie.''
# Qui tuait les chiens ? Quel était son mobile ? ''Libertus voulait éloigner la famille de Flavius en les effrayant afin de voler des pièces d'or cachées dans la réserve. Ce trésor appartenait à Cordius, qui le stockait chez Geminus, pour éprouver l'honnêteté de Libertus, qu'il avait affranchi et qu'il voulait adopter.''
# Pourquoi, au lieu de "chapitre", les chapitres de ce livre sont appelés "rouleaux"? ''Parce que dans l'Antiquité, on n'écrivait pas sur des rouleaux de papyrus.''
# Qu'as-tu pensé de ce livre ? Justifie ton avis.

# En quelle langue l'auteur a-t-il écrit ce livre ?
# Dans quelle ville l'action se déroule-t-elle ?
# Qui est Flavia ?
# Première "enquête" de Flavia: qui a volé le sceau d'améthyste de son père ?
# Quel est le symbole représenté sur le sceau de Geminus ?
# Dans le cimetière, qui empêche Flavia de descendre de l'arbre ? Qui la sauve et comment ?
# Nubia est une esclave: quel âge a-t-elle et de quel pays vient-elle ?
# Nubia coûtait 600 sesterces. Flavia avait 600 sesterces: d'où tirait-elle tant d'argent ?
# Le marchand d'esclave demande en fait 700 sesterces pour Nubia. Comment Flavia peut-elle quand même acquérir l'esclave ? 
# Nubia ne connaît que quelques mots en latin, mais connaît quelques mots d'une autre langue que Flavia connaît aussi: quelle est cette langue ?
# Flavia est orpheline de mère: comment celle-ci est-elle morte ?
# Du retour du port, après le départ de Géminus, la maison de Mordecaï est barbouillée de sang. Qui a été assassiné ? Qu'est-ce qui est remarquable ?
# Qu'est-ce qu'une nécropole ?
# Pourquoi Avitus est-il longtemps le premier suspect ?
# Lupus, le petit mendiant, devient leur ami: que signifie son nom ? pourquoi est-il muet ?
# Pourquoi Jonathan l'amène-t-il aux thermes ?
# 3 têtes de chiens sont placés sur un trident pour effrayer la maisonnée de Flavia. A quels chiens ces têtes appartenaient-elles ? Quel chien de la mythologie avait 3 têtes ?
# Qui tuait les chiens ? Quel était son mobile ?
# Pourquoi, au lieu de "chapitre", les chapitres de ce livre sont appelés "rouleaux"?
# Qu'as-tu pensé de ce livre ? Justifie ton avis.

<html>
<tbody>
  <tr>
    <td style="text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">1ère déclinaison </span><br/></td>
  </tr>

</tbody>
</table></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top;"><br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">Singulier<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">Pluriel<br/></td>
  </tr>
  <tr>

    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">N.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span><br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ae</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">V.<br/></td>

    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span><br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ae</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">Acc.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">am</span></span></td>

    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">as</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">G.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ae</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">arum</span></span></span></td>

  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;">D.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ae</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></span></td>
  </tr>

  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">Abl.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></span></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">ros<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></span></td>
  </tr>
</tbody>
</table><br/></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">

<tbody>
  <tr>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">2ème déclinaison<br/></td>
  </tr>
</tbody>
</table></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="color: rgb(255, 255, 255);">___</span></span><br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">Masculin/Feminin<br/></td>

    <td style="text-align: center; font-weight: bold;"><span style="color: rgb(255, 255, 255);">llM-</span>Neutre<span style="color: rgb(255, 255, 255);">MM_</span><br/></td>
  </tr>
</tbody>
</table></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">Singulier<br/></td>

    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">Pluriel<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">Singulier<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">Pluriel<br/></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">N.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span><br/></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">i</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span><br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">V.<br/></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">e</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">i</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></td>
  </tr>

  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Acc.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">os</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span></span></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">G.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">i</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">orum</span></span></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">i</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">orum</span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">D.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">o</span></span></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">o</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Abl.<br/></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">o</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">domin<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">o</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">templ<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></td>
  </tr>

</tbody>
</table><br/></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">3ème déclinaison<br/></td>
  </tr>
</tbody>
</table></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;"><span style="color: rgb(255, 255, 255);">___</span></span></span></td>

    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">Masculin/Feminin</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="color: rgb(255, 255, 255);">llM-</span>Neutre<span style="color: rgb(255, 255, 255);">MM_</span></span></td>
  </tr>
</tbody>
</table></span><span style="font-weight: bold;"><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><br/></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Singulier<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Pluriel<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Singulier<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Pluriel<br/></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">N.</td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">consul<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></span></span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">corpus<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>

    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">V.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">consul</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></span></span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">corpus</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></span></td>

  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Acc.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">em</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">corpus</span></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">a</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">G.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span></span></span></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">is</span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">D.<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">i</span></span></span></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ibus</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">i</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ibus</span></span></span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Abl.<br/></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">e</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">consul<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ibus</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">e</span></span></span></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><span style="font-weight: bold;"><span style="font-weight: bold;">corpor<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ibus</span></span></span></td>
  </tr>

</tbody>
</table><br/></span><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">4ème déclinaison<br/></td>
  </tr>
</tbody>
</table>
<table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;"><br/></td>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Singulier<br/></td>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Pluriel<br/></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">N.<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span><br/></td>

    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">V.<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span></td>

  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Acc.<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">um</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span></td>
  </tr>

  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">G.<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">us</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">uum</span></td>
  </tr>
  <tr>

    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">D.<br/></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ui</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ibus</span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="vertical-align: top; font-weight: bold; text-align: center;">Abl.<br/></td>

    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">u</span></td>
    <td style="font-weight: bold; text-align: center;">man<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ibus</span></td>
  </tr>
</tbody>
</table>
<br/><table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="text-align: center;"><span style="font-weight: bold;">5ème déclinaison </span><br/></td>

  </tr>
</tbody>
</table>
<table border="1" style="width: 100%;">
<tbody>
  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;"><br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">Singulier<br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">Pluriel<br/></td>
  </tr>

  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">N.<br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span><br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></td>
  </tr>
  <tr>

    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">V.<br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">Acc.<br/></td>

    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">em</span></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">es</span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">G.<br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ei</span></td>

    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">erum</span></td>
  </tr>
  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">D.<br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ei</span></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ebus</span></td>

  </tr>
  <tr>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">Abl.<br/></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">e</span></td>
    <td style="text-align: center; font-weight: bold;">r<span style="color: rgb(255, 0, 0);">ebus</span></td>
  </tr>

</tbody>

</html>
Séance 1: Décompter les comptines

+++[Textes]>
Un petit bonhomme Sur un encrier : Quelle est la couleur De son tablier ? 5 - Bleu. - As-tu du bleu sur toi ?
Une souris verte Qui courait dans l'herbe, Je l'attrape par la queue, Je la montre à ces messieurs. Ces messieurs me disent : Trempez-la dans l'huile, Trempez-la dans l'eau, Elle deviendra un escargot Tout chaud.
Anonyme, sans titres, in Métamorphoses, Paris, Seghers, 2005, p. 56-57
===


!1. Les rimes et la longueur des vers
Les poèmes font 6 et 9 vers, ils sont brefs. Les vers utilisés sont aussi brefs, avec beaucoup de vers de 5 syllabes (vers imparisyllabiques).
Les rimes sont approximatives, quand elles existent.

!2. L'énonciation (qui parle à qui ?)
L'énonciation est floue: tout le monde peut se glisser dans "je" et "tu". Le présent d'énonciation fait que c'est toujours valable
(réviser si besoin est les [[Valeurs des temps]]

!3. Le récit de la comptine.
Le récit ne progresse pas de façon logique. 
Pourtant le contexte est bien situé: où, quand, qui.
Le monde de la comptine tient plus du rêve ou du conte merveilleux ( une souris @@color(#00cc00):verte@@ ! et la métamorphose ...)que de la réalité

! Retenir
* Une comptine est faite pour être chantée, elle est très rythmée
* Chacun peut se l'approprier 
* Elle se soucie peu d'avoir un sens

+++[Tableau 22.05]



<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/S1Comptines.pdf"></object>
</html> 

===
S1: L'île de Robinson
Tous les élements sont situés par rapport au personnage (dessiner une carte de l'île)
Le personnage ''perçoit'' l'île.
S2: Organisation d'une description
Texte de Bosco; CCL et groupes prépositionnels
S3: Les expansions du nom
S1: [[Description de l'île de Robinson]]
La définition d'un genre littéraire.
Un genre littéraire se définit par plusieurs critères:

+++[Que signifie "littéraire" ?]
En latin, littera = lettre de l'alphabet
Est littéraire ce qui a rapport avec la littérature.
La littérature est l'ensemble des livres , disons, qu'il peut arriver de lire en cours de français. Cette notion est difficile à saisir parce qu'elle change selon les époques (la SF ou la BD sont de la littérature depuis récemment...) et les personnes.
===

- l'époque: certains n'existent que pour un temps donné: l'épopée.
- le contenu du livre: type d'histoire, type de personnage, façon d'écrire, attentes du lecteur...etc (ex: contes fantastiques ou merveilleux).
- le lieu: au Japon, les genres sont différents. Pensez aux mangas, qui croisent les genres.

Qu'est-ce que la Science-fiction ?
La SF introduit dans le récit un élément scientifique qui permet d'inventer une réalité différente de notre quotidien.
Dans dFpA, il est possible de rendre un individu plus intelligent que la normale; le thème du livre est la différence de perception et de compréhension qu' a le héros de ce qui l'entoure (et ceux).

Différents thèmes:
- accroissement des pouvoirs humains (pour tous ou pour qqns)
- voyage dans le temps
- découverte de lieux "non cartographiés": rencontre avec une société autre que la nôtre.
- ...etc
La SF existe depuis la fin du XIX Siècle ("inventeur" Jules Verne). C'est le sommet de la Révolution Industrielle (invention des machines...).
Deux synonymes ont la même dénotation, mais une connotation différente. Voilà pourquoi il existe plusieurs mots pour désigner "la même chose".
//''enfant''// et //''gamin''// désignent la même "chose": un être humain entre 5 et 12 ans environ. C'est la DENOTATION.
//''gamin''// est perçu comme plus familier, qu'il soit affectueux ou désagréable: c'est la CONNOTATION.
Réflechissez à la différence entre "Tais-toi" / "Ta gueule !" (connotation aggressive) ou encore "noir"/ "négro" (connotation raciste).
!1. Lisez ce poème et relevez les expansions du nom en précisant leur nature :
LES PAUVRES GENS
Il est nuit. La cabane est pauvre, mais bien close.
Le logis est plein d'ombre et l'on sent quelque chose
Qui rayonne à travers ce crépuscule obscur. 
Des  filets de pêcheur sont accrochés au mur. 
Au fond, dans l'encoignure où quelque humble vaisselle
Aux planches d'un bahut vaguement étincelle, 
On distingue un grand lit aux longs rideaux tombants.
Tout près, un matelas s'étend sur de vieux bancs,
Et cinq petits enfants, nid d'âmes, y sommeillent. 
                                         Victor Hugo, La Légende des siècles
!2. Remplacez les compléments du nom en gras par des adjectifs de même sens, quand c'est possible.
# Les transports de la ville se sont nettement améliorés.
# Dans des temps anciens, on imaginait la voûte du ciel placée comme un couvercle au-dessus de la Terre.
# Au marché, on vendait du poisson du jour.
# Les enfants de la ville bénéficient de nom­breuses activités culturelles et sportives.
# Je vais acheter mon magazine de la semaine.
# En bateau, il a toujours le mal de mer.
# Pour nourrir votre caniche, sachez que la ration du jour n'est pas énorme.
# Guérande est réputée pour sa production de sel de mer.


!3. On peut trouver des expansions pu nom «&nbsp; en cascade » ; dans la phrase « j'aimerais acheter un nouveau bateau à voiles, qui puisse faire le tour du monde. «&nbsp;nouveau » est un adjectif épithète. « à voiles » est un groupe prépositionnel. complément du nom et « qui puisse faire le tour du monde&nbsp;» est une proposition subordonnée relative.
Imaginez des expansions du nom « en cascade » sur ce modèle à partir des noms suivants.
a.une moto, b. une tarte, c. une omelette, d. une odeur, e. une chanson, f- une table, g. un roman.
!4. Relevez dans les textes suivants les expan­sions des noms en caractères gras puis indiquez leur nature et leur fonction.
# Une surprise avait été arrangée par les ''ordon­nateurs ''de la fête. À la fin du repas, on vit s'envoler du fond de la vaste corbeille un ''cygne'' sauvage, jusque-là captif sous les fleurs, qui, de ses fortes ailes, soulevant des lacis de guirlandes et de couronnes, finit par les disperser de tous côtés. Pendant qu'il s'élançait joyeux vers les dernières ''lueurs ''du  soleil, nous rattrapions au hasard les ''couronnes'' dont chacun parait aussitôt le front de sa voisine.
                                            Gérard de Nerval, « Sylvie », Les Filles du feu.

# Sa ''moustache'' forte, une moustache de vieux soldat, était demeurée presque brune et donnait à sa figure un rare ''caractère ''d'énergie et de fierté.
                                             Guy de Maupassant, Fort comme la mort !
# Elle demeura stupéfaite en face d'elle-même, effrayée de ses ''joues'' creuses, de ses yeux rouges, du ravage produit sur elle par ces quelques ''jours'' de souffrance. Son ''visage'' qu'elle connaissait si bien, qu'elle avait si souvent regardé en tant de miroirs divers, dont elle savait toutes les expressions, toutes les gentillesses, tous les sourires, don elle avait déjà bien des fois corrigé la pâleur, réparé les petites fatigues, détruit les rides  légères apparues au trop grand jour, au coin des yeux, lui sembla tout à coup celui d'une autre femme, un visage nouveau qui se décomposait, irréparable-ment malade.
                                                Guy de Maupassant, fort comme la mort !
# Un jeu d'échecs qui "visualise" la réflexion de son moteur: http://turbulence.org/spotlight/thinking/chess.html
# un site pour des parties longues (plusieurs jours): http://www.timeforchess.com/  On peut observer les parties en cours
# des variantes du jeu d'échecs : http://www.chessvariants.org/Gindex.html
# des leçons: http://www.tomschess.com/
# pour apprendre le déplacement du cavalier: [[Crazy Chess]]
# des échecs et des maths ( jeu de mots facile...): http://www.echecsetmaths.com/
# Progresser par des problèmes d'échecs: http://www.chessproblems.com/
# Une école d'échecs: http://perso.orange.fr/ust.echecs/Ecole/index.htm
Accompagner le travail d'écriture d'une nouvelle

!S1: Premières questions à se poser
!S2: Préciser le cadre de l'intrigue
! S3: L'atmosphère de l'incipit: __Le Chien jaune__ de Simenon
!S4: Interrogatoire des témoins: utilité du discours direct. Texte de Chandler.

!S7: Lecture d'une anthologie policière

Annexes: [[Fiches pour la nouvelle policière]]
[[Textes et questions|http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%204%e8me/Comm%e9rages/]]

!Séance 1: Ecrire une scène de commérage à partir d'une photo (W.Evans //Subway Portraits//)
       Elle est retravaillée tout au long de la séquence, avec, à chaque séance, des additions de consignes.
!Séance 2: Etude d'un texte de Zola et d'une analepse explicative
!Séance 3
!Séance 4: Différencier 2 synonymes (dénotation et connotation)
!Séance 5: Le voeu du paon
!Séance 6: Algernon
!Séance 7: Le Léviathan
!Séance 8: Etude d'une nouvelle de Balzac: [[Le Réquisitionnaire |http://fr.wikisource.org/wiki/Le_R%C3%A9quisitionnaire]]
!Evaluation: Réécrire sa scène de commérage
[[documents|http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%205%e8me/Sc%e8ne%20d'exposition/]]

!S1: Rappel de notions et démarrage de l'écriture

Au théâtre, l'histoire n'est pas racontée par un narrateur, mais jouée par les acteurs. Les didascalies ( entre parenthèses, et qui indiquent le jeu de scène) sont écrites par l'auteur.
NB: « dramatique » = théâtral ( et par extension...malheureux)

Écrire une scène d'exposition
À partir des éléments suivants : noms et identité des personnages, lieu, époque, argument, formez des groupes de deux et rédigez une scène d'exposition qui présente au spectateur les personnages et l'intrigue.

''Noms et identité des personnages''
CARL THIBAULT : le père, expert-comptable.
DIANE THIBAULT : la mère, publicitaire.
THÉO : le fils, 17 ans.
CLARA : sa soeur, 15 ans.
JOSÉPHINE : l'amie de Théo, 17 ans.
LUIGI : l'ami de Clara, 15 ans.

''Contexte''
Lieu : Une ville en France.
Époque : contemporaine.

''Argument''
Les deux enfants, Théo et Clara, veulent organiser une grande fête chez eux et cherchent à convaincre leurs parents, sur-occupés et souvent absents, afin d'obtenir leur accord et leur aide. Ces derniers ne sont pas enthousiastes, loin s'en faut, et la partie risque d'être ardue !


!Séance 2: Lire et s'interroger

Les didascalies.
Elles sont écrites par l'auteur, à destination du metteur en scène ( et des acteurs). On y trouve des indications sur: les gestes, les expressions, les intonations (= le ton) .

Exemple de rédaction:
__Clara__ //(en criant)//: Ca suffit maintenant. Tu as fini ? Non //( Elle gifle Théo)//.

Attention, en début d'acte, on trouve souvent des didascalies qui indiquent où se passe la scène et qui sont les personnages sur scène ( info. sur le décor).


!S3:Vocabulaire à chercher puis à classer :
quiproquo – aparté - tirade - monologue - noeud - intrigue - péripétie - dénouement -côté- cour - côté jardin - filage - italienne - générale – régisseur.

!S4:Etude de I,1 de __L'avare__ et de __Tartuffe__

!S5: Des êtres parlants
Vos personnages ne sont que des mots. Ils n'existent pas hors du texte.Ils ne sont donc que ce que vous en dîtes, et pas autre chose.  Pour que les spectateurs/ lecteurs suivent votre histoire, vos devez donner de l'épaisseur à vos personnages. Il n'y a que ce que disent les personnages qui informe sur leur passé.

''Comment parlent les personnages?''
Il faut que l'on en percoivent des différences:
– voix, ton
– accent informe sur le lieu, et sur le niveau d'études.
– Registre utilisé: familier (enfants ), courant, soutenu (parents)
– tics de langage et expressions particulières
– jargons: expression à la mode ou propre à un groupe . Le comptable utilisera ses mots
professionnels( rentabilité, gérer, bénéfice, ...), l'adolescent ses mots d'ados

''Retravailler votre scène en faisant parler:''
– un des parents de façon très soutenu, et l'autre de façon plus « jeune »
– le fils en verlan ou langue des cités
– un des parents avec un jargon professionnel

!S6 Conjugaison du présent (Indicatif et impératif)

!S7: Le comique sur la scène
comique de mots, de geste, de caractère, de situation et de répétition.

!S8: Mettre en scène son texte

!S9:Ecrire une scène de quiproquo
__Sujet__: Un jeune homme vient demander la main de sa fiancée au père de celle-ci, lequel croit qu'il vient acheter la voiture qu'il vient de mettre en vente.
!__Définitions__
# enoncé: un tout qui a du sens (=message). Ex: « Regarde ! », le réglèment intérieur, un roman....
# énonciation: le fait de « produire » un énoncé
# Situation d'énonciation: circonstances ( ou les conditions) de la « production » de l'énoncé : qui parle ? À qui ? Où et quand ?

!Les énoncés se partagent en 2 catégories: les ''__énoncés ancrés__'' et les ''__énoncés coupés__'' de leur situation d'énonciation.
Les énoncés ancrés prennent leurs repères dans le couple ''JE/TU'' , situés dans un ''ICI - MAINTENANT'', au contraire des énoncés coupés qui semblent s'énoncer d'eux-mêmes.
Exemples d'énoncés ancrés: un lettre, un article de journal...
Exemples d'énoncés coupés: un proverbe, une définition et certains récits...

Dès que le locuteur (ou le narrateur) fait un commentaire, son énoncé est ancré (même si c'est parfois fictif). Un énoncé coupé est par nature neutre (ou se présente comme tel - et le démasquer devient un enjeu)

Quelques précisions:
* la plupart des énoncés sont ancrés
* les deux types d'énoncés ne sont pas hermétiques l'un à l'autre: un texte peut relever de l'un puis de l'autre.

+++[Multiplicité des terminologies]
Tous les spécialistes ( et donc vos professeurs) n'utilisent pas le même vocabulaire:

|énoncé ancré|énoncé embrayé|discours|
|énoncé coupé|énoncé non embrayé|récit|
|||//Cette dernière terminologie prête particulièrement à confusion//|
===

!Repères

||!énoncé ancré|!énoncé coupé|
|bgcolor(lightgreen):repérage|dans la situation d'énonciation|sans repères|
|bgcolor(lightgreen):Temps de "base"|présent|passé simple|
|bgcolor(lightgreen):"moyen" d'utilisation|oral et écrit|écrit|
|bgcolor(lightgreen):usages|usage multiple|usage surtout narratif|
|bgcolor(lightgreen):|traces de subjectivité|neutralité|

!Difficulté des récits racontés par un narrateur qui dit "je"
Si le récit est au passé simple et en je, c'est "simplement" que je est partagé entre le personnage et l'énonciateur
(ex: "''Je(personnage)'' lui répondit qu'il pouvait toujours rêver, que ''je(personnage)'' ne le ferai jamais. A l'époque ''je(personnage)'' ne savais pas qu'__il ne faut pas parler ainsi à son professeur__. __Maintenant ''je(énonciateur/narrateur)'' le sais.__) >Qu'est-ce qui est souligné ?

!Application
Une étape importante sur le chemin de l' "intelligence des choses" est de savoir ''"qui parle"'' ( et même quand vous croyez que c'est vous)
S7: L'épigramme

+++[textes]>

''Depuis que le docteur Gistal 
Soigne des familles entières, 
On a démoli l'hôpital
 Et l'on a fait deux cimetières.''

Alexandre Dumas fils, cité dans Métamorphoses, p. 68.


''Les campeurs de demain installeront des tentes à oxy­gène sur les montagnes.''

Hubert Lucot, Métamorphoses, p. 65, Seghers, 2005
===

Une épigramme est une forme poétique brève qui se termine par une "pointe" ( moquerie): les vers du début ne servent qu'à amener la pointe.

+++[05.06]
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/tableau/S7Epigramme.pdf"></object>
</html> 

===
THE SONG OF THE HAPPY SHEPHERD
by: William Butler Yeats (1865-1939)

The woods of Arcady are dead, 
And over is their antique joy; 
Of old the world on dreaming fed; 
Grey Truth is now her painted toy; 
Yet still she turns her restless head: 
But O, sick children of the world, 
Of all the many changing things 
In dreary dancing past us whirled, 
To the cracked tune that Chronos sings, 
Words alone are certain good. 
Where are now the warring kings, 
Word be-mockers? -- By the Rood, 
Where are now the warring kings? 
An idle word is now their glory, 
By the stammering schoolboy said, 
Reading some entangled story: 
The kings of the old time are dead; 
The wandering earth herself may be 
Only a sudden flaming word, 
In clanging space a moment heard, 
Troubling the endless reverie. 
&nbsp; 
Then nowise worship dusty deeds, 
Nor seek, for this is also sooth, 
To hunger fiercely after truth, 
Lest all thy toiling only breeds 
New dreams, new dreams; there is no truth 
Saving in thine own heart. Seek, then, 
No learning from the starry men, 
Who follow with the optic glass 
The whirling ways of stars that pass
Seek, then, for this is also sooth, 
No word of theirs...the cold star-bane 
Has cloven and rent their hearts in twain, 
And dead is all their human truth. 
Go gather by the humming sea 
Some twisted, echo-harbouring shell, 
And to its lips thy story tell, 
And they thy comforters will be, 
Rewording in melodious guile 
Thy fretful words a little while, 
Till they shall singing fade in ruth 
And die a pearly brotherhood; 
For words alone are certain good: 
Sing, then, for this is also sooth. 
&nbsp; 
I must be gone: there is a grave 
Where daffodil and lily wave, 
And I would please the hapless faun, 
Buried under the sleepy ground, 
With mirthful songs before the dawn. 
His shouting days with mirth were crowned; 
And still I dream he treads the lawn, 
Walking ghostly in the dew, 
Pierced by my glad singing through, 
My songs of old earth's dreamy youth: 
But ah! she dreams not now; dream thou! 
For fair are poppies on the brow: 
Dream, dream, for this is also sooth. 

Texte dont est tiré la citation liminaire. Déploration sur le passé.
Mais qui est le Bifrost qui commente en quatrième ?
[[Groupement de textes sur l'esclavage]]
D'autres textes ( d'une séquence de l' Ecole des Lettres): http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%204%e8me/esclavage%20au%20temps%20des%20lumi%e8res/

S1: Vocabulaire et jalons
S2: Textes 1 et 2
S3: Lire les textes 3 et 4
S4: Quelle opinion a un auteur ?
S8: Texte de Voltaire
Grande quantitié des esclaves par rapport aux hommes libres: 1 libre pour 2 affranchis
esc cher à l'achat: vendu avec panneau indiquant qualités et vices. (comme une voiture ou un appart: il faut le rentabiliser, mais l'entretenir pour qu'il puisse acheter sa liberté)
qualités prisée: esc frugal (syn de "gonflera son pécule")
si en droit  il ne peut rien posséder, il constitue un pécule qui lui permet d'acheter un esc ou sa propre liberté, il l'augmente par l'argent qu'il touche de son travail si son maître le loue, pour son alimentation, ou de bien en nature.
l'esc ne vient que rarement de butin de guerre (étym servus est lié à butin, par le hittite),mais alors en gde quantité. esc est un commerce lucratif (Délos: marché aux Iatliens pouvait contenir plusieurs milliers d'esc):
L'affranchissement laissait entrevoir une sortie, que seule la mort empêchait: le pécule revenait alors à son maître.
L'esc pouvait fuir , demander asile dans un temple et obtenir d'être revendu, s'il était maltraité.
S'il commettait des dommages, son maître indemnisait: si le coût étaitt trop important, abandon noxal.
Premier esc, aprés la victoire sur Veies. Lors du triomphe de Camille (1er), les habitants du Capitole où aboutissaient les prisonniers, ont revendu les captifs
L'esc est redevable de la vie, mais aussi coupable, car il a déclenché la guerre.
Impossibilité de les habiller idntiquement: ils auraient vu combien ils étaient nombreux.
Diversité des conditions favorise le maintien du systéme.
origine Rome: des esc venait s'y abriter.
Ce systéme de l'esc créé l'economie de l'esclavage, et non l'inverse, comme on l'a souvent cru: les Romains auraient pu salarier; ils  avaient la notion de travail symbolique (opera).
Caton préconise de leur permettrel'accès au dortoir des femmes: l'attachement entre esc sera plus fort que les chaînes de fer
# Connaître le genre et le caractériser: lecture et coix collectifs de "Le Manoir de l'Enfer" (1h)
# Ecrire un début de roman: à l'ordinateur, réinvestissement (1h) _ Echec, séance inutile, les élèves ont imité généralement le texte ou refait le texte de leur média (idée à développer)
# Déterminer les lieux, surtout un plan: celui du collège pour un château.
# Imaginer un monstre et son repère. Le décrire.
# Lecture de ses textes
# Utiliser le Wiki

A faire
Distribution des secteurs d'écriture 
Qui écrira le premier paragraphe ? UI le dernier ?
S1: [[Préface de Le dernier jour d'un condamné, extrait]]
# Comment se nomme le personnage principal de l'histoire ?
# Quel âge a-t-il au début du roman ?
# A quelle expérience participe-t-il ?
# Pourquoi a-t-il été choisi pour cette expérience plutôt que d'autres ?
# Où travaille-t-il ?
# Qui lui a trouvé ce travail ?
# Qui est miss Kinnian ?
# Gimpy est-il son ami ?
# Qui est Algernon ? Pourquoi lui faut-il "des fleurs" ?
# Quelles sont les conséquences de l'expérience sur le héros? Détaillez les changements de sa vie.
# De qui est-il amoureux ? Est-ce réciproque ?
# Qui a souhaité qu'il soit interné dans une école pour handicapés ?
# Qu'advient-il au personnage à la fin ?
# Quel est le genre littéraire de ce livre ?
# Quelles sont vos impressions de lecture. Argumentez-les.
Test de lecture de No Pasaran (Ecole des lettres)


1.Où, précisément, les trois adolescents se trouvent-ils au début du roman ?
2.Qu'est-ce qui provoque la colère d'Andréas ? 
3.Pourquoi sont-ils là ? 
4.Comment retrouvent-ils leur destination ?
5.Qu'est-ce qui les étonne dans le magasin ?
6.Quel est le jeu favori d'Andréas ? 
7.Qu'est-ce qui trouble le vendeur ? 
8.Quel détail .physique du vendeur attire le regard d'Eric ?
9.Que leur donne le vendeur, et avec quelle recommandation ? 
10.Dans quel univers la mère d'Éric vit-elle ?
11.Quel livre le frère d'Eric lit-il ? De quel auteur est-il ? 
12.D'où vient le frère ? 
13.Qu'arrive-t-il à Eric le lendemain du retour, avant son départ pour le lycée ?
14.Que se passe-t-il en cours de mathématiques ?
15.Quelle est la première image du jeu qui apparaît lorsque Thierry installe la disquette ? Quel est le titre du jeu ?
16.Qu'est-ce qui étonne Thierry, du point de vue technologique ?
17.Quels sont les thèmes historiques des jeux d'Andréas et de Thierry ? 
18.Qu'apprend-on sur  le père d'Andréas ?
19.Qu'est-ce qui effraie Thierry ? 
20.De quoi a-t-il conscience ?
21.Qu'arrive-t-il de nouveau pendant le cours de. ma thématiques ? 
22.Avec qui' Eric rentre-t-il de l' hôpital?
23.Qui est-ce ?
24.Le jeu est activé par ce personnage.?Que se passe-t-il.? Que voit-il ?
25.Quelle est sa réaction ?
26.Que fait Éric dans la chambre de Thierry ?
27.Que se passe-t-il d'impossible technologiquement ? 
28.De quelle « assaut » s'agit-il ?
29.Quelle scène douloureuse Thierry revit-il ?
30.À quel peintre Gilles fait-il allusion et pourquoi ?
31.Expliquez la présence desAllemands dans ce lieu? 
32. Quel chantage Andréas fait-il à Éric ?
33.Quel est le lieu de rencontre ?
34.Que révèle Thierry à Eric pour qu'il gagne ?
35.Quel est le personnage d'Éric ?
36.Dans quel endroit le combat a-t-il lieu ?	
37.Qu'arrive-t-il à Andréas dans le jeu et chez lui ?
38.Que prépare Andréas le jour de l'orage ?
39.Que se passe-t-il ? Qui reconnaît-il ? Que lui arrive-t-il ? Pourquoi est-ce terrible pour lui ?
40.Qu'avez-vous pensé de ce roman ? Justifiez en analysant vos réactions face au personnage d'Andréas et à la violence des jeux vidéo.
Correction du contrôle de lecture ponses (0.5 point par réponse)
1. Dans le métro londonien (p. 1 1).
2. Thierry a noté sur le coupon de métro l'adresse de la boutique de j'eux dans laquelle ils se rendent.   Or le coupon est repris par le contrôleur (p. 11).
3. Ils ont quitté le groupe scolaire en visite à Westminster ou au Parlement britannique pour se rendre dans un magasin de jeux vidéo (p. 15).
4. En suivant l'envol d'un papier (p. 23).
5. Il contient des jeux qui ne sont pas censés être encore sortis en Europe et la boutique n'est pas même pas informatisée (p. 27).
6. Doom, le jeu ayant le niveau maximum de violence (p. 30).
7. Un insigne métallique d'Andréas, un emblème nazi (pp. 36 et 165).
8. Un tatouage au creux de l'avant-bras (p. 36).
9. Un jeu poussiéreux, avec la recommandation d'y jouer avec Andréas (p. 39).
10. Entre la télévision, les cachets, les magazines, sans jamais sortir. Elle est dépressive (pp. 52 et 63).
11. L'Espoir, d'André Malraux (p. 61).
12. De. Bosnie (p. 61).
13.  En insérant la disquette de jeu du vendeur, il semble avoir mis en panne l'ordinateur de son frère (p65)
14. Une explosion.
15.Une image de combats qui défilent en suivant la chronologie du temps. L'Expérience ultime (p. 80).
16. La conception des images n'est pas en rapport avec la disquette.  De plus, il semble que le jeu n'existe pas, même installé. II n'est pas pris en compte dans la mémoire (p. 85).
17. Verdun et le Vietnam (p. 92).
18.Il appartient à un parti d'extrême-droite et a des responsabilités politiques (pp. 98, 170 et 223).
19. La vue de son visage, qui est le sien mais à soixante ans (p. 105). 
20. Il est passé de l'autre côté de l'écran (p. 106). . 
21.Thierry a un malaise (p. 110). .
22.Elena(p. 115).
23.C'est une Serbe envoyée par son père en France en attendant la fin de la guerre (p. 125).
24.Le Jeu déroule des images où des personnages parlent le serbe. Elena identifie alors son père et deux de ses amis et les voit assassiner des civils.  Elle prend conscience que les parties de chasse ne sont que des mensonges (pp. 129 et 142).
25.Elle s'enfuit (p. 132).
26. II active le Jeu (p. 133).
27. Il passe en mode multijoueur et se retrouve opposé à Andréas (p136) 28. Guemica(p. 145).
29. Ilse voit en train de donner le signal d'exécution d'un peloton d'hommes qui se sont mutinés 146).
30. Picasso. Il a peint un tableau intitulé Guernica (p. 164).
31.La légion Condor venait prêter main forte aux franquistes contre les républicains. Les Allemands taient ainsi leur matériel (p. 164).
32.S'il ne veut plus jouer, il s'en prendra à Elena (p. 178).
33.Boadilla del Monte (p. 194).
34.Il faut qu'il tue le personnage dans lequel Andréas s'est incarné(p203) 35. Esmond Romilly (p.203).
35.Dans une église (p.. 204).
36.Son personnage est tué au lance-flammes (p. 218).
37.Il a un malaise dans sa chambre et se sent humilié(p. 221).
38.Une bombe (p. 224).
39.Le jeu s'active seul.   Il se retrouve en 1942 et il aperçoit un jeune garçon qui lui semble être le vendeur de la boutique de jeux. Au même moment, alors qu'il a choisi d'être un SS, il est pris pour un juif et emporté, ce qui, psychologiquement, l'humilie, pour ensuite le terrifier (pp226 et suivantes)
40.Avis personnel
# Indiquez, pour chaque phrase, si « que .» introduit une proposition subordonnée relative ou une proposition subordonnée conjonctive. Délimitez par des crochets la proposition.
## Je trouve que ce film est excellent.
## J'aime la nouvelle maison que tu habites.
## Il est certain que tu as raison.
## Il faut me rendre le livre que je t'ai prêté il y a deux mois.
## Il paraît que la mairie a décidé de refaire le revêtement de la place.
## Le chat que tu nourris depuis trois jours est parti.
# Complétez ces phrases à l'aide d'un pronom relatif.
## Les gens ........... ils habitaient cette maison ont déménagés.
## La chambre ............ ils ont repeints est verte.
## Voici la cave dans .............. ils entassaient leur bazar, le toit sur ...................ils ont construits une terrasse.
## La personne .............. ils l'ont confiée veut la vendre.
## C'est la maison .......... ils ont habité pendant des années.
# Quelles sont les expansions qui complètent les noms soulignées: recopiez-les sur une feuilles et nommez-les.
"... sous le front proéminent, le visage est creusé en un __champ__ concave dans lequel s'inscrit un petit nez retroussé de forme triangulaire. Deux __orbites__ en amande cernées de bourrelets viennent directement se greffer sur l'arête du nez. [...] Cette forme d'oeil est plutôt atypique pour les __masques__ mambila qui présentent généralement des yeux cylindriques fermés [...]."
# Décrivez ces masques en une seule description.
[img[ http://www.aaoarts.com/afrique/enchca/MAMBILA.1400.280304.JPG]] [img[http://www.thecityreview.com/f04stri13.jpg]]
!Waterloo. La chartreuse de Parme. Stendhal


1.L1: Le mot « héros » a-t-il le même sens dans cette phrase ? Expliquez-les.

2.l1 à 5: Quelle est la valeur du seul  passé simple. 

3.Quel est le « point de vue » dans ce texte ? Citez le texte pour justifier votre réponse.

4.Le texte est écrit à la 3ème personne et au passé simple. Qu'est-ce qui changerait s'il était écrit à la 1ère et au présent ?

5.L1 à 17: Relevez les termes par lesquels le personnage est désigné par 
a)le narrateur 
b)les autres personnages. 
Quels sentiments pour le héros paraissent dans les termes utilisés par le narrateur ?

6.L1 à l17:
a) Relevez les termes qui montrent les pensées et le comportement de Fabrice à la guerre.
 b) Qu'en concluez-vous sur sa réaction

7.L 27-28: Qu'est-ce-que ces phrases ont de particulier (dans leur forme). Qu'en conclure sur les sentiments de Fabrice

8.L35 à 55:
a) Relevez les sensations que perçoit Fabrice. Relevez ses pensées.
b) Pourquoi peut-on dire qu'il y a un décalage ?

9.L66 à 74: Relevez les sensations visuelles ?  Pourquoi peut-on se demander si Fabrice est « myope »?

10.L 57 à 82: Il voulait être un héros:
a) qu'est-ce qu'un héros selon lui ?
b) Se voit-il comme un héros ? 
c) les autres le voient-ils comme un héros ?
d) et vous, pensez-vous qu'il est loin d'être un héros épique ?

11.Qu'est-ce qui montre dans le texte que Fabrice n'a que 17 ans ?
!Éviter les répétitions

Pour éviter de répéter un mot ou un groupe de mots dans tes rédactions, tu peux utiliser des reprises nominales et des reprises pronominales.
!!Les reprises nominales
Tu as le choix entre différentes reprises nominales :
•  les synonymes sont des mots de sens voisin. Ils ont toujours la même nature :
//la tête inclinée / penchée//
•  les mots génériques sont des termes dont le sens englobe toute une catégorie de personnes ou d'objets :
//Rongeur désigne la catégorie à laquelle appartiennent souris, rat, mulot//.
•  la périphrase est une expression qui désigne une personne ou une chose à travers certaines de ses caractéristiques. La désignation est alors moins précise qu'avec le nom approprié mais elle apporte une information complémentaire :
//Le petit animal gris aux longues moustaches est une périphrase de la souri//s.
Tu peux également utiliser :
•  des mots de la même famille (ayant le même radical) qui reprennent l'idée énoncée auparavant :
//Ce petit jeu aurait pu durer encore longtemps si personne n'était venu l'interrompre : cette interruption fut très brutale//.
•  la reprise de certains mots complétés :
Le petit garçon imitait la souris. Ce très étonnant petit garçon pouvait même lui parler.

!!Les reprises pronominales
N'hésite pas à employer aussi :
•  des pronoms personnels (il, elle, la, lui, les...) ou adverbiaux (en, y) ;
•  des pronoms démonstratifs (ceci, celles-ci, ceux-là, cela...) ;
•  des pronoms possessifs (le mien, la tienne, les siens, le nôtre, les vôtres, la leur...).

!A) Les synonymes
!!1. Remplace les mots en gras par des synonymes que tu choisiras dans la liste suivante :
//'' provoquer au combat - s'adresser - voir - désirer -mener - retirer - délivrer - sembler''//

Don  Quichotte  et  Sancho  Panca parcourent  lu campagne à cheval, en quête d'aventure.
C'est alors qu'ils découvrirent dans la plaine trente ou quarante moulins à vent ; dès que Don Quichotte les ''aperçut'', il ''dit ''à son écuyer :
"La chance ''conduit ''nos affaires mieux que nous ne pourrions le ''souhaiter''. Vois-tu là-bas, Sancho, cette bonne trentaine de géants démesurés ? Eh bien, je m'en vais les ''défier ''l'un après l'autre et leur ''ôter ''à tous la vie. Nous commencerons à nous enrichir de leurs dépouilles, ce qui ''est ''de bonne guerre ; d'ailleurs, c'est servir Dieu que de ''débarrasser ''la face de la terre de cette ivraie."

!!2. Rends à chaque mot son synonyme:
épuisé
agréable
plaisant
joyeux
soucieux
varié
passionnant
exténué
inquiet
captivant

*Emploie ces couples de synonymes dans une même phrase où leur sens apparaîtra clairement
EX: «&nbsp;le cycliste est épuisé après avoir monté ce col, et les supporters qui l'ont suivi pour l'encourager ont exténués !&nbsp;»

!! 3.A l'aide des mots suivants, forme trois groupes de trois synonymes. Consulte le dictionnaire !
enter
heurter
commander
choquer
enjoindre
attirer
ordonner
inciter
irriter

!!4. Même exercice, plus difficile : 
méchant, calme, serein, courageux, vaillant, mauvais, rêveur, brave, distrait, étourdi, tranquille, malveillant

!!5. Propose un synonyme pour chacun des mots suivants. La première lettre est donnée pour t'aider. Souviens-toi que les synonymes sont des mots de même nature !
amuser : d...  ;   regarder : o... ; éreintant ; é...; incessamment : b... ; afin de : p... ; complet: e... ; dévaliser ;  c... ; satisfait : c... ; objectif : b... ; fierté :  o... ;  fictif : i... ; indispensable : n... .

!!6. Trouve  deux  synonymes  pour  chaque mot en gras.
#Je vais vous relater ce qui m'est arrivé hier.
#Tout le   monde  sait que   les  dragons  sont des animaux fabuleux !
#En  sortant  du   bois,   le  chevalier  rencontra   une misérable vieille femme couverte de haillons.
#Ils ont installé une statue colossale sur la place du marché.

!!7. Évite les répétitions en utilisant un synonyme qui reprenne le sens des mots en gras.
#As-tu mangé du faisan ? Le prince noir doit adorer ce plat car il en a mangé goulûment trois !
#Ce chevalier monte très bien à cheval mais quand il a tenté de monter sur la jument du roi, elle l'a désarçonné !
#La fée Mélusine est fatiguée ces temps-ci ; hier, elle était très fatiguée.., à tel point qu'elle n'a pas pu redonner une apparence humaine au crapaud que je lui avais confié.
#Attention, un dragon s'est enfui dans les bois, il a réussi a s'enfuir par les airs de la plus haute tour.

!!8. Dans chaque groupe, quels termes pourraient être employés pour éviter la répétition du mot en gras ?
#toutou, ''molosse'', Cerbère, félin
#novice, professionnel, ''débutant'', inexpérimenté
#''quiétude'', tranquillité, paix, féerie 
#péril, écueil, ''menace'', arrêt                              
#''tapage'', boucan, vacarme, manifestation              
#action, ''passe-temps'', occupation, amusement     
*Choisis, pour chaque groupe, un de ces termes et utilise-le dans une phrase qui mettra son sens en évidence.

!B) Les mots génériques
!!1. Dans ces listes de synonymes, un intrus s'est glissé : retrouve-le et explique pourquoi tu ne pourrais pas l'employer à la place des trois autres.
1. destrier- monture - cheval - palefrenier
2.  maison - habitation - bureau - demeure
3. douceur - gentillesse - confiserie - bonbon
4.  belligérant - opposant - ennemi -fortification
5.belliqueux - agressif - batailleur – rancunier

!!2. Dans chacune de ces listes, quel mot peut englober tous les autres ?
#cardigan - short - vêtement - jupe - chemise
#promettre - assurer - prétendre - dire - avouer î. chai - félin - guépard - lynx - lion
#mule - âne - cheval - équidé - zèbre
#pamplemousse - orange - agrume - citron - mandarine
#manoir - demeure - maison - villa – château
#pont - édifice -- château - beffroi – cathédrale

!!3. Cherche un mot générique qui reprenne et regroupe tous les mots de chaque liste.
#libellule - moustique - moucheron - mouche
#zèbre - homme - méduse - coccinelle
#merlan - anguille - truite - brocher
#piranha - lion - loup - tigre
#incisives - canines - molaires - prémolaires
*Invente une phrase où tu emploieras ce mot.

!!4. Emploie un mot générique pour éviter les répétitions.
#Son pull et son pantalon sont blancs ; je crains que ses .................... ne soient bien salissants !
#Le rugby est assez violent mais ce ...................... favorise l'esprit d'équipe.
#L'ailier droit a marqué deux buts ; ce n'est pas étonnant car c'est un excellent...
#Je préfère me déplacer à vélo plutôt qu'en voiture, même si ce ......................... est beaucoup moins rapide. 
#Ces cumulonimbus ne sont pas signe de beau temps ; de toute façon, quand je vois des ..........................., je prévois toujours un parapluie !
#As-tu goûté les ................. qu'elle a rapportés ? Ces mille-feuilles sont excellents !
#Ne compte pas sur moi pour porter des vêtements rosés ou jaunes ! D'ailleurs, ces ................. sont démodées !

!!5.Dans cette fable de La Fontaine, des mots génériques ont été remplacés par d'autres termes plus précis (soulignés dans le texte), ce qui donne une allure bien étrange à cette fable. Retrouve les mots d'origine !
//Maître Corbeau, sur un __chêne__ perché,
Tenait en son bec un __comté__.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre __sifflet__
Se rapporte à votre __duvet__.
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois."
@@color(#000000):D'après Jean de La Fontaine, "Le corbeau et le renard",@@//

!C) Les périphrases
!!1. Voici des périphrases que tu pourras lire dans les Fables de La Fontaine : retrouve l'animal qu'elles désignent.
#Dans : "Le corbeau et le renard", qui est "le phénix des hôtes de ces bois" ?
#Dans : "La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le boeuf", qui est "la chétive pécore" ?
#Dans : "Le lion et le rat", qui est "le roi des animaux" ? A. Dans : "La mouche et la fourmi", qui est "la fille de l'air" ?
#Dans :  "Le soleil et les grenouilles", qui sont "les citoyennes des étangs" ?
#Dans :   "La vieille et les deux servantes",  qui  est "le réveille-matin" ?

!!2.Recopie les phrases suivantes en remplaçant les mots en gras par trois des périphrases proposées dans l'exercice 14.
1.À travers la paroi du bocal, Adrien contemplait la grenouille pour laquelle il éprouvait déjà de la tendresse.
2.  D'un rugissement, le lion salua le lever du soleil.
3. Voici un produit miracle pour ne plus être importuné par les mouches dès que vous ouvrez la fenêtre.
Ces périphrases sont si connues qu'elles sont devenues des expressions figées... Que désignent-elles ?
1. Le 7e art
2. Le séjour des dieux
3.  L'oncle Sam
4.  L'astre de la nuit
5.  L'île de beauté
6.  L'auteur de l'Odyssée
7.  Le plancher des vaches
8. La grande bleue

b. Invente huit phrases dans lesquelles tu emploieras ces périphrases en veillant à ce que leur sens apparaisse clairement.
Inventer une périphrase pour désigner :
1. des poules
2.  un coq
3.  un renard
4.  un chien
5.  un fermier
6. la pluie
7. des nuages

c. Rédige un récit de quinze lignes dans lequel tu raconteras une mésaventure à la ferme en y insérant les sept périphrases que tu viens d'inventer.
Écris à la 3e pers. et ou présent.

!D)Les mots de la même famille
!!1. Reprends l'idée suggérée par les termes en gras à l'aide d'un mot de la même famille (formé à partir du même radical).
1.  Sur l'île de Calypso, Ulysse pleurait en contemplant la mer ; ses ...   émurent Hermès.
2.  Durant son périple, Ulysse eut souvent l'occasion de nager ! Heureusement que ta ... était jadis son sport favori !
3.  Le roi Alkinoos fut un hôte irréprochable,  Ulysse savait qu'il se souviendrait toujours de son ....
4.  Près de Charybde, la mer bouillonnait ; six compagnons d'Ulysse disparurent, engloutis dans les gigantesques ....
5.  Quand il retrouva enfin son palais et sa famille, Ulysse fut le plus heureux des hommes ; son ... rendit presque jaloux les dieux.
!!2. Même exercice.
l. Le chevalier attendit le combat du lendemain très calmement, à tel point que son ... impressionna beaucoup son ennemi.
2.  Merlin adorait plaisanter,  mais il arrivait que ses victimes n'apprécient pas ses ... !
3. On aurait pu croire que Lancelot serait fatigué après cette folle course dans la forêt, mais nulle trace de ... n'apparaissait sur son visage !
4.  Un jour, une épée apparut, plantée dans Lin roc ; tous les chevaliers ne parièrent plus que cette ....
5. Arthur est resté serein quand on l'a désigné comme le futur roi. Cette ... fut considérée comme une preuve supplémentaire qu'il avait été élu par Dieu.
6.Le dragon roux tenta de s'envoler au-dessus de la tour mais il fut atteint dans son ... par les flammes du dragon blanc.

!E) Les reprises nominales
!!1. Quelle est la nature des mots en gras ? De quel mot évitent-ils la répétition ?
1. Je ne crois pas aux fantômes ! Et vous, y croyez-vous ? -Je me contente de raconter des histoires fantastiques à mes cousines pour leur faire peur. - 3. Celles-ci les adorent ! - 4. Un soir où je venais de raconter une histoire épouvantable avec une demi-douzaine de revenants qui allaient à l'assaut d'un village, celle qui parie tout le temps, Caroline, prétendit qu'elle en avait vus dans le jardin. .. - 5. La nuit avait déjà peuplé les alentours d'ombres menaçantes quoiqu'imaginaires mais je la mis au défi de me prouver qu'elle disait vrai. - 6. Ses sœurs tremblaient... |e jetai un coup d'œil rapide dans le jardin, per­suadé que cela n'était que le fruit de son imagination. - 7. Mais stupeur, ce que j'y aperçus me glaça le sang...

!!2. Remplace ces groupes nominaux par les pronoms possessifs correspondants.
Pour t'aider, observe bien les déterminants possessifs qui composent ces groupes nominaux !
1. vos lunettes... -2. votre amie... -3. ses chaussures... -4. ma préférence... -S. votre vélo ... - 6. tes dessins ... -7. mes livres... -8. leur chat ... - 9. son cheval... -10. mon bateau... - 11. nos soucis... -12. ta sœur... - 13. sa maison ... - 14. notre jardin...

!!3. Complète ces phrases à l'aide d'un pronom démonstratif qui évitera une répétition.
1. Le directeur m'a proposé un poste à Lille mais ... ne m'intéresse pas. - 2. Je n'aime pas la couleur de cette voiture, je préfère .... - 3. J'ai invité Pierre à mon anniversaire mais ... a un match de rugby le même jour ! - 4.  Faire le tour du monde ? ...  me plairait beaucoup ! - 5. Olivier adore jouer du piano,   ... le décontracte.

!!5. Recopie les phrases suivantes en remplaçant les mots soulignés par le pronom personnel ou adverbial qui convient.
1.  Le chevalier promit une récompense à son écuyer. -
2.  Le chevalier promit une récompense à son écuyer. -
3.  Le chevalier promit une récompense à son écuyer. 
4.  Le prisonnier réclame de l'eau. -   5. Le prisonnier réclame dgJleau. - 6. J'ai raconté ton secret au professeur ! - 7. j'ai raconté ton secret à tes camarades ! -8. Pauline et moi arriverons à cinq heures - 9. Pierre et Hélène sont allés au Mexique. - 10. À quelle heure Juliette et toi comptez-vous revenir de Paris ?

!!6. Recopie ces phrases en remplaçant les répétitions par le pronom qui convient.
1.Mon voisin m'a proposé de surveiller ma maison pendant les vacances mais je ne fais pas confiance à mon voisin ! - 2. Je peux t'indiquer quelques bonnes adresses à Madrid ; je reviens de Madrid. - 3. J'ai oublié mon stylo, peux-tu me prêter ton stylo ? - 4. La première fois que Simon rencontra Laurie, Latine ne daigna même pas adresser la parole à Simon. - 5. Laisse la trappe du grenier ouverte, je monte au grenier

!!7. Ces mots, groupés deux par deux, désignent la même chose mais s'emploient dans des circonstances différentes.
!!!a. Propose à chaque fois un synonyme cou­rant.
1.  Un destrier/  Un canasson
2.  mon homme / l'homme de ma vie
3.  ma moitié /mon épouse
4. félon / balance
!!!b. Dans une rédaction, par quel genre de personnage pourrais-tu faire prononcer les substituts qui te sont proposés ?

!!8.
!!!a. Récris ce texte en évitant la répétition du mot "histoire" : tu utiliseras des reprises nominales et pronominales. Réfléchis bien au sens du mot "histoire" ici r
Je tiens cette histoire d'un homme qui raconte des histoires. Je lui ai dit plus d'une fois que son histoire, je n'y croyais pas.
"Vous méritez, lui dis-je un jour, vous racontez des boniments, vous divaguez, vous vous fichez du monde !"
Cela ne l'impressionna pas. Il continua tranquillement son histoire, et lorsque je lui criai : "Espèce de menteur, bonimenteur, songe-creux, imposteur !" il me regarda longuement, hocha la tête, sourit d'un air triste et dit, d'une voix si basse que j'eus presque honte : "L'Amérique n'existe pas."
Peter Bichsel, Histoires enfantines.
!!!b. Quels sont les synonymes de "menteur" dans le texte ? Invente trois phrases où tu décriras le comportement d'un menteur, en utilisant ces synonymes pour éviter toute répétition.

!!9. Remplace "j'ai mis" et "j'ai fait" par des verbes qui éviteront une répétition.
Lundi 9 mars
Journée du Commonwealth
J'ai nettoyé les W.-C, lavé le lavabo et la baignoire avant de partir faire ma tournée. Je suis rentré à la maison, j'ai préparé le petit déjeuner, mis le linge dans la machine à laver, et je suis parti en classe. J'ai remis à Harry Kent l'argent de son racket, je suis allé chez Bert Baxter, j'ai attendu l'assistante sociale qui n'est pas venue, je suis retourne déjeuner à l'école. J'ai eu cours d'enseignement ménager, j'ai fait une charlotte aux pommes. Je suis revenu à la maison. J'ai passé l'aspirateur dans le hall, le salon et la salle à manger. J'ai épluché les pommes de terre, émincé le chou, je me suis coupé un doigt et j'ai rincé le sang qui avait coulé sur le chou. J'ai mis les côtelettes sur le gril et j'ai regardé dans le livre de cuisine pour trouver une recette de sauce. J'ai fait la sauce. J'ai enlevé les grumeaux avec une passoire. J'ai [...] fait la vaisselle.
Sue Towsend, Journal Secret d'Adrien 13 ans © Hachette.

!!10. Repère dans le texte toutes les façons de désigner "les nains de jardin".
Haut les mains !
Cette nouvelle délinquance a commencé par un gag, ou alors par un signe d'intolérance. De l'Alsace aux pelouses méditerranéennes en passant par la Vienne et Saint-Amand-Mon rrond (Cher), l'espèce est menacée. Il ne se passe guère de jours sans qu'un mécréant ne fasse main basse sur ces figurines posées au ras des pâquerettes. Assises sur une valeur plus sentimentale que marchande. Aux couleurs pétulantes certes. En tout cas pas méchantes. Alors, quelle idée d'aller Kidnapper des nains de jardin pour les relâcher en pleine nature ?
"Perdu nains de jardin : récompense"
Le larcin de lutins fait fureur. Or, la rigolade du voleur n'a d'égale que la détresse du propriétaire floué. Et les plaintes affluent dans les maréchaussées, déjà encombrées d'attouchements suspects. Blois ne parlait-elle pas de piéger ses nains pour dissuader la vague de ravisseurs !
Il arrive que Grincheux et ses copains écopent pour des querelles de voisinage. [...]
La Nouvelle République du Centre-Ouest, 4/07/1997.
!!!b- Les avis sont très partagés au sujet de ces lutins de plâtre... En une dizaine de lignes, donne ton avis sans jamais employer l'expression "nains de jardin".
!Le texte de slam qui suit repose sur une allégorie dont la clé était donnée au premier vers. Devinez quelle elle peut être et vérifiez en bas de page. ( J'ai aspiré ce textes sur un site de paroles: je ne suis pas l'auteur des fautes d'orthographe, mais je suis responsable qu'elles traînent encore...)
J'crois que les .............. c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Les trains démarrent souvent au moment où l'on s'y attend le moins,
Et .................. t'emporte sous l'oeil impuissant des témoins,
Les témoins c'est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s'éloigner avec un sourire inquiet,
Toi aussi tu leur fais signe et tu imagines leurs commentaires,
Certains pensent que tu te plantes et que t'as pas les pieds sur terre,
Chacun y va de son pronostic sur la durée du voyage,
Pour la plupart le train va derailler dès le premier orage.

Le .....................change forcément ton comportement,
Dès le premier jour faut bien choisir ton compartiment,
Siège couloir ou contre la vitre il faut trouver la bonne place,
Tu choisis quoi une ........... de première ou d'seconde classe.

Dans les premiers kilomètres tu n'as d'yeux que .............,
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages,
Tu te sens vivant tu te sens léger tu ne vois pas passer l'heure,
T'es tellement bien que t'as presque envie d'embrasser le controleur.

Mais la magie ne dure qu'un temps et .........................,
Toi tu te dis que .............................................,
Le ronronement du train te saoule et chaque virage t'écoeure,
Faut que tu te lèves que tu marches ............................

Et le train ralentit et c'est déjà la fin de ...........,
En plus t'es comme un con tes potes sont restés à l'autre gare,
Tu dis au revoir à .........................................,
...............................................................

C'est vrai que les ............... c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train,
A connaitre ce qu'est ............et se découvrir plein d'entrain,
Pour beaucoup l'objectif est d'arriver à la bonne heure,
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur.

Il est facile de prendre un train encore faut il prendre le bon,
Moi je suis monté dans deux trois rames mais c'était pas le bon vagon,
Car les trains sont crapricieux et certains sont innaccessibles,
Et je ne crois pas tout le temps qu'avec la SNCF c'est possible.

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grèves,
Et ................... n'existent que dans leurs rêves,
Et y'a ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention,
Mais forcément ils descendront dessus à la prochaine station,
Y'a .........................................................,
Pour elles c'est trop risqué de s'accrocher à la locomotive,
Et y'a les aventuriers qu'enchainent voyages sur voyages,
Dès qu'........... est terminée ils attaquent une autre page.

Moi après mon seul vrai voyage j'ai ........................,
...................................................................,
Depuis je traine sur les quais je regarde les trains au départ,
Y'a des portes qui s'ouvrent mais dans une gare je me sens à part.

Il parait que les voyages en train finissent mal en général,
Si pour toi c'est le cas accroche toi et garde le moral,
Car une chose est certaine y' aura toujours un terminus,
Maintenant tu es prévenu la prochaine fois tu prendras le bus.

Source: [[Paroles.net - Grand Corps Malade - Les voyages en train ♫|http://www.paroles.net/chansons/39077.htm]]

+++[texte entier]
http://cartawiki.free.fr/divers/LesVoyagesEnTrain.mp3
<<deliciousPlayTagger>>

J'crois que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Les trains démarrent souvent au moment où l'on s'y attend le moins,
Et l'histoire d'amour t'emporte sous l'oeil impuissant des témoins,
Les témoins c'est tes potes qui te disent au revoir sur le quai,
Ils regardent le train s'éloigner avec un sourire inquiet,
Toi aussi tu leur fais signe et tu imagines leurs commentaires,
Certains pensent que tu te plantes et que t'as pas les pieds sur terre,
Chacun y va de son pronostic sur la durée du voyage,
Pour la plupart le train va derailler dès le premier orage.

Le grand amour change forcément ton comportement,
Dès le premier jour faut bien choisir ton compartiment,
Siège couloir ou contre la vitre il faut trouver la bonne place,
Tu choisis quoi une love story de première ou d'seconde classe.

Dans les premiers kilomètres tu n'as d'yeux que pour son visage,
Tu calcules pas derrière la fenêtre le défilé des paysages,
Tu te sens vivant tu te sens léger tu ne vois pas passer l'heure,
T'es tellement bien que t'as presque envie d'embrasser le controleur.

Mais la magie ne dure qu'un temps et ton histoire bât de l'aile,
Toi tu te dis que tu n'y est pour rien et que c'est sa faute à elle,
Le ronronement du train te saoule et chaque virage t'écoeure,
Faut que tu te lèves que tu marches tu vas te dégourdir le coeur.

Et le train ralentit et c'est déjà la fin de ton histoire,
En plus t'es comme un con tes potes sont restés à l'autre gare,
Tu dis au revoir à celle que tu appelleras désormais ton ex,
Dans son agenda sur ton nom elle va passer un coup de tipex.

C'est vrai que les histoires d'amour c'est comme les voyages en train,
Et quand je vois tous ces voyageurs parfois j'aimerais en être un,
Pourquoi tu crois que tant de gens attendent sur le quai de la gare,
Pourquoi tu crois qu'on flippe autant d'arriver en retard.

Pour beaucoup la vie se résume à essayer de monter dans le train,
A connaitre ce qu'est l'amour et se découvrir plein d'entrain,
Pour beaucoup l'objectif est d'arriver à la bonne heure,
Pour réussir son voyage et avoir accès au bonheur.

Il est facile de prendre un train encore faut il prendre le bon,
Moi je suis monté dans deux trois rames mais c'était pas le bon vagon,
Car les trains sont crapricieux et certains sont innaccessibles,
Et je ne crois pas tout le temps qu'avec la SNCF c'est possible.

Il y a ceux pour qui les trains sont toujours en grèves,
Et leurs histoires d'amour n'existent que dans leurs rêves,
Et y'a ceux qui foncent dans le premier train sans faire attention,
Mais forcément ils descendront dessus à la prochaine station,
Y'a celles qui flippent de s'engager parce qu'elles sont trop émotives,
Pour elles c'est trop risqué de s'accrocher à la locomotive,
Et y'a les aventuriers qu'enchainent voyages sur voyages,
Dès qu'une histoire est terminée ils attaquent une autre page.

Moi après mon seul vrai voyage j'ai souffert pendant des mois,
On s'est quitté d'un commun accord mais elle était plus d'accord que moi,
Depuis je traine sur les quais je regarde les trains au départ,
Y'a des portes qui s'ouvrent mais dans une gare je me sent à part.

Il parait que les voyages en train finissent mal en général,
Si pour toi c'est le cas accroche toi et garde le moral,
Car une chose est certaine y'aura toujours un terminus,
Maintenant tu es prévenu la prochaine fois tu prendras le bus.

Source: [[Paroles.net - Grand Corps Malade - Les voyages en train ♫|http://www.paroles.net/chansons/39077.htm]]
===
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/traces/4%e8me/seq7Explicatif/01.29bis.pdf"></object>
</html> 
1 Adam, Seth, Enosch,
2 Kénan, Mahalaléel, Jéred,
3 Hénoc, Méthusélah, Lémec,
4 Noé ; Sem, Cham et Japheth.
5 Fils de Japheth : Gomer et Magog et Madaï et Javan et Thubal et Mésec et Thiras.
6 Fils de Gomer : Askénaz et Diphath et Thogarma.
7 Fils de Javan : Elisa et Tharsis, Kittim et Rodanim.
8 Fils de Cham : Cusch et Mitsraïm, Put et Canaan.
9 Fils de Cusch : Séba et Havila et Sabétha et Raama et Sabthéca. Fils de Raama : Schéba et Dédan.
10 Et Cusch engendra Nimrod, qui commença à être puissant sur la terre.
11 Mitsraïm engendra les Ludim et les Anamim et les Léhabim et les Naphthuchim
12 et les Pathrusim et les Casluchim ; c'est de là que sont sortis les Philistins ; et les Caphthorim.
13 Canaan engendra Sidon, son premier-né, et Heth,
14 et le Jébusien et l'Amorrhéen et le Guirgasien,
15 et le Hévien et l'Arkien et le Sinien
16 et l'Arvadien et le Tsémarien et le Hamathien.
17 Fils de Sem : Elam et Assur et Arpacsad et Lud et Aram et Uts et Hul et Guéther et Mésec.
18 Et Arpacsad engendra Sélah, et Sélah engendra Héber.
19 Et Héber eut deux fils ; le nom de l'un était Péleg, parce que de son temps la terre était partagée, et le nom de son frère était Joktan.
20 Joktan engendra Almodad et Séleph et Hatsarmaveth et Jérach
21 et Hadoram et Uzal et Dikla
22 et Ebal et Abimaël et Schéba
23 et Ophir et Havila et Jobab. Tous ceux-là sont fils de Joktan.
24 Sem, Arpacsad, Sélah,
25 Héber, Péleg, Réhu,
26 Sérug, Nachor, Thérach,
27 Abram qui est Abraham.
28 Fils d'Abraham : Isaac et Ismaël.
29 Voici leurs postérités :
Le premier-né d'Ismaël, Nébajoth, et Kédar et Abdéel et Mibsam,
30 Misma et Duma, Massa, Hadad et Théma,
31 Jétur, Naphis et Kedma. Ce sont là les fils d'Ismaël.
32 Fils de Kétura, concubine d'Abraham : elle enfanta Zimran et Jokschan et Médan et Madian et Jisbak et Suach. Fils de Jokscban : Schéba et Dédan.
33 Fils de Madian : Epha et Epher et Hanoc et Abida et Eldaa. Tous ceux-là sont fils de Kétura.
34 Et Abraham engendra Isaac. Fils d'Isaac : Esaü et Israël.
35 Fils d'Esaü : Eliphaz, Réuel et Jéusch et Jaélam et Korach.
36 Fils d'Eliphaz : Théman et Omar, Zéphi et Gaétham, Kénaz et Thimna et Amalek.
37 Fils de Réuel : Nahath, Zérach, Schamma et Mizza.
38 Fils de Séir : Lotan et Schobal et Tsibéon et Ana et Dischon et Etser et Dischan.
39 Fils de Lotan : Hori et Homam ; et la sœur de Lotan était Thimna.
40 Fils de Schobal : Alian et Manachath et Ebal, Schéphi et Onam. Fils de Tsibéon : Ajja et Ana.
41 Fils d'Ana : Dischon ; fils de Dischon : Hamran et Eschban et Jithran et Kéran.
42 Fils d'Etser : Bilhan et Zaavan, Jaakan. Fils de Dischan : Uts et Aran.
43 Voici les rois qui régnèrent dans le pays d'Edom, avant qu'un roi régnât sur les fils d'Israël : Béla, fils de Béor ; et le nom de sa ville était Dinhaba.
44 Et Béla mourut, et à sa place régna Jobab, fils de Zérach, de Botsra.
45 Et Jobab mourut, et à sa place régna Huscham, du pays des Thémanites.
46 Et Huscham mourut, et à sa place régna Hadad, fils de Bédad, qui défît Madian aux champs de Moab ; et le nom de sa ville était Ajoth.
47 Et Hadad mourut, et à sa place régna Samla, de Masréka.
48 Et Samla mourut, et à sa place régna Saül, de Réhoboth sur le fleuve.
49 Et Saül mourut, et à sa place régna Baal-Hanan, fils d'Acbor.
50 Et Baal-Hanan mourut, et à sa place régna Hadad ; et le nom de sa ville était Paï, et le nom de sa femme était Méhétabéel, fille de Matred, fille de Mézahab.
51 Et Hadad mourut, et les chefs d'Edom furent : le chef Thimna, le chef Alja, le chef Jétheth,
52 le chef Oholibama, le chef Ela, le chef Pinon,
53 le chef Kénaz, le chef Théman, le chef Mibtsar,
54 le chef Magdiel, le chef Iram. Ce sont là les chefs d'Edom.
Améliorez les phrases suivantes ( reformulez pour supprimer « être » ou « avoir »)

H. a de petits yeux qui illument son visage.
H est attachante, sympathique et très sensible.
C'est un ange, tout court!
M., c'est mon voisin.
Ses yeux noirs ont un regard doux.
Ce très beau garçon a l'air...
Elle a des dents qui brillent comme...
Elle a l'air très aimable.
Ses yeux sont cachés par des mèches.
Sa peau est reflétée par le soleil.
Son nez était long.
Grand et maigre, son visage...
Ce jeune homme a l'air d'une personne hyper stressée.
Il était très grand.
( grand de taille / blanc de couleur)
c'est une fille vraiment splendide.
Ses cheveux sont brun foncé et tombent.
Il a l'air.
Il a une bouche qui semble timide.
Sa voix semble trop petite.
Son parfum semble toujours le même.
Mettez au pluriel les groupes suivants :
#  Un ruban (orange) ;
# Un dahlia (rouge vif); 
# Une chemise (bleu); 
# Un pantalon (bleu marine) 
# Une joue (écarlate )
# Un œil (marron) ; 
# Une jupe (pourpre) : 
# Un gant (vert olive) ; 
# Un iris (mauve) ;
# Un papier (crème). 
# Des pommes d'amour (rouge).
# Des guimauves (vert pistache), (rose pâle) et (jaune)
# Des meringues (beige).
# Des bonbons (cerise).
# Des gaufres (jaune d'or)
Jésus (être)............... en Irak depuis près de six mois lorsqu'il (marcher)..................... sur une mine.
James, qui le (suivre).............................. sous le soleil de plomb de cet après-midi de juillet, (venir).................... de concocter une nouvelle blague sur les Hispano-Américains, et (s'apprêter)..................... à apostropher son ami quand celui-ci (s'immobiliser)................., (lâcher)...................... un bref juron, et (disparaître)................................ dans un nuage de poussière.
Ils (débarquer)................................. dans les faubourgs de Fallujah vers midi, et (se séparer) ...................... en petites unités de quatre soldats, progressant précautionneusement dans les ruelles parallèles qui (entourer)............................ la mosquée où, selon les informations transmises par les services de renseignement, (se retrancher).......................... une poignée d'insurgés responsables d'une récente attaque contre un convoi blindé. Deux fois déjà, en traversant une grande artère, ils (être soumis).......................... à des tirs de snipers. Corey, qui dans le civil (être).................. livreur de pizzas à Détroit, (prendre).................. une balle dans le genou, et Stan, l'infirmier, (rester).................. avec lui le temps qu'une ambulance militaire l'(évacuer)................. vers l'arrière. James et Jésus (poursuivre).....................; leur progression, sans contact radio avec le reste de l'escouade.
<<deliciousPlayTagger>>

lecture par Queneau http://cartailler.free.fr/divers/QUENEAU-Exercices_de_style.mp3
Un [[article|http://fr.wikipedia.org/wiki/Exercices_de_style]] de wikipedia.
[[Nouveaux exercices de style|http://www.cafe.umontreal.ca/cle/nexstyle.html]] par Bernard Demers (?)
Une [[bibliographie|http://www.ardecol.ac-grenoble.fr/titivillus/style/biblio1.htm]]


Propositions d'exercices.
* Lecture de //Notations, Alors, Exclamations et Onomatopées//: mise à jour du principe.
* Lecture par le professeur de //Moi, je, Paysan et Poor lay Zanglay//: les élèves doivent identifier le style qui organise le texte.
* Ecriture d'un texte du style de son choix: le lire et le faire deviner.
* Ecriture sur le même style: //Dialogue, Lettre officielle, Injurieux//...
* Invention d'une autre scène et composition d'un recueil par la classe....

+++[Quelques textes]]>
Raymond Queneau. Exercices de style


Notations.

Dans l'S, à une heure d'affluence. Un type dans les vingt-six ans, chapeau mou 
avec cordon remplaçant le ruban, cou trop long comme si on lui avait tiré 
dessus. Les gens descendent. Le type en question s'irrite contre un voisin. Il 
lui reproche de le bousculer chaque fois qu'il passe quelqu'un. Ton pleurnichard 
qui se veut méchant. Comme il voit une place libre, se précipite dessus. 

Deux heures plus tard, je le rencontre cour de Rome, devant la gare Saint-
Lazare. Il est avec un camarade qui lui dit : &odquo;tu devrais faire mettre un 
bouton supplémentaire à ton pardessus.&cdquo; il lui montre où (à l'échancrure) 
et pourquoi. 



Gustatif. 

Cet autobus avait un certain goüt. Curieux mais incontestable. Tous les autobus 
n'ont pas le même goüt. Ça se dit, mais c'est vrai. Suffit d'en faire 
l'expérience. Celui-là - un S - pour ne rien cacher - avait une petite saveur de 
cacahouète grillée je ne vous dis que ça. La plate-forme avait son fumet 
spécial, de la cacahouète non seulement grillée mais encore piétinée. à un mètre 
soixante au-dessus du tremplin, une gourmande, mais il ne s'en trouvait pas, 
aurait pu lécher quelque chose d'un peu suret qui était un cou d'homme dans sa 
trentaine. Et à vingt centimètres encore au-dessus, il se présentait au palais 
exercé la rare dégustation d'un galon tressé un peu cacaoté. Nous dégustâmes 
ensuite le chouigne-gueume de la dispute, les châtaignes de l'irritation, les 
raisins de la colère et les grappes d'amertume. 

Deux heures plus tard nous eümes droit au dessert : un bouton de pardessus… une 
vraie noisette… 


Gastronomique. 

Après une attente gratinée sous un soleil au beurre noir, je finis par monter 
dans un autobus pistache où grouillaient les clients comme asticots dans un 
fromage trop fait. Parmi ce tas de nouilles, je remarquai une grande allumette 
avec un coup long comme un jour sans pain et une galette sur sa tête 
qu'entourait une sorte de fil à couper le beurre. Ce veau se mit à bouillir 
parce qu'une sorte de croquant (qui en fut baba) lui assaisonnait les pieds 
poulette. Mais il cessa rapidement de discuter le bout de gras pour se couler 
dans un moule devenu libre. 

J'étais en train de digérer dans l'autobus de retour lorsque je le vis devant le 
buffet de la gare Saint-Lazare avec un type tarte qui lui donnait des conseils à 
la flan, à propos de la façon dont il était dressé. L'autre en était chocolat. 


Zoologique. 

Dans la volière qui, à l'heure où les lions vont boire, nous emmenait vers la 
place Champerret j'aperçus un zèbre au cou d'autruche qui portait un castor 
entouré d'un mille-pattes. Soudain, le girafeau se mit à enrager sous prétexte 
qu'une bestiole voisine lui écrasait les sabots. Mais pour éviter de se faire 
secouer les puces il cavala vers un terrier abandonné. Je le revis plus tard 
devant le jardin d'acclimatation Plus tard, devant le Jardin d'Acclimation, je 
revis le poulet en train de pépier avec un zoziau à propos de son plumage. 


Surprises. 

Ce que nous étions serrés sur cette plate-forme d'autobus ! Et ce que ce garçon 
pouvait avoir l'air bête et ridicule ! Et que fait-il ? Ne le voilà-t-il pas qui 
se met à vouloir se quereller avec un bonhomme qui - prétendait-il ! ce 
damoiseau ! - le bousculait ! Et ensuite il ne trouve rien de mieux à faire que 
d'aller vite occuper une place laissée libre ! Au lieu de la laisser à une dame !
 
Deux heures après, devinez qui je rencontre devant la gare Saint-Lazare ? Le 
même godelureau ! En train de se faire donner des conseils vestimentaires ! Par 
un camarade ! 

À ne pas croire ! 

Rêve. 

Onomatopées. 

Sur la plate-forme, pla pla pla, dun autobus, teuff teuff teuff, de la ligne S 
(pour qui sont ces serpents qui sifflent sur), il était environ midi, ding din 
don, ding din don, un ridicule éphèbe, proüt proüt, qui avait un de ces couvre-
chefs, phui, se tourna (virevolte, virevolte) soudain vers son voisin d'un air 
de colère, rreuh, rreuh, et lui dit, hm hm : «vous faites exprès de me 
bousculer, monsieur.» Et toc. Là-dessus, vroutt, il se jette sur une place libre 
et s'y assoit, boum. 

Ce même jour, un peu plus tard, ding din don, ding din don, je le revis en 
compagnie d'un autre éphèbe, proüt proüt, qui lui causait bouton de pardessus 
(brr, brr, brr, il ne faisait donc pas si chaud que ça…). 

Et toc. 

Exclamations. 

Tiens ! Midi ! temps de prendre l'autobus ! que de monde ! que de monde ! ce 
qu'on est serré ! marrant ! ce gars-là ! quelle trombine ! et quel cou ! 
soixante-quinze centimètres ! au moins ! et le galon ! le galon ! je n'avais pas 
vu ! le galon ! c'est le plus marant ! ça ! le galon ! autour de son chapeau ! 
Un galon ! marrant ! absolument marrant ! ça y est le voilà qui râle ! le type 
au galon ! contre un voisin ! qu'est-ce qu'il lui raconte ! l'autre ! lui aurait 
marché sur les pieds ! ils vont se fiche des gifles ! pour sür ! mais non ! mais 
si ! va h y ! va h y ! mords y l'œil ! fonce ! cogne ! mince alors ! mais non ! 
il se dégonfle ! le type ! au long cou ! au galon ! c'est sur une place vide 
qu'il fonce ! oui ! le gars ! eh bien ! vrai ! non ! je ne me trompe pas ! c'est 
bien lui ! là-bas ! dans la Cour de Rome ! devant la gare Saint-Lazare ! qui se 
balade en long et en large ! avec un autre type ! et qu'est-ce que l'autre lui 
raconte ! qu'il devrait ajouter un bouton ! oui ! un bouton à son pardessus ! À 
son pardessus ! 

Alors. 

Alors l'autobus est arrivé. Alors j'ai monté dedans. Alors j'ai vu un citoyen 
qui m'a saisi l'œil. Alors j'ai vu son long cou et j'ai vu la tresse qu'il y 
avait autour de son chapeau. Alors il s'est mis à pester contre son voisin qui 
lui marchait alors sur les pieds. Alors, il est allé s'asseoir. 

Alors, plus tard, je l'ai revu Cour de Rome. Alors il était avec un copain. 
Alors, il lui disait, le copain : tu devrais faire mettre un autre bouton à ton 
pardessus. Alors. 

===
|!Catégories|!Adresse|!Précisions|
|Général|http://www.ccdmd.qc.ca/fr/exercices_pdf/?id=37|Le site québecois avec des [[leçons|http://www.ccdmd.qc.ca/fr/franc/Rubrique.html]] en pdf et des [[exercices interactifs|http://www.ccdmd.qc.ca/fr/franc/interactif_exercices.html]]|
|~|http://www.francaisfacile.com/index.php|Un site avec 3000 exercices|
|~|http://www.xtec.es/%7Esgirona/fle/index.htm|Un site de FLE très utile|
|~|http://users.skynet.be/courstoujours/index1.htm|Le site d'un professeur|
|Grammaire|http://www.ccdmd.qc.ca/fr/accords/|Un logiciel en Flash, qui propose des exercices de grammaire de phrase |
|~|http://platea.cnice.mecd.es/~cvera/ressources/recurfr29.htm|Un site espagnol; surtout les adjectifs|
|Leçons|http://www.ccdmd.qc.ca/fr/franc/Rubrique.html|Des leçons, complètes mais complexes|
|~|http://intra.sje.qc.ca/~francais3esje/notions.htm|simple et efficace|
|Orthographe|http://karsenti.scedu.umontreal.ca/didactique/|Orthographe grammatical|
|~|http://orthonet.sdv.fr/pages/jeux.html|Des jeux, notamment sur les terminaisons|
|~|http://www.ccdmd.qc.ca/fr/accords/|Des dictées à trous|
|Vocabulaire|http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/index.php|synonymes, antonymes, paronymes...etc|
|Accord des participes passés<br>(entre autres)|http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/grammaire/participes_passes/test133.php|une page suivie d'une [[ici|http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/grammaire/participes_passes/test134.php]] et [[là|http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/grammaire/participes_passes/test135.php]]|
|Conjugaison|http://abcscolaire.free.fr/Francais.htm|vers le bas de la page, choisissez le temps que vous voulez travailler|
|~|http://www.etab.ac-caen.fr/albert-camus/ortho/|Travailler les temps, notamment les [[temps du récit|http://www.etab.ac-caen.fr/albert-camus/ortho/seq2/ver30.htm]]|
|Discours Indirect|http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir1.htm|Et aussi [[ici|http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir2.htm]] et [[là|http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir3.htm]]<br>NB:"pointage"=score. La phrase doit être absolument correcte|
|~|http://users.skynet.be/courstoujours/Discours/Sommaire.htm|Du DI au DD, et inversement|
|~|http://www.romanistik.uni-mainz.de/franz/test/7_conj.htm|Une fiche simple, à destination d'élèves allemands|
|Usage des pronoms|http://www.romanistik.uni-mainz.de/franz/test/11_conj.htm|3 fiches|
|PSR|http://www.b-a-ba.net/notions_grammaire/relative/enchassee.php||
|PS|http://users.skynet.be/courstoujours/Analyse/Sommaire.htm||
|Figures de style|http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/tropes.htm|exercices|
|~|http://www.b-a-ba.net/figstyl/fig_styl.php|leçon|
|~|http://users.skynet.be/courstoujours/Figures/Sommaire.htm|leçon et exercices|
|Répertoire d'exercices|http://www.arts.kuleuven.be/weboscope/grammaire/e_gr0.htm||
|~|http://pages.infinit.net/cltr/langfr.html||
Remplacez « Il y a » par un verbe de mouvement, de perception ou plus expressif
!1.Remplacez l'expression  «il y a» par un verbe de mouvement.
Exemple :
« Il y a une montagne devant nous. »   → « Une montagne s'élève devant nous. »
a.	Il y a une rivière en contre-bas.
b.	Il y a de grands sapins au fond du jardin.
c.	Il y a un mur entre notre propriété et celle des voisins.
d.	Il y avait une cascade sur le versant nord de la montagne.
e.	Il y avait un morceau de bois de forme étrange à la surface de l'eau.
f.	Il y a des éclairs dans le ciel.
g.	Il y a d'énormes carpes dans cet étang !
h. 'Il y a du vent et de la pluie, (deux verbes)
i. Il y a un sentier entre les arbres.
j. Il y a un brouillard opaque sur les montagnes.
k. Regarde, il y a des grenouilles dans l'herbe.
l. Il y a des centaines de touristes sur cette plage ; je préfère aller ailleurs.
!2 . Remplacez l'expression « il y a » par un verbe de perception.
Exemple : « II y a à l'horizon un bateau. » → «J'aperçois à l'horizon un bateau. »
a.	Hier, il y avait de la musique dans la rue.
b.	Quand on regarde au microscope, il y a des bactéries.
c.	J'ai lu sa rédaction, il y a de nombreuses fautes d'orthographe !
d.	Je ne resterai pas dans cette pièce une minute de plus ; il y a une odeur insupportable !
e.	Quand Christian sortit, il y avait un vent glacial.
f.	Je reprendrai volontiers de ce gâteau car il y a un goût de cannelle que j'adore !
!3.  Remplacez le verbe être par un verbe plus expressif.
a.	La mer est d'une couleur verte ce matin.
b.	On raconte que le fantôme est dans ce château.
c.	Elle est aimable avec tout le monde.
d. Son visage était flétri.
1. CERTAINS MOTS, QUI N;ONT PAS DE CONNOTATION PARTICULIERE ORDINAIREMENT'  PEUVENT  REVÊTIR  UNE  CONNOTATION PÉJORATIVE   DANS CERTAINS CONTEXTES.
Voici quelques mots dans leur emploi ordinaire ; employez-les (au pluriel ou au singulier) dans des phrases où ils prendront un sens péjoratif.
a.	Nous avons été retardés car un troupeau de moutons barrait la route à l'entrée du village.
b.	Louis est amateur de grands vins.
c.	Il faut protéger les espèces en voie de disparition.
d.	Pour la Saint-Jean, on a installé des manèges sur la place du village.
e.	Si vous vous baignez ici, faites attention aux requins !
f.	À Noël, on mange traditionnellement de la dinde.
g.	On distingue le chameau du dromadaire au nombre de bosses.

2. SI VOUS VOULEZ. MENTIONNER QUELQUE CHOSE OU QUELQU'UN ET MONTRER QU'ILS SONT VUS D'UNE FACON ADMIRATIVE OU PEJORATIVE PA LE HÉROS DE VOTRE HISTOIRE- VOUS NE LES DÉSIGNEREZ PAS EN EMPLOYANT LE MÊME VOCABULAIRE. AINSI , » IL VÎT DANS LE GRENIER UN NOMBRE SURPRENANT D'ANTIQUITES » NE SUPPOSE PAS TE MÊME REGARD QUE «IL VIT DANS  LE GRENLER UN NOMBRE SURPRENANT DE VIEILLERIES».
Classez les mots suivants en trois colonnes : sens mélioratif, neutre, péjoratif.
a.	maison,  taudis,   palais,   cabane,   habitation, manoir, baraque, hôtel particulier, bicoque.
b.	bonhomme,    homme,    gentilhomme,    type, apollon, mec.
 c.	cheval, destrier, monture, bourrin.
 d.	chaussure,   grole,   godasse,   escarpin,   soulier,godillot.
3. Ce catalogue de voyages présente le bord de mer en utilisant des expressions relevant de l'appréciation méliorative. Si vous détestiez le bord de mer, les fortes chaleurs, feriez-vous une description identique ? Récrivez cet article en ayant recours au vocabulaire de l'évalua­tion péjorative.
MALDIVES
Au sud-ouest de Sri Lanka, une île de Robinson entourée de fonds sous-marins dont la splendeur est un rêve pour les plongeurs.
C'est simple, avec Paru, on s'offre une île. Vous en rêviez depuis votre enfance et la voici, de dimensions idéales puisque vous pouvez la parcourir d'un bout à l'autre à pied. À Faru, en plein océan Indien, on est véritablement au bout du monde. Ces cocotiers, ces plages de corail blanc, cette mer aux bleus profonds, vous vous sentez l'âme d'un Robinson Crusoé... qui n'aurait pas à lutter pour sa survie. Votre chambre, climatisée bien sûr, donne sur la mer, des restaurants et deux bars, dont un sur pilotis, vous attendent. Ici, vous devenez un Robinson de luxe. Les fous de plon­gée deviendront encore plus fous lorsqu'ils décou­vriront, dans un jardin sous la mer, les poissons para­dant dans des couleurs extraordinaires qui viennent manger jusque dans leurs mains. Un paradis à découvrir de toute urgence.
Catalogue Club Med, printemps/été 1997

Voici des comportements humains : qualifiez chacun à l'aide de deux adjectifs. Le premier le qualifiera comme une qualité, le second comme un défaut.
Exemple :   mettre tout son argent de côté, sans jamais rien dépenser.
-économe
-avare
a.	Ne pas oser prendre de risque.	
b.	Vouloir tout savoir, tout épier.
c.Avoir  toutes   les   attentions   possibles   pour quelqu'un, lui parler avec beaucoup de respect.	
d, Vouloir réussir et être prêt à faire des sacrifices pour cela

e. Ne pas s''occuper des histoires des autres,

f.   Se satisfaire de son sort, ne pas chercher à avoir plus.
!A. Dans les listes suivantes, un intrus s'est glissé qui n'appartient pas à la même famille de mots que les autres. Retrouvez-le et justifiez votre choix. (Aidez-vous d'un dictionnaire !)
a.	rubéole - rubénien - rubicond    rubéfier.
b.	glauque - glucose - glycémie - glycine.
c.	genèse - gène - engendrer - génisse.
d.	urine - urée - urane - urologie.
e.	semis - semence - insémination.
f.	pédiatre -  pédagogue  -  pédicure -  pédo-psychiatre.
g.	sénile - sénestre - sçniirté - sénescence.
h. anatocisme - anatomie - entomologie - atome.
!B. Tous les mots de chaque liste ont apparemment un suffixe ou un préfixe en commun. Cependant, à chaque fois, un intrus s'est glissé... Repérez-le et expliquez pourquoi il est différent des autres mots !
a.	aimable - portable - raisonnable - érable - inconciliable - irresponsable.
b.	bimensuel - bimoteur - bizarre - binocle - biplace.
c. complètement - couramment - évidemment -filament - gentiment.
!C.Repérez dans ces couples de mots les deux préfixes que vous retrouvez à chaque fois. Donnez leur sens puis expliquez ces mots.
a. hypertension - hypotension.
b.	hyperglycémie - hypoglycémie.
c.	hypercalorique - hypocalorique.
d.	hypercalcémie - hypocalcémie.
!D. Les mots suivants sont construits sur deux éléments issus du grec. Pouvez-vous donner le sens du deuxième élément ?
a. aurifère - calorifère - somnifère - ombellifère -argentifère.
b. sexagénaire - quadragénaire - octogénaire -nonagénaire.
c. octogone - pentagone - polygone - hexagone.
d. misanthrope - philanthrope - pithécanthrope.
e. typographie - géographie - sélénographie - photographie.
f. spéléologie   -  sismologie  -  sélénologie  - théologie.
!E. Un intrus s'est glissé dans chacun de ces groupes de mots : retrouvez-le !
a.	solitude - soliflore - soleil - soliste - soliloque.
b.	somnifère  - somnambule -  somnolence - sommier, 
c Théophile - monothéiste - athée - politique -polythéiste.
 d. manuel - manœuvre manomètre - manucure - manuscrit.
(''Avez-vous reconnu pour chaque liste des éléments grecs ou latine ?'')
!F. Familles étymologiques : À partir des mots suivants, retrouvez le plus possible de mots dérivés (en ajoutant un préfixe, un suffixe ou les deux). Vous pouvez bien sûr proposer des mots de nature différente (verbes, adjectifs, noms, etc.).
a. pose - b. forme - c. port - d. poste - e. jet.
!G. Si vous inventiez des mots ? À l'aide de préfixes et de suffixes grecs ou latins que vous connaissez, imaginer des mots nouveaux (des « néologismes »).
Exemple : un « spaghettophage » pourrait être quelqu'un qui se nourrit de spaghetti...
!H. Expliquez le point commun entre ces mots (aidez-vous d'un dictionnaire).
a.	misogyne et gynécée.b.  photophore et sémaphore. c.    pédiatre et pédagogue. d.  .  pédale et pédestre.  e.   coléoptère et hélicoptère. f.  polyvalent et polygame
* Un site belge qui propose des exercices à trou; il faut passer du discours direct au discours indirect - ou l'inverse ( attention, les phrases sont parfois difficiles):
http://users.skynet.be/courstoujours/Discours/Sommaire.htm
#''Remplacez les propositions subordonnées relatives en gras par des adjectifs épithètes.''
##Le gouvernement a présenté un plan de redres­sement qui durera cinq ans.
##J'ai déjà vu ce fiim qui fait peur.
##De cette fenêtre, on a une vue qui fascine.
##C'est un  résultat  auquel  on  ne  s'attendait pas !
##Le bison est un animal qui mange de l'herbe.
#''Indiquez, pour chaque phrase, si « que .» introduit une proposition subordonnée relative (et donc une expansion du nom) ou une proposition subordonnée conjonctive.''
##La robe que j'ai achetée est en soie.
##j'aimerais bien qu'elle me prête sa robe. 
##Ils prétendent que ce yacht leur appartient mais cela m'étonnerait beaucoup !
##Le yacht que tu aperçois au fond du port appar­tient à ma grand-mère.
##Les montagnes que je vois du balcon semblent dorées dans la lumière du matin.
#'' Complétez   ces   phrases   à   l'aide   d'un pronom relatif.''
##j'aimerais revoir ce village,  .....................  nous passions jadis les vacances d'été.
##Promets-moi de lire le livre ....................... je t'ai prêté !
##L'homme .......................... tu as parlé est un terroriste !
## L'eau du lac ...................... tu aperçois est toujours glacée.
## N'évoque plus ce problème .......................... nous avons déjà parlé et ... je veux oublier.
## Il cherche quelqu'un ..................... parler.
## Je rne souviens de cette maison ........................ les volets étaient bleus.
##  Voici   l'architecte   .................   fera  les  plans  de  leur maison.
#''Même exercice''.
## Ulysse voulut entendre le chant des sirènes, ....................... avaient la réputation d'être extrêmement dangereuses.
## Ulysse voulut entendre les sirènes........................... le chant attirait les marins vers les rochers.
## Circé, ........................ Ulysse demanda asile, était une sorciè­re ............................. les pouvoirs magiques étaient redoutables.
## Thésée dut affronter le Minotaure ....................... la mère était Pasiphae, épouse du roi Minos, et le père un taureau !
##Thésée tua le Minotaure ...................... vivait enfermé dans un labyrinthe à Cnossos.
## Dans le labyrinthe, ................... il retrouva la sortie grâce à une bobine de fil ..................... lui avait donnée Ariane, il vit aussi les squelettes d'hommes ................ le monstre avait auparavant dévorés.
## Lors du retour vers Athènes, Thésée abandonna sur l'île de Naxos, ..................... ils avaient escale, Ariane ................. il épousa plus tard la sœur !
!A. Dans cette lettre qu'un professeur responsable d'un voyage scolaire envoie aux parents d'élèves, relevez les connecteurs logiques. Vous préciserez ensuite s'ils expriment la cause ou la conséquence et vous donnerez leur nature (conjonction de coordination, conjonction de subordination, adverbes, etc.).
Madame, Monsieur,
Votre enfant doit partir le 15 mars 1999 : aussi nous a-t-il paru nécessaire de vous adresser maintenant celte note pour vous donner quelques indications de dernière minute et vous faire en outre les dernières recommandations.
Tout d'abord,le rendez-vous de départ est fixé à 7 heures. Ainsi l'équipe éducative procédera alors à l'appel, puis effectuera la mise des bagages en soute.
Le départ du bus est fixé ensuite à 7 heures 30 précises. Par conséquent, nous vous demandons d'être ponctuels.
Enfin, nous vous engageons à bien vérifier que vos enfants seront en possession de leurs papiers, car l'embarquement aura lieu a 8 heures, à l'aéroport de Blagnac.
Cependant, nous restons bien sûr à votre entière disposition pour d'autres renseignements et vous adressons nos salutations distinguées.
!B. Dans les phrases suivantes, imaginez des connecteurs logiques adéquats en mentionnant leur nature.
#.	Il est grippé, .    ............. il ne viendra pas au cinéma avec nous.
# ........ . il a de la fièvre, il doit garder le lit.
#........... qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.
# II est entouré de tous les soins par sa famille, ............il ne manque de rien.
#.	Il peut participer à ce concours .................. il a 18 ans.
#.	Les portes étaient ouvertes, les volets manquaient................. la maison était assurément abandonnée.
#.	................ vous êtes là, restez donc pour dîner !
#. J'ai acheté un ordinateur plus puissant............. réaliser des graphiques en trois dimensions.
!C. Dans le texte suivant, relevez les connecteurs temporels et donnez leur nature.
Aujourd'hui, il est fréquent de trouver un ordinateur chez de nombreuses familles françaises. Autrefois, lorsque cette machine n'existait pas, s'instruire ne pouvait se faire que par l'intermédiaire du livre. Chaque fois qu'un élève avait un exposé à rendre, il devait alors chercher des documents chez lui ou dans une bibliothèque. Le plus souvent, il devait se les procurer à l'extérieur, fré­quemment loin de sa demeure. Quelquefois, i! revenait bredouille ! Tandis que de nos jours, il peut disposer de banques de données extraordinairement riches et i! reste chez lui. Dorénavant, la communication du savoir se fera de plus en plus facilement. Dans quelques années tous les foyers seront munis de ce moyen extraordinaire de communication et de culture.
!D. Complétez chaque phrase à l'aide d'un connecteur temporel.
#.	Je ne bougerai pas d'ici ...................... tu ne m'auras pas répondu !
#.	........................ Philippine aura terminé ce livre, elle voudra sûrement connaître la version cinématographique.
#.	..................... vous aurez inséré une cartouche d'encre, l'imprimante se  mettra  automatiquement  en marche.
#.	.......................  qu'il est arrivé,  l'ambiance est devenue morose !
#.	....................... les hommes n'apparaissent sur Terre, il y eut de grands bouleversements géologiques.
#.	............................. avait lieu un événement extraordinaire, les Gaulois pensaient que ie ciei allait leur tomber sur la tête.
#......................... tu apprends l'anglais, tu devrais le parler couramment !
#....................... vos cousins viennent, c'est la même chose : vous faites des bêtises et nous sommes obligés de vous punir I i. Cela vous fait-il mal.......................... j'appuie ici ?
#. Battez les blancs en neige ................ incorporez-les au chocolat.
!Indiquez selon quelle progression (à thème constant, éclaté ou linéaire) chacun des quatre textes suivants est construit.
1.
<<<
Quelle mouche pique un volcan pour que, tout à coup, il se mette à cracher ses entrailles ? Des roches se transforment en magma qui jaillit tôt ou tard à la surface. Mais tous les volcans ne crachent pas leur venin de la  même façon.  Depuis 2000 ans le Stromboli donne dans le feu d'artifice. Son jaillissement surgit par hoquets. Le magma bouillonne et forme une huiie géante de gaz. La grosse bulle éclate projetant dans les airs des éclats de lave rougeoyants.
Le mont St. Hélens. lui. a un type d'éruption dite « plinienne » : le magma est très visqueux et riche en gaz. Au sommet où le bouchon saute, la pression baisse brutalement. Une myriade de bulles fragmente le magma d'où un cocktail ardent de cendres, de pyroclastites, de pierres ponces s'échappe, coulées qui ravagent tout aux alentours Le Mauna Loa d'Hawaï laisse couler de temps en temps des rivières incandescentes de lave (2 millions de m! par heure en 1984) Car ici la lave, un basalte, est d'utie fluidité extrême. Le débit est, de plus, énorme : le magma ne s'éternise pas dans sa chdinbfe et n'a pas ie temps de refroidir (1 200 degrés).
D'après l'article de Nathalie Pinson.
« Le bestiaire des volcans », Science & Vie Junior,
n* 31, janvier 1998.
<<<
2.
<<<
__Catastrophes et réchauffement de la planète ?__
Il  n'y  a  aucune preuve que  le  réchauffement provoque   des   catastrophes   climatiques.   Rien n'indique que les catastrophes naturelles sont plus nombreuses ou plus graves aujourd'hui qu'hier Les historiens du climat n'ont pas encore trouvé suffisamment de données pour se prononcer là-dessus. Pour ce qui est des catastrophes à venir, de nombreux spécialistes ont peur. On constate que les dix dernières années,  les  plus chaudes jamais enregistrées, ont toutes marqué une augmentation de 2,5 à 3,5 degrés. Bof ! Pensez-vous, 3 degrés de plus ou de moins... Erreur ! La température de la dernière période glaciaire, voici 15 000 ans n'était que de 3 à 5 degrés inférieure à aujourd'hui ! Et la France ressemblait alors à la Sibérie.
D'après l'article d'Éric Glover,
« La Terre a-t-elle la fièvre ? », Science & Vie Junior.
n* 31, janvier 1998.
<<<
3.
<<<
Un tsunami (mot japonais signifiant « vague  de port ») est une onde, c'est-à-dire une vague qui  permet à l'eau de dissiper une énergie formée par une explosion volcanique ou  une retombée de nuée» ardentes. Cette vague interminable - entre 2 crêtes, il peut y avoir 100 km ! - est très rapide: elle peut filer a 1 000 km/h mais si en haute mer elle n'a que quelques centimètres, arrivée sur les hauts fonds, elle devient un mur d'eau de 30 à 40 mètres de  hauteur.   Le tsunami  sera  particulièrement meurtrier s'il s'abat sur une île au relief tourmenté ou s'il s'engouffre dans un port où il sera piégé.
D'après l'article d'Olivier Voizeux.

 Qui a tués les Crétois ? *», Science et Vie  junior, janvier 1998.
<<<
4.
<<<
Le mot  druide  signifie  probablement  « très savant ». le druide est donc celui qui sait, qui a la connaissance. Le sage, et l'inspiré, ii est devin et voyant. Il communique avec le monde caché et interprète les signes des dieux. Il pratique la magie.
Jean Ollivier, Les Gaulois et le monde Celte.
<<<
! À votre tour, composez un paragraphe à thème constant ayant pour sujet le moyen de transport de votre choix (mobylette, voiture, train, avion, etc.) qui permettra d'en expliquer les avantages et les caractéristiques ou le fonctionnement...
! Écrivez un paragraphe en respectant une progression « à thème linéaire », qui partira du problème de l'existence des extra­terrestres.
!A. Dans ce texte explicatif, rédigé par un élève, le professeur a souligné les mots sans cesse répétés. Aidez l'élève à corriger son travail en remplaçant les répétitions par des substituts lexicaux (synonymes - quasi synonymes) ou des substituts grammaticaux (les pronoms de rappel).
Le__ tyrannosaure__, qui vécut au Crétacé, est un descendant de l'allosaure. Le nom du __tyrannosaure__ signifie en grec « te terrible lézard ». Le__ tyrannosaure__ mesurait 15 mètres de long. Le __tyrannosaure__ fut le plus grand des dinosaures carnivores. Les puissantes pattes postérieures du __tyrannosaure__ lui permettaient de faire des pas de plusieurs mètres. On a évalué un pas du __tyrannosaure__ à 4 mètres environ. Les pattes antérieures du __tyrannosaure__ s'étaient atrophiées et ses deux petits moignons ne lui permettaient pas même de se gratter la tête. Mais les horribles mâchoires du __tyrannosaure__ et ses pattes arrière munies de redoutables griffes lui suffisaient pour attaquer les autres dinosaures, le tyrannosaure ne redoutait aucune créature vivante ; les dents du __tyrannosaure__ en effet pouvaient pénétrer à travers les peaux les plus épaisses et réduire en poudre les os les plus gros. Rien d'étonnant donc que les autres dinosaures, les contemporains du__ tyrannosaure__, aient dû se cacher sous les eaux ou se protéger sous une armure.  Pourtant, aujourd'hui, les spécialistes pensent que le plus dangereux était le deinonychus.
//D'après Denis Géis, les Dinosaures, collection Qui ? Pourquoi ?, Chantecler.//

!B. Cherchez un mot générique qui reprenne et regroupe tous les mots de chaque liste.
a.	le hanneton - le scarabée - la coccinelle.
b.	les araignées - les scorpions - les acariens.
c.	la crevette - le homard - le crabe - le cloporte.
d.	les fougères - les algues - les lichens.
e.	le chat - le lion - le guépard.
f.	le pin - le sapin - l'épicéa - le cèdre.
g.     le kangourou - le wallaby - le koala - l'opossum, 
h.      le cerisier - le pommier - l'abricotier,
i.       l'iguane - le crocodile - le caïman.
!C.  Trouvez un synonyme pour chacun de ces noms.
a.	courage - hardiesse - fourberie - sectarisme - ingénuité - timidité - malveillance.
b.	travail - arrêt - divertissement - conjuration - rébellion.
! Agaric, Beaujol, Debedeux et Amadouvier sont en pleine discussion...  ''Retrouvez à quel endroit R. Fallet a employé ces verbes (vous les conjuguerez à l'indicatif passé simple): apprécier, poursuivre, admettre, (se) reprendre, s'écrier.''
//-Salut donc bien, les bons amis ! ... Agaric. 
-T'es beau comme un camion ..  Beaujol.
 -Soigne ton langage ...  Debedeux,  C'est mal vu, dans les affaires, de causer mal.
 -Tu as raison, Paul ... Amadouvier en rosissant. 
-De plus ... Debedeux, ne fais pas la justice toi-même, ça te déconsidère.//
                                                                         D'après René Fallet, Le beaujolais nouveau est arrivé
!Ce dialogue est inséré dans un récit : replacez les verbes introducteurs de la parole au bon endroit; à quel temps les conjuguerez-vous ? (Attention, le temps du récit change à un moment donné !)
Les verbes :  s'enquérir de, dire, faire, demander.
//Et, puisqu'il avait terminé les filets de thon, Cidrolin ... la suite en ces termes : 
 - Qu'est-ce qu'il y a après ?
 - Une boîte de pâté de foie. Ça ira ?
 - Sans vouloir vous vexer, ... Cidrolin, j'en aurais fait autant ;
 - Monsieur Albert m'avait dit que vous étiez de bonne composition, mais vous râlez tout le temps.
 - Bah,... Cidrolin. C'était juste une petite critique.
 - N'en parlons plus.
Elle apporte donc la boîte de pâté de foie. 
 - Je me rassois ? ... -elle.
 - Bien sûr.
Cidrolin, mélancoliquement, silencieusement, se tartine du pâté de foie.//
Raymond Queneau, Les Fleurs bleues.
! Quel verbe introducteur de la parole pourriez-vous employer pour introduire les phrases suivantes ?
a.	« Je ne recommencerai plus. »
b.	« Mais c'est injuste ! »
c.	« Méfiez-vous... »
d.	« Je me suis trompé »
e.	« Accordez-moi cette faveur ! »
f.	« Eh bien ... je vais vous le dire ... enfin ... »
g.	« Viens ici tout de suite ! »
h. « Comme je souffre.... »
i « Je peux à peine parler. »                                    
 j. « Ne faisons pas de bruit ! »
! Quel verbe introducteur emploierez-vous pour signifier ? :
a.	donner une réponse (ton neutre}.
b.	donner une réponse (ton polémique).
c.	dire en suppliant.
d.	dire en insistant.
e.	faire une proposition.
f.	dire entre ses dents.
g.	dire fort pour que tout le monde l'entende.
h. dire pour compléter.
i, dire oui.
j. Dire fort quand on est en colère.

! Rétablissez la ponctuation propre aux propos rapportés directement, en allant à la ligne à chaque fois qu'un personnage prend la parole.
//Doudou, lui, se creuse la cervelle. Je ne vois qu'une seule solution, finit-il par décréter. Laquelle ? demandent-ils tous en même temps. Que Guillaume devienne écrivain ! Et pourquoi pas cosmonaute ou explorateur, tant que tu y es ! bondit l'intéressé. C'est pas si bête, pourtant... intervient Adi. L'imagination, tu n'en manques pas, poursuit le Black. L'orthographe, ça s'apprend : suffit de suivre les cours de grammaire, et d'aller voir de temps en temps dans le dictionnaire. Quant à la ponctuation... elle vient toute seule, à condition d'être attentif au rythme de ses phrases. Guillaume se bouche les oreilles : Arrêtez, tous les deux ! J'ai l'impression d'entendre M. Pennac !//
                                                                                                              D'après Gudule, ia Bibliothécaire, © Le livre de poche, D.R.
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir1.htm"></object>
</html> 
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir2.htm"></object>
</html> 
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir3.htm"></object>
</html> 
!Une expansion caractérise un nom: ça le différencie des autres noms.
Ex:
*l'élève __blond__ (adj épithète, cad à côté du nom)
*l'élève __que je vois__ (Proposition Subordonnée Relative: commence par qui , que dont, où)
*l'élève__, assis au 1er rang,__ ( PS Participiale)
*l'élève __au T-shirt bleu__ ( Groupe Prépositionnel)
*l'élève __de M.Cartailler__ ( Complément du Nom)
*__Fatigué__, l'élève.... (apposition: séparé par une virgule)

!Les expansions du nom complétent un nom. Elle peuvent être:
# [[Adjectif épithète|Adjectifs]]: La machine ''fabuleuse''...
#[[Proposition subordonnée relative (PSR)|PropositionSubordonnéeRelative]]: La machine ''qui hurle''...
# [[ Complément du Nom]]
# [[ Groupe Prépositionnel]]
#[[Apposition]]: La machine,'' une ~MXC345'',...
#[[Proposition Subordonnée Participiale]]: La machine,'' décollant à toute vitesse'',...

NRP nov05 n°3

S1: [[Décompter des comptines]]
S2: Ecrire des [[Comptines]]
S3: [[Apozème verbal]] par C. Daubercies
S4: [[Monostiche]]
S5: [[Villanelle]] de V. Rouzeau
S6: [[Aphorismes]]
S7: [[Epigramme]]
S8: [[Fatrasie]]


<<tabs tabsClass [[S1]] "Décompter des comptines" [[Décompter des comptines]] [[S2]] "Ecrire des Comptines" [[Comptines]]>>
Un narrateur peut représenter la parole de ses personnages de plusieurs façons: voir [[Discours direct, indirect et indirect libre]]

Rapporter des paroles ''"directement"'', c'est-à-dire au Discours Direct, est loin d'être le plus facile, contrairement à ce que l'on croit souvent. En effet, pourquoi ennuyer un lecteur avec des dialogues qui retardent l'action et peuvent être résumer en quelques lignes de discours indirect ? 
Le DD est cependant intéressant: la façon de parler d'un personnage donne une idée de son identité, de sa personnalité, de ses sentiments...
Mais pour cela, il faut qu'au moins un des points suivants soit "respecté":
# Des propos et des formulations relevant de la langue orale ("mon père, il ne veut pas..." "Eh, Toto, viens ici !"
# Une ponctuation expressive: !/.../?
# Des [[verbes de paroles|Les verbes de déclaration accompagnant les paroles de personnages]] variés, et placés en différentes positions ( c'est toujours mieux au milieu et à la fin qu'au début)  ex: .................., répliqua-t-il.
# Dire (faute de mieux) avec un CCM: dit-il d'un ton sec, répondit-il avec énervement, il déclara d'une voix grave
Faire un résumé nécessite de suivre des règles.
Il existe 2 types de résumé, qui diffèrent par leur destinataire:
* @@color(#3399ff):Le lecteur potentiel@@: il s'agit de le convaincre de lire le livre. On le trouve dans les quatrièmes de couverture ou les journaux. Techniquement, on n'y raconte pas l'histoire au-delà de la perturbation, mais on donne envie de continuer, en utilisant une ponctuation expressive (pour montrer son propre intérêt et donner du rythme) et des images surprenantes ou paradoxales (__No Pasaran__:"//Mais il ne s'agissait pas vraiment d'un ''jeu''. Il s'agissait plutôt d'un ''passeport pour l'enfer''//...")
* @@color(#3399ff):Le professeur@@ qui a donné le livre à lire et qui veut vérifier qu'on l'a fait. Il faut alors raconter toute l'histoire en suivant le schéma narratif. Il ne faut pas la commenter, même si on peut donner son avis dans un paragraphe séparé. Il ne faut pas reprendre le narrateur du livre et sa focalisation, mais écrire à la troisième personne et au présent-passé composé.
!Bas-Rhin - Il tue sa fille après avoir obtenu un droit de visite
*L'homme de 38 ans a tué l'enfant de trois ans samedi avant de retourner l'arme contre lui.
*Selon le grand-père maternel, l'homme était cité à comparaître devant la justice en mars pour coups et blessures sur son ex-compagne.

- le 01/12/2008 - 21h29 
Il venait d'obtenir de la justice le droit de voir sa fille. Samedi, dans le Bas-Rhin, ce père de 38 ans a tué l'enfant de trois ans avant de retourner l'arme contre lui. Selon le grand-père maternel de la victime, l'homme était "violent et alcoolique". Depuis plusieurs mois, il vivait séparé de sa compagne, âgée de 41 ans, à Dinsheim-sur-Bruche, où le drame s'est produit.

Tandis que la mère avait engagé une procédure pour obtenir le droit de garde, l'homme avait obtenu jeudi, d'un juge des familles à Strasbourg, un droit de visite pour le week-end. Le père de la fillette, qui travaillait comme métallier, s'était rendu au domicile de la mère à Benfeld pour venir chercher sa fille samedi en journée, selon le parquet. Les corps de l'enfant et de son père ont été découverts plus tard dans la soirée par une tante dans la cave du domicile de Dinsheim.

"On s'attendait à ce qu'il vienne lui porter atteinte"

Selon le grand-père maternel, l'homme était cité à comparaître devant la justice en mars prochain pour coups et blessures sur son ex-compagne et avait déjà menacé de mort la fillette. "On s'attendait à ce qu'il vienne lui porter atteinte. Je suis en colère parce qu'on a livré ma petite-fille à un malade", accuse-t-il. "Il semblerait qu'on soit dans le cadre d'une séparation conflictuelle", a indiqué de son côté la procureure de la République de Saverne, Caroline Nisand.

"Il semblerait que le père, n'arrivant pas à exercer son droit de visite, l'ait obtenu dans le cadre d'une procédure judiciaire", a-t-elle ajouté sans pouvoir confirmer qu'une décision de justice était intervenue récemment. "A l'heure actuelle, nous procédons aux vérifications et expertises. Nous en sommes au stade des hypothèses", a-t-elle conclu.

(D'après agence)
http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-divers/0,,4177711,00-il-tue-sa-fille-apres-avoir-obtenu-un-droit-de-visite-.html
''Un bidon bidon
plus tout à fait rond
percé bien percé
presque plus de fond
rougeâtre et marron
jusqu'à l'os rouillé
marque d'essence effacée
bien cabossé le giron
 trop vieux pour être jeté 
 ou recueillir les tritons 
c'est bien assez pour pleurer

Joli vin pointu
je lis « mes fûts tuent »
fumer tue aussi
et le lard qui sue
le fromage obtus
 le jambon qui scie 
pourquoi s'inquiéter ainsi de la mort et de l'abus ? 
 que la vie soit fatrasie 
joie de bouche joie de cul
 joie de cœur et poésie''

Michel Besnier, Métamorphoses, p. 78, Seghers.

|''<html>Fatrasie<br>6 de 5, 5 de 7<br>AABAAB, BABAB<br><br>''J’étais en peignoir<br>Fonction lustratoire<br>Je tourne la tête<br>C’était sans l’vouloir<br>Je croise un miroir :<br>Voilà, c’est ma fête<br>Alors c’est ça, un poète !<br>Vous préférez pas savoir ?<br>Arrêtez les bêtes enquêtes !<br>Sortez pas de la baignoire !<br>Vivez-vous à la sauvette !''<br><br>Jacques Rebotier<br></html>''|''<html>Les vers rassurés<br>dans le mûrier<br>qui ne fait d’alcool<br>murmurent douillets<br>en un bruit mouillé<br>mais rond aux deux pôles :<br>"Ces mûres blanches et molles<br>mastiquent les feuilles et<br>au-dessus de leurs épaules<br>un cocon de mûrier<br>où sans fin meurt une robe".</html>''<br><br>Rolland Pauzin<br>|
<HTML>


<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Times New Roman, serif"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 9pt">«
Hommes et femmes, tous setfs du vigilant donjon qui surveillait le
défilé, s'échinaient à vaincre une nature rebelle. Ils voulaient
lui imposer de multiplier, au milieu du grand nombre de vicissitudes
qui ne manqueraient pas d'arriver, les maigres poignées de sarrasin
prises sur la nourriture de l'année. Dure besogne. Reins tendus,
veines gonflées sur les avant-bras épuisés, tête se refusant
d'autres pensées que l'obstination à vouloir cultiver cette lande,
les rustres s'attelaient aux troncs abattus, s'arc-boutaient pour
ébranler les rocs et mettre à nu la terre des fougères. Ils y
gagnaient une âme sauvage, un regard d'égaré et un corps
douloureux.</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Times New Roman, serif"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 9pt">[...]
Des gamins sortirent de la futaie. Ils entourèrent le jongleur d'un
cercle hésitant. Leurs visages béats de curiosité exprimaient une
part d'enfance que le labeur n'avait pas encore entamée. »</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Times New Roman, serif"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 9pt">JC
Cômes, Le voeu du paon</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=5 STYLE="font-size: 20pt"><B>Le
seigneur</B></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #000000; font-style: normal">
<FONT COLOR="#ffffff"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 12pt"><B>Rappel</B></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt">Question
et exercice</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 11pt"><B>1.</B><SPAN STYLE="font-weight: normal">
</SPAN><B>Adjuvant ou opposant</B></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Relevé?
les éléments qui permettent de déterminer si le seigneur est un
adjuvant ou un opposant</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 11pt"><B>2.</B><SPAN STYLE="font-weight: normal">
</SPAN><B>Analyse de phrases complexes</B></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">Voici
quelques phrases extraites du </SPAN><I>Faucon déniché. </I><SPAN STYLE="font-style: normal">Réécrivez
les différentes propositions (principale, indépendante, complétive,
relative) dans un tableau. Les subordonnants seront soulignés et les
verbes conjugués, encadrés.</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">Extrait
1.  </SPAN><I>Ceux qui dormaient l'entendirent du fond de leur
sommeil et le sommeil partit. Ceux qui mangeaient serrèrent contre
leur poitrine l'écuelle où restait un peu de bouillie d'orge, et
tous coururent vers le château. </I><SPAN STYLE="font-style: normal">»{p.
85)</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">Extrait
2.  // </SPAN><I>venait de l'apercevoir, là-bas, dans l'encoignure
que fau,mt une borne contre le mur. » </I><SPAN STYLE="font-style: normal">(p,
90)</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">Extrait
3. « </SPAN><I>L'enfant se précipita et ils pleurèrent, tandis
qu'au même moment éclatait la bataille, </I><SPAN STYLE="font-style: normal">-(p.
90}</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">Extrait
4. « // se </SPAN><I>glissa à travers la petite fenêtre et sauta
dans l'enclos Une haie descendait jusqu'à la palissade éventrée. »
</I><SPAN STYLE="font-style: normal">(p. 126)</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">Extrait
5.  </SPAN><I>Quand elle lu! </I><SPAN STYLE="font-style: normal">sûre
</SPAN><I>qu'ils ne </I><SPAN STYLE="font-style: normal">se
</SPAN><I>retourneraient pas, elle pénétra dans l'enclos </I><SPAN STYLE="font-style: normal">»(p
127)</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<BR>
</P>
<TABLE WIDTH=584 BORDER=1 BORDERCOLOR="#000000" CELLPADDING=3 CELLSPACING=0>
	<COL WIDTH=146>
	<COL WIDTH=137>
	<COL WIDTH=137>
	<COL WIDTH=138>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=146 HEIGHT=17 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">P.
			PRINCIPALE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">P.
			INDEPENDANTE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">P.
			COMPLÉTIVE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=138 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">p.
			SUB. RELATIVE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR>
		<TD WIDTH=146 HEIGHT=83 VALIGN=BOTTOM BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 VALIGN=BOTTOM BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 VALIGN=TOP BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=138 VALIGN=BOTTOM BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=146 HEIGHT=85 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=138 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=146 HEIGHT=85 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=138 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=146 HEIGHT=85 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=138 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=146 HEIGHT=84 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=137 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=138 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
</TABLE>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt">Expression</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Sujet
: vous êtes l'un des soldats qui est venu rendre visite à la mère
de Martin. Vous faites votre rapport au seigneur sur cette visite.
Pour attester vos propos, vous donnerez des précisions sur le lieu
où vous l'avez vue et l'activité qu'elle menait quand elle a été
trouvée.</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Consigne
: rédigez un paragraphe avec uniquement des phrases complexes qui
auront trois propositions au maximum.</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 12pt"><B>Éléments
de réponse et corrigé</B></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=3>Adjuvant
et opposant...</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN LANG="fr-FR"><SPAN STYLE="font-style: normal">Dans
un premier temps, chapitre </SPAN></SPAN><SPAN LANG="en-US"><SPAN STYLE="font-style: normal">VII.
</SPAN></SPAN><SPAN LANG="fr-FR"><SPAN STYLE="font-style: normal">le
seigneur, qui s'est battu vaillamment, assume sa fonction avec
bienveillance. En effet, les villageois sont appauvris mais, comme «
le </SPAN></SPAN><SPAN LANG="fr-FR"><I>château avait résisté, le
château aux greniers débordants de blé, aux barriques pleines de
vin </I></SPAN><SPAN LANG="fr-FR"><SPAN STYLE="font-style: normal">»,
p. 113. il décide immédiatement et sans aucune hésitation : « </SPAN></SPAN><SPAN LANG="fr-FR"><I>Je
ferai distribuer du pain, voilà tout ! *</I></SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt"><SPAN STYLE="font-style: normal">De
plus, dès qu'il apprend qu'un enfant est emprisonné dans ses tours,
il exige, p. 120, qu'on le relâche. Mais quand il comprend la
traîtrise du fauconnier, il manifeste de la colère car il </SPAN><I>«
n'aime pas qu'on </I><SPAN STYLE="font-style: normal">se </SPAN><I>substitue
à lui</I><SPAN STYLE="font-style: normal"> </SPAN><I>pour rendre la
justice </I><SPAN STYLE="font-style: normal">», p. 122</SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Par
conséquent, on peut affirmer que le seigneur est un adjuvant, juste
et valeureux. Il assume ses devoirs et exige légitimement que chacun
tienne son rang</FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 11pt"><B>Correction
de l'exercice</B></FONT></FONT></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">L'analyse
permet rie démonter la logique d'un propos et, par conséquent, d'en
appréhender le sens complexe.</FONT></FONT></FONT></P>
<TABLE WIDTH=442 BORDER=1 BORDERCOLOR="#000000" CELLPADDING=3 CELLSPACING=0>
	<COL WIDTH=119>
	<COL WIDTH=100>
	<COL WIDTH=98>
	<COL WIDTH=99>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=119 HEIGHT=17 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">P.
			PRINCIPALE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=100 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">P.
			INDEPENDANTE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=98 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">P.
			COMPLÉTIVE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=99 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 5pt">p.
			SUB. RELATIVE</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR>
		<TD WIDTH=119 HEIGHT=68 VALIGN=BOTTOM BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Extrait
			1</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Ceux
			L.l l'entendirent du fond de leur sommeil Ceux 1,..] serrèrent
			contre leur poitrine l'êcuelle</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=100 VALIGN=BOTTOM BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">et
			le sommeil partit.</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">el
			tous coururent vers le château</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=98 VALIGN=TOP BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=99 VALIGN=BOTTOM BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">qui
			dormaient qui mangeaient où restait un peu</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">de
			bouillie d'orge</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=119 HEIGHT=41 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Extrait
			2</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">11
			venait de l'apercevoir, là-bas, dans l'encoignure</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=100 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=98 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=99 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">que
			faisait une borne contre ie mur</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=119 HEIGHT=43 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Extrait
			3</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">et
			ils pleurèrent</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=100 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">L'enfant
			se précipita</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=98 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">tandis
			qu'au même moment éclatait la bataille</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=99 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=119 HEIGHT=80 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Extrait
			4</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=100 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">II
			se glissa à travers</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">la
			petite fenêtre et sauta dans l'endos Une haie descendait jusqu'à
			la palissade</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">éventrée</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=98 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=99 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=119 HEIGHT=45 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Extrait
			5</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">elle
			pénétra dans l'enclos.</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=100 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=98 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">Quand
			elle fut sûre /</FONT></FONT></FONT></P>
			<P STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT FACE="Arial, sans-serif"><FONT SIZE=1 STYLE="font-size: 7pt">qu'ils
			ne se retourneraient pas</FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=99 BGCOLOR="#ffffff">
			<P STYLE="background: #ffffff"><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
</TABLE>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
<BR>
</P>

</HTML>
! @@bgcolor(#6699cc):A /. Lisez le texte suivant.@@
Or un matin, comme il entrait au mess à l'heure du déjeuner, un commissionnaire, vieil homme en blouse coiffé d'une casquette cirée lui remit une enveloppe. Il l'ouvrit et lut:
// "Mon chéri,
Je suis à l'hôpital, bien malade, bien malade. Ne reviendras-tu pas me voir? Ça me ferait tant plaisir!"     irma//

Le capitaine devint pâle, et, remué de pitié, il déclara :«  Nom de nom, la pauvre fille ! J'y vais aussitôt le déjeuner. »
Et pendant tout le temps, il raconta à la table des officiers qu'Irma était à l'hôpital mais qu'il l'en ferait sortir, cré mâtin. C'était encore la faute de ces sacrés noms de Prussiens. Elle avait dû se trouver seule sans le sou, crevant de misère, car on avait certainement pillé son mobilier " Ah! les salopiauds !"  Tout le monde était ému en l'écoutant.
Guy de Maupassant, 

#Quelles sont les formes de discours rapportés utilisées, et pourquoi ont-elles été choisies?


!@@bgcolor(#6699cc): B /. Transformez les phrases de dessous en rapportant les paroles au discours indirect libre.@@

//Exemple : II lui avoua sa flamme : « Je vous aime depuis le premier jour. » 
               -II lui avoua sa flamme •. il l'aimait depuis le premier jour. //
1.« Je ne l'ai pas fait exprès, s'excusa-t-il. Je ne vous avais pas vu. » -
2. Rose de bonheur et croulant sous les bouquets, la patineuse exultait : « C'est le pius beau jour de ma vie. Jamais encore je n'ai aussi bien patiné qu'aujourd'hui  »
3.Meurtri, I' enfant éclata en sanglots :« C'est injuste .C'est toujours moi qui prends pour les autres. » 
4. Une fois encore sa mère le réprimandait : « Nous te l'avons assez répété pourtant. » 
5. Bloqué dans les embouteillages, l'employé s'inquiétait: « Que va dire mon patron si j'arrive en retard ? »
!@@bgcolor(#99ccff):C/. a. Transformez les phrases ci-dessous en   rapportant   les   paroles   au   discours indirect et au discours indirect libre.  b. Notez les transformations opérées.@@
Exemple -.
Il lui a dit ; "Je t'aime ' ».  il lui a dit qu'il l'aimait. Transformations : une phrase au lieu de deux, utilisation du subordonnant que, transformation des pronoms Je et t', emploi de l'imparfait au lieu du présent.
1.« Acceptera-t-il mon invitation? » se demandait anxieusement la jeune fille.
2.  Il avait peine à trouver ses mots, il bredouillait: «Je... Je..., je ne l'ai pas fait exprés Je vous prie de m'excuser. 
3. Il murmura d'une voix à peine audible:   « M'accorderez-vous cette danse ?» 
4. « Nous avons gagné, nous sommes les plus forts » s'écria-t-il en levant les bras au ciel. 
5.« Comme vos chocolats sont exquis ! s'exclama la cliente gourmande. J'en prendrais bien un autre »
6. « Levez les mains en l'air » leur ordonna le bandit.
! @@bgcolor(#6699cc):D. Même exercice.@@
1.« Vous reviendrez me voir lundi. » lui ordonna le surveillant.
2.«Serez-vous des nôtres demain? » lui demanda-t-elle en sou riant. 
3. «Je n'avais pas bien compris ce que vous m'aviez dit hier. » lui dit-il pour s'excuser. 
4.« Quoi qu'il arrive, tu seras toujours la bienvenue chez nous. « lui répétait-M pour la réconforter. 
5. « Lorsque tu seras grand, tu comprendras. » me disait toujours mon grand-père. 
6.Il claqua la porte et partit en criant : « Vous pouvez être sûr que vous ne me reverrez pas de sitôt ! »


<<slideShow>>

-s-
+++!!!!*[allégorie]
Il s'agit d'un récit à double lecture, une //"propre"// et une //"figuré"//, mais n'est destiné à prendre son sens qu'à la lecture //" au figuré"//
+++[Exemples] 
*L'allégorie des organes par Ménénius Agrippa lors de la sécéssion de la plèbe en 493 av JC.
*Les Fables sont des allégories dont la morale donne la clé d'interprétation.
*[[Exemple d' allégorie Paroles.net - Grand Corps Malade -/Les voyages en train ♫]]
======
-s-
+++!!!!*[antiphrase]
On dit, par ironie, le contraire de ce que l'on pense mais le ton employé ou l'expression du visage ne laissent aucun doute 
+++[Exemples] 
vous êtes char­mante (à une personne désagréable) ; c'est du beau ! (à des enfants qui viennent de faire une bêtise)

======
-s-
+++!!!!*[antithèse]
consiste à rapprocher des termes opposés dans une même expression.
+++[Exemples] 
*//D'où vous vous vient cette ''glace'', quand je suis tout de ''feu''//
*//Leur ''courage'' renaît, et leurs ''terreurs'' s'oublient//
*//Ton bras est invaincu, mais non pas invincible.//(Corneille)

======
-s-
+++!!!!*[comparaison]
consiste à rapprocher des termes en utilisant des mots passerelles comme: ''comme, ainsi que, ressembler à , pareil à , identique à ...etc'', à la différence de la métaphore qui en fait l'économie et est plus directe. Autre différence: tout est exprimé: l'objet A, l'objet B, leur qualité commune.
+++[Exemples] 
* Sa tête avait__ blanchi__, comme s'il avait __neigeait__ sur sa __chevelure__  (la métaphore serait: //La __neige__ du temps était passée sur ses __cheveux__//
* Le violon frémit comme un cœur qu'on afflige. (Baudelaire)

======
-s-
+++!!!![euphémisme]
consiste à atténuer l'aspect douloureux d'une réalité ( ou, du moins, que le locuteur suppose tel). Attention: ce n'est pas une figure en soi; elle utilise d'autres figures
+++[Exemples]
*//Il a __disparu__// ou //Il nous a __quitté__//: il est mort (par métaphore ou métonymie)
*//Une longue et douloureuse maladie// = le cancer (par périphrase)
*//Il n'est plus tout jeune// = il est vieux (par litote)
======
-s-
+++!!!![gradation]
Des termes de plus en plus forts (pour le sens) se succèdent dans une phrase ou dans un vers :
+++[Exemples] 
 je n'en puis plus, je me meurs, je suis mort, je suis enterré / (Molière)
======
-s-
+++!!!![hyperbole]
consiste à exagérer son propos, à dire plus que la réalité.
+++[Exemples] 
*//Je __meurs__ de faim// 
*//Ilspoussent __jusques au ciel__ mille cris éclatants.//
* un "génie", un "hercule", mourir de rire.
======
-s-
+++!!!![litote]
consiste à diminuer son propos, à dire moins que la réalité. (c'est le contraire de l'hyperbole)
+++[Exemples] 
*//Va, je __ne te hais point__//: Je t'aime
*//Il ''ne manque pas'' de charme//:Il est très charmant.
===

Technique: prendre l'antonyme de ce qu'on veut exprimer et le nier. Ainsi //Je suis content// devient, exprimé en litote, //Je ne suis __pas__ __mécontent__// ===
-s-
+++!!!!*[métaphore]
consiste à désigner un objet par un autre avec lequel il a une relation de ressemblance. C'est une comparaison écourtée, réduite à deux termes (le 3ème est implicite)
+++[Exemples] 
*//''Brûlant'' d'impatience...//
* La lumière de l'esprit
* Être vacciné avec une aiguille de phono = être bavard
======
-s-
+++!!!!*[métonymie]
consiste à désigner un objet par un autre avec lequel il a une relation de proximité ( et donc l'effet pour la cause et inversement, ''le contenu pour le contenant'' et inversement, ...)
+++[Exemples] 
*//Boire un ''verre''= boire le contenu du verre//
* Vivre de son travail = vivre de l'argent de son travail

======
-s-
+++!!!!*[oxymore]
consiste à rapprocher des termes opposés dans un même Groupe Nominal.
+++[Exemples] 
*//La nature est un temple où de __vivants piliers__ laissent parfois sortir de confuses paroles.//
*//Cette __obscure clarté__ qui tombent des étoiles...//
* Cette __petite grande âme__ venait de s'envoler.
======
-s-
+++!!!!*[périphrase]
On emploie plusieurs mots pour désigner quelque chose ou quelqu'un sans le nommer, c'est une sorte de définition ou de devinette...
+++[Exemples] 
 le roi de la jungle (= le lion),
 l'astre blême de la nuit (= la Lune).

======
-s-
+++!!!!*[synecdoque]>
consiste à désigner un objet par un autre avec lequel il a une relation de tout à partie ou de partie à tout.
+++[Exemples]>
*// Les __Bleus__ ont gagné// : les joueurs sont désignés par la couleur du maillot qu'ils portent.
* //__Fer__, passe en de meilleurs mains// : l'épée est désignée par le métal qui la compose.
* un vison (= un manteau fait de peaux de vison)
======

!Rappel rapide
__Il faut avant toute chose repérer le verbe et poser les questions par rapport à lui__

''COD'' répond à la question " quoi/qui?"  
 ex: Les souris dévorent le chat. ( " dévorent" quoi? Réponse: "le chat". Donc "le chat" est COD de "dévorent")

''COI'' répond à la question "  à/de  quoi/qui?"

''COS'' répond à la question "  à/de  quoi/qui?", mais ''ne peut exister qu'après un COD ou un COI''.
+++[Aide pour retenir]>
Un COI  commence toujours par "à " ou "de"
===
!Pour aller plus loin
+++
[[Complément d'objet direct]]
[[Complément d'objet indirect]]
!Les fonctions dans la phrase: FonctionsDansLaPhrase
!Les fonctions dans le Groupe Nominal: les ExpansionsDuNom
FontSizePlugin has been updated to prevent double clicks of the button from triggering editing of the containing tiddler.
Formation des mots.

!1.Le radical
Un mot a toujours un radical, il peut n'avoir que ça: ciel, port, gel, fenêtre...etc
Lorsqu'un nouveau mot apparaît, c'est son radical qui le rend compréhensible.

|!dé-  |! régul | !  -ation|
|bgcolor(lightgreen): ''pré''fixe | radical |bgcolor(orange):''suf''fixe |

!2.A quoi servent les préfixes et les suffixes ?
|!Préfixes|!Radical|!Suffixes|
|bgcolor(lightgreen):re-| ''-~PORT-'' |bgcolor(orange):-ation|
|bgcolor(lightgreen):dé-|~|~|
|bgcolor(lightgreen):com-|~|bgcolor(orange):-able|
|bgcolor(lightgreen):im-|~|~|
|bgcolor(lightgreen):ex-|~|bgcolor(orange):-er|
|bgcolor(lightgreen):ap-|~|~|
|bgcolor(lightgreen):sup-|~|bgcolor(orange):-X|
|bgcolor(lightgreen):em-|~|~|
|bgcolor(lightgreen):re-|~|~|
|//Le ''préfixe'' modifie le sens du radical//| //Le ''radical'' est le porteur principal du sens// | //Le ''suffixe'' modifie la nature du mots//|
Ce tableau indique des suffixes pour l'exemple: il en existe beaucoup d'autres.

!Remarque
*La plupart des préfixes (ceux du tableau ci-dessus entre autres) viennent du latin; les préfixes grecs ne posent pas de "problèmes": hyper- (dessus, supérieur), hypo- (dessous, inférieur), méga- (grand), giga- (gigantesque)...ne posent pas problème. Une des difficultés principales vient de l'évolution du préfixe latin: d'une seule forme en latin, en jaillissent plusieurs en français:
//dis-// devient: dé-, dés-, di-, dis-,
* Une difficulté d'analyse des familles de mots vient du fait qu'un même étymon latin donne des radicaux différents en français: "//auscultare//" donne //écouter// et //ausculter//
Voici l'adresse du forum où vous pouvez vous entraidez
La première fois, il faut s'y inscrire ( mettez votre prénom, et non un pseudo ridicule, comme vous en avez souvent la tentation)
[[Forum|http://cartailler.free.fr/forum/]]
http://cp.lakanal.free.fr/poesie/lafourmi/fourmi.gif
Fun Latin

This page is dedicated to Judith L. Scott. Requiescat in pace

----------------------------------

Some phrases from Latin for all Occasions, by Henry Beard.
Excuses

    * My dog ate it.
      Canis meus id comedit.
    * I did call. Maybe your answering machine is broken.
      Sane ego te vocavi. Forsitan capedictum tuum desit.
    * Baby, Sweetheart, would I lie to you?
      Amicule, deliciae, num is sum qui mentiar tibi?
    * The check is in the mail.
      Perscriptio in manibus tabellariorum est.
    * I was kidnapped by aliens. What year is it?
      Hostes alienigeni me abduxerunt. Qui annus est? 

Insults

    * I think some people in togas are plotting against me.
      Sentio aliquos togatos contra me conspirare.
    * In the good old days, children like you were left to perish on windswept crags.
      Antiquis temporibus, nati tibi similes in rupibus ventosissimis exponebantur ad necem.
    * If Caesar were alive, you'd be chained to an oar.
      Caesar si viveret, ad remum dareris.
    * I'm not interested in your dopey religious cult.
      Nihil curo de ista tua stulta superstitione. 

Things to Say to a Teenager

    * Really Rad, dude!
      Radicitus, comes!
    * What's happening?
      Quid fit? 

Latin as a Computer Language

    * Why won't you print out?
      Cur ullum imprimere non vis?
    * Don't you dare erase my hard disk!
      Ne auderis delere orbem rigidum meum!
    * I did not commit a fatal error!
      Non erravi perniciose!
    * Garbage in, garbage out.
      Purgamentum init, exit purgamentum. 

Bumper Stickers

    * I brake for animals
      Frena pro feris teneo
    * Save the whales
      Balaenae nobis conservandae sunt
    * Honk if you speak Latin
      Sona si latine loqueris
    * When catapults are outlawed, only outlaws will have catapults
      Cum catapultae proscriptae erunt tum soli proscripti catapultas habebunt
    * If you can read this bumper sticker, you are both very well educated and much too close
      Si hoc adfixum in obice legere potes, et liberaliter educatus et nimis propinquus ades 

Sounding Smart in Latin

    * Listen, would you repeat everything you just told me, only this time say it in English?
      Heus, modo itera omnia quae mihi nunc nuper narravisti, sed nunc Anglice?
    * Oh! Was I speaking Latin again?
      Vah! Denuone Latine loquebar?
    * Silly me. Sometimes it just sort of slips out.
      Me ineptum. Interdum modo elabitur.
    * Sure, I speak a little Latin.
      Sane, paululum linguae Latinae dico.
    * I picked it up here and there. Really, Latin isn't all that hard.
      Id legi modo hic modo illic. Vero, Latine loqui non est difficilissimum.
    * It looks like a tricky language, but you'll get the hang of it pretty quickly.
      Lingua speciem involutam praebet, sed sat cito eam comprehendes.
    * And remember, there aren't any Romans around to correct your pronunciation.
      Atque memento, nulli adsunt Romanorum qui locutionem tuam corrigant.

      (At a poetry reading)
    * It doesn't rhyme.
      Nullo metro compositum est.
    * I don't care. If it doesn't rhyme, it isn't a poem.
      Non curo. Si metrum non habet, non est poema. 

Summertime

    * It's not the heat, it's the humidity.
      Non calor sed umor est qui nobis incommodat.
    * The designated hitter rule has got to go.
      Lex clavatoris designati rescindenda est.

      (At a barbeque)
    * Ever noticed how wherever you stand, the smoke goes right into your face?
      Animadvertistine, ubicumque stes, fumum recta in faciem ferri?
    * I am not lost.
      Neutiquam erro.
    * Do I drink this or stick my fingers in it?
      Hocine bibo aut in eum digitos insero? 

Pithy Latin Expressions

    * By that very fact
      Ipso facto
    * No way
      Nullo modo
    * Read my lips.
      Labra lege.
    * A done deal
      Pactum factum
    * Fat chance
      Fors fortis
    * Accidentally on purpose
      Casu consulto
    * In a world of hurt
      Totus anctus
    * Hopefully
      Utinam 

Signs of the times ...

    * BEWARE OF DOG
      CAVE CANEM
    * DO NOT DISTURB
      NOLI PERTURBARE
    * KEEP OUT
      NOLI INTRARE
    * THANK YOU FOR NOT SMOKING
      TIBI GRATIAS AGIMUS QUOD NIHIL FUMAS 

Things you may say a lot ...

    * There goes by bleeper!
      Tintinnuntius meus sonat!
    * Here today, gone tomorrow.
      Hodie adsit, cras absit.
    * Seen one, seem them all.
      Uno viso, omnia visa sunt.
    * What goes around, comes around.
      Id quot circumiret, circumveniat.
    * God, look at the time! My wife will kill me!
      Di! Ecce hora! Uxor mea me necabit!
    * I've got to see a man about a dog.
      Cum homine de cane debeo congredi. 

The Seven Dwarfs

    * Fatuus
      Dopey
    * Medicullus
      Doc
    * Severus
      Grumpy
    * Beatus
      Happy
    * Somniculosus
      Sleepy
    * Verecundus
      Bashful
    * Sternuens
      Sneezy 

Handy catch phrases

    * Have a nice day.
      Die dulci fruimini.
    * No way.
      Nullo modo.
    * Read my lips ...
      Labra lege ...
    * Accidentally on purpose.
      Casu consulto.
    * Just do it
      Modo fac
    * Bah! Humbug!
      Phy! Fabulae!
    * If it ain't broke, don't fix it.
      Si fractum non sit, noli id reficere.
    * Read 'em and weep.
      Lege atque lacrima.
    * I have nothing to declare.
      Nihil declaro.
    * It was that way when I got here.
      Ita erat quando hic adveni. 

Medical conditions ...

    * Impedimentum Memoriae
      A mental block that makes it hard to remember names.
    * Inopia Celeritatis
      A mild dyslexia that makes it impossible to arrive on time.
    * Morbus Irrigationis
      A rare disease aggravated by watering friends' plants.

A few more essential phrases ...

    * Frankly, my dear, I don't give a damn.
      Re vera, cara mea, mea nil refert.
    * May barbarians invade your personal space!
      Utinam barbari spatium proprium tuum invadant!
    * May faulty logic undermine your entire philosophy!
      Utinam logica falsa tuam philosophiam totam suffodiant!
    * Don't let the bastards wear you down.
      Noli nothis permittere te terere.
    * Go ahead. Make my day.
      Age. Fac ut gaudeam.
    * How much wood would a woodchuck chuck is a woodchuck could chuck wood?
      Quantum materiae materietur marmota monax si marmota monax materiam possit materiari?
    * Beam me up, Scotty!
      Me transmitte sursum, Caledoni!
    * Who was that masked man?
      Quis fuit ille personatus?
    * Now this isn't carved in stone ...
      Nunc hoc in marmore non est incisum ...
    * Shark! Shark!
      Pistrix! Pistrix! 

Assorted phrases

    * Your fly is open.
      Braccae tuae aperiuntur.
    * Why didn't you go when you had the chance?
      Cur non isti mictum ex occasione?
    * God! Look at the time! My wife will kill me!
      Di! Ecce hora! Uxor mea necabit!
    * Watch where you're going, you jerk!
      Observa quo vadis, cinaede!
    * The designated hitter rule has got to go.
      Lex clavatoris designati rescindenda est.
    * Excuse me. I've got to see a man about a dog.
      Mihi ignosce. Cum homine de cane debeo congredi.
    * Darn! There goes my beeper!
      "Heu! Tintinnuntius meus sonat.!"
    * I think that Elvis is still alive.
      Credo Elvem ipsum etian vivere.
    * If it ain't broke, don't fix it.
      Si fractum non sit, noli id reficere.
    * You know, the Romans invented the art of love.
      Romani quidem artem amatoriam invenerunt.
    * Your place or mine?
      Apudne te vel me?
    * I'll have a pizza with everything on it.
      Da mihi sis crustum Etruscum cum omnibus in eo.
    * I can't hear you. I have a banana in my ear.
      Te audire no possum. Musa sapientum fixa est in aure.
    * How do you get your hair to do that?
      Quomodo cogis comas tuas sic videri?
    * Bad kitty! Why don't you use the cat box? I put new litter in it.
      Feles mala! Cur cista non uteris? Stramentum novum in ea posui. 

BALD-FACED LIES ARE LESS BALD-FACED IN LATIN

    * The check is in the mail.
      Perscriptio in manibus tabellariorum est.
    * I have nothing to declare.
      Nihil declaro.
    * I don't know what you're talking about.
    * Nescio quid dicas.
    * It was that way when I got here.
      Ita erat quando hic adveni.
    * There's no one here by that name.
      Nemo hic adest illius nominis.
    * Don't call me, I'll call you.
      Noli me vocare, ego te vocabo. 

FLATTERY SOUNDS MORE SINCERE IN LATIN

    * Have you lost weight?
      Nonne macescis?
    * You haven't aged a bit!
      Minime senuisti!
    * It looks great on you!
      Id tibi praebet speciem lepidissimam!
    * A wig? I never would have guessed!
      Capillamentum? Haudquaquam conieci esse! 

INTIMATE SUBJECTS ARE EASIER TO BROACH IN LATIN

    * Your fly is open.
      Braccae tuae aperiuntur.
    * Your slip is showing.
      Subucula tua apparet.
    * You have a big piece of spinach on your front teeth.
      In dentibus anticis frustum magnum spiniciae habes.
    * You've been misusing the subjunctive.
      Abutebaris modo subjunctivo. 

SELF-ASSERTIVENESS IS SIMPLER IN LATIN

    * Hey, we're all in line here!
      Heus, hic nos omnes in agmine sunt!
    * No cutting in!
      Noli inferre se in agmen!
    * No, excuse me, I believe I'm next.
      Non, mihi ignosce, credo me insequentem esse.
    * You're from New York, aren't you?
      Nonne de Novo Eboraco venis? 

LATIN BUMPER STICKERS FOR YOUR CHARIOT

    * I BRAKE FOR ANIMALS
      FRENA PRO FERIS TENEO
    * SAVE THE WHALES
      BALAENAE NOBIS CONSERVANDAE SUNT
    * HONK IF YOU SPEAK LATIN
      SONA SI LATINE LOQUERIS
    * WHEN CATAPULTS ARE OUTLAWED, ONLY OUTLAWS WILL HAVE CATAPULTS
      CUM CATAPULTAE PROSCRIPTAE ERUNT TUM SOLI PROSCRIPTI CATAPULTAS HABEBUNT
    * IF YOU CAN READ THIS BUMPER STICKER, YOU ARE BOTH VERY WELL EDUCATED AND MUCH TOO CLOSE
      SIC HOC ADFIXUM IN OBICE LEGERE POTES, ET LIBERALITER EDUCATUS ET NIMIS PROPINQUUS ADES 

VANITAS PLATES

    * SPEED DEMON
      INCITATUS
    * CRUISING
      VAGANS
    * BEACH BUM
      LITORALIS
    * MUSTANG
      MANNUS
    * JALOPY
      FRACTUM
    * SNAZZY
      NITIDUS
    * BEAR
      URSUS
    * TURBO
      TURBO 

CARTOONS ARE, WELL, CARTOONIER IN LATIN

    * What's up, Doc?
      Quid agis, Medice?
    * I'll get you, you wascally wabbit!
      Te capiam, cunicule sceleste!
    * I tought I taw a puddy tat!
      Credidi me felem vidisse!
    * Thuffering Thuccotash!
      Farrago fatigans!
    * Beep-beep!
      Cornu sono!
    * Ah-bee, ah-bee, ah-bee, that's all, folks!
      Abeo, abeo, abeo, actum est, comites! 

THE GOLDEN AGE OF TV WOULD HAVE BEEN EVEN MORE GOLDEN IN LATIN

    * Just the facts, ma'am.
      Dic mihi solum facta, domina.
    * Sorry about that, chief.
      Illius me paenitet, dux.
    * You bet your bippy!
      Tuis pugis pignore!
    * The devil made me do it!
      Diabolus fecit, ut id facerem!
    * Kiss my grits!
      Osculare pultem meam!
    * Beam me up, Scotty!
      Me transmitte sursum, Caledoni!
    * If you fail, the secretary will disavow all knowledge of your activities.
      Si fallatis officium, quaestor infitias eat se quicquam scire de factis vestris. 

TIMELESS LINES FROM THE MOVIES

    * Make my day.
      Fac ut gaudeam.
    * Round up the usual suspects.
      Conlige suspectos semper habitos.
    * You know, Toto, I have a feeling we're not in Kansas anymore.
      Certe, Toto, sentio nos in Kansate non iam adesse.
    * Frankly, my dear, I don't give a damn.
      Re vera, cara mea, mea nil refert. 

ALL MUSIC IS CLASSICAL MUSIC IN LATIN

    * My favorite group is...
      Caterva carissima mea est... 

The Beatles 			The Temptations
# Cimictus
# 			Inlecebrae
The Rolling Stones 			The Who
# Lapides Provolventes
# 			Ille Quis
The Grateful Dead 			The Monkees
# Mortui Grati
# 			Simitatores
The Beach Boys 			Country Joe and the Fish
# Pueri Litoris
# 			Iosephus Agrestis Piscesque
ALL TV IS EDUCATIONAL TV IN LATIN

    * My favorite show is...
      Spectaculum carissimum est...
      Gilligan's Island 			Jeopardy
    * Insula Gilliganis
    * 			Periculum
      Hollywood Squares 			Wheel of Fortune
    * Quadrata Iliceti
    * 			Rota Fortunae
      The Love Boat 			Diff'rent Strokes
    * Navis Amoris
    * 			Ictus Diff'rentes
      Leave It to Beaver 			Happy Days
    * Id Castori Concedite
    * 			Dies Felices
      Mission: Impossible 			The Young and the Restless
    * Opus: Quod Fieri Non Potest
    * 			Iuvenes Inquietesque
      Hawaii Five-O 			Divorce Court
    * Hawaii Quinque-Nil
    * 			Curia Divortiorum
      The Gong Show 			The Flintstones
    * Spectaculum Tintinnabuli
    * 			Illi Silices
      The Price Is Right 			The Twilight Zone
    * Pretium Iustum Est
    * 			Zona Crepusculi

Source: [[Fun Latin|http://www.columbia.edu/cu/augustine/arch/omnibus.html]]
Le nom  des personnages:
!!Jérôme Eugène Morrow
- Jérôme: en grec «&nbsp;le nom sacré&nbsp;», celui qui ouvre à Vincent toutes les portes.
- Eugène: en grec «&nbsp;bien-né&nbsp;», avec des gènes quasi parfaits
- Morrow: vient sans doute du roman L'île du Dr Moreau , de Wells (Moreau y est un savant qui croisent les espèces).

!!Vincent Anton Freeman
- Freeman: les parents ont choisi d'avoir un enfant hors des règles.
- Vincent: en latin «&nbsp;le vainqueur&nbsp;» qui dépasse tous les obstacles.
- Anton: nom refusé à Vincent par son père. Soit de(Marc)-Antoine, qui était le second de Jules César, soit de St Antoine (de Padoue) qui parlaient aux animaux (qui abolit les frontières des espèces).

!!Iréne (en grec «&nbsp;paix&nbsp;») Cassini (astronome italien du 17ème S)

Les noms sont choisis soit par étymologie soit pour apparenter à quelqu'un qui l'a porté
Un nom indique un caractère ou un rôle (vincent) et il raccroche le personnage à une culture (Moreau, c'est un livre de SF).
(//scanné dans ~MagnardCollège//)

__Antonymes__ : mots de sens opposé (gentillesse / méchanceté).
__Auteur__ : personne réelle qui écrit des livres.
__Cadre spatio-temporel__ : lieu et moment d'une action.
__Champ lexical__ : ensemble des mots (noms, adjectifs, verbes...) qui se rappo même domaine, à une même idée (effrayant, frisson, trembler : chai de la peur).
__Champ sémantique__ : ensemble de tous les sens possibles d'un mot. On « amené à distinguer sens propre / sens figuré et sens concret / sens ab
__Connecteur__ : outil grammatical qui exprime une relation logique, sp temporelle.
__Groupe nominal __: groupe de mots organisé autour d'un nom noyau. Le r* déterminant forment le G.N. minimum.
__Homonymes__ : mots qui ont la même prononciation mais pas le même se orthographe différente (chat et chas).
__Intrigue__ : succession des événements dans un récit, au cinéma ou au théâtre (« action » ) qui va de la situation initiale au dénouement.
__Mot générique__ : mot général qui en inclut d'autres, de sens plus restreint (ex. : bateau est un mot générique par rapport à voilier et p
__Mélioratif__ : se dit d'un mot ou d'une expression qui présente qqch. de faço favorable.
__Narrateur__ : celui qui raconte. Le narrateur est une personne fictive, qui n en dehors du récit, contrairement à l'auteur.
__Objectif__ : qui reste neutre, qui ne fait pas intervenir des sentiments perse opinions.
__Onomatopée__ : mot suggérant un bruit par imitation phonétique (crac, v toc, miaou...).
__Paronymes__ : mots de prononciation très proche, qui prêtent souvent à (conjecture / conjoncture).
__Péjoratif__ : se dit d'un mot ou d'une expression qui présente qqch. défavorable, négative.
__Point de vue__ : dans un récit ou dans un film, parti pris pour narrer les faits les descriptions - ce peut être à travers le regard d'un personnage (pi interne) ou par le biais d'un narrateur extérieur (point de vue om externe).
__Propos__ : l'information nouvelle apportée sur le thème d'un énoncé.
__Satire__ : texte critique, en général humoristique, qui ne présente que les défauts en les rendant ridicules.
__Schéma narratif__ : trame du récit, qui part d'une situation initiale pour aboutir à la situation finale.
__Subjectif __: qui est vu à travers le regard d'un personnage, qui tient compte des sentiments personnels, des opinions.
__Synonymes__ : mots de sens voisin (gai /joyeux).
__Thème__ : ce dont on parle, ce sur quoi on apporte une information dans un énoncé.
__Vraisemblable__ : qui semble vrai, que l'on est porté à croire.
* __Action __: série d'événements qui constituent l'intrigue. On trouve : la scène d'exposition qui donne au spectateur les informations nécessaires sur la situation de départ ; les péripéties ( événements nouveaux qui modifient la situation) ; le dénouement (dans les comédies de Molière, c'est souvent un mariage).
*__Acte et scène__ : une pièce de théâtre est divisée en actes (5 dans la tradition classique), eux-mêmes subdivisés en scènes. L'acte correspond à une étape importante dans le déroulement de l'action. (Dans le théâtre, on parle parfois de tableau.) Chaque changement de scène est marqué par l'entrée ou la sortie d'un ou plusieurs personnages.
* __Aparté__ : ce qu'un personnage dit à part, sans que les autres personnages qui sont pourtant sur scène ne l'entendent. Les apartés s'adressent aux spectateurs.
* __Dialogue __: échange de répliques entre plusieurs personnages.
* __Didascalies__ : indications de l'auteur, en marge des dialogues, concernant la mise en scène, les décors, les mouvements des personnages, etc.
* __Mise en scène__ : organisation de la représentation : décors, mouvements des acteurs, manière dont ils doivent dire le texte.
* __Monologue__ : tirade d'un personnage, se parlant à lui-même ou s'adressant aux spectateurs.(Un monologue est une scène dans laquelle un personnage se trouve seul sur scène: il exprime ses pensées à voix haute (pour que le public comprenne ses sentiments). Le personnage n'a pas de destinataire autre que le public)
* __Quiproquo__ : méprise qui fait prendre une chose pour une autre, un personnage pour un autre. (Dans Les fourberies de Scapin, Acte III, scène 3, quand Zerbinette rencontre un vieillard et lui raconte le tour qui a été joué à Géronte par son fils pour lui extorquer de l'argent, sans savoir que ce vieillard est précisément Géronte !)
* __Réplique__ : ce que répond un personnage à ce qui a été dit par un autre.
* __Saynète__ (ou sketch) : pièce en une scène, avec peu de personnages, représentant en général un sujet comique.
* __Stichomythie__ : dialogue où les personnages se répondent vers par vers. Elle exprime un moment intense de l'action.
* __Tirade__  : longue suite de phrases ou de vers que dit d'un trait un personnage.
Lu sur [[Langue sauce piquante|http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2006/02/04/2006_02_post_2/]]
!! Dans l'article
D’un rayon tristement dégarni, nous avons rapporté un souvenir : Les Mots du français*, d’Albert Hamon, grammairien, qui vient de mourir (nécro’ dans Le Monde daté 3 février). Pour aujourd’hui, voici ce court extrait très gramour :

"Grimoire est le doublet populaire de grammaire (écrit souvent autrefois avec un seul m) ; le grammairien, au Moyen Age, passait pour sorcier auprès de la masse, illettrée ; le grimoire était le livre des magiciens et des sorciers ; passé en anglais, et devenu gramarye, le mot y a signifié magie ; puis, le mot se déformant (le r devenant l), les Anglais ont formé le mot glamour, qui signifie charme magique, enchantement, éclat prestigieux."

!!Dans les commentaires
!!!1
__BÉLISE__
Ton esprit, je l’avoue, est bien matériel.
Je n’est qu’un singulier, avons est pluriel.
Veux-tu toute ta vie offenser la grammaire ?
__MARTINE__
Qui parle d’offenser grand’mère ni grand-père ?
__PHILAMINTE__
Ô Ciel !
__BÉLISE__
Grammaire est prise à contre-sens par toi,
Et je t’ai dit déjà d’où vient ce mot.
__MARTINE__
Ma foi !
Qu’il vienne de Chaillot, d’Auteuil, ou de Pontoise,
Cela ne me fait rien
!!!2
“La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes” Montaigne
Quand on fait de la grammaire, on considére les mots (ou les groupes de mots) selon un de leur deux aspects qui sont inséparables ( comme //pile// et //face//):

- La ''[[NATURE|NatureDesMots]]'' désigne __ce qu'est le mot__ ( ou le groupe de mots). Elle ne change jamais. Les dictionnaires les indiquent.

- La ''[[FONCTION|FonctionsDesMots]]'' désigne __ce que fait le mot__ (ou le groupe de mots). Elle change dans chaque phrase.

- ''EXEMPLES'': 
# Mon père fait du vélo: " Mon père" a pour ''Nature'': Groupe Nominal et pour ''Fonction'': Sujet
# Je vois mon père: "Mon père" a pour'' Nature'': Groupe Nominal et pour ''Fonction'': COD
Texte1:  Esclave par nature
Occupons-nous d'abord du maître et de l'esclave, afin de connaître à fond les rapports nécessaires qui les unissent, et afin de voir en même temps si nous ne pourrions pas trouver sur ce sujet des idées plus satisfaisantes que celles qui sont reçues aujourd'hui. [...] Comme les autres arts, chacun dans sa sphère, ont besoin, pour accomplir leur œuvre, d'instruments spéciaux, la science domestique doit avoir également les siens. Or, parmi les instruments, les uns sont inanimés, les autres vivants ; par exemple, pour le patron du navire, le gouvernail est un instrument sans vie, et le matelot qui veille à la proue, un instrument vivant, l'ouvrier, dans les arts, étant considéré comme un véritable instrument. D'après le même principe, on peut dire que la propriété n'est qu'un instrument de l'existence, la richesse une multiplicité d'instruments, et l'esclave une propriété vivante [...].
Si chaque instrument, en effet, pouvait, sur un ordre reçu, ou même deviné, travailler de lui-même, [...] si les navettes tissaient toutes seules ; si l'archet jouait tout seul de la cithare, les entrepreneurs se passeraient d'ouvriers, et les maîtres, d'esclaves. [...] 
En outre, comme la production et l'usage diffèrent spécifiquement, et que ces deux choses ont des instruments qui leur sont propres, il faut bien que les instruments dont elles se servent aient entre eux une différence analogue. La vie est l'usage, et non la production des choses ; et l'esclave ne sert qu'à faciliter tous ces actes d'usage. [...] 
Ceci montre nettement ce que l'esclave est en soi et ce qu'il peut être. [...] Quelques êtres, du moment même qu'ils naissent, sont destinés, les uns à obéir, les autres à commander, bien qu'avec des degrés et des nuances très diverses pour les uns et pour les autres. [...] Quand on est inférieur à ses semblables autant que le corps l'est à l'âme, la brute, à l'homme, et c'est la condition de tous ceux chez qui l'emploi des forces corporelles est le seul et le meilleur parti à tirer de leur être, on est esclave par nature. Pour ces hommes-là, ainsi que pour les autres êtres dont nous venons de parler, le mieux est de se soumettre à l'autorité du maître ; car il est esclave par nature, celui qui peut se donner à un autre ; et ce qui précisément le donne à un autre, c'est qu'il ne peut aller qu'au point de comprendre la raison quand un autre la lui montre ; mais il ne la possède pas par lui-même. Les autres animaux ne peuvent pas même comprendre la raison, et ils obéissent aveuglément à leurs impressions.
 Au reste, l'utilité des animaux privés et celle des esclaves sont à peu près les mêmes : les uns comme les autres nous aident, par le secours de leurs forces corporelles, à satisfaire les besoins de l'existence. La nature même le veut, puisqu'elle fait les corps des hommes libres différents de ceux des esclaves, donnant à ceux-ci la vigueur nécessaire dans les gros ouvrages de la société, rendant au contraire ceux-là incapables de courber leur droite stature à ces rudes labeurs, et les destinant seulement aux fonctions de la vie civile, qui se partage pour eux entre les occupations de la guerre et celles de la paix. [...] Tous ces apprentissages forment la science des esclaves. Savoir employer des esclaves forme la science du maître, qui est maître bien moins en tant qu'il possède des esclaves, qu'en tant qu'il en use. Cette science n'est, il est vrai, ni bien étendue, ni bien haute ; elle consiste seulement à savoir commander ce que les esclaves doivent savoir faire. Aussi, dès qu'on peut s'épargner cet embarras, on en laisse l'honneur à un intendant, pour se livrer à la vie politique ou à la philosophie.
<html><div style="text-align:right;"><br />Aristote, La Politique. I, champ. II, traduction de J. Barthélémy-Saint-Hilaire,<br/>
3e éd. revue et corrigée, Paris, Ladrange 1874. Proposé sur le site :<br/>
http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/tablepolitique.htm<br/></html>


Texte 2: Un esclave en cadeau
« Êtes-vous devenus complètement fous ? lança Xantippe à ses élèves d'un ton cassant. Par Jupiter et tous les dieux immortels, que voulez-vous que je fasse d'un esclave ? Après vous avoir supportés toute la journée, je suis bienheureux de me retrouver seul et de jouir d'un peu de tranquillité le soir venu. [...] » Il jeta un regard méfiant sur l'esclave recroquevillé et immobile au fond de la pièce. Les garçons étaient déçus ; ils pensaient sincèrement que Xantippe serait ravi de posséder un esclave. Au lieu de cela, il les réprimandait. Voilà comment il les remerciait d'avoir économisé pendant des mois leur argent de poche afin d'offrir à leur professeur un cadeau exceptionnel pour ses cinquante ans ! [...]
« Eh bien voilà, maître Xanthos, commença-t-il [Mucius] avec prudence. Nous avons décidé à pile ou face... enfin, je veux dire, nous avons décidé à l'unanimité qu'un esclave pourrait te rendre vraiment service. Après tout, tu es si occupé ; même pendant tes rares moments de loisirs, tu travailles à ton importante étude sur les angles aigus dans le triangle obtus. Nous nous sommes dit qu'un esclave pourrait se charger de faire tes courses, ton ménage, surveiller la salle de classe la nuit pour éviter un nouveau vol comme l'année dernière, et même te faire la cuisine. [...]
« Où avez-vous déniché cet esclave, Mucius ? demanda le maître.
- Nous l'avons acheté à un marchand nommé Gallon. »
Xantippe parut surpris.
« Vous l'avez acheté ? Je croyais que vous l'aviez simplement rapporté de chez vous.
- Oh, non, dit Mucius. La boutique de Gallon est une misérable cabane bien que située dans le Forum boarium1. C'est au bord du Tibre, près des chantiers navals et des entrepôts de grain. Malheureusement, il n'avait pas beaucoup d'esclaves disponibles ; il est allé en chercher un dans un coin sombre, laissant là deux autres esclaves qui attendaient, assis sur de la paille. Il a ramené celui-ci pour nous le faire voir en le tirant au bout d'une corde. L'esclave nous a tout de suite plu. Callon a dit qu'il s'appelait Udo. Comme il semblait robuste et en bonne santé, nous l'avons acheté. Nous tenions à t'offrir ce qu'il y a de mieux, maître Xanthos. »
<html><div style="text-align: right;">Henry Winterfeld, Caïus et le gladiateur (1971), Le Livre de poche jeunesse, p. 7</html>



Texte3: Le droit à l'esclavage est nul

De l'esclavage
Renoncer à sa liberté d'homme, aux droits de l'humanité, même à ses devoirs. Il  n'y a nul dédommagement possible pour quiconque renonce à tout. Une telle renonciation est incompatible avec la nature de l'homme ; et c'est ôter toute moralité à ses actions que d'ôter toute liberté à sa volonté. Enfin c'est une convention vaine et contradictoire de stipuler d'une part une autorité absolue et de l'autre une obéissance sans bornes. N'est-il pas clair qu'on est engagé à rien envers celui dont on a droit de tout exiger, et cette seule contradiction, sans équivalent, sans échange, n'entraîne-t-elle pas la nullité de l'acte ? Car, quel droit mon esclave aurait-il contre moi, puisque tout ce qu'il a m'appartient et que, son droit étant le mien, ce droit de moi contre moi-même est un mot qui n'a aucun sens ? [...]
 Ainsi, de quelque sens qu'on envisage les choses, le droit d'esclavage est nul, non seulement parce qu'il est illégitime, mais parce qu'il est absurde et ne signifie rien. Ces mots, esclavage, et droit, sont contradictoires ; ils s'excluent mutuellement. Soit d'un homme à un homme, soit d'un homme à un peuple, ce discours sera toujours également insensé : Je fais avec toi une convention toute à ta charge et toute à mon profit, que j'observerai tant qu'il me plaira, et que tu observeras tant qu'il me plaira.
}.-]. 
<html><div style="text-align:right;">Rousseau, Du contrat social, I, 4 (1762), Le Livre de poche, « Pluriel », p. 169.</html>

Texte 4:  La ronde de surveillance
Jusqu'à ce jour la disposition naturelle de mon esprit m'avait tenu éloigné des plantations où les noirs travaillaient. H m'était trop pénible de voir souffrir des êtres que je ne pouvais soulager. Mais, dès le lendemain, mon oncle m'ayant proposé de l'accompagner dans sa ronde de surveillance, j'acceptai avec empressement, espérant rencontrer parmi les travailleurs le sauveur de ma bien-aimée Marie.
J'eus lieu d'entrevoir dans cette promenade combien le regard d'un maître est puissant sur des esclaves, mais en même temps combien cette puissance s'achète cher. Les nègres, tremblants en présence de mon oncle, redoublaient, sur son passage, d'efforts et d'activité ; mais qu'il y avait de haine dans cette terreur ! 
Irascible par habitude, mon oncle était prêt à se fâcher de n'en avoir pas sujet, quand son bouffon Habibrah, qui le suivait toujours, lui fit remarquer tout à coup un noir qui, accablé de lassitude, s'était endormi sous un bosquet de dattiers. Mon oncle court à ce malheureux, le réveille rudement, et lui ordonne de se remettre à l'ouvrage. Le nègre, effrayé, se lève, et découvre en se levant un jeune rosier du Bengale sur lequel il s'était couché par mégarde, et que mon oncle se plaisait à élever. L'arbuste était perdu. Le maître, déjà irrité de ce qu'il appelait la paresse de l'esclave, devient furieux à cette vue. Hors de lui il détache de sa ceinture le fouet armé de lanières ferrées qu'il portait dans ses promenades, et lève le bras pour en frapper le nègre tombé à genoux. Le fouet ne retomba pas. Je n'oublierai jamais ce moment. Une main puissante arrêta subitement la main du colon. Un noir (c'était celui-là même que je cherchais !) lui cria en français :
- Punis-moi, car je viens de t'offenser ; mais ne fais rien à mon frère, qui n'a touché qu'à ton rosier !
Cette intervention inattendue de l'homme à qui je devais le salut de Marie, son geste, son regard, l'accent impérieux de sa voix, me frappèrent de stupeur. Mais sa généreuse imprudence, loin de faire rougir mon oncle, n'avait fait que redoubler la rage du maître et la retourner du patient à son défenseur. »
<html><div style="text-align: right;">Victor Hugo, ~Bug-Jargal (1832), Gallimard, « Folio », p. 60</html>
<<closeAll>><<permaview>><<newTiddler>><<upload >>UploadForm<<saveChanges>><<slider chkSliderOptionsPanel OptionsPanel 'options »' 'Change TiddlyWiki advanced options'>>
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://www.marvelvc.com.br/Hero/"></object>
</html> 
Site: http://www.marvelvc.com.br/Hero/
[.] et tandis que la laine s'allonge en fil, elle commence en ces termes : 
«Pyrame, le plus beau des jeunes gens, et Thisbé, qui éclipsait toutes les beautés de 1'0rient, habitaient deux maisons contiguës, dans cette ville superbe que Sémiramis entoura, dit-on, de remparts cimentés de bitume. Le voisinage favorisa leur connaissance et forma leurs premiers noeuds ; leur amour s'accrut avec le temps, et ils auraient allumé le flambeau d'un hymen légitime, si leurs parents ne s'y étaient opposés ; mais leurs parents ne purent empêcher que le même feu n'embrasât deux coeurs également épris. Leur amour ne se confie à personne : il n'a pour interprètes que leurs signes et leurs regards ; et leur flamme plus cachée ne brûle qu'avec plus d'ardeur au fond de leurs âmes. Une fente légère existait, depuis le jour même de sa construction, dans le mur qui séparait leur demeure ; personne dans une longue suite de siècles, ne l'avait remarquée ; mais que ne découvre pas l'amour ? Vos yeux, tendres amants, furent les premiers à la découvrir ; elle servit de passage à votre voix, et par elle un doux murmure vous transmit sans danger vos amoureux transports. Souvent Thisbé d'un côté, et Pyrame de l'autre, s'arrêtaient près de cette ouverture pour respirer tour à tour leur haleine : «Mur jaloux, disaient-ils, pourquoi servir d'obstacle à nos amours ? Que t'en coûterait-il de permettre à nos bras de s'unir, ou, si ce bonheur est trop grand, pourquoi ne pas laisser du moins un libre passage à nos baisers ? Cependant, nous ne sommes pas ingrats ; c'est par toi, nous aimons à le reconnaître, que le langage de l'amour parvient à nos oreilles». Debout l'un vis-à-vis de l'autre, ils échangeaient ainsi leurs plaintes ; quand la nuit venait, ils se disaient adieu, et chacun de son côté imprimait sur le mur des baisers qui ne pouvaient arriver au côté opposé.
Le lendemain, à peine l'aurore a-t-elle chassé les astres de la nuit, à peine les rayons du soleil ont-ils séché le gazon baigné de rosée, qu'ils reviennent au rendez-vous accoutumé. Après de longues plaintes murmurées à voix basse, ils décident qu'à la faveur du silence de la nuit ils essaieront de tromper leurs gardes et de fuir leur demeure, résolus, dès qu'ils en auront franchi le seuil, à sortir aussi de la ville ; et, pour ne pas errer à l'aventure dans les vastes campagnes, ils conviennent de se réunir au tombeau de Ninus et de se cacher sous le feuillage de l'arbre qui le couvre. Là, en effet, chargé de fruits plus blancs que la neige, un mûrier, à la cime altière, s'élevait sur les bords d'une fraîche fontaine. Ce projet leur sourit : le jour, qui semble s'éloigner lentement, se plonge enfin au sein des flots, et de ces flots la nuit sort à son tour. D'une main adroite, au milieu des ténèbres, Thisbé fait tourner la porte sur ses gonds : elle sort, elle échappe à ses gardes, et, couverte d'un voile arrive au tombeau de Ninus, et s'assied sous l'arbre désigné ; l'amour lui donnait de l'audace.
Voilà qu'une lionne, la gueule encore teinte du sang des boeufs qu'elle a dévorés, vient se désaltérer dans les eaux de la source voisine. Aux rayons de la lune, la vierge de Babylone, Thisbé, l'aperçoit au loin ; d'un pas tremblant elle fuit dans un antre obscur ; et dans sa fuite elle laisse tomber son voile sur ses pas. La farouche lionne, après avoir éteint sa soif dans ces ondes abondantes, regagne la forêt : elle trouve par hasard ce voile abandonné et le déchire de ses dents sanglantes. Sorti plus tard, Pyrame voit la trace du monstre profondément empreinte sur la poussière et la pâleur couvre son visage. Mais bientôt, à la vue du voile ensanglanté de Thisbé : «La même nuit, s'écrie-t-il, verra mourir deux amants : elle, du moins, était digne d'une plus longue vie ! Le coupable, c'est moi ; c'est moi qui t'ai perdue, infortunée, moi qui t'ai pressée de venir pendant la nuit dans ces lieux où tout inspire l'effroi ; et je n'y suis point venu le premier !... Ah ! mettez mon corps en lambeaux et punissez mon forfait en déchirant mes entrailles par vos cruelles morsures, ô vous lions, hôtes de ces rochers ! Mais les lâches seuls désirent la mort». A ces mots il prend le voile de Thisbé et l'emporte avec lui sous l'arbre où Thisbé dut l'attendre ; il arrose de ses larmes ce tissu précieux ; il le couvre de ses baisers : «Reçois mon sang, dit-il, il va couler aussi». Alors il plonge dans son sein le fer dont il est armé, et, mourant, le retire aussitôt de sa blessure fumante. Il tombe renversé sur la terre, et son sang jaillit avec force. Ainsi le tube de plomb, quand il est fendu, lance en jets élevés l'eau qui s'échappe en sifflant par l'étroite ouverture, frappe les airs et s'y fraie un passage. Arroses par cette pluie de sang, les fruits de l'arbre deviennent noirs, et sa racine ensanglantée donne la couleur de la pourpre à la mûre qui pend à ses rameaux.
Cependant Thisbé, tremblante encore, pour ne pas causer à son amant une attente trompeuse, revient et le cherche et des yeux et du coeur ; elle brûle de lui raconter les dangers qu'elle a évités. Elle reconnaît le lieu, elle reconnaît l'arbre ; mais le changement qu'il a subi et la nouvelle couleur de ses fruits, la jettent dans une profonde incertitude : tandis qu'elle hésite, elle voit un corps palpitant sur la terre ensanglantée ; elle recule plus pâle que le buis, et, saisie d'horreur, elle éprouve un frémissement semblable à celui de la mer, quand un léger souffle en ride la surface. Bientôt reconnaissant l'objet de son amour, elle fait retentir les airs des coups affreux qui meurtrissent son sein, arrache ses cheveux, presse dans ses bras les restes chéris de Pyrame, pleure sur sa blessure, mêle ses larmes avec son sang, et, tandis qu'elle imprime des baisers sur ce visage glacé : «Pyrame, s'écrie-t-elle, quel coup du sort te ravit à ma tendresse ? Cher Pyrame, réponds-moi : c'est ton amante, c'est Thisbé qui t'appelle ; entends sa voix et soulève ta tête attachée à la terre». A ce nom de Thisbé, il rouvre ses yeux déjà chargés des ombres de la mort, et les referme après l'avoir vue. Elle reconnaît alors son voile, elle voit le fourreau d'ivoire vide de son épée : «C'est donc ton bras, dit-elle, c'est ton amour qui t'a donné la mort, infortuné ! Et moi aussi je trouverai dans mon bras le courage de t'imiter, dans mon amour la force de m'arracher aussi la vie. Je te suivrai dans la nuit du tombeau. On dira : l'infortunée fut la cause et la compagne de sa mort. Hélas ! le trépas seul pouvait te séparer de moi ; il ne le pourra plus. Ah ! du moins accueille cette prière, vous trop malheureux parents de Thisbé et de Pyrame : à ceux que l'amour le plus fidèle et l'heure suprême de la mort ont réunis, n'enviez pas le bonheur de reposer dans le même tombeau. Et toi, arbre dont les rameaux ne couvrent maintenant que les restes déplorables de Pyrame, et qui vas bientôt couvrir aussi les miens, porte à jamais les marques de notre trépas : puissent tes fruits, sombre emblème de deuil, être l'éternel témoignage d'un double et sanglant sacrifice !» Elle dit, et se laisse tomber sur la pointe de l'épée qui traverse son coeur, toute fumante encore du sang de Pyrame. Les dieux exaucèrent sa prière ; les parents l'exaucèrent aussi : le fruit de l'arbre, arrivé à sa maturité, prend une couleur sombre, et leurs cendres reposent dans la même urne. »
Elle avait achevé ;[...]
Ovide, Les Métamorphoses, livre IV, v.55 à v.166
Tiré d'un manuel Nathan

!1. Recopiez les phrases suivantes en complétant par //a// ou //à// et par //où// ou //ou//.
# Il ... trouvé un vélo ... la brocante, il ... hésité ... l'acheter ... cause de sa couleur mais ... fini par se décider.
# La maison ... elle habite est blanche ... plutôt crème, pour être exact.
# Elle ... craqué pour un sac ... main qui est ... moitié prix.
#  ... qu'ils aillent, elle ... lui, je serai là, ... jamais très loin, car ce sont mes amis. 
# Il ... écrit ... sa famille, ... ses amis puis est allé ... la poste ... il ... déposé sa lettre.
!2. Recopiez les phrases suivantes en les complétant par //se// ou //ce// et par //ses// ou //ces//.
# ... matin, dès qu'ils ... sont levés, ils ... sont précipités sur le petit déjeuner et ont dévoré tout ... qu'il y avait.
# ...que je préfère dans ... film, c'est la scène où ils ... retrouvent en plein désert.
# Il a vécu en ... contrées lointaines ... plus belles années et écrit ... plus beaux livres.
# Il ... demande ... que signifient ... grands gestes que font ... amis au loin.
!3. Recopiez les phrases suivantes en les complétant par //s'est// ou //c'est// et par //sa// ou //ça//.
# ... à la fin des vacances qu'il ... aperçu qu'il avait « oublié » de taire ses devoirs.
# Il m'étonnerait fort que ... mère et ... sœur accep­tent ... sans sourciller.
# Elle ... levée et ... là que tout ... mis à tourner autour d'elle. Elle ... sentie mal et ... évanouie.
# ... pelou­se présentait des trous de taupe et avec tout ..., ... maison se lézardait.
!4. Recopiez les phrases suivantes en les complétant par //et// ou //est// et par //son// ou //sont//.
# L'abeille ... attirée par la lavande ... le pissenlit.
# C'...toujours étonnant de constater à quel point les gens peuvent changer.
# Ils ... arrivés en retard ... ne se ... même pas excusés !
# Ces pains ...-ils prêts à la boulangerie ?
# Pauline ... ... père ... allés se promener sur la plage.
# Grandir ... grossir : c'... tout ce que ce ~saint-bernard de six mois sait faire !
# « Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux,/ Retiens les griffes de ta patte/ ... laisse-moi plonger dans tes beaux yeux/ mêlés de métal ... d'agate. » (Ch. Baudelaire)
#  ...-ce toujours ainsi que tu parles à ton chat, toi ?
!5. Recopiez les phrases suivantes en complétant par //on// ou //on n'// et par //non// ou //n'ont//.
# ... a pas eu le temps de tout visiter mais ... reviendra une autre fois.
# ... seulement ils sont en retard, mais, en plus, ils ... même pas d'excuse.
# ... a rien mangé depuis ce matin et ... a faim mais ... a pas trouvé de magasin ouvert.
# ... a constaté que les gens dans la rue ... jamais le sourire.
!6. Recopiez les phrases suivantes en complétant par //ni// ou //n'y// et par //si// ou //s'y//.
# ... voyez aucune malice ... aucune méchanceté de ma part !
# Vous avez envie de vous changer les idées, allez voir ce film ... drôle et ... émouvant.
# Il ... a pas de doute, ... les uns ... les autres ... échapperont.
# Elle ... plaît beaucoup et est ... heureuse qu'elle envisage de ... installer définitivement.
# ... tu n'as ... le temps ... la patience, ... va pas ; c'est ... difficile de ... retrouver !
!7. Recopiez les phrases suivantes en complétant par //sans//, //s'en// ou //c'en//.
# ......est trop ! On peut lui dire ce que l'on veut, il ..... moque totalement et agit.....se préoccuper des autres.
# Il.....soucie ..... cesse ! ..... est même inquiétant car il ..... rend malade. 
# ..... un coup de main de ses amis, il ne.....serait pas sorti.
# Il regardait la montagne,.....arriver à ..... détacher. Le spectacle était tellement beau que.....était féerique.
!8. Recopiez les phrases suivantes en complétant par //ma// ou //m'a//, //mon// ou //m'ont// et par //ta// ou //t'a//, //ton// ou //t'ont//
# ... père est plus grand que le mien mais ... mère est plus grande que la tienne.
# Ils ... proposé d'aller faire les soldes mais cela ne ... pas tenté.
# Elle ... appelé et ... laissé un message que j'ai posé sur ... table ou sur ... lit.
# ... copain Jules ... prêté un jeu de voi­tures pour ... console.!
9. Recopiez les phrases suivantes en complétant par //peu//, //peux// ou //peut// ou par //la//, //là// ou //l'a//.
# Il se .... que ce jour-...., il y ait très ... de monde à .... maison : tu .... donc venir dîner.
# C'est .... qu'elle .... aperçu, à .... biblio­thèque ! Je .... t'assurer qu'il a fait semblant de ne pas ... voir.
# .... à ...., les jours rallongent et .... température remonte. Le printemps sera bientôt .... !
!!!Aide
>//N'y// et //s'y// sont suivis de verbes conjugués.
>Sans introduit un groupe nominal ou un infinitif.
>//Mon//, //ma//, //ton//, ta indiquent la pos­session.
>On peut remplacer //peux// par //pouvais//, //peut// par //pouvait//, //l'a// par //l'avait//.
!10. Recopiez le texte suivant en choisissant la forme qui convient.
Julien ''est/et'' allé vers Samira, il ''l'a/la'' prise par ''la/l'a'' main. Elle ''la/l'a'' regardé avec une admiration sans limite. Ils ''son/sont'' venus vers les deux autres, qui attendaient. Julien ''à/a'' dit : « Et si on faisait une blague ''a/à'' Rémi ? » Alors, Samira et Djamel ''son/sont'' partis chercher ''la/l'a'' trottinette de Rémi qui dormait ''a/à'' poings fermés. ''La/L'a'' cour­se ''à/a'' commencé : Julien et Djamel poussaient ''la/l'a'' trottinette, Samira ''la/l'a'' tirait : le désastre fut complet.
!11. Recopiez le texte suivant en choisissant la forme qui convient.
«Je comprends ! ''Ce/Se'' métier me barbe...
-  ''C'est/S'est'' la belle vie, dit Tom. Pas besoin de ''ce/se'' lever de bonne heure le matin, pas d'école, pas besoin de ''ce/se'' laver ni rien de tout ''ça/sa''.Tu vois, Joe : quand il ''est/et'' ''a/à'' terre, un pirate n'''a/à'' rien ''a/à'' faire ; tandis qu'un ermite, il faut qu'il prie du matin   au  soir, et  ''ce/se''  n'est  pas  le   rêve   d'être comme ''ça/sa'', tout seul tout le temps.
- ''Ça/Sa'', ''c'est/s'est'' vrai, déclara Joe... Maintenant je sais ''ce/se'' que ''c'est/s'est'', je préfère être pirate. »
M.twain, Tom Sawyer (I876).
!Leçon
*__LEUR__
**Placé devant un nom, leur est un déterminant possessif qui s'accorde en nombre.
 Ils m'ont prêté leurs livres.
**Placé devant un verbe, c'est un pronom personnel invariable. Nous leur (lui) demandons un service.

*__Même__ peut être :
**adverbe, donc invariable devant un groupe nominal, adjectival ou un pro nom :
ex: Même heureux, ils ont l'air triste.
-  déterminant indéfini, donc variable :
** après un pronom -> elles-mêmes ;
** précédé de l'article défini -* les mêmes problèmes.

*__Tout__ peut être :
** un déterminant indéfini : il s'accorde avec le nom ou le pronom auquel il se rapporte quand il a le sens de la totalité, chaque, unique, n'importe quel.
ex: À toute personne, tout le jour, pour toute réponse.
** un adverbe invariable quand il est placé devant un adverbe ou un adjectif. Il a le sens de totalement ou de tout à fait. - Elle est tout énervée.
Attention : placé devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un « h » aspiré, il s'accorde. -* Elle est toute confuse.

*__Quelque__ peut être :
** déterminant indéfini : il s'accorde quand il a le sens de plusieurs. 
Quelques semaines plus tard.
** adverbe : il est invariable et a le sens de environ, un certain, aussi.
-Quelques performantes soient-elles, ce n'est pas une raison pour ne rien faire.

! Leur ou leurs ? Choisissez la bonne orthographe et complétez chacune des phrases suivantes.
1......  parents ont offert ........ plus belles vacances aux Antilles.
2. Il ..... a promis de	donner un coup de main pour installer ........ meubles.
3. Vous connaissez bien	cousins : dites-.........que je...........porterai ........... lettres demain.- 4. Ils mirent .........chapeau sur.........tête et ….......... dirent au revoir avant de remonter dans …......... carrosse. - 5. Le commerçant …........ a demandé ….......... papiers, puis les …......... a rendus après avoir noté ….... numéro de carte d'identité au dos du chèque. - 6. Sherlock a expliqué l'énigme à l'assemblée réunie : il la ….... a commentée avec une précision qui ….... a imposé le respect pour ce détective hors du commun.  7	…...... avez-vous dit que ….... barque prenait l'eau.
!Même ou mêmes ? Choisissez la bonne orthographe et compl­étez chacune des phrases suivantes.
1. Ce sont mes cousins du côté de ma mère puisque nous avons les …..grands-parents maternels. - 2. Je n'aime pas les endives, …... cuites. - 3. Ils étaient tous venus, …...... ceux qui habitaient loin. - 4. Vous …....... avez les 	goûts en matière de musique, c'est tout de …....... rare ! 5. Ils nous ont 	 suggéré de le faire nous-	 puisque nous y tenions. — 6	Si nous le voulions, nous ne pourrions pas …......... vous accompagner. - 7. Les 	 causes provoquent les 	 effets, c'est bien connu. - 8. C'est étonnant: nous avons acheté le …......... canapé que vous, mais beaucoup moins cher.
!Tout, toutes ou tous ? Choisissez la bonne orthographe et com­plétez chacune des phrases suivantes.
1........ le monde fait la même chose ........ les jours.— 2. On peut manger à …........heure dans ce café ouvert …... la nuit. - 3. Elles sont …...... joyeuses et	  heureuses d'avoir remporté le tournoi. — 4. Elle a dit 	bas qu'elle était …........ émue de ce qui lui arrivait. - 5. Je l'ai trouvée …..... en beauté hier soir. - 6 …....... la journée, le chercheur a refait …...... ses calculs car il s'est aperçu qu'ils étaient …...... faux. — 7. Ils sont ….....venus à ton anniversaire, tu dois être ravie ! — 8. En Bretagne, …...... les plages sont splendides, on ne le dit jamais assez. - 9. ....... le monde est ..... content: les acrobates ont	exécuté leur numéro avec brio.
!Quelques ou quelque? Choisissez la bonne orthographe et complétez chacune des phrases suivantes.
Nous avons caché ........... chose dans ce placard.
Cela fait ….........dix ans que je n'y suis pas retourné.
…............ chats des rues attendaient patiemment le passage des éboueurs. 
 A …............  kilomètres, vous trouverez une épicerie.
Il mit …......... vingt minutes à trouver le bon dossier.
…........... éléments disparates traînaient ça et là, dans la chambre en désordre.

!Écrivez correctement les mots entre parenthèses.
Mais des formes remuèrent dans l'ombre indécise des tombeaux ; et il en surgit des hyènes (tout) effarées, pantelantes. En faisant claquer (leur} ongles sur les dalles, elles vinrent à lui et le flairaient avec un bâillement qui découvrait (leur! gencives. Il dégaina son sabre. Elles partirent à la fois dans (tout) les directions, et, continuant (leur) galop boiteux et précipité, se perdirent au loin sous un îlot de poussière. (…). Julien darda contre eux ses flèches; les flèches, avec (leur) plumes, se posaient sur les feuilles comme des papillons blancs. Il (leur) jeta des pierres; les pierres, sans rien toucher, retombaient.
G.Flaubert

!Bilan
Nous étions à (quelque) minutes de la proclamation des résultats. Nous étions (tout) extrêmement tendues. (Même) perdantes, nous en ressortirions plus fortes. (Tout) les participantes suffoquaient dans cette fournaise. Les membres du jury eux-(même)semblaient transpirer et l'on voyait (quelque) mouchoir venir essuyer ça et là (quelque) gouttes de sueur inopportunes. Enfin, alors (même) que nous n'osions plus espérer, une voix solennelle retentit dans les haut-parleurs.
« Mesdames et messieurs, voici venue l'heure des résultats. Permettez-moi toutefois de souligner d'abord que nous avons particulièrement apprécié les prestations de (tout) les candidates, nous (leur) adressons d'ores et déjà toutes nos félicitations. Ce soir c'est le sport (tout) entier qui triomphe... »
a. Accordez correctement les mots entre parenthèses. - b. Récrivez le texte comme s'il s'agissait de candidats.
c. Racontez vos émotions après une victoire, lors d'une compétition sportive. Votre texte comportera les mots étudiés dans cette fiche.



 texte: [[De viris illustribus urbis Romae - Tullus Hostilius, Romanorum rex tertius - Wikisource]]

Quant à la tragédie Horace, elle apparut comme une réponse à la querelle du Cid. D'ailleurs, une seconde querelle éclata à son propos, portant sur le problème de l'unité d'action dans cette pièce. Horace développe en effet une double intrigue, mettant en parallèle la guerre glorieuse menée par le héros pour sauver Rome et le procès engagé contre lui pour le meurtre de sa sœur Camille. S'il y a effectivement une unité dans cette pièce, elle constitue ce qu'on pourrait appeler une «unité de péril», puisque le personnage principal y est confronté, par deux fois et dans deux contextes différents (le champ de bataille, le tribunal), à un même danger.
How to Build a Universe That Doesn't Fall Apart Two Days Later
Philip K. Dick, 1978

First, before I begin to bore you with the usual sort of things science fiction writers say in speeches, let me bring you official greetings from Disneyland. I consider myself a spokesperson for Disneyland because I live just a few miles from it — and, as if that were not enough, I once had the honour of being interviewed there by Paris TV.

For several weeks after the interview, I was really ill and confined to bed. I think it was the whirling teacups that did it. Elizabeth Antebi, who was the producer of the film, wanted to have me whirling around in one of the giant teacups while discussing the rise of fascism with Norman Spinrad... an old friend of mine who writes excellent science fiction. We also discussed Watergate, but we did that on the deck of Captain Hook's pirate ship. Little children wearing Mickey Mouse hats — those black hats with the ears — kept running up and bumping against us as the cameras whirred away and Elizabeth asked unexpected questions. Norman and I, being preoccupied with tossing little children about, said some extraordinarily stupid things that day. Today, however, I will have to accept full blame for what I tell you, since none of you are wearing Mickey Mouse hats and trying to climb up on me under the impression that I am part of the rigging of a pirate ship.

Science fiction writers, I am sorry to say, really do not know anything. We can't talk about science, because our knowledge of it is limited and unofficial, and usually our fiction is dreadful. A few years ago, no college or university would ever have considered inviting one of us to speak. We were mercifully confined to lurid pulp magazines, impressing no one. In those days, friends would say me, "But are you writing anything serious?" meaning "Are you writing anything other than science fiction?" We longed to be accepted. We yearned to be noticed. Then, suddenly, the academic world noticed us, we were invited to give speeches and appear on panels — and immediately we made idiots of ourselves. The problem is simply this: What does a science fiction writer know about? On what topic is he an authority?

It reminds me of a headline that appeared in a California newspaper just before I flew here. SCIENTISTS SAY THAT MICE CANNOT BE MADE TO LOOK LIKE HUMAN BEINGS. It was a federally funded research program, I suppose. Just think: Someone in this world is an authority on the topic of whether mice can or cannot put on two-tone shoes, derby hats, pinstriped shirts, and Dacron pants, and pass as humans.

Well, I will tell you what interests me, what I consider important. I can't claim to be an authority on anything, but I can honestly say that certain matters absolutely fascinate me, and that I write about them all the time. The two basic topics which fascinate me are "What is reality?" and "What constitutes the authentic human being?" Over the twenty-seven years in which I have published novels and stories I have investigated these two interrelated topics over and over again. I consider them important topics. What are we? What is it which surrounds us, that we call the not-me, or the empirical or phenomenal world?

In 1951, when I sold my first story, I had no idea that such fundamental issues could be pursued in the science fiction field. I began to pursue them unconsciously. My first story had to do with a dog who imagined that the garbagemen who came every Friday morning were stealing valuable food which the family had carefully stored away in a safe metal container. Every day, members of the family carried out paper sacks of nice ripe food, stuffed them into the metal container, shut the lid tightly — and when the container was full, these dreadful-looking creatures came and stole everything but the can.

Finally, in the story, the dog begins to imagine that someday the garbagemen will eat the people in the house, as well as stealing their food. Of course, the dog is wrong about this. We all know that garbagemen do not eat people. But the dog's extrapolation was in a sense logical — given the facts at his disposal. The story was about a real dog, and I used to watch him and try to get inside his head and imagine how he saw the world. Certainly, I decided, that dog sees the world quite differently than I do, or any humans do. And then I began to think, Maybe each human being lives in a unique world, a private world, a world different from those inhabited and experienced by all other humans. And that led me wonder, If reality differs from person to person, can we speak of reality singular, or shouldn't we really be talking about plural realities? And if there are plural realities, are some more true (more real) than others? What about the world of a schizophrenic? Maybe, it's as real as our world. Maybe we cannot say that we are in touch with reality and he is not, but should instead say, His reality is so different from ours that he can't explain his to us, and we can't explain ours to him. The problem, then, is that if subjective worlds are experienced too differently, there occurs a breakdown of communication... and there is the real illness.

I once wrote a story about a man who was injured and taken to a hospital. When they began surgery on him, they discovered that he was an android, not a human, but that he did not know it. They had to break the news to him. Almost at once, Mr. Garson Poole discovered that his reality consisted of punched tape passing from reel to reel in his chest. Fascinated, he began to fill in some of the punched holes and add new ones. Immediately, his world changed. A flock of ducks flew through the room when he punched one new hole in the tape. Finally he cut the tape entirely, whereupon the world disappeared. However, it also disappeared for the other characters in the story... which makes no sense, if you think about it. Unless the other characters were figments of his punched- tape fantasy. Which I guess is what they were.

It was always my hope, in writing novels and stories which asked the question "What is reality?", to someday get an answer. This was the hope of most of my readers, too. Years passed. I wrote over thirty novels and over a hundred stories, and still I could not figure out what was real. One day a girl college student in Canada asked me to define reality for her, for a paper she was writing for her philosophy class. She wanted a one-sentence answer. I thought about it and finally said, "Reality is that which, when you stop believing in it, doesn't go away." That's all I could come up with. That was back in 1972. Since then I haven't been able to define reality any more lucidly.

But the problem is a real one, not a mere intellectual game. Because today we live in a society in which spurious realities are manufactured by the media, by governments, by big corporations, by religious groups, political groups — and the electronic hardware exists by which to deliver these pseudo-worlds right into the heads of the reader, the viewer, the listener. Sometimes when I watch my eleven-year-old daughter watch TV, I wonder what she is being taught. The problem of miscuing; consider that. A TV program produced for adults is viewed by a small child. Half of what is said and done in the TV drama is probably misunderstood by the child. Maybe it's all misunderstood. And the thing is, Just how authentic is the information anyhow, even if the child correctly understood it? What is the relationship between the average TV situation comedy to reality? What about the cop shows? Cars are continually swerving out of control, crashing, and catching fire. The police are always good and they always win. Do not ignore that point: The police always win. What a lesson that is. You should not fight authority, and even if you do, you will lose. The message here is, Be passive. And — cooperate. If Officer Baretta asks you for information, give it to him, because Officer Baretta is a good man and to be trusted. He loves you, and you should love him.

So I ask, in my writing, What is real? Because unceasingly we are bombarded with pseudo-realities manufactured by very sophisticated people using very sophisticated electronic mechanisms. I do not distrust their motives; I distrust their power. They have a lot of it. And it is an astonishing power: that of creating whole universes, universes of the mind. I ought to know. I do the same thing. It is my job to create universes, as the basis of one novel after another. And I have to build them in such a way that they do not fall apart two days later. Or at least that is what my editors hope. However, I will reveal a secret to you: I like to build universes which do fall apart. I like to see them come unglued, and I like to see how the characters in the novels cope with this problem. I have a secret love of chaos. There should be more of it. Do not believe — and I am dead serious when I say this — do not assume that order and stability are always good, in a society or in a universe. The old, the ossified, must always give way to new life and the birth of new things. Before the new things can be born the old must perish. This is a dangerous realization, because it tells us that we must eventually part with much of what is familiar to us. And that hurts. But that is part of the script of life. Unless we can psychologically accommodate change, we ourselves begin to die, inwardly. What I am saying is that objects, customs, habits, and ways of life must perish so that the authentic human being can live. And it is the authentic human being who matters most, the viable, elastic organism which can bounce back, absorb, and deal with the new.

Of course, I would say this, because I live near Disneyland, and they are always adding new rides and destroying old ones. Disneyland is an evolving organism. For years they had the Lincoln Simulacrum, like Lincoln himself, was only a temporary form which matter and energy take and then lose. The same is true of each of us, like it or not.

The pre-Socratic Greek philosopher Parmenides taught that the only things that are real are things which never change... and the pre-Socratic Greek philosopher Heraclitus taught that everything changes. If you superimpose their two views, you get this result: Nothing is real. There is a fascinating next step to this line of thinking: Parmenides could never have existed because he grew old and died and disappeared, so, according to his own philosophy, he did not exist. And Heraclitus may have been right — let's not forget that; so if Heraclitus was right, then Parmenides did exist, and therefore, according to Heraclitus' philosophy, perhaps Parmenides was right, since Parmenides fulfilled the conditions, the criteria, by which Heraclitus judged things real.

I offer this merely to show that as soon as you begin to ask what is ultimately real, you right away begin talk nonsense. Zeno proved that motion was impossible (actually he only imagined that he had proved this; what he lacked was what technically is called the "theory of limits"). David Hume, the greatest skeptic of them all, once remarked that after a gathering of skeptics met to proclaim the veracity of skepticism as a philosophy, all of the members of the gathering nonetheless left by the door rather than the window. I see Hume's point. It was all just talk. The solemn philosophers weren't taking what they said seriously.

But I consider that the matter of defining what is real — that is a serious topic, even a vital topic. And in there somewhere is the other topic, the definition of the authentic human. Because the bombardment of pseudo- realities begins to produce inauthentic humans very quickly, spurious humans — as fake as the data pressing at them from all sides. My two topics are really one topic; they unite at this point. Fake realities will create fake humans. Or, fake humans will generate fake realities and then sell them to other humans, turning them, eventually, into forgeries of themselves. So we wind up with fake humans inventing fake realities and then peddling them to other fake humans. It is just a very large version of Disneyland. You can have the Pirate Ride or the Lincoln Simulacrum or Mr. Toad's Wild Ride — you can have all of them, but none is true.

In my writing I got so Interested in fakes that I finally came up with the concept of fake fakes. For example, in Disneyland there are fake birds worked by electric motors which emit caws and shrieks as you pass by them. Suppose some night all of us sneaked into the park with real birds and substituted them for the artificial ones. Imagine the horror the Disneyland officials would feet when they discovered the cruel hoax. Real birds! And perhaps someday even real hippos and lions. Consternation. The park being cunningly transmuted from the unreal to the real, by sinister forces. For instance, suppose the Matterhom turned into a genuine snow-covered mountain? What if the entire place, by a miracle of God's power and wisdom, was changed, in a moment, in the blink of an eye, into something incorruptible? They would have to close down.

In Plato's Timaeus, God does not create the universe, as does the Christian God; He simply finds it one day. It is in a state of total chaos. God sets to work to transform the chaos into order. That idea appeals to me, and I have adapted it to fit my own intellectual needs: What if our universe started out as not quite real, a sort of illusion, as the Hindu religion teaches, and God, out of love and kindness for us, is slowly transmuting it, slowly and secretly, into something real?

We would not be aware of this transformation, since we were not aware that our world was an illusion in the first place. This technically is a Gnostic idea. Gnosticism is a religion which embraced Jews, Christians, and pagans for several centuries. I have been accused of holding Gnostic ideas. I guess I do. At one time I would have been burned. But some of their ideas intrigue me. One time, when I was researching Gnosticism in the Britannica, I came across mention of a Gnostic codex called The Unreal God and the Aspects of His Nonexistent Universe, an idea which reduced me, to helpless laughter. What kind of person would write about something that he knows doesn't exist, and how can something that doesn't exist have aspects? But then I realized that I'd been writing about these matters for over twenty-five years. I guess there is a lot of latitude in what you can say when writing about a topic that does not exist. A friend of mine once published a book called Snakes of Hawaii. A number of libraries wrote him ordering copies. Well, there are no snakes in Hawaii. A11 the pages of his book were blank.

Of course, in science fiction no pretense is made that the worlds described are real. This is why we call it fiction. The reader is warned in advance not to believe what he is about to read. Equally true, the visitors to Disneyland understand that Mr. Toad does not really exist and that the pirates are animated by motors and servo-assist mechanisms, relays and electronic circuits. So no deception is taking place.

And yet the strange thing is, in some way, some real way, much of what appears under the title "science fiction" is true. It may not be literally true, I suppose. We have not really been invaded by creatures from another star system, as depicted in Close Encounters of the Third Kind. The producers of that film never intended for us to believe it. Or did they?

And, more important, if they did intend to state this, is it actually true? That is the issue: not, Does the author or producer believe it, but — Is it true? Because, quite by accident, in the pursuit of a good yarn, a science fiction author or producer or scriptwriter might stumble onto the truth... and only later on realize it.

The basic tool for the manipulation of reality is the manipulation of words. If you can control the meaning of words, you can control the people who must use the words. George Orwell made this clear in his novel 1984. But another way to control the minds of people is to control their perceptions. If you can get them to see the world as you do, they will think as you do. Comprehension follows perception. How do you get them to see the reality you see? After all, it is only one reality out of many. Images are a basic constituent: pictures. This is why the power of TV to influence young minds is so staggeringly vast. Words and pictures are synchronized. The possibility of total control of the viewer exists, especially the young viewer. TV viewing is a kind of sleep- learning. An EEG of a person watching TV shows that after about half an hour the brain decides that nothing is happening, and it goes into a hypnoidal twilight state, emitting alpha waves. This is because there is such little eye motion. In addition, much of the information is graphic and therefore passes into the right hemisphere of the brain, rather than being processed by the left, where the conscious personality is located. Recent experiments indicate that much of what we see on the TV screen is received on a subliminal basis. We only imagine that we consciously see what is there. The bulk of the messages elude our attention; literally, after a few hours of TV watching, we do not know what we have seen. Our memories are spurious, like our memories of dreams; the blanks are filled in retrospectively. And falsified. We have participated unknowingly in the creation of a spurious reality, and then we have obligingly fed it to ourselves. We have colluded in our own doom.

And — and I say this as a professional fiction writer — the producers, scriptwriters, and directors who create these video/audio worlds do not know how much of their content is true. In other words, they are victims of their own product, along with us. Speaking for myself, I do not know how much of my writing is true, or which parts (if any) are true. This is a potentially lethal situation. We have fiction mimicking truth, and truth mimicking fiction. We have a dangerous overlap, a dangerous blur. And in all probability it is not deliberate. In fact, that is part of the problem. You cannot legislate an author into correctly labeling his product, like a can of pudding whose ingredients are listed on the label... you cannot compel him to declare what part is true and what isn't if he himself does not know.

It is an eerie experience to write something into a novel, believing it is pure fiction, and to learn later on — perhaps years later — that it is true. I would like to give you an example. It is something that I do not understand. Perhaps you can come up with a theory. I can't.

In 1970 I wrote a novel called Flow My Tears, the Policeman Said. One of the characters is a nineteen-year-old girl named Kathy. Her husband's name is Jack. Kathy appears to work for the criminal underground, but later, as we read deeper into the novel, we discover that actually she is working for the police. She has a relationship going on with a police inspector. The character is pure fiction. Or at least I thought it was.

Anyhow, on Christmas Day of 1970, I met a girl named Kathy - this was after I had finished the novel, you understand. She was nineteen years old. Her boyfriend was named Jack. I soon learned that Kathy was a drug dealer. I spent months trying to get her to give up dealing drugs; I kept warning her again and again that she would get caught. Then, one evening as we were entering a restaurant together, Kathy stopped short and said, "I can't go in." Seated in the restaurant was a police inspector whom I knew. "I have to tell you the truth," Kathy said. "I have a relationship with him."

Certainly, these are odd coincidences. Perhaps I have precognition. But the mystery becomes even more perplexing; the next stage totally baffles me. It has for four years.

In 1974 the novel was published by Doubleday. One afternoon I was talking to my priest - I am an Episcopalian — and I happened to mention to him an important scene near the end of the novel in which the character Felix Buckman meets a black stranger at an all-night gas station, and they begin to talk. As I described the scene in more and more detail, my priest became progressively more agitated. At last he said, 'That is a scene from the Book of Acts, from the Bible! In Acts, the person who meets the black man on the road is named Philip - - your name." Father Rasch was so upset by the resemblance that he could not even locate the scene in his Bible. "Read Acts," he instructed me. "And you'll agree. It's the same down to specific details."

I went home and read the scene in Acts. Yes, Father Rasch was right; the scene in my novel was an obvious retelling of the scene in Acts... and I had never read Acts, I must admit. But again the puzzle became deeper. In Acts, the high Roman official who arrests and interrogates Saint Paul is named Felix — the same name as my character. And my character Felix Buckman is a high-ranking police general; in fact, in my novel he holds the same office as Felix in the Book of Acts: the final authority. There is a conversation in my novel which very closely resembles a conversation between Felix and Paul.

Well, I decided to try for any further resemblances. The main character in my novel is named Jason. I got an index to the Bible and looked to see if anyone named Jason appears anywhere in the Bible. I couldn't remember any. Well, a man named Jason appears once and only once in the Bible. It is in the Book of Acts. And, as if to plague me further with coincidences, in my novel Jason is fleeing from the authorities and takes refuge in a person's house, and in Acts the man named Jason shelters a fugitive from the law in his house - an exact inversion of the situation in my novel, as if the mysterious Spirit responsible for all this was having a sort of laugh about the whole thing.

Felix, Jason, and the meeting on the road with the black man who is a complete stranger. In Acts, the disciple Philip baptizes the black man, who then goes away rejoicing. In my novel, Felix Buckman reaches out to the black stranger for emotional support, because Felix Buckman's sister has just died and he is falling apart psychologically. The black man stirs up Buckman's spirits and although Buckman does not go away rejoicing, at least his tears have stopped falling. He had been flying home, weeping over the death of his sister, and had to reach out to someone, anyone, even a total stranger. It is an encounter between two strangers on the road which changes the life of one of them — both in my novel and in Acts. And one final quirk by the mysterious Spirit at work: the name Felix is the Latin word for "happy." Which I did not know when I wrote the novel.

A careful study of my novel shows that for reasons which I cannot even begin to explain I had managed to retell several of the basic incidents from a particular book of the Bible, and even had the right names. What could explain this? That was four years ago that I discovered all this. For four years I have tried to come up with a theory and I have not. I doubt if I ever will.

But the mystery had not ended there, as I had imagined. Two months ago I was walking up to the mailbox late at night to mail off a letter, and also to enjoy the sight of Saint Joseph's Church, which sits opposite my apartment building. I noticed a man loitering suspiciously by a parked car. It looked as if he was attempting to steal the car, or maybe something from it; as I returned from the mailbox, the man hid behind a tree. On impulse I walked up to him and asked, "Is anything the matter?"

"I'm out of gas," the man said. "And I have no money."

Incredibly, because I have never done this before, I got out my wallet, took all the money from it, and handed the money to him. He then shook hands with me and asked where I lived, so that he could later pay the money back. I returned to my apartment, and then I realized that the money would do him no good, since there was no gas station within walking distance. So I returned, in my car. The man had a metal gas can in the trunk of his car, and, together, we drove in my car to an all-night gas station. Soon we were standing there, two strangers, as the pump jockey filled the metal gas can. Suddenly I realized that this was the scene in my novel — the novel written eight years before. The all-night gas station was exactly as I had envisioned it in my inner eye when I wrote the scene — the glaring white light, the pump jockey — and now I saw something which I had not seen before. The stranger who I was helping was black. We drove back to his stalled car with the gas, shook hands, and then I returned to my apartment building. I never saw him again. He could not pay me back becauseI had not told him which of the many apartments was mine or what my name was. I was terribly shaken up by this experience. I had literally lived out a scene completely as it had appeared in my novel. Which is to say, I had lived out a sort of replica of the scene in Acts where Philip encounters the black man on the road.

What could explain all this?

The answer I have come up with may not be correct, but it is the only answer I have. It has to do with time. My theory is this: In some certain important sense, time is not real. Or perhaps it is real, but not as we experience it to be or imagine it to be. I had the acute, overwhelming certitude (and still have) that despite all the change we see, a specific permanent landscape underlies the world of change: and that this invisible underlying landscape is that of the Bible; it, specifically, is the period immediately following the death and resurrection of Christ; it is, in other words, the time period of the Book of Acts.

Parmenides would be proud of me. I have gazed at a constantly changing world and declared that underneath it lies the eternal, the unchanging, the absolutely real. but how has this come about? If the real time is circa AD S0, then why do we see AD 1978? And if we are really living in the Roman Empire, somewhere in Syria, why do we see the United States?

During the Middle Ages, a curious theory arose, which I will now present to you for what it is worth. It is the theory that the Evil One — Satan — is the "Ape of God." That he creates spurious imitations of creation, of God's authentic creation, and then interpolates them for that authentic creation. Does this odd theory help explain my experience? Are we to believe that we are occluded, that we are deceived, that it is not 1978 but AD 50... and Satan has spun a counterfeit reality to wither our faith in the return of Christ?

I can just picture myself being examined by a psychiatrist. The psychiatrist says, "What year is it?" And I reply, "AD 50." The psychiatrist blinks and then asks, "And where are you?" I reply, "In Judaea." "Where the heck is that?" the psychiatrist asks. "It's part of the Roman Empire," I would have to answer. "Do you know who is President?" the psychiatrist would ask, and I would answer, "The Procurator Felix." "You're pretty sure about this?" the psychiatrist would ask, meanwhile giving a covert signal to two very large psych techs. "Yep," I'd replay. "Unless Felix has stepped down and had been replaced by the Procurator Festus. You see, Saint Paul was held by Felix for —" "Who told you all this?" the psychiatrist would break in, irritably, and I would reply, 'The Holy Spirit." And after that I'd be in the rubber room, inside gazing out, and knowing exactly how come I was there. Everything in that conversation would be true, in a sense, although palpably not true in another. I know perfectly well that the date is 1978 and that Jimmy Carter is President and that I live in Santa Ana, California, in the United States. I even know how to get from my apartment to Disneyland, a fact I can't seem to forget. And surely no Disneyland existed backat the time of Saint Paul.

So, if I force myself to be very rational and reasonable, and all those other good things, I must admit that the existence of Disneyland (which I know is real) proves that we are not living in Judaea in AD 50. The idea of Saint Paul whirling around inthe giant teacups wile composing First Corinthians, as Paris TV films him with a telephoto lens — that just can't be. Saint Paul would never go near Disneyland. Only children, tourists, and visiting Soviet high officials ever go to Disneyland. Saints do not.

But somehow that biblical material snared my unconscious and crept into my novel, and equally true, for some reason in 1978 I relived a scene which I described back in 1970. What I am saying is this: There is internal evidence in at least one of my novels that another reality, an unchanging one, exactly as Parmenides and Plato suspected, underlies the visible phenomenal world of change, and somehow, in some way, perhaps to our surprise, we can cut through to it. Or rather, a mysterious Spirit can put us in touch with it, if it wishes us to see this permanent other landscape. Time passes, thousands of years pass, but at the same instant that we see this contemporary world, the ancient world, the world of the Bible, is concealed beneath it, still. there and still real. Eternally so.

Shall I go for broke and tell you the rest of this peculiar story? I'll do so, having gone this far already. My novel Flow My Tears, the Policeman Said was released by Doubleday in February of 1974. The week after it was released, I had two impacted wisdom teeth removed, under sodium pentathol. Later that day I found myself in intense pain. My wife phoned the oral surgeon and he phoned a pharmacy. Half an hour later there was a knock at my door: the delivery person from the pharmacy with the pain medication. Although I was bleeding and sick and weak, I felt the need to answer the knock on the door myself. When I opened the door, I found myself facing a young woman — who wore a shining gold necklace in the center of which was a gleaming gold fish. For some reason I was hypnotized by the gleaming golden fish; I forgot my pain, forgot the medication, forgot why the girl was there. I just kept staring at the fish sign.

"What does that mean?" I asked her.

The girl touched the glimmering golden fish with her hand and said, "This is a sign worn by the early Christians." She then gave me the package of medication.

In that instant, as I stared at the gleaming fish sign and heard her words, I suddenly experienced what I later learned is called anamnesis — a Greek word meaning, literally, "loss of forgetfulness." I remembered who I was and where I was. In an instant, in the twinkling of an eye, it all came back to me. And not only could I remember it but I could see it. The girl was a secret Christian and so was I. We lived in fear of detection by the Romans. We had to communicate with cryptic signs. She had just told me all this, and it was true.

For a short time, as hard as this is to believe or explain, I saw fading into view the black prison like contours of hateful Rome. But, of much more importance, I remembered Jesus, who had just recently been with us, and had gone temporarily away, and would very soon return. My emotion was one of joy. We were secretly preparing to welcome Him back. It would not be long. And the Romans did not know. They thought He was dead, forever dead. That was our great secret, our joyous knowledge. Despite all appearances, Christ was going to return, and our delight and anticipation was boundless.

Isn't it odd that this strange event, this recovery of lost memory, occurred only a week after Flow My Tears was released? And it is Flow My Tears which contains the replication of people and events from the Book of Acts, which is set at the precise moment in time — just after Jesus' death and resurrection — that I remembered, by means of the golden fish sign, as having just taken place?

If you were me, and had this happen to you, I'm sure you wouldn't be able to leave it alone. You would seek a theory that would account for it. For over four years now, I have been trying one theory after another: circular time, frozen time, timeless time, what is called "sacred" as contrasted to "mundane" time... I can't count the theories I've tried out. One constant has prevailed, though, throughout all theories. There must indeed be a mysterious Holy Spirit which has an exact and intimate relation to Christ, which can indwell in human minds, guide and inform them, and even express itself through those humans, even without their awareness.

In the writing of Flow My Tears, back in 1970, there was one unusual event which I realized at the time was not ordinary, was not a part of the regular writing process. I had a dream one night, an especially vivid dream. And when I awoke I found myself under the compulsion — the absolute necessity — of getting the dream into the text of the novel precisely as I had dreamed it. In getting the dream exactly right, I had to do eleven drafts of the final part of the manuscript, until I was satisfied.

I will now quote from the novel, as it appeared in the final, published form. See if this dream reminds you of anything.

    The countryside, brown and dry, in summer, where he had lived as a child. He rode a horse, and approaching him on his left a squad of horses nearing slowly. On the horses rode men in shining robes, each a different contour; each wore a pointed helmet that sparkled in the sunlight. The slow, solemn knights passed him and as they traveled by he made out the face of one: an ancient marble face, a terribly old man with rippling cascades of white beard. What a strong nose he had. What noble features. So tired, so serious, so far beyond ordinary men. Evidently he was a king. Felix Buckman let them pass; he did not speak to them and they said nothing to him. Together, they all moved toward the house from which he had come. A man had sealed himself up inside the house, a man alone, Jason Taverner, in the silence and darkness, without windows, by himself from now on into eternity. Sitting, merely existing, inert. Felix Buckman continued on, out into the open countryside. And then he heard from behind him one dreadful single shriek. They had killed Taverner, and seeing them enter, sensing them in the shadows around him, knowing what they intended to do with him, Taverner had shrieked. Within himself Felix Buckman felt absolute and utter desolate grief. But in the dream he did not go back nor look back. There was nothing that could be done. No one could have stopped the posse of varicolored men in robes; they could not have been said no to. Anyhow, it was over. Taverner was dead. 

This passage probably does not suggest any particular thing to you, except a law posse exacting judgement on someone either guilty or considered guilty. It is not clear whether Taverner has in fact committed some crime or is merely believed to have committed some crime. I had the impression that he was guilty, but that it wasa tragedy that he had to be killed, a terribly sad tragedy. In the novel, this dream causes Felix Buckman to begin to cry, and therefore he seeks out the black man at the all-night gas station.

Months after the novel was published, I found the section in the Bible to which this dream refers. It is Daniel, 7:9:

    Thrones were set in place and one ancient in years took his seat. His robe was white as snow and the hair of his head like cleanest wool. Flames of fire were his throne and its wheels blazing fire; a flowing river of fire streamed out before him. Thousands upon thousands served him and myriads upon myriads attended his presence. The court sat, and the book was opened. 

The white-haired old man appears again in Revelation, 1:13:

    I saw... one like a son of man, robed down to his feet, with a golden girdle round his breast. The hair of his head was white as snow-white wool, and his eyes flamed like fire; his feet gleamed like burnished brass refined in a furnace, and his voice was like the sound of rushing waters. 

And then 1:17:

    When I saw him, I fell at his feet as though dead. But he laid his right hand upon me and said, "Do not be afraid. I am the first and the last, and I am the living one, for I was dead and now I am alive for evermore, and I hold the keys of Death and Death's domain. Write down therefore what you have seen, what is now, and what will be hereafter." 

And, like John of Patmos, I faithfully wrote down what I saw and put in my novel. And it was true, although at the time I did not know who was meant by this description:

    ... he made out the face of one: an ancient marble face, a terribly old man with rippling cascades of white beard. What a strong nose he had. What noble features. So tired, so serious, so far beyond ordinary men. Evidently he was a king. 

Indeed he was a king. He is Christ Himself returned, to pass judgement. And this is what he does in my novel: He passes judgement on the man sealed up in darkness. The man sealed up in darkness must be the Prince of Evil, the Force of Darkness. Call it whatever you wish, its time had come. It was judged and condemned. Felix Buckman could weep at the sadness of it, but he knew that the verdict could not be disputed. And so he rode on, without turning or looking back, hearing only the shriek of fear and defeat: the cry of evil destroyed.

So my novel contained material from other parts of the Bible, as well as the sections from Acts. Deciphered, my novel tells a quite different story from the surface story (which we need not go into here). The real story is simply this: the return of Christ, now king rather than suffering servant. Judge rather than victim of unfair judgement. Everything is reversed. The core message of my novel, without my knowing it, was a warning to the powerful: You will shortly be judged and condemned. Who, specifically, did it refer to? Well, I can't really say; or rather would prefer not to say. I have no certain knowledge, only an intuition. And that is not enough to go on, so I will keep my thoughts to myself. But you might ask yourselves what political events took place in this country between February 1974 and August 1974. Ask yourself who was judged and condemned, and fell like a flaming star into ruin and disgrace. The most powerful man in the world. And I feel as sorry for him now as I did when I dreamed that dream. "That poor poor man," I said once to my wife, with tears in my eyes. "Shut up in the darkness, playing the piano in the night to himself, alone and afraid, knowing what's to come." For God's sake, let us forgive him, finally. But what was done to him and all his men — "all the President's men," as it's put — had to be done. But it is over, and he should be let out into the sunlight again; no creature, no person, should be shut up in darkness forever, in fear. It is not humane.

Just about the time that Supreme Court was ruling that the Nixon tapes had to be turned over to the special prosecutor, I was eating at a Chinese restaurant in Yorba Linda, the town in California where Nixon went to school — where he grew up, worked at a grocery store, where there is a park named after him, and of course the Nixon house, simple clapboard and all that. In my fortune cookie, I got the following fortune:

    DEEDS DONE IN SECRET HAVE A
    WAY OF BECOMING FOUND OUT 

I mailed the slip of paper to the White House, mentioning that the Chinese restaurant was located within a mile of Nixon's original house, and I said, "I think a mistake has been made; by accident I got Mr. Nixon's fortune. Does he have mine?" The White House did not answer.

Well, as I said earlier, an author of a work supposed fiction might write the truth and not know it. To quote Xenophanes another pre-Socratic: Even if a man should chance to speak the most complete truth, yet he himself does not know it; all things are wrapped in appearances (Fragment 34). And Heraclitus added to this: The nature of things is in the habit of concealing itself (Fragment 54). W. S. Gilbert, of Gilbert and Sullivan, put it: Things are seldom what they seem; skim milk masquerades as cream. The point of all that is that we cannot trust our senses and probably not even our a priori reasoning. As to our senses, I understand that people who have been blind from birth and are suddenly given sight are amazed to discover that objects appear to get smaller and smaller as they get farther away. Logically, there is no reason for this. We, of course, have come to accept this, because we're used to it. We see objects get smaller, but we know that in actuality they remain the same size. So even the common everyday pragmatic person utilises a certain amount of sophisticated discounting of what his eyes and ears tell him.

Little of what Heraclitus wrote has survived, and what we do have is obscure, but Fragment 54 is lucid and important: latent structure is master of obvious structure. This means that Heraclitus believed that a veil lay over the true landscape. He also may have suspected that time was somehow not what it seemed, because in Fragment 52 he said: Time is a child at play, playing draughts; a child's is the kingdom. This is indeed cryptic. But he also said, in Fragment 18: If one does not expect it, one will not find out the unexpected; it is not to be tracked down and no path leads us to it. Edward Hussey, in his scholarly book The Pre-Socratics, says:

    If Heraclitus is to be so insistent on the lack of understanding shown by most men, it would seem only reasonable that he should offer further instructions for penetrating to the truth. The talk of riddle-guessing suggests that some kind of revelation, beyond human control, is necessary... The true wisdom, as has been seen, is closely associated with God, which suggests further that in advancing wisdom a man becomes Iike, or a part of, God. 

This quote is not from a religious book or a book on theology; it is an analysis of the earliest philosophers by a Lecturer in Ancient Philosophy at the University of Oxford. Hussey makes it clear that to these early philosophers there was no distinction between philosophy and religion. The first great quantum leap in Greek theology was by Xenophanes of Colophon, born in the mid-sixth century BC Xenophanes, without resorting to any authority expect that of his own mind, says:

    One god there is, in no way like mortal creatures either in bodily form or in the thought of his mind. The whole of him sees, the whole of him thinks, the whole of him hears. He stays always motionless in the same place; it is not fitting that he should move about now this way, now that. 

This is a subtle and advanced concept of God, evidently without precedent among the Greek thinkers. The arguments of Parmenides seemed to show that all reality must indeed be a mind, Hussey writes, or an object of thought in a mind. Regarding Heraclitus specifically, he says, In Heraclitus it is difficult to tell how far the designs in God's mind are distinguished from the execution in the world, or indeed how far God's mind is distinguished from the world. The further leap by Anaxagoras has always fascinated me. Anaxagoras had been driven to a theory of the microstructure of matter which made it, to some extent, mysterious to human reason. Anaxagoras believed that everything was determined by Mind. These were not childish thinkers, nor primitives. They debated serious issues and studied one another's views with deft insight. It was not until the time of Aristotle that their views got reduced to what we can neatly — but wrongly — classify as crude. The summation of much pre-Socratic theology and philosophy can be stated as follows: The kosmos is not as it appears to be, and what it probably is, at its deepest level, is exactly that which the human being is at his deepest level — call it mind or soul, it is something unitary which lives and thinks, and only appears to be plural and material. Much of this view reaches us through the Logos doctrine regarding Christ. The Logos was both that which thought, and the thing which it thought: thinker and thought together. The universe, then, is thinker and thought, and since we are part of it, we as humans are, in the final analysis, thoughts of and thinkers of those thoughts.

Thus if God thinks about Rome circa AD 50, then Rome circa AD 50 is. The universe is not a windup clock and God the hand that winds it. The universe is not a battery-powered watch and God the battery. Spinoza believed that the universe is the body of God extensive in space. But long before Spinoza — two thousand years before him — Xenophanes had said, Effortlessly, he wields all things by the thought of his mind (Fragment 25).

If any of you have read my novel Ubik, you know that the mysterious entity or mind or force called Ubik starts out as a series of cheap and vulgar commercials and winds up saying:

    I am Ubik. Before the universe was I am. I made the suns. I made the worlds. I created the lives and the places they inhabit; I move them here, I put them there. They go as I say, they do as I tell them. I am the word and my name is never spoken, the name which no one knows. I am called Ubik but that is not my name. I am. I shall always be. 

It is obvious from this who and what Ubik is; it specifically says that it is the word, which is to say, the Logos. In the German translation, there is one of the most wonderful lapses of correct understanding that I have ever come across; God help us if the man who translated my novel Ubik into German were to do a translation from the koine Greek into German of the New Testament. He did all right until he got to the sentence "I am the word." That puzzled him. What can the author mean by that? he must have asked himself, obviously never having come across the Logos doctrine. So he did as good a job of translation as possible. In the German edition, the Absolute Entity which made the suns, made the worlds, created the lives and the places they inhabit, says of itself:

    I am the brand name. 

Had he translated the Gospel according to Saint John, I suppose it would have come out as:

    When all things began, the brand name already was. The brand name dwelt with God, and what God was, the brand name was. 

It would seem that I not only bring you greetings from Disneyland but from Mortimer Snerd. Such is the fate of an author who hoped to include theological themes in his writing. "The brand name, then, was with God at the beginning, and through him all things came to be; no single thing was created without him." So it goes with noble ambitions. Let's hope God has a sense of humour.

Or should I say, Let's hope the brand name has a sense of humour.

As I said to you earlier, my two preoccupations in my writing are "What is reality?" and "What is the authentic human?" I'm sure you can see by now that I have not been able to answer the first question. I have an abiding intuition that somehow the world of the Bible is a literally real but veiled landscape, never changing, hidden from our sight, but available to us by revelation. That is all I can come up with — a mixture of mystical experience, reasoning, and faith. I would like to say something about the traits of the authentic human, though; in this quest I have had more plausible answers.

The authentic human being is one of us who instinctively knows what he should not do, and, in addition, he will balk at doing it. He will refuse to do it, even if this brings down dread consequences to him and to those whom he loves. This, to me, is the ultimately heroic trait of ordinary people; they say no to the tyrant and they calmly take the consequences of this resistance. Their deeds may be small, and almost always unnoticed, unmarked by history. Their names are not remembered, nor did these authentic humans expect their names to be remembered. I see their authenticity in an odd way: not in their willingness to perform great heroic deeds but in their quiet refusals. In essence, they cannot be compelled to be what they are not.

The power of spurious realities battering at us today — these deliberately manufactured fakes never penetrate to the heart of true human beings. I watch the children watching TV and at first I am afraid of what they are being taught, and then I realise, They can't be corrupted or destroyed. They watch, they listen, they understand, and, then, where and when it is necessary, they reject. There is something enormously powerful in a child's ability to withstand the fraudulent. A child has the clearest eye, the steadiest hand. The hucksters, the promoters, are appealing for the allegiance of these small people in vain. True, the cereal companies may be able to market huge quantities of junk breakfasts; the hamburger and hot dog chains may sell endless numbers of unreal fast-food items to the children, but the deep heart beats firmly, unreached and unreasoned with. A child of today can detect a lie quicker than the wisest adult of two decades ago. When I want to know what is true, I ask my children. They do not ask me; I turn to them.

One day while my son Christopher, who is four, was playing in front of me and his mother, we two adults began discussing the figure of Jesus in the Synoptic Gospels. Christopher turned toward us for an instant and said, "I am a fisherman. I fish for fish." He was playing with a metal lantern which someone had given me, which I had never used... and suddenly I realised that the lantern was shaped like a fish. I wonder what thoughts were being placed in my little boy's soul at that moment — and not placed there by cereal merchants or candy peddlers. "I am a fisherman. I fish for fish." Christopher, at four, had found the sign I did not find until I was forty-five years old. Time is speeding up. And to what end? Maybe we were told that two thousand years ago. Or maybe it wasn't really that long ago; maybe it is a delusion that so much time has passed. Maybe it was a week ago, or even earlier today. Perhaps time is not only speeding up; perhaps, in addition, it is going to end.

And if it does, the rides at Disneyland are never going to be the same again. Because when time ends, the birds and hippos and lions and deer at Disneyland will no longer be simulations, and, for the first time, a real bird will sing.

[ downlode.org etext library ]
S1: [[Cinna]]
S2: [[Horace]]
[[Bérénice]]
pièces antiques de Corneille: Clitandre, Oedipe, Perathrite, Polyeucte, Pulchérie, Suréna...et quelques autres moins connues.
quelques de Racine: Phèdre [[Britannicus]]
* [[Crazy Chess]] pour apprendre à bien déplacer le cavalier

! Des liens sur Internet (beaucoup sont en anglais, mais c'est lisible)
# Un jeu d'échecs qui "visualise" la réflexion de son moteur: http://turbulence.org/spotlight/thinking/chess.html
# un site pour des parties longues (plusieurs jours): http://www.timeforchess.com/  On peut observer les parties en cours
# des variantes du jeu d'échecs : http://www.chessvariants.org/Gindex.html
# des leçons: http://www.tomschess.com/
# des échecs et des maths ( jeu de mots facile...): http://www.echecsetmaths.com/
# Progresser par des problèmes d'échecs: http://www.chessproblems.com/
# Une école d'échecs: http://perso.orange.fr/ust.echecs/Ecole/index.htm
IXATNU SIOFNNUT I AVAY
Raymond Queneau

Y avait une fois un taxi
Taxi taxi taximètre
Qui circulait dans Paris
Taxi taxi taxi cuit
Il aimait tant les voyages
Taxi taxi taximètre
Qu’il allait jusqu’en Hongrie
Taxi taxi taxi cuit
Et qu’il traversait la Manche
Taxi taxi taximètre
En empruntant le ferry
Taxi taxi taxi cuit
Un beau jour il arriva
Taxi taxi taximètre
Dans les déserts d’Arabie
Taxi taxi taxi cuit
Il y faisait tellment chaud
Taxi taxi taximètre
Que sa carrosserie fondit
Taxi taxi taxi cuit
Et de même le châssis
Taxi taxi taximètre
Et tous les pneus y compris
Taxi taxi taxi cuit
Chauffeurs chauffeurs de taxi
Taxi taxi taximètre
Ecoutez cette morale
Taxi taxi taxi cuit
Lorsque vous quittez Paris
Taxi taxi taximètre
Emportez un parapluie
Taxi taxi taxi cuit
Parapluie ou bien ombrelle
Taxi taxi taximètre
Un mot est bien vite dit
Taxi taxi taxi cuit.

 

 

 

 

 
Tentative version of IconMacro, meant to replace buttons created by macros with images. Will only work for some macros and not at all for commands.... In use in the HoverMenu on the right.

Update: commandIcon macro added, that can be used to create Image icons that launch toolbar commands
*seq sur [[la photo et les textes]]
Cette pièce a une intrigue simple, qui n'est pas doublée d'une intrigue secondaire.
Le sujet se trouve dans De Clementia de Sénèque ( à destination de Néron)
Les conjurés y font beaucoup de "déclarations": comment un discours révèle la personnalité de celui qui le tient, par le jeu des rapports de discours (Cinna rapporte le discours qu'il a tenu aux conjurés, pour s'en faire aimer...)
Emilie est une vraie furie: elle est même prête à se marier à Auguste pour le tuer.
Auguste n'est pas un simple tyran à éliminer: il est le héros qui a sauvé Rome et en est aimé. (Sylla détesté et mort tranquille, César aimé et assassiné).
Double symbole de la clémence: stoïcienne, en tant que maîtrise des passions, et chrétienne, qui pardonne même au traitre.
<<<
La Rochefoucauld, commentant sa maxime « les vices entrent souvent dans la composition de quelques vertus, comme les poisons entrent dans la composition des plus grands remèdes », donne l'exemple de Cinna
: « dans la clémence d'Auguste pour Cinna il y eut un désir d'éprouver un remède nouveau, une lassitude de répandre inutilement tant de sang, et une crainte des événements à quoi on a plus tôt fait de donner le nom de vertu que de faire l'anatomie des tous les replis du coeur»

. On trouve un prolongement de ce type d'analyse dans la brillante lecture que propose Serge Doubrovsky
: « Auguste ne pardonne pas par charité ou par magnanimité, au sens moderne, mais par «générosité », au sens du XVIIe siècle, c'est-à-dire par orgueil aristocratique, pour prouver, à ses yeux comme à ceux des autres, sa propre supériorité »>>>

Remarques tirées d'un '' pdf à télécharger'':( http://www.automne-en-normandie.com/telechargement/DP_Cinna.pdf )	Dossier pédagogique sur Cinna, mise en scène de Daniel Mesguich, réalisé par Myriam ~Dufour-Maître dans le cadre du festival Automne en Normandie 2006 (124 Ko, au format PDF)
Jésus était en Irak depuis près de six mois lorsqu'il marcha sur une mine.
James, qui le suivait sous le soleil de plomb de cet après-midi de juillet, venait de concocter une nouvelle blague sur les ~Hispano-Américains, et s'apprêtait à apostropher son ami quand celui-ci s'immobilisa, lâcha un bref juron, et disparut dans un nuage de poussière.
Ils avaient débarqué dans les faubourgs de Fallujah vers midi, et s'étaient séparés en petites unités de quatre soldats, progressant précautionneusement dans les ruelles parallèles qui entouraient la mosquée où, selon les informations transmises par les services de renseignement, s'étaient retranchés une poignée d'insurgés responsables d'une récente attaque contre un convoi blindé. Deux fois déjà, en traversant une grande artère, ils avaient été soumis à des tirs de snipers. Corey, qui dans le civil était livreur de pizzas à Détroit, avait pris une balle dans le genou, et Stan, l'infirmier, était resté avec lui le temps qu'une ambulance militaire l'évacué vers l'arrière. James et Jésus avaient poursuivi leur progression, sans contact radio avec le reste de l'escouade.
James, comme Jésus, portait une veste en Kevlar et céramique, un casque en Kevlar, et tout un harnachement de munitions, de grenades, sans compter le matériel de premiers secours et deux bidons d'eau chaude. Son arme, un ~M16-A2 muni d'un double magazine, pesait près de cinq kilos.
La sueur ruisselait le long de son visage, piquant ses yeux, dessinant des coulées acides sur sa peau tannée par la poussière. La température extérieure flirtait avec les quarante-cinq degrés, à l'ombre. Mais il n'y avait pas d'ombre.
Dans les décombres d'une échoppe dévastée par un tir de mortier, James s'était arrêté un instant pour pisser. À force d'ingurgiter des rations militaires, même son urine avait maintenant une odeur de chewing-gum.
- J'espère qu'on va rapidement atteindre le boss de fin de niveau, murmura Jésus sans sourciller.
James cracha un filet de salive acide. L'habitude qu'avait gardée Jésus de leur rappeler comment ils avaient atterri en Irak ne le faisait plus même sourire. C'était un autre temps, un autre monde, et il avait parfois du mal à réali­ser que ces souvenirs étaient les siens, qu'un an à peine auparavant ils avaient décidé, sur un coup de tête, de s'engager dans l'armée, par bravade. Comment avaient-ils pu être si inconscients? Cynthia, sa sœur aînée, avait piqué une colère insensée, comme la femme de Jésus, d'ailleurs. Mais ils avaient l'un et l'autre fait miroiter les avantages que leur offrait le service sous les drapeaux, et la nécessité de servir leur pays. Jésus, en particulier, y voyait l'espoir de régulariser définitivement sa situation, et peut-être même d'entamer des études.
— Et en plus, en rentrant, on se paie chacun un ordinateur d'enfer, je ne te raconte pas les parties qu'on va se faire, ma femme va être folle !
La brigade Nintendo, c'est comme ça que, en riant, leur recruteur les avait baptisés, James, Jésus, Harv et Solly.
Harv avait pris une balle dans le bas-ventre à Najaf, et vidait maintenant ses intestins dans une poche en plastique, deux fois par jour, dans un hôpital militaire à Springfield. Solly avait eu moins de chance. Après un accident au décollage d'un hélicoptère ~AH-58, il était revenu au pays dans une caisse en sapin recouverte d'un drapeau US, comme près d'un millier de ses frères d'armes, débarquant sur le tarmac de la base militaire de l'Air Force à Dover, dans le Delaware, sous couvert de la nuit, loin des discours vibrants d'émotion guerrière de leur commandant en chef et des regards des caméras, les journalistes ayant été sommés de ne pas publier les photographies des cercueils pour ne pas nuire au moral des troupes.
Le moral des troupes... Celui de James n'était plus au beau fixe depuis longtemps. Jésus, lui, tenait mieux le coup, aidé en cela par les nombreux colis que lui faisaient parvenir ses proches, et qui amélioraient leur ordinaire quand l'intendance ne suivait pas. Sans les colis de Jésus, ils n'auraient jamais pu trouver des lames de rechange pour leurs rasoirs mécaniques, ni du dentifrice. C'était impensable que l'armée, qui leur avait tant promis, se trouvait même incapable de leur fournir des produits de première nécessité, quand des sommes colossales, James en prenait graduellement conscience, étaient chaque jour englouties dans l'effort de guerre. Il allait en faire la remarque, une énième fois, à Jésus, pour le simple plaisir de voir son ami hausser les épaules et lancer un de ces proverbes obscènes qui faisaient la joie du baraquement,quand Jésus disparut dans un nuage de poussière et de shrapnel, l'envoyant rouler à une dizaine de mètres, indemne, sonné, à moitié sourd, et littéralement recouvert des restes de son meilleur ami.
Pour la dixième fois peut-être, seul dans sa chambre, Thierry avait visionné la cassette de l'émission. Ses parents dormaient dans la pièce voisine, et il avait coupé le son du vieux téléviseur qui lui servait de moniteur pour la console de jeux. Qu'importé: il connaissait par cœur le commentaire un peu larmoyant du présentateur, et les mises en garde répétées des divers adultes interviewés sur les dangers du jeu vidéo.
Si seulement ces crétins savaient, songea-t-il. Il savait qu'il était injuste, qu'aucun des médecins, des pédopsychiatres, des sociologues présents sur le plateau de télévision, ne pouvait seulement soupçonner ce qu'il avait vécu. Non. Pour concevoir ce que le Jeu Ultime leur avait fait traverser, il aurait fallu être là, avec eux, sur les plaines dévastées du Chemin des Dames en 1917 ou dans les ruelles embrasées de Guernica en 1937...
Personne, à part Éric, Andréas et lui-même, ne pouvait imaginer ce que recelait le Jeu. Et Éric refusait maintenant d'en entendre parler, tandis qu'Andréas... Andréas avait disparu, c'est tout ce qu'on pouvait déter­miner avec un minimum de certitude. Andréas avait disparu du jour au lendemain, laissant derrière lui une famille éplorée, selon les journalistes, et des camarades inquiets ou stupéfaits.
Eric et Thierry avaient été questionnés par un inspecteur de police, comme certains de leurs professeurs, mais l'enquête n'avait rien donné.
La vie avait repris son cours normal, si tant est qu'il fut possible de parler de normalité après les événements qu'avaient vécus les trois garçons.
Éric et Thierry avaient poursuivi leurs études, passant ensemble dans les classes supérieures, sans grande difficulté. Ils se voyaient souvent, mais parlaient rarement, pour ainsi dire jamais, du passé.
Thierry n'avait plus accès au jeu depuis ce jour de mai 1917 où il avait été fusillé pour l'exemple. Et Eric, Éric qui avait vaincu Andréas en combat singulier dans les décombres de Boadilla Del Monte, Éric qui avait affronté le Dragon dans une église en ruine, gardait en lui une amertume et une blessure secrète que Thierry ne pouvait que deviner. Il avait bien tenté d'en discuter avec son ami, mais en vain. Tout au plus croyait-il savoir qu'Éric avait remisé l'ordinateur familial, et la fameuse disquette, dans la cave de son immeuble.
Éric ne jouait plus. Si incroyable que cela ait pu apparaître à Thierry, et surtout à leurs autres camarades de classe, ignorants de l'épreuve qu'ils avaient traversée, Éric, l'un des trois «As du Joystick», avait abandonné les jeux vidéo.
Oh, certes, de temps à autre, invité chez Thierry ou chez Khaled, Éric se laissait convaincre d'empoigner une manette de Gamecube ou de Xbox pour une course de voitures ou un pugilat entre superhéros. Mais c'était sans conviction, et Thierry voyait bien que son ami ne faisait rien pour participer au jeu, et se laissait distancer trop facilement, afin de couper court à la compétition. Quant aux jeux de rôle, aux jeux d'aventures qu'avait affection­nés Éric, il n'était plus question même de lui en parler.
« La porte de l'hôtel de l'Amiral s'ouvre. Un homme paraît, qui continue de parler un instant par l'entrebâillement à des gens restés à l'intérieur. La tempête le happe, agite les pans de sonmanteau, soulève son chapeau melon qu'il rattrape à temps et qu'il maintient sur sa tète tout en marchant.
Même de loin, on sent qu'il est tout guilleret, mal assuré sur ses jambes et qu'il fredonne. Le douanier le suit des yeux, sourit quand l'homme se met en tête d'allumer un cigare. Car c'est une lutte comique qui commence entre l'ivrogne, son manteau que le vent veut lui arracher et son chapeau qui fui! le long du trottoir. Dix allumettes s'éteignent.
Et l'homme au chapeau melon avise au seuil de deux marches, s'y abrite, se penche. Une lueur tremble, très brève. Le fumeur vacille, se raccroche au bouton de la porte.
Est-ce que le douanier n'a pas perçu un bruit étranger à la tempête ? Il n'en est pas sûr. Il rit d'abord en voyant le noctambule perdre l'équilibre, faire plusieurs pas en arrière, tellement penché que la pose en est incroyable.
Il s'étale sur le sol, au bord du trottoir, la tête dans la boue du ruisseau. Le douanier se frappe les mains sur les flancs pour le réchauffer, observe avec humeur le foc dont les claquements l'irritent
Une minute, deux minutes passent. Nouveau coup d'œil à l'ivrogne, qui n'a pas bougé. Par contre, un chien, venu d'on ne sait où, est là, qui le renifle.
"C'est seulement à ce moment que j'ai eu la sensation qu'il s'était passé quelque chose !" dira le douanier au cours de l'enquête. 

//Georges Simenon, Le Chien jaune, Fayard, 1931//
+++
Dans les romans à énigme comme ceux d'Agatha Christie. Le crime (presque) parfait, érigé en « sport » à la mode, fait l'objet d'un parti pris esthétisant. La narration s'intéresse davantage au cadavre lui-même qu'à l'acte meurtrier violent qui l'a précédé. Les romans de Georges Simenon tendent eux aussi à occulter la scène même du meurtre, présentée de façon elliptique et frag­mentaire comme dans Le Chien jaune. Vu à travers le regard aveugle d'un témoin qui ne perçoit pas la portée de la destruction physique, le crime est constitué en mystère.
===

!About the ~IncludePlugin
Include other ~TiddlyWikis in your (main) TiddlyWiki, link to included tiddlers, view them in your (main) TiddlyWiki, without opening another TiddlyWiki. Even „search“ looks for included tiddlers. 

A great way to share tiddlers, to speed up "save changes" and to keep your ~TiddlyWikis small.
!Smaller ~TiddlyWikis
Other than „imported“ tiddlers, included tiddlers are not copied into your main ~TiddlyWiki. This keeps your individual ~TiddlyWikis small. 

Since your TiddlyWikis will become smaller (if you reorganize your TiddlyWikis using the IncludePlugin) also "save changes" become faster. You may even consider switching on "AutoSave" or "SaveBackups" again.
!Sharing ~TiddlyWikis
You may include one ~TiddlyWiki in several other ~TiddlyWikis. Changes you make to this shared ~TiddlyWiki are automatically reflected the next time you open the other ~TiddlyWikis, without any extra „import“ step or so.

''Examples''
* you may want to have a single „~TiddlyWikiHelp“ ~TiddlyWiki that you include in all your ~TiddlyWikis. So you can quickly find help information without looking into other files, and without blowing up your ~TiddlyWikis.
* You "archive" your old journal tiddlers into an extra TiddlyWiki (e.g. one per month) and just include the archived journals in you "current month diary/blog". This way you still have access to the old information (e.g. to reference historic information) but you avoid your diary/blog will get to large.
* ...

See also:
* [[How to use the IncludePlugin]]
* [[How Tiddlers are found]]
* [[IncludePlugin Options]]
* [[The "include" Macro]]
* [[The "includeState" Macro]]
* [[Troubleshooting the IncludePlugin]]
Using the AdvancedOptions page you have an easy way to configure the IncludePlugin options. 

You will find a section like this:
{{optionsBlock{
<<option chkUseInclude>> Include ~TiddlyWikis (IncludeList | IncludeState | [[help|http://tiddlywiki.abego-software.de/#%5B%5BIncludePlugin%20Documentation%5D%5D]])
^^(Reload this ~TiddlyWiki to make changes become effective)^^
}}}
* By default the IncludePlugin is enabled. If you uncheck the checkbox external TiddlyWikis are not included.
* The IncludeList is the preferred place for your {{{<<include ...>>}}} lines.
* The IncludeState page gives you can an overview what TiddlyWikis are included etc.
* The help directs you to the online documentation of the Include Plugin.
<<includeState>>
l'indo-européen est une langue qui serait à l'origine de beaucoup des nôtres.
*Tableau des langues de cette famille: http://www.unicaen.fr/typo_langues/consultation_famille.php
* Wikipédia parle des Indo-européens: il s'agit d'un article à prendre avec de la distance: http://www.unicaen.fr/typo_langues/consultation_famille.php
''CARACTERISER UN TEMOIN: Imitez Chandler''
<<<
UN MORDU   , CHANDLER

I

   Un coupé De Soto gris métallisé tout neuf était garé devant la porte. Je montai les trois marches blanches du perron, franchis une porte de verre et gravis trois marches de plus garnies d'une moquette. Puis je pressai le bouton d'une sonnette sur le mur.
Instantanément une bonne douzaine de chiens se mirent à donner de la voix à en ébranler la toiture. Pendant qu'ils braillaient, jappaient, hurlaient, je considérai un renfoncement en forme d'alcôve meublé d'un bureau à cylindre et précédé d'une sorte de salle d'attente avec des fauteuils de cuir et trois diplômes sur le mur et une table sur laquelle étaient éparpillés des numéros de la revue illustrée « L'ami des chiens ».
Quelqu'un, dans le fond de la maison, fit taire les bêtes puis une porte s'ouvrit et un petit homme au visage avenant, vêtu d'une blouse marron, arriva, chaussé de semelles de caoutchouc avec un sourire inquiet sous un fin pinceau de moustache. Il regarda au-dessous de moi, autour de moi, ne vit pas de chien et son sourire se fit plus ouvert.
- Je voudrais bien leur faire perdre cette habitude, dit-il, mais c'est impossible. Chaque fois qu'ils entendent la sonnette ils commencent leur concert. Ils s'ennuient, vous comprenez, et ils savent que la sonnette signifie l'arrivée de visiteurs.
- Je vois, dis-je et je lui tendis ma carte.
Il la lut, la retourna, en examina le dos, la retourna à nouveau et la relut.
- Vous êtes détective privé, dit-il doucement en léchant ses lèvres humides. Et bien...moi je suis le docteur Sharp. Que puis-je faire pour vous ?
- Je recherche un chien volé.
Il me lança un regard, fugitif. Sa petite bouche molle se crispa. Très lentement son visage entier s'empourpra.
    - Je ne veux pas du tout dire que vous avez volé ce chien, docteur. N'importe qui pourrait planquer un animal dans un endroit comme celui-ci et vous n'auriez aucune raison de penser qu'il ne s'agit pas du propriétaire, n'est-ce pas ?
- C'est simplement cette idée qui n'est pas agréable, dit-il d'un ton raide. Quel genre de chien ?
- Un chien policier.
Il racla du pied sur le tapis élimé et considéra l'angle du plafond. La rougeur s'effaça de son visage pour laisser sur ses traits tme sorte de pâleur luisante. Au bout d'un long moment, il déclara :
- Je n'ai qu'un chien policier ici et je connais les gens à qui il appartient, j'ai donc peur...
Alors, ça ne vous gêne pas que je regarde, coupai-je et je me dirigeai vers la porte du fond.


Le docteur Sharp ne bougea pas. Simplement, il se remit à racler des pieds.
- Je ne sais pas si c'est bien le moment, dit-il doucement. Peut-être un peu plus tard dans la journée.
   - Pour moi c'est beaucoup mieux maintenant, dis-je et je posai la main sur le bouton de la porte. D'un pas traînant, il se dirigea vers son petit bureau à cylindre et sa main menue se tendit vers le téléphone.
- Je vais... Je vais appeler la police, si vous voulez faire de l'intimidation, dit-il d'un ton précipité.
- Parfait, répondis-je. Demandez donc le chef Fulwider. Dites-lui que Carmady est ici. J'arrive tout droit de son bureau.
Le docteur Sharp éloigna la main du téléphone. Je le gratifiai d'un sourire et me mis à rouler une cigarette entre mes doigts.
- Allons, voyons docteur, lui dis-je, ne vous braquez pas comme ça. Soyez gentil et je vous raconterai peut-être toute l'histoire.
Il se mordit les lèvres l'une après l'autre, considéra le buvard brun sur son bureau, en tripota un angle, se leva, traversa la pièce dans ses souliers de daim blanc, ouvrit la porte devant moi et nous nous engageâmes le long d'un étroit couloir gris. 

  <html><div style="text-align:right;"> '' Un mordu , Chandler'' </html>
<<<
!Similitudes des langues romanes
!! En latin
Gallia est omnis divisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum lingua Celtae, nostra Galli appellantur. Hi omnes lingua, institutis, legibus inter se differunt. Gallos ab Aquitanis Garumna flumen, a Belgis Matrona et Sequana dividit. Horum omnium fortissimi sunt Belgae, propterea quod a cultu atque humanitate provinciae longissime absunt, minimeque ad eos mercatores saepe commeant atque ea quae ad effeminandos animos pertinent important, proximique sunt Germanis, qui trans Rhenum incolunt, quibuscum continenter bellum gerunt. Qua de causa Helvetii quoque reliquos Gallos virtute praecedunt, quod fere cotidianis proeliis cum Germanis contendunt, cum aut suis finibus eos prohibent aut ipsi in eorum finibus bellum gerunt. Eorum una pars, quam Gallos obtinere dictum est, initium capit a flumine Rhodano, continetur Garumna flumine, Oceano, finibus Belgarum, attingit etiam ab Sequanis et Helvetiis flumen Rhenum, vergit ad septentriones. Belgae ab extremis Galliae finibus oriuntur, pertinent ad inferiorem partem fluminis Rheni, spectant in septentrionem et orientem solem. Aquitania a Garumna flumine ad Pyrenaeos montes et eam partem Oceani quae est ad Hispaniam pertinet; spectat inter occasum solis et septentriones 


!!En italien
La Gallia nel suo complesso è divisa in tre parti: una è abitata dai Belgi, una dagli Aquitani, la terza da quelli che nella loro lingua si chiamano Celti, nella nostra Galli. Tutte queste popolazioni differiscono tra loro nella lingua, nelle istituzioni e nelle leggi. Divide i Galli dagli Aquitani il fiume Garonnna, dai Belgi la Marna e la Senna. Di tutti questi i più valorosi sono i Belgi, perché sono i più lontani dalla raffinatezza e dalla civiltà della provincia, e molto raramente i mercanti si recano da loro a portarvi quei prodotti che servono ad effeminari gli animi, e sono i più vicini ai Germani che abitano oltre Reno, con i quali sono ininterrottamente in guerra. Questa è la ragione per cui anche gli Elvezi superano nel valore gli altri Galli, perché quasi ogni giorno combattono contro i Germani, o tenendoli fuori dal proprio paese o portando essi la guerra nel loro paese. Quella parte che, come ho detto, è abitata dai Galli, inizia dal fiume Rodano; è delimitata dal fiume Garonna, dall'Oceano, dal paese dei Belgi; dalla parte dei Sequani e degli Elvezi tocca anche il fiume Reno; si stende verso settentrione. Il paese dei Belgi comincia dalla parte estrema della Gallia; tocca il corso inferiore del fiume Reno, si stende verso settentrione e oriente. L'Aquitania dal fiume Garonna si stende fino a toccare i monti Pirenei e quella parte dell'Oceano che volge verso la Spagna; si stende tra occidente e settentrione.&nbsp;&nbsp; 

!!En Espagnol
I.La Galia está dividida en tres partes: una que habitan los belgas, otra los aquitanos, la tercera los que en su lengua se llaman celtas y en la nuestra galos. Todos estos se diferencian entre sí en lenguaje, costumbres y leyes. A los galos separa de los aquitanos el río Carona, de los belgas el Marne y Sena. Los más valientes de todos son los belgas, porque viven muy remotos del fausto y delicadeza de nuestra provincia; y rarísima vez llegan allá los mercaderes con cosas a propósito para enflaquecer los bríos; y por estar vecinos a los germanos, que moran a la otra parte del Rin, con quienes traen continua guerra. Ésta es también la causa porque los helvecios se aventajan en valor a los otros galos, pues casi todos los días vienen a las manos con los germanos, ya cubriendo sus propias fronteras, ya invadiendo las ajenas. La parte que hemos dicho ocupan los galos comienza del río Ródano, confina con el Carona, el Océano y el país de los belgas; por el de los secuanos y helvecios toca en el Rin, inclinándose al Norte. Los belgas toman su principio de los últimos límites de la Galia, dilatándose hasta el Bajo Rin, mirando al Septentrión y al Oriente. La Aquitania entre Poniente y Norte por el río Carona se extiende hasta los montes Pirineos, y aquella parte del Océano que baña a España.

!! En Portuguais
A Gália está toda dividida em três partes, das quais uma é habitada pelos belgas, a outra pelos aquitanios, a terceira pelos que em sua língua deles se chamam celtas, na nossa gauleses. Diferem todos esses povos, uns dos outros, na língua, nos costumes, e nas leis. Extrema os gauleses dos aquitanios o rio Garona; dos belgas, o Mátrona e o Séquana. De todos eles são os belgas os mais fortes, por isso mesmo que estão mais longe da cultura e polícia da província romana, e não vão lá a miúde mercadores, nem lhes levam coisa que lhes enerve o vigor; e vizinham com os germanos, que habitam além do Rim, e com quem andam continuamente em guerra. Por esta mesma causa excedem também os helvecios em valor aos mais gauleses; pois contendem com os germanos em refregas quase quotidianas, quando ou os repelem de suas fronteiras, ou nas próprias fronteiras desses fazem a guerra, A parte ocupada pelos gauleses tem princípio no rio Rodano; limite, no Garona, no Oceano, e nas fronteiras dos belgas; toca também no Rim pelo lado dos sequanos e dos helvecios; e inclina ao setentrião. Os belgas começam nas extremas fronteiras da Gália; estendem-se até a parte inferior do Rim; e olham para o setentrião e o sol nascente. A Aquitania extende-se do rio Garona aos montes Pirineus e à parte do Oceano que beija a Espanha e olha por entre o ocaso do sol e o setentrião. 
|!Chapitre|!Titre possible|!Contenu|
|I.1|« Ils »|Préparation et nuit d'harcèlement (descr 13)|
|I.2|Dans une ville vide|Réserves + chasse (30/31):tue environ 70 vampires/jour|
|I.3||Envie d'en finir (31/35),  Réflexion sur les vampires (36/38):ils obéïssent à leur loi, il est leur proie.|
|I.4|Visite au cimetière|Tue une femme (47)|
|I.5|Pas à l'heure|Course 55 (rôle des passés simples)|
|II.6||62: ce qu'il a fait (pqp), 64: souvenir (Kathy, Cortman, tempête de sable, germe)|
|II.7|Contre les vampires|Ail croix|
|II.8|Seul ami: Cortman|83: portrait de Cortman, 86: explication(+ils sont morts depuis longtemps, +ils tombent vite en poussière)|
|II.9|Mort(s) de Virginia (et son retour)|  88: refuse de crématiser V,  92: Cortman et Freda|
|II.10|A la bibliothèque|Explicatif|
|II.11|Analyse du sang||
|II.12|Désespoir|N se soûle. Découvre un chien|
|II.13|Le chien|Domestiqué, mais meurt à la fin.|
|II.14||146-150: réaction des gens avant l'eschatologie: explication des vampires « vivants ».|
|III.15||Portrait Neville p159,  160: voit la femme_ Poursuite _Capture, (165: dernier § dernier homme et dernière femme _ narrateur?)|
|III.16|Ils font connaissance|Assiette d'ail _ soupçons, 172: arguments de la femme.,173|
|III.17|Re-soupçon: l'histoire de Ruth|189: explication sur la maladie,193: pb moral du comportement.|
|III.18||200: examen du sang|
|IV.19|explication||
|IV.20|arrestation||
|IV.21|Exécution ( suicide ?)||

# Pourquoi Anne Franck a-t-elle commencé à tenir un journal ?
# Quelle est la nationalité d'Anne Franck ? Où est-elle née ? ''Elle est hollandaise, née en Allemagne.''
# Où habite-t-elle ? Pourquoi ne sort-elle jamais ? ''Elle se cache avec sa famille dans une maison d'~arrière-cour d'un immeuble d'Amsterdam, parce qu'elle est juive et que l'Allemagne nazie occupe les ~Pays-Bas.''
# De quelle date à quelle date tient-elle son journal ? ''Du 14 juin 1942 au 1er août 1944''
# Pourquoi à cette date cesse-t-elle d'écrire son journal ? '' Le 4 août, la gestapo la rafle avec sa famille.''
# Quel nom donne-t-elle au destinataire imaginaire de ce journal ? ''Kitty''
# Comment se nomme sa soeur ? ''Margot''
# De qui est-elle amoureuse ?
# Quelles sont vos impressions de lecture ? Détaillez en un paragraphe?
# Pourquoi Anne Franck a-t-elle commencé à tenir un journal ?
# Quelle est la nationalité d'Anne Franck ? Où est-elle née ? 
# Où habite-t-elle ? Pourquoi ne sort-elle jamais ? 
# De quelle date à quelle date tient-elle son journal ? 
# Pourquoi à cette date cesse-t-elle d'écrire son journal ? '
# Quel nom donne-t-elle au destinataire imaginaire de ce journal ?
# Comment se nomme sa soeur ? 
# De qui est-elle amoureuse ?
# Quelles sont vos impressions de lecture ? Détaillez en un paragraphe?
" Il me semble d'ailleurs, écrivait Kafka en 1904 à son ami Oskar Pollak, qu'on ne devrait lire que les livres qui vous mordent et vous piquent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d'un bon coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? Pour qu'il nous rende heureux, comme tu l'écris ? Mon Dieu, nous serions tout aussi heureux si nous n'avions pas de livres, et des livres qui nous rendent heureux, nous pourrions, à la rigueur, les écrire nous-mêmes. En revanche, nous avons besoin de livres qui agissent sur nous comme un malheur dont nous souffririons beaucoup, comme la mort de quelqu'un que nous aimerions plus que nous-mêmes, comme si nous étions proscrits, condamnés à vivre dans des forêts loin de tous les hommes, comme un suicide -  un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous. Voilà ce que je crois. "

Source: [[Au fil de mes lectures : recueil de citations de Alberto Manguel|http://www.gilles-jobin.org/citations/?P=m&au=227]]
<html><P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><B><SPAN STYLE="background: #ff0000">L'AMBIANCE
DU ROMAN</SPAN></B></P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #2323dc"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U>Le lieu du crime peut-&ecirc;tre:</U></P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Une vieille maison, un ch&acirc;teau,
une &icirc;le d&eacute;serte</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Un lieu familier: la salle de classe,
ta cuisine, ta biblioth&egrave;que, ton quartier</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Un lieu de r&eacute;jouissance: un
mariage, une f&ecirc;te foraine ( cela peut cr&eacute;er un contraste
int&eacute;ressant)</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Un lieu inqui&eacute;tant: un cimeti&egrave;re</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Un lieu souterrain ou &eacute;lev&eacute;:
&eacute;gout, catacombes, gratte-ciel</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #2323dc"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U>L'ambiance elle-m&ecirc;me</U></P>
<<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Imagines-tu un univers color&eacute; ?
Sombre ? En noir et blanc ?</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm"> Les lieux te plaisent-ils? Et pour
quellles raisons ? (pense &agrave; tes impressions quand tu vas chez
des amis)</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #2323dc"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U>L'&eacute;poque de ton histoire? </U>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Est-ce la tienne, celle de tes parents,
de tes grands parents ou encore dans un futur proche? 
</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Tu dois dans tous les cas r&eacute;fl&eacute;chir
aux d&eacute;tils de l'&eacute;poque: v&ecirc;tements,
loisirs,transports...int&eacute;rieur des maisons</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #2323dc"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U>Quel est le climat?</U> Quelle est
la saison?  Pleut-il? 

</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Pourquoi les sc&egrave;nes ne se
d&eacute;rouleraient-elles pas de nuit? 
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #2323dc"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 13pt"><U><B>L'humeur
de l'histoire</B></U></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Elle d&eacute;pend de la tienneau
moment o&ugrave; tu &eacute;cris. Si tu es triste, privil&eacute;gie
une ambiance lourde et grise. Si tu es en forme, n'h&eacute;site pas

&agrave; &eacute;crire un r&eacute;cit rythm&eacute;.</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><SPAN STYLE="background: #ff0000">L'&eacute;tat
d'esprit d'un r&eacute;cit d&eacute;pend beaucoup du choix des lieux
et du climat.</SPAN></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</html>

>
# Dans quel pays se déroule l'action du roman ?   
# Qui sont les combattants de l'ombre ? 
# Qu'arrive-t-il à Naïa dans le bus ?
# Qui est Elmir ? 
# Quel est le métier du père d'Elmir ?
# Pourquoi Elmir et sa famille doivent-ils vivre cachés et protégés ? 
# Pourquoi Ismène est-il renvoyé de l'école ? 
# Qu'arrive-t-il à la bibliothèque de la mère d'Elmir ? 
# Larrid, le frère d' Ismène, est "barbu": qu'est-ce que cela signifie ? 
# Quel professeur est arrêté et pourquoi ? 
# Où part se réfugier la famille de Naïa  ? 
# Quand le livre __Le dernier des Mohicans__ apparaît-il ? (deux fois) 
# Naïa confie son "Mouli" à Elmir: de quoi s'agit-il ?
# A la fin du roman où vit Elmir ? 
[[L'Oasis: corrigé des questions]]
C’était fini. Splendide, étincelant, superbe,
Luisant sur la cité comme la faulx sur l’herbe,
Large acier dont le jour faisait une clarté,
Ayant je ne sais quoi dans sa tranquillité
De l’éblouissement du triangle mystique,
Pareil à la lueur au fond d’un temple antique,
Le fatal couperet relevé triomphait.
Il n’avait rien gardé de ce qu’il avait fait
Qu’une petite tache imperceptible et rouge.

Le bourreau s’en était retourné dans son bouge ;
Et la peine de mort, remmenant ses valets,
Juges, prêtres, était rentrée en son palais,
Avec son tombereau terrible dont la roue,
Silencieuse, laisse un sillon dans la boue,
Qui se remplit de sang sitôt qu’elle a passé.

La foule disait : bien ! car l’homme est insensé,
Et ceux qui suivent tout, et dont c’est la manière,
Suivent même ce char et même cette ornière.

J’étais là. Je pensais. Le couchant empourprait
Le grave hôtel de ville aux luttes toujours prêt,
Entre Hier qu’il médite et Demain dont il rêve.
L’échafaud achevait, resté seul sur la Grève,
La journée, en voyant expirer le soleil.

Le crépuscule vint, aux fantômes pareil.
Et j’étais toujours là, je regardais la hache,
La nuit, la ville immense et la petite tache.

À mesure qu’au fond du firmament obscur
L’obscurité croissait comme un effrayant mur,
L’échafaud, bloc hideux de charpentes funèbres,
S’emplissait de noirceur et devenait ténèbres ;
Les horloges sonnaient, non l’heure, mais le glas ;
Et toujours, sur l’acier, quoique le coutelas
Ne fût plus qu’une forme épouvantable et sombre,
La rougeur de la tache apparaissait dans l’ombre.

Un astre, le premier qu’on aperçoit le soir,
Pendant que je songeais montait dans le ciel noir.

Sa lumière rendait l’échafaud plus difforme.
L’astre se répétait dans le triangle énorme ;
Il y jetait, ainsi qu’en un lac, son reflet,
Lueur mystérieuse et sacrée ; il semblait
Que sur la hache horrible, aux meurtres coutumière,
L’astre laissait tomber sa larme de lumière.
Son rayon, comme un dard qui heurte et rebondit,
Frappait le fer d’un choc lumineux ; on eût dit
Qu’on voyait rejaillir l’étoile de la hache.
Comme un charbon tombant qui d’un feu se détache,
Il se répercutait dans ce miroir d’effroi ;
Sur la justice humaine et sur l’humaine loi,
De l’éternité calme auguste éclaboussure.
Est-ce au ciel que ce fer a fait une blessure ?
Pensai-je. Sur qui donc frappe l’homme hagard ?
Quel est donc ton mystère, ô glaive ? — Et mon regard
Errait, ne voyant plus rien qu’à travers un voile,
De la goutte de sang à la goutte d’étoile.

Victor Hugo — La Légende des siècles - Dernière série
!! Questions
#
## Quel est le thème du poème ?
## Que désigne le "fatal couperet". Nommez la figure de style.
## Quel effet produit: "//C'était fini//"
#
## Relevez comment on passe du jour à la nuit. Relevez les termes qui à chaque moment du jour décrivent ou qualifient l'échafaud et constatez comment il devient monstrueux.
## En quoi peut-on dire que la scène devient //fantastique// ?
#
## Qu'est-ce qui est personnifié ?
## Quel est l'effet produit ?
## Quel rapprochement faire avec la "faucheuse".
# 
## Sentiments de la foule ? Où ?
## Quelle distance ?
# Poète présent, physiquement ou moralement ?
# Marques d'énonciation.
# Dans quel pays se déroule l'action du roman ?    ''L 'Algérie''
# Qui sont les combattants de l'ombre ? ''Les terroristes islamistes du FIS''
# Qu'arrive-t-il à Naïa dans le bus ? ''Elle est aggressée par des manifestants qui la force à se couvrir la tête ( avec sa trousse, faute de mieux)''
# Qui est Elmir ? ''Le narrateur, un garçon de 14 ans, fils d'un directeur de journal''
# Quel est le métier du père d'Elmir ? ''Journaliste''
# Pourquoi Elmir et sa famille doivent-ils vivre cachés et protégés ? ''Les islamistes menacent les journalistes''
# Pourquoi Ismène est-il renvoyé de l'école ? ''Il a crié un slogan islamiste en classe ''
# Qu'arrive-t-il à la bibliothèque de la mère d'Elmir ? ''Elle est incendiée par des terroristes''
# Larrid, le frère d' Ismène, est "barbu": qu'est-ce que cela signifie ? ''Il est islamiste''
# Quel professeur est arrêté et pourquoi ? ''Le professeur de physique, soupçonné d'être islamiste et de fabriquer des bombes''
# Où part se réfugier la famille de Naïa  ? ''En france''
# Quand le livre __Le dernier des Mohicans__ apparaît-il ? (deux fois) ''Un des hommes qui prennent en otage Elmir  regarde ce livre dans la bibliothèque et l'emporte(Larrid ? Ismène ?). Après l'arrestation de Larrid, Ismène accuse Elmir de l'avoir dénoncé et lui jette le livre à la figure''
# Naïa confie son "Mouli" à Elmir: de quoi s'agit-il ? ''Mouli est son chat qu'elle ne peut emporter en France''
# A la fin du roman où vit Elmir ? ''A Timimoun, avec son père''
<html><P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><B><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 13pt"><SPAN STYLE="background: #ff0000">L'ASSASSIN</SPAN>
</FONT></B>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Faute d'&ecirc;tre identifi&eacute; ,
il reste le personnage au centre des pr&eacute;occupations de tous
les autres personnages et m&ecirc;me du lecteur. Il faut que tu
saches tout de lui <B>avant de commencer &agrave; &eacute;crire</B>.</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">-   Quel est le meurtre? 
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">-   Qui l'a commis et quel est son
mobile? 
</P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">Comment a-t-il agi, o&ugrave; et
	quand?</P>
</UL>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"> 
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Un roman policier doit avant tout
<B><SPAN STYLE="text-decoration: none">surprendre</SPAN></B>. C'est
pourquoi tu peux songer &agrave; &laquo;&nbsp;pi&eacute;ger&nbsp;&raquo;

le lecteur en imagininant un assassin particulier:</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">le narrateur</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">plusieurs personnages associ&eacute;s</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">l'enqu&ecirc;teur</P>
</UL>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">    ou tu peux encore d&eacute;cider
que la victime n'est pas morte, mais qu'elle a mis en sc&egrave;ne
son d&eacute;c&eacute;s afin de dispara&icirc;tre ou accomplir le
v&eacute;ritable crime de l'histoire</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT COLOR="#dc2300"><U><B>Son profil</B></U></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Il doit &ecirc;tre plein de sang froid,
pour tuer et supporter les remords, ou r&eacute;pondre aux questions
sans se trahir.</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Il doit aussi semer des indices
trompeurs, induire l'enqu&ecirc;teur sur des fausses pistes, d&eacute;placer
les soup&ccedil;ons sur d'autres....</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Mais toutes ces facult&eacute;s doivent
&ecirc;tre &laquo;&nbsp;masqu&eacute;es&nbsp;&raquo;, personne ne
doit les percevoir. Aussi il peut:</P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">avoir l'air idiot</P>

	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">avoir l'air parfait</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">avoir l'air sans t&acirc;ches</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">jouer &agrave; l'ami de la victime
	ou &agrave; l'ennemi d&eacute;clar&eacute;</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">jouer &agrave; celui qui s'en
	moque</P>

	<P STYLE="margin-bottom: 0cm"></P>
</UL>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT COLOR="#dc2300"><FONT SIZE=3><I><U>Quelques
conseils d'auteurs</U></I></FONT></FONT></P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3><U>Agatha Christie </U></FONT>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3>&laquo;&nbsp;Vous
choisissez votre coupable et , vous mettant dans sa peau, vous
d&eacute;cidez des moyens qui vous permettront le mieux de masquer
votre culpabilit&eacute;. Ensuite, ayant fait votre plan, vous
recommencez votre intrigue en vous pla&ccedil;ant du c&ocirc;t&eacute;
du spectateur. Essayez et vous verrez que c'est tr&egrave;s simple
!!&nbsp;&raquo;</FONT></P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3><U>Conan Doyle</U></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3>&laquo;&nbsp;On m'a
souvent demand&eacute; si je savais comment finissait une histoire de
Sherlock Holmes avant de commencer &agrave; &eacute;crire. Bien s&ucirc;r,
je le sais. Sinon,il serait impossible d'y arriver&nbsp;&raquo;</FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3><U>S.S Van Dine</U></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3>&laquo;&nbsp;Ton criminel
doit entrer en sc&egrave;ne d&egrave;s le d&eacute;but du r&eacute;cit,
il serait trop facile de parachuter un inconnu &agrave; la fin&nbsp;&raquo;</FONT></P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3><U>Alfred Hitchcock</U></FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=3>&laquo;&nbsp;Plus r&eacute;ussi
le m&eacute;chant est, meilleur sera le film&nbsp;&raquo;</FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT COLOR="#006b6b"><FONT SIZE=3><FONT COLOR="#660066">Derni&egrave;re
piste: Pense aux secrets de famille !</FONT>!</FONT></FONT></P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=4><B><SPAN STYLE="background: #ff0000">L'ASSASSIN:
UN PEU PLUS LOIN</SPAN></B></FONT></FONT></P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>

</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U><B><SPAN STYLE="background: #2323dc">Comment
le meurtre a-t-il &eacute;t&eacute; accompli ?</SPAN></B></U></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Avec une arme? Un objet quotidien
coupant ( couteau...), pointu (fourchette, ciseaux...) ou contondant
(lampe, marteau...)?</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Avec un poison (arsenic) ou des
m&eacute;dicaments (donn&eacute;s volontairement &agrave; trop forte
dose)?</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Par un accident provoqu&eacute;? 
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Par strangulation ou &eacute;touffement
?</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Mais le crime n'est pas forc&eacute;ment
un meurtre. Ce peut &ecirc;tre un viol, un attentat, une aggression,
un vol ...</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U><B><SPAN STYLE="background: #2323dc">Le
mobile</SPAN></B></U></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>

</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT COLOR="#800000">Tout crime doit
avoir ses raisons...</FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Quel est le mobile de l'assassin? Telle
est la question que ne cesse de se poser l' enqu&ecirc;teur...et ton
lecteur ! En voici une liste non exhaustive:</P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">l'amour: pour faire dispara&icirc;treun
	rival</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">l'argent, qui fait courrir le
	monde: pour s'enrichir</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">le pouvoir: pour devenir chef ou
	petit chef</P>

	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">la peur: pour se prot&eacute;ger</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">la vengeance: pour ch&acirc;tier
	soi-m&ecirc;me un criminel</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">...........</P>
</UL>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><SPAN STYLE="background: #2323dc"><B><U>Comment
le meurtrier cache-t-il son crime?</U></B> </SPAN>

</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Il peut:</P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">maquiller en suicide</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">maquiller en accident</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">d&eacute;figurant le cadavre pour
	le rendre m&eacute;connaissable</P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">d&eacute;placer le cadavre</P>

	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">...........</P>
</UL>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT COLOR="#800000">Dans tous les cas
le meurtre n' est pas un hasard, sinon le roman n'a pas lieu
d'&ecirc;tre...</FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><U><B><SPAN STYLE="background: #2323dc">Son
portrait </SPAN></B></U>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">On se fait souvent une opinion des gens

&agrave; leur apparence, dans la r&eacute;alit&eacute; comme dans la
fiction</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">.</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Il faut donc soigner l'&nbsp;
&laquo;&nbsp;ext&eacute;rieur&nbsp;&raquo; de l'assassin&nbsp;.Inspire-toi
de personnes que tu connais.</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">Avant d'&eacute;crire, tu dois
conna&icirc;tre :</P>

<P STYLE="margin-bottom: 0cm">- son visage</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">- un d&eacute;tail physique dominant
qu'il aime de lui et un qu'il n'aime pas.</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">- sa morphologie et sa corpulence</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">- son nom</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">- ses habitudes et ses manies</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm">- son caract&egrave;re</P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm">son secret qui le force &agrave;

	tuer</P>
</UL>
</html>
<HTML>

	<HEAD>

	<STYLE>
	<!--
		@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm }
		P { margin-bottom: 0.21cm }
		TD P { margin-bottom: 0cm }
		TH P { margin-bottom: 0cm; font-style: italic }
	-->
	</STYLE>
</HEAD>
<BODY LANG="fr-FR" DIR="LTR">
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">L'autobiographie
est un genre litt&eacute;raire qui a 2 carat&eacute;ristiques:</FONT></P>
<UL>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">personnage=narrateur=auteur
	(ce qui permet la sinc&eacute;rit&eacute;)</FONT></P>
	<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">c'est
	un r&eacute;cit r&eacute;trospectif:qui regarde en arri&egrave;re
	pour comprendre comment s'est form&eacute;e la personnalit&eacute;

	(&laquo;&nbsp;Comment je suis devenu ce que je suis&nbsp;&raquo;)</FONT></P>
</UL>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">Pb:
Double je</FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">&laquo;&nbsp;je&nbsp;&raquo;
du personnage</FONT></P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">&laquo;&nbsp;je&nbsp;&raquo;
de l'auteur</FONT></P>

<TABLE WIDTH=100% BORDER=1 BORDERCOLOR="#000000" CELLPADDING=4 CELLSPACING=0>
	<COL WIDTH=128*>
	<COL WIDTH=128*>
	<THEAD>
		<TR VALIGN=TOP>
			<TH WIDTH=50%>
				<P>Personnage</P>
			</TH>
			<TH WIDTH=50%>

				<P>Auteur</P>
			</TH>
		</TR>
	</THEAD>
	<TBODY>
		<TR VALIGN=TOP>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>Verbes au pass&eacute;: pass&eacute; simple, imparfait</P>

			</TD>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>Verbes au pr&eacute;sent: pr&eacute;sent</P>
			</TD>
		</TR>
		<TR VALIGN=TOP>
			<TD WIDTH=50%>

				<P>R&eacute;cit coup&eacute; de sa situation d'&eacute;nonciation:
				utilisation de &laquo;&nbsp;ce jour-l&agrave;, le lendemain...&nbsp;&raquo;</P>
			</TD>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>R&eacute;cit ancr&eacute; dans sa situation d'&eacute;nonciation:
				utilisation de &laquo;&nbsp;aujourd'hui, demain...&nbsp;&raquo;</P>

			</TD>
		</TR>
		<TR VALIGN=TOP>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>Discours narratif: le narrateur raconte</P>
			</TD>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>Discours argumentatif: le narrateur commente</P>

			</TD>
		</TR>
		<TR VALIGN=TOP>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>Point de vue interne</P>
			</TD>
			<TD WIDTH=50%>
				<P>Point de vue omniscient</P>

			</TD>
		</TR>
	</TBODY>
</TABLE>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><FONT SIZE=4 STYLE="font-size: 16pt">Le
pr&eacute;sent est utilis&eacute; ici &agrave; la place du pass&eacute;

simple ou de l'imparfait: c'est un pr&eacute;sent de narration.
L'int&eacute;r&ecirc;t de cette technique est de rendre l'histoire
&laquo;&nbsp;plus vivante&nbsp;&raquo;.</FONT></P>
</BODY>
</HTML>
Séquence tirée du __Cahier NRP janv 03 n°12__

S1: Exposition 
S2: Caractérisation d'Harpagon (I, 3)
S3: [[Contrôle de lecture|Avare: contrôle de lecture]]
S4: Correction du contrôle de lecture collective. Conugaison du subjonctif présent
Ai-je été nourri par ma mère&nbsp;? Est-ce une paysanne qui m’a donné son lait&nbsp;? Je n’en sais rien. Quel que soit le sein que j’ai mordu, je ne me rappelle pas une caresse du temps où j’étais tout petit&nbsp;: je n’ai pas été dorloté, tapoté, baisotté&nbsp;; j’ai été beaucoup fouetté.
Ma mère dit qu’il ne faut pas gâter les enfants, et elle me fouette tous les matins&nbsp;; quand elle n’a pas le temps le matin, c’est pour midi, rarement plus tard que quatre heures.
Mademoiselle Balandreau m’y met du suif.
C’est une bonne vieille fille de cinquante ans. Elle demeure au-dessous de nous. D’abord elle était contente&nbsp;: comme elle n’a pas d’horloge, ça lui donnait l’heure. «&nbsp;Vlin&nbsp;! Vlan&nbsp;! zon&nbsp;! zon&nbsp;! – voilà le petit Chose qu’on fouette&nbsp;; il est temps de faire mon café au lait.&nbsp;»
Mais un jour que j’avais levé mon pan, parce que ça me cuisait trop, et que je prenais l’air entre deux portes, elle m’a vu&nbsp;; mon derrière lui a fait pitié.
Elle voulait d’abord le montrer à tout le monde, ameuter les voisins autour&nbsp;; mais elle a pensé que ce n’était pas le moyen de le sauver, et elle a inventé autre chose.
Lorsqu’elle entend ma mère me dire&nbsp;: «&nbsp;Jacques, je vais te fouetter&nbsp;!
– Madame Vingtras, ne vous donnez pas la peine, je vais faire ça pour vous.
– Oh&nbsp;! chère demoiselle, vous êtes trop bonne&nbsp;!&nbsp;»
Mademoiselle Balandreau m’emmène&nbsp;; mais au lieu de me fouetter, elle frappe dans ses mains&nbsp;; moi, je crie. Ma mère remercie, le soir, sa remplaçante.
«&nbsp;À votre service,&nbsp;» répond la brave fille, en me glissant un bonbon en cachette. 
Mon premier souvenir date donc d’une fessée. Mon second est plein d’étonnement et de larmes.
Il doit connaître les hommes et les comprendre, jusque dans leur barbarie; il est fin psychologue et non gros costaud sans cervelle.
Il doit avoir un signe caractéristique: Rouletabille était reporter, jeune et laid; Poirot, retraité et maniaque; Holmes, fumeur de tabac et d'opium, violoniste et dépressif.
A toi d'inventer une raison pour que l'enquêteur se mette au travail.
''Caractérise sa façon de parler en lui inventant des expressions'' (pense au capitaine Haddock)

Voici des exemples de méthodes d'investigation, qui révèlent le caractère de l'enquêteur



!@@bgcolor(#6699cc):Tabaret prête attention aux indices, puis dresse le portrait-robot suivant:@@

« - La veuve, continua le bonhomme, connaissait celui qui frappait.  Son empressement à ouvrir le fait soupçonner, la suite le prouve.  L'assassin a donc été admis sans difficultés.  C'est un homme encore jeune, d'une taille un peu au-dessus de la moyenne, élégamment vêtu.  Il portait, ce soir-là, un chapeau à  haute forme, il avait un parapluie et fumait un trabucos avec un  porte-cigare...
  - Par exemple !, s'écria Gévrol, c'est trop fort.
  - Trop fort, peut-être, riposta le père Tabaret, en tout cas c'est  la vérité.  Si vous n'êtes pas minutieux, vous, je n'y puis rien,  mais je le suis, moi.  Je cherche et je trouve.  Ah ! c'est trop fort dites-vous.  Eh bien, daignez jeter un regard sur ces morceaux de  plâtre humide.  Ils vous représentent les talons de bottes de l'assassin dont j'ai trouvé le moule d'une netteté magnifique près du  fossé où on a aperçu la clef.  Sur ces feuilles de papier j'ai calqué  l'empreinte entière du pied que je ne pouvais relever ; car elle se  trouve sur le sable. - Regardez : talon haut, cambrure prononcée, semelle petite et  étroite, chaussure d'élégant … pied soigné, bien évidemment. Cherchez-la cette empreinte, tout le long du chemin, vous la retrouverez deux fois encore.  Puis vous la trouverez répétée cinq  fois dans le jardin où personne n'a pénétré.  Ce qui prouve, entre parenthèses, que l'assassin a frappé, non à la porte, mais au volet sous lequel passait un filet de lumière. · l'entrée du jardin, mon homme a sauté pour éviter un carré planté, la pointe du pied plus enfoncée l'annonce.  Il a franchi sans peine près de deux mêtres  donc il est leste, c'est-à-direjeune. »

!@@bgcolor(#6699cc):Holmes est plus scientifique:@@
  « Nous sommes en présence d'un assassinat commis par un homme.  Cet homme mesure six pieds de haut; il est tout jeune encore ; il a de petits pieds par rapport à sa taille ; il porte de gros souliers à bouts carrés et fumait un cigare trichnopoly (... ) » 


!@@bgcolor(#6699cc):Gaboriau remarque en passant qu'il fait la même enquête que le lecteur:
@@
 « Ce terrain vague, couvert de neige, est comme une immense page blanche où les gens que nous recherchons ont écrit, non seulement leurs mouvements et leurs démarches, mais encore
 leurs secrètes pensées, les espérances et les angoisses qui les agitaient.  Que vous disent-elles, papa, ces empreintes fugitives ? Rien.  Pour moi, elles vivent comme ceux qui les ont laissées, elles palpitent, elles parlent, elles accusent. » 


# Qui est le locuteur de ce texte ? Quelle thèse défend-il ?
# Indiquez les étapes de ce texte. Donnez leur un titre.
# Le pronom démonstratif "cela" révèle le point de vue de l'Education Nationale par les guillemets. Quelle connotation y voyez-vous ?
# Quel type de phrase domine dans le texte ? Quel est l'effet produit ?
# Relevez dans le premier paragraphe tous les connecteurs logiques et indiquez leurs valeurs. Sur quel lien logique l'auteur insiste-t-il ?
# 
## Relevez les connecteurs du Troisième paragraphe et indiquez leurs valeurs
## Quels connecteurs révèlent la prudence du locuteur ?
# 
## Dans le dernier paragraphe, quelle solution propose l'auteur ?
## Relevez une proposition subordonnée conjonctive complément circonstanciel de but: par quoi est-elle introduite ? Commen sont opposés les mots à nuance péjorative et méliorative ? Est-ce une argumentation efficace ?
Vous êtes Combattant du Feu, et l'eau est votre alliée. Vous sauverez la rue avec la perfection du mouvement. On était sûr qu'il avait commis le meurtre avec son stylo à la bouche. Son mensonge se voyait comme un éclat d'or pur dans une route boueuse. Aussi surprenant qu'une vieille chaussure avec une étoile brillante. Elle dégageait un parfum qui en plein vol devenait aggressif. J'aurais plutôt qu caché ma bouteille dans mon jeans. Sous l'étoffe des corps, coulait une rivière.. Pour Noël , j'offrirai une trousse.. Pour la naissance, j'offrirai une ombre transparente..
- Qu'est-ce que ce monstre vient faire ici?
Gwynplaine se dressa, éperdu et indigné, dans une sorte de convulsion suprême. Il les regarda tous fixement.
- Ce que je viens faire ici? Je viens être terrible. Je suis un monstre, dites-vous. Non, je suis le peuple. Je suis une exception? Non, je suis tout le monde. L'exception, c'est vous. Vous êtes la chimère, et je suis la réalité. Je suis l'Homme. Je suis l'effrayant Homme qui Rit. Qui rit de quoi? De vous. De lui. De tout. Qu'est-ce que son rire? Votre crime, et son supplice. Ce crime, il vous le jette à la face; ce supplice, il vous le crache au visage. Je ris, cela veut dire: Je pleure.
Il s'arrêta. On se taisait. Les rires continuaient, mais bas. Il put croire à une certaine reprise d'attention. Il respira, et poursuivit:
- Ce rire qui est sur mon front, c'est un roi qui l'y a mis. Ce rire exprime la désolation universelle. Ce rire veut dire haine, silence contraint, rage, désespoir. Ce rire est un produit des tortures. Ce rire est un rire de force. Si Satan avait ce rire, ce rire condamnerait Dieu. Mais l'éternel ne ressemble point aux périssables; étant l'absolu, il est le juste; et Dieu hait ce que font les rois. Ah! vous me prenez pour une exception! Je suis un symbole. O tout-puissants imbéciles que vous êtes, ouvrez les yeux. J'incarne tout. Je représente l'humanité telle que ses maîtres l'ont faite. L'homme est un mutilé. Ce qu'on m'a fait, on l'a fait au genre humain. On lui a déformé le droit, la justice, la vérité, la raison, l'intelligence, comme à moi les yeux, les narines et les oreilles; comme à moi, on lui a mis au coeur un cloaque de colère et de douleur, et sur la face un masque de contentement. Où s'était posé le doigt de Dieu, s'est appuyée la griffe du roi. Monstrueuse superposition. 
Évêques, pairs et princes, le peuple, c'est le souffrant profond qui rit la surface. Milords, je vous le dis, le peuple, c'est moi.

//Victor Hugo, L'homme qui rit, Livre huitième (Le capitole et son voisinage), Chapitre VII (Les tempêtes d'hommes pires que les tempêtes d'océans).//
SÉANCE 1 : l'orthographe au théâtre, un handicap social
poitrinas. - Au nom de la science ! vite ! une plume...
de l'encre ! (Il passe à la table.)
caboussat. - Tenez... là !... sur mon bureau. (Il l'installe à son bureau.) 
poitrinas. - Ah ! vous vous servez de plumes d'oie !
caboussat. - Toujours ! (Avec importance.) Une habitude de quarante années !
poitrinas. - Elle est trop fendue... Vous n'auriez pas un canif ? 
caboussat, lui donnant un canif. -Si... voilà !
poitrinas, tout en taillant sa plume. - Ah ! les Romains ne connaissaient pas le verre ! (Poussant un cri.) Aïe !
caboussat. - Quoi ?
poitrinas. - Je me suis coupé ! 
caboussat. - Attendez... dans le tiroir... un chiffon... (Lui emmaillotant le doigt.) Je vais vous arranger une petite poupée... Ne bougez pas... Là... voilà ce que c'est...
poitrinas. - Maintenant je vais vous demander un service.
caboussat. - Lequel ?
poitrinas. - C'est de tenir la plume à ma place ; je vais dicter.
caboussat, à part. - Diable ! (Haut.) Mais... c'est que... 
 poitrinas. - Quoi ?
caboussat. - Écrire à une académie...
poitrinas. - Puisque vous êtes membre correspondant. .. c'est pour correspondre.
caboussat, va s'asseoir à la table. - C'est juste ! (À  part, s'asseyant au bureau.) Ils ont tous la rage de me
faire écrire aujourd'hui... et ma fille qui n'est pas là !
poitrinas. - Y êtes-vous ?
caboussat. - Un moment ! (À part.) Peut-être qu'avec beaucoup de pâtés...
poitrinas, dictant. - « Messieurs et chers collègues... l'archéologie vient de s'enrichir... » 
caboussat, à part. - Allons, bon ! voilà qu'il me flanque des mots difficiles... Archéologie ! 
poitrinas. - Vous y êtes ?
caboussat. - Attendez... (À part.) Archéologie... est-ce q-u-é que ? ou k-é ? Oh ! une idée !

Eugène Labiche et Alphonse Leveaux, La Grammaire scène XV (1867).



Sans qu'on puisse dire que Caboussat c'est Labiche, l'auteur du Voyage de Monsieur Perrichon, qui ne sera élu à l'Académie qu'en 1880, n'était pas toujours très sûr de lui en matière d'orthographe. Dix ans avant La Grammaire, il avait écrit une comédie, Le Secrétaire de Madame, dont le héros était également gêné par son ignorance en ce domaine.

Questions
1. Compréhension de la scène : relevez dans les répliques des personnages des indices vous permettant de reconstituer les événements antérieurs à cette scène.
2. Quel est le problème qui se pose à Caboussat ? À votre avis, quel stratagème a-t-il en tête pour le résoudre ? Prolongez la scène par quelques répliques.
3. Relevez les indices typographiques qui permettent au premier coup d'œil d'identifier ce texte comme étant extrait d'une pièce de théâtre.
4. Analysez  de  quoi  provient  le comique dans cette scène.
5. Archéologie : s'agit-il d'un mot dérivé ou composé ? Trouvez d'autres mots utilisant l'un ou l'autre des éléments dont il est formé. De quelle langue ces éléments proviennent-ils ?
6. Expression écrite ou orale. Reconnaissez-vous dans les « stratégies » de Caboussat des pratiques qui sont aussi les vôtres quand vous vous trouvez en difficulté en matière d'orthographe ?
7.En quoi peut-on dire que la méconnaissance de l'orthographe est un handicap ?

SÉANCE 2 : un sonnet phonétique, pour ou contre la réforme de l'orthographe ?
À A. Duvigneaux,
Trop fougueux adversaire de l'orthographe phonétique

 É coi vréman, bon Duvignô,
 Vou zôci dou ke lé zagnô 
É meïeur ke le pin con manj,
 Vou metr' an ce courou zétranj

 Contr (e) ce ta de brav(e) jan 
O fon plus bête ke méchan 
Drapan leur linguistic étic
 Dan l'ortograf (e) fonétic ?

 Kel ir (e) donc vou zambala ? 
Vizavi de ce zoizola 
Sufi d'une paroi (e) verde.

Et pour leur prouvé san déba 
 Kil é dé mo ke n'atin pa 
                        Leur sistem (e), dizon-leur :...                 
    
 Verlaine


Questions
1. Rappelez les caractéristiques principales du sonnet. Quel est le type de vers utilisé par Verlaine ? Établissez un schéma des rimes. Que pensez-vous de la façon dont le « poète » appelle ici la rime finale (qu'il n'a pas osé écrire en toutes lettres) ?
2. Quelles remarques pouvez-vous faire sur le système utilisé par Verlaine pour transcrire les phonèmes ? Quels graphèmes ont disparu, et par quoi sont-ils remplacés ?
3. Est-ce pour autant un système totalement logique ? Que pensez-vous de la transcription « phonétique » des liaisons?
4. Quels sont les mots qui ne sont pas altérés par l'orthographe phonétique ? Faites si possible un commentaire sur la nature de ces mots. Verlaine aurait-il pu transcrire autrement la conjonction « donc » ?
5. Repérez des expressions où Verlaine a modifié la segmentation (manière dont les mots sont coupés les uns par rapport aux autres).
6. « Kel ir(e) donc vou zambala ? » Quels sont les inconvénients de l'orthographe phonétique en ce qui concerne : a. la compréhension ; b. le décompte des syllabes dans le vers ?
7. En revanche, la transcription phonétique permet d'obtenir des « rimes pour l'œil » qui seraient impossibles avec l'orthographe habituelle ; lesquelles ?
8. Retrouvez dans le texte deux noms synonymes de « colère ». Citez-les avec leur orthographe habituelle.
9. Montrez à l'aide du texte que Verlaine fait référence à un débat qui avait cours à l'époque. Prend-il parti ?
Recherche : des débats sur l'orthographe ont-ils encore cours aujourd'hui ?
10. Retranscrivez ce sonnet en utilisant le système orthographique habituel. Le texte y perd-il ou y gagne-t-il en intérêt?

S3: L'épreuve de l'orthographe.

Nous sommes au début du XXe siècle. Les candidates au Brevet élémentaire, qui sanctionne les trois premières années de l'enseignement primaire supérieur (l'équivalent de notre collège), s'apprêtent à subir l'épreuve de dictée et viennent de remplir l'entête de leur copie.


Cette petite formalité remplie, nous attendons qu'on veuille bien nous dicter quelque chose. Je regarde autour de moi les petites figures inconnues, dont plusieurs me font pitié, tant elles sont déjà tendues et  anxieuses.
On sursaute, Roubaud a parlé dans le silence :
 « Épreuve d'orthographe, mesdemoiselles, veuillez écrire : je ne répète qu'une seule fois la phrase que je dicte. » II commence la dictée en se promenant dans la classe.
Grand silence recueilli [...].
Ils ont fourré des participes, tendu des embûches de pluriels équivoques, dans cette dictée qui arrive à n'avoir plus aucun sens tant ils ont tortillé et hérissé  toutes les phrases. C'est enfantin !
«&nbsp;Un point, c'est tout. Je relis.&nbsp;»
Je crois bien ne pas avoir de fautes ; je n'ai qu'à veiller aux accents, car ils vous comptent des demi-fautes, des quarts de faute, pour des velléités d'accents qui traînent mal à propos au-dessus des mots. Pendant que je relis, une petite boule de papier tombe sur ma feuille ; je la déroule dans le creux de ma main, c'est la grande Anaïs qui m'écrit : « Faut-il un S à trouvés, dans la seconde phrase ? [...] Relevant la tête, je lui adresse un imperceptible « oui » et elle corrige, paisiblement.
«&nbsp;Vous avez cinq minutes pour relire, annonce la voix de Roubaud. L'épreuve d'écriture suivra&nbsp;»



























Questions T3
Questions

1. Le texte comporte un indice permettant de connaître le sexe du narrateur. S'agit-il d'un indice orthographique ?
2. Pourquoi les « petites figures » dont parle Colette sont-elles « inconnues » ?
3. Le récit révèle certains traits de caractère chez la narratrice ainsi que chez « la grande Anaïs » : lesquels ?
4. Inventez des phrases où vous emploierez des homophones des mots « fois », « point », « relis », « veillez », « mots », «faut », « voix ».
5. Expliquez l'expression « des velléités d'accents ». À quelle famille de mots le nom « velléité » appartient-il ? Retrouvez dans le texte un verbe de la même famille, conjugué à deux modes différents que vous identifierez.
6. Relevez dans le texte les mots comportant des accents (aigus, graves ou circonflexes). Puis, pour chacune des affirmations suivantes, indiquez si elle vous semble vraie ou fausse :
a. La terminaison -é à la fin d'un mot signale souvent un participe passé ;
b. on ne trouve d'accent grave sur un e que quand la syllabe suivante comporte un e muet ;
c. seules les lettres a et e peuvent comporter un accent grave ;
d. la préposition à et le verbe a sont des homophones lexicaux ;
e. quand un nom féminin prononcé [te] ou [tje] se termine par -é (et non -ée), il s'agit d'un nom abstrait ;
f.  « Je répète » : à certaines formes, ce verbe pourrait comporter un accent aigu sur la deuxième syllabe ;
g. « que je déroule » : à certaines formes, ce verbe pourrait comporter un accent grave sur la première syllabe ;
h. « relevant la tête » : à certaines formes, ce verbe pourrait comporter un accent grave sur la deuxième syllabe ;
i. l'accent circonflexe peut avoir une valeur étymologique et rappeler une lettre disparue que l'on retrouve dans d'autres mots de la même famille ;
j. dans ce cas, la lettre disparue est toujours un ancien -s, comme le prouve le nom « embûche » ;
k. le tréma sert à indiquer que, quand un mot comporte deux voyelles consécutives, elles doivent être prononcées séparément ;
1. le tréma se place toujours sur la seconde des deux voyelles ; dans la liste suivante : Anaïs, aiguë, Noël, maïs, nous haïssons, aucun des mots ne comporte de faute d'orthographe.
7. Pourquoi le nom « velléités » ne comporte-t-il pas de tréma ?
8. Inventez une phrase où le mot « trouvés » comporte bel et bien un -s final. Expliquez quelle règle vous avez appliquée pour que le mot s'écrive ainsi.
9. « L'épreuve d'écriture suivra » : à votre avis, de quoi s'agit-il ?
Débat (expression orale) : faut-il attacher de l'importance à l'écriture et à la lisibilité lorsqu'on produit un texte manuscrit ?
10.  Dans quel état d'esprit sont les candidates ?Quelle conception de la dictée se dégage de ce récit ?
séquence tirée de la NRP
[[documents|http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%204%e8me/Orthographe/]]

S1: [[Méconnaissance de l'orthographe, un handicap social ?]]
S2: [[Un sonnet phonétique]]
S3: [[L'épreuve de l'orthographe]]
S4: [[Les marques du féminin]]
S5: [[Le vieux saltimbanque]]
Annexe1: [[Orthographe royale]]

<<tabs tabsClass [[S1]] "Méconnaissance de l'orthographe, un handicap social ?" [[Méconnaissance de l'orthographe, un handicap social ?]] [[S2]] "Un sonnet phonétique" [[Un sonnet phonétique]]  [[S3]] "L'épreuve de l'orthographe" [[L'épreuve de l'orthographe]] [[S4]] "Les marques du féminin" [[Les marques du féminin]] [[S5]] "Dictée" [[Le vieux saltimbanque]] [[Annexe1]] "L'orthogra^phe de quelques rois" [[Orthographe royale]]>>
S3: L'épreuve de l'orthographe.

//Nous sommes au début du XXe siècle. Les candidates au Brevet élémentaire, qui sanctionne les trois premières années de l'enseignement primaire supérieur (l'équivalent de notre collège), s'apprêtent à subir l'épreuve de dictée et viennent de remplir l'entête de leur copie.//


Cette petite formalité remplie, nous attendons qu'on veuille bien nous dicter quelque chose. Je regarde autour de moi les petites figures inconnues, dont plusieurs me font pitié, tant elles sont déjà tendues et  anxieuses.
On sursaute, Roubaud a parlé dans le silence :
 « Épreuve d'orthographe, mesdemoiselles, veuillez écrire : je ne répète qu'une seule fois la phrase que je dicte. » II commence la dictée en se promenant dans la classe.
Grand silence recueilli [...].
Ils ont fourré des participes, tendu des embûches de pluriels équivoques, dans cette dictée qui arrive à n'avoir plus aucun sens tant ils ont tortillé et hérissé  toutes les phrases. C'est enfantin !
« Un point, c'est tout. Je relis. »
Je crois bien ne pas avoir de fautes ; je n'ai qu'à veiller aux accents, car ils vous comptent des demi-fautes, des quarts de faute, pour des velléités d'accents qui traînent mal à propos au-dessus des mots. Pendant que je relis, une petite boule de papier tombe sur ma feuille ; je la déroule dans le creux de ma main, c'est la grande Anaïs qui m'écrit : « Faut-il un S à trouvés, dans la seconde phrase ? [...] Relevant la tête, je lui adresse un imperceptible « oui » et elle corrige, paisiblement.
« Vous avez cinq minutes pour relire, annonce la voix de Roubaud. L'épreuve d'écriture suivra »

+++[Questions]>

1. Le texte comporte un indice permettant de connaître le sexe du narrateur. S'agit-il d'un indice orthographique ?
2. Pourquoi les « petites figures » dont parle Colette sont-elles « inconnues » ?
3. Le récit révèle certains traits de caractère chez la narratrice ainsi que chez « la grande Anaïs » : lesquels ?
4. Inventez des phrases où vous emploierez des homophones des mots « fois », « point », « relis », « veillez », « mots », «faut », « voix ».
5. Expliquez l'expression « des velléités d'accents ». À quelle famille de mots le nom « velléité » appartient-il ? Retrouvez dans le texte un verbe de la même famille, conjugué à deux modes différents que vous identifierez.
6. Relevez dans le texte les mots comportant des accents (aigus, graves ou circonflexes). Puis, pour chacune des affirmations suivantes, indiquez si elle vous semble vraie ou fausse :
a. La terminaison -é à la fin d'un mot signale souvent un participe passé ;
b. on ne trouve d'accent grave sur un e que quand la syllabe suivante comporte un e muet ;
c. seules les lettres a et e peuvent comporter un accent grave ;
d. la préposition à et le verbe a sont des homophones lexicaux ;
e. quand un nom féminin prononcé [te] ou [tje] se termine par -é (et non -ée), il s'agit d'un nom abstrait ;
f.  « Je répète » : à certaines formes, ce verbe pourrait comporter un accent aigu sur la deuxième syllabe ;
g. « que je déroule » : à certaines formes, ce verbe pourrait comporter un accent grave sur la première syllabe ;
h. « relevant la tête » : à certaines formes, ce verbe pourrait comporter un accent grave sur la deuxième syllabe ;
i. l'accent circonflexe peut avoir une valeur étymologique et rappeler une lettre disparue que l'on retrouve dans d'autres mots de la même famille ;
j. dans ce cas, la lettre disparue est toujours un ancien -s, comme le prouve le nom « embûche » ;
k. le tréma sert à indiquer que, quand un mot comporte deux voyelles consécutives, elles doivent être prononcées séparément ;
1. le tréma se place toujours sur la seconde des deux voyelles ; dans la liste suivante : Anaïs, aiguë, Noël, maïs, nous haïssons, aucun des mots ne comporte de faute d'orthographe.
7. Pourquoi le nom « velléités » ne comporte-t-il pas de tréma ?
8. Inventez une phrase où le mot « trouvés » comporte bel et bien un -s final. Expliquez quelle règle vous avez appliquée pour que le mot s'écrive ainsi.
9. « L'épreuve d'écriture suivra » : à votre avis, de quoi s'agit-il ?
Débat (expression orale) : faut-il attacher de l'importance à l'écriture et à la lisibilité lorsqu'on produit un texte manuscrit ?
10.  Dans quel état d'esprit sont les candidates ?Quelle conception de la dictée se dégage de ce récit ?===
!Sur une île

//Après le naufrage de La Virginie, Robinson se réveille sur une île.//
Lorsque Robinson reprit connaissance, il était couché, la figure dans le sable. Une vague déferla sur la grève mouillée et vint lui lécher les pieds. Il se laissa rouler sur le dos. Des mouettes noires et blanches tournoyaient en gémissant dans le ciel redevenu bleu après la tempête. Robinson s'assit avec effort et ressentit une vive douleur à l'épaule gauche. La plage était jon­chée de poissons morts, de coquillages brisés et d'algues noires rejetés par les flots. A l'Ouest, une falaise rocheuse s'avançait dans la mer et se prolongeait par une chaîne de récifs. C'était là que se dressait la silhouette de La. Virginie avec ses mâts arrachés et ses cordages flottant dans le vent.
*

//Le lendemain, il réfléchit à sa situation.//
En somme sa situation était loin d'être désespérée. Certes, cette île était apparemment déserte. Mais cela ne valait-il pas mieux que si elle avait été peuplée de cannibales? En outre elle paraissait assez accueillante, avec sa belle plage au nord, des prairies humides et sans doute marécageuses à l'est, sa grande forêt à l'ouest, et, en son centre, ce massif rocheux que perçait une grotte mystérieuse et qui offrait un point de vue magnifique sur tout l'horizon.
*

//Des années plus tard, Robinson décide de rester sur l'île, malgré la. visite d'un navire, le Whitebird, dont un pauvre mousse s'est échappé.//
[Robinson] s'arrêta à mi-chemin et regarda son nouvel ami. Un pâle sourire éclaira le visage maigre, semé de taches de rousseur. Il ouvrit la main et regarda la main qui y était blottie. Elle était mince, faible, mais labourée par les travaux du bord.
Du haut du piton rocheux, on voyait toute l'île qui était noyée dans la brume. Sur la plage, le canot et la pirogue commençaient à tourner, atteints par les vagues de la marée montante. Très loin au nord sur la mer, on distinguait un point blanc qui fuyait vers l'horizon : le Whitebird.

M.Tournier, Vendredi ou la vie sauvage [1971], Éd. Gallimard, coll.  Folio, 1987
Exercice 1
Voici des groupes de synonymes.
1.semblable - identique - pareil -
similaire - équivalent - égal.
2.propre - net - impeccable - pur -
immaculé.
3.sûr - certain - persuadé - assuré
-	convaincu.
4.	juste - équitable - raisonnable -
sensé.
a.	Relevez dans chaque groupe
ceux qui ne sont que masculin.
b.	Donnez leur forme au féminin.
c.	Parmi ces vingt mots, indiquez
les deux seuls dont on soit sûr à l'oral
qu'ils sont au masculin.
d.	Trouvez vous-même un adjectif
qui pourrait aussi appartenir à cette
catégorie.
Exercice 2
1.	Parmi les adjectifs de la liste sui­
vante, relevez :
a.	ceux qui s'écrivent pareil au masculin et au féminin ;
b.	ceux qui ne s'écrivent pas pareil
au masculin et au féminin ;
c.	ceux qui se prononcent pareil au masculin et au féminin ;
d.	ceux qui ne se prononcent pas
pareil au masculin et au féminin.
4.Comment se terminent les adjec­
tifs relevés en a. ? Qu'en déduisez-vous?
5.Quels sont ceux de la question b.
auxquels il suffit de rajouter un e pour trouver le féminin ?
6.Quels sont ceux qui redoublent
la consonne devant le e ?
7.Quels sont ceux qui subissent
d'autres transformations orthographiques ?
Liste : chauve - vert - fort - vide -aigu - menteur - terne - bleu - indiscret - bizarre - étrange - louche -curieux - âpre - étonnant - long -ancien - gros - large - public – étroit - immense - heureux - sauvage -
vieux - grêle - amer - divers - responsable - bon - faux - obligatoire -sucré - utile - consolateur – complet - hostile - honnête - doux - loquace-salé - grec - insipide - malhonnête -volubile - idiot - enchanteur - muet -nul - frais - stupide - roux - insensé -sot - supérieur - propice - pauvre -jaune - rouge - noir - blanc - gris.
Exercice 3
8.Distinguez dans la liste les
notions grammaticales con-cernées par le genre en barrant les autres.
9.Quelles sont les deux notions
grammaticales qui peuvent entraîner des changements orthographiques dans des mots qui dépendent d'elles ?
Liste : noms - auxiliaire être -auxiliaire avoir - adverbe tout -adverbe en -ment - locution adver­biale - préposition - locution préposi­tive - proposition principale - pro­nom personnel - pronom possessif -pronom démonstratif - pronom relatif (forme simple) - pronom relatif (forme composée) - participe passé -participe présent - déterminant -adjectif qualificatif - adjectif verbal -gérondif - infinitif présent - infinitif passé - impératif - indicatif présent -indicatif imparfait - indicatif passé simple — indicatif plus-que-parfait -indicatif futur - indicatif futur anté­rieur - indicatif passé composé - sub­jonctif présent - subjonctif passé -subjonctif imparfait - subjonctif plus-que-parfait - conditionnel présent -conditionnel passé - voix active -voix passive - fonction sujet - fonction complément d'objet direct -fonction complément d'objet indirect - déterminant numéral.
Exercice 4
Formez des groupes nominaux masculins en conservant les adjectifs.
1. une sœur majeure - 2. une cas­sure nette - 3. une voix fluette - 4. une touche légère - 5. une circulation interdite - 6. une boisson sucrée - 7. une histoire vraie - 8. une fourmi tra­vailleuse - 9. une allure masculine -10. une silhouette élancée - 11. une victoire franche - 12. une décision cruelle - 13. une somme nulle - 14. une fille gentille - 15. une lettre ven­geresse - 16. une réunion publique.
Exercice 5
Support : « La Cigale et la Fourmi » et « Le Corbeau et le Renard ».
10.Relevez toutes les marques du féminin.
11.Soulignez celles qui s'entendent.
12.Relevez toutes les marques du
masculin.
13.Relevez tous les mots qui sont
des substituts lexicaux
14.(groupes nominaux) ou grammaticaux (pronoms) mis pour les deux protagonistes ou les représentant.
15.Que constatez-vous quant à la
représentation du genre dans chaque fable ?
Exercice 6
Faites la transcription phonétique des groupes suivants en laissant un espace entre chaque « mot » retrans­crit et en incluant le son de la liaison dans le mot suivant.
Modèle : les eaux : [le zo].
16.de jolies ardoises – de jolis oiseaux.
17.les hautes herbes - les hauts sommets.
18.les hauteurs - les auteurs.
19.une belle harmonie - un bel harmonica.
20.il a entendu - il l'a entendue.
21.le travail seul - il travaille seul - elle travaille seule.
Exercice 7
Parmi les mots suivants, quels sont ceux que vous identifiez immédiate­ment comme étant au féminin ?
Précisez leur classe grammaticale.
prends -sa- venez - dont - mais
   été - dessus - elle - tout - qui -
vraiment - car - mes - à - cinquante - laquelle - huit - les -douze - la mienne -un- celui – des - du - la - lui - leur - mon - et - ton - lesquelles - son - ils - notre -
eu - votre - nos - donc - ceux – vos - tes - ses - leurs - que - où – des ­  quels - avec - ma - quand - quel - celle.
Une fable est un [[genre littéraire]];très ancien - il remonte à l'Antiquité - il est resté vivant à travers les siècles, ce qui n'est pas le cas de l'ode ou de l'épopée, pour ne citer qu'elles. On peut classer ses caractéristiques ainsi:
# Le récit vise à convaincre le lecteur d'une morale. La fable est un genre __argumentatif__. Il faudrait se pencher sur les analogies qu'elle peut présenter avec les ''exempla'' chrétien ou les'' contes zen ''  +++ comme les deux précédents, elle est peut-être un enseignement païen, une sagesse des anciens dieux, oubliée; d'où la présence des animaux totem===  La morale est explicite le plus souvent, à la fin ou au début. Elle est le discours du narrateur.
# Les personnages sont très fréquemment des animaux, mais pas uniquement ( La Mort et le Bucheron: une personnification et un humain). Dans tous les cas les personnages sont réduits à des types ( moraux ou sociaux) :lion = roi, renard = ruse, singe = malice, loup = brute, fourmi = activité
# Les fables sont des textes courts.
# En France, depuis la Fontaine, elles sont en vers plutôt qu'en prose.
S1: Découverte du roman
Présentation de Pouchkine
Explication de l'onomastique russe
S2:Incipit du roman
Effet de réalisme pour un roman historique.
S3: Lecture du chap 1
S4: Traversée de la steppe
S5: Décrire un personnage
S6: Rencontre des protagonistes (fin chap VIII)
A quoi reconnaitre un héros dans un roman ?
S6: Piotr, un héros (romantique)
S7: Evaluation
Une grenouille vit un bœuf
Qui lui sembla de belle taille.
Elle, qui n’était pas grosse en tout comme un œuf,
Envieuse s’étend, et s’enfle, et se travaille
Pour égaler l’animal en grosseur,
Disant : « Regardez bien, ma sœur ;
Est-ce assez ? dites-moi. N’y suis-je point encore ?
— Nenni — M’y voici donc ? — Point du tout. — M’y voilà ?
— Vous n’en approchez point. » La chétive pécore
S’enfla si bien qu’elle creva.

Le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages :
Tout bourgeois veut bâtir comme les grands seigneurs ;
Tout petit prince a des ambassadeurs ;
Tout marquis veut avoir des pages.

                Jean de La Fontaine, Fable III, Livre I.

+++[Questions]
1.Donnez un synonyme à'«Envieuse» et de «chétive».
!Grammaire
12.Repérez les passages de récit et de discours en indiquant les numéros de
vers ; précisez lorsqu'il s'agit de dialogue.
13.Quelle est la valeur du présent au vers 4?
14.Relevez une phrase injonctive et une phrase interrogative.
!Analyse
15.Quels sont les personnages de cette fable?
16.A qui s'adresse la grenouille dans le dialogue?
7.Vers 1 à 5 : relevez les mots ou expressions qui caractérisent la grenouille. Justifiez la place de l'adjectif dans le vers 4. Nommez le défaut dont La Fontaine se moque et citez une autre fable de La Fontaine qui le tourne en ridicule.
17.Comment la grenouille juge-t-elle le bœuf?
18.Quel est le but de la grenouille? Relevez les expressions qui expriment ce but.
19.Quelle est la fonction du dialogue dans le récit?
20.Justifiez la place du dialogue au milieu du récit.
21.Comment les efforts de la grenouille sont-ils suggérés? Observez le
vocabulaire, les temps utilisés, les sonorités, la construction des phrases et le
rythme des vers pour rédiger votre réponse.
22.Que montrent les réponses de l'interlocuteur de la grenouille?
23.Comment La Fontaine rend-il compte de la fin de la grenouille?
24.Reformulez la morale. À qui s'adresse-t-elle?
LISE  FUCCELLARO===

Source: [[La Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/La_Grenouille_qui_veut_se_faire_aussi_grosse_que_le_b%C5%93uf]]
*S1: Caractéristiques du fait divers
Très situé et daté , et la sit. d'énonc.
*S2: Fait divers: drame ?
Le lecteur doit se dire "ça peut m'arriver", avec la satisfaction que non. Etude de l'accident (chps lexical)
*S3: Début de "la ronde".
**Relever les éléments permettants de brosser le portrait des jf
** Qualifier leur amitié
*S4: Un fait divers tragique
Vol à l'arrachée et mort accidentelle. Temps suspendu, fin brutale
Atmosphère ? La ville et les gens ? les sentiments ? Qu'est la fatalité ?
* S1: Contrôle de lecture
* S2: [[L'incipit de ''La nuit du renard'']]
!La planète des singes&nbsp;: Test de lecture 1
Vous répondrez aux différentes questions en rédigeant des phrases

1.Comment s’appelle le héros&nbsp;?
2.Comment le lecteur connaît-il son histoire&nbsp;?
3.Comment s’appelle la planète où atterrissent le héros et ses compagnons&nbsp;?
4.Que trouvent-ils sur cette planète&nbsp;?
5.Comment appellent-ils la jeune fille qu’ils découvrent sur cette planète&nbsp;? Pourquoi&nbsp;
6.Qu’a de particulier cette jeune fille&nbsp;?
7.Á travers l’histoire racontée, quel problème est posé en ce début de roman&nbsp;?
!La planète des singes&nbsp;: Test de lecture 2
Vous répondrez aux différentes questions en rédigeant des phrases

1.Comment Zira explique-t-elle scientifiquement l’origine et l’évolution des singes et des hommes sur sa planète&nbsp;?
2.Quel nouveau personnage apparaît dans la seconde partie. Qui est-il&nbsp;? Sur quoi portent ses recherches scientifiques&nbsp;?
3.Comment évoluent les rapports de Zira et du héros&nbsp;?
4.Quel est le plan de Zira pour faire sortir Ulysse du laboratoire&nbsp;?
5.Que trouve Ulysse au zoo&nbsp;? Quel problème posé dans toute l’œuvre reprend ce passage&nbsp;?
6.Qu’arrive-t-il au professeur Antelle à la fin de la deuxième partie&nbsp;? Quelles questions soulève le cas du professeur&nbsp;?
!La planète des singes&nbsp;: Test de lecture 3
Vous répondrez aux différentes questions en rédigeant des phrases

1.Que propose Cornélius à Ulysse&nbsp;?
2.Quel point pose problème à Cornélius dans la théorie de l’évolution des singes&nbsp;?
3.Que découvre Cornélius dans les ruines&nbsp;? Pourquoi cette découverte est-elle importante
4.Comment Ulysse explique-t-il l’attraction des singes pour la biologie&nbsp;?
5.Qu’arrive-t-il  à  Nova&nbsp;? Pourquoi le nouvel état de Nova effraie-t-il les singes&nbsp;?
6.Quelle découverte capitale concernant les humains Cornélius montre-t-il à Ulysse dans le laboratoire&nbsp;?
7.Quel avertissement l’auteur donne-t-il au lecteur à travers les paroles de la jeune fille du laboratoire&nbsp;?
8.Quel retournement spectaculaire se produit à la fin&nbsp;?
9.Qui sont Jinn et Phyllis&nbsp;? Que peut-on en conclure&nbsp;?
!Réponses
!!La planète des singes : Test de lecture 1
Vous répondrez aux différentes questions en rédigeant des phrases
# Comment s’appelle le héros ?''Ulysse Mérou, journaliste, sans famille''
# Comment le lecteur connaît-il son histoire ?  ''Grâce au manuscrit trouvé dans une bouteille lancée dans l'espace''
# Comment s’appelle la planète où atterrissent le héros et ses compagnons ? ''Ils la baptisent soror, c'est une des 4 planètes qui tournent autour de Bételgeuse''
#Que trouvent-ils sur cette planète ? ''Cette planète a la même composition que la terre (air, végétation...), ils y découvrent une empreinte de pas''
# Comment appellent-ils la jeune fille qu’ils découvrent sur cette planète ? Pourquoi ? ''Ils l'appellent Nova''
# Qu’a de particulier cette jeune fille ? ''Ne parle pas, ne sourit pas, a peur des vêtements et des objets''
# A travers l’histoire racontée, quel problème est posé en ce début de roman ?
# Pourquoi les hommes de cette planète ont-ils un comportement de sauvage?
!!La planète des singes : Test de lecture 2
#Comment Zira explique-t-elle scientifiquement l’origine et l’évolution des singes et des hommes sur sa planète ? ''Ils ont réussi à developper leur cerveau car ils sont quadrumanes''
# Quel nouveau personnage apparaît dans la seconde partie. Qui est-il ? Sur quoi portent ses recherches scientifiques ? ''Cornélius, fiancé de Zira, scientifique''
# Comment évoluent les rapports de Zira et du héros ? ''Complicité proche d'un rapport amoureux, malgré le dégout que leur procurent leurs apparences respectives''
# Quel est le plan de Zira pour faire sortir Ulysse du laboratoire ? ''Organiser une conférence au congrès lors de laquelle Ulysse va expliquer qu'il est un homme de la terre''
# Que trouve Ulysse au zoo ? Quel problème posé dans toute l’œuvre reprend ce passage ? ''Professeur Antelle.Le problème de la capacité de l'homme à régresser à l'état sauvage, dès qu'il cesse de lutter''
# Qu’arrive-t-il au professeur Antelle à la fin de la deuxième partie ? Quelles questions soulève le cas du professeur ? ''Le prof se comporte comme un homme de soror. Dans un autre contexte Ulysse aurait pu lui aussi régresser. Sans stimulation intellectuelle, sans effort l'homme retourne à l'état sauvage''
!!La planète des singes : Test de lecture 3
# Que propose Cornélius à Ulysse ? ''Il lui propose de se rendre sur un site archéologique et de l'aider dans ses recherches''
# Quel point pose problème à Cornélius dans la théorie de l’évolution des singes ? ''La civilisation simienne a fait son apparition miraculeusement il y 10 mille ans, et n'a pas évolué depuis, comme si elle s'était contentée d'imiter une civilisation qui aurait existé avant elle.''
# Que découvre Cornélius dans les ruines ? Pourquoi cette découverte est-elle importante ? ''une poupée qui dit « papa », ce qui prouve que son créateur imaginait que les hommes pouvaient parler.''
# Comment Ulysse explique-t-il l’attraction des singes pour la biologie ? ''Ils veulent comprendre leur origine.''
# Qu’arrive-t-il  à  Nova ? Pourquoi le nouvel état de Nova effraie-t-il les singes ? '' Elle est enceinte. Les singes ont peur que cela donne naissance à une nouvelle race d'hommes intelligents.''
# Quelle découverte capitale concernant les humains Cornélius montre-t-il à Ulysse dans le laboratoire? ''Des cobayes humains possèdent en eux la mémoire de la civilisation passée.''
# Quel avertissement l’auteur donne-t-il au lecteur à travers les paroles de la jeune fille du laboratoire ?'' Il faut se garder de devenir une Humanité veule et fainéante, qui se laisse faire sans réagir''
# Quel retournement spectaculaire se produit à la fin ? ''Ulysse, Nova et leur enfant retournent sur terre, mais les singes ont pris la place des hommes.''
# Qui sont Jinn et Phyllis ? Que peut-on en conclure ? ''Ce sont des singes. On peut en conclure que la race humaine n'existe plus.''
S1: Nox, de V Hugo
!__Première réception__
« Recevoir un livre », est plus large que « lire un livre ».
Quand on reçoit une lettre, avant même de l'ouvrir, on peut se faire une idée de l'expéditeur.
@@color(#ff0000):La réception d'un livre, c'est tout ce que le lecteur peut penser d'un livre, avant, pendant et après sa lecture ou sa non-lecture.@@
Toute personne a des idées sur un livre, même sans l'avoir lu.
(Il faut vous  entraîner à parler de livre que vous n'avez pas lu).

Point d'appui de la réception.
# Le titre
|!TITRE|!IMPRESSION|!EXPLICATION|
|bgcolor(lightblue):Les Fourmis|texte explicatif||
|bgcolor(lightblue):Je suis une légende|Qui peut dire « ça »? surtout au présent|Ce sont les  derniers mots du texte: le lecteur commence et finit par eux; le texte tourne en rond|
|bgcolor(lightblue):Quand j'avais 5 ans...|Narrateur suicidaire, même s'il ne s'est pas tué; c'est un enfant; qui est-ce ?|Première phrase du livre: cette affirmation doit être expliquée (il 'est vraiment un peu tué)|
|bgcolor(lightblue):Je suis d'ailleurs|Qui parle ? « ici » est où se situe « je »: Problème de cet « ailleurs »|l'ailleurs du roman est l'au-delà; je est un démon|
|bgcolor(lightblue):Ravage|un livre-catastrophe|livre nostalgique du monde rural|

# l'auteur (son oeuvre, son époque, sa nationalité...)
# la collection (publie des oeuvres assez similaires)
  (Retenez toujours le titre, l'auteur et parfois la collection)

#l'illustration, qui est le reflet de la lecture de l'illustrateur
# la quatrième de couverture et son résumé.
# l'opinion que les gens ont de ce livre.
Evolution de I, 7 à V, 1
Kott: p102 "Dans ce couple sans enfants, ou plutôt dont les enfants sont morts, c'est elle qui est l'homme. Elle exige de Macbeth qu'il accomplisse le meurtre pour confirmer sa virilité; elle l'exige presque comme un acte d'amour("Désormais, je croirai ton amour aussi fragile que ton espoir [...] C'est lorsque vous osiez que vous êtiez un homme.)
II, 2 Un peu d'eau nous lavera de ceci: rien de plus facile.
III, 4 Elle essaie de remettre Macbeth sur le tabouret, à sa place, devant ses sujets.
Inquiétude d’une époque qui craque et voudrait faire la pause ? “Ecoutez ! Ce coup sourd, c’est un gigantesque craquement quelque part sous terre ; ce craquement, une pomme de pin préhistorique qui tombe parmi les fougères et va pourrir là.” Regret de cet inutile que l’on a chassé (sauf parfois pour les énumérations) car il entrave le parti pris des phrases (souvent) courtes dans la presse ? “Le mécanisme se contracte, se dilate comme celui d’une horloge s’ouvre et se ferme ; on mange et on boit ; par moments, on parle.” Point rassembleur qui contourne la sécheresse du point et le souffle trop léger de la virgule ; point à la petite racine où l’on puise le respir.

Source: [[Langue sauce piquante|http://correcteurs.blog.lemonde.fr/]]
[[Progression 4]]
[[Progression 3]]
[[Vocabulaire latin]] 
*01.29: exposés: Trouver une question provocante provoquant l'exposé (ex: quelle est la taille d'un camps romain? quelle est la couleur des temples ? qu'en voyait-on quand on sacrifiait? Une adolescente avait-elle une chambre ? Comment calculer l'inclinaison de l'adduction d'eau d'Uzès à Nîmes? etc...)
*01.26: Amour et Psyché (Ane d'or, V.5). Analyse et subjonctif présent. Qu'est-ce qu'un "mythe littéraire".
*01.23: problématiser les recherches pour les exposés. par ex: 
**quels ruines observe-t-on et quels bâtiments connaît-on ( même par des textes) ? 
**quelles étaient les couleurs ?
**pourquoi les constructions romaines ont-elles si longtemps fascinées l'Occident ?
**quels bâtiments a-t-on gardés ?
**quels bâtiments trouve-t-on dans tout l'empire ?
**...etc
(les trois ordres, les voûtes en berceau et en ogive, 
développer: Sparte; opposition Doriens et Ioniens
*01.22: premières recherches sur l'architecture (civile, privée, religieuse et militaire): internet et cdi
http://etablissements.ac-amiens.fr/0601178e/anatolude/Cid/index.htm

S1: Scène d'exposition
Les personnages, leurs relations: anticipation des problèmes.
S2: Une scène argumentative. (I,2)
S3: Le monologue de Don Diègue
S4: Une scène proverbiale.
S5:
S6: Un récit épique (IV, 3)
S7: Dire l'amour (III, 4)
  +rédaction
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute. »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

                Jean de La Fontaine, Fable II, Livre I.

Source: [[Le Corbeau et le Renard - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Corbeau_et_le_Renard]]
    Un Paon muait : un Geai prit son plumage ;
        Puis après se l’accommoda ;
    Puis parmi d’autres Paons tout fier se panada,
        Croyant être un beau personnage.
    Quelqu’un le reconnut : il se vit bafoué,
        Berné, sifflé, moqué, joué,
    Et par Messieurs les Paons plumé d’étrange sorte ;
    Même vers ses pareils s’étant réfugié,
        Il fut par eux mis à la porte.
    Il est assez de geais à deux pieds comme lui,
    Qui se parent souvent des dépouilles d’autrui,
        Et que l’on nomme plagiaires.
    Je m’en tais, et ne veux leur causer nul ennui :
     Ce ne sont pas là mes affaires.

                Jean de La Fontaine, Fable IX, Livre IV.

Source: [[Le Geai paré des plumes du paon - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Le_geai_par%C3%A9_des_plumes_du_paon]]
Livre IX, Fable X


        Autrefois carpillon fretin
        Eut beau prêcher, il eut beau dire,
        On le mit dans la poêle à frire.

    Je fis voir que lâcher ce qu’on a dans la main,

        Sous espoir de grosse aventure,
        Est imprudence toute pure.

    Le pêcheur eut raison ; carpillon n’eut pas tort :
    Chacun dit ce qu’il peut pour défendre sa vie.

        Maintenant il faut que j’appuie

    Ce que j’avançai lors de quelque trait encor.
    Certain loup, aussi sot que le pêcheur fut sage,

        Trouvant un chien hors du village,

    S’en alloit l’emporter. Le chien représenta
    Sa maigreur : Jà ne plaise à votre seigneurie

        De me prendre en cet état-là ;
        Attendez, mon maître marie
        Sa fille unique, et vous jugez

    Qu’étant de noce, il faut, malgré moi, que j’engraisse.

        Le loup le croit, le loup le laisse.
        Le loup, quelques jours écoulés,

    Revient voir si son chien n’est point meilleur à prendre ;

        Mais le drôle étoit au logis.
        Il dit au loup par un treillis :

    Ami, je vais sortir ; et si tu veux m’attendre,

        Le portier du logis et moi
        Nous serons tout à l’heure à toi.

    Ce portier du logis étoit un chien énorme,

        Expédiant les loups en forme.

    Celui-ci s’en douta. Serviteur au portier,
    Dit-il ; et de courir. Il était fort agile ;

        Mais il n’étoit pas fort habile :

    Ce loup ne savoit pas encor bien son métier.

Source: [[Le Loup et le Chien maigre - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Loup_et_le_Chien_maigre]]
Le narrateur est celui qui raconte l'histoire en faisant son récit.

!Questions à toujours se poser

__''''Qui est-il ?''''__
Le narrateur est-il un personnage de l'histoire, un témoin de l'histoire, un marionnettiste qui manipule les personnages dont il se pense radicalement différent ? ( la dernière proposition est une métaphore; peut-être n'est-elle pas valable:à vous d'en trouver d'autres.)r:

__''"Que voit-il ?"''__
Raconte-il toute l'histoire sans rien cacher au spectateur ?

__''''D'où parle-t-il ?''''__
Partage-t-il le point de vue d'un personnage (point de vue interne) ou se place-t-il au dessus des personnages ( point de vue omniscient) ou encore hors des personnages ( point de vue externe ?)

__''''A qui s'adresse-t-il ?''''__
A-t-il des intentions lorsqu'il raconte: pourquoi fait-il son récit ?  Qui est son [[narrataire]] ?

Nb: quelle était l'intention de l'auteur quand il a écrit cette histoire (pourquoi a-t-il écrit celle-là et non une autre ? ). Quel public vise-t-il ? 

Séparer auteur et narrateur a un pertinence limitée. Cette distinction sert surtout de garde-fou pour ne pas dire d'âneries sur l'auteur.

Annexe: le personnage: si le narrateur n'est pas présent en personne(age?) à quel personnage nous associe-t-il le plus (et lui avec ?)
        Petit poisson deviendra grand
        Pourvu que Dieu lui prête vie ;
        Mais le lâcher en attendant,
        Je tiens pour moi que c’est folie :
        Car de le rattraper il n’est pas trop certain.


    Un carpeau qui n’étoit encore que fretin
    Fut pris par un pêcheur au bord d’une rivière.
    Tout fait nombre, dit l’homme en voyant son butin :
    Voilà commencement de chère et de festin ;

        Mettons-le en notre gibecière.

    Le pauvre carpillon lui dit en sa manière :
    Que ferez-vous de moi ? Je ne saurois fournir

        Au plus qu’une demi-bouchée.
        Laissez-moi carpe devenir ;
        Je serai par vous repêchée ;

    Quelque gros partisan m’achètera bien cher :

        Au lieu qu’il vous en faut chercher
        Peut-être encor cent de ma taille

    Pour faire un plat : quel plat ! croyez-moi, rien qui vaille. —
    Rien qui vaille ! Eh bien, soit, repartit le pêcheur :
    Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur,
    Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire,

        Dès ce soir on vous fera frire.

    Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l’auras :

        L’un est sûr, l’autre ne l’est pas.

                Jean de La Fontaine, Fable III, Livre V.

Source: [[Le Petit Poisson et le Pêcheur - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Petit_Poisson_et_le_p%C3%AAcheur]]
    Autrefois le Rat de ville
    Invita le Rat des champs,
    D’une façon fort civile,
    A des reliefs d’Ortolans.

    Sur un Tapis de Turquie
    Le couvert se trouva mis.
    Je laisse à penser la vie
    Que firent ces deux amis.

    Le régal fut fort honnête,
    Rien ne manquait au festin ;
    Mais quelqu’un troubla la fête
    Pendant qu’ils étaient en train.

    A la porte de la salle
    Ils entendirent du bruit :
    Le Rat de ville détale ;
    Son camarade le suit.

    Le bruit cesse, on se retire :
    Rats en campagne aussitôt ;
    Et le citadin de dire :
    Achevons tout notre rôt.

    — C’est assez, dit le rustique ;
    Demain vous viendrez chez moi :
    Ce n’est pas que je me pique
    De tous vos festins de Roi ;

    Mais rien ne vient m’interrompre :
    Je mange tout à loisir.
    Adieu donc ; fi du plaisir
    Que la crainte peut corrompre.

                Jean de La Fontaine, Fable IX, Livre I.

Récupérée de « http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Rat_de_ville_et_le_Rat_des_champs »

Catégorie: Poèmes

Source: [[Le Rat de ville et le Rat des champs - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Rat_de_ville_et_le_Rat_des_champs]]
Tirée de ''Français histoire 5ème, Hatier'' (documents [[ici|http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%205%e8me/Renart/]])
S1:
*Présentation de l'oeuvre (entre autres par [[Wikipédia|http://fr.wikipedia.org/wiki/Roman_de_Renart]])
*"Visite" virtuelle d'[[une exposition de la bnf|http://expositions.bnf.fr/bestiaire/pedago/index.htm]]

S3 [[Satire de la mort chrétienne]]
S4: Renard et la mésange.
     Recherchez les fables avec le renard dans le site http://www.lafontaine.net/lesFables


Le Réquisitionnaire
Honoré de Balzac

« Tantôt ils lui voyaient, par un phénomène de vision ou de locomotion, abolir l'espace dans ses deux modes de Temps et de Distance, dont l'un est intellectuel et l'autre physique. »
Hist. intell. de Louis Lambert.
A MON CHER ALBERT MARCHAND DE LA RIBELLERIE.
Tours, 1836.
''
Par un soir du mois de novembre 1793, les principaux personnages de Carentan se trouvaient dans le salon de madame de Dey, chez laquelle l'assemblée se tenait tous les jours. Quelques circonstances qui n'eussent point attiré l'attention d'une grande ville, mais qui devaient fortement en préoccuper une petite, prêtaient il à ce rendez-vous habituel un intérêt inaccoutumé. La surveille, madame de Dey avait fermé sa porte à sa société, qu'elle s'était encore dispensée de recevoir la veille, en prétextant d'une indisposition.'' En temps ordinaire, ces deux événements eussent fait à Carentan le même effet que produit à Paris un relâche à tous les théâtres. Ces jours-là, l'existence est en quelque sorte incomplète. Mais, en 1793, la conduite de madame de Dey pouvait avoir les plus funestes résultats. La moindre démarche hasardée devenait alors presque toujours pour les nobles une question de vie ou de mort. Pour bien comprendre la curiosité vive et les étroites finesses qui animèrent pendant cette soirée les physionomies normandes de tous ces personnages, mais surtout pour partager les perplexités secrètes de madame de Dey, il est nécessaire d'expliquer le rôle qu'elle jouait à Carentan. La position critique dans laquelle elle se trouvait en ce moment ayant été sans doute celle de bien des gens pendant la Révolution, les sympathies de plus d'un lecteur achèveront de colorer ce récit.
Madame de Dey, veuve d'un lieutenant général, chevalier des ordres, avait quitté la cour au commencement de l'émigration. Possédant des biens considérables aux environs de Carentan, elle s'y était réfugiée, en espérant que l'influence de la terreur s'y ferait peu sentir. Ce calcul, fondé sur une connaissance exacte du pays, était juste. La Révolution exerça peu de ravages en ~Basse-Normandie. Quoique madame de Dey ne vît jadis que les familles nobles du pays quand elle y venait visiter ses propriétés, elle avait, par politique, ouvert sa maison aux principaux bourgeois de la ville et aux nouvelles autorités, en s'efforçant de les rendre fiers de sa conquête, sans réveiller chez eux ni haine ni jalousie. Gracieuse et bonne, douée de cette inexprimable douceur qui sait plaire sans recourir à l'abaissement ou à la prière, elle avait réussi à se concilier l'estime générale par un tact exquis dont les sages avertissements lui permettaient de se tenir sur la ligne délicate où elle pouvait satisfaire aux exigences de cette société mêlée, sans humilier le rétif amour-propre des parvenus, ni choquer celui de ses anciens amis.
Agée d'environ trente-huit ans, elle conservait encore, non cette beauté fraîche et nourrie qui distingue les filles de la ~Basse-Normandie, mais une beauté grêle et pour ainsi dire aristocratique. Ses traits étaient fins et délicats ; sa taille était souple et déliée. Quand elle parlait, son pâle visage paraissait s'éclairer et prendre de la vie. Ses grands yeux noirs étaient pleins d'affabilité, mais leur expression calme et religieuse semblait annoncer que le principe de son existence n'était plus en elle. Mariée à la fleur de l'âge avec un militaire vieux et jaloux, la fausseté de sa position au milieu d'une cour galante contribua beaucoup sans doute à répandre un voile de grave mélancolie sur une figure où les charmes et la vivacité de l'amour avaient dû briller autrefois. Obligée de réprimer sans cesse les mouvements naïfs, les émotions de la femme alors qu'elle sent encore au lieu de réfléchir, la passion était restée vierge au fond de son coeur. Aussi, son principal attrait venait-il de cette intime jeunesse que, par moments, trahissait sa physionomie, et qui donnait à ses idées une innocente expression de désir. Son aspect commandait la retenue, mais il y avait toujours dans son maintien, dans sa voix, des élans vers un avenir inconnu, comme chez une jeune fille ; bientôt l'homme le plus insensible se trouvait amoureux d'elle, et conservait néanmoins une sorte de crainte respectueuse, inspirée par ses manières polies qui imposaient. Son âme, nativement grande, mais fortifiée par des luttes cruelles, semblait placée trop loin du vulgaire, et les hommes se faisaient justice. A cette âme, il fallait nécessairement une haute passion. Aussi les affections de madame de Dey s'étaient-elles concentrées dans un seul sentiment, celui de la maternité. Le bonheur et les plaisirs dont avait été privée sa vie de femme, elle les retrouvait dans l'amour extrême qu'elle portait à son fils. Elle ne l'aimait pas seulement avec le pur et profond dévouement d'une mère, mais avec la coquetterie d'une maîtresse, avec la jalousie d'une épouse. Elle était malheureuse loin de lui, inquiète pendant ses absences, ne le voyait jamais assez, ne vivait que par lui et pour lui. Afin de faire comprendre aux hommes la force de ce sentiment, il suffira d'ajouter que ce fils était non-seulement l'unique enfant de madame de Dey, mais son dernier parent, le seul être auquel elle pût rattacher les craintes, les espérances et les joies de sa vie. Le feu comte de Dey fut le dernier rejeton de sa famille, comme elle se trouva seule héritière de la sienne. Les calculs et les intérêts humains s'étaient donc accordés avec les plus nobles besoins de l'âme pour exalter dans le coeur de la comtesse un sentiment déjà si fort chez les femmes. Elle n'avait élevé son fils qu'avec des peines infinies, qui le lui avaient rendu plus cher encore ; vingt fois les médecins lui en présagèrent la perte ; mais, confiante en ses pressentiments, en ses espérances, elle eut la joie inexprimable de lui voir heureusement traverser les périls de l'enfance, d'admirer les progrès de sa constitution, en dépit des arrêts de la Faculté.
Grâce à des soins constants, ce fils avait grandi, et s'était si gracieusement développé, qu'à vingt ans, il passait pour un des cavaliers les plus accomplis de Versailles. Enfin, par un bonheur qui ne couronne pas les efforts de toutes les mères, elle était adorée de son fils ; leurs âmes s'entendaient par de fraternelles sympathies. S'ils n'eussent pas été liés déjà par le voeu de la nature, ils auraient instinctivement éprouvé l'un pour l'autre cette amitié d'homme à homme, si rare à rencontrer dans la vie. Nommé sous-lieutenant de dragons à dix-huit ans, le jeune comte avait obéi au point d'honneur de l'époque en suivant les princes dans leur émigration.
Ainsi madame de Dey, noble, riche, et mère d'un émigré, ne se dissimulait point les dangers de sa cruelle situation. Ne formant d'autre voeu que celui de conserver à son fils une grande fortune, elle avait renoncé au bonheur de l'accompagner ; mais en lisant les lois rigoureuses en vertu desquelles la République confisquait chaque jour les biens des émigrés à Carentan, elle s'applaudissait de cet acte de courage. Ne gardait-elle pas les trésors de son fils au péril de ses jours ? Puis, en apprenant les terribles exécutions ordonnées par la Convention, elle s'endormait heureuse de savoir sa seule richesse en sûreté, loin des dangers, loin des échafauds. Elle se complaisait à croire qu'elle avait pris le meilleur parti pour sauver à la fois toutes ses fortunes. Faisant à cette secrète pensée les concessions voulues par le malheur des temps, sans compromettre ni sa dignité de femme ni ses croyances aristocratiques, elle enveloppait ses douleurs dans un froid mystère. Elle avait compris les difficultés qui l'attendaient à Carentan. Venir y occuper la première place, n'était-ce pas y défier l'échafaud tous les jours ? Mais, soutenue par un courage de mère, elle sut conquérir l'affection des pauvres en soulageant indifféremment toutes les misères, et se rendit nécessaire aux riches en veillant à leurs plaisirs. ''Elle recevait le procureur de la commune, le maire, le président du district, l'accusateur public, et même les juges du tribunal révolutionnaire. Les quatre premiers de ces personnages, n'étant pas mariés, la courtisaient dans l'espoir de l'épouser, soit en l'effrayant par le mal qu'ils pouvaient lui faire, soit en lui offrant leur protection. L'accusateur public, ancien procureur à Caen, jadis chargé des intérêts de la comtesse, tentait de lui inspirer de l'amour par une conduite pleine de dévouement et de générosité ; finesse dangereuse ! Il était le plus redoutable de tous les prétendants. Lui seul connaissait à fond l'état de la fortune considérable de son ancienne cliente. Sa passion devait s'accroître de tous les désirs d'une avarice qui s'appuyait sur un pouvoir immense, sur le droit de vie et de mort dans le district. Cet homme, encore jeune, mettait tant de noblesse dans ses procédés, que madame de Dey n'avait pas encore pu le juger. Mais, méprisant le danger qu'il y avait à lutter d'adresse avec des Normands, elle employait l'esprit inventif et la ruse que la nature a départis aux femmes pour opposer ces rivalités les unes aux autres. En gagnant du temps, elle espérait arriver saine et sauve à la fin des troubles. A cette époque, les royalistes de l'intérieur se flattaient tous les jours de voir la Révolution terminée le lendemain ; et cette conviction a été la perte de beaucoup d'entre eux.
Malgré ces obstacles, la comtesse avait assez habilement maintenu son indépendance jusqu'au jour où, par une inexplicable imprudence, elle s'était avisée de fermer sa porte. Elle inspirait un intérêt si profond et si véritable, que les personnes venues ce soir-là chez elle conçurent de vives inquiétudes en apprenant qu'il lui devenait impossible de les recevoir ; puis, avec cette franchise de curiosité empreinte dans les moeurs provinciales, elles s'enquirent du malheur, du chagrin, de la maladie qui devait affliger madame de Dey. A ces questions une vieille femme de charge, nommée Brigitte, répondait que sa maîtresse s'était enfermée et ne voulait voir personne, pas même les gens de sa maison. L'existence, en quelque sorte claustrale, que mènent les habitants d'une petite ville crée en eux une habitude d'analyser et d'expliquer les actions d'autrui si naturellement invincible qu'après avoir plaint madame de Dey, sans savoir si elle était réellement heureuse ou chagrine, chacun se mit à rechercher les causes de sa soudaine retraite.
- Si elle était malade, dit le premier curieux, elle aurait envoyé chez le médecin ; mais le docteur est resté pendant toute la journée chez moi à jouer aux échecs ! Il me disait en riant que, par le temps qui court, il n'y a qu'une maladie... et qu'elle est malheureusement incurable.
Cette plaisanterie fut prudemment hasardée. Femmes, hommes, vieillards et jeunes filles se mirent alors à parcourir le vaste champ des conjectures. Chacun crut entrevoir un secret, et ce secret occupa toutes les imaginations. Le lendemain les soupçons s'envenimèrent. Comme la vie est à jour dans une petite ville, les femmes apprirent les premières que Brigitte avait fait au marché des provisions plus considérables qu'à l'ordinaire. Ce fait ne pouvait être contesté. L'on avait vu Brigitte de grand matin sur la place, et, chose extraordinaire, elle y avait acheté le seul lièvre qui s'y trouvât. Toute la ville savait que madame de Dey n'aimait pas le gibier. Le lièvre devint un point de départ pour des suppositions infinies. En faisant leur promenade périodique, les vieillards remarquèrent dans la maison de la comtesse une sorte d'activité concentrée qui se révélait par les précautions même dont se servaient les gens pour la cacher. Le valet de chambre battait un tapis dans le jardin ; la veille, personne n'y aurait pris garde ; mais ce tapis devint une pièce à l'appui des romans que tout le monde bâtissait. Chacun avait le sien. Le second jour, en apprenant que madame de Dey se disait indisposée, les principaux personnages de Carentan se réunirent le soir chez le frère du maire, vieux négociant marié, homme probe, généralement estimé, et pour lequel la comtesse avait beaucoup d'égards. Là, tous les aspirants à la main de la riche veuve eurent à raconter une fable plus ou moins probable ; et chacun d'eux pensait à faire tourner à son profit la circonstance secrète qui la forçait de se compromettre ainsi. L'accusateur public imaginait tout un drame pour amener nuitamment le fils de madame de Dey chez elle. Le maire croyait à un prêtre insermenté, venu de la Vendée, et qui lui aurait demandé un asile ; mais l'achat du lièvre, un vendredi, l'embarrassait beaucoup. Le président du district tenait fortement pour un chef de Chouans ou de Vendéens vivement poursuivi. D'autres voulaient un noble échappé des prisons de Paris. Enfin tous soupçonnaient la comtesse d'être coupable d'une de ces générosités que les lois d'alors nommaient un crime, et qui pouvaient conduire à l'échafaud. L'accusateur public disait d'ailleurs à voix basse qu'il fallait se taire, et tâcher de sauver l'infortunée de l'abîme vers lequel elle marchait à grands pas.
-- Si vous ébruitez cette affaire, ajouta-t-il, je serai obligé d'intervenir, de faire des perquisitions chez elle, et alors !... Il n'acheva pas, mais chacun comprit cette réticence.''
Les amis sincères de la comtesse s'alarmèrent tellement pour elle que, dans la matinée du troisième jour, le procureur-syndic de la commune lui fit écrire par sa femme un mot pour l'engager à recevoir pendant la soirée comme à l'ordinaire. Plus hardi, le vieux négociant se présenta dans la matinée chez madame de Dey. Fort du service qu'il voulait lui rendre, il exigea d'être introduit auprès d'elle, et resta stupéfait en l'apercevant dans le jardin, occupée à couper les dernières fleurs de ses plates-bandes pour en garnir des vases.
- Elle a sans doute donné asile à son amant, se dit le vieillard pris de pitié pour cette charmante femme.
 La singulière expression du visage de la comtesse le confirma dans ses soupçons. Vivement ému de ce dévouement si naturel aux femmes, mais qui nous touche toujours, parce que tous les hommes sont flattés par les sacrifices qu'une d'elles fait à un homme, le négociant instruisit la comtesse des bruits qui couraient dans la ville et du danger où elle se trouvait.
- Car, lui dit-il en terminant, si, parmi nos fonctionnaires, il en est quelques-uns assez disposés à vous pardonner un héroïsme qui aurait un prêtre pour objet, personne ne vous plaindra si l'on vient à découvrir que vous vous immolez à des intérêts de coeur.
A ces mots, madame de Dey regarda le vieillard avec un air d'égarement et de folie qui le fit frissonner, lui, vieillard.
-Venez, lui dit-elle en le prenant par la main pour le conduire dans sa chambre, où, après s'être assurée qu'ils étaient seuls, elle tira de son sein une lettre sale et chiffonnée :
- Lisez, s'écria-t-elle en faisant un violent effort pour prononcer ce mot.
Elle tomba dans son fauteuil, comme anéantie. Pendant que le vieux négociant cherchait ses lunettes et les nettoyait, elle leva les yeux sur lui, le contempla pour la première fois avec curiosité ; puis, d'une voix altérée : 
Je me fie à vous, lui dit-elle doucement.
 Est-ce que je ne viens pas partager votre crime, répondit le bonhomme avec simplicité.
Elle tressaillit. Pour la première fois, dans cette petite ville, son âme sympathisait avec celle d'un autre. Le vieux négociant comprit tout à coup et l'abattement et la joie de la comtesse. Son fils avait fait partie de l'expédition de Granville, il écrivait à sa mère du fond de sa prison, en lui donnant un triste et doux espoir. Ne doutant pas de ses moyens d'évasion, il lui indiquait trois jours pendant lesquels il devait se présenter chez elle, déguisé. La fatale lettre contenait de déchirants adieux au cas où il ne serait pas à Carentan dans la soirée du troisième jour, et il priait sa mère de remettre une assez forte somme à l'émissaire qui s'était chargé de lui apporter cette dépêche, à travers mille dangers. Le papier tremblait dans les mains du vieillard.
- Et voici le troisième jour, s'écria madame de Dey qui se leva rapidement, reprit la lettre, et marcha.
- Vous avez commis des imprudences, lui dit le négociant. Pourquoi faire prendre des provisions ?
- Mais il peut arriver, mourant de faim, exténué de fatigue, et... Elle n'acheva pas.
- Je suis sûr de mon frère, reprit le vieillard, je vais aller le mettre dans vos intérêts.
Le négociant retrouva dans cette circonstance la finesse qu'il avait mise jadis dans les affaires, et lui dicta des conseils empreints de prudence et de sagacité. Après être convenus de tout ce qu'ils devaient dire et faire l'un ou l'autre, le vieillard alla, sous des prétextes habilement trouvés, dans les principales maisons de Carentan, où il annonça que madame de Dey, qu'il venait de voir, recevrait dans la soirée, malgré son indisposition. Luttant de finesse avec les intelligences normandes dans l'interrogatoire que chaque famille lui imposa sur la nature de la maladie de la comtesse, il réussit à donner le change à presque toutes les personnes qui s'occupaient de cette mystérieuse affaire. Sa première visite fit merveille. Il raconta devant une vieille dame goutteuse que madame de Dey avait manqué périr d'une attaque de goutte à l'estomac ; le fameux Tronchin lui ayant recommandé jadis, en pareille occurrence, de se mettre sur la poitrine la peau d'un lièvre écorché vif, et de rester au lit sans se permettre le moindre mouvement, la comtesse, en danger de mort, il y a deux jours, se trouvait, après avoir suivi ponctuellement la bizarre ordonnance de Tronchin, assez bien rétablie pour recevoir ceux qui viendraient la voir pendant la soirée. Ce conte eut un succès prodigieux, et le médecin de Carentan, royaliste in petto, en augmenta l'effet par l'importance avec laquelle il discuta le spécifique. Néanmoins les soupçons avaient trop fortement pris racine dans l'esprit de quelques entêtés ou de quelques philosophes pour être entièrement dissipés ; en sorte que, le soir, ceux qui étaient admis chez madame de Dey vinrent avec empressement et de bonne heure chez elle, les uns pour épier sa contenance, les autres par amitié, la plupart saisis par le merveilleux de sa guérison. Ils trouvèrent la comtesse assise au coin de la grande cheminée de son salon, à peu près aussi modeste que l'étaient ceux de Carentan ; car, pour ne pas blesser les étroites pensées de ses hôtes, elle s'était refusée aux jouissances de luxe auxquelles elle était jadis habituée, elle n'avait donc rien changé chez elle. Le carreau de la salle de réception n'était même pas frotté. Elle laissait sur les murs de vieilles tapisseries sombres, conservait les meubles du pays, brûlait de la chandelle, et suivait les modes de la ville, en épousant la vie provinciale sans reculer ni devant les petitesses les plus dures, ni devant les privations les plus désagréables. Mais sachant que ses hôtes lui pardonneraient les magnificences qui auraient leur bien-être pour but, elle ne négligeait rien quand il s'agissait de leur procurer des jouissances personnelles. Aussi leur donnait-elle d'excellents dîners. Elle allait jusqu'à feindre de l'avarice pour plaire à ces esprits calculateurs ; et, après avoir eu l'art de se faire arracher certaines concessions de luxe, elle savait obéir avec grâce. Donc, vers sept heures du soir, la meilleure mauvaise compagnie de Carentan se trouvait chez elle, et décrivait un grand cercle devant la cheminée. La maîtresse du logis, soutenue dans son malheur par les regards compatissants que lui jetait le vieux négociant, se soumit avec un courage inouï aux questions minutieuses, aux raisonnements frivoles et stupides de ses hôtes. Mais à chaque coup de marteau frappé sur sa porte, ou toutes les fois que des pas retentissaient dans la rue, elle cachait ses émotions en soulevant des questions intéressantes pour la fortune du pays. Elle éleva de bruyantes discussions sur la qualité des cidres, et fut si bien secondée par son confident, que l'assemblée oublia presque de l'espionner en trouvant sa contenance naturelle et son aplomb imperturbable. L'accusateur public et l'un des juges du tribunal révolutionnaire restaient taciturnes, observaient avec attention les moindres mouvements de sa physionomie, écoutaient dans la maison, malgré le tumulte ; et, à plusieurs reprises, ils lui firent des questions embarrassantes, auxquelles la comtesse répondit cependant avec une admirable présence d'esprit. Les mères ont tant de courage ! Au moment où madame de Dey eut arrangé les parties, placé tout le monde à des tables de boston, de reversis ou de whist, elle resta encore à causer auprès de quelques jeunes personnes avec un extrême laisser-aller, en jouant son rôle en actrice consommée. Elle se fit demander un loto, prétendit savoir seule où il était, et disparut.
- J'étouffe, ma pauvre Brigitte, s'écria-t-elle en essuyant des larmes qui sortirent vivement de ses yeux brillants de fièvre, de douleur et d'impatience.
 - Il ne vient pas, reprit-elle en regardant la chambre où elle était montée. Ici, je respire et je vis. Encore quelques moments, et il sera là, pourtant ! car il vit encore, j'en suis certaine. Mon coeur me le dit. N'entendez-vous rien, Brigitte ? Oh ! je donnerais le reste de ma vie pour savoir s'il est en prison ou s'il marche à travers la campagne ! Je voudrais ne pas penser.
Elle examina de nouveau si tout était en ordre dans l'appartement. Un bon feu brillait dans la cheminée ; les volets étaient soigneusement fermés ; les meubles reluisaient de propreté ; la manière dont avait été fait le lit prouvait que la comtesse s'était occupée avec Brigitte des moindres détails ; et ses espérances se trahissaient dans les soins délicats qui paraissaient avoir été pris dans cette chambre où se respiraient et la gracieuse douceur de l'amour et ses plus chastes caresses dans les parfums exhalés par les fleurs. Une mère seule pouvait avoir prévu les désirs d'un soldat et lui préparer de si complètes satisfactions. Un repas exquis, des vins choisis, la chaussure, le linge, enfin tout ce qui devait être nécessaire ou agréable à un voyageur fatigué, se trouvait rassemblé pour que rien ne lui manquât, pour que les délices du chez-soi lui révélassent l'amour d'une mère.
- Brigitte ? dit la comtesse d'un son de voix déchirant en allant placer un siège devant la table, comme pour donner de la réalité à ses voeux, comme pour augmenter la force de ses illusions.
- Ah ! madame, il viendra. Il n'est pas loin.
- Je ne doute pas qu'il ne vive et qu'il ne soit en marche, reprit Brigitte. J'ai mis une clef dans la Bible, et je l'ai tenue sur mes doigts pendant que Cottin lisait l'Evangile de saint Jean... et, madame ! la clef n'a pas tourné.
- Est-ce bien sûr ? demanda la comtesse.
- Oh ! madame, c'est connu. Je gagerais mon salut qu'il vit encore. Dieu ne peut pas se tromper.
- Malgré le danger qui l'attend ici, je voudrais bien cependant l'y voir...
- Pauvre monsieur Auguste, s'écria Brigitte, il est sans doute à pied, par les chemins.
- Et voilà huit heures qui sonnent au clocher, s'écria la comtesse avec terreur.
Elle eut peur d'être restée plus longtemps qu'elle ne le devait, dans cette chambre où elle croyait à la vie de son fils, en voyant tout ce qui lui en attestait la vie, elle descendit ; mais avant d'entrer au salon, elle resta pendant un moment sous le péristyle de l'escalier, en écoutant si quelque bruit ne réveillait pas les silencieux échos de la ville. Elle sourit au mari de Brigitte, qui se tenait en sentinelle, et dont les yeux semblaient hébétés à force de prêter attention aux murmures de la place et de la nuit. Elle voyait son fils en tout et partout. Elle rentra bientôt, en affectant un air gai, et se mit à jouer au loto avec des petites filles ; mais, de temps en temps, elle se plaignit de souffrir, et revint occuper son fauteuil auprès de la cheminée.
Telle était la situation des choses et des esprits dans la maison de madame de Dey, pendant que, sur le chemin de Paris à Cherbourg, un jeune homme vêtu d'une carmagnole brune, costume de rigueur à cette époque, se dirigeait vers Carentan. A l'origine des réquisitions, il y avait peu ou point de discipline. Les exigences du moment ne permettaient guère à la République d'équiper sur-le-champ ses soldats, et il n'était pas rare de voir les chemins couverts de réquisitionnaires qui conservaient leurs habits bourgeois. Ces jeunes gens devançaient leurs bataillons aux lieux d'étape, ou restaient en arrière, car leur marche était soumise à leur manière de supporter les fatigues d'une longue route. Le voyageur dont il est ici question se trouvait assez en avant de la colonne de réquisitionnaires qui se rendait à Cherbourg, et que le maire de Carentan attendait d'heure en heure, afin de leur distribuer des billets de logement. Ce jeune homme marchait d'un pas alourdi, mais ferme encore, et son allure semblait annoncer qu'il s'était familiarisé depuis longtemps avec les rudesses de la vie militaire. Quoique la lune éclairât les herbages qui avoisinent Carentan, il avait remarqué de gros nuages blancs prêts à jeter de la neige sur la campagne ; et la crainte d'être surpris par un ouragan animait sans doute sa démarche, alors plus vive que ne le comportait sa lassitude. Il avait sur le dos un sac presque vide, et tenait à la main une canne de buis, coupée dans les hautes et larges haies que cet arbuste forme autour de la plupart des herbages en Basse-Normandie. Ce voyageur solitaire entra dans Carentan, dont les tours, bordées de lueurs fantastiques par la lune, lui apparaissaient depuis un moment. Son pas réveilla les échos des rues silencieuses, où il ne rencontra personne ; il fut obligé de demander la maison du maire à un tisserand qui travaillait encore. Ce magistrat demeurait à une faible distance, et le réquisitionnaire se vit bientôt à l'abri sous le porche de la maison du maire, et s'y assit sur un banc de pierre, en attendant le billet de logement qu'il avait réclamé. Mais mandé par ce fonctionnaire, il comparut devant lui, et devint l'objet d'un scrupuleux examen. Le fantassin était un jeune homme de bonne mine qui paraissait appartenir à une famille distinguée. Son air trahissait la noblesse. L'intelligence due à une bonne éducation respirait sur sa figure.
- Comment te nommes-tu, lui demanda le maire en lui jetant un regard plein de finesse.
- Julien Jussieu, répondit le réquisitionnaire.
- Et tu viens ? dit le magistrat en laissant échapper un sourire d'incrédulité.
- De Paris.
- Tes camarades doivent être loin, reprit le Normand d'un ton railleur.
- J'ai trois lieues d'avance sur le bataillon.
- Quelque sentiment t'attire sans doute à Carentan, citoyen réquisitionnaire ? dit le maire d'un air fin. C'est bien, ajouta-t-il en imposant silence par un geste de main au jeune homme prêt à parler, nous savons où t'envoyer. Tiens, ajouta-t-il en lui remettant son billet de logement, va, citoyen Jussieu !
Un teinte d'ironie se fit sentir dans l'accent avec lequel le magistrat prononça ces deux derniers mots, en tendant un billet sur lequel la demeure de madame de Dey était indiquée. Le jeune homme lut l'adresse avec un air de curiosité.
- Il sait bien qu'il n'a pas loin à aller. Et quand il sera dehors, il aura bientôt traversé la place ! s'écria le maire en se parlant à lui-même, pendant que le jeune-homme sortait. Il est joliment hardi ! Que Dieu le conduise ! Il a réponse à tout. Oui, mais si un autre que moi lui avait demandé de voir ses papiers, il était perdu !
En ce moment, les horloges de Carentan avaient sonné neuf heures et demie ; les falots s'allumaient dans l'antichambre de madame de Dey ; les domestiques aidaient leurs maîtresses et leurs maîtres à mettre leurs sabots, leurs houppelandes ou leurs mantelets ; les joueurs avaient soldé leurs comptes, et allaient se retirer tous ensemble, suivant l'usage établi dans toutes les petites villes.
- Il paraît que l'accusateur veut rester, dit une dame en s'apercevant que ce personnage important leur manquait au moment où chacun se sépara sur la place pour regagner son logis, après avoir épuisé toutes les formules d'adieu.
Ce terrible magistrat était en effet seul avec la comtesse, qui attendait, en tremblant, qu'il lui plût de sortir.
-- Citoyenne, dit-il enfin après un long silence qui eut quelque chose d'effrayant, je suis ici pour faire observer les lois de la République...
Madame de Dey frissonna.
- N'as-tu donc rien à me révéler ? demanda-t-il.
- Rien, répondit-elle étonnée.
- Ah ! madame, s'écria l'accusateur en s'asseyant auprès d'elle et changeant de ton, en ce moment, faute d'un mot, vous ou moi, nous pouvons porter notre tête sur l'échafaud. J'ai trop bien observé votre caractère, votre âme, vos manières, pour partager l'erreur dans laquelle vous avez su mettre votre société ce soir. Vous attendez votre fils, je n'en saurais douter.
La comtesse laissa échapper un geste de dénégation ; mais elle avait pâli, mais les muscles de son visage s'étaient contractés par la nécessité où elle se trouvait d'afficher une fermeté trompeuse, et l'oeil implacable de l'accusateur public ne perdit aucun de ses mouvements.
- Eh ! bien, recevez-le, reprit le magistrat révolutionnaire ; mais qu'il ne reste pas plus tard que sept heures du matin sous votre toit. Demain, au jour, armé d'une dénonciation que je me ferai faire, je viendrai chez vous...
Elle le regarda d'un air stupide qui aurait fait pitié à un tigre.
- Je démontrerai, poursuivit-il d'une voix douce, la fausseté de la dénonciation par d'exactes perquisitions, et vous serez, par la nature de mon rapport, à l'abri de tous soupçons ultérieurs. Je parlerai de vos dons patriotiques, de votre civisme, et nous serons tous sauvés.
Madame de Dey craignait un piège, elle restait immobile, mais son visage était en feu et sa langue glacée. Un coup de marteau retentit dans la maison.
- Ah ! cria la mère épouvantée, en tombant à genoux. Le sauver, le sauver !
- Oui, sauvons-le ! reprit l'accusateur public, en lui lançant un regard de passion, dût-il nous en coûter la vie.
- Je suis perdue, s'écria-t-elle pendant que l'accusateur la relevait avec politesse.
- Eh ! madame, répondit-il par un beau mouvement oratoire, je ne veux vous devoir à rien... qu'à vous-même.
- Madame, le voi..., s'écria Brigitte qui croyait sa maîtresse seule.
A l'aspect de l'accusateur public, la vieille servante, de rouge et joyeuse qu'elle était, devint immobile et blême.
- Qui est-ce, Brigitte ? demanda le magistrat d'un air doux et intelligent.
- Un réquisitionnaire que le maire nous envoie à loger, répondit la servante en montrant le billet.
- C'est vrai, dit l'accusateur après avoir lu le papier. Il nous arrive un bataillon ce soir !
Et il sortit.
La comtesse avait trop besoin de croire en ce moment à la sincérité de son ancien procureur pour concevoir le moindre doute ; elle monta rapidement l'escalier, ayant à peine la force de se soutenir ; puis, elle ouvrit la porte de sa chambre, vit son fils, se précipita dans ses bras, mourante : 
- Oh ! mon enfant, mon enfant ! s'écria-t-elle en sanglotant et le couvrant de baisers empreints d'une sorte de frénésie.
- Madame, dit l'inconnu.
- Ah ! ce n'est pas lui, cria-t-elle en reculant d'épouvante et restant debout devant le réquisitionnaire qu'elle contemplait d'un air hagard.
- O saint bon Dieu, quelle ressemblance ! dit Brigitte.
Il y eut un moment de silence, et l'étranger lui-même tressaillit à l'aspect de madame de Dey.
- Ah ! monsieur, dit-elle en s'appuyant sur le mari de Brigitte, et sentant alors dans toute son étendue une douleur dont la première atteinte avait failli la tuer ; monsieur, je ne saurais vous voir plus longtemps, souffrez que mes gens me remplacent et s'occupent de vous.
Elle descendit chez elle, à demi portée par Brigitte et son vieux serviteur.
- Comment, madame ! s'écria la femme de charge en asseyant sa maîtresse, cet homme va-t-il coucher dans le lit de monsieur Auguste, mettre les pantoufles de monsieur Auguste, manger le pâté que j'ai fait pour monsieur Auguste ! quand on devrait me guillotiner, je...
- Brigitte ! cria madame de Dey.
Brigitte resta muette.
- Tais-toi donc, bavarde, lui dit son mari à voix basse, veux-tu tuer madame ?
En ce moment, le réquisitionnaire fit du bruit dans sa chambre en se mettant à table.
- Je ne resterai pas ici, s'écria madame de Dey, j'irai dans la serre, d'où j'entendrai mieux ce qui se passera au dehors pendant la nuit.
Elle flottait encore entre la crainte d'avoir perdu son fils et l'espérance de le voir reparaître. La nuit fut horriblement silencieuse. Il y eut, pour la comtesse, un moment affreux, quand le bataillon des réquisitionnaires vint en ville et que chaque homme y chercha son logement. Ce fut des espérances trompées à chaque pas, à chaque bruit ; puis bientôt la nature reprit un calme effrayant. Vers le matin, la comtesse fut obligée de rentrer chez elle. Brigitte, qui surveillait les mouvements de sa maîtresse, ne la voyant pas sortir, entra dans la chambre et y trouva la comtesse morte.
- Elle aura probablement entendu ce réquisitionnaire qui achève de s'habiller et qui marche dans la chambre de monsieur Auguste en chantant leur damnée Marseillaise, comme s'il était dans une écurie, s'écria Brigitte. Ca l'aura tuée !
La mort de la comtesse fut causée par un sentiment plus grave, et sans doute par quelque vision terrible. A l'heure précise où madame de Dey mourait à Carentan, son fils était fusillé dans le Morbihan. Nous pouvons joindre ce fait tragique à toutes les observations sur les sympathies qui méconnaissent les lois de l'espace ; documents que rassemblent avec une savante curiosité quelques hommes de solitude, et qui serviront un jour à asseoir les bases d'une science nouvelle à laquelle il a manqué jusqu'à ce jour un homme de génie.
Paris, février 1831.
    Une jeune souris, de peu d’expérience,
    Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence,
    Et payant de raisons le Raminagrobis :

        Laissez-moi vivre : une souris
        De ma taille et de ma dépense
        Est-elle à charge en ce logis ?
        Affamerois-je, à votre avis,
        L’hôte et l’hôtesse, et tout leur monde ?
        D’un grain de blé je me nourris :
        Une noix me rend toute ronde.

    A présent je suis maigre : attendez quelque temps ;
    Réservez ce repas à messieurs vos enfants.
    Ainsi parloit au chat la souris attrapée.

        L’autre lui dit : Tu t’es trompée :
    Est-ce à moi que l’on tient de semblables discours ?
    Tu gagnerois autant à parler à des sourds.
    Chat et vieux, pardonner ! cela n’arrive guères.

        Selon ces lois, descends là-bas ;
        Meurs, et va-t-en, tout de ce pas,
        Haranguer les sœurs filandières :

    Mes enfants trouveront assez d’autres repas.

        Il tint parole. Et pour ma fable,

    Voici le sens moral qui peut y convenir :

        La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir ;
           La vieillesse est impitoyable.

                Jean de La Fontaine, Fable V, Livre XII.

Source: [[Le Vieux Chat et la jeune Souris - Wikisource|http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Vieux_Chat_et_la_jeune_Souris]]
# D'où le bateau part-il ?            ( Talcahuano)
# Combien de voyages reste-t-il à ce navire ?             (   C'est le dernier )
# Au départ du navire, combien y-a-t-il de personnes à bord ?          (300+1.......p13)
# Le héros vit avec sa mère; quels membres de sa famille ont disparu ? ( son père est mort en mer et son frère est parti on ne saitoù )
# Comment se prénomme le héros ? ( Alejandro)
# Passager clandestin, craint-il les rats, la faim, le froid ou d'être découvert ? ( Les rats)
# Expliquez le titre du livre. ( Alejandro est le dernier mousse arrivé à bord, c'est aussi le dernier voyage)
# Comment se nomme le navire ? (Le Baquedano)
# Pourquoi Alejandro est-il surnommé "3 formes" par l'équipage ? ( un soir, de veille, il n'a pas reconnu 3 baleines; mais il a signalé " 3formes à babord" et a réveillé l'équipage.)
# Résume l'histoire de fantôme que narre le sergent Escobaldo. ( Régulièrement, des marins d'un navire restant à quai disparaissent mystérieusement la nuit. Une nuit Escobaldo est visité par un(e) fantôme qu'il suit, hypnotisé. Réveillé par le cri de son capitaine, il montre que dans une salle secrète du navire se trouve un squelette: celui-ci enterré, la malédiction est levée.)
# Qui Alejandro espère-t-il retrouver ? ( son frère)
# Yoruba, Yaghan, Alakaluf: lequel de ces trois noms ne désigne pas une tribu indienne? (yoruba)
# Pourquoi le "Paradis des loutres" est-il inaccessible à ceux qui ne le connaissent pas ? ( on y pénètre par la faille d'un glacier qu'on ne peut deviner de loin)
# Qui est le chef de la tribu qui vit au "Paradis des loutres" ? (Manuel, le frère d'Alejandro)
# De quoi vit cette tribu ? ( de pêche et de chasse, mais aussi de la vente d'or et de fourrures aux Blancs)
# De retour chez sa mère, qu'amène Alejandro ? Que ne dit-il pas ? ( il ramène 2 sacs d'or et ne dit pas qu'il a retrouvé son grand frère)
# Quel métier Alejandro choisit-il ? ( radio-télégraphiste)
# D'où le bateau part-il ?
# Combien de voyages reste-t-il à ce navire ?             
# Au départ du navire, combien y-a-t-il de personnes à bord ?        
# Le héros vit avec sa mère; quels membres de sa famille ont disparu ? 
# Comment se prénomme le héros ? 
# Passager clandestin, craint-il les rats, la faim, le froid ou d'être découvert ? 
# Expliquez le titre du livre. 
# Comment se nomme le navire ? 
# Pourquoi Alejandro est-il surnommé "3 formes" par l'équipage ? 
# Résume l'histoire de fantôme que narre le sergent Escobaldo. 
# Qui Alejandro espère-t-il retrouver ? 
# Yoruba, Yaghan, Alakaluf: lequel de ces trois noms ne désigne pas une tribu indienne? 
# Pourquoi le "Paradis des loutres" est-il inaccessible à ceux qui ne le connaissent pas ? 
# Qui est le chef de la tribu qui vit au "Paradis des loutres" ? 
# De quoi vit cette tribu ? 
# De retour chez sa mère, qu'amène Alejandro ? Que ne dit-il pas ? 
# Quel métier Alejandro choisit-il ? 
S2: La perturbation dans le roman (schéma actanciel et narratif)
S3: Mise à l'épreuve du héros
S4: Formation des mots.
S6: Les temps de l'indicatif
S7: Rédaction: Des années plus tard, Martin raconte son emprisonnement (à ses enfants par exemple...) et les sentiments qu'il a éprouvés alors.
S8: Vocabulaire
! Le narrateur

!__I. Qu'est le narrateur ?__
Le narrateur raconte l'histoire: il y a dans chaque histoire un narrateur.
( un personnage peut être le narrateur de sa propre histoire : récit en « je »).
Dans une pièce de théâtre, pas de narrateur.
Par précaution, on suppose que le narrateur n'existe pas ( il est impossible de le rencontrer): il est un personnage de l'histoire de la même façon que les autres.Dans chaque histoire, l'auteur utilise un narrateur différent. Il est différent de l'auteur.
Schéma de la communication dans un roman
( piège: le narrateur interpelle son narrataire sous le nom de « lecteur »)

!__II. Où se situe un narrateur par rapport à ce qu'il raconte?__
*''Point de vue interne'': ce qu'il nous rapporte est __vu surtout par un personnage__ ( La Ronde , raconté du point de vue de Martine).
@@color(#ff3300):Attention@@: le narrateur n'est pas forcément le personnage

*''Point de vue omniscient'' (qui sait tout): le narrateur raconte de partout ( il est comme un dieu): il peut __être dans la pensée de n'importe quel personnage__.
Mateo Falcone est raconté d'un point de vue omniscient:
– il nous dit que Mateo est prêt à se défendre
– il sait pourquoi Gianetto est descendu en ville.
– Il sait ce à quoi pense Fortunato sur son tas de foin (aller voir son oncle le caporal)

*(''point de vue externe'': le narrateur n'est dans la tête de personne, il ne comprend pas ce qui se passe, mais il se contente de décrire ce qu'il voit).

Exercice: racontez l'entrée d'un personnage dans la salle 2.07, ses actions et sa sortie. Ecrire au point vue interne (sans je ni dialogues)
Le rat qui n’aimait pas la campagne.
Un beau jour le rat des villes
Dit: “Je me fais trop de bile,
De soucis et de mouron.
Pour m’aérer les poumons,
Me reposer, me détendre,
Chez Cousin je vais me rendre.
Dans les forêts, dans les prés,
Je pourrai me promener.”
Il part donc à la campagne.
Le rat des champs l’accompagne
Sous les haies, sur les chemins.
Mais bientôt, le citadin:
“Au secours, une araignée!
Qu’est-ce que c’est, l’herbe est mouillée?
J’ai marché, c’est dégoûtant,
Sur un cornichon gluant.”
“Cousin, c’est une limace!
Attends, que je la ramasse.
En rôti, c’est délicieux.”
“Cousin, merci, j’aime mieux
Un hamburger et des frites.
Je repars là où j’habite!”

Source: [[Jean-Jacques Greif|http://mapage.noos.fr/jjgreif/anim7.html]]
Les enfants se suspendaient aux jupons maternels  pour obtenir quelque bâton de sucre, ou montaient sur les épaules paternelles  pour mieux voir un escamoteur éblouissant comme un dieu. Et partout circulait, dominant tous les parfums, une odeur de friture qui était comme l'encens de cette fête.

A l'extrême bout de la rangée de baraques, je vis un pauvre saltimbanque, voûté, décrépit,  caduc, une ruine d'homme, adossé contre un des poteaux de sa cahute; une cahute  misérable, dont deux bouts de chandelles, coulants et fumants, éclairaient trop bien encore la détresse.

Partout la joie ; partout l'explosion frénétique de la vitalité. Ici la misère absolue, la misère affublée,  de haillons comiques. Il ne riait pas, le misérable! Il ne pleurait pas, il ne dansait pas ; il ne chantait aucune chanson, ni gaie ni lamentable. Il était muet et immobile. Il avait renoncé, il avait abdiqué. 

 Je sentis ma gorge serrée par la main terrible de la colère, et il me sembla que mes regards étaient offusqués par ces larmes rebelles qui ne voulaient pas tomber.
|!Etape du schéma narratif|!Résumé|
|Situation initiale|Andréas et Eric sont en voyage scolaire à Londres. Plutôt que de suivre leur groupe, ils se rendent dans une boutique de jeux vidéos dont ils ont appris l'existence par une publicité. Ils se retrouvent alors dans un magasin qui présente des jeux encore inédits.|
|Pertubation|À la vue de l'emblème nazi porté par Andréas, le vendeur, un homme âgé, se trouble et donne aux deux autres une disquette en leur recommandant d'y jouer avec leur ami.|
|Péripéties|De retour en France, les trois adolescents prennent conscience que la disquette présente une technologie très avancée et encore-inconnue. En fait le jeu, intitulé l'Expérience ultime, les plonge au coeur des grands conflits : guerre de 1914-1918, Vietnam, Guernica, 1942... Un peu à la manière d'une machine à remonter le temps.<br>Un rôle est attribué à chacun en fonction de sa personnalité et, bien sûr, Andréas s'identifie à un nazi. Les trois adolescents confrontés à l'histoire, sont paradoxalement devenus des adultes et doivent prendre des décisions très graves.|
|Résolution|Seule la mort de leur personnage peut les faire ressortir du jeu, ce qui n'est pas sans répercussions sur eux-mêmes. Il faudra qu'Éric et Thierry tuent, le personnage d'Andréas pour s'en débarrasser et le faire sortir du jeu.|
|Situation finale|Le roman se refermera sur Andréas lorsque celui-ci, dans le rôle d'un SS, sera de nouveau dans le jeu et pris, lors d'une partie, pour un Juif.|

<<tiddler [[Faire un résumé]]>>
<html><div style="text-align:center;"><br/>
Le Singe avec le Léopard<br/>
Gagnaient de l'argent à la foire :<br/>
Ils affichaient chacun à part.<br/>
L'un d'eux disait : Messieurs, mon mérite et ma gloire<br/>
Sont connus en bon lieu ; le Roi m'a voulu voir ;<br/>
Et, si je meurs, il veut avoir<br/>
Un manchon de ma peau ; tant elle est bigarrée,<br/>
Pleine de taches, marquetée,<br/>
Et vergetée, et mouchetée.<br/>
La bigarrure plaît ; partant chacun le vit.<br/>
Mais ce fut bientôt fait, bientôt chacun sortit.<br/>
Le Singe de sa part disait : Venez de grâce,<br/>
Venez, Messieurs. Je fais cent tours de passe-passe.<br/>
Cette diversité dont on vous parle tant,<br/>
Mon voisin Léopard l'a sur soi seulement ;<br/>
Moi, je l'ai dans l'esprit : votre serviteur Gille,<br/>
Cousin et gendre de Bertrand,<br/>
Singe du Pape en son vivant,<br/>
Tout fraîchement en cette ville<br/>
Arrive en trois bateaux exprès pour vous parler ;<br/>
Car il parle, on l'entend ; il sait danser, baller,<br/>
Faire des tours de toute sorte,<br/>
Passer en des cerceaux ; et le tout pour six blancs !<br/>
Non, Messieurs, pour un sou ; si vous n'êtes contents,<br/>
Nous rendrons à chacun son argent à la porte.<br/>
Le Singe avait raison : ce n'est pas sur l'habit<br/>
Que la diversité me plaît, c'est dans l'esprit :<br/>
L'une fournit toujours des choses agréables ;<br/>
L'autre en moins d'un moment lasse les regardants.<br/>
Oh ! que de grands seigneurs, au Léopard semblables,<br/>
N'ont que l'habit pour tous talents !<br/>
</html>
Objectif: suspendre le temps par une narration. 1semaine

S1: Raconter une de vos matinées, de votre lever à votre départ pour le collège.
Usage du passé composé ou du présent.
S2: Vitesse du récit.
Reprendre son texte: le personnage (vous) doit détailler un objet (mur, sol ou bol de chocolat...).
S3: Introduire un souvenir: quel déclencheur ? , écrire à l'imparfait.
[[texte entier|http://fr.wikisource.org/wiki/Petits_Po%C3%A8mes_en_prose_-_XIV._Le_Vieux_Saltimbanque]]
! Dictée
 Les enfants se suspendaient aux jupons (maternels) de leurs mères pour obtenir quelque bâton de sucre, ou montaient sur les épaules (paternelles) de leurs pères pour mieux voir un escamoteur éblouissant comme un dieu. Et partout circulait, dominant tous les parfums, une odeur de friture qui était comme l'encens de cette fête.

[Au bout,] à l'extrême bout de la rangée de baraques,[ comme si, honteux, il s'était exilé lui-même de toutes ces splendeurs,] je vis un pauvre saltimbanque, voûté, caduc, décrépit, une ruine d'homme, adossé contre un des poteaux de sa cahute; une cahute plus misérable que celle du sauvage le plus abruti, et dont deux bouts de chandelles, coulants et fumants, éclairaient trop bien encore la détresse.

Partout la joie, le gain, la débauche; partout la certitude du pain pour les lendemains; partout l'explosion frénétique de la vitalité. Ici la misère absolue, la misère affublée, pour comble d'horreur, de haillons comiques, où la nécessité, bien plus que l'art, avait introduit le contraste. Il ne riait pas, le misérable! Il ne pleurait pas, il ne dansait pas, il ne gesticulait pas, il ne criait pas; il ne chantait aucune chanson, ni gaie ni lamentable, il n'implorait pas. Il était muet et immobile. Il avait renoncé, il avait abdiqué. Sa destinée était faite.

[Mais quel regard profond, inoubliable, il promenait sur la foule et les lumières, dont le flot mouvant s'arrêtait à quelques pas de sa répulsive misère! Je sentis ma gorge serrée par la main terrible de l'hystérie, et il me sembla que mes regards étaient offusqués par ces larmes rebelles qui ne veulent pas tomber.]
Le voeu du paon de Jean-Côme Nogues
-Hou ! le Gril...
Les cris s'arrêtèrent d'un coup. Les enfants venaient de se rendre compte que le Grillot pouvait, lui aussi, avoir du chagrin. À l'aube, on avait descendu dans la fosse des pauvres gens la sorcière qui l'avait recueilli. Car c'était bien une sorcière, de cela on ne pouvait clouter. Sinon, pourquoi aurait-elle vécu dans une chaumine à l'écart du village ? Pourquoi l'aurait-on rencontrée, les nuits de grand vent, sur le chemin des bois ? Et quand la pleine lune éclairait presque comme en plein jour, combien de fois l'avait-on vue s'en aller vers le marais en marmottant des mots qu'un chrétien ne pouvait comprendre ?
Un soir, Roucaud, le bûcheron, l'avait suivie, tremblant de peur et de curiosité. II l'avait surprise à lancer des cailloux gros autant que des tufs de poule dans l'eau endormie. Aussitôt, la lumière s'était propagée à la surface. Une lumière comme jamais, de mémoire de manant, on n'en avait connue. Bleue. Ou bien verte, il ne savait plus. Avec des éclairs. Au même moment, trois chouettes avaient crié dans la futaie. Trois, il en était sûr. Et la lune s'était cachée  derrière   un  nuage.  Du   moins d'après ce qu'il racontait. Chacun le croyait, car la vieille Ragonne n'était pas comme tout le inonde. Comment pouvait-elle être sourde à ce point ? Il n'y avait au village personne qui fût sourde pareille façon. On disait que c'était parce qu'elle avait entendu rire le Diable et en avait eu les oreilles déchirées. Et cet enfant ramassé par elle, un jour, près de la fontaine, d'où venait-il ? Les enfants abandonnés, certes, ne manquaient pas. On en découvrait maintes fois, au matin, dans un coin de grange ou devant le four banal. Mais aucun ne ressemblait à celui-là. D'abord, ils mouraient le plus souvent. On les oubliait et cela faisait autant de bouches qu'on n'avait plus à nourrir. Lui, il avait survécu. On lui trouvait un regard farouche. On ne comprenait pas son entêtement à passer des jours quasiment entiers dans les arbres.
«  Il serait le fils du Malin que ça ne m'étonnerait pas. », chuchotait-on autour de l'âtre quand, la porte barrée, on craignait, moins la nuit.
La sorcière était morte, à présent. Nul ne la regrettait. .
- Hou ! le Gril...Ilot ! Hou ! le Gril...   Ilot !
Les cris reprirent derrière l'enfant qui courait vers la masure maintenant, vide. Il ne pleurait pas. Oh non, il ne pleurait pas. Il avait trop de rage au cœur pour cela, et aussi trop de peine.
Jean-Côme noguès, Le Vœu du paon, © Éditions Gallimard, chap. 1, 2002.

+++[Questions]
__''Temps de la fiction et temps de la narration''__
#Si l'on classe les événements dans l'ordre où ils se sont réellement déroulés, où trouve-t-on la suite immédiate de « le Grillot pouvait, lui aussi, avoir du chagrin » (I.4) ? Relevez dans chacun des passages une expression qui montre bien qu'ils se suivent chronologiquement.
#Quel est le rôle du long passage situé entre les deux extraits délimités dans la première question ? Les événements sont-    ils racontés chronologiquement ? Pour répondre à cette question, relevez les principales étapes et leurs marques temporelles. Quels sont les deux temps les plus utilisés dans ce passage ? Donnez-en plusieurs exemples et justifiez leur emploi.
# Qu'en concluez-vous sur la gestion du temps dans tout ce texte ? (Les faits sont-ils racontés dans l'ordre où ils se sont déroulés ?)
# À quel moment du roman pensez-vous que se situe cet extrait ? Justifiez votre réponse.
# Comment expliquez-vous les points de suspension utilisés dans le premier passage au discours direct ? et dans le dernier passage ?
__''Le poids du contexte''__
# Relevez des éléments caractéristiques de la vie au Moyen Âge.
# Relevez des mots ou expressions caractérisant les croyances de l'époque.
#Qu'est-ce qui, dans son comportement, a fait que l'on a pris Ragonne pour une sorcière ( Ier §) ? Par quel type de phrase ces soupçons sont-ils marqués ?
#Relevez une phrase qui traduit le point de vue des villageois.
# Le narrateur partage-t-il le point de vue de Roucaud ? Relevez une phrase qui le montre.
#Quelles sont, dans les deuxième et troisième paragraphes, les deux autres questions des villageois ? Quelles réponses y apportent-ils ? Que pensez-vous de ces réponses ?
# Relevez un passage qui marque particulièrement bien la crainte qu'inspirait la nuit à cette époque.
# De quelle manière désigne-t-on le plus souvent les villageois ? Relevez quelques exemples et justifiez ce procédé.
# Relevez différents procédés utilisés pour rapporter les paroles des villageois. Donnez un exemple pour chacun et justifiez le choix du procédé utilisé.
# En conclusion, essayez de dire ce qui est la raison principale de cette attitude coupable des villageois.


     __'' Exercice d'écriture''__
 « //Un soir, Roucaud, le bûcheron, l'avait suivie //». De retour au village, Roucaud raconte ce qu'il prétend avoir vu.
Expansez cette scène en une vingtaine clé lignes en faisant alterner discours direct et indirect.
===
Voici quelques listes de livres que j'ai trouvées ou que j'ai créées. 
Lisez, lisez, lisez, il est beaucoup plus important de lire que d'apprendre les leçons de français. <<smiley :-D>>
Vous pouvez en proposer d'autres. 

Tout est ici maintenant: http://cartailler.free.fr/lecture.html


<<tabs txtFavourite
RomansPoliciers " " [[RomansPoliciers]]
SF "( avec des résumés)" [[RomansDeScienceFiction]]
Aventure " " [[RomansDaventure]]
Sentiments " " [[RomansSentimentaux]]
Société " " [[RomansSociété]]
Contes et Nouvelles "" [[ContesEtNouvelles]]
Romans historiques " " [[RomansHistoriques]]>>
Prenez des notes de vos lectures ou faites en des critiques que nous pourrons intégrer directement dans les pages...

Vous trouverez beaucoup de livres libres de droit d'auteur dans [[Wikisource|http://fr.wikisource.org]]
Projet: [[lecture suivie]]
S1: [[La réception d'un livre]]
S2: [[Les chapitres (et leurs titres)]]
S3: La formation des mots ([[Formation des mots]]
S4:[[Chronologie]]
S5: [[récit et histoire]]
S6: [[Repérer l'énonciation|Enoncé ancré et énoncé coupé]]


<<tabs tabsClass [[S1]] "La réception d'un livre" [[La réception d'un livre]][[S2]] "Les chapitres (et leurs titres)" [[Les chapitres (et leurs titres)]] [[S3]] "Formation des mots" [[Formation des mots]] [[S4]]"Chronologies des romans" [[Chronologie]] [[S5]]"Résumer un livre" [[récit et histoire]] [[S6 et S7]] "Repérer l'énonciation" [[Enoncé ancré et énoncé coupé]]>>
/***
|''Name:''|LegacyStrikeThroughPlugin|
|''Description:''|Support for legacy (pre 2.1) strike through formatting|
|''Version:''|1.0.2|
|''Date:''|Jul 21, 2006|
|''Source:''|http://www.tiddlywiki.com/#LegacyStrikeThroughPlugin|
|''Author:''|MartinBudden (mjbudden (at) gmail (dot) com)|
|''License:''|[[BSD open source license]]|
|''CoreVersion:''|2.1.0|
***/

//{{{
// Ensure that the LegacyStrikeThrough Plugin is only installed once.
if(!version.extensions.LegacyStrikeThroughPlugin) {
version.extensions.LegacyStrikeThroughPlugin = {installed:true};

config.formatters.push(
{
 name: "legacyStrikeByChar",
 match: "==",
 termRegExp: /(==)/mg,
 element: "strike",
 handler: config.formatterHelpers.createElementAndWikify
});

} //# end of "install only once"
//}}}
La peinture ne décrit pas la guerre de façon réaliste. L'important pour Ucello n'est pas de peindre des chevaux (ils sont cubiques) ou de montrer les massacres de la guerre (les chevaliers morts sont étendus bien alignés sur le sol).
Le souci du peintre est de chercher des lignes de fuite, grâce aux lances ou aux débris qui jonchent le sol, ou par les effets de symétrie.
Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple, et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature; et cet homme, ce sera moi.
Moi seul. Je sens mon cœur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu.
Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra, je viendrai, ce livre à la main, me présenter devant le souverain juge. Je dirai hautement: Voilà ce que j'ai fait, ce que j'ai pensé, ce que je fus. J'ai dit le bien et le mal avec la même franchise. Je n'ai rien tu de mauvais, rien ajouté de bon; et s'il m'est arrivé d'employer quelque ornement indifférent, ce n'a jamais été que pour remplir un vide occasionné par mon défaut de mémoire. J'ai pu supposer vrai ce que je savais avoir pu l'être, jamais ce que je savais être faux. Je me suis montré tel que je fus: méprisable et vil quand je l'ai été; bon, généreux, sublime, quand je l'ai été: j'ai dévoilé mon intérieur tel que tu l'as vu toi-même. Être éternel, rassemble autour de moi l'innombrable foule de mes semblables; qu'ils écoutent mes confessions, qu'ils gémissent de mes indignités, qu'ils rougissent de mes misères. Que chacun d'eux découvre à son tour son cœur au pied de ton trône avec la même sincérité, et puis qu'un seul te dise, s'il l'ose: je fus meilleur que cet homme-là.

NB: Eviter d'utiliser le terme de « qualificatif »
ex d'adj qualificatif: «  le ballon rouge »... ce ballon est rouge.
Ex d'adj relationnel: « le manuel scolaire »... *ce manuel est scolaire. (c'est un manuel scolaire)

!Les 3 fonctions des adjectifs
!!épithètes: dans le GN
ex: un garçon très intelligent
!!attribut du Sujet (de l'autre coté du verbe) ou du COD
ex: att du S: Il est gentil
      att du COD: Je le (COD) trouve beau. Je trouve B. (COD) beau (att du COD).
!!Apposés: séparés du N par une virgule, parfois très loin.

!Les degrés de l'adjectif.
!!Comparatif
ex : P. est plus (moins, autant ...) idiot que Q.
!!Superlatif
Sup absolu: P. est très idiot.
Sup relatif: P. est le plus idiot de tous mes amis
! __Les chapitres (et leurs titres)__

Souvent, les chapitres ne portent pas de titres.
Un chapitre est un tout narratif, qui peut s'analyser (=décomposer) à l'aide du schéma narratif: il en comporte toutes les étapes
(Rappel: la Situation Initiale déclenche le [[récit]], la perturbation est le moment du déclenchement de l'action).
Le chapitre est dans un récit comme un paragraphe dans vos rédactions: une ponctuation qui signale une unité d'action.

Prendre une série de chapitres de vos livres. Les « titrer ». En dresser les schémas narratifs. Noter où et quand se déroule l'histoire (ce qui se passe).

!A quoi sert un titre.
# A identifier le livre/chapitre.
# Le résumer en donnant une idée du « contenu ».
# Susciter la curiosité du lecteur.

!Idées pour titrer
# le nom du personnage principal/ qui apparaît dans le chapitre (ou un terme le désignant indirectement, pour ne rien dévoiler à l'avance)
# Il faut prendre un mot, une phrase ou un événement marquant dans le texte.
# La façon de « titrer » dépend de l'époque de la création de l'oeuvre (plus largement,de son contexte).

+++[exemples de titres  de chapitres du XVI et XIX: Lazarillo, Don Quichotte et l'Homme qui rit]
!La vie de Lazarillo de Tormes
Table des Matières
Préface
Prologue
Chapitre premier: Lazare conte sa vie et quels furent ses parents 
Chapitre II: Comment Lazare se mit à servir et à conduire un aveugle 
Chapitre III: Comment Lazare se mit au service d’un prêtre, et ce qui lui advint étant avec ce maître 
Chapitre IV: Comment Lazare entra au service d’un écuyer, et ce qui lui advint étant en sa compagnie 
Chapitre V: Comment Lazare se mit au service d’un moine de la Merci, et ce qui lui advint étant en sa compagnie
Chapitre VI: Comment Lazare servit un bulliste, et des choses qu’il vit avec lui 
Chapitre VII: Comment Lazare entra au service d’un chapelain, et ce qui lui arriva 
Chapitre VIII: Comment Lazare servit un alguazil, et ce qui lui advint
Chapitre IX: Où Lazare conte l’amitié qu’il eut à Tolède avec des Allemands, et ce qui lui advint avec eux 

!''Cervantes: Don Quichotte''
__Livre premier__
I. Qui traite de la qualité et des occupations du fameux hidalgo don Quichotte de la Manche 
II. Qui traite de la première sortie que fit de son pays l’ingénieux don Quichotte 
III. Où l’on raconte de quelle gracieuse manière don Quichotte se fit armer chevalier 
IV. De ce qui arriva à notre chevalier quand il quitta l’hôtellerie 
V. Où se continue le récit de la disgrâce de notre chevalier 
VI. De la grande et gracieuse enquête que firent le curé et le barbier dans la bibliothèque de notre ingénieux hidalgo 
VII. De la seconde sortie de notre bon chevalier don Quichotte de la Manche 
VIII. Du beau succès qu’eut le valeureux don Quichotte dans l’épouvantable et inimaginable aventure des moulins à vent, avec d’autres événements dignes d’heureuse souvenance 
__ Livre deuxième__
IX. Où se conclut et termine l’épouvantable bataille que se livrèrent le gaillard Biscayen et le vaillant Manchois 
X. Du gracieux entretien qu’eurent don Quichotte et Sancho Panza, son écuyer 
XI. De ce qui arriva à don Quichotte avec des chevriers 
XII. De ce que raconta un chevrier à ceux qui étaient avec don Quichotte 
XIII. Où se termine l’histoire de la bergère Marcelle avec d’autres événements 
XIV. Où sont rapportés les vers désespérés du berger défunt, avec d’autres événements inespérés 

!''Hugo: L'homme qui rit.''
__Première partie. La Mer et la nuit__
__Deux chapitres préliminaires __
i - Ursus 
ii - Les comprachicos 
Livre premier. La Nuit moins noire que l'homme 
i - La pointe sud de Portland 
ii - Isolement 
iii - Solitude 
iv - Questions 
v - L'arbre d'invention humaine 
vi - Bataille entre la mort et la nuit 
vii - La pointe nord de Portland 
__Livre deuxième. L’Ourque en mer __
i - Les lois qui sont hors de l'homme 
ii - Les silhouettes du commencement fixées 
iii - Les hommes inquiets sur la mer inquiète 
iv - Eentrée en scène d'un nuage différent des autres 
v - Hardquanonne 
vi - Ils se croient aidés 
vii - Horreur sacrée 
viii - Nix et nox 
ix - Soin confié a la mer furieuse 
x - La grande sauvage. c'est la tempête 
xi - Les casquets 
xii - Corps a corps avec l'écueil 
xiii - Face a face avec la nuit 
xiv - Prtach 
xv - Portentosum mare 
xvi - Douceur subite de l'énigme 
xvii - La ressource dernière 
xviii - La ressource suprême 
__Livre troisième. L’Enfant dans l’ombre __
i - Le chess-hill 
ii - Effet de neige 
iii - Toute voie douloureuse se complique d'un fardeau 
iv - Autre forme du désert 
v - La misanthropie fait des siennes 
vi - Le réveil 
Deuxieme partie. Par ordre du Roi
Livre premier. Éternelle présence du passé ; les hommes reflètent l’homme 
i - Lord Clancharlie 
ii - Lord David Dirry-Moir 
iii - La duchesse Josiane 
iv - Magister elegantiarum 
v - La reine Anne 
vi - Barkilphedro 
vii - Barkilphedro perce 
viii - Inferi 
ix - Haïr est aussi fort qu'aimer 
x - Flamboiements qu'on verrait si l'homme était transparent 
xi - Barkilphedro en embuscade 
xii - Ecosse, Irlande et Angleterre 
Livre deuxième. Gwinplaine et Dea 
i - Ou l'on voit le visage de celui dont on n'a encore vu que les actions 
ii - Dea 
iii - «Oculos non habet et videt 
iv - Les amoureux assortis 
v - Le bleu dans le noir 
vi - Ursus instituteur, et Ursus tuteur 
vii - La cécité donne des leçons de clairvoyance 
viii - Non seulement le bonheur, mais la prospérit 
ix - Extravagances que les gens sans gout appellent poésie 
x - Coup d'oeil de celui qui est hors de tout sur les choses et sur les hommes 
xi - Gwynplaine est dans le juste, Ursus est dans le vrai 
xii - Ursus le poëte entraine Ursus le philosophe 

===
# Combien y-a-t-il d'invités ? ( Attention, ils ne sont pas dix ...)
# Quel est le nom que se donne celui qui a réuni les 10 personnes sur l'île ?
# Ces dix personnes se connaissaient-ils ?
# Quelle est la particularité de l'endroit où elles sont invitées ?
# Quels sont les noms des dix personnes ?
# Après le premier dîner, elles entendent une voix: de qui est-ce la voix ? qu'annonce-t-elle ?
# Pourquoi le livre  a-t-il pour titre "Les dix petits nègres" ?
# Qui est le premier à mourir et comment ?
# Quand quelqu'un meurt, qu'arrive-t-il aux petits nègres ?
# Qui sont les cinq premiers à mourir ?
# Pourquoi personne ne vient-il à leur secours ? 
# Quel personnage possède une arme ? 
# L'assassin ne tue pas lui même P. Lombard et Véra Claythorne. Qui les tue ? 
# L'assassin estime que les dix personnes sont coupables de crimes . Pourquoi n'ont-elles jamais été jugées pour ces crimes ? 
# Sur combien de temps les crimes s'étendent-ils ?
# Où se cachait l'assassin  ? Qui est-il ? 
# Quand la police arrive, tous sont morts. Mais où est passé l'assassin ?
# La police n'arrive pas à résoudre l'affaire: comment le lecteur apprend-il la vérité ?
# Pourquoi le lecteur n'a-t-il pas pu résoudre l'affaire avant cette révelation ?
# Cette histoire t'a-t-elle plu ? Justifie ta réponse, quelle qu'elle soit. 
# Combien y-a-t-il d'invités ? ( Attention, ils ne sont pas dix ...)   ''8 + un couple de domestique, les Rogers''
# Quel est le nom que se donne celui qui a réuni les 10 personnes sur l'île ?  ''O' Nyme ou U.N Owen selon les éditions ''
# Ces dix personnes se connaissaient-elles ?  ''Non''
# Quelle est la particularité de l'endroit où elles sont invitées ? ''c'est une île , l'île du Nègre''
# Quels sont les noms des dix personnes ?  ''Anthony  Marston, Mr Rogers, Mme Rogers, Philipp Lombard, le juge Wargrave, Véra Claythorne, Emily Brent, Dr Armstrong, le général ~MacArthur, Mr Blore''
# Après le premier dîner, elles entendent une voix: de qui est-ce la voix ? qu'annonce-t-elle ? '' Une  voix de gramophone leur annonce qu'ils sont tous coupables de crime''.
# Pourquoi le livre  a-t-il pour titre "Les dix petits nègres" ? '' dix statuettes "nègres" sont déposées sur la table du salon et représentent chacune une victime''.
# Qui est le premier à mourir et comment ? ''Anthony Marston meurt empoisonné, juste après que la voix ait parlé''
# Quand quelqu'un meurt, qu'arrive-t-il aux petits nègres ? ''L'un est cassé''
# Qui sont les cinq premiers à mourir ? ''Dans l'ordre:  Anthony  Marston, Mme Rogers, le général ~MacArthur, Mr Rogers,   Emily Brent, ''
# Pourquoi personne ne vient-il à leur secours ? ''Une tempête l'empêche et il s'avère à la fin que de toutes façons les habitants croyaient que les 10 étaient réunis pour un jeu''.
# Quel personnage possède une arme ? ''Lombard''.
# L'assassin ne tue pas lui même P. Lombard et Véra Claythorne. Qui les tue ? '' Véra Claythorne tue L. avec son pistolet puis se pend: Ils sont les 9 et 10''.
# L'assassin estime que les dix personnes sont coupables de crimes . Pourquoi n'ont-elles jamais été jugées pour ces crimes ? ''Ils tombent pas sous le coup de la loi, car il n'y a pas de preuves: ces crimes peuvent passer pour des accidents, alors qu'ils sont pleinement délibérés''
# Sur combien de temps s'étendent les crimes ? '' entre 36 et 48 heures, du soir à la fin de la matinée du surlendemain; la police arrive dans l'après-midi''
# Où se cachait l'assassin  ? Qui est-il ? '' L'assassin est le juge Wargrave: il  passe pour mourir le 6ème avec la complicité du Dr Armstrong qui est éliminé le 7ème; aucun des trois derniers ne pense à vérifier si le cadavre est encore vivant...''
# Quand la police arrive, tous sont morts. Mais où est passé l'assassin ? '' Il se suicide et maquille cela en meurtre, pour égarer la police''
# La police n'arrive pas à résoudre l'affaire: comment le lecteur apprend-il la vérité ? '' par une bouteille jeté à la mer''
# Pourquoi le lecteur n'a-t-il pas pu résoudre l'affaire avant cette révelation ? ''réponse libre''
# Cette histoire t'a-t-elle plu ? Justifie ta réponse, quelle qu'elle soit. ''réponse libre''
<HTML>
<HEAD>
	<META HTTP-EQUIV="CONTENT-TYPE" CONTENT="text/html; charset=windows-1252">
	<TITLE></TITLE>
	<META NAME="GENERATOR" CONTENT="OpenOffice.org 2.0  (Win32)">
	<META NAME="CREATED" CONTENT="20070502;20083500">
	<META NAME="CHANGEDBY" CONTENT="Mathieu Cartailler">
	<META NAME="CHANGED" CONTENT="20070502;20163100">
	<STYLE>
	<!--
		@page { size: 21.01cm 29.69cm; margin-left: 1.17cm; margin-right: 2.34cm; margin-top: 2.54cm; margin-bottom: 0.64cm }
		P { margin-bottom: 0.21cm; font-family: "Times New Roman", serif; font-size: 10pt }
	-->
	</STYLE>

</HEAD>
<BODY LANG="fr-FR" DIR="LTR" STYLE="border: none; padding: 0cm">
<P STYLE="margin-left: 0.01cm; margin-bottom: 0.69cm; background: #ffffff; font-style: normal">
<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=6 STYLE="font-size: 29pt"><B>LES
MARQUES DU F&Eacute;MININ</B></FONT></FONT></P>
<MULTICOL ID="Section1" DIR="LTR" COLS=3 GUTTER=29>
	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; margin-top: 0.03cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; font-style: normal">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	1</B></FONT></FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.3cm; margin-top: 0.32cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#000000">Voici des groupes de synonymes.</FONT></P>

	<OL>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.17cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">semblable - identique - pareil -<BR>similaire
		- &eacute;quivalent - &eacute;gal.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.09cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">propre - net - impeccable - pur -<BR>immacul&eacute;.</FONT></P>

		<LI><P STYLE="margin-top: 0.06cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
		<FONT COLOR="#000000">s&ucirc;r - certain - persuad&eacute; -
		assur&eacute;</FONT></P>
	</OL>
	<P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000">-	convaincu.</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; text-indent: 0.3cm; margin-top: 0.08cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">4.	juste - &eacute;quitable - raisonnable
	-<BR>sens&eacute;.</FONT></P>

	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; text-indent: 0.29cm; margin-top: 0.19cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">a.	Relevez dans chaque groupe<BR>ceux qui ne
	sont que masculin.</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.31cm; margin-top: 0.06cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#000000">b.	Donnez leur forme au f&eacute;minin.</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; text-indent: 0.29cm; margin-top: 0.1cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">c.	Parmi ces vingt mots, indiquez<BR>les deux
	seuls dont on soit s&ucirc;r &agrave; l'oral<BR>qu'ils sont au
	masculin.</FONT></P>

	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; text-indent: 0.29cm; margin-top: 0.09cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">d.	Trouvez vous-m&ecirc;me un adjectif<BR>qui
	pourrait aussi appartenir &agrave; cette<BR>cat&eacute;gorie.</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.02cm; margin-top: 0.62cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	2</B></FONT></FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; text-indent: 0.32cm; margin-top: 0.34cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">

	<FONT COLOR="#000000">1.	Parmi les adjectifs de la liste sui&shy;<BR>vante,
	relevez :</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.02cm; text-indent: 0.3cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000"><I>a.	ceux qui s'&eacute;crivent pareil au
	masculin et au f&eacute;minin ;</I></FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.02cm; text-indent: 0.3cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000"><I>b.	ceux qui ne s'&eacute;crivent pas
	pareil<BR>au masculin et au f&eacute;minin ;</I></FONT></P>

	<P STYLE="margin-left: 0.02cm; text-indent: 0.3cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000"><I>c.	ceux qui se prononcent pareil au
	masculin et au f&eacute;minin ;</I></FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.02cm; text-indent: 0.3cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000"><I>d.	ceux qui ne se prononcent pas<BR>pareil
	au masculin et au f&eacute;minin.</I></FONT></P>
	<OL START=4>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.15cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">

		<FONT COLOR="#000000">Comment se terminent les adjec&shy;<BR>tifs
		relev&eacute;s en a. ? Qu'en d&eacute;duisez-vous?</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.14cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Quels sont ceux de la question b.<BR>auxquels
		il suffit de rajouter un e pour trouver le f&eacute;minin ?</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.15cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Quels sont ceux qui redoublent<BR>la consonne
		devant le e ?</FONT></P>

		<LI><P STYLE="margin-top: 0.13cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Quels sont ceux qui subissent<BR>d'autres
		transformations orthographiques ?</FONT></P>
	</OL>
	<OL>
		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000"><B>Liste </B>: chauve - vert - fort - vide
		-aigu - menteur - terne - bleu - indiscret - bizarre - &eacute;trange
		- louche -curieux - &acirc;pre - &eacute;tonnant - long -ancien -
		gros - large - public &ndash; &eacute;troit - immense - heureux -
		sauvage -<BR>vieux - gr&ecirc;le - amer - divers - responsable -
		bon - faux - obligatoire -sucr&eacute; - utile - consolateur &ndash;

		complet - hostile - honn&ecirc;te - doux - loquace-sal&eacute; -
		grec - insipide - malhonn&ecirc;te -volubile - idiot - enchanteur -
		muet -nul - frais - stupide - roux - insens&eacute; -sot -
		sup&eacute;rieur - propice - pauvre -jaune - rouge - noir - blanc -
		gris.</FONT></P>
	</OL>
	<P STYLE="margin-left: 0.04cm; margin-top: 0.76cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	3</B></FONT></FONT></P>

	<OL START=8>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.35cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Distinguez dans la liste les<BR>notions
		grammaticales con-cern&eacute;es par le genre en barrant les
		autres.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.19cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Quelles sont les deux notions<BR>grammaticales
		qui peuvent entra&icirc;ner des changements orthographiques dans
		des mots qui d&eacute;pendent d'elles ?</FONT></P>

	</OL>
	<P ALIGN=JUSTIFY STYLE="margin-left: 0.02cm; text-indent: 0.32cm; margin-top: 0.11cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000"><B>Liste </B>: noms - auxiliaire <I>&ecirc;tre
	-</I>auxiliaire <I>avoir - </I>adverbe <I>tout -</I>adverbe en <I>-ment
	- </I>locution adver&shy;biale - pr&eacute;position - locution
	pr&eacute;posi&shy;tive - proposition principale - pro&shy;nom
	personnel - pronom possessif -pronom d&eacute;monstratif - pronom
	relatif (forme simple) - pronom relatif (forme compos&eacute;e) -
	participe pass&eacute; -participe pr&eacute;sent - d&eacute;terminant
	-adjectif qualificatif - adjectif verbal -g&eacute;rondif -
	infinitif pr&eacute;sent - infinitif pass&eacute; - imp&eacute;ratif
	- indicatif pr&eacute;sent -indicatif imparfait - indicatif pass&eacute;

	simple &mdash; indicatif plus-que-parfait -indicatif futur -
	indicatif futur ant&eacute;&shy;rieur - indicatif pass&eacute;
	compos&eacute; - sub&shy;jonctif pr&eacute;sent - subjonctif pass&eacute;
	-subjonctif imparfait - subjonctif plus-que-parfait - conditionnel
	pr&eacute;sent -conditionnel pass&eacute; - voix active -voix
	passive - fonction sujet - fonction compl&eacute;ment d'objet direct
	-fonction compl&eacute;ment d'objet indirect - d&eacute;terminant
	num&eacute;ral.</FONT></P>

	<P STYLE="margin-left: 0.06cm; margin-top: 0.77cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	4</B></FONT></FONT></P>
	<P ALIGN=JUSTIFY STYLE="margin-left: 0.06cm; margin-right: 0.01cm; text-indent: 0.31cm; margin-top: 0.33cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">Formez des groupes nominaux masculins en
	conservant les adjectifs.</FONT></P>
	<P ALIGN=JUSTIFY STYLE="margin-left: 0.06cm; text-indent: 0.32cm; margin-top: 0.11cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">1. une s&oelig;ur majeure - 2. une cas&shy;sure
	nette - 3. une voix fluette - 4. une touche l&eacute;g&egrave;re -
	5. une circulation interdite - 6. une boisson sucr&eacute;e - 7. une
	histoire vraie - 8. une fourmi tra&shy;vailleuse - 9. une allure
	masculine -10. une silhouette &eacute;lanc&eacute;e - 11. une
	victoire franche - 12. une d&eacute;cision cruelle - 13. une somme
	nulle - 14. une fille gentille - 15. une lettre ven&shy;geresse -
	16. une r&eacute;union publique.</FONT></P>

	<P STYLE="margin-left: 0.01cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	5</B></FONT></FONT></P>
	<P ALIGN=JUSTIFY STYLE="margin-right: 0.05cm; text-indent: 0.31cm; margin-top: 0.34cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.38cm">
	<FONT COLOR="#000000"><B>Support </B>: &laquo; La Cigale et la
	Fourmi &raquo; et &laquo; Le Corbeau et le Renard &raquo;.</FONT></P>

	<OL START=10>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.08cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.38cm">
		<FONT COLOR="#000000">Relevez toutes les marques du f&eacute;minin.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.06cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
		<FONT COLOR="#000000">Soulignez celles qui s'entendent.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.08cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Relevez toutes les marques du<BR>masculin.</FONT></P>

		<LI><P STYLE="margin-top: 0.1cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Relevez tous les mots qui sont<BR>des
		substituts lexicaux</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.1cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">(groupes nominaux) ou grammaticaux (pronoms)
		mis pour les deux protagonistes ou les repr&eacute;sentant.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.09cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">Que constatez-vous quant &agrave;

		la<BR>repr&eacute;sentation du genre dans chaque fable ?</FONT></P>
	</OL>
	<P STYLE="margin-left: 0.02cm; margin-top: 0.62cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	6</B></FONT></FONT></P>
	<P ALIGN=JUSTIFY STYLE="margin-left: 0.01cm; margin-right: 0.02cm; text-indent: 0.3cm; margin-top: 0.34cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">Faites la transcription phon&eacute;tique des
	groupes suivants en laissant un espace entre chaque &laquo; mot &raquo;

	retrans&shy;crit et en incluant le son de la liaison dans le mot
	suivant.</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.32cm; margin-top: 0.06cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#000000"><B>Mod&egrave;le </B>: les eaux : [le zo].</FONT></P>
	<OL START=16>
		<LI><P STYLE="margin-top: 0.09cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">de jolies ardoises &ndash; de jolis oiseaux.</FONT></P>

		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">les hautes herbes - les hauts sommets.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">les hauteurs - les auteurs.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">une belle harmonie - un bel harmonica.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">

		<FONT COLOR="#000000">il a entendu - il l'a entendue.</FONT></P>
		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">le travail seul - il travaille seul - elle
		travaille seule.</FONT></P>
	</OL>
	<P STYLE="margin-left: 0.03cm; margin-top: 0.62cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
	<FONT COLOR="#129eb3"><FONT SIZE=3 STYLE="font-size: 11pt"><B>Exercice
	7</B></FONT></FONT></P>
	<P ALIGN=JUSTIFY STYLE="margin-left: 0.02cm; margin-right: 0.01cm; text-indent: 0.31cm; margin-top: 0.34cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">

	<FONT COLOR="#000000">Parmi les mots suivants, quels sont ceux que
	vous identifiez imm&eacute;diate&shy;ment comme &eacute;tant au
	f&eacute;minin ?</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.33cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000">Pr&eacute;cisez leur classe grammaticale.</FONT></P>
	<P STYLE="margin-left: 0.29cm; margin-top: 0.1cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
	<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 10pt"><I>prends
	-sa- venez - dont - mais</I></FONT></FONT></P>

	<OL START=0>
		<LI><P STYLE="margin-bottom: 0cm; background: #ffffff; line-height: 0.37cm">
		<FONT COLOR="#000000">   <FONT SIZE=2 STYLE="font-size: 10pt"><I>&eacute;t&eacute;
		- dessus - elle - tout - qui -<BR>vraiment - car - mes - &agrave; -
		cinquante - laquelle - huit - les -douze - la mienne -un- celui &ndash;
		des - du - la - lui - leur - mon - et - ton - lesquelles - son -
		ils - notre -<BR>eu - votre - nos - donc - ceux &ndash; vos - tes -
		ses - leurs - que - o&ugrave; &ndash; des &shy;  quels - avec - ma
		- quand - quel - celle.</I></FONT></FONT></P>

	</OL>
</MULTICOL>
</BODY>
</HTML>
Tous les personnages sont des témoins susceptibles de se faire interroger par l'enquêteur. Si ce n'est pas le cas, il ne vaut mieux pas les introduire dans l'histoire.

@@color(#ff3333): Les témoins varient selon leur façon de répondre:@@

#Le __témoin influençable__, qui répète ce que d'autres ont dit ou vu, sans s'en apercevoir et à qui on peut faire dire ce que l'on veut.
#__L'obstiné__, qui s'accroche à sa version qu'il croit être la seule juste.
#Le__ témoin enquêteur__ qui envisage toutes les possibilités, avec l'enquêteur.
#L'__hésitant__, qui n'est plus sûr de rien et qui ne sait même plus ce qu'il faisait.
#Celui qui ne cesse de __se contredire.__
#Celui qui ne cesse de sembler __embarrassé__ par toutes les questions.
#Celui qui __a sa « petite idée »__ de l'identité du coupable.
#Celui qui __s' accuse__ pour couvrir quelqu'un, ou pour autre chose
#Celui qui tente de __discréditer __les autres témoins.
...etc

Et même le témoin qu'on empêche de témoigner.


@@color(#ff3333):Le meurtier ne saurait être extérieur au cercle des témoins. @@

+++[Physique des personnages]
 !@@bgcolor(#cc0066):Tu dois être capable de  faire pour chacun  un  portrait-robot@@

#@@Tête@@: ronde, allongée, étroite, carrée,massive.
#@@Cheveux@@: hirsutes, longs, courts, épais,plats, fins, clairsemés, nattés, frisés, relevés, chauve,noirs, blonds, châtains, roux, blancs,gris, etc.
#@@Teint@@: mat, pâle, rougeaud, blafard,verdâtre, couperosé, constellé de taches derousseur.
#@@Yeux@@: bridés, tombants, ronds, longs, bruns,bleus, verts, gris, en amane, globuleux.
#@@Front@@: haut, bas, ridé, lisse, plat, bombé, fuyant, étroit, large.
#@@Nez@@: droit, bosselé, busqué, écrasé, aplati,aquilin.
#@@Lèvres@@: minces, épaisses, charnues, plates, tombantes, roses, rouges, pâles.
#@@Moustaches@@: fines, épaisses, à la gauloise.
#@@Barbe@@: en pointe, bouc, barbiche.
===

+++[Les questions que l'on peut poser aux témoins]
!@@bgcolor(#99ccff):A tous les témoins@@
#Déclinez votre  nom, votre âge, votre profession.
#Où étiez-vous  hier soir à dix-huit heures, heure du meurtre ? Quelqu'un peut-il en témoigné  ? Quel est votre alibi ?
#Monsieur , connaissiez-vous la victime ?
#Où l'avez-vous rencontrée la première fois ?
#Qu'en pensiez-vous ?
#Quelles étaient vos relations avec la victime ?
#Aviez-vous de la sympathie à son égard ? Ou l'amitié, de l'amour ? La détestiez-vous Pourquoi? aviez-vous une raison de lui en vouloir ?
#Travailliez-vous sous ses ordres ?
#Aviez-vous envie de prendre sa place ou au contraire vous soutenait-elle ?
#Connaissiez-vous les autres témoins ?
#Que pensez-vous d'eux ?
#Ouand avez-vous vu la victime pour ladernière fois ?
#De quoi avez-vous parlé ?
#Savez-vous si elle avait fait un testament?Qui hérite?
#Lui avait-on pris son amoureux (amoureuse) ?
#Ou au contraire avait-il (elle) cessé de l'aimer ?
#Voulait-il (elle) divorcer,s'en séparer ?
#En aimait-il (elle) un (e) autre ?

Vengeance : la victime avait-elle nui à l'un de ses proches ou à lui-même ?
Avez-vous déjà vu cette arme ?

!@@bgcolor(#99ccff):Et dans le cas où les témoins se trouvent près de la scène du meurtre @@
#Qu'avez-vous vu entendu ?
#Qui s'est rendu le premier sur les lieux du crime ? Qui a découvert le corps ?
#Cette personne a-t-elle touché la victime ou à quelque chose dans la pièce ?
#Qui est accouru par la suite, dans quel ordre?
#Cornment vous a paru la victime avant le meurtre occupée ? Inquiète ? Déprimée ?
#A votre avis, que s'est-il passé ?
===

!Les verbes introducteurs de la parole
Qu'ils soient utilisés dans le discours direct ou indirect, les verbes qui introduisent la parole sont toujours porteurs de sens.Ils peuvent traduire :

''__1.	Le ton et l'intensité avec lesquels les propos sont tenus :__''
crier, hurler, rugir, tomber, tonitruer, vociférer, s'égosiller, beugler (fam.), brailler (fam.)...

''__2.	Les sentiments éprouvés :__''
La ''colère '': protester, grogner, répliquer, grommeler, rétorquer, riposter...
La ''timidité'', la crainte : murmurer, susurrer, balbutier, bafouiller, bredouiller, bégayer...
''L'ironie, l'agressivité '': ironiser, railler, persifler, se moquer, plaisanter, brocarder, rire, se gausser...
''Le désespoir, la tristesse'' : gémir, pleurer, geindre, sangloter, déplorer, se plaindre, regretter, se lamenter...
Le ''souvenir '': se souvenir, se rappeler, se remémorer...
''Le doute, l'hésitation'' : balancer, hésiter, tergiverser, atermoyer...

''__3.	Le sens même des propos tenus :__''
''L'information'' : dire, affirmer, expliquer, développer, prétendre, soutenir...
'' L'ordre'' : ordonner, enjoindre, sommer, imposer, commander, exhorter...
''La prière '': inviter, implorer, supplier, adjurer, conjurer, invoquer...
''La protestation'' : protester, réfuter, répondre, répliquer, se justifier...
''L'adhésion'' : concéder, accorder, admettre, reconnaître, convenir, avouer...
''La suggestion'' : suggérer, insinuer, exposer, émettre...
''La réflexion, l'opinion'' : supposer, imaginer, présumer, postuler, croire, déduire, induire, présumer...

__''4.	La nature des propos''__
Pour une ''question '': demander, interroger, questionner, s'enquérir, solliciter... Pour une réponse : répondre, reprendre, renchérir, répliquer, opposer, réagir...
Pour une ''intervention/ interruption'' : interrompre, couper, intervenir, s'interposer, s'intégrer, s'immiscer...
''Au début/ à la fin'' : commencer, débuter, conclure, achever, finir...
* Ces verbes peuvent être imagés et métaphoriques : //"Ce travail est inacceptable", rugit le professeur.// ou //"Nous allons tout vous raconter", coassèrent les commères du village.//
* Ils sont le plus souvent accompagnés d'adverbes de manière ou d'infinitifs prépositionnels :// Il cria à perdre haleine : « Au secours ! » - "J'ai manqué mon train", bafouilla-t-il lamentablement.//

! Ils permettent de comprendre un caractère, un comportement. Ils fonctionnent comme de véritables didascalies, des indicateurs logiques, psychologiques et chronologiques. Ainsi, on appréciera la variété des verbes que vous choisirez pour composer un dialogue ou insérer du discours dans un récit.
Un verbe se définit par son [[mode|Mode des verbes]], son [[temps|Temps des verbes]] , sa [[voix|Voix des verbes]] (VoixActive et VoixPassive) et sa personne. 
Les verbes dépendent de la [[conjugaison]] et de la [[grammaire]]
Voici des endroits intêressants sur Internet. J'ai mis des liens vers des jeux, certes, mais allez voir les autres.
# http://nails.hoogerbrugge.com/ : des animations inattendues.
# http://www.zulma.fr/jeu.html vous propose d'écrire d'histoire, même si vous manquez d'inspiration.(<<slider chkSlice [[Texte écrit grâce à Zulma]] "Texte écrit grâce à Zulma" "content of Texte écrit grâce à Zulma">>)
# http://www.lewebdalex.net/elephantsdream/ est le premier film d'animation fait avec des logiciels libres que vous pouvez manipuler (avis aux vocations..)
#http://cellusions.free.fr/ est une poésie des cubes
# http://www.official-linerider.com/play.html est un jeu étrange ( exemple de ce qu'on peut faire: http://youtube.com/results?search_query=linerider&search=Search)
# Mieux que la Wii: ''la ~TripBox''. Trouvez le film de présentation ici: http://www.acro-base.com/fr/imgs/galerie/video/videos/maroc/Maroc.mov . La réalité est devenue le virtuel, et le fictif la réalité.
# des tracés oniriques: http://www.nikal.com/
# Jouer aux avions en papier: http://www.solidworkspilot.com/
# Site de dissins collaboratifs: http://www.drawover.com/
# Fabriquer des dessins "animés": http://www.benettonplay.com/toys/flipbook/index.php
Tout n'est pas en français, surtout pour un livre américain... (il est temps de travailler votre anglais)
!En français
# Blade runner: brève analyse et comparaison du film et du livre: http://www.cafardcosmique.com/Blade-Runner-de-Ridley-SCOTT-1982
# l'incontournable Wikipédia (notez le titre! !): http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_andro%C3%AFdes_r%C3%AAvent-ils_de_moutons_%C3%A9lectriques_%3F
!En anglais
# http://www.zompist.com/android.html
# site "officiel": http://www.philipkdick.com/
# essais 'académiques' sur Blade Runner: http://scribble.com/uwi/br/off-world.html
# une page présentant les couvertures des éditions en anglais: http://www.pkdickbooks.com/SFnovels/Do_Androids_Dream.php
# Il n'y a pas que wikipédia ! Sur Answers: http://www.answers.com/topic/do-androids-dream-of-electric-sheep/
[[Portail de la Rome antique sur wikipédia|http://fr.wikipedia.org/wiki/Portail:Rome_antique]]
[[Méditerranées|http://www.mediterranees.net/index_antiquite.html]]: incontournable. Des textes, de la civilisations, des liens, des jeux. Un dossier sur l'Iliade et l'Odyssée.

+++[Mythologie]>
|Wikipédia||
|http://www.mythorama.com/caches_txt_fr/cache_index_mythes_fr.html|
|http://mgr2.free.fr/    |une rubrique sur des monstres et des plus|
|http://grenier2clio.free.fr/grec/index.htm||
|http://www.eleves.ens.fr/home/aze/anime/mythes/mythgrec.html|un site très clair|
|http://www.histoire-fr.com/mythologie_grecque.htm|agréable|
|http://mythesfondateurs.perso.cegetel.net/ |   un site complet sur la mythologie en général; les principaux mythes racontés|
===
!Jeux 
Mots croisés:  http://www.linternaute.com/mots-croises/categorie/histoire/206/

+++[épigraphie]>
http://noctes-gallicanae.org/
===

+++[civilisation]>
http://noctes-gallicanae.org/: histoire de rome, gladiateurs, thermes, courses, Moyen Age
===
+++[voies romaines]>
http://www.viaeromanae.org/fr/photo/photos.htm
===
+++[textes en latin]>
http://www.thelatinlibrary.com/
http://polyglot.lss.wisc.edu/classics/biblio.htm
===
+++[sites plus denses]>
http://elearning.unifr.ch/antiquitas/cours.php
* radio finnoise d'information en latin: http://www.yleradio1.fi/nuntii/audi/
* expressions de la vie quotidienne: http://linguaeterna.com/la/conv.php  ethttp://en.wikibooks.org/wiki/Spoken_Latin
* des livres en podcast: http://latinum.mypodcast.com/
!Les jeux videos sont-ils dangereux ? Quelques liens

# texte d'un forum, étudié en classe: http://www.sur-la-toile.com/discussion-26034-1-dangers-des-jeux-videos.html 
# reportage sur france 2: http://www.youtube.com/watch?v=H7rdnQU_LoI&a
# france 3: http://www.youtube.com/watch?v=Ietqtuai3pg&feature=related
# Un forum:http://forums.france2.fr/france2/education/parents-dangers-internet-sujet_3581_1.htm
# Double avis: http://www.unhomme.fr/page-al-dangers_jeux_videos.html
# Revue Sciences Humaines: les jeux sont bons (semblerait-il) pour le cerveau: http://www.scienceshumaines.com/index.php?lg=fr&id_article=15191
# Une page très véhémente contre les jeux videos: http://www.uniondesfamilles.org/le_danger_des_jeux_video_violents.htm

Voici, en désordre quelques liens susceptibles de vous intéresser:
*l'autre présentation du [[site de français|http://cartailler.free.fr]]
*[[Wikipedia|http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil]] vous rendra service (à vous de la rendre plus complète). 
*[[Wikisource|http://fr.wikisource.org]] permet de trouver beaucoup de textes numérisés...et donc moins agréables à lire qu'un livre. Et aussi [[manybooks|http://manybooks.net/language.php?code=fr]]
*[[le conjugueur|http://www.leconjugueur.com]] vous conjugera tous les verbes. (Firefox propose aussi d'ajouter un moteur de recherche qui est un conjugueur: [[Le conjugueur|http://www.mozilla-europe.org/fr/products/firefox/start/central.html/javascript:addEngine('conjugueur','png','Dictionaries','1800')]])
http://mycroft.mozdev.org/install.html
* Le dictionnaire [[Lexilogos|http://www.lexilogos.com/francais_langue_dictionnaires.htm]] vous permettra de trouver les mots et noms propres qui vous sont encore inconnus.
* Un site américain propose des lectures de poèmes (dont certains que vous avez appris): [[Wheaton College|http://www.wheatonma.edu/Academic/AcademicDept/French/ViveVoix]]
* Site en anglais d'un fan de ''Je suis une légende'': http://home.earthlink.net/~theomegaman/ial.html
*Oulipo:http://www.oulipo.net/
*Lexique de la correspondance par des jeux: http://www.etab.ac-caen.fr/albert-camus/ortho/seq1/lex/let1.htm
* Figure de style: http://www.b-a-ba.net/figstyl/fig_styl.php
* Visiter le répertoire de sites;http://karsenti.scedu.umontreal.ca/didactique/


* hot potatoes :
Le logiciel est gratuit et peut être téléchargé à l'adresse suivante : http://web.uvic.ca/hrd/hotpot
Un tutoriel très clair indique la procédure à suivre pour le téléchargement et la prise en main du logiciel : http://www.framasoft.net/article1590.html
!!!Personnages
[[Lady Macbeth]]
!!!Plongée dans la folie:
* [[étude des comparaisons animales et des visions|Macbeth: étude des comparaisons animales et des visions]]
!!! Etude du genre théâtral
*  Le texte de Shakespeare comporte peu de didascalies. Une scène vive, [[l'apparition de Banquo, III 4 à didascalir]]
!!!2 commentaires
!![[encritudes|http://www.encritude.fr/bibliotheque/25,heiner_muller,macbeth_d_apres_shakespeare.html]]
Chronique de Alexandre Roulois

L'une des pièces les plus controversées de Heiner Müller ressurgit aux Editions de Minuit, dans une version traduite par Jean-Pierre Morel. Sexe, cruauté et trahison sont au rendez-vous. Mais pas seulement…

Scènes coupées, réécritures, révisions ultérieures, Macbeth n'est pas seulement la pièce la plus courte de Shakespeare mais aussi et surtout la plus obscure. Certains vers incomplets du point de vue de la métrique sont même tout bonnement incompréhensibles. Ils le sont encore plus dans les traductions françaises, si bien qu'il serait plus facile de l'aborder avec cette version de Heiner Müller.

Très respectueuse de la chronologie des scènes, de la succession des vers et des rapports entre les personnages – si bien qu'une partie de la critique allemande a crié au plagiat –, la pièce de Heiner Müller se démarque par ses variations qui, si infimes peuvent-elles paraître, en changent radicalement son orientation. Quand Shakespeare traite de la nature humaine dans l'individu, Heiner Müller parle de son enracinement dans la société. Pour le premier, Macbeth est l'incarnation du mal suprême, celui qui, non content de poignarder le vénérable roi d'Ecosse dans son sommeil, assassine le sommeil lui-même ! Pour le second, le mal est profondément ancré dans la nature sociale. Duncan n'est plus ce patriarche souverain d'une nation victorieuse qui récompense ses fidèles pour leur vaillance : il gifle, assis sur un trône de cadavres empilés, la tête décollée du thane de Cawdor. En accordant à Macbeth le titre du traître ainsi châtié, il le menace par la même occasion d'une fin similaire en cas de trahison. Tuer Duncan ne relève alors plus de l'abominable, mais bien de la survie.

La cruauté d'un homme abusé par la prophétie des sorcières devient chez Heiner Müller le sadisme d'une nation entière : on arrache la langue d'un portier pour sa répartie, on émascule Banquo, on écorche vif un Lord… au final, un paysan décidera qu'il vaut mieux se pendre soi-même plutôt que de laisser ce soin à d'autres. Et la folie meurtrière ne s'arrête malheureusement pas à la mort de Macbeth mais corrompt jusqu'à la couronne d'Ecosse : Macduff est mis à mort par ses soldats à cause d'une simple plaisanterie de Malcolm.

On comprend mieux alors pourquoi le Macbeth de Heiner Müller, plutôt que de symboliser comme il l'aurait dû son retour en RDA, a été reçu comme une pièce anti-socialiste et contre-révolutionnaire. Déjà, le fatalisme de la pièce s'oppose à l'optimisme marxiste qui perçoit l'histoire comme une source d'enseignement : la cruauté a bien survécu aux morts du thane de Cawdor, de Duncan, de Macbeth, aussi elle survivra bien à celle de Malcolm. N'oublions pas non plus que l'esthétisme marxiste décèle derrière toute création l'état actuel des structures de la société. La vision pessimiste de Heiner Müller témoignerait ainsi d'un état lamentable des rapports de production. Lamentable parce que, loin de s'améliorer, la situation sociopolitique stagne. Même le renversement de Macbeth par les armées anglaises – on se souvient de l'ouverture de la pièce par l'échec de l'invasion norvégienne – n'apporte pas le changement escompté. Le climat d'échec est bien évidemment inacceptable pour la critique marxiste qui juge la pièce comme une « source de névroses » pour le peuple.

Même sur le terrain de la lutte des classes, la parole militante manque d'inspiration. Certes les paysans se révoltent mais ils sont réprimés et jetés vivants dans les marais. Certes le thane de Cawdor est déchu de sa charge, mais celle-ci reste dans les mains d'un pair. Toutes les révolutions sont avortées et servent un discours pessimiste sur l'histoire, annulant la valeur des sacrifices concédés dans l'hypothèse du progrès.

Voudrait-on se reposer sur la défense des valeurs familiales que là encore Heiner Müller transgresse le discours officiel en montrant à l'intérieur du couple une sexualité conjugale extravertie :

« MACBETH : Mon épouse s'appelle l'Ecosse.

LADY MACBETH dénude ses seins : Celle qui vous a fait le lit, c'est moi, Sir.

MACBETH : Couvrez-vous, Lady, car le pouvoir est froid.

LADY MACBETH : Et bientôt tu crieras que tu voudrais mes seins. » (Scène 11.)

D'aucuns voient dans l'aspect pornographique de la scène une influence du cinéma et de l'imagerie occidentaux, citant l'Orange mécanique de Kubrick en tête de file. Un film que Heiner Müller se défendra d'avoir vu avant la composition de son Macbeth.

Bien plus qu'une traduction de la version du dramaturge élisabéthain, Macbeth d'après Shakespeare est un véritable petit chef-d'œuvre de concision qui a su extraire de son modèle le suc terrifiant des relations entre les personnages. Aujourd'hui, les esprits échauffés ont refroidi. La critique aussi a évolué. Et il faut avouer que des seins nus au théâtre, on en voit tous les jours, non ?

Alexandre Roulois, le 13/04/2006 à 18h11 – 4929 signes.

!! [[le traducteur|http://www.leseditionsdeminuit.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=2328]]
Avec Macbeth (1971), Müller fait sa première grande tentative pour réécrire une pièce de Shakespeare, avant Hamlet-machine (1977) et Anatomie Titus (1982). Exclu depuis dix ans de l'Union des écrivains, empêché de traiter les sujets contemporains qui avaient fait sa réputation, il a essayé de rompre son isolement en traduisant ou adaptant des tragédies grecques ; à une exception près, elles n'ont pas été jouées en RDA, mais leur succès à l'extérieur, et d'abord en RFA, a commencé à faire de lui un auteur connu. Shakespeare est une autre carte pour reprendre pied dans son pays.
Conçu comme une nouvelle traduction, puis devenu une adaptation plus complexe, Macbeth (1971) est créé en même temps en RDA, sans éclat particulier, et à Bâle avec un succès de scandale (mars 1972). La pièce provoque pourtant en RDA une polémique inattendue, qui va durer près d'un an. Müller a-t-il fait œuvre originale ou s'est-il borné à ajouter à Shakespeare " une bonne dose de sexe ", créant ainsi " une source de névroses " pour le public socialiste ? N'a-t-il pas renchéri de brutalité ou même de sadisme sur son modèle, imitant la " vague de cruauté " du cinéma occidental des mêmes années ? Sa façon de traiter les seigneurs, les paysans et les sorcières montre-t-elle sa conscience du monde contemporain ou trahit-elle, au contraire, l'étendue de son " pessimisme historique " ?
Ces questions divisent le milieu littéraire, l'Université et le monde politique. La pièce est mal vue des idéologues officiels, mais la principale attaque contre elle vient d'un opposant au régime communiste et ancien prisonnier politique, Wolfgang Harich, philosophe connu. Il conteste que Macbeth soit une vraie pièce de Müller, tout en la jugeant " réactionnaire dans le contenu " et " bâclée dans la forme ". Bien qu'il garde le silence, Müller s'est à nouveau taillé une place en RDA. Il échappe définitivement à la tutelle de l'esthétique marxiste, officielle ou contestataire. Ses détracteurs ont voulu l'accabler en le comparant à Ken Russell, Sam Peckinpah et surtout Stanley Kubrick (Orange mécanique), sans se demander s'il n'aurait pas plutôt des liens avec Welles ou Kurosawa : il en profite pour renforcer son image de novateur.
Les questions débattues en 1972-73 accompagneront son œuvre jusqu'à la fin. Dix ans après sa mort, on voit l'ambivalence de la relation créatrice qu'il avait nouée avec Shakespeare : adapter celui-ci, c'était à la fois une " transfusion de sang " indispensable pour continuer à écrire et un risque assumé, celui de céder à l'attrait de la répétition au détriment de la nouveauté des temps (" nous ne serons pas à bon port tant que Shakespeare écrira nos pièces "). Une fois encore, Müller dérangera autant ceux qui attendent de lui un message politique de format courant que ceux pour qui il n'y aurait rien à comprendre à ses histoires " de bruit et de fureur ".

Jean-Pierre Morel 
Allez sur Wikipedia, non pas pour l'article, mais pour les références, qui pointent vers des sites que Google n'aurait pas mis en évidence. C'est l'intérêt principal de Wikipedia. Vous y trouverez les textes et des renvois vers les premières analyses.
!!Textes
* Traduite en français par [[Guizot|http://fr.wikisource.org/wiki/Macbeth]]
* [[William Shakespeare|http://www.scribd.com/doc/35082/Hugo-V-A-propos-de-William-Shakespeare]] de Hugo
!!Videos
La tragédie est très connue des anglo-saxons: ils s'en inspirent ou la parodient: vous trouverez facilement en cherchant sur les sites de videos sur Youtube, Dailymotion ou [[Vimeo|http://www.vimeo.com/videos/search:macbeth]]
* Un [[morceau de rock|http://video.google.com/videoplay?docid=-1621635994414422977]] dont le titre vient dela tragédie ("Animal I have become") et dont le clip est tiré du Macbeth de Polanski.
* [[Un "rap" de Macbeth|http://www.flocabulary.com/macbeth.html]]
* [[On the Knocking at the Gate in Macbeth, de De Quincey]]
* Lady Macbeth au village, de Leskov
* Macbett, Ionesco
*Avant Scène Opéra N°249, ISBN 978-2-84385-254-1, Année de parution 2009, 160 pages
* Revue / Journal Title, Arcadia. Zeitschrift für Vergleichende Literaturwissenschaft Bonn ,Source / Source, 1978, vol. 13, no1, pp. 55-71
La Norvège et l'Écosse se livrent une bataille où Macbeth, cousin du roi Duncan et chef de son armée, s'illustre par son courage, sa persévérance et sa loyauté. Revenant victorieux, Macbeth, duc de Glamis, rencontre trois sorcières qui l'accueillent en lui donnant trois titres différents : duc de Glamis, duc de Cawdor et futur roi. Quant à Banquo, général et ami de Macbeth qui l'accompagne, elles lui promettent une descendance de roi. Puis, sans donner plus d'explications, elles disparaissent.

Peu de temps après, deux seigneurs envoyés par Duncan viennent annoncer à Macbeth que le roi le nomme duc de Cawdor pour récompenser sa bravoure. Macbeth prend dès lors la prophétie au sérieux et fait part de cette rencontre à son épouse ; elle le pousse à assassiner Duncan qui est leur hôte, ce qu'il fait dans la nuit

Effrayés à l'idée d'être accusés du meurtre de leur père, les enfants de Duncan s'enfuient, l'un en Angleterre, l'autre en Irlande, laissant le trône à Macbeth, mais préparant leur retour. Ce dernier vit dans la crainte de perdre sa couronne et fait assassiner tous ceux qu'il soupçonne la désirer . Il envoie trois assassins tuer Banquo, bien qu'il ait gardé un silence complice, et son fils Fleance, qui parvient à s'échapper. Mais il ne trouve pas le repos, et le spectre de Banquo lui apparaît pendant un banquet. Lady Macbeth, quant à elle, se voit les mains ensanglantées. Tourmenté, il retourne voir les trois sorcières qui ne lui donnent que des réponses ambiguës: il doit se garder de Macduff, aucun homme naît d'une femme ne pourra lui nuire, il sera roi jusqu'au jour où la forêt marchera vers le château.

Les atrocités commises par Macbeth l'isolent. Abandonné de tous, il est attaqué par les fils de Duncan et leur armée. Fier et résolu, il ne se rend pas et est assassiné au château de Dunsinane par Macduff, dont il a fait exterminer la famille. A la fin de la pièce, Malcolm, le fils de Duncan, prend le pouvoir qui lui revient légitimement.
! Corrigez l'intrigue de Macbeth, truffée d'erreurs (7-3-8-8)
La France et l'Écosse se livrent une bataille où Macbeth, cousin du roi Perceval et chef de son armée, s'illustre par son courage, sa persévérance et sa loyauté. Revenant victorieux, Macbeth, duc de Glamis, rencontre trois magiciens qui l'accueillent en lui donnant trois titres différents : duc de Glasgow, duc de Londres et futur roi. Quant à Ronald, général et ami de Macbeth qui l'accompagne, elles lui promettent la même chose. Puis, sans donner plus d'explications, ils disparaissent.

Peu de temps après, deux seigneurs envoyés par Duncan viennent annoncer à Macbeth que le roi le nomme duc du Japon pour récompenser sa bravoure et pour acheter son épouse. Macbeth prend dès lors la prophétie au sérieux et fait part de cette rencontre à son épouse ; elle le pousse à assassiner Perceval qui est leur hôte, ce qu'il fait en plein jour.

Effrayés à l'idée d'être accusés du meurtre de leur père, Donalbain et Angus, les enfants de Duncan s'enfuient, l'un en Angleterre, l'autre en Irlande, laissant le trône à Macbeth, mais préparant leur retour. Ce dernier vit sans craindre de perdre sa couronne et fait assassiner tous ceux qu'il soupçonne la désirer . Il envoie deux assassins tuer Banquo, parce qu'il a parlé de la prophétie, et son fils Fleance. Les deux meurent. Mais il ne trouve pas le repos, et le spectre de son père lui apparaît pendant un banquet. Sa mère, quant à elle, se voit les mains ensanglantées. Tourmenté, il retourne voir les huits magiciens qui ne lui donnent que des réponses ambiguës: il doit se garder de Macduff, aucun homme naît le jour ne pourra lui nuire, il sera roi jusqu'au jour où la forêt brûlera.

Les atrocités commises par Macbeth le rendent très populaire. Aimé de tous, il est attaqué par les fils de Perceval et leur armée. Fier et résolu, il ne se rend pas et est assassiné au château de Carolahane par Macduff, dont il a enrichi la famille. A la fin de la pièce, Donalbain, le fils de Perceval prend le pouvoir qui lui revient légitimement.

[[Macbeth: intrigue]]: la bonne, cette fois.
* [[Macbett, de Ionesco]]
* [[Macbeth d'après Shakespeare, de Heiner Müller]]
!!Relevé

<HTML>
<BODY LANG="fr-FR" DIR="LTR">
<TABLE WIDTH=643 BORDER=1 BORDERCOLOR="#000000" CELLPADDING=4 CELLSPACING=0>
	<COL WIDTH=74>
	<COL WIDTH=38>
	<COL WIDTH=323>
	<COL WIDTH=174>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P ALIGN=CENTER><B>Acte, scène</B></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P ALIGN=CENTER><B>Type</B></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P ALIGN=CENTER><B>Texte</B></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P ALIGN=CENTER><B>Personnage</B></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 4, 100</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A 
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;tigre d'Hyrnacie&nbsp;», «&nbsp;rhinocéros armé&nbsp;»,
			«&nbsp;l'ours hérissé de Russie&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth au spectre de Banquo, pour lui affirmer qu'il ne le craint pas.<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II, 1, 53</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;loup sentinelle et horloge&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth, A la vue du poignard, parlant du Meutre escorté du "loup..."<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>I, 5, 36</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;corbeau&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Accueille Duncan de ses cris sous les créneaux de Lady
			Macbeth.</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II, 2, 3</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;la chouette sonneur fatal pour le bonsoir le plus
			funèbre&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Entendue par Lady Macbeth, qui vient d'endormir les gardes de Duncan.<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 4, 125</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;des pies, des choucas, des corbeaux&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth jure par les "..." qu'il y aura du sang.<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 1, 93</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;limiers, lévriers, métis, épagneuls, mâtins,
			barbets, caniches et chiens&nbsp;loups&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth aux assassins<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 2, 40</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;la chauve&nbsp;souris&nbsp;» et son vol encloîtré</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 2, 42</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;l'escarbot né sur le fumier&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 2, 51</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;le corbeau&nbsp;» qui vole «&nbsp;vers les forêts
			humides&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 2, 53</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;les noirs agents de la nuit&nbsp;» qui s'éveillent
			pour traquer leur proie.</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth<BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 2, 53</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Macbeth a «&nbsp;tranché le serpent&nbsp;», mais il ne «&nbsp;l'a
			pas tué&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>III, 2, 36</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>L'esprit de Macbeth est «&nbsp;plein de scorpions&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II, 4, 10</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;un faucon&nbsp;» tué par une «&nbsp;chouette&nbsp;à&nbsp;souris&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Un vieillard à Ross</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II, 4, 18</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>A</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>«&nbsp;les chevaux&nbsp;» de Duncan se sont «&nbsp;entredévorés&nbsp;»</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II,3, 51-58</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>F</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Une tempête prodigieuse se déchaine toute la nuit avec des
			«&nbsp;cris de mort&nbsp;»; le hibo ulule toute la nuit; la
			terre tremble.</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II, 2, 22</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>F 
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Les gardes de Duncan qui riaient, criaient ou priaient dans
			leur sommeil.</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth à Lady Macbeth</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P>II, 2? 43</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P>F</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Macbeth ne dormira plus. (une sorcière l'annonce en I, 3, 19)</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth à Lady Macbeth</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Somnambulisme de Lady Macbeth</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Poignard</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Le spectre de Banquo</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P>Macbeth</P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=74>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=38>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=323>
			<P>Les mains salies de sang de Lady Macbeth</P>
		</TD>
		<TD WIDTH=174>
			<P><BR>
			</P>
		</TD>
	</TR>
</TABLE>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
</BODY>
</HTML>
!Que tirer de la liste des animaux évoqués dans la pièce.
Cela introduit du fantastique (ou merveilleux ?): les chevaux carnivores.
* Animaux nocturnes: la pièce se passe surtout la nuit.
* Animaux carnivores: ils sont des prédateurs (comme Macbeth ?)
* Animaux noirs: pie, choucas. Le noir connote l'idée du Mal.

Ces évocations d'animaux créent un «&nbsp;climat&nbsp;» de violence et de mort, auquel s'ajoute le fantastique.
Le fantastique est crée par les visions et les apparitions. Les personnages les voient, mais ils sont toujours seuls, sauf pour la première apparition des sorcières.
300 Activités de Français en lecture-grammaire- expression 4ème
Auteure: Florence Randanne

S1: Questionnaire [[Martiens, go home:questionnaire de lecture]] et débat sur la fin du livre.
S2: [[description du premier Martien, p23 etp64]]
S3: [[Congaison du passé simple]]
S4: Vocabulaire (p64): défaut des Martiens (classer les synonymes) Correction de la rédaction seq9
S5: [[Rapporter les paroles d'un personnage au discours direct]]
S6: [[Rédaction|Rédaction Martiens, Go Home]]

+++[prévision de progression]>
S3:  Explicatif p62. Bloc de l'Est 105/106

S4: Vocabulaire
Liste p64   (énumération p160/161)

S5 Discours direct et indirect (voire DIL p105/106)

DIL: quel est le personnage en présence? Où est-il ? Que fait-il ? Qui d'autre est présent ?

S6: Etude du lutin
S6bis: Temps du passé

S7:  Le narrateur « couime »
149: pensée du DR Snyder.

Grammaire: passé simple/ imparfait
Orthographe: finales et double consonnes en amorce

S8: Rédaction: Dans son livre, Fredric Brown n'a écrit aucune scène qui se déroule dans une école. Imaginez qu'un des Martiens du livre « couime » dans un endroit du collège. Comment vont se passer les choses ?
          (Vous êtes libres de choisir si c'est la première apparition d'un Martien devant des humains ou non; attention, selon ce que vous choisissez les réactions des humains seront très différentes:peur, panique ou curiosité dans un cas/ agacement et lassitude dans l'autre, avec parfois des gens qui « craquent »)
  Attention: il faut garder l'énonciation qui est celle du roman: un récit postérieur, écrit par un narrateur omniscient, aux temps du passé. ===

<<tabs tabsClass [[S1]] "Evaluation" [[Martiens, go home:questionnaire de lecture]][[S2]] "Description des Martiens" [[description du premier Martien, p23 etp64]] [[S3]] "Passé Simple" [[Congaison du passé simple]] [[S5]] "Paroles des personnages" [[Rapporter les paroles d'un personnage au discours direct]] [[S6 et S7]] "Rédaction" [[Rédaction Martiens, Go Home]]>>
! Après avoir lu le livre, répondez aux questions

# Quel est le métier de Luke Deveraux ?
# Pourquoi Luke est-il dans le désert au début du livre ?
# Les Martiens "couiment"; Que cela signifie-t-il ?
# Quelle nouvelle le Martien apprend-il à Luke sur son amie ?
# Décris l'apparence physique des Martiens. Donne 3 mots pour décrire leur caractère.
# A combien sont-ils estimés sur Terre ?
# A leur arrivée, quel téléfilm perturbent-ils ?
# Qui est "Toto" ?
# Dans quel but sont-ils venus sur Terre ?
# Pourquoi depuis l'arrivée des Martiens est-il difficile de conduire une voiture ?
# Pourquoi Luke va-t-il voir un psychologue ?
# En quelle année se déroule le roman ? Dans quel pays ? Dans quelles régions de ce pays ?
# Quand Luke retrouve le goût d'écrire, quel genre de livres écrit-il ?
# Pourquoi Luke est-il interné dans un asile psychiatrique ?
# Le secrétaire des ~Nations-Unies fait une intervention à la radio. Quel système empêche les Martiens de "parasiter" l'intervention? A cette occasion, que promet l'humanité ? Comment réagissent les Martiens ?
# Qu'est-ce qui fait disparaître les Martiens ?
# Qu'as-tu pensé de ce livre ?
!Poe, Le masque de la mort rouge

Et de temps en temps on entend sonner l'horloge d'ébène dans la salle de velours. Et alors, pour un moment, tout s'arrête, tout se tait, excepté la voix de l'horloge. Les rêves sont glacés, paralysés dans leurs postures. Mais les échos de la sonnerie s'évanouissent, ils n'ont duré qu'un instant, et à peine ont-ils fui, qu'une hilarité légère et mal contenue circule partout. Et la musique s'enfle de nouveau, et les rêves revivent, et ils se tordent çà et là plus joyeusement que jamais, reflétant la couleur des fenêtres à travers lesquelles ruisselle le rayonnement des trépieds. Mais dans la chambre qui est là-bas tout à l'ouest aucun masque n'ose maintenant s'aventurer; car la nuit avance, et une lumière plus rouge afflue à travers les carreaux couleur de sang, et la noirceur des draperies funèbres est effrayante; et à l'étourdi qui met le pied sur le tapis funèbre l'horloge d'ébène envoie un carillon plus lourd, plus solennellement énergique que celui qui frappe les oreilles des masques tourbillonnant dans l'insouciance lointaine des autres salles. 
Quant à ces pièces-là, &nbsp;elles fourmillent de monde, et le coeur de la vie y battait fièvreusement. Et la tête tourbillonnait toujours, lorsque s'éleva enfin le son de minuit de l'horloge. Alors, comme je l'ai dit, la musique s'arrêta; le tournoiement des valseurs fut suspendu; il se fit partout, comme naguère, une anxieuse immobilité. Mais le timbre de l'horloge avait cette fois douze coups à sonner; aussi il se peut bien que plus de pensée se soit glissée dans les méditations de ceux qui pensaient parmi cette foule festoyante. Et ce fut peut-être aussi pour cela que plusieurs personnes parmi cette foule, avant que les derniers échos du dernier coup fussent noyés dans le silence, avaient eu le temps de s'apercevoir de la présence d'un masque qui jusque-là n'avait aucunement attiré l'attention. Et, la nouvelle de cette intrusion s'étant répandue en un chuchotement à la ronde, il s'éleva de toute l'assemblée un bourdonnement, puis, finalement de terreur, d'horreur et de dégoût. 

!Questions
# Proposez  un découpage du texte en plusieurs parties. Justifiez-le.
# Quels sont les personnages ? En quoi s'opposent-ils ? Pourquoi peut-on dire que l'horloge est un personnage.
# A votre avis , que symbolise le masque qui apparaît en fin de texte.
# Quelles couleurs dominent dans le texte. Que symbolisent-elle ?
# Relevez tous les termes qui désignent les danseurs (pronoms indéfinis, noms collectifs): pourquoi peut-on dire que les danseurs sont presque «&nbsp;déjà morts&nbsp;».
!Rédaction.
Sujet: Vous êtes le masque. Vous vous adressez aux danseurs pour leur dire qui vous êtes et quelles sont vos intentions.
Consigne: -     ni dialogue, ni récit.
écrire au présent, écrire en «&nbsp;je&nbsp;»
utiliser un registre soutenu, par la syntaxe notamment. Interdiction d'écrire «&nbsp;et&nbsp;»
S1:Lecture de la nouvelle, par palliers pour anticiper
<<tiddler [[S2: anticipation de la fin]]>>
<<slider chkSlice [[S3: Contexte socio-historique]] "S3: Contexte socio-historique" "content of S3: Contexte socio-historique">>
S4: [[Le narrateur]]
S5: L'explication dans un récit
Le début de la nouvelle est le début du récit (récit: tout ce qui sort de la « bouche » du narrateur).
Le début de l'histoire se situe au troisième §; l'histoire, c'est ce que font les personnages ( la 1ère étape de l'histoire est la situation initiale).
NB: l'incipit, c'est les premières lignes d'un livre.
Attention: « récit » est un mot polysémique (= qui a plusieurs sens):
– récit (parole du narrateur)# discours (parole du personnage)
– récit # histoire
L'explication donnée par le narrateur prépare l' histoire. On reconnaît une explication aux deux indices suivants
– le présent avec la valeur de vérité générale.
– Il n'y a pas de dialogues (même si l'explication peut avoir la forme d'un monologue)
Attention: on n'explique pas ce qui s'est passé, on le raconte.

La différence entre l'explication et la description, c'est que la 1ère n'appartient pas à l'histoire ( mais informe sur le contexte).
Travail: rédigez les explications du narrateur aux endroits proposés et insérez des commentaires du narrateur (= avis sur l'action).

Evaluation:
Sujet d'écriture:Transformez la nouvelle de Mérimée en un fait divers.
Consignes:
– il faut donner au lecteur les informations suivantes : où, quand, qui et quoi
– écrire au passé composé ( imparfait, présent)
– le journaliste doit commenter les événements et donner son avis:
utiliser des !, faire des phrases nominales ( « et là, le drame! »), poser de
fausses questions pour impliquer le lecteur ( un père a-t-il le droit de tuer
son fils ?)
NB: pour les faits incertains, utiliser
– sans doute, probablement...
– le COND présent ( « d'après certaines sources, C. serait un crime d'honneur... » )
GENERAL:
----
Google
http://www.google.fr/ig?hl=fr
----
Wikisource
http://fr.wikisource.org/wiki/Accueil
----
Wikipedia
http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil
----
Wikisource
http://fr.wikisource.org/wiki/Accueil
----
EXERCICES ET LECONS EN LIGNE:
----
Général
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/
----
leçons
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/documents_theoriques/?id=12
----
exercices interactifs1
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/exercices_interactifs/
----
exercices interactifs2
http://www.francaisfacile.com/index.php
----
exercices interactifs3
http://www.xtec.es/%7Esgirona/fle/index.htm
----
exercices interactifs4
http://users.skynet.be/courstoujours/index1.htm
----
Grammaire1
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/parcours_guides/?id=1104&action=animer
----
Grammaire2
http://platea.cnice.mecd.es/~cvera/ressources/recurfr29.htm
----
Leçons
http://intra.sje.qc.ca/~francais3esje/notions.htm
----
Orthographe1
http://karsenti.scedu.umontreal.ca/didactique/
----
Orthographe2
http://orthonet.sdv.fr/pages/jeux.html
----
Orthographe3
http://www.ccdmd.qc.ca/fr/accords/
----
Vocabulaire
http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/index.php
----
Accord des participes1 http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/grammaire/participes_passes/test133.php
----
Accord des participes2
http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/grammaire/participes_passes/test134.php
----
Accord des participes3
http://www.b-a-ba.net/aptitude_verbale/grammaire/participes_passes/test135.php
----
Conjugaison1
http://abcscolaire.free.fr/Francais.htm
----
Conjugaison2
http://www.etab.ac-caen.fr/albert-camus/ortho/
----
Conjugaison3
http://www.etab.ac-caen.fr/albert-camus/ortho/seq2/ver30.htm
----
Conjugaison4
http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir1.htm
----
Conjugaison5
http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir2.htm
----
Conjugaison6
http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/stdir3.htm
----
Conjugaison7
http://users.skynet.be/courstoujours/Discours/Sommaire.htm
----
Conjugaison8
http://www.romanistik.uni-mainz.de/franz/test/7_conj.htm
----
Usage des pronoms
http://www.romanistik.uni-mainz.de/franz/test/11_conj.htm
----
PSR
http://www.b-a-ba.net/notions_grammaire/relative/enchassee.php
----
PS
http://users.skynet.be/courstoujours/Analyse/Sommaire.htm
----
Figures de style1
http://www.college4vents.net/pedago/docshotpot/tropes.htm
----
Figures de style2
http://www.b-a-ba.net/figstyl/fig_styl.php
----
Figures de style3
http://users.skynet.be/courstoujours/Figures/Sommaire.htm
----
Figures de style4
http://www.arts.kuleuven.be/weboscope/grammaire/e_gr0.htm
----
Figures de style5
http://pages.infinit.net/cltr/langfr.html
----


~TIDDLYSITES:
----
TiddlyWiki.com - official release
http://www.TiddlyWiki.com
----
TiddlyWiki.com/dev - current release notes
http://www.TiddlyWiki.com/dev/
----
TiddlyWiki.com/beta - new development pre-prelease
http://www.TiddlyWiki.com/beta/
----
TiddlyWiki.org - new development/wiki/source control
http://www.TiddlyWiki.org
----
TiddlyTools - plugins, scripts, templates, etc.
http://www.TiddlyTools.com
----
TiddlySpot - instant TiddlyWiki hosting!!
http://www.TiddlySpot.com
----
del.icio.us - find popular TiddlyWiki sites
http://del.icio.us/tag/tiddlywiki
----
Frappr - add a pin to the TiddlyWiki user map!
http://www.frappr.com/TiddlyWiki
----
S5/ Modifier le registre de langue d'un texte.

Un registre se définit par le lexique, la syntaxe et l'organisation du texte.
Pour passer à un registre soutenu, il faut:
*un lexique précis ( « dire » ne convient que rarement...)
*éviter les périphrases (tout ce que je pense : toutes mes pensées...)
*éviter « il y a », peu utilisé le verbe « être »
*mettre des subordonnées ( presque 1 par phrase), choisir plutôt la subordination que la coordination (plutôt « puisque » que « car »).
*essayer de placer les locutions et les conjonctions de coordination après le verbe (ex: je suis donc/ d'ailleurs/ ainsi content) 
! Chantre
!!Et l'unique cordeau des trompettes marines
<html><div style="text-align:right;"> '' 
Apollinaire, Alcools, 1913.'' </html>
+++[Tableau 22.05]
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://cartailler.free.fr/tableau/S4monostiche.pdf"></object>
</html> 

===
Il est grave : il est maire et père de famille.
Son faux col engloutit son oreille. Ses yeux
Dans un rêve sans fin flottent insoucieux,
Et le printemps en fleurs sur ses pantoufles brille.


Que lui fait l'astre d'or, que lui fait la charmille
Où l'oiseau chante à l'ombre, et que lui font les cieux,
Et les prés verts et les gazons silencieux ?
Monsieur Prudhomme songe à marier sa fille


Avec monsieur Machin, un jeune homme cossu.
Il est juste-milieu, botaniste et pansu.
Quant aux faiseurs de vers, ces vauriens, ces maroufles,


Ces fainéants barbus, mal peignés, il les a
Plus en horreur que son éternel coryza,
Et le printemps en fleurs brille sur ses pantoufles.
‡!12!­UDQód[ü²C°“®UÓcPÌÉL-M9mpÜé>4æŽH֓ȷ‡)Ë*HéC†û¼ÆÁæ9ˆ&ýt§EXÀ›ÆX­aœ!11!„è‘Xjᕇ‘¾iQ@!160! ,P&ƒ"ùáسV||¥)ÒfO¨D˜®«';ÿ!0!éøݧÝE9Ð^X)U;šyV»È#žŠ1Ç0«!33!5eëwAâþoLœ"ŠÉ±õ#>BäDѯØ;WÞË@‘À…˜iKj3¾Ö®1tªϜ$8ì²v³`èX”±6êÎD¦:k>ŸíàD|ReñÈ^_0L®!160!¢Âß!11!û,ÿà1®Wp8ª9•öurKuþUd/Þáâ`~?\~ýª!12!›¹Ï»„öàösl»ÃýÆy©šâ_Ȝ"N—ü©,À{l'I_¹;ø¥<²E<Ä3ŠF½ê•µ?ö‘Üï„ÛÆ+£¦™°y“cãÞ!13!Ñ/wç¼xÊV0Y½%‚ÞPªÿT¼!11!KiĐíÜFMqLjpWږ”jÐe¯´FaíŽ(¾{?¤Z©Ý$(ìÐöâúì`z!10!èe[:~ZîªûFúªx‘Ï&yª$»BRWðwďç’Ê	?©¼žöy#þ 5]¥ÆÇÉڊæ÷/ Vºi®˜!33!n6iòž0ë2—i!33!Áã_,¼'Œðö8’ÍÜ*Ç:ßókºÊFV¨×#Þî-d!160!cz>#!160!u[ð!13!¦[њ1IêÒÎ2"^Œ„ü„fpáAíôƒÐjüÌàz™W0FõËæ4½X0³ßLpð’?§‘£1à=O]Õÿ“/»UU¦¦GjáÕ#[#!13!š\!13!Ü)A;xéV2¡p/YèAnmɤ,ÃïM8#aژOÏÐè78ƒ!0!ž‘«Ý½û–È[§-éÄÁ[zèH‹kšñ¹à ;¦˜?¶MhžÖ˜eþG3S}ƒ@~Ð2P‘ÖDâêCÛóÔš5<eü^Ù·ØӄàP#}Ã¥N„6À^2€ð?cÐXïViñ·7¸äw£c<ç>9‘|j„0\ŸÚCxŸ0O3´‘mY‰z§ô­n!11!ëa!11!š!0!ŒêéQ!0!o«J€*•ZýêU2ÄÇNF+»:›Ñ‰!12!ùödu“²´¨mŒñˆ¨—­¥kì‰W!12!Av¼WʂF{6tA;V‰¤"hxåh¸tµ?'î½þ¤ÂhÕEŒ¬ôξ·A͌!33!:…7¥¨%âù—Ðrð4!11!€ž)SÙ!12!h\–ZïÉYÙ'á;1âU쐍5™X§xÕþ(³r2Óֈm^³èÏÔ”î&ÚïJ!160!2áâ?.¢6!12!xííoaª7I#ÎOJülo”Äzí5¦ÿÛNæ)Öôûò±°[ȼÎÑòʯãnbLk1°k#ãN÷lɦ×ï$.ϦX¥x¶f†€=	:våÌ*bÈè3G_zC¢NC'Ԁ»g¥ïi°„Ò¦hf†!13!˾ƕnˆ‘MZÐÀnVe¿=!13!xæÈÉC*xï®Óþ!33!"Ê\ƒîø)Ñ?ýsæ›|¥9ù4Á·33ÁïY}F6Ç"eïމg!10!%!10!uLN™ù‹NþPúÀ‘ˇBt°É}%Þÿn»­N!12!$dROù=Ÿž}S«Ëte‚?˜#c"O*¹E&Cã:¿EPq!160!“[ᲕžHÕjýÛ_ÈB~ÇæålìL!12!Ú²G-šù„0τ-3qk—ópŸViùÀM­äÇfË­òu}kW&-!10!œ¼Ù	ÓMÅÍio3 Þfa8L±S¾!10!··­ìdÅ¥õ$½DҊžî9tv䊲!13!»ÿÄq˜BqS	Ú=°K59ëà¯+&¿vˆxÓ--©hRœ/Ûɟ¨C²é؉ï+¾ÄCÍÆ¿!11!"æ2$›ì<•(ZÅ%¤‰Oã+RiK²·E_ÿ!33!Í?h#ɐß×!0!Ù®‡oF3™öè™ÜÓqÁf‹MrŠé%TIúQï7B$¥©—…ëHøËOÝ°A!33!I°¼ÅwÝæ¶Y€Õ»wcîv½	¯OB!12!ÌSÒSC0Ïþ§0ҁ¹y=è€˜îƒ2!11!@u‡¨¥&®*#ÛëŒØ”—|ZàyãÎ»$¾QÁJEk!13!x[e·ÖN.8kÒàME¹dÖ¥œ:_#šh]˜ësôHªŸ'¼^&Ëæ‹3ãz®ÄNÀsäW!11!’Hæ]ꉱǻ•˜°Íó]ÇóÃVØ»Ÿö§¹!11!y«L°u‹äD·,ã=p)NÞ;k¸æ¤×T+=ë¯É¥Ù¸V剹‡Tî[x}H!33!ÌËO-­œ,Å2>ÿ!0!Ÿü!10!_õ@I³,<k¶«:½¯¶m7ØV².©3¶'*}dðéð_pÅ!0!^ÿµH!0!C '$Μ Dy3}où\ã\rBä¶ö¿֔=þ¹}§¹V”ãAµY!33!x†ŒGÏÂKø¿,^—þRdøéԏ6„½°	rq!160!Èâ'…m›D!12!M&27~7ú›lˆw’M.Ëj&ç,è꫟VNJ“aƒiÏõ—Ž­ªn¦\ˆ°­öYaåÆ,|ÛÌTw¹H*ïs\¾*©TWGGф—._…˜IÿËн–ФËÕikèIbê¢!11!îÞ°ÕÑäü®°3@!10!oÆÅAø;pÔÑ;)·è›yÅÜñ©D°«âüYT™ë5ŽŠᲜÔuŒ·Ö!0!ôØÙëd0!12!0qà!11!í3µvýV°­¾dô©òN$zBX?ˆ:ÄÅAʔƒS$1à+YØ!12!í«4&y²´T3×Ð+âIÁn2u2O»¨]¯ó(ŸW$fÝè8¶­hŸEp©!12!õ4AÈÈ¿¶C$/œ¨Xx¡èŸƒøógÓ𗥭¥!10!h3Û¸ká4öÂ6ʵ²GaŽŒõ6bŽ%épÕgǾ$욡B¨|G¸d;=w=¾ªN¤b.òx¹b¼·ý%rwèÚ+[s­´äí:•½(Š|µ´UŸG€]AöœH51~0Eúv«‹1¸`ÆM04Í.Œº\ÝþïmûZ–]²§¥R³.òB	Õ°Š&fúWfŸ•$°[cÉ$¼Jí	ÉôVós^ÅnɱqδÊ[eg"~å”CêCÍÉíq©YÍÃ{Î_Úc­ûœùú°´ŸPÂÍ;!0!EFM¶¡L^Kk_“ŒÑ‘)m=Tróa~éÔgˆAðq¼}2AϬÇh3{Xx!10!‘£íæ³Xü¾Ôž*UzdÌƗv°àËAÝ·}	Öjf3¨-;¢=}}K³@’ˆ!160!uL«©¥Ê")5Ñ 3ý9¸À2Öpõ1©	ä:Æ ôŠËéUÑ"­jufǬÚ5úøzK沃5n¸‰(tãE¨'¯¾J²ƒ782l§~AZ§°?–¿ˎJ¿\Žb|p`>ƒD”NxYyT©½qŒÈ¤Ô_&†M'u9tÜò|(¼À®Œ­â)!13!Ù¯]CÂ't&x˜Ûéç˗d—9Û]í+²MíÛu….9s&âfÓË·B§´4»|JÔÒC9jYŒ¶1óZæÈó9éowŠ§”F°—Aýë•©‹.·$q'rë-wڅc㨞I!160!šÀYºPbx7ŠN!11!¼°ö{Š7H§x!33!¡Ò²œÀ…HG-…#HØ|ÐÞ“!12!Ñ!13!ª1}?*±—“ÄÂíæ~¼dGAÆ`¥Ô¿ëUcæëpw`T?‡¡ˆ{¥qo5LfჼŸ%׀Ñ¾Çf4J°Ëÿ}‰&àswD/.“îÿ±uÚtõ‰*\`>_H(ðŸçREu›ÛXßTÅ!11!êÐZ§]–v1xÖðÇ@=›qïÃñJo}pÝˤk+[ßìšínÊýÓT!10!I‡ß±½c{”F&¹•„·Ú1§AN¥Ø@›%XâŠod˜‚âçtštx}òûQ©ª‚üÝ£ŠMô8í!12!‚KÛ>ùCX`ϖ[“§!13!Ö4Šòý…ig¯á\á„js½­	t!13!#™°!160!·öž<™efÝ!11!Hc£!33!‡/°é>ÌÛöË!10!Û[?*÷Šã"‡!11!t¾d!12!xUʼnhÈ	>7‹;SgO­íPË}(¸ÞoFBÜbë#ìY\Ùuä§oQtTT÷|xS!160!¾7äqqRF剮àG†¿Ô¬pÇl¬!10!¦F%þ.F‚!12!º¯qì/Õa£Påþ!10!m!160!~Ñÿ6ŒîI²Ñ!11!5²ŸÌWhB!0!!160!À¹ðDiúcão¨Â›­ú_A? *õdL1‹þs½†¬&ëu% l˜/˜vå”Ù[ått÷̇ŸOÜ2ÆìCZU¡·	·û`ÒÐnÌB]Œf$ó [®}ïääP›êüœ^×bè0¨öì‡>c£_ÓGRz¢Âތï.–o4µAo‹˜’~üO!12!N‚ƒ^ÅðbÊ#îæÛý³EÌQÒ½…¾!13!JÝ£!160!ӵٝ(º!160!—§Üø÷8•ãr†Àl+'Še(5ëŠ+%ÿPÚSÁÛÓ·þ^Ž!33!ýïÍ&9ù–¸O	Y¯õ†7!33!ì;ªå„׳@¶{+å½n0	¤îŒ!10!Aû‹ÚÁØ1ÿ¹×ƒÆZUŠ¡e<=ûdÉpÛ]0zˆt,K¶4¾lT¾f(p„ô£êCbd±!160!×ó©Ô¾d“ij3	LÜJ£¡FlåUýJ$ÂdËcÕú¯‚_‘Q΀ï0Ùª$Ý.—ÚJٜº˜£ï!13!âS¾ÈÏ-€-¯*v`ý­©ÀœÇ»VT(jÕqZm²ºy˜K²{òÔÅeU—»6¢¬Áì!10!!160!‹|éS´TîȔç³áÒUÍ]Žõ!160!¤¡YO(ïâ@æ—pÒçTŽ?bÙóàê^*½œF¬"sÏ`H!11!„4Ï¡}!160!R!0!$¥ú0Açœs®ŽÇj.Áù•&¤Áˆ®2Oû⣂]­…»×Õoésžý…ÖÊ¥i)ïߏm±d÷µÒ1éƒ!33!Á/zؘàCþ»IæÅr¥Vʒž|$¬¨L!160!ðÃVu“Æ!10!—ØëjŸG–rN@¸+.è·Ôºí҉¸¢¼MøÄs;©¨ˆú–-²ñg÷‡±Åî"ÃJ)ÿÝ!160!í›`š3äJ~ôÄ×X"öþ=vp«íK$ÜDë†´Ò$Èð!13!Ùn_ù¨æCS”ŠË»¸8¼Ý‡#æ̆J¢œ±ŽäT”ø¹Í‚±Mþ§;Œ!12!Söq·blÕ!11!Êä¯/Ú­Ù-sí®AóeB.‡!0!\¬0¤¢eªì®§ÊÍËÁvgÁ‚ýühà¡h¯+;1‡í©Þõ®*—zn<1råQs)µÂSEŽŒÔ¯ƒ¼ª[!0!ÚÆ(¿Œo€õxÄ*%*ï–;Ïö…»…äVýùÙAË.M(v|o¼)ßMàӚ#ù»õŸÒm\)a¸¾#¨¸ÁÜÇqëhU`1éQc·»PW‡úP·Í°ïxvÅƶuÌ@{;p!0!nŽÏDGwŠšç¼l0¬Ñޙhðß|!12!¨Uj!13!äÔ-ƒMzH#4$b!33!h·×98!13!|$0Úï£uÅ룋zÌ#9[ž'ËDŸ•\š^È®Ž3¿œWæëÀÀL¬fã±èúÐ~»æö)–J!13!.ŸÖΤ¸k[nFÿ¢–Ûfî=Ì{Ãk²l¦–ëRµRÞï»|„à¾Býš9é£r„u¦I>Ö×}³ÐBìnü!0!2ÔÊ:†Â!33!Ãß?¯I°d#¯¾©!10!·—Žž¼u¾Ø§õvx›.s””j0£Þ
4

 

L MVNATIVS L F L N L PRON

PLANCVS COS CENS IMP ITER VIIVIR

EPVLON TRIVMP EX RAETIS AEDEM SATVRNI

FECIT DE MANIBIS AGROS DIVISIT IN ITALIA

BENEVENTI IN GALLIA COLONIAS DEDVXIT

LVGVDVNVM ET RAVRICAM.

CIL 10, 6087

Lucius Munatius Luci filius Luci nepos Luci pronepos Plancus, consul, censor, imperator iterum, VIIvir epulonum, triumphavit ex Raetis, aedem Saturni fecit de manibis, agros divisit in Italia Beneventi, in Galliam colonias deduxit Lugudunum et Rauricam.

 

Lucius Munatius Plancus, fils de Lucius, petit-fils de Lucius, arrière-petit-fils de Lucius, consul, censeur, acclamé imperator deux fois, septemvir épulon. Honoré d’un triomphe sur les Rhétes, il a fait bâtir le temple de Saturne avec le butin. Il a réparti des terres entre les vétérans en Italie à Bénévent. Il a fondé en Gaule les colonies de Lyon et de Raurica.

 

L. Munatius Plancus est né vers 90 av. J.-C. Il sert sous les ordres de César en Gaule :

Tres (legiones) in Belgis collocavit : eis Marcum Crassum quaestorem et Lucium Munatium Plancum et Gaium Trebonium legatos praefecit César fit hiverner trois légions en Belgique, sous le commandement du questeur Marcus Crassus et des légats Lucius Munatius Plancus et Gaius Trébonius. César, BG, V, 24.

Il suit César pendant la guerre civile en Espagne et en Afrique. Préfet de Rome, puis préteur en 45, il devient gouverneur de la Gallia Comata en 44-43. Il y fonde en particulier la colonie de Lugdunum. Consul en 42 avec D. Brutus, il est chargé d’installer les vétérans près de Bénévent après la victoire de Philippes.
Quand éclate le conflit entre Octave et Antoine, il a du mal à choisir son camp : morbo proditor, in omnia et omnibus venalis atteint de la maladie de la trahison, prêt à se vendre pour tout et à tous, ainsi le définit Velleius Paterculus (II, 83). On lui connaît aussi le surnom de desultor bellorum civilium : le voltigeur des guerres civiles !
Il rejoint Antoine à Alexandrie, où il arbitre le célèbre pari d’Antoine et de Cléopâtre, mais il se brouille bientôt avec la reine et rejoint le camp d’Octave en 32.
Il célèbre son triomphe sur les Rhètes en 29.
C’est lui qui, le 16 janvier 27, fait décerner à Octave le titre d’Augustus.
Il est censeur en 22.
Les Rhètes habitaient le Tyrol actuel.
Raurica (colonia) : aujourd’hui Augst, près de Bâle.
Les mythes peuvent se classer ainsi

# Les récits des origines
## Les cosmogonies
## Les combats pour la souveraineté
## La création de l'homme
## Les origines des peuples et des cités
# La geste des Olympiens
## La [[généalogie ]]
## Le domaine des dieux
## Les aventures des dieux
# La geste des héros
## Exploits et épreuves des héros
## Heurs et malheurs des héros
## Deux héros exemplaires: Thésée et Persée
## Les cycles légendaires

On a souvent essayé de définir un mythe. Il y a plusieurs critères ( mais aucun n'est juste complètement) :
* le ''contenu'': le mythe raconterait comment les choses sont "venues" au monde.
* ses ''acteurs'' : ce serait les histoires fabuleuses des dieux et des héros.
* sa ''temporalité'': ce n'est pas le temps des dieux
* son ''espace'': le mythe se déroule dans des lieux identifiés par la communauté concernée.
* son ''auteur'' et son ''mode de transmission'': c'est un récit traditionnel (ou qui se fait passer pour tel); il ne peut pleinement se comprendre que dans cette tradition
* sa ''fonction'': il justifie la réalité en l'expliquant et en résolvant les contradictions. Il prescrit un type de comportement.
__''SÉANCE 1 : l'orthographe au théâtre, un handicap social''__

__poitrinas__. - Au nom de la science ! vite ! une plume... de l'encre ! //(Il passe à la table.)//
__caboussat__. - Tenez... là !... sur mon bureau. //(Il l'installe à son bureau.)// 
__poitrinas__. - Ah ! vous vous servez de plumes d'oie !
__caboussat__. - Toujours ! //(Avec importance.)// Une habitude de quarante années !
__poitrinas__. - Elle est trop fendue... Vous n'auriez pas un canif ? 
__caboussat__, lui donnant un canif. -Si... voilà !
__poitrinas__, //tout en taillant sa plume//. - Ah ! les Romains ne connaissaient pas le verre ! //(Poussant un cri.)// Aïe !
__caboussat__. - Quoi ?
__poitrinas__. - Je me suis coupé ! 
__caboussat__. - Attendez... dans le tiroir... un chiffon... (//Lui emmaillotant le doigt.)// Je vais vous arranger une petite poupée... Ne bougez pas... Là... voilà ce que c'est...
__poitrinas__. - Maintenant je vais vous demander un service.
__caboussat__. - Lequel ?
__poitrinas__. - C'est de tenir la plume à ma place ; je vais dicter.
__caboussat__, à part. - Diable ! //(Haut.)// Mais... c'est que... 
__poitrinas__. - Quoi ?
__caboussat__. - Écrire à une académie...
__poitrinas__. - Puisque vous êtes membre correspondant. .. c'est pour correspondre.
__caboussat__, //va s'asseoir// à la table. - C'est juste ! //(À  part, s'asseyant au bureau.)// Ils ont tous la rage de me faire écrire aujourd'hui... et ma fille qui n'est pas là !
__poitrinas__. - Y êtes-vous ?
__caboussat__. - Un moment ! //(À part.)// Peut-être qu'avec beaucoup de pâtés...
__poitrinas__, //dictant//. - « Messieurs et chers collègues... l'archéologie vient de s'enrichir... » 
__caboussat__, //à part//. - Allons, bon ! voilà qu'il me flanque des mots difficiles... Archéologie ! 
__poitrinas__. - Vous y êtes ?
__caboussat__. - Attendez... //(À part.)// Archéologie... est-ce q-u-é que ? ou k-é ? Oh ! une idée !

<html><div style="text-align:right;">Eugène Labiche et Alphonse Leveaux, La Grammaire scène XV (1867).  </html>



Sans qu'on puisse dire que Caboussat c'est Labiche, l'auteur du Voyage de Monsieur Perrichon, qui ne sera élu à l'Académie qu'en 1880, n'était pas toujours très sûr de lui en matière d'orthographe. Dix ans avant La Grammaire, il avait écrit une comédie, Le Secrétaire de Madame, dont le héros était également gêné par son ignorance en ce domaine.

+++[Questions]>
1. Compréhension de la scène : relevez dans les répliques des personnages des indices vous permettant de reconstituer les événements antérieurs à cette scène.
2. Quel est le problème qui se pose à Caboussat ? À votre avis, quel stratagème a-t-il en tête pour le résoudre ? Prolongez la scène par quelques répliques.
3. Relevez les indices typographiques qui permettent au premier coup d'œil d'identifier ce texte comme étant extrait d'une pièce de théâtre.
4. Analysez  de  quoi  provient  le comique dans cette scène.
5. Archéologie : s'agit-il d'un mot dérivé ou composé ? Trouvez d'autres mots utilisant l'un ou l'autre des éléments dont il est formé. De quelle langue ces éléments proviennent-ils ?
6. Expression écrite ou orale. Reconnaissez-vous dans les « stratégies » de Caboussat des pratiques qui sont aussi les vôtres quand vous vous trouvez en difficulté en matière d'orthographe ?
7. En quoi peut-on dire que la méconnaissance de l'orthographe est un handicap ?
===
!!Exercice 1 : Indique si la figure de style employée dans ces phrases est une métaphore ou une comparaison. 
1/ Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle (Baudelaire) 
2/ Je t'ai offert un building de tendresse. 
3/ Je regardai l'or du soir qui tombait. 
4/ Tel un fleuve, ce roman lui a paru long. 
5/ Tout ce que j'ai pu écrire, je l'ai puisé à l'encre de tes yeux. (Cabrel) 

!!Exercice 2 : Indique pour chacune des comparaisons contenues dans ces phrases, le comparant, le comparé et l'outil comparatif. 
1/ C'était, dans la nuit brune, Sur le clocher jauni,  La lune  Comme un point sur un i. (Musset)                              &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp; 
2/ Voici venir les temps où vibrant sur sa tige &nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;
&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;&nbsp;chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir &nbsp;&nbsp;(Baudelaire) 
3/ Le poète, tel le menuisier, assemble ses mots:

!!Exercice 3 : Transforme ces comparaisons en métaphores. 
1/ Arnaud se bat comme un lion quand il veut obtenir quelque chose. 
2/ Son cœur est triste comme une tombe. 
3/ Ses yeux sont brillants comme des brasiers. 
4/ Les voix des enfants sont gaies comme des chants d'oiseaux.

!!Exercice 4&nbsp;: Inventez à votre tour des expressions métaphoriques pour désigner ces mots, puis employez-les dans une phrase de votre choix. 
1. Le soleil. 2. Une colline. 3. Les vagues et l’écume. 4. Un beau regard. 5. Un arbre. 6. L’automne. 7. La couleur rouge. 8. Un livre.
   NAVIGATEURS ET DÉCOUVEURS 


TEXTE 1

L'Amiral déploya la bannière du Roi, et les deux capitaines, les deux bannières de la Croix Verte, que l'Amiral avait prises pour signe distinctif de chaque navire, et qui portaient un F et un Y, avec une couronne au-dessus de chaque lettre et le signe de la croix entre les deux initiales couronnées...
Retranscription du Journal (te bord de Christophe Colomb,
du 11 octobre 1492, par Las Casas,
m Œuvres de Christophe Colomb, MRP Gallimard, p. 00.

    TEXTE 2

En conclusion, et pour ne parler que de ce qui a été obtenu dans cette première expédition, qui s'est faite hâtivement, Leurs Altesses peuvent se rendre compte que je leur donnerai autant d'or qu'elles en voudront, [...] des  épices et du coton, autant que Leurs Altesses voudront donner l'ordre d'en charger ; du mastic [..,] de l'aloès, autant qu'on en voudra charger ; et des esclaves, autant qu'on en voudra prendre, et qui seront idolâtres.
Christophe Colomb, Lettre à Santangel, ibid., p. 186.

    TEXTE 3

Je m'efforçai [...] de gagner leur amitié, car je me rendis compte que c'étaient des gens qui se livreraient et se convertiraient à notre sainte religion, par l'amour plutôt que par la force. Je fis donc donner à certains d'entre eux  des bonnets de couleur et quelques colliers de verre qu'ils mettaient à leur cou [...] et ils nous en restèrent tellement attachés que c'était merveille (...)
On doit pouvoir en faire des hommes de peine excellents, et ils ont l'esprit éveillé, car je vois qu'ils répètent  tout de suite ce que je leur dis... Si Notre-Seigneur le permet, j'en prendrai cinq ou six avec moi, au moment de partir d'ici, afin de les présenter à Vos Altesses, et pour qu'ils apprennent notre langue.
Christophe Colomb, journal de bord. 12 octobre 1492, ibiti., p. 44

    TEXTE 4

AU ROI
Votre Majesté a voulu profiter du loisir de la paix pour procurer à la géographie des connaissances utiles à l'humanité. Sous vos auspices, SIRE, nous sommes entrés dans la carrière [...] des épreuves de tout genre nous attendaient à chaque pas... C'est l'histoire de nos efforts que j'ose présenter à VOTRE MAJESTÉ.
Bougainville, Voyage autour du monde (Dédicace), 1771,
Folio Classique, p 34

    TEXTE 5

Nous profitâmes aussi du beau temps pour faire des observations essentielles [..,] Le 11 au matin, M. Verron établit à terre son quart de cercle et une pendule à secondes [...] 11 y avait le 13 une éclipse de soleil visible pour nous, et il fallait être en état de l'observer, si le temps le permettait. Il fut très beau, et on put voir le moment de l'immersion et celui de l'émersion. M. Verron observait avec une lunette de neuf pieds [...] Mon poste était à la pendule [.,,] Cette observation est d'autant plus importante qu'on peut enfin par son moyen [...] déterminer d'une façon sûre l'étendue en longitude du vaste océan Pacifique, jusqu'à ce jour si incertaine.
Bougainville, ibid., p. 321.

    




TEXTE 6

Jeudi 14 février
Le vent ne fit qu'augmenter durant la nuit, et les vagues devinrent épouvantables. Elles se heurtaient l'une contre l'autre, en secouant et en bloquant le navire, qui ne pouvait esquiver leur choc ni se dégager de leur tumulte. Il n'avait conservé que le papefigue très bas, pour essayer de se tirer tant soit peu du milieu de la tempête. Il supporta ainsi la tourmente, pendant trois heures durant lesquelles il avança d'environ 20 miles. [...]
 L'Amiral ordonna que l'on tirât au sort le nom de celui qui devait aller en pèlerinage à Sainte-Marie de Guadeloupe, pour porter un cierge de cinq livres ; et tout le monde fit le vœu que celui qui serait désigné par le sort devait accomplir ce pèlerinage. Pour faire le tirage, il fit venir autant de pois chiches qu'il y avait d'hommes à bord du navire. Il en marqua un du signe de la croix fait à la pointe de son propre couteau, et il mélangea bien le tout dans un bonnet... Il dit encore qu'il était en même temps très préoccupé, à cause de ses deux fils, qu'il avait laissés à Cordoue, où ils faisaient leurs études. Ils allaient rester orphelins de père et mère en pays étranger... II prit un parchemin, sur lequel il mit par écrit tout ce qu'il pouvait dire sur ses découvertes, en priant instamment celui qui le trouverait, de le porter aux Rois. Il enveloppa ensuite ce parchemin dans une toile cirée, qu'il attacha le mieux qu'il put, et il se fit apporter un grand baril de bois. Il y plaça le parchemin... Ceci fait, il jeta le baril à l'eau. 
Christophe Colomb, Journal de bord, ibid.. p. 164.

TEXTE 7

Extrait 1
La pluie fut continuelle ; aussi le scorbut se déclara-t-il sur huit ou dix matelots. L'humidité est un des principes les plus actifs de cette maladie. On leur donnait tous les jours à chacun une pinte de limonade faite avec la poudre de faciot, et nous avons eu dans ce voyage les plus grandes obligations à cette poudre.

Extrait 2
Le plus cruel de nos ennemis était à bord la faim. Je fus obligé de faire une réduction considérable sur la ration de pain et de légumes. Il fallut aussi défendre de manger le cuir dont on enveloppe les vergues et les autres vieux cuirs, cet aliment pouvant donner de funestes indigestions. Il nous restait une chèvre, compagne fidèle de nos aventures depuis notre sortie des îles Malouines où nous l'avions prise. Chaque jour elle nous donnait un peu de lait. Les estomacs affamés, dans un instant d'humeur, la condamnèrent à mourir ; je n'ai pu que la plaindre, et le boucher qui la nourrissait depuis si longtemps a arrosé de ses larmes la victime qu'il immolait à notre faim. Un jeune chien pris dans le détroit de Magellan eut le même sort peu de temps après.
Bougainville, ibid., p. 220 et 304.

TEXTE 8

Dimanche 21 octobre
[...] je me mis en devoir de visiter l'île, en compagnie de mes capitaines et de mes hommes. Celles que j'avais vues auparavant étaient en effet très belles, et verdoyantes et: fertiles ; mais celle-ci l'est bien plus avec ses grands arbres d'un vert sombre. Il y a de grandes lagunes, autour desquelles s'étend en cercle une forêt merveilleusement belle. Ici, comme partout dans l'île, tout est vert, et l'herbe est comme au mois d'avril en Andalousie. Les chants des oiseaux sont tels qu'on voudrait ne jamais abandonner cet endroit ; et il y a tant de perroquets que leurs vols obscurcissent le soleil. Il y a une telle multitude d'oiseaux, grands et petits, et si différents des nôtres, que c'est merveille. On trouve aussi des arbres de mille espèces différentes, tous avec des fruits, chacun à sa manière ; et ils embaument tous tellement que c'est un véritable plaisir.
Christophe Colomb, Journal de bord, ibid., p. 58.


TEXTE 9

J'ai plusieurs fois été [...] me promener dans l'intérieur. Je me croyais transporté dans le jardin d'Eden; nous parcourions une plaine de gazon, couverte de beaux arbres fruitiers et coupée de petites rivières qui entretiennent  une fraîcheur délicieuse [...] Un peuple nombreux y jouit des trésors que la nature verse à pleines mains sur lui. Nous trouvions, des troupes d'hommes et de femmes assises à l'ombre des vergers ; tous nous saluaient avec amitié [,..] Partout nous voyions régner l'hospitalité, le
repos, une joie douce et toutes les apparences du bonheur [...] Nous leur avons semé du blé, de l'orge, de l'avoine, du riz, du maïs, des oignons et des graines potagères de toute espèce. Nous avons lieu de croire que ces plantations seront bien soignées ; car ce peuple nous a paru aimer l'agriculture, et je crois qu'on l'accoutumerait facilement à tirer parti du sol le plus fertile de l'univers.
Bougainville, ibid., p. 235.




TEXTE 10

Extrait 1
On les voyait [.,.| venir à la nage jusqu'aux barques des navires, dans lesquelles nous nous trouvions, pour nous apporter des perroquets et du fil de coton en pelotes [...] Ils prenaient tout ce qu'on leur offrait, et donnaient  en échange, sans aucune hésitation, tout ce qu'ils possédaient [...] Il me sembla que c'étaient des gens très pauvres et démunis de tout. Ils allaient tous complètement nus, tels que leurs mères les avaient mis au monde, les hommes aussi bien que les femmes |...] Ils étaient  bien faits, bien bâtis de corps et d'aspect agréable. Leurs cheveux étaient aussi gros que les soies d'une queue de cheval. Ils les coupaient court et les laissaient retomber par-devant jusqu'au-dessus des sourcils ; mais par-derrière, ils portaient des mèches, qu'ils laissaient pousser sans  jamais les couper. Certains d'entre eux se peignaient en brun, [...] d'autres en blanc ou en rouge ou dans d'autres couleurs, selon ce qu'ils peuvent trouver. Il y en a qui se peignent le visage, et d'autres, tout le corps, ou les yeux seulement, ou bien le nez. Ils n'ont pas d'armes, et ils ne savent pas ce que c'est ; car je leur fis voir des épées, et telle était leur ignorance qu'ils les saisissaient par le tranchant, en se coupant les doigts. Ils n'ont aucun objet en fer. Leurs sagaies sont des piques sans pointe de fer ; parfois, ils en garnissent le bout d'un os de poisson [...]
Christophe Colomb, Journal de bord, ibid., p. 44

Extrait 2
Vendredi 23 novembre
Au-delà de ce promontoire, on apercevait une autre langue de terre [...] Les indiens qui accompagnaient [l'amiral] l'appelaient Bohio. Ils disaient que c'était une grande île, habitée par des hommes qui avaient un seul œil au milieu du front, et par d'autres qui s'appelaient Cannibales, et dont ils semblaient avoir une peur affreuse. Aussitôt qu'ils se rendirent compte qu'on se dirigeait vers cette terre, il dit qu'ils ne pouvaient plus parler de frayeur, car ils disaient que ces hommes-là les mangeaient...
Christophe Colomb, journal de bord, ibid., p. 84.











TEXTE 11

On voit souvent les Tahitiens nus, sans autre vêtement qu'une ceinture qui leur couvre les parties naturelles. Cependant les principaux s'enveloppent ordinairement dans une grande pièce d'étoffe qu'ils laissent tomber jusqu'aux genoux. C'est aussi là le seul habillement des femmes [...] Elles ont les traits assez délicats ; mais ce qui les distingue, c'est la beauté de leurs corps dont !es contours n'ont point été défigurés par quinze ans de torture. [Elles] se peignent d'un bleu foncé les reins et les fesses ; c'est une parure en même temps qu'un mode de distinction. Les hommes sont soumis à la même mode. Je ne sais comment ils s'impriment ces traits ineffaçables [...] Qu'ils soient chez eux ou non, jour et nuit, tes maisons sont ouvertes. Chacun cueille ses fruits sur le premier arbre qu'il rencontre, en prend dans la maison où il entre. Il paraîtrait que pour les choses absolument nécessaires à la vie, il n'y a point de propriété et que tout est à tous.
Bougainville, ibid., p. 253.





TEXTE 12

Pour en terminer avec cette infamie et cette férocité, je dirai seulement que depuis que ces tyrans ont pénétré dans ce royaume jusqu'à maintenant, c'est-à-dire en seize ans, ils ont envoyé de nombreux navires remplis d'Indiens à Santa-Maria, à l'île Espagnole, à la Jamaïque et à l'île de San Juan pour les vendre comme esclaves : plus d'un million d'Indiens.
Aujourd'hui-même, en cette année 1542, ils continuent, et le tribunal royal de l'île  Espagnole, en faisant semblant de n'en rien voir, favorise ce trafic, comme tous les autres actes tyrarmiques et corrompus qu'il aurait pu entraver et empêcher [...] 11 n'y a pas eu d'autre raison pour réduire ces Indiens à l'esclavage que la volonté perverse, aveugle et obstinée de ces tyrans avides de satisfaire une curiosité insatiable. Comme tous les autres, toujours, dans toutes les Indes, ils ont enlevé ces agneaux et ces brebis à leurs maisons, ils ont pris leurs femmes et leurs enfants avec des procédés cruels et abominables déjà mentionnés et les ont marqués au fer du roi pour les vendre comme esclaves.
                                                                                                                       Las Casas. Brève Histoire de la destruction des Indes.




TEXTE 13

S'adressant à Bougainville, il ajouta : « Et toi, chef des brigands qui t'obéissent, écarte promptement ton vaisseau de notre rive : nous sommes innocents, nous sommes heureux ; et tu ne veux que nuire à notre bonheur. Nous suivons le pur instinct de la nature ; et tu as tenté d'effacer de nos âmes son caractère; ici tout est à tous ; et tu nous as prêché je ne sais quelle distinction du tien et du mien. Nos filles et nos femmes nous sont communes ; tu as partagé ce privilège avec nous ; et tu es  venu allumer en elles des fureurs inconnues [...] tu as projeté au fond de ton cœur le vol de toute une contrée ! Tu n'es pas esclave : tu souffrirais plutôt la mort que de l'être, et tu veux nous asservir ! Tu crois donc que le Tahitien ne sait pas défendre sa liberté et mourir ? »
Diderot. Supplément au voyage de Bougainville.
.
      
TEXTE 14

Sur cette mer démontée, dont les lames déferlaient en projetant des lueurs livides, un léger bâtiment fuyait presque à sec de toile [...] Les enfants, qui avaient été renversés, purent se relever presque aussitôt.    
« Gouverne-t-il, Briant ? demanda l'un d'eux.
- Oui, Gordon, répondit Briant, qui avait repris tout son sang-froid [...] La tempête redoublait de violence. Le vent soufflait en foudre, comme disent les marins [...] D'ailleurs, depuis quarante-huit heures, à demi désemparé, son grand mât rompu à quatre pieds au-dessus de l'étambrai, on n'avait pu installer une voile de cape, qui eût permis de gouverner plus sûrement. Le mât de misaine [...] tenait bon encore [...] A l'avant, les lambeaux du petit foc battaient avec des. détonations comparables à celles d'une arme à feu. Pour toute voilure, il ne restait plus que la misaine qui menaçait de se déchirer [.. .1 Si cela arrivait, le schooner ne pourrait plus être maintenu dans le lit du vent, les lames l'aborderaient par le travers, il chavirerait, il coulerait à pic, et ses passagers disparaîtraient avec lui dans l'abîme. »
Jules Verne, Deux ans de vacances.


Séance 1: Textes de Christophe Colomb.

Tous ces textes sont tirés des écrits de Colomb.
Ils racontent ce qu'il a vu: il écrit au passé simple : cela permet de raconter des événements lointains.

Remarque: Conjugaison du passé simple, 1er groupe
 je mange-ai (et pas je mange-a)
tu mange-as
il mange-a
nous mange-âmes
vous mange-âtes
ils mang-èrent

(les autres verbes se conjuguent à 70 % : -is, -is, -it, -îmes, -îtes, -irent)


Séance 2: Des récits

Un récit, c'est une «&nbsp;histoire&nbsp;», réelle ou inventée. On dit parfois un texte narratif. Un récit se reconnaît: 
Un personnage fait des actions.
Cette suite d'action s'appelle le schéma narratif
Les actions sont écrites au passé simple souvent, parfois au présent ou au passé composé.


Séance4: Identifier les catégories grammaticales.

Une catégorie grammaticale, c'est ce qu'est le mot, ça ne change pas. 
Par exemple: «&nbsp;chat&nbsp;» est un nom, «&nbsp;joli&nbsp;» un adjectif, «&nbsp;courir&nbsp;» un verbe, «&nbsp;je&nbsp;» pronom (personnel), «&nbsp;longtemps&nbsp;» un adverbe, «&nbsp;car&nbsp;» conjonction de coordination.

Devant un nom, on met un article défini (le/la/les) ou indéfini (un/ une/des).
Un adjectif «&nbsp;décrit&nbsp;» un nom, l'identifie. S'accorde avec le nom.
Un adverbe est invariable
Une préposition: devant un groupe nominal (à, de, par, pour, sur, sous, avec, ....)
<HTML>
<HEAD>
	<META HTTP-EQUIV="CONTENT-TYPE" CONTENT="text/html; charset=windows-1252">
	<TITLE></TITLE>
	<META NAME="GENERATOR" CONTENT="OpenOffice.org 2.2  (Win32)">
	<META NAME="AUTHOR" CONTENT="FONTAINE marjorie">
	<META NAME="CREATED" CONTENT="20070402;8554800">
	<META NAME="CHANGED" CONTENT="20090331;14313327">
	<STYLE TYPE="text/css">
	<!--
		@page { size: 21cm 29.7cm; margin-left: 1.11cm; margin-right: 0.92cm; margin-top: 1.01cm; margin-bottom: 2cm }
		P { margin-bottom: 0.21cm }
		TD P { margin-bottom: 0cm }
	-->
	</STYLE>

</HEAD>
<BODY LANG="fr-FR" DIR="LTR">
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm">NOTATION DU DOSSIER
AUTOBIOGRAPHIQUE</P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<TABLE WIDTH=100% BORDER=1 BORDERCOLOR="#000000" CELLPADDING=4 CELLSPACING=0>
	<COL WIDTH=199*>
	<COL WIDTH=57*>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>La mise en page est propre</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai fait un effort sur l'orthographe</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/2</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai personnalis&eacute; mes pages
			(images, &eacute;criture...)</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai choisi une image sur la couverture
			qui explique qui je suis</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai mis un sommaire</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>MON CV a une pr&eacute;sentation
			correcte et est bien rempli</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78% HEIGHT=59>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>LE QUESTIONNAIRE DE PROUST  Il est
			personnalis&eacute;</FONT></P>

			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>LE PORTRAIT CHINOIS</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai r&eacute;pondu par des phrases
			compl&egrave;tes, et au conditionnel.</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>Il y en a deux, un proche en a rempli
			un pour moi</FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>

			<P ALIGN=RIGHT><BR>
			</P>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>

			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>LA BIOGRAPHIE IMITEE d'Annie Duperey</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai retravaill&eacute; mon texte selon
			les consignes donn&eacute;es par le professeur</FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><BR>
			</P>

			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/2</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>&laquo;&nbsp;JE ME SOUVIENS&nbsp;&raquo;
			Ma s&eacute;rie m&egrave;le souvenir personnels et publics.</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>PORTRAIT</FONT></P>

			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>Il est pr&eacute;cis, me ressemble</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>J'ai fait un effort pour le rendre
			litt&eacute;raire, comme ceux &eacute;tudi&eacute;s en classe.</FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><BR>
			</P>

			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/0.5</FONT></P>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/2</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>MON OBJET FETICHE j'explique
			pr&eacute;cis&eacute;ment les raison de mon choix de mani&egrave;re
			argument&eacute;e (les arguments sont valables)</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>PAGES LIBRES J'y ai mis des choses
			personnelles</FONT></P>

		</TD>
		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=78%>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>JOURNAL DE BORD</FONT></P>

			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>il est d&eacute;crit au moins une
			semaine</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>je l'ai corrig&eacute; en tenant compte
			des conseils du professeur.</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>IL est litt&eacute;raire.</FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT><FONT SIZE=2>LETTRE A MON AVENIR</FONT></P>
		</TD>

		<TD WIDTH=22%>
			<P ALIGN=RIGHT><BR>
			</P>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/0.5</FONT></P>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/2</FONT></P>
			<P ALIGN=RIGHT><BR>
			</P>
			<P ALIGN=RIGHT><FONT SIZE=2>/1</FONT></P>

		</TD>
	</TR>
</TABLE>
<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<P ALIGN=CENTER STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
</BODY>
</HTML>
On parle de nature des mots ou de ''classe grammaticale''
BetterTimelineMacro replaces the core timeline macro, and offers more features:
*optionally list only tiddlers with a particular tag
*exclude a tag of your liking
*set a start date for the timeline
*limit timeline to a certain number of days, eg: 7
*of course the old features like sorting by tiddler modified or created, and limiting to a maximum number of entries are both still there
+++[séquence 08]
* S1:[[Evaluation de lecture|Evaluation de lecture No Pasaran]]
* S2: [[Les références historiques du roman|Références historiques (No Pasaran)]]
* S3: Rechercher sur le Net des avis de lecteurs, débattre de leur opinion
* S4: Argumenter 1: identifier thème et thèse (leçon + ex p367 et 368)
* S5: Argumenter 2:+++[Trouver ses idées]
Sujet: Les jeux videos rendent les jeunes violents, idiots et renfermés sur eux-mêmes. 
Discutez cette affirmation
Chercher des locuteurs, des pourquoi, des arguments et des exemples à cette thèse et sa "contre-thèse"=== 
* S6: Argumenter 3: Organiser ses idées
* S7: Argumenter 4: +++[A faire et ne pas faire]
Lecture de l'argumentation des élèves et discussion à partir de leurs textes
! A ne pas faire
# "Moi, je", "personnellement": votre avis doit être présenté comme objectif et valable pour tous
# Eviter de jurer sa bonne foi: vos arguments doivent suffir à convaincre; ne vous mettez pas en jeu
! A faire
# S'adresser à son interlocuteur comme s'il avait des difficultés de compréhension. Marquer son raisonnement par des jalons ("D'abord...Ensuite...Enfin" ou "....donc/car...")
# S'adresser à son interlocuteur comme s'il n'y connaissait rien: détailler son point de vue (expliquer, par exemple, les différents types de jeux qui existent)
===

* S8: Rédiger une argumentation.+++[Sujet des effets des jeux videos] (voir S4)

Notre thèse: la citation a raison.
Plan en classe (rédaction à la maison)

# Introduction
Dire le sujet. Ce que l'on en comprend. Préciser ce qui peut être obscur pour certains (c'est quoi un jeu video)

# contre-thèse
1.tous les jeux ne sont pas identiques. Ex: jeux éducatifs
2.On joue entre amis ou en réseau. Expliquer ce que ça signifie. Expliquez les relations que l'on a. Ex: adolescent qui serait seul sans jeu en réseau.
3.Les jeux ne génèrent pas plus de violence que la télévision, les films ou même la réalité.  Ex d'un film, ou de l'actualité.

# La thèse que l'on défend.
1.Les adolescents abandonnent tous les autres centres d'intérêt. Avec leurs amis, ils ne parlent que de ça. Qu'est-ce qu'ils manquent?
2.Les adolescents n'ont pas de véritables amis
3.Rester devant un écran nuit à la santé et à l'intelligence.
4.La violence de certains jeux peut modifier le comportement. A force de passer bcp de temps devant le jeu, qd on sort, on y pense encore, on le reproduit.
EX: Un jeu fini, on continue à y jouer.
5.L'agressivité n'est pas défoulée, mais accrue par la violence. (Ex: des ados qui ont tués d'autres, en affirmant faire la même chose que dans les jeux.

#Conclusion
===

* S9: [[Rapporter une expérience fantastique]]
* S10: [[Le schéma narratif et le résumé du livre No Pasaran]]
===


S1: [[Première réception de No Pasaran]]

[[Liens sur le sujet ddu danger des jeux videos]]
* Sujet du film: ==inceste== > comment parler de l'inceste, ou aussi bien, comment faire valoir sa parole contre celle de son père. Voilà pourquoi ça les a passionnés.
* Caméra dans un coin du plafond, comme une caméra de surveillance. Question à toujours se poser: qui surveille ? Tous à la merci du père, de son autorité (dans l'autre sens plutôt)
*Verre d'eau/plongée dans le bain/lettre/verre/visage/lettre > réveil
* 1ère révélation du secret: la soeur le cache
* Pépé court avec les cymbales; image avec filtre (du souvenir) > qui sont les enfants ?
* Quels signes annoncent la révélation: préoccupation du grand, "je ne dors qu'avec toi", travelling sur le visage du père.
* Ce film est-il une allégorie ?
!! Etapes de la révélation
!!! 1ère réaction: silence
Aieul parle pour raconter autre chose (il est sourd)
Bilan selon Kim: rien n'a changé (rôle de "ceux de la cuisine", qui poussent, comme l'inconscient, pour faire jaillir dans le réel)
Soeur nie ce qu'elle sait une vérité.
Le père va nier au fils, en face, l'écraser de son autorité
Intermède: blague scatologique de l'aieul/aide de la cuisine / arrivée du noir (sic)
!!! 2ème réaction: toast
réaction: pause cigarette pour tous, seul Christian continue à manger
Chacun essaie de prendre la fuite de son côté, refuse cette vérité.
Demi-frère frappe Michelle
Menaces du père de révéler "qui" est Christian: un enfant violent, un adolescent interné, un frère absent.
Ch. tiendra-t-il le coup ? question après que Gbart (? le copain de la soeur) lui ait parlé.
Discours de la mère, qui condamne l'attitude de Christian > accent sur la réussite.
(la mère est pire que le père malgré ses "dehors", ce que confirme son racisme) > elle accuse son fils de folie. Christian enchaine les verres.
Tension du film vient du doute du spectateur à ce que Christian tienne le coup, de la violence de son propos et de l'apathie de l'assistance.
!! 3ème révélation: le silence complice de la mère
 + invectives et insultes
 > mis à la porte par son frère/ engueulade
Intermède du roitelet, chanté par
!! 4: propos "grossiers": "tu as vu sa grosse queue se branler dans mes cheveux"
 > le père le traite de fou
Il se fait cogner puis enchaîner (dans la forêt, rare espace non-humain du film)
Michael ment à sa soeur, en crise d'hystérie.
Gbartokai a le rôle de spectateur, à notre instar, il prend tout de suite parti pour Christian.
!! Parade finale
Tout est joué ? Personne dans la chenille ne semble voir Christian.
(Rôle des Prénoms ? Christian, Hélène, Michael + Mette, Michelle, Kim)
Lecture du testament
Parole qui libère est clos le "débat" est celle de la morte.
 > père vraiment isolé, il perd sa contenance, sa façade de respectabilité

!! Qu'est-ce que DOGMA
* Deux hommes: Thomas Vinterberg et Laars Von Triers
* une opposition au cinéma et à ses effets narratifs: montage, musique, décor, amquillage...etc
 > pas de maquillage, son direct, la caméra se place en fonction des personnes et non l'inverse, éclairage naturel

!! Etudier la "mort" de Christian et sa renaissance
Part-il avec sa soeur; elle est enfin libérée, comme un fantôme.
Michael "casse la gueule" à son père: "Ferme ta gueule", "j'en ai trop entendu", "tu ne bouges pas", "fini, la famille".
Dernière image: visage tendu de Christian, tension qui ne disparaîtra jamais
Générique: noms dans des filtres à effet d'eau (encore, après les baignoires et les verres, bonjour la psychanalyse de bazar qu'on peut faire.
Séquence 8: Ecrire un «&nbsp;roman dont vous êtes le héros&nbsp;»

S1: Lecture collective
S2: Ecriture d'un début par les élèves

S3: Premiers repères de l'histoire

«&nbsp;roman dont vous êtes le héros&nbsp;»: rdvelh
rdvelh, c'est un genre littéraire : c'est écrit à la 2ème personne (de politesse); Le «&nbsp;je&nbsp;» est réservé au narrateur. C'est écrit au présent de l'indicatif; c'est organisé en paragraphes (à la fin des paragraphes, le lecteur doit choisir sa direction)

Déterminer un lieu fermé: le collège
Déterminer un motif

Séance 4: Créer un monstre.
Imaginer une fiche d'identité d'un monstre

Caractère

Physique

Arme(s)

Lieu 

Nom/type

Prof
!!Chant I
L'histoire commence alors qu'Ulysse est retenu captif sur l'île de la nymphe Calypso est incapable de rentrer chez lui retrouve!! sa femme Pénélope. Tous les dieux lui sont favorables, sauf Poséidon qui lui en veut pour avoir rendu aveugle son fils Polyphème (épisode narré dans le chant IX). Alors que Poséidon est parti festoyer en Éthiopie, les autres se rassemblent et Athéna demande à Zeus de permettre à Ulysse de rentrer. Zeus y consent et envoie Hermès demander à Calypso de libérer Ulysse.
Athéna se rend à l'île d'Ithaque pour conseiller Télémaque, le fils d'Ulysse, d'assembler les Achéens pour dénoncer les prétendants de Pénélope, puis de partir vers Pylos et Sparte prendre des nouvelles sur le retour de son père.
!!Chant II
Le deuxième jour, Télémaque tente vainement de faire appel à la conscience des prétendants qui refusent avec mépris. Télémaque emprunte un navire et, accompagné de Mentor, se rend de nuit à Pylos.
!!Chant III
À Pylos, il est accueilli le jour suivant par Nestor qui n'a aucune nouvelle d'Ulysse. Sur demande de Télémaque, Nestor décrit la mort d'Agamemnon.
!!Chant IV
Télémaque part le lendemain en char vers Sparte où il est reçu par Ménélas et Hélène. Le sixième jour, Ménélas décrit son retour de Troie et annonce que Protée, le « vieil homme de la mer », lui a dit qu'Ulysse vit encore en captivité sur une île. Il invite Télémaque à rester quelques jours, offre qu'il refuse, même s'il s'avère qu'il restera encore plus longtemps à Sparte. Pendant ce temps à Ithaque, les prétendants apprennent que Télémaque est parti à la recherche de son père et décident de lui tendre un piège.
!!Chant V
Le septième jour, de retour sur l'Olympe, Athéna réitère sa demande de libérer Ulysse et Hermès est envoyé pour présenter le message à Calypso. À l'entretien de Calypso et d'Hermès succède celui d'Ulysse et de Calypso. Le héros préfère retourner auprès de son épouse, bien qu'elle soit mortelle (vers 218-219).
Zeus annonce qu'Ulysse rejoindra les Phéaciens après 20 jours de navigation et que ceux-ci le conduiront à Ithaque.
Ulysse se construit un radeau de fortune avec lequel il partira le douzième jour. Après avoir navigué 18 jours, il aperçoit Corcyre. Cependant, Poséidon élève une tempête contre lui et il ne peut accoster que le 32e jour.
!!Chant VI
Nausicaa escortant Ulysse, illustration de John Flaxman (1810)
Le lendemain, selon un arrangement d'Athéna, Ulysse fait la connaissance de Nausicaa, la fille d'Alcinoos, le roi phéacien. Ulysse adresse un long discours à Nausicaa et celle-ci accepte de l'aider.
!!Chant VII
Avec l'aide d'Athéna, Alcinoos le reçoit au palais et accepte de l'aider, Ulysse décrit son arrivée en Phéacie, sans révéler son identité.
!!Chant VIII
Le lendemain, Alcinoos invite Ulysse à un banquet en son honneur. Un aède chante la querelle d'Ulysse et d'Achille, et Ulysse est pris de larmes à ce souvenir. Pour changer les idées de son hôte, Alcinoos ordonne des jeux impromptus. Puis l'aède reprend ses chants, parmi lesquels le récit du cheval de Troie. Ulysse se trahit alors, et accepte de raconter son périple.
!!Chant IX
Scène de l'Odyssée, fresque romaine (fin du ~IIe siècle av. J.-C.)
(Début du récit d’Ulysse)
Il fait alors le récit du voyage de deux ans, entre la chute de Troie et sa captivité sur l'île de Calypso. Il relate le départ avec une flotte de douze navires quand les vents les poussèrent vers la cité des Cicones, Ismare. Ils prirent la ville par surprise et la mirent à sac. Peu empressés de repartir le même soir, ils furent attaqués par les Cicones qui étaient allés chercher de l'aide chez les voisins et durent s'enfuir à la hâte. De là, les vents les emportèrent chez les Lotophages, probablement dans une partie inconnue du monde. Ce peuple d'une grande hospitalité les accueillit et leur offrit leur nourriture : le lotos. Quiconque mangeait de ce fruit ne désirait plus repartir et Ulysse dut ramener de force quelques membres de sa flotte. Ils naviguèrent ensuite vers l'île des Cyclopes où, faits prisonniers par Polyphème qui allait les dévorer, ils purent s'échapper en perçant son œil unique, suscitant ainsi le courroux de Poséidon (le père de Polyphème).
!!Chant X
(Suite du récit d’Ulysse)
Les compagnons d'Ulysse et lui même partirent pour l'île d'Éole qui tenta de les aider à rentrer, puis vers Télépyle, la cité des Lestrygons cannibales. Ulysse ne put s'enfuir qu'avec un navire vers l'île de Circé, où ils restèrent un an. Cette enchanteresse ouvrit ses portes à un petit groupe dirigé par Euryloque qui, méfiant, fut le seul à rester dehors. Les hommes qui entrèrent furent transformés en porcs lors du repas et Euryloque repartit vers le navire. Ulysse courut sauver ses compagnons, rencontrant en chemin Hermès qui lui donnera un antidote, le moly. La magicienne, éprise d'Ulysse, décida de lui rendre ses hommes dans leurs formes humaines et les invita à profiter de son hospitalité.
Après un an, Ulysse décida de repartir. Circé les invita à visiter les Enfers pour que le fantôme de Tirésias leur indique le chemin du retour.
!!Chant XI
Les Compagnons d’Ulysse volant le bétail d’Hélios, par Pellegrino Tibaldi (1454-1456)
(Suite du récit d’Ulysse)
Débarqué en pays cimmérien, Ulysse procéda au sacrifice, comme indiqué par Circé. Tirésias arriva, et Ulysse apprit qu'ils ne devaient pas toucher au bétail d'Hélios, le dieu du Soleil, s'ils voulaient rentrer chez eux. Il put aussi parler au fantôme de sa mère qui lui annonça que Pénélope l'attendait toujours fidèlement. Enfin, il vit ses anciens compagnons, dont Achille, qui lui fit part de son regret de la vie, et les damnés du Tartare.
!!Chant XII
(Fin du récit d’Ulysse)
Ils retournèrent voir Circé, puis repartirent en mer, évitèrent les Sirènes, Charybde et Scylla malgré la perte de quelques membres de l'équipage. Une fois sur l'île de Trinacrie, affamés et ne pouvant repartir à cause de la tempête, ils dévorèrent les troupeaux d'Hélios qui les vit du haut de son char. Seul Ulysse, qui n'avait pas mangé de bétail, échappa au châtiment de Zeus qui fit chavirer le navire avec tous ses hommes. Ulysse, flottant sur un radeau pendant dix jours, parvint à l'île de Calypso où il passa les huit années suivantes.
!!Chant XIII
Le jour suivant, le trente-cinquième, les Phéaciens lui offrent un navire, un équipage et des présents. Le soir, après un banquet, Ulysse quitte ce peuple pour rentrer chez lui.
Le lendemain, il atteint sa patrie. Athéna, d'abord déguisée en jeune berger, l'accueille. Elle l'informe des manigances des prétendants de Pénélope et le déguise en vieillard afin qu'il puisse voir ce qui se passe chez lui. Il part ensuite retrouver son loyal porcher, Eumée.
!!Chant XIV
Ulysse, déguisé en mendiant, est accueilli par Eumée qui lui offre l'hospitalité. Ce dernier refuse de croire qu'Ulysse est encore en vie, malgré les affirmations du mendiant.
!!Chant XV
Athéna et Télémaque, illustration de John Flaxman (1810)
Pendant ce temps, Athéna part chercher Télémaque à Lacédémone où il demeurait depuis un mois. Elle lui conseille de rentrer dans son pays et d'aller chez Eumée. Suivant son conseil, il échappe à une embuscade et arrive deux jours plus tard chez le porcher.
!!Chant XVI
Le trente-neuvième jour, il rencontre donc son père que personne n'a encore reconnu sous le déguisement. Après avoir écouté Eumée, Télémaque lui demande d'aller voir Pénélope pour la prévenir de son retour. Une fois que le serviteur est parti, Athéna révèle l'identité d'Ulysse à son fils et les deux hommes montent un complot pour se débarrasser des cupides prétendants. Le soir, Eumée revient à sa cabane où Ulysse a repris son déguisement.
!!Chant XVII
Le jour suivant, Télémaque part pour la ville où sa mère le reçoit à bras ouvert. Sans lui révéler que son père est de retour, il informe Pénélope que la nymphe Calypso le retenait sur son île. Dans l'après-midi, Ulysse et Eumée atteignent la ville et Ulysse se fait passer pour un mendiant. Le vieux chien d'Ulysse, Argos, meurt en reconnaissant son maître. Après quelques conflits mineurs pendant lesquels les prétendants insultent le mendiant, Ulysse retrouve Télémaque.
!!Chant XVIII
Iros, mendiant attitré d'Ithaque, insulte Ulysse déguisé en mendiant. Une bagarre éclate, dont Ulysse sort vainqueur. Guidée par Athéna, Pénélope se montre aux prétendants, et donc également à Ulysse. Les insultes à l'égard d'Ulysse continuent, mais le banquet s'achève dans un calme relatif.
!!Chant XIX
Ulysse déguisé en mendiant tente de se faire reconnaître par Pénélope, relief en terre cuite, v. 450 av. J.-C., musée du Louvre (CA 860)
Ulysse et Télémaque s'emparent des armes accrochées aux murs du palais et les placent en lieu sûr. Ulysse parle ensuite à Pénélope sans que celle-ci le reconnaisse. Elle lui explique qu'elle ne croit pas qu'il soit mort et qu'elle ne désire pas se remarier. C'est pourquoi elle a repoussé les prétendants, leur faisant croire qu'elle tissait un linceul pour le père de son mari mais elle défaisait chaque nuit le travail accompli durant le jour. Pénélope sort en ordonnant à la nourrice Euryclée de nettoyer les pieds de son invité. En reconnaissant une cicatrice sur la jambe d'Ulysse, la nourrice comprend qu'il s'agit de son roi mais elle promet de garder le secret.
Pénélope revient et annonce à son invité qu'elle consentira à épouser celui qui sera capable de bander l'arc de son époux et d'envoyer une flèche traverser douze haches alignées, comme le faisait Ulysse.
!!Chant XX
Le 41e jour, à l'occasion de la fête d'Apollon, le banquet commence. Ulysse subit de nouveau des insultes et des moqueries. Pendant le repas, les prétendants sont saisis d'un trouble. Théoclymène prophétise soudain leur fin funeste, et quitte l'assemblée sur les moqueries.
!!Chant XXI
Pénélope fait préparer les armes et avise ses prétendants de sa décision. Toutefois, aucun d'eux ne peut même bander l'arc d'Ulysse. Celui-ci fait signe à deux de ses serviteurs qui l'avaient reconnu de fermer les portes. Ulysse bande l'arc sans problème et réussit l'épreuve. Télémaque, en armes, rejoint son père.
!!Chant XXII
Massacre des prétendants par Ulysse et Télémaque
Ulysse abat Antinoos avant de se faire reconnaître, puis il se met à massacrer les prétendants les uns après les autres avec l'aide de Télémaque. Athéna apparaît et influence la bataille. Ulysse fait ensuite pendre les servantes complices des prétendants et purifie son palais au soufre.
!!Chant XXIII
Le soir, Ulysse rejoint Pénélope qui doute encore. En accord avec Télémaque, il retarde l'annonce de la nouvelle de la mort des prétendants. Pénélope met son mari à l'épreuve en lui mentant sur leur lit. Ulysse, en révélant les caractéristiques du lit, se fait enfin reconnaître. Ils se tombent dans les bras et se racontent les souffrances qu'ils ont subies durant toutes ces années.
Nombre d'homéristes considèrent que le poème authentique s'achève avec le vers XXIII 296, qui évoque sobrement les retrouvailles charnelles des deux époux et que tout ce qui suit a été ajouté postérieurement, comme le chant X de l'Iliade (la Dolonie).
!!Chant XXIV
Hermès conduit aux Enfers les âmes des prétendants, les autres âmes discutent entre elles de la nouvelle. De son côté, Ulysse retrouve Laërte, son vieux père, et s'en fait reconnaître. Comme la nouvelle s'est enfin répandue dans la ville, les familles des prétendants, menées par le père d'Antinoos, tentent de venger leurs morts. Athéna s'interpose alors et ordonne la paix entre les deux camps.
ON

THE KNOCKING AT THE GATE,

IN MACBETH.


From my boyish days I had always felt a great perplexity on one point in
Macbeth. It was this: the knocking at the gate, which succeeds to the
murder of Duncan, produced to my feelings an effect for which I never could
account. The effect was, that it reflected back upon the murder a peculiar
awfulness and a depth of solemnity; yet, however obstinately I endeavored
with my understanding to comprehend this, for many years I never could see
_why_ it should produce such an effect.

Here I pause for one moment, to exhort the reader never to pay any
attention to his understanding when it stands in opposition to any
other faculty of his mind. The mere understanding, however useful and
indispensable, is the meanest faculty in the human mind, and the most to
be distrusted; and yet the great majority of people trust to nothing else;
which may do for ordinary life, but not for philosophical purposes. Of this
out of ten thousand instances that I might produce, I will cite one. Ask of
any person whatsoever, who is not previously prepared for the demand by
a knowledge of perspective, to draw in the rudest way the commonest
appearance which depends upon the laws of that science; as for instance, to
represent the effect of two walls standing at right angles to each other,
or the appearance of the houses on each side of a street, as seen by a
person looking down the street from one extremity. Now in all cases, unless
the person has happened to observe in pictures how it is that artists
produce these effects, he will be utterly unable to make the smallest
approximation to it. Yet why? For he has actually seen the effect every day
of his life. The reason is--that he allows his understanding to overrule
his eyes. His understanding, which includes no intuitive knowledge of the
laws of vision, can furnish him with no reason why a line which is known
and can be proved to be a horizontal line, should not _appear_ a horizontal
line; a line that made any angle with the perpendicular less than a right
angle, would seem to him to indicate that his houses were all tumbling down
together. Accordingly he makes the line of his houses a horizontal line,
and fails of course to produce the effect demanded. Here then is one
instance out of many, in which not only the understanding is allowed to
overrule the eyes, but where the understanding is positively allowed to
obliterate the eyes as it were, for not only does the man believe the
evidence of his understanding in opposition to that of his eyes, but,
(what is monstrous!) the idiot is not aware that his eyes ever gave such
evidence. He does not know that he has seen (and therefore _quoad_ his
consciousness has _not_ seen) that which he _has_ seen every day of his
life. But to return from this digression, my understanding could furnish no
reason why the knocking at the gate in Macbeth should produce any effect,
direct or reflected. In fact, my understanding said positively that it
could _not_ produce any effect. But I knew better; I felt that it did; and
I waited and clung to the problem until further knowledge should enable me
to solve it. At length, in 1812, Mr. Williams made his _début_ on the stage
of Ratcliffe Highway, and executed those unparalleled murders which have
procured for him such a brilliant and undying reputation. On which murders,
by the way, I must observe, that in one respect they have had an ill
effect, by making the connoisseur in murder very fastidious in his taste,
and dissatisfied by anything that has been since done in that line. All
other murders look pale by the deep crimson of his; and, as an amateur once
said to me in a querulous tone, "There has been absolutely nothing _doing_
since his time, or nothing that's worth speaking of." But this is wrong;
for it is unreasonable to expect all men to be great artists, and born with
the genius of Mr. Williams. Now it will be remembered that in the first of
these murders, (that of the Marrs,) the same incident (of a knocking at the
door soon after the work of extermination was complete) did actually occur,
which the genius of Shakspeare has invented; and all good judges, and
the most eminent dilettanti, acknowledged the felicity of Shakspeare's
suggestion as soon as it was actually realized. Here, then, was a fresh
proof that I was right in relying on my own feeling in opposition to my
understanding; and I again set myself to study the problem; at length
I solved it to my own satisfaction; and my solution is this. Murder in
ordinary cases, where the sympathy is wholly directed to the case of the
murdered person, is an incident of coarse and vulgar horror; and for this
reason, that it flings the interest exclusively upon the natural but
ignoble instinct by which we cleave to life; an instinct, which, as being
indispensable to the primal law of self-preservation, is the same in kind,
(though different in degree,) amongst all living creatures; this instinct
therefore, because it annihilates all distinctions, and degrades the
greatest of men to the level of "the poor beetle that we tread on,"
exhibits human nature in its most abject and humiliating attitude. Such an
attitude would little suit the purposes of the poet. What then must he
do? He must throw the interest on the murderer. Our sympathy must be with
_him_; (of course I mean a sympathy of comprehension, a sympathy by which
we enter into his feelings, and are made to understand them,--not a
sympathy[1] of pity or approbation.) In the murdered person all strife of
thought, all flux and reflux of passion and of purpose, are crushed by one
overwhelming panic; the fear of instant death smites him "with its petrific
mace." But in the murderer, such a murderer as a poet will condescend to,
there must be raging some great storm of passion,--jealousy, ambition,
vengeance, hatred,--which will create a hell within him; and into this hell
we are to look.
« LA LANGUE DU ROI »
Henri IV
« Mon belange sy a toutes  heures yl mestoyt permys de uous ymportuner la memoyre de u[ost]re fydelle sujet, ie croys que la fyn de chaque lettre seroyt le comancemant dunautre et aynsyn cyncessammant  ie vous antretelyendroys, puys que labsance me pryue de le fayre autremant [...] »
Lettre à Gabrielle d'Estrées, citée par Brunot, op. cit., IV
Commentaire
On notera les imprécisions du lexique : cyncessammant pour incessamment et antretelyendroys pour entretiendrais. L'absence de séparation dans les syntagmes belange, mestoyt et dunautre n'a rien d'extraordinaire dans les écritures de l'époque.

François Ier
« l'avons espérance que il fera beau temps, veu ce que disent les estoilles que i'avons eu le loysir de voir. »
Talbert, cité par Brunot, op. cit., II
•
•    ' Commentaire
Le roi emploie naturellement la forme de première personne du singulier j'avons, analogique de la première personne du pluriel, phénomène dialectal parisien condamné par les grammairiens.

Marie de Médicis
Marie de Médicis, mère du futur Louis XIII, baragouine en franco-italien, comme en témoigne Hérouard, médecin du Dauphin, quand il raconte son accouchement « Oiméje morio !... » « Emaschio ? » demande-t-elle après la naissance. Plus tard, il l'entendra dire à son fils « Mon fils, donnez-moi votre soucre » et l'enfant la reprend « Du soucre ! du sucre ! »

Louis XIII, enfant
II parle, enfant, avec l'accent du peuple de Paris : « Ce voleu qui volé su la code été Ilandés ? » (Ce voleur qui volait sur la corde était Irlandais ?)
Commentaire
La notation phonétique de son médecin Hérouard reproduit fidèlement :
- l'aniuïssement des r - voleu, su, code, Ilandés
- et la prononciation /e/ pour l'officiel Iwel - volé, été, Ilandés.
On remarquera aussi l'interrogation sans inversion, marquée par la seule intonation interrogative.

Louis XIII, adulte
II s'exprime ensuite de façon correcte, mais fort ennuyeuse :
«[...] je ne vous en diray davantage sur ce sujet, pour ma santé elle va touours de mieux en mieux, je vas a pied un cart de lieue sans mincomoder la chaize et le brancart sont licenties je monteray sil plait au bon Dieu demain a cheval et seray à Versaille mardy de bône heure et le tout du consentement des médecins. Je fini-ray donc celle cy en vous assurant démon aff°n qui sera toujours telle que vous la pouvés désirer. »
Lettre à Richelieu, citée par Brunot, op. cit., IV-I p. 152
Commentaire
Cart pour quart est le type même de faute « idéographiquement » gênante. En revanche,ye vas n'est pas incorrect, si l'on en croit le « mot de la fin » prêté à Vaugelas sur son lit de mort : « Je m'en vais... ou je m'en vas... les deux se aient... ou se disent. »
Louis XIV

« Jay souferplusieursennees [= plusieurs années] desafoiblesse de sonopnias-treté et desonjnaplication il men acousté desschosesconcidérables je naypas profité de tous les auantages queje pouuoissauoiret toutcela parcomplaisance etbonté enfin il a falu quejeluyordonase deceretirer [= de se retirer} parceque-tout cequipassoit parluy perdoitdelagrandeur etdelaforce quondoitavoir enexe-cutantles ordres dun roy defrance quinaist [= qui n'est} pasmalheureux et jauois pris leparty delesloigner plutostjaurois esuisté [= évité] lesjnconueniens quime sontarriues etjemereprocheroispas quema complaisance pourluya pu nuirea lestât jayfaitcedestail pourfaire uoirune exemple qui de ceque jaydit cy deuant »
Mémoires, cité par Brunot, op. cit., IV-I p. 153
Commentaire
La curieuse distribution des blancs est frappante et, comme dans la ponc­tuation du Moyen Âge, elle semble marquer des pauses, des arrêts de la respiration, sans qu'il soit possible de dégager la moindre régularité. Il faut noter en outre une orthographe rendant difficile l'identification « idéographique » des mots : ennees, ce (retirer), aist, esvisté ; la construction de la phrase se fait par seule parataxe (juxtaposition), si bien qu'il est difficile de saisir la relation logi­que entre les différentes portions de l'énoncé ; enfin, la curieuse syntaxe de la fausse relative qui termine le texte est une faute contre la clarté de l'intercommunication.
Cependant, si l'on en croit l'anecdote ci-dessous, le roi, qui « parle mieux que l'Académie dont il est le Protecteur», serait, en matière de langage aussi, « l'authorité au-dessus de toutes les autres », le maître absolu de la norme :


« M. de Langres [...] m'a dit que tous les joueurs de distnction disent perds-je mon argent, et non pas perde-je. Et si j'osois prendre la liberté le me servir d'une authorité au-dessus de toutes les autres, je vous dirais [...] qu'il m'îassuréque le Roy, qui parle mieux que l'Académie dont il est le Protecteur, disoit os jours passez : Depuis six ans que j'ay tant d'ennemis sur les bras, perds-je un seil pouce de terre ? »
Boursault, cité paiBrunot, op. cit., IV-I p. 53
Mais pour nous, même sous le Roi-Soleil et malgréla flagornerie des cour­tisans, la langue personnelle du roi (qui n'hésite pas i employer l'expression avoir quelqu'un sur les bras} n'est pas la langue officielle du royaume. L'expression consacrée « la langue du roy » doit en fai s'entendre comme « la langue officielle du roi ».
P'OASIS

 <html><div style="text-align:right;"> '' A Louis Aragon. '' </html>

Nous sommes les pensées arborescentes qui fleurissent sur les chemins des jardins cérébraux.
Soeur Anne, ma sainte Anne, ne vois-tu rien venir... vers Sainte Anne?
Je vois les pensées odorer les mots.
Nous sommes les mots arborescents qui fleurissent sur les chemins des jardins cérébraux:
De nous naissent les pensées.
Nous sommes les pensées arborescentes qui fleurissent sur les chemins des jardins cérébraux.
Les mots sont nos esclaves
Nous sommes
Nous sommes
Nous sommes les lettres arborescentes qui fleurissent sur les chemins des jardins cérébraux.
Nous n'avons pas d'esclaves.
Soeur Anne, ma soeur Anne, que vois-tu venir vers ~Sainte-Anne?
Je vois les Pan C
Je vois les crânes K C
Je vois les mains D C D
Je les M
Je vois les pensées B C et les femmes M E
et les poumons qui en ont A C de l'R L O,
poumons noyés des ponts N M I.
Mais la minute précédente est déjà trop A G.
Nous sommes les arborescences qui fleurissent sur les déserts des jardins cérébraux.

POEMES DE LA SEQUENCE: A la tombée de la nuit
L'heure du berger

La lune est rouge au brumeux horizon ; 
Dans un brouillard qui danse, la prairie
 S'endort fumeuse et la grenouille crie 
Par les joncs verts où circule un frisson ;

Les fleurs des eaux referment leurs corolles ;
 Des peupliers profilent aux lointains,
 Droits et serrés, leurs spectres incertains ; 
Vers les buissons errent les lucioles ;

Les chats-huants s'éveillent, et sans bruit 
Rament l'air noir avec leurs ailes lourdes,
 Et le zénith s'emplit de lueurs sourdes.
 Blanche, Vénus émerge, et c'est la nuit.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, 1866.
Secret
La cloche vide
 Les oiseaux morts
 Dans la maison où tout s'endort
 Neuf heures
La terre se tient immobile
On dirait que quelqu'un soupire -
 Les arbres ont l'air-de sourire
L'eau tremble au bout de chaque feuille
 Un nuage traverse la nuit
Devant la porte un homme chante
 La fenêtre s'ouvre sans bruit
               Paul REVERDY, Plupart du temps (Flammarion)



« Voici que décline la lune... »

Voici que décline la lune lasse vers son lit de mer étale 
Voici que s'assoupissent les éclats de rire, que les conteurs eux-mêmes
Dodelinent de la tête comme l'enfant sur le dos de sa mère
 Voici que les pieds des danseurs s'alourdissent, que s'alourdit la langue des chœurs alternés. 
C'est l'heure des étoiles et de la Nuit qui songe
 s'accoude à cette colline de nuages, drapée dans son long pagne de lait.
Les toits des cases luisent tendrement. Que disent-ils, si confidentiels, aux étoiles ?
Dedans, le foyer s'éteint dans l'intimité d'odeurs acres et douces.

                                                                                                                                                       Léopold Sédar Senghor, Chants d'ombre, in « Poèmes »© Éd. Le Seuil, 1990.


Marine
L'Océan sonore 
Palpite sous l'œil
 De la lune en deuil
 Et palpite encore,

Tandis qu'un éclair 
Brutal et sinistre 
Fend le ciel de bistre
 D'un long zigzag clair,

Et que chaque lame,
 En bonds convulsifs, 
Le long des récifs 
Va, vient, luit et clame,
Et qu'au firmament,
 Où l'ouragan erre.
 Rugit le tonnerre 
Formidablement.


Verlaine, Poèmes Saturniens, 1866









S1: lecture du corpus et caractéristiques de [[La Fable]] comme genre littéraire.
S2: SN du "Rat qui n'aimait pas la campagne": rôle du dialogue dans l'avancée dans l'action.
S4: Transposer de genre: de fable  à saynète
Modifier la présentation du dialogue. Passer le récit du narrateur en paroles de personnage. Le Corbeau et le Renard
S7: Insérer du dialogue. (Le paon) 2h
Evaluation:// La grenouille qui se voulait...// Questions

!Annexes: 
*<<siteMap fables . sliders>>
*Un site contenant tout La Fontaine, ses fables et leurs pastiches: http://www.lafontaine.net/nouveau-site/
!Séance 1: Comment avez-vous reçu ce livre ?

Ce livre plaît en général (en tout cas pour ceux qui l'ont lu).
l'action, au sens de l'histoire: comment du début on arrive à la fin (surtout comment ça se termine)
les personnages: quel est le «&nbsp;héros&nbsp;» ? (s'il y en a un)
 
[NB: A quoi identifie-t-on le héros (perso. Principal?
c'est celui qui a les meilleures qualités..
c'est celui qui évolue à travers le schéma narratif. 
c'est celui auquel le lecteur s'identifie.
c'est celui à qui le titre fait référence.
c'est celui qui est le plus présent.

On peut souvent hésiter entre plusieurs personnages; il suffit d'une seule définition.  ]

!S1: Premières remarques

Qu'est-ce qui plaît dans un livre ? Un personnage, une histoire, type d'histoire (SF, amour...) ou type d'action (bataille, bisous...).
Dans un même livre, ce n'est pas la même chose qui plaît à 2 personnes.

Rôle de l'identification à un héros: il touche le lecteur «&nbsp;quelque part&nbsp;».

[NB: A quoi identifie-t-on le héros (perso.  principal?)
c'est celui qui a les meilleures qualités.
c'est celui qui évolue à travers le schéma narratif. 
c'est celui auquel le lecteur s'identifie.
c'est celui à qui le titre fait référence.
c'est celui qui est le plus présent.
.........

On peut souvent hésiter entre plusieurs personnages; il suffit d'une seule définition. 

!S2: Lire le début du livre

Le début d'un livre s'appelle l'&nbsp;incipit. C'est un moment particulier, parce que c'est le premier contact avec l'histoire. Donc il faut que l'incipit remplisse plusieurs fonctions: 
permettre au lecteur de situer l'histoire (qui ? Où ? Quand ?)
permettre au lecteur de situer le genre de l'histoire (SF, policier...)
donner envie de continuer en suscitant la curiosité du lecteur.

Ce doit être efficace.
Importance de l'ellipse (oubli, passé sous silence) et flash-back.
Ordre de l'histoire et du récit ne coïncident pas.

Remarque
Un prologue se situe avant une histoire, (étymologie : «&nbsp;avant-parole&nbsp;»  = un avant-propos).
Une introduction: une présentation du thème , dans un texte argumentatif ou explicatif.
Situation Initiale: état des personnages, au seuil de l'action . 
[L'incipit est dans le récit, la SI dans l'histoire]

Rédiger un incipit pour l'histoire de Cendrillon


!S6: Les titres
A quoi sert un titre.
1.A identifier le livre/chapitre.
2.Le résumer en donnant une idée du « contenu ».
3.Susciter la curiosité du lecteur.
Idées pour titrer
1.le nom du personnage principal/ qui apparaît dans le chapitre (ou un terme le désignant indirectement, pour ne rien dévoiler à l'avance).
2.Il faut prendre un mot, une phrase ou un événement marquant dans le texte.
3.La façon de « titrer » dépend de l'époque de la création de l'oeuvre (plus largement, de son contexte).

Remarques:
Existe-t-il une oeuvre dont le titre ne veuille rien dire (ex: qdfuij dfqer)
Exemple d'un titre du 16ème siècle: (Ce chapitre raconte) Comment Lazare servit un bulliste, et des choses qu’il vit avec lui (ellipse de ce qui est souligné)

Exercices:
1.Trouver un autre titre pour ce roman. Justifier son choix.
2.Titrer tous les chapitres de la cinquième partie du roman.
S1: Réfléchir au titre et au paratexte.

Ou  

Partir de ce qu'ils ont aimé: quels passages, quels personnages, quelles situations ?

* Partir de leur ressenti, de l'implication du lecteur pour arriver à l'identification. Notion qui doit leur être étrangère – mais centrale (curieux, je crois que je ne l'ai jamais évoquée). 
Chercher des types de lecteurs à associer à des types de lectures: Arlequins (ménagère ou midinette), roman de guerre (vieux), livre dont vous êtes le héros ou SF (ado, à l'origine). Et chercher ce qui leur plaît dans ces genres: types de personnages, valeurs diffusées....

Chercher (plus loin que les passages qu'ils ont aimé) sur quoi s'appuie leur ressenti.

Finalement, c'est le problème de l'effet du livre sur le lecteur: cible atteinte/ visée ?
Notion de destinataire d'un livre, de lecteur idéal ou imaginé par l'auteur.
Place pour l'horizon d'attente, puisque on va déboucher sur la somme des lectures ?

S2: Paratexte.
Listage de tout ce qui est «&nbsp;para&nbsp;»texte. Rôle.
Titre.  Histoire: classement, résumé, puis accroche.
«&nbsp;Petit frère&nbsp;»: problème de l'énonciateur. Enonciation dans le livre.

S3: Discours Indirect + Discours Ind Libre.
Trouver un passage à convertir. Montrer les limites de la conversion. Accélérer pour le DIL.
Conditionnel présent – sub interr ind

S4: Discours explicatif (re et re)
Trouver un passage. L'avantage, c'est que les explications sont biaisées et fausses, fortement argumentatives.

S5: Rythme de la narration.
Nombreuses ellipses. Les relever. Leur Rôle ?


S6: Orthographe ???????????

S7: Eval finale ?
Texte sur le clonage.
à l’ambigu

!Voici quatre phrases à la “grammaticalité” impeccable, mais qui sont sujettes à plusieurs interprétations.
*Dans la première : ''“Il allongea un coup de botte dans le dos du cheval qui était toujours couché”'', on peut supposer que la scène comporte plusieurs chevaux. Il suffit de placer une virgule après cheval (comme l’a fait l’auteur*) pour qu’on comprenne qu’il n’y en a qu’un. A l’oral, la virgule est marquée par une petite pause ; l’intonation de la phrase n’est pas la même selon qu’il y a virgule ou pas.
*Dans la deuxième : ''c’est le livre que je cherchais'' : deux possibilités d’interprétation : c’est ce livre-là que je cherchais, ou ce que je cherchais, c’était le livre (pas un autre objet) : ici la ponctuation n’est d’aucun secours, mais l’intonation permet de lever l’ambiguïté, avec accent sur cherchais dans le premier cas, sur livre dans le second.
*Troisième : ''elle a trouvé ce détail curieux''. Il y a au moins deux lectures de cette phrase. Lesquelles ? Ni la ponctuation ni l’intonation ne permettent de lever l’ambiguïté. Par quel “artifice” la lever, au moins en partie ?
+++[Précision]
La note à l’ambigu (3 avril) invitait à découvrir de curieux détails. “Elle a trouvé ce détail curieux” peut se comprendre de deux façons :

1 - Elle a trouvé [que] ce détail [était] curieux.
2 - Elle a trouvé ce détail [qui par ailleurs est] curieux.

Dans le premier cas, curieux est attribut du complément d’objet direct (COD) détail. Il ne peut être supprimé sans changer le sens de la phrase. Dans le second, il est épithète de détail, et peut être supprimé sans grand changement du sens. Il est possible de lever cette ambiguïté en faisant “coulisser”, dans les deux cas, l’adjectif vers la gauche (de la phrase) :

1 - Elle a trouvé curieux ce détail.
2 - Elle a trouvé ce curieux détail.

Notons que l’épithète est le plus souvent collée au mot qu’elle qualifie (à sa droite ou à sa gauche), alors qu’il en va différemment pour l’attribut.

Le Bon Usage (p. 497) conseille d’ailleurs de placer l’attribut du COD avant celui-ci pour éviter qu’on ne le prenne pour une épithète, ce que l’on pourrait formuler ainsi : faire remonter l’attribut évite la prise de tête.
===
*Quatrième : ''elle a découvert le tableau''. Il y a plusieurs lectures possibles. Lesquelles ? Comment éviter cette “polysémie” à moindres frais (en évitant de trop “rallonger la sauce”) ?


+++[Commentaires du blog]
1.
      Pour la première ambiguité, il s’agit de l’opposition proposition relative déterminative / explicative.
      … le cheval qui était toujours couché : celui-là et pas un autre (la PR le détermine parmi d’autres)
      … le cheval, qui était toujours couché : on ajoute une explication sur ce cheval.
      La deuxième : dans les deux cas cette phrase est la réponse à une question. La question peut être de deux formes : Que cherchais-tu ? ou C’est quoi, ce livre ? .On a alors la réponse dans ses deux sens possibles;
      La troisième : curieux est soit attribut du COD “détail”, soit épithète du COD “détail”. Cette différence de fonction change le sens de la phrase. Pour faire apparaître cette différence, l’attribut peut être placé avant son COD :
      Elle a trouvé curieux ce détail.
      L’épithète peut à la rigueur être placé entre le déterminant et le nom, mais il fait partie du groupe nominal :
      Elle a trouvé ce curieux détail. . Dans ce cas le détail est curieux en soit, ce n’est pas elle qui le trouve ainsi.
      CF : J’ai trouvé cette voiture magnifique : dans un cas je l’ai achetée, dans l’autre je me suis contentée de la regarder passer.
      Pour la troisème je reviendrai après ma douche.===

Source: [[Langue sauce piquante » Blog Archive » à l’ambigu|http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2007/04/03/a-lambigu/]]
* [[www.mrugala.net|http://www.mrugala.net/Histoire/Grand%20Siecle/Pirates/Pirates.html]]: un site très complet sur la vie des pirates, leurs moeurs, leurs navires, leurs pavillons et leur histoire. Mise en page très lisible.
* [[www.flibustiers.com|http://www.flibustiers.com/]]: Portraits des plus importants pirates et quelques repères historiques.
* [[Un travail de classe|http://hypo.ge-dip.etat-ge.ch/www/cliotexte/sites/crusoe/]] sur Robinson et la traite des Noirs: des documents intéressants et des questions pour l'étude.
|<<siteMap cours . sliders>>|<<siteMap orthographe . sliders>>|<<siteMap  grammaire . sliders>>|<<siteMap  exercices . sliders>>|<<siteMap  leçons . popups>>|

|<<siteMap  Lecture . sliders>> | <<siteMap séquences . sliders>>|
// --------------------------------------------------------------------
// Calendar
// --------------------------------------------------------------------

config.macros.calendar = {holidays: []};
config.macros.calendar.options = {
 // day week starts from (normally 0-Su or 1-Mo)
 calendarWeekStart: 1,
 calendarToday: "Today",
 calendarHoliday: "Holiday: ",
 calendarLongDateFormat: "0MM/0DD/YYYY",
 calendarShortDateFormat: "0MM/0DD",
 calendarTag: ["schedule"]
};

/***************************************************************************
** Internal functions
***************************************************************************/
var cldTag;

config.macros.calendar.calendarIsHoliday = function(date) {
 var cm = config.macros.calendar;
 var longHoliday = date.formatString(cm.options.calendarLongDateFormat);
 var shortHoliday = date.formatString(cm.options.calendarShortDateFormat);
 for(var i = 0; i < cm.holidays.length; i++) {
 if(cm.holidays[i][0] == longHoliday || cm.holidays[i][0] == shortHoliday) {
 return cm.holidays[i];
 }
 }
 return null;
}

config.macros.calendar.onClickOtherDay = function() {
 var day = this.getAttribute('tiddlylink');
 story.displayTiddler(null,day,DEFAULT_EDIT_TEMPLATE);
 for(var i=0; i<cldTag.length;i++){
 Story.prototype.setTiddlerTag(day, cldTag[i], 1);
 }
 Story.prototype.focusTiddler(day,"text");
}

config.macros.calendar.getPopupText = function(title) {
 var popup_entries = store.getTiddlerText(title).split("\n");
 var popup = popup_entries[0];
 if(popup_entries.length>1) popup += " ...";
 return popup;
}

config.macros.calendar.findCalendar = function(child) {
 var parent;
 while (child && child.parentNode) {
 parent = child.parentNode;
 if (parent.id == "calendarWrapper") {
 return parent;
 }
 child = parent;
 }
 return null;
}

config.macros.calendar.selectDate = function(e) {
 if (!e) var e = window.event;
 var cm = config.macros.calendar;
 var calendar = cm.findCalendar(this);
 if (calendar) {
 var d = this.getAttribute("date");
 if (d != null) cm.makeCalendar(calendar, new Date(new Number(d)));
 }
 e.cancelBubble = true;
 if (e.stopPropagation) e.stopPropagation();
 return false;
}

config.macros.calendar.makeCalendar = function(calendar, dt_current) {
 var cm = config.macros.calendar;
 var dt_today = new Date(new Number(calendar.getAttribute("today")));
 var currentDay = new Date(new Number(calendar.getAttribute("currentDay")));
 var setControls = calendar.getAttribute("setControls");
 calendar.setAttribute("date", dt_current.valueOf());

 while (calendar.hasChildNodes())
 calendar.removeChild(calendar.firstChild);

if(setControls==1){
 // get same date in the previous year
 var dt_prev_year = new Date(dt_current);
 dt_prev_year.setFullYear(dt_prev_year.getFullYear() - 1);
 if (dt_prev_year.getDate() != dt_current.getDate())
 dt_prev_year.setDate(0);

 // get same date in the next year
 var dt_next_year = new Date(dt_current);
 dt_next_year.setFullYear(dt_next_year.getFullYear() + 1);
 if (dt_next_year.getDate() != dt_current.getDate())
 dt_next_year.setDate(0);

 // get same date in the previous month
 var dt_prev_month = new Date(dt_current);
 dt_prev_month.setMonth(dt_prev_month.getMonth() - 1);
 if (dt_prev_month.getDate() != dt_current.getDate())
 dt_prev_month.setDate(0);

 // get same date in the next month
 var dt_next_month = new Date(dt_current);
 dt_next_month.setMonth(dt_next_month.getMonth() + 1);
 if (dt_next_month.getDate() != dt_current.getDate())
 dt_next_month.setDate(0);
}

 // get first day to display in the grid for current month
 var dt_firstday = new Date(dt_current);
 dt_firstday.setDate(1);
 dt_firstday.setDate(1 - (7 + dt_firstday.getDay() - cm.options.calendarWeekStart) % 7);

 var area, header;
 var line, cell, i;

 // 1 - calendar header table
 // 2 - print weekdays titles
 // 3 - calendar days table 
calendar.cellPadding = 0;
calendar.cellSpacing = 0;
area = createTiddlyElement(calendar, "tbody");

 // 1 - calendar header table
 header = createTiddlyElement(area,"tr", "calendarHeader");
 header.cellPadding = 0;
 header.cellSpacing = 0;

if(setControls==1){ 
var headerValues = [
 [ "<<", "selectYear", dt_prev_year.valueOf() ],
 [ "<", "selectMonth", dt_prev_month.valueOf() ],
 [ config.messages.dates.months[dt_current.getMonth()] + ' ' + dt_current.getFullYear(),
 "selectToday", dt_today.valueOf() ],
 [ ">", "selectMonth", dt_next_month.valueOf() ],
 [ ">>", "selectYear", dt_next_year.valueOf() ]
 ];

 for (i = 0; i < headerValues.length; ++i) {
 var link = createTiddlyElement(header,"td", null, null, headerValues[i][0]);
 if(i==2) link.colSpan=3;
 link.onclick = cm.selectDate;
 link.setAttribute("date", headerValues[i][2]);
 }
} else {
 var link = createTiddlyElement(header,"td", null, null, 
config.messages.dates.months[dt_current.getMonth()] + ' ' + dt_current.getFullYear());
//cm.options.calendarMonths
link.colSpan=7;
}

 // 2 - print weekdays titles
 line = createTiddlyElement(area, "tr", "weekNames");
 for (var n = 0; n < 7; ++n) {
 createTiddlyElement(line, "td", null, null, config.messages.dates.shortDays[(cm.options.calendarWeekStart + n)%7]);
//cm.options.calendarWeekDays
 }

 // 3 - calendar days table
 var dt_current_day = new Date(dt_firstday);
 var day_class;
 var title;
 var holiday;
 var popup;
 var clickHandler;

 while (dt_current_day.getMonth() == dt_current.getMonth() ||
 dt_current_day.getMonth() == dt_firstday.getMonth()) {

 // print row header
 line = createTiddlyElement(area, "tr", "calendarLine", null, null);
 for (var n_current_wday = 0; n_current_wday < 7; ++n_current_wday) {
 title = dt_current_day.formatString(cm.options.calendarLongDateFormat);
 clickHandler = cm.onClickOtherDay;
 popup = null;
 holiday = cm.calendarIsHoliday(dt_current_day);

 if (holiday != null) {
 // holidays
 day_class = (holiday.length==3)? holiday[2]: "holiDay";
 popup = cm.options.calendarHoliday + holiday[1];
 } else if (dt_current_day.getDay() == 0 || dt_current_day.getDay() == 6) {
 // weekend days
 day_class = "weekDay";
 } else {
 // print working days of current month
 day_class = "workingDay";
 }

if(dt_current_day.getMonth() == dt_current.getMonth()){
 if (currentDay.valueOf() == dt_current_day.valueOf()) {
 // print current date
 if (store.tiddlerExists(title)){
 // day has a tiddler associated with it
 day_class += " currentscheduledDay";
 clickHandler = onClickTiddlerLink;
 popup = cm.options.calendarToday + ": "+ cm.getPopupText(title);
 } else {
 day_class += " currentDay";
 popup = cm.options.calendarToday;
}
}

 if (store.tiddlerExists(title) && store.getTiddler(title).isTagged(cldTag[0]) && dt_current_day.valueOf() != dt_today.valueOf()) {
 // day has a tiddler associated with it
 day_class += " scheduledDay";
 clickHandler = onClickTiddlerLink;
 popup = cm.getPopupText(title);
 }
}

 // extra formatting for days of previous or next month
 if (dt_current_day.getMonth() != dt_current.getMonth()) {
 day_class += " otherMonthDay";
 }

 var text = dt_current_day.getDate();
 var cell = createTiddlyElement(line, "td", null, day_class, text);
 cell.onclick=clickHandler;
 cell.setAttribute("date", dt_current_day.valueOf());
 cell.setAttribute("tiddlyLink", title);
 if(popup) cell.setAttribute("title", popup);

 dt_current_day.setDate(dt_current_day.getDate()+1);
 }
 }
}

config.macros.calendar.handler = function(place,macroName,params,wikifier,paramString,tiddler) {
 var start_date = new Array();
 var date = new Date();
 var cldParams = paramString.parseParams('calendarParams', null, true);
 var cldYear = (cldParams[0].year)?parseFloat(cldParams[0].year[0]): date.getFullYear();
 var cldMonth = (cldParams[0].month)?parseFloat(cldParams[0].month[0]): date.getMonth();
 var n_months = (cldParams[0].numberMonths)?parseFloat(cldParams[0].numberMonths[0]): 1;
 var n_cols = (cldParams[0].numberColumns)?parseFloat(cldParams[0].numberColumns[0]): 3;
 cldTag = (cldParams[0].tag)?cldParams[0].tag[0].split("#"): config.macros.calendar.options.calendarTag;
 for(var i = 0; i < n_months; i++){
 start_date[i] = new Date(cldYear, cldMonth+i, 1);
 }
 var n_rows = Math.max(1,Math.ceil(n_months/n_cols));
 n_cols = Math.min(n_cols,n_months);
 var setControls=(n_months>1)? 0: 1;
 var currentDay = new Date();
 currentDay = new Date(currentDay.getFullYear(), currentDay.getMonth(), currentDay.getDate());
 var holder = createTiddlyElement(place, "table", null,"calendarHolder");
 var holderTable = createTiddlyElement(holder, "tbody");
 for(var i = 0; i < n_rows; i++){
 var holderLine = createTiddlyElement(holderTable, "tr");
 for(var j = 0; j < n_cols; j++){
 var holderCell = createTiddlyElement(holderLine, "td");
 if(n_cols*i+j+1<=n_months){
 var calendar = createTiddlyElement(holderCell, "table", "calendarWrapper");
 calendar.setAttribute("name", "calendarWrapper");
 calendar.setAttribute("setControls", setControls);
 calendar.setAttribute("today", start_date[n_cols*i+j].valueOf());
 calendar.setAttribute("currentDay", currentDay.valueOf());
 config.macros.calendar.makeCalendar(calendar, start_date[n_cols*i+j]);
 }
 }
 }
}

function refreshCalendars(hint) {
 var calendars = document.getElementsByName("calendarWrapper");
 var i, c;
 for (i = 0; i < calendars.length; ++i) {
 c = calendars.item(i);
 if (c.id == "calendarWrapper") {
 config.macros.calendar.makeCalendar(c, new Date(new Number(c.getAttribute("date"))));
 }
 }
}

store.addNotification(null, refreshCalendars);

setStylesheet("/***\n!Calendar Styles\n***/\n/*{{{*/\n .viewer .calendarHolder {\n margin-left: auto;\n margin-right: auto;\n border: none;\n}\n\n .viewer .calendarHolder table {\n border: none;\n margin: 0;\n}\n\n .viewer .calendarHolder tr {\n border: none;\n vertical-align: top;\n}\n\n .viewer .calendarHolder td {\n border: none;\n vertical-align: top;\n}\n\n .viewer #calendarWrapper {\n width: 21em;\n border: 2px solid #4682b4;\n cursor: pointer;\n}\n\n #calendarWrapper #calendarLine td {\n height: 2.5em;\n}\n\n #calendarWrapper tr {\n border:none;\n}\n\n #calendarWrapper td {\n text-align: center;\n vertical-align: middle;\n width: 14.28%;\n border:none;\n}\n\n #calendarWrapper #calendarHeader td{\n color: #0044BB;\n background-color: #FFF;\n height: 2em;\n}\n\n #calendarWrapper #weekNames td {\n color: #0044BB;\n background-color: #FFF;\n height: 2em;\n}\n\n #calendarWrapper .weekDay {\n background-color: #FFF;\n}\n\n #calendarWrapper .holiDay {\n background-color: #0044BB;\n}\n\n #calendarWrapper .currentDay {\n border: solid #ff0000 2px;\n font-weight: bold;\n}\n\n #calendarWrapper .currentscheduledDay {\n border: solid #ff0000 2px;\n font-weight: bold;\n}\n\n #calendarWrapper .workingDay {\n background-color: #FFF;\n}\n\n #calendarWrapper .scheduledDay {\n border: solid orange 2px;\n}\n\n #calendarWrapper .otherMonthDay {\n background-color: #0044BB;\n}\n\n/*}}}*/","CalendarStyles");
!POMPÉI
Ensevelie lors d’une éruption du Vésuve en 79 après J.-C., Pompéi est le document le plus important que l’on possède sur la vie et l’aspect d’une ville de moyenne importance de l’Antiquité romaine. Elle montre la civilisation d’un centre commercial et agricole dont la situation économique était florissante et constitue une source incomparable pour la connaissance de la vie quotidienne à l’époque romaine et de son artisanat. Des vestiges de la culture italique qui a précédé la domination de Rome s’y trouvent unis aux témoignages de la vie romaine du premier siècle de l’Empire, profondément imprégnés de l’héritage de la culture hellénistique. Dans le voisinage immédiat de la ville antique est née, au XIXe siècle, une petite ville moderne autour d’un sanctuaire (la Madone-du-Rosaire) fondé en 1876. Un observatoire destiné à la volcanologie et un musée du Vésuve s’y trouvent aussi. Pompéi fait partie de la province de Naples et est située à 25 kilomètres de cette ville.
!!1.&nbsp;Histoire de la ville antique
!!!Fondation et extensions
Les noms latin Pompeii et grec Pomp´¨cíoi ne donnent pas d’indications sur les origines de la ville. La recherche archéologique a distingué un premier noyau habité établi sur une ancienne langue de lave constituant un haut plateau escarpé sur trois côtés. Au sud, il dominait la mer, que les apports successifs de matériaux éruptifs et alluvionnaires ont éloignée maintenant de 4 kilomètres environ. Il semble avoir été fondé par les Osques, qui dominaient la Campanie au VIIe siècle avant J.-C. Le centre de ce noyau correspond au forum des époques postérieures. Une extension vers l’est et une régularisation urbanistique eurent lieu au VIe siècle, sous l’influence étrusque. Sur le forum de Pompéi, le temple dédié à Apollon est reconnu comme le plus ancien. Érigé au VIe siècle, à l’emplacement d’une aire sacrée où s’élevait un autel, ce temple montre dans son style l’influence exercée par la communauté grecque de Cumes, aussi bien avant qu’après la domination des Étrusques. Des dédicaces portant des inscriptions en langue étrusque ont été retrouvées dans la zone du temple.
Un troisième et définitif agrandissement de la ville s’effectua suivant un plan d’urbanisation préétabli, à partir de la grande voie (la «voie de Stabies» ) qui traverse l’agglomération de la «porte du Vésuve» à la «porte de Stabies». Au VIe siècle, la superficie de la ville était de 7,5 hectares environ (le noyau le plus ancien de Rome, sur le Palatin, comptait, lui, environ 10 hectares), et à l’intérieur des murs, à l’époque du troisième agrandissement de la ville, cette superficie atteignit à peu près 66 hectares. Mais, même au temps de son plus grand développement, environ 44 hectares seulement étaient couverts d’habitations, le reste étant occupé par des jardins et, en particulier au nord de la «voie de l’Abondance», par des jardins potagers et des champs. Les avis sont partagés quant à l’époque à laquelle aurait eu lieu le troisième agrandissement de la ville, le plus important. Certaines études paraissent donner raison à ceux qui ont estimé qu’il n’était pas antérieur mais postérieur à la conquête de la ville par les Samnites. Ces derniers étaient descendus des montagnes de l’intérieur en 425 avant J.-C. et avaient constitué dans la Campanie du Sud une fédération ayant pour capitale Nocera (Nuceria). Selon les recherches des années 1960, le grand développement urbanistique de Pompéi remonterait au IIIe siècle et non pas au début du Ve; il porterait donc une empreinte samnite et non pas étrusque. L’aire enclose entre les murs n’était pas entièrement construite. Le quartier sud-est, orienté vers l’amphithéâtre, semble ne s’être développé qu’avec la colonisation romaine. On ne peut évaluer que de façon incertaine la population à l’époque de la plus grande extension de la ville. Selon les différents spécialistes, ce nombre oscille entre 8&nbsp;000 et 16&nbsp;000 à 20&nbsp;000, et, sur le territoire, qui comprenait des villas et des fermes, entre 30&nbsp;000 et 40&nbsp;000; ce sont les chiffres les plus bas qui paraissent aujourd’hui les plus vraisemblables. Il ressort des inscriptions que, dès la période samnite, il existait des fonctionnaires (aediles) chargés de réglementer le développement de l’urbanisme et la circulation dans les rues pour les piétons et pour les bêtes de somme. Les grosses pierres qui permettaient la traversée des chaussées sont une caractéristique des rues de Pompéi, due à la hauteur des trottoirs, elle-même nécessaire parce qu’il n’existait pas d’égouts pour l’écoulement des eaux de pluie. Les sources manquant, le problème de l’approvisionnement en eau avait été résolu grâce à des citernes destinées à recueillir l’eau de pluie coulant des toits des maisons. Pendant la période romaine, sous Auguste, on construisit un aqueduc partant du fleuve Serinus, qui débouchait dans une centrale de distribution située près de la porte du Vésuve. C’est de cette centrale que, par des conduites souterraines de plomb et de terre cuite, l’eau était amenée aux thermes, à la palestre et aux fontaines publiques disséminées dans la ville, ainsi qu’aux fontaines privées, dans les jardins des maisons particulières les plus riches. Le débit de l’eau était réglé par des piliers élévateurs, répartis dans les différents quartiers.
Il est établi que la ville fut habitée par des Osques, des Étrusques et des Samnites, ce qui confirme ce qu’avait écrit, à la fin du Ier&nbsp;siècle avant J.-C., le géographe grec Strabon (V, 247), qui atteste la navigabilité du fleuve Sarnus. Il considère Pompéi comme le port de Nola, Nuceria et Acerra, situées plus à l’intérieur. Il n’est question de la ville que dans la première des trois guerres de Rome contre les Samnites, guerre au cours de laquelle elle repoussa une incursion de marins et de soldats en 310 avant J.-C. (Tite-Live, IX, XXXVIII, 2-3). Après la troisième guerre (290 av. J.-C.), les Samnites furent obligés de contracter une «alliance» avec Rome, qui incluait l’acceptation de la politique étrangère romaine, la fourniture de troupes sur sa demande, l’obligation de vivre en paix avec les peuples voisins. Il ne semble pas que Pompéi, bien qu’elle fût restée fidèle à Rome, ait subi de dommages au cours de la guerre désastreuse qui suivit la descente d’Hannibal en Italie (218-201). Plus d’un siècle s’était écoulé lorsque les alliés italiques s’unirent contre Rome (Guerre sociale), non pas pour reconquérir leur indépendance, mais pour obtenir davantage de droits pour leurs groupes dominants, surtout le droit de cité romain. Pompéi fut occupée alors par les troupes italiques et assiégée par l’armée romaine (89 av. J.-C.). Conquise, elle ne fut pas punie par la destruction, comme ce fut le cas de Stabies, mais seulement par une occupation militaire. Par la suite, transformée en colonie, elle s’appela colonia Veneria Cornelia, du nom du dictateur L. Cornelius Sylla et de celui de la Vénus pompéienne. Des vétérans et des citoyens romains s’y établirent (cf. Cicéron, Pro Sulla).
!!!La destruction et les fouilles
En 62 après J.-C. (63 selon certaines sources), Pompéi fut secouée par un tremblement de terre qui détruisit quelques édifices et rendit nécessaires des réparations dans presque toutes les maisons. Ces réparations n’étaient pas toutes terminées lorsque, en l’année 79, eut lieu l’éruption du Vésuve, que l’on considérait éteint pour toujours. Cette éruption débuta le 24 août, selon la tradition littéraire, et se poursuivit pendant trois jours. Mais certaines observations botaniques amènent à proposer une correction des textes et font supposer qu’elle se produisit en novembre. Pompéi ne fut pas atteinte par la lave (comme Herculanum), mais fut ensevelie sous une couche de lapilli et de cendres d’une épaisseur de 4 à 6 mètres. Une description de cette éruption a été donnée dans une lettre de Pline le Jeune à Tacite (Ep., VI, 16), relatant la mort de son oncle, Pline l’Ancien. Ce dernier, accouru avec les navires de la flotte de Misène placée sous son commandement, fut victime de sa curiosité scientifique. La ville fut abandonnée et on perdit le souvenir de son emplacement. Les fouilles des ruines débutèrent au printemps de 1748, dix ans après la découverte d’Herculanum ; mais c’est plus tard qu’on eut la certitude qu’il s’agissait effectivement de Pompéi. Les fouilles se poursuivirent irrégulièrement, surtout dans le but de découvrir des objets et des œuvres d’art. Ce n’est qu’après 1870 qu’elles furent entreprises de façon régulière et continue. On établit alors une nomenclature des maisons, des rues et des quartiers. À partir de 1924, on commença à effectuer des fouilles stratigraphiques qui permettent, en commençant par le toit, la reconstruction des maisons, en laissant à leur place originelle les objets et la décoration murale. Dans les années 1950, les murs des fortifications et les nécropoles ont été mis au jour.
!!2.&nbsp;Architecture
!!!Édifices publics
La zone du forum, dans le secteur ouest de la ville, était située au centre de la cité la plus ancienne. Au moment de la destruction, outre l’ancien temple d’Apollon, on y trouvait encore le temple des divinités capitolines (capitolium), l’édifice où avait lieu l’élection des magistrats annuels (comitium), le bâtiment destiné aux édiles, la tribune des discours publics, la basilique pour l’administration de la justice, le marché couvert (macellum), le marché aux légumes et l’édifice (portant le nom d’une femme: Eumachia) consacré à l’industrie des étoffes de laine; on peut en déduire que la ville était particulièrement florissante. De chaque côté du temple capitolin, deux arcs commémoratifs donnaient accès au forum, qui était interdit aux véhicules. On pense qu’une horloge publique réglée par écoulement d’eau avait été installée à proximité. Dans le secteur sud de la ville se trouve une autre zone de monuments appelée le forum triangulaire. Au temps de la ville primitive, il avait dû constituer une espèce d’acropole. Sur cette aire triangulaire, bordée d’un portique sur les trois côtés, s’élevait un temple. À partir du IIe siècle avant J.-C., l’aire adjacente fut occupée par des bâtiments destinés aux spectacles, mais on y trouvait aussi les petits temples d’Isis et de Zeus Melichios. La proximité d’édifices religieux et d’édifices destinés aux sports et aux spectacles est un reflet persistant de la culture grecque. Un théâtre et, plus tard, un odéon (théâtre couvert pour la musique), une palestre et la caserne des gladiateurs avec un grand espace intérieur entouré de portiques y furent édifiés. Dans la partie est de la ville fut prévu puis réalisé un amphithéâtre, dont les promoteurs furent les magistrats mêmes qui avaient fait construire l’odéon. Cet amphithéâtre, qui remonte au Ier siècle avant J.-C., est le plus ancien du monde romain .
Il y avait à Pompéi trois établissements thermaux, dont les thermes de Stabies, les plus anciens et les plus vastes. Nombre de grandes maisons particulières possédaient de petites installations thermales. Les thermes de Pompéi n’avaient pas de somptueuses façades extérieures, car ces façades étaient occupées par des boutiques dont le revenu contribuait à l’entretien des installations. Les thermes de Stabies sont situés au croisement des deux rues principales et, dès le IIe siècle avant J.-C., les pièces étaient spacieuses et agréables, couvertes de voûtes construites au moyen de mortiers liants. À l’époque romaine, postérieurement à l’année 80 avant J.-C., ces thermes furent agrandis et, plus tard, décorés de stucs et de peintures.
!!!Maisons particulières
Ce sont les maisons particulières qui, à Pompéi, offrent la documentation la plus intéressante. Il existe des vestiges de maisons du IVe siècle avant J.-C.; mais les témoignages les plus évidents appartiennent au Ier&nbsp;siècle avant J.-C. et au Ier siècle après J.-C. À partir de l’époque samnite, le type fondamental de la maison pompéienne est caractérisé par une pièce, parfois de très grande dimension, dite atrium, à laquelle on accède par un couloir d’entrée. De plan rectangulaire, l’atrium avait presque toujours, au centre, un bassin, dans lequel tombait l’eau de pluie du toit. Celui-ci, présentant quatre plans inclinés vers l’intérieur, était muni de larmiers en terre cuite artistiquement décorés. Du bassin, l’eau tombait dans la citerne. Les plans inclinés du toit étaient soutenus aux angles par de robustes poutres (atrium tuscanicum) ou par quatre pilastres ou colonnes. On avait ainsi, au centre de la maison, une pièce spacieuse éclairée uniquement par l’ouverture centrale et égayée par un bassin: une espèce de patio. Par les deux côtés les plus longs de cette pièce on accédait aux chambres. Le côté le plus petit, en face de l’entrée, était occupé par une pièce appelée tablinum, qui était à l’origine le centre de la vie familiale, autour du foyer et de la table, avec l’autel des divinités de la maison, les lares. De chaque côté du tablinum, deux pièces, destinées primitivement aux archives familiales et au culte des ancêtres. Dans les demeures patriciennes, leurs images y étaient conservées. Derrière le mur du tablinum se trouvait, originairement, un jardin potager, entouré de hauts murs. À une époque plus tardive, en revanche, on y accédait par une cour, entourée d’un portique (peristilium) emprunté à l’architecture hellénistique, dont le centre était planté de fleurs et souvent agrémenté d’une fontaine. Parfois, un véritable jardin y faisait suite, orné de statues et de jeux d’eau (maison des Amours dorés, maison de Loreius Tiburtinus, par exemple), ou bien un autre péristyle plus grand (comme dans la maison du Faune, la plus grandiose et la plus hellénistique).
Autour du noyau central de la maison, décrit ici, d’autres pièces, avec de nombreuses variantes, étaient à usage aussi bien utilitaire (cuisine, salle de bains, etc.) que de séjour (appartements pour les invités, appartements des femmes).
Quoi qu’il en soit, la maison conserva toujours cette caractéristique de donner complètement sur l’intérieur , ce qui créait une atmosphère intime et recueillie qui s’est en partie maintenue dans les habitations du monde arabe.
À l’extérieur de la maison, près de la porte d’entrée, donnaient des boutiques qui, en règle générale, ne communiquaient pas du tout avec l’intérieur, ou, à défaut de boutiques, des magasins appartenant à la maison. Les maisons les plus anciennes, les maisons samnites, étaient entièrement construites en pierre calcaire locale très granuleuse. Sous la République romaine (Ier siècle av. J.-C.), on utilisa une pierre tufière. Puis l’influence du monde gréco-hellénistique amena à employer le marbre dans toutes les parties ornementales, tandis que pour les structures se répandit l’usage de la brique, très en vogue à Rome. Enfin, au cours de la dernière période de la vie de Pompéi, la classe des marchands, considérablement enrichie, résolut le problème de maisons plus vastes qui lui étaient devenues nécessaires en réunissant, par des passages intérieurs, plusieurs maisons du type traditionnel. On ajouta aussi des pièces à l’étage, de préférence au-dessus des parties les moins importantes de la maison, destinées aux esclaves. Aux lisières sud et ouest de la ville, où il existait de fortes dénivellations de terrain, les maisons sont disposées sur les pentes et ont des terrasses panoramiques, des loggias, des salles de séjour reliées entre elles par des rampes ou des escaliers (maison de Fabius Rufus, fouilles de 1962-1968). Certaines familles qui s’étaient particulièrement enrichies voulurent donner à leurs habitations, sous des formes modestes ou en remplaçant la réalité architectonique par des trompe-l’œil picturaux, l’illusion des palais des souverains hellénistiques de Pergame et d’Alexandrie.
!!!Les villas
Aux environs de Pompéi se trouvaient, dès le IIe siècle avant J.-C., des villas du type maison rustique, mais aussi des demeures résidentielles. La vallée du fleuve Sangro était fertile et riante. C’est d’une villa proche de la localité de Boscotrecase que proviennent les grandes peintures de paysage conservées au Metropolitan Museum de New York. Nous savons que certaines de ces villas appartinrent à des personnes de la famille impériale ou à leurs affranchis. Cicéron en possédait une aussi; au XVIIIe siècle, on crut l’avoir retrouvée au-delà de la porte d’Herculanum, mais elle fut ensuite réensevelie (des fragments de gracieuses peintures ornementales et de mosaïques en sont conservés). Dans le voisinage immédiat de la ville, au-delà de cette même porte, se trouve la «villa des Mystères», qui appartenait à la famille des Istacides. Elle est célèbre pour son grand cycle de peintures, adaptation faite à l’époque d’Auguste de peintures qui devaient exister dans quelque centre grec qui nous est inconnu. Elles représentent des épisodes de l’initiation d’une femme aux mystères dionysiaques. Malgré leur splendeur, elles se révèlent à l’examen critique être des œuvres de seconde main, non des créations originales. Le plan de la villa des Mystères est d’une conception particulière, l’entrée donnant immédiatement sur le portique (peristilium) entouré de plusieurs pièces utilitaires. Du portique, on passe dans l’atrium qui, par deux portes, conduit au tablinum donnant sur une grande terrasse en forme de loggia semi-circulaire (exèdre) qui ouvre à son tour sur le jardin; celui-ci, surélevé par rapport au niveau de la campagne, est soutenu par de solides maçonneries de substruction.
!!3.&nbsp;Décoration et objets d’art
!!!Peinture 
Pompéi offre la documentation la plus vaste et la plus variée qui existe sur la peinture de l’Antiquité. Pour interpréter d’une façon exacte cette documentation, selon sa valeur historique et artistique, des distinctions et des classifications doivent être établies. Il faut se rappeler qu’il s’agit d’œuvres de peintres artisans, décorateurs de murs, et non de grandes personnalités artistiques, même si cet artisanat fait preuve, dans son ensemble, d’une très haute qualité. Si l’on ne fait pas cette remarque préalable, on peut commettre des erreurs fondamentales d’estimation historique. Il faut, en outre, faire une distinction entre les systèmes de décoration pariétale, qui forment une unité ornementale pièce par pièce et mur par mur, et chacune des compositions insérées dans cette décoration. Les systèmes de décoration présentent un développement qui leur est propre. Certains spécialistes considèrent ce développement comme tout à fait original et autonome. D’autres estiment au contraire qu’il a été en grande partie déterminé par les productions de la capitale. Dans Rome, hélas, la documentation picturale de cette époque est presque complètement perdue; mais le peu qu’on en conserve est de qualité nettement supérieure. À Pompéi, les éléments ornementaux de la décoration pariétale ont toujours été exécutés avec une grande fraîcheur. Les peintres pompéiens donnent le meilleur d’eux-mêmes dans la peinture ornementale, où ils font preuve d’une extraordinaire légèreté de touche et d’une grâce d’invention telles qu’on ne les retrouvera, en Europe, qu’au XVIIIe siècle. À l’intérieur des systèmes de décoration, les compositions insérées s’inspirent le plus souvent de la grande peinture grecque. Ces copies ou variantes de tableaux ou de fresques des IVe, IIIe et IIe&nbsp;siècles avant J.-C. sont de qualité très inégale. Il y en a d’excellentes  (pour la plupart détachées des murs et conservées au musée national de Naples), et beaucoup de médiocres. Elles doivent être comprises soit comme des peintures de leur temps, soit comme de précieux documents de la grande peinture grecque de chevalet. Dans la décoration figurent aussi deux autres catégories de peintures, qui trouvent des expressions originales: les compositions de fleurs, de fruits et d’animaux, morts ou vivants (xenia), et les paysages. Certains paysages champêtres et mythologiques, et des vues de villas au bord de la mer comportent des éléments réalistes. D’autres, en revanche, sont purement imaginaires, avec beaucoup de fantaisie; ils ont la grâce des paysages japonais. On a de bonnes raisons de penser que cette peinture est un développement de l’art hellénistique, d’Alexandrie d’Égypte et des cités raffinées d’Asie Mineure en particulier. Mais les spécialistes ne sont pas d’accord; certains préfèrent y voir une nouveauté du milieu romain. Certes, ces décorations correspondent, surtout après les cinquante premières années de l’Empire, à un goût de la culture romaine. Mais celle-ci était, comme le prouve également la littérature, imprégnée de formes hellénistiques.
Les décorations de la dernière phase de construction de Pompéi, caractérisée par les réédifications et les restaurations occasionnées par le tremblement de terre de l’année 62, sont marquées («quatrième style») par une orientation fantastique particulière. Les motifs perspectifs des fausses architectures («deuxième style») et les motifs ornementaux menus et gracieux où sont intercalés de petits tableaux («troisième style») sont repris et accentués. La technique de la peinture devient de plus en plus «impressionniste». Les architectures fantaisistes sont parfois animées de figures, placées à différentes hauteurs, empruntées aux grandes compositions traditionnelles. Certains spécialistes ont vu dans ces tendances une recherche de l’évasion, un penchant pour le rêve et l’utopie. Mais les écrivains romains de cette époque ne permettent absolument pas ces interprétations subjectives. Ils parlent, eux, de nouveaux riches rivalisant de luxe et de la décadence de la peinture de chevalet.
La technique de la peinture pompéienne est encore discutée. Les indications fournies par les sources littéraires antiques manquent de clarté. Elles parlent soit de peinture à fresque (couleurs liquides sur chaux fraîche), soit de peinture à l’encaustique (couleurs dissoutes dans de la cire et appliquées à chaud).
À Pompéi, on a des effets de couleur liquide comme de l’aquarelle, mais aussi des superpositions de couleurs et un brillant qui ne s’obtiennent pas avec la fresque. En dissolvant des couleurs dans de la «cire punique», obtenue avec de la cire vierge dans une solution de soude (natron), et en chauffant ensuite la peinture finie, E.&nbsp;Schiavi est parvenu à des résultats très semblables à la peinture pompéienne.
!!!Mosaïques
Dans la phase la plus ancienne, les pavements des maisons sont en aggloméré de chaux avec des fragments de terre cuite et de pierres ou de marbres de couleur. Sous l’influence hellénistique (fin du IIe siècle av. J.-C.) se répand l’usage du pavement de mosaïque, composé soit de petites tesselles de marbres, soit de marqueteries de marbres taillés de différentes formes (opus sectile; parmi les plus anciens, celui de la cella du temple d’Apollon). Dans les pavements de tesselles blanches et noires sont insérées des mosaïques figurées en couleurs, qui imitent presque toujours des peintures. La mosaïque n’atteindra son autonomie figurative qu’à une époque bien postérieure à la destruction de Pompéi. Parmi les mosaïques qui imitent des peintures, il faut mentionner les deux célèbres compositions signées par Dioscoride de Samos , provenant de ce qu’on appelle la «villa de Cicéron», ainsi que la célèbre mosaïque de la Bataille d’Alexandre . Cette dernière s’inspire d’une peinture souvent mentionnée, de Philoxenos d’Érétrie (fin du IVe s. av. J.-C.). Elle décorait une salle ouverte (exèdre) située entre deux salles à manger et donnant sur le grand portique de la somptueuse «maison du Faune». Des sondages effectués dans cette maison ont révélé cinq phases de construction antérieures à celle qui reste visible aujourd’hui. À Pompéi ont été retrouvées aussi des mosaïques ornementales qui revêtaient les murs en particulier sur les façades de fontaines ou de niches. Certains vestiges attestent l’existence de mosaïques en tesselles de verre sur les plafonds en voûte.
!!!Sculptures
Dans le domaine de la sculpture, Pompéi a donné une importante série de copies d’originaux grecs (dont la copie de la tête du Doryphore de Polyclète signée d’Apollonios d’Archias, un Athénien). Les plus typiques sont quelques remarquables exemplaires de statues imitant des modèles classiques et adaptées à des fonctions pratiques (telles les statues d’éphèbes destinées à porter des lampes).
Grâce à Pompéi, de nombreuses sculptures en bronze ont été conservées, qui, ailleurs, auraient été fondues, le Moyen Âge, à ses débuts, ayant eu un besoin insatiable de métal. C’est ainsi qu’on a la preuve de la prédominance de la sculpture de bronze sur la sculpture de marbre pour les œuvres de plus grande valeur et les objets décoratifs. Dans certaines maisons, on a retrouvé d’excellents portraits en bronze (comme celui du banquier L. Caecilius Iocundus). Mais la particularité la plus marquante est constituée par le plus grand nombre de petites sculptures de caractère ornemental. Celles-ci, en marbre ou en bronze, embellissaient les jardins et les portiques de sujets idylliques ou théâtraux. On doit y ajouter les bas-reliefs (appelés oscilla) en forme de boucliers, travaillés des deux côtés et destinés à être suspendus dans les portiques entre deux colonnes.
Ameublement
La documentation concernant les objets d’ameublement est particulièrement riche. Contrairement à ce qui se passe à Herculanum, Pompéi ne nous a pas fourni de restes de meubles en bois, mais on a de petites tables et des trépieds de bronze, de petites tables de marbre, souvent cerclées de bronze damasquiné d’argent. C’est selon cette même technique que sont travaillées des «appliques» pour les lits et pour d’autres meubles en bois. Également en bronze, d’élégants objets destinés au chauffage (braseros, poêles, chauffe-plats) de formes diverses, des lampes suspendues ou posées sur les meubles, des candélabres ornés de figures de Silènes, d’Amours, d’acrobates, autant de variantes de motifs hellénistiques, pour la plupart amusants. La riche vaisselle, de bronze et d’argent elle aussi, ornée en relief ou avec des appliques figuratives, est tout imprégnée des formes et des motifs décoratifs qui proviennent encore du grand artisanat artistico-industriel de la Grèce hellénistique. Les vases de verre qui ont été conservés ne sont pas très nombreux, mais ils sont d’une grande finesse. Parmi les curiosités, il faut mentionner une statuette indienne en ivoire, représentant probablement la déesse Laksmi et provenant du Gandhara, qui confirme l’existence de contacts commerciaux avec l’Asie centrale et l’Orient. Ces contacts s’établissaient peut-être par l’intermédiaire de la communauté des Arabes Nabatéens, attestée par des inscriptions remontant à l’année 40 avant J.-C., trouvées dans un de leurs lieux de culte à Pouzzoles.

___________________________________
© 2000 Encyclopædia Universalis France S.A. Tous droits de propriété intellectuelle et industrielle réservés.

<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://flashface.ctapt.de/"></object>
</html> 
Site: http://flashface.ctapt.de/
Pour utiliser ce //carnet// //~TiddlyWiki//, commencez par modifier les //éléments// suivants (''//tiddlers//'' dans le jargon //~TiddlyWiki//) :
* __SiteTitle__ et __SiteSubtitle__ : Le titre et le sous-titre de ce //carnet// //~TiddlyWiki//. Après modification, ils apparaîtront aussi dans la barre de titre du navigateur)
* __MainMenu__: Le menu principal (généralement à gauche)
* __DefaultTiddlers__ : La liste les noms des //éléments// que vous voulez voir s'afficher à l'ouverture de ce //carnet// //~TiddlyWiki//. 
* Entrez également le ''nom d'utilisateur'' avec lequel seront signés vos ajouts ou vos modifications dans les //éléments// :
** <<option txtUserName>>

Ce même //élément// en anglais : GettingStarted
! Avant d'être colonisée, Nîmes se situe dans le monde romain: elle n'est pas en Gaule, mais dans la ''provincia romana''

Elle doit son nom à l'époque romaine qui la connaissait comme Provincia (une des nombreuses provinces romaines). La Provence fit partie de la Gaule Transalpine (c'est-à-dire au-delà des Alpes, pour les Romains), rebaptisée Gaule Narbonnaise (du nom de la capitale de la province romaine, Narbonne) au Ier siècle av. J.-C.

 +++[La Provence indépendante]

Le littoral provençal a été colonisé par les Grecs : vers 600 av. J.-C., les Phocéens s'installent à Marseille (en grec, Massalia; en latin, Massilia). Ils essaiment à Nice, Arles, Agde, Cannes et au sud de Nîmes. Antérieurement la région était peuplée de Celtes appelés aussi Ligures ou ~Celto-Ligures (cf. Dominique Garcia, La Celtique méditerranéenne. Paris, Errance, 2004, 206 p.) ===

    +++[La conquête romaine au IIe siècle av. J.-C.]>
          o Chronologie sommaire
                + -181 : Marseille appelle Rome au secours contre les pirates Ligures
                + -154 : Nice et Antibes assiégées par les Ligures des Alpes Maritimes, expédition d'Opimius
                + -125/-124 : coalition de tribus celto-ligures (les Salyens) soutenus par les Voconces, Allobroges et Arvernes : le consul Marcus Fulvius Flaccus franchit les Alpes et les vainc. En -123, nouvelle campagne qui se termine par la destruction de l’oppidum d’Entremont.
                + En -123/-122 : fondation d’~Aix-en-Provence pour contrôler les Salyens.
                + -122 : le proconsul Cn. Domitius Ahenobarbus écrase les Allobroges
                + -121 : les Volques, à la tête d'un vaste territoire de 24 oppidums accueillent sans résistance les légions de Rome. Nemausa (Nîmes), la ville gallo-romaine est sur le point de naître.
                + -120 : Ahenobarbus en campagne ; on lui attribue la fondation et l’organisation de la Provincia
                + -117 : début de la construction de la Via Domitia (en l’honneur de Cn. Domitius Ahenobarbus) en direction des Pyrénées. Elle emprunte le tracé d’une ancienne route grecque (la voie héracléenne). Son aménagement est le symbole de la romanisation et apporte un développement des échanges commerciaux.
                + -109/-105 : incursions des peuples germaniques (Cimbres, Teutons, Tigurins, Ambrons) : Marius écrase les Teutons à ~Aix-en-Provence (-102) et les Cimbres à Verceil (-101).
===

!Création du site par les Volques Arecomiques (VI av JC)
au pied du mont cavalier, source et adoration de Némausos.

!Rôle unificateur de la voie Domitienne
http://fr.wikipedia.org/wiki/Voie_Domitienne
Reliant Rome l'Espagne nouvellement conquise

!Nîmes est une colonie latine
Elle ne jouit pas des mêmes droit que la colonie "romaine" don't les citoyens sont pleinement romains.
Une colonie latine est un état indépendant, mais est soumise à Rome pour sa "politique étrangère" et doit lui fournir des contingents militaires (auxillaires ?)
Avec la disparition de la liberté politique, n'y a-t-il pas eu unification des statuts ?
Une cité latine a le droit commercial romain et son droit du mariage

+++[romanisation et acculturation]
Rome avait moins besoin des provinces que les provinces n’avaient besoin de Rome. Rome n’avait pas les moyens de gérer de façon autoritaire les territoires entrées en sa possession. La romanisation s’opère d’abord par la fusion des élites à travers l’implantation du modèle politique et juridique de la cité.

Pour Yvon Thébert, l’acculturation n’est pas un phénomène imposé : la Grèce n’hellénise pas, Rome ne romanise pas. « L’évolution des cultures est avant tout un processus interne aux régions concernées » (« Royaumes numides et hellénisme », p. 30). L’Afrique antique, notamment l’actuelle Tunisie, connaît un fort développement urbain et économique. Loin d’être une périphérie, elle est un des pôles essentiels de l’Empire romain. De la même manière, la « déromanisation » qui s’effectue à l’occasion de la conquête arabe ne doit pas être vue comme une coupure, encore moins un effondrement : l’Afrique du Nord reste le cœur d’une civilisation brillante, jusqu’au 13e siècle environ.
http://www.espacestemps.net/document1632.html
===

Site d'histoire de Nîmes
http://www.nimausensis.com/Nimes/AccueilNimes.htm#ANECDOTES
Le DD s'utilise dans les dialogues (qui sont des «&nbsp;scènes&nbsp;»).
Mais quand un personnage parle, sans réponse immédiate ?
!!Ex: 
>Il leur cria de se taire
>Il leur cria: «&nbsp;Taisez-vous !»
>Il leur cria: «&nbsp;Vos gueules !&nbsp;»

Dans un texte littéraire, les paroles du personnage sont là pour créer une image du personnage, pour le caractériser.

''Exercice:'' Ecouter et transcrire quatre façons «&nbsp;particulières&nbsp;» de parler de votre entourage. Imiter leur discours.
!Séance 1: Se divertir ?: Le joujou du pauvre
Le narrateur propose de se divertir aux dépens des enfants pauvres( qui n'ont pas de jouets mais en ont envie) en constatant leur réaction animale.
Ce divertissement est-il innocent ?
-Non, il se moque des enfants pauvres ( qui se trouvent rabaissés au niveau d'un animal,
même s'ils ne s'en rendent pas compte).
-Oui, car il donne un joujou à un enfant qui n'en aurait pas et qui ne voit pas la moquerie.
Il est malsain de se moquer de qqn qui ne comprend pas la moquerie.

!S2:__'' Portrait d'enfants''__
Questions à traiter par 2
!!1. Relevez tous les indices qui permettent de construire une image des enfants.
||!Enfant riche|!Enfant pauvre|
|Personnages|<html>« beau et frais »<br>-vêtements...pleins de coquetterie<br>- joli<br></html>|<html>- « sale, chétif, fuligineux »<br>- « répugnante patine de la misère »<br></html>|
|Lieux|<html> - « un joli château frappé par le soleil »<br>il vit dans un monde fermé et sûr<br></html>|<html>- dans « les chardons et les orties »<br>- « sur la route » il vit à l'extérieur<br></html>|
|Jouets|<html> - poupée « aussi fraîche que son maître »<br>- splendide, doré, poupre<br>Nombreuses expressions laudatives ( qui font la louange, disent du bien)<br></html>|<html>- c'est un rat vivant !<br>( expression emphatique: qui insiste lourdement). <br></html>|

Ces deux portraits sont construits en antithèse

!!2. Expliquez la dernière phrase.

!S3:Ecrire un portrait

Attention: on n'écrit pas quand on fait un portrait « X est joli/ autre adj », « Y a des cheveux jolis ( partie+ adj) ».
Rappel : les expansions du nom (commun) permettent de qualifier un nom, c'est-à-dire de
préciser comment il est ( ou en quoi il est différent de tous les autres).
Ex:
– l'élève qui porte son cartable ( Proposition Subordonnée Relative)
– l'élève souriant (adj épithète)
– l'élève Dupont ( apposition: l'élève=Dupont, Dupont=l'élève)
– l'élève du collège ( complèment du Nom, commence par « de »)
– l'élève portant son cartable ( PSParticipiale, comme une PSR)
– l'élève avec son cartable ( Groupe Prépositionnel)


!S4: Le portrait du pourtour des personnages: Les Effarés, Rimbaud
Comment Rimbaud parvient-il à exprimer sa révolte contre l'injustice et le mal?
( les élèves remplissent le tableau)
Deux tableaux symboliques très contrastés
Celui de la misère, d'un univers froid et hostile
Celui de l'abondance, du bien-être et de la douceur de vivre
Cadre spatial Un extérieur indéterminé, sombre, hivernal et largement ouvert : « la neige », « la brume », « [le] givre », « [le] ventd'hiver »
Un lieu clos et chaud : le fournil, présenté par les expressions : « grand soupirail », « soupirail rouge  « trou clair », « trou chaud », « les poutres enfumées *

Sensations visuelles
Les couleurs sont absentes : le noir et le blanc dominent dans la présentation des enfants ; ils apparaissent comme des silhouettes sombres «noir[e]s », mais aussi comme l'image de l'innocence « pauvres Jésus pleins de givre ».
Les couleurs sont chaudes parce que :
- liées à la présence du four « rouge » qui « s'allume »,
- liées à la présence du « pain blond » et du boulangerau « bras blanc »

Sensations tactiles
Elles se manifestent à travers le froid qui fait crever les culottes et trembloter les chemises.
Elles se révèlent dans la préparation du pain, la manière dont le boulanger le façonne.

Sensations auditives
C'est le vent qui les détermine. Elles apparaissent à travers le chant :
– du pain en train de cuire (v. 20),
– des grillons (v. 21),
– du boulanger (v. 11).

Sensations olfactives
Aucune sensation. « les croûtes parfumées »
Les personnages Dans cet univers hostile évoluent « cinq petits - misère ! », seuls dans la nuit et le froid.
Le poète les compare à des animaux (l'étymologie du titre connote d'emblée cette métaphore, tout comme l'expression « Tout bêtes »). En effet ils sont tapis contre le soupirail - « trou chaud » - tels des lapins au bord d'un terrier, le poète parle de « leurs petits museaux rosés », et les montre « grognant des choses ».
Ils incarnent aussi l'innocence à travers la métaphore « pauvres Jésus », l'évocation des prières et du ciel.
Dans le portrait du boulanger le champ lexical de la force domine avec l'adjectif « fort » ou des indices connotatifs comme « le lourd pain blond ». Il incarne une image rassurante. Cette vision méliorative est aussi associée au métier qu'il exerce (le pain symbolise la vie), et au fait qu'il travaille dur, mais avec plaisir.
Néanmoins, il façonne le pain « comme une brioche -pour les nantis et n'aperçoit pas les enfants qui, a contrario, l'observent et l'écoutent

!S5:<<tiddler [[Analyser une poésie]]>>

!S6:Les saltimbanques: quelle atmosphère ?
Ils traversent des villages déserts.
Ils ne sont pas individualisés: « les enfants...les autres »
pas de couleurs
L'avancée des baladins est irrégulière: la 3ème§ les montre à la quête, alors qu'avant
ils partaient. Ils ne traversent pas un village, mais « les villages ».
Ce poème est le condensé de toutes les traversées.

!S7: Les outils lexicaux pour faire un portrait
On aurait dit une reine
Elle était assez grande, avec une taille et un port de déesse ; ses cheveux, d'un blond doux, se
séparaient sur le haut de sa tête et coulaient sur ses tempes comme deux fleuves d'or ; on aurait dit
une reine avec son diadème ; son front, d'une blancheur bleuâtre et transparente, s'étendait large et
serein sur les arcs de deux cils s presque bruns, singularité qui ajoutait encore à l'effet de prunelles
vert de mer d'une vivacité et d'un éclat insoutenables. Quels yeux ! avec un éclair ils décidaient de
la destinée d'un homme ; ils avaient une vie, une limpidité, une ardeur, une humidité brillante que je
n'ai jamais vues à un oeil humain ; il s'en échappait des 10 rayons pareils à des flèches et que je
voyais distinctement aboutir à mon coeur. [...] Des dents du plus bel orient scintillaient dans son
rouge sourire, et de petites fossettes se creusaient à chaque inflexion de sa bouche dans le satin rosé
de ses adorables joues. Pour son nez, il était d'une finesse et d'une fierté toute royale, et 15 décelait
la plus noble origine. [...]
Elle portait une robe de velours nacarat*, et de ses larges manches doublées d'hermine sortaient des
mains patriciennes d'une délicatesse infinie, aux doigts longs et potelés, et d'une si idéale
transparence qu'ils laissaient passer le jour comme ceux de l'Aurore.
Théophile Gautier, « La Morte amoureuse », in Récits fantastiques, Booking international, classiques français (pages 80-81),
Paris, 1993.
Nacarat : rouge clair avec des reflets nacrés

!!Questions
1. La préposition avec permet d'éviter l'emploi d'un verbe très courant : lequel ?
2. De quels verbes les mots cheveux et front sont-ils les sujets ?
Ces verbes sont-ils employés au sens propre ou au sens figuré ? Employez-les dans des phrases avec des sujets
désignant soit des êtres animés soit des éléments en mouvement. Concluez : quel procédé permet d'éviter la répétition
de être et avoir ?
3. Trouvez quel groupe nominal du texte est synonyme de « son front était blanc et transparent ». Expliquez comment
l'auteur a procédé pour éviter l'emploi du verbe être.
4. Dans la phrase qui commence par « Des dents... » dites quels sont les deux éléments décrits. Dites avec quelle
autre partie du visage chacun des ces deux éléments décrits est mis en relation. Citez les verbes et la préposition qui
établissent cette relation. Concluez : quel est le procédé utilisé ici pour diversifier le lexique du portrait ?
5. Dans la dernière phrase, dites quels verbes mettent en relation le costume et le corps, la lumière et le corps.
6. Repérez les phrases où le regard de la femme est décrit. Relevez les mots qui donnent les caractéristiques de ce
regard. Distinguez les mots abstraits et les mots concrets.
7. Lisez la description du nez. Quels mots indiquent des éléments de jugement moral ou esthétique ?
8. Relevez des comparaisons et des métaphores. Lesquelles consituent des clichés ?

!!Cours
Pour diversifier le lexique du portrait on peut employer :
1. La préposition avec, qui permet d'ajouter des éléments sans recourir à un verbe. Ex. : II avait un visage rond, avec
une expression toujours souriante.
2. Des verbes d'action ou de mouvement en leur donnant un sens figuré. Ex. : Son nez dessinait une courbe
harmonieuse.
3. Des verbes d'action et des prépositions introduisant des compléments de lieu pour relier entre eux deux
éléments du portrait. Ex. : Une cicatrice courait le long de sa joue droite.
4. Un nom correspondant à un adjectif. On peut donner à ce nom une fonction de complément de détermination ou
de caractérisant détaché. Ex. : Ses cheveux, d'un noir profond.
5. Un vocabulaire varié, avec des mots abstraits et concrets, des termes indiquant un jugement esthétique ou un
sentiment. Ex. : Nez droit, grec, aquilin, bourbonien, busqué, nez en bec d'aigle, pointu, en lame de couteau, écrasé, en
pied de marmite, retroussé, en trompette. (Le Robert, article « nez »)...
6. Des comparaisons ou des métaphores.
Ex. : Ses lèvres, fraîches comme de beaux fruits ; ses yeux d'or

!!Exercices
1. Employez dans des phrases de portrait les verbes suivants : retomber, se creuser, briller.
2. Reliez entre eux deux éléments du corps ou du visage au moyen des verbes suivants •. prolonger, encadrer,
surmonter, briller dans, s'étendre au-dessus de.
3. Cherchez, pour décrire des yeux, le plus de termes possible. Faites varier la nature des mots : verbes, adjectifs,
noms, et des caractéristiques données : couleur, luminosité, forme, expression, jugement esthétique ou moral,
sentiments suscités.
4. Proposez comparaisons et métaphores pour : des cheveux lisses / des cheveux ondulés ; un teint clair / un teint brun
; des yeux bleus / des yeux noirs.
5. En utilisant les éléments de cette fiche et de la précédente, faites le portrait d'une personne que vous connaissez.

!!Evaluation
Soulignez les expansions du Nom dans les phrases suivantes.
1. Je vis arriver un jeune homme sans chapeau.
2. Mais il portait une veste originale que je n'avais vue dans un magasin.
3. Pourtant, dans la boutique de mon oncle, j'ai vu beaucoup de vêtements inattendus.
4. Grand et calme, ce jeune homme marchait à pas lents.
5. Un petit chien, trottinant à ses côtés, terminait ce tableau rare.
Nommez les expansions que vous avez soulignés
Ajoutez des expansions dans le texte suivant.
Les femmes embarquaient avec précaution dans les yoles, et, s'asseyant à la barre, disposaient leurs
robes, tandis que le maître de l'établissement donnait la main aux belles-petites en maintenant
d'aplomb les embarcations. Les rameurs prenaient place à leur tour.[...] Un couple était resté. Le
jeune homme tenait par la taille sa maîtresse, une brune ; et ils se regardaient parfois au fond des
yeux.

!!Améliorez le texte suivant
Paul était un homme sage. Il donnait des conseils . Ils étaient écoutés et suivis car pleins de sagesse.
Il avait un aspect agréable et sa conversation plaisait aux dames du Café du Commerce.

!!Accordez les participes suivants:
1.La vérité révélé.,., le philosophe rentra chez lui.
2. II est 3 heures passé... 
3.J'ai trouvé Sylvie fatigué...
4.Louis XIV avait une chaise percé... 
5.Tous vendu... 
6.Ils se sont sentis dépassé..
7.Ils ont reçu... bien des encouragements .
8. La maison que nous avons acheté,..
9.Elles nous ont invité..., mon frère et moi .
10. Les tableaux que je t'ai gardé... 
11.Ils ont reconnu... cette fille
12.Il a visité une exposition de peinture qu'il a beaucoup aime... 
13. L'émission que j'ai regardé.....hier a été filmé... dans mon quartier. 
14. La fusée a décollé...de son pas de tir à huit heures et a placé.... un nouveau satellite en orbite.

!!Complétez : er ou é?
Voyag... coûte moins cher aujourd'hui, alors que jadis j'ai voyag... presque gratuitement. Il est 7 heures, j'ai peur de manqu... mon train. L'argent emprunt... m'a sauv... la vie. Merci de m'envoy... un nouveau courrier si possible mieux rédig... Excusez-moi de vous parl... sur ce ton, mais cet homme m'a indispos... Vous êtes fou de vous baign... par un temps pareil.
!C'est tout ce que sait l'auteur qui est omniscient et anticipe le dénouement de son récit. On ne peut pas imaginer l'histoire de l'enquête sans avoir planifié celle du crime et défini les fiches d'identité des personnages principaux.
1.Quel vol ? ou quel crime ?
2.Où et quand ?
3.Qui est le coupable ? Quelles sont ses caractéristiques principales ?
4.Quel est le mobile du délit ?
5.Quel est le mode opératoire ?
6.Qui est l'enquêteur ? Quelles sont ses caractéristiques principales  Comment trouvera-t-il le coupable ?
7.Quels sont les indices ?
8.Y a-t-il de faux indices ? une fausse piste ?
9.Quel est l'alibi du coupable ?
10.Quels sont les témoins ?
11.Quels sont les faux témoins ?
12.Des propositions de titres.
!Fiche d'identité des personnages principaux
Un organigramme précisera les relations entre les personnages.
Pour chacun des protagonistes., précisez :
- ses caractéristiques physiques et morales essentielles ;.
sa profession ou son activité ;
son nom (évocateur).

(Faites un dessin ou un croquis du personnage)
Séance 1: Première réception

«&nbsp;No pasaran&nbsp;»: «&nbsp;ils ne passeront pas&nbsp;» en espagnol.
La phrase espagnole ¡No pasarán!, signifiant «&nbsp;Ils ne passeront pas&nbsp;!&nbsp;», a été prononcée par les partisans de la Seconde République Espagnole (1936-1939) en lutte contre les rebelles nationalistes commandés par le général Franco, dont le soulèvement déclencha la guerre civile espagnole (Wikipédia).

La quatrième de couverture annonce une histoire fantastique.
S1: Prendre en compte le destinataire
S2: Les connecteurs logiques
S3: Les reprises pronominales
S4: Les caractéristiques du texte explicatif
''Remplacez le complément d'objet direct contenu dans les phrases suivantes avec le pronom qui convient : attention à l'accord du participe.''

# Les flèches ont atteint rapidement leur cible.
# Les assaillants effraient la population.
# Ils ont détruit toutes les maisons.
# Le chapelain conseille une grande vigilance au seigneur.
# Il a écouté l'histoire de l'enfant et il a cru son histoire.
# Il ne pardonnera pas sa trahison au fauconnier.

+++[réponses]
# Les flèches l'ont atteint rapidement
# Ils les ont détruites
# Le chapelain l'a lui conseille/ lui en conseille une.
# Il l'a écoutée et il l'a crue.
# Il ne la lui pardonnera pas.
===
+++[Que signifie ce nom ?]
* [[Proposition]]: c'est un groupe de mots organisé autour d'un verbe ( c'est le verbe qui y commande)
+++ 
*@@bgcolor(#ffff33)://Je vois le chien de ma grand-mère//@@ est une proposition (indépendante)
* @@bgcolor(#ffff33)://le chien de ma grand-mère//@@ n'est pas une proposition, mais un GroupeNominal 
===
** [[Subordonnée]]: c'est une proposition qui dépend d'une autre, qui ne peut exister seule .
+++
* Je sais @@bgcolor(#ffff33):que tu me mens@@. 
''//"que tu me mens"//'' est la Subordonnée qui dépend de la Principale (''"//Je sais//"'')
===
*** Relative: cette proposition est liée à un nom (qu'elle développe) par un [[pronom relatif]]
===
   Ceux qui jugent et qui condamnent disent la peine de mort nécessaire. D’abord, – parce qu’il importe de retrancher de la communauté sociale un membre qui lui a déjà nui et qui pourrait lui nuire encore. – S’il ne s’agissait que de cela, la prison perpétuelle suffirait. À quoi bon la mort ? Vous objectez qu’on peut s’échapper d’une prison ? Faites mieux votre ronde. Si vous ne croyez pas à la solidité des barreaux de fer, comment osez-vous avoir des ménageries ?
   Pas de bourreau où le geôlier suffit.
   Mais, reprend-on, – il faut que la société se venge, que la société punisse. – Ni l’un, ni l’autre. Se venger est de l’individu, punir est de Dieu.
   La société est entre deux. Le châtiment est au-dessus d’elle, la vengeance au-dessous. Rien de si grand et de si petit ne lui sied. Elle ne doit pas “punir pour se venger” ; elle doit corriger pour améliorer. Transformez de cette façon la formule des criminalistes, nous la comprenons et nous y adhérons.
   Reste la troisième et dernière raison, la théorie de l’exemple. – Il faut faire des exemples! il faut épouvanter par le spectacle du sort réservé aux criminels ceux qui seraient tentés de les imiter ! – Voilà bien à peu près textuellement la phrase éternelle dont tous les réquisitoires des cinq cents parquets de France ne sont que des variations plus ou moins sonores. Eh bien ! nous nions d’abord qu’il y ait exemple. Nous nions que le spectacle des supplices produise l’effet qu’on en attend. Loin d’édifier le peuple, il le démoralise, et ruine en lui toute sensibilité, partant toute vertu. Les preuves abondent, et encombreraient notre raisonnement si nous voulions en citer. Nous signalerons pourtant un fait entre mille, parce qu’il est le plus récent. Au moment où nous écrivons, il n’a que dix jours de date. Il est du 5 mars, dernier jour du carnaval. À ~Saint-Pol, immédiatement après l’exécution d’un incendiaire nommé Louis Camus, une troupe de masques est venue danser autour de l’échafaud encore fumant. Faites donc des exemples ! le mardi gras vous rit au nez.
<div class='viewer' id='contentWrapper'><small><a href="./publish/index.html">Home</a> > %1</small><h1>%0</h1><h2>%1</h2>
<ul>%2
</ul>
<small>Published: %6</small>
</div>
<div class='viewer' id='contentWrapper'><small><a href="./publish/index.html">Home</a> > %1</small><h1>%0</h1>
<h2>%1</h2>
%2
<pre>%7</pre>
<hr>Tags: %3
<hr>%4, %5&nbsp;(created %6)
</div>
<h1>%0</h1>
<h2>%1</h2>
%2
<hr>Tags: %3
<hr>
<h3>Tiddler WIKI Text</h3>
<pre>
%7
</pre>
<hr>%4, %5&nbsp;(created %6)
</div>
# Expliquez le titre.
# Qui sont les membres de la famille ?
# Quel métier le père exerçait-il à Paris ? Pourquoi l'a-t-il abandonné ?
# Où la famille s'installe-t-elle ?
# A quelle occasion la famille a-t-elle pu changer de vie ?
# Pourquoi sont-ils bloqués dans le châlet ?
# Qui sont les Jaule ?
# Où se trouve le seul accès à l'extérieur de la maison ?
# La tentative de rejoindre les Jaule échoue: comment ?
# Combien de personnes sont enfermées dans le châlet ?
# A quoi le père comprend-il que la catastrophe a touché aussi les plaines ?
# Qui est le narrateur ?
# Quel signe annonce la fin de l'enfermement ?
# En quelle année a eu lieu ce "cataclysme" ?
# Conseillerais-tu ce livre ? pourquoi ?

La situation d'énonciation
- Quel est le pronom personnel dominant ? Pourquoi apparaît-il si souvent ?
- Quels sont les destinataires des confessions ? Quels mots les désignent (noms et pronoms) ?
- Quel est le niveau de langage (appuyez-vous sur le lexique, le rythme des phrases, les figures de style) ? Quel est l'effet produit sur le lecteur ?
Le pacte autobiographique
1- Quel est le projet du narrateur ? Souligne en rouge dans le texte la phrase qui au début du texte le résume.
2-  Dans le troisième paragraphe, quelle difficulté évoque-t-il&nbsp;?
3- À quoi s'engage Rousseau vis à vis de ses lec­teurs (quel pacte leur propose-t-iI)? 
4- «&nbsp;j'ai pu supposer vrai ce que je savais avoir pu l'être, jamais ce que je savais être faux&nbsp;» Quelle raison invoque-t-il pour expliquer les éventuelles inexactitudes&nbsp;?
The main goals of RSSExtensions are :
*to generate an RSSFeed with plaintext, html and TiddlyWiki content
*to provide a builtin RSSReader (by extending BramChen's RssNewsMacro for):
**HTML support when RSSFeed uses HTML formatting
**TiddlyWikiNamespace support for direct viewing and possibly import a tiddler from an RSSFeed
>Try these <<tag RSSFeeds>>
*to generate a kind of frontpage for a TiddlyWiki from an RSSFeed
RSSExtensions contains :
*TiddlyWikiNamespace: define the TiddlyWikiNamespace 
*GenerateRssHijack: hijack the core generateRSS
*RSSReaderPlugin: provides the RSSReaderMacro for TiddlyWiki
*[[news.php]]: this php script display an RSSFeed
*[[proxy.php]]: when located on the TiddlyWiki site provides OtherSites access

S1
S7: [[Actualiser le récit de la guerre]]
S8: [[Evaluation1]]
Pourquoi écrire des dialogues
(Première rencontre p21)

Observations
*Présence massive de la ponctuation expressive (!/?/...):cela montre le ton et la voix. On peut trouver une ponctuation simple à l'intérieur des « répliques ».
*Présence des verbes de parole, qui indiquent la façon dont parle le personnage ( ou la place de sa phrase dans le dialogue).

<<tiddler [[Les verbes de déclaration accompagnant les paroles de personnages]]>>
S9: Rapporter une expérience

Dans No pasaran, les personnages rentrent des jeux video.
C'est un phénomène « fantastique ». Le fantastique, c'est une réalité très proche de la nôtre, mais déréglée.
Dans le roman, sont fantastiques:
*le vieux vendeur (habituellement, c'est un jeune)
*le bout de papier qui les mène à la boutique alors qu'ils sont perdus.
*Le jeu qui marche avec très peu de mémoire (512 Ko)
*le jeu qui marche seul, sans être installé 

__Sujet de rédaction__: Vous jouez à un jeu, dans votre chambre. Soudain, vous vous retrouvez plongé à l'intérieur... Racontez ce que vous y sentez.  Rapporter ses sensations (5sens) et vos sentiments.

Relire les pages 78 ,79 – 99 et sq – 143 et sq, 205 à 219

''__Constantes du fantastique__''
*le personnage ne sait s'il est réveillé ou endormi
*sensation auditive diminuée.
*Utilisation du conditionnel (on dirait, ce serait...)
*utilisation de comparaison ou de métaphore ( pour essayer de faire comprendre ce qui ne l'est pas...)
*point de vue interne; ponctuation expressive (! ? marque l'intériorité du personnage.
L'ECRITURE AUTOBIOGRAPHIQUE

Pour chacun des textes :
1.indiquez de quel genre de texte il s'agit
2.précisez pour quelles raisons l'auteur rédige son autobiographie
vous indiquerez sur quels éléments du texte vous vous êtes appuyés.

Texte 1 :
Je naquis au Havre un vingt et un février
en mil neuf cent et trois.
Ma mère était mercière et mon père mercier&nbsp;:
ils trépignaient de joie.
Inexplicablement je connus l’injustice
et fus mis un matin
chez une femme avide et bête, une nourrice,
qui me tendit son sein.
De cette outre de lait j’ai de la peine à croire
que j’en tirais festin
en pressant de ma lèvre une sorte de poire,
organe féminin.
Chène et Chien, Raymond Queneau
Texte2:
Partie en voyages pour quelques jours, Victor Hugo écrit à sa femme, Adèle, restée à Paris.
Meulan, 23 juillet - 8h. 1/2 du matin.
La fantaisie a tourné, mon Adèle, je suis à Meulan, charmante petite ville du bord de la Seine, pleine de ruines et de vieilles femmes. Il y a deux belles églises, l'une est la Halle au blé, l'autre le grenier à sel. Il y a aussi le fort d'Olivier-le-Daim, mais sans tours et sans portes, et tout déshonoré par les restaurations. C'est égal. L'ensemble de la ville est ravissant, la situation délicieuse au bord de l'eau, dans les îles, les arbres et les galiotes. Je te voudrais là, avec moi, mon pauvre ange !
La diligence de Rouen passe à dix heures. Si j'y trouve une place, je la prendrai. Dans ce cas-là, je ne serais à Paris que vendredi dans la journée. Tu sais quelle rage j'ai de voir Rouen.
Quant à la Roche-Guyon, à Montlhéry et à Soissons, ce sera pour une autre occasion. A vendredi donc au plus tard, embrasse pour moi toute la petite couvée. Je pense que l'hospitalité des Roches aura toujours été excellente pour toi. A bientôt donc, pense à moi qui t'aime et aime-moi. Tu es ma joie.
Ton Victor.

Texte 3 :
vendredi 9 octobre 1942
Chère Kitty,
Aujourd'hui je n'ai que des nouvelles déprimantes à t'annoncer. Beaucoup de nos amis juifs sont petit à petit embarqués par la Gestapo, qui ne les ménage pas, loin de là. Ils sont transportés dans des fourgons à bétail à Westerbork, au grand camp pour les Juifs, dans la Drente.  Westerbork doit être un cauchemar ; des centaines et des centaines sont obligées de se laver dans une seule pièce, et les w.-c. manquent. On dort sans dessus dessous, pêle-mêle. […] Impossible de fuir. […] 
Si cela se produit en Hollande, qu'est-ce que ce doit être dans les régions lointaines et barbares dont Westerbork n'est que l'antichambre ? Nous n'ignorons pas que ces pauvres gens seront massacrés. La radio anglaise parle de chambre à gaz. (,,,)” 
A toi,
Anne.

Journal d'Anne Franck
Texte 4 : 
«Je n'ai pas de souvenir d'enfance. Jusqu'à ma douzième année à peu près, mon histoire tient en quelques lignes&nbsp;: j'ai perdu mon père à quatre ans, ma mère à six&nbsp;; j'ai passé la guerre dans diverses pensions de Villard-de-Lans. En 1945, la sœur de mon père et son mari m'adoptèrent.
Cette absence d'histoire m'a longtemps rassuré&nbsp;: sa sécheresse objective, son évidence apparence, son innocence, me protégeaient, mais de quoi me protégeaient-elles, sinon précisément de mon histoire vécue, de mon histoire réelle, de mon histoire à moi qui, on peut le supposer, n'était ni sèche, ni objective, ni apparemment évidente, ni évidemment innocente.
"Je n'ai pas de souvenirs d'enfance"&nbsp;: je posais cette affirmation avec assurance, avec presque une sorte de défi. L'on n'avait pas à m'interroger sur cette question. Elle n'était pas inscrite à mon programme. J'en étais dispensé&nbsp;: une autre histoire, la Grande, l'Histoire avec sa grande hache, avait déjà répondu à ma place&nbsp;: la guerre, les camps.»
W ou le Souvenir d'enfance, George PEREC
Texte 5 :

J'étais le premier, l'incomparable dans mon île aérienne; je tombai au dernier rang quand on me soumit aux règles communes.
Mon grand-père avait décidé de m'inscrire au Lycée Montaigne. Un matin, il m'emmena chez le proviseur et lui vanta mes mérites : je n'avais que le défaut d'être trop avancé pour mon âge. Le proviseur donna les mains à tout : on me fit entrer en huitième et je pus croire que j'allais fréquenter les enfants de mon âge. Mais non : après la première dictée, mon grand ­père fut convoqué en hâte par l'administration ; il revint enragé, tira de sa serviette un méchant papier couvert de gribouillis, de taches et le jeta sur la table c'était la copie que j'avais remise. On avait attiré son attention sur l'orthographe - « le lapen çovache ême le ten&nbsp; », - et tenté de lui faire comprendre que ma place était en dixième préparatoire. Devant « la­pen çovache » ma mère prit le fou rire ; mon grand­père l'arrêta d'un regard terrible. Il commença par m'accuser de mauvaise volonté et par me gronder pour la première fois de ma vie, puis il déclara qu'on m'avait méconnu ; dès le lendemain, il me relirait du lycée et se brouillait avec le proviseur.
Je n'avais rien compris à cette affaire et mon échec ne m'avait pas affecté : j'étais un enfant prodige qui ne savait pas l'orthographe, voilà tout. Et puis, je retrouvai sans ennui ma solitude : j'aimais mon mal.
Jean-Paul Sartre, Les mots, Folio

Texte 6:
Je ranime la flamme. Depuis le 14 juin 1940, nul n'avait pu le faire qu'en présence de l'envahisseur. Puis, je quitte la, voûte et le terre plein. Les assistants s'écartent. Devant moi, les Champs Élysées !
Ah ! C'est la mer l Une foule immense est massée de part et d'autre de la chaussée. Peut être deux millions d'âmes. Les toits aussi sont noirs de monde. A toutes les fenêtres s'entassent des groupes compacts, pêle mêle avec des drapeaux. Des grappes humaines sont accrochées à des échelles, des mâts, des réverbères. Si loin que porte ma vue, ce n'est qu'une houle vivante, dans le soleil, sous le tricolore.
Je vais à pied. Ce n'est pas le jour de passer une revue où brillent les armes et sonnent les fanfares. Il s'agit, aujourd'hui, de rendre à lui même, par le spectacle de sa joie et l'évidence de sa liberté, un peuple qui fut, hier, écrasé par la défaite et dispersé par la servitude. Puisque chacun de ceux qui sont là a, dans son coeur, choisi Charles de Gaulle comme recours de sa peine et symbole de son espérance, il s'agit qu'il le voie, familier et fraternel, et qu'à cette vue resplendisse l'unité nationale. Il est vrai que des états majors se demandent si l'irruption d'engins blindés ennemis ou le passage d'une escadrille jetant des bombes ou mitraillant le sol ne vont pas décimer cette masse et y déchaîner la panique. Mais moi, ce soir, je crois à la fortune de la France.
Charles de Gaulle. Mémoires de guerre

Texte 7 : 

J'étudiais un jour seul ma leçon dans la chambre contiguë à la cuisine. La servante avait mis sécher à la plaque les peignes de Mlle Lambercier. Quand elle revint les prendre, il s'en trouva un dont tout un côté de dents était brisé. A qui s'en prendre de ce dégât ? personne autre que moi n'était entré dans la chambre. On m'interroge : je nie d'avoir touché au peigne. M. et Mlle Lambercier se réunissent, m'exhortent, me pressent, me menacent ; je persiste avec opiniâtreté ; mais la conviction était trop forte, elle l'emporta sur toutes mes protestations, quoique ce fût la première fois qu'on m'eût trouvé tant d'audace à mentir. La chose fut prise au sérieux ; elle méritait de l'être. La méchanceté, le mensonge l'obstination parurent également dignes de punition ; mais pour le coup ce ne fut pas par Mlle Lambercier qu'elle me fut infligée. On écrivit à mon oncle Bernard ; il vint. Mon pauvre cousin était chargé d'un autre délit, non moins grave : nous fûmes enveloppés dans la même exécution. Elle fut terrible (...)
Jean Jacques Rousseau, Les Confession
! Repérer les COD, COI
Voici plusieurs phrases extraites du chapitre 2 du Faucon déniché -. soulignez en vert les COD, en bleu les COI et en rouge les COS, après avoir encadré le verbe dont ils dépendent.
1.  Il se remit à lutter désespérément, à ruer, à mordre.
2.  Les soldats resserrèrent leurs gros doigts.
3.  Sa dernière protestation se perdit dans un sanglot.
4.  L'homme s'arracha un instant à ses projets de dressage.
5. Qu'on l'emmène !
6.  Il ne reverrait plus l'oiseau.
7.  [...] il recevait une grande bourrade qui le faisait buter sur les pierres du chemin.
8.  [..,] l'homme au faucon captif savourait sa victoire.
9. Au pied de la colline, Martin n'oublia pas sa peine mais il sortit de son indifférence. .
10.  Où le conduisait-on ? Quelle volée de bois vert il allait recevoir !
11.  Il imaginait déjà la scène.
12.  Pour calmer la colère du fauconnier et se montrer bon serf obéissant, le père lui administrerait une de ces correc­tions dont il avait le secret.
13.  Il sentit dans ses côtes la pointe d'une hallebarde qui lui indiquait le chemin.


+++[réponses]
1.  Il se remit @@bgcolor(#0066ff):à lutter désespérément, à ruer, à mordre.@@
2.  Les soldats resserrèrent @@bgcolor(#33cc00):leurs gros doigts.@@
3.  Sa dernière protestation @@bgcolor(#33cc00):se@@ perdit dans un sanglot.
4.  L'homme s'arracha un instant @@bgcolor(#0066ff):à ses projets de dressage.@@
5. Qu'on @@bgcolor(#33cc00):l'@@emmène !
6.  Il ne reverrait plus @@bgcolor(#33cc00):l'oiseau.@@
7.  [...] il recevait @@bgcolor(#33cc00):une grande bourrade qui le faisait buter sur les pierres du chemin.@@
8.  [..,] l'homme au faucon captif savourait @@bgcolor(#33cc00):sa victoire.@@
9. Au pied de la colline, Martin n'oublia pas @@bgcolor(#33cc00):sa peine@@ mais il sortit @@bgcolor(#0066ff):de son indifférence@@. .
10.  Où @@bgcolor(#33cc00):le@@ conduisait-on ? @@bgcolor(#33cc00):Quelle volée de bois vert @@il allait recevoir !
11.  Il imaginait déjà@@bgcolor(#33cc00): la scène.@@
12.  Pour calmer @@bgcolor(#33cc00):la colère du fauconnier@@ et se montrer bon serf obéissant, le père lui administrerait @@bgcolor(#33cc00):une de ces correc­tions dont il avait le secret.@@
13.  Il sentit dans ses côtes @@bgcolor(#33cc00):la pointe d'une hallebarde qui lui indiquait le chemin.
@@
===
http://www.myzope.org/zcoeur/LinOS/ARGUS/#Fran%C3%A7ais
<html>
<object height="650" width="100%" type="text/html"
data="http://www.myzope.org/zcoeur/LinOS/ARGUS/#Fran%C3%A7ais"></object>
</html> 
*''COLLINS, Wilkie,__ Qui a tué Zebedee ?__'', Ombres, 1995. (Petite bibliothèque Ombres)
Sur le point de mourir, un inspecteur de police se souvient de sa première enquête. Dans une pension de famille, une jeune femme est accusée d'avoir assassiné son mari à coups de couteau. L'inspecteur découvre rapidement que la meurtrière est en fait Priscilla Thurlby, la domestique, dont il est tombé amoureux. Malgré les preuves de sa culpabilité, il ne la fera pas pendre. Tel est le thème de la première nouvelle de ce recueil, qui en contient cinq, par l'auteur de __La Pierre de et La Femme en blanc__. Avec ces deux romans, Collins contribua, avec Poe et Chesterton (voir les enquêtes père Brown en "Détectives de tous les temps et de tous les pays"), à créer le genre policier au ~XIXe siécle. ''__Qui a tué Zebedee ?__'' est particulièrement remarquable, excellent et très moderne : le policier est impliqué personnellement, avec ses sentiments, dans l'enquête, et ceci dans une atmosphère très victorienne.
À noter que La Femme en blanc et La Pierre de Lune, longtemps introuvables en librairie vient d'être réédités chez Phébus, dans la collection "D'aujourd'hui/étranger" . Dans La Pierre de Lune apparaît le sergent Cuff, qui annonce Sherlock Holmes

*''DEXTER. Colin, __ Mort d'une garce__'',U.G.E 10/18, 1994. (Grands détectives) 
Cloué par un ulcère récalcitrant sur son lit d'hôpital, l'inspecteur Morse, fieffé amateur de whisky, remonte le  temps et se plonge dans le récit d'un meurtre qui eut lieu en 1859 sous le règne de Victoria : la belle Jeanne Franks fut-elle réellement violée et assassinée par les bateliers frustres et brutaux qui furent pendus pour ce crime ?
Fort bien mené et écrit avec humour, avec un policier pittoresque, cette histoire, où un détective résout une enquête vieille d'un siècle ou plus, fait songer au roman de Joséphine Tey, The Daughter of Time, malheureusement non traduit en français. Dans ce roman, un policier sur son lit d'hôpital revit un meurtre comme Moyen Age, lorsque le roi Richard ~III assassina ses deux neveux emprisonnés dans la Tour de Londres.
*''DIBDIN, Michael, __L'Ultime défi de Sherlock Holmes__'' Rivages, 1994. (Rivages/mystère) 
La dernière enquête de Sherlock Holmes quand, dans les ruelles sordides de Whitechapel, il se lança sur la piste de Jack l'Éventreur.
Racontée par Watson dans le style des authentiques Sherlock Holmes, cette aventure apocryphe du ce détective, autour d'une énigme qui n'est toujours pas résolue, se termine par un dénouement violent et iconoclaste. qui pourra perturber les inconditionnels de Sherlock Holmes. Elle plaira aux amateurs de mystère. victorien.
*''DOYLE. Sir Arthur Conan, __Archives sur Sherlock Holmes__'', L.G.F., 1992. (Le Livre de poche. Policier)
Un jeune soldat au visage spectral séquestré par son père à son retour d'Afrique, une mère vampire buvant le sang de son enfant, un professeur mourant dans des souffrances atroces sur une plage du Sussex, un fidèle qui se jette sur son maître sans raison apparente : des énigmes insolubles à souhait qui ont tout pour dérouter Sherlock Holmes ! Et le fidèle Watson, bien que marié désormais, est toujours là pour seconder son il! ami. Dans ce volume, le dernier de ses aventures, le grand détective songe à prendre sa retraite dans le confort d'une maison au bord de la mer pour y soigner tranquillement ses abeilles.
Mystère et humour assurés dans ces histoires très courtes : on a rarement fait mieux dans le genre. Indémodable.

Pour retrouver Sherlock Holmes : 
*''DOYLE, Sir Arthur Conan, __Étude en rouge, suivi de Le Signe des quatre__'', L.G.F., 1995. (Le Livre de poche. Policier)
Le tout début, en 1878, de l'association Holmes/Watson : leur installation au 221 B Baker Street, et leurs premières aventures, l'histoire de deux vengeances implacables. Excellent, comme tous les autres.

*''DOYLE, Sir Arthur Conan, __Quatre aventures de Sherlock Holmes__'' Librio, 1994.
Cette édition récente réunit quatre très courtes enquêtes du grand détective, idéales pour les lecteurs récalcitrants : Les Six napoléons; La Ligue des rouquins', L'Escarboucle bleue; Les Cinq pépins d'orange.
Citons pour mémoire, parmi d'autres :
Le Chien des Baskerville. - Pocket  La Vallée de la peur. - Livre de poche _  Souvenirs de Sherlock Holmes. - Livre de poche

*''HARDWICK, Michael, __La Vie privée de Sherlock Holmes__'', Librairie des ~Champs Élysées/Le Masque, 1992. (Les Maîtres du roman policier) 
Un manuscrit secret du docteur Watson raconte une enquête inconnue de Holmes, dévoilant pourquoi celui-ci est resté célibataire. Après avoir stoïquement résisté aux charmes d'une ballerine russe, le détective (sans cœur?) tombe amoureux d'une belle espionne allemande. Après la mort tragique de celle-ci, il ne l'oubliera jamais. Un excellent roman rempli de suspense et d'humour, bien écrit, où Sherlock Holmes s'humanise et devient ainsi plus attachant.

! Les détectives du surnaturel
Ils utilisent les méthodes de Sherlock Holmes et leurs petites cellules grises, mais contre des ennemis bien particuliers : les fantômes, revenants et autres ectoplasmes.

*''BLACKWOOD, Algernon, __John Silence__'', Rivages, 1993. (Rivages/mystère)
Contient trois nouvelles : La Nemesis du feu; Une invasion psychique; Culte secret. John Silence enquête avec les méthodes de Sherlock Holmes mais ses adversaires sont pour le moins sin­guliers : il se bat en effet contre les forces du Mal et les puissances occultes. Dans ces trois nouvelles, il affronte avec succès une malédiction venue de l'Egypte antique et des moines sataniques. Une ambiance remplie de mystère rétro, par un maître de l'art.

*''HODGSON,W.H., __Carnacki et les fantômes__'',  10/18, 1995. (Grands détectives)
Carnacki possède le talent de Sherlock Holmes mais son champ d'investigation est bien spécial : les mai­sons hantées, perturbées par des phénomènes inexplicables. Son arme : le pentacle magique, qu'il utilise pour se protéger contre des esprits souvent malfaisants ou agressifs.
Des enquêtes passionnantes, parfois un peu effrayantes, par un grand spécialiste anglais de la littérature d'épouvanté du ~XIXesiècle.

*''RAY, Jean, __La Guillotine ensorcelée : deux aventures inédites de Harry Dickson__'' Éd. C. Lefrancq, 1993. (Attitudes)
Deux nouvelles aventures où Harry Dickson, le détective de l'étrange et du surnaturel, devra enquêter dans le milieu carcéral : la disparition d'un guillotiné et la soi-disant hantise d'un bagne. Jean Ray s'en donne à cœur joie dans ces histoires mêlant fantastique et morbide, qui plairont à tous les amateurs.
Du même auteur :
''__Harry Dickson. Le Châtiment des Foyle ; Les Vengeurs du diable 
Hany Dickson. Les Étoiles de la mort ; Le Studio rouge__'' Librio, 1994 et 1995
Quelques courtes enquêtes d'Harry Dickson, remplies de péripéties et de rebondissements rocambo-lesques. Une excellente lecture de divertissement. Signalons aussi que les enquêtes d'Harry Dickson ont inspiré à Savard sa série de bande dessinée : Les Aventures de Dick Hérisson (Dargaud).

Toutes les aventures rocambolesques du cambrioleur le plus célèbre de la littérature sont disponibles en Livre de poche ou chez Laffont(Bouquins). Quelques titres parmi d'autres :
**''__L'Aiguille creuse__''. - Le Livre de poche
**''__Les Confidences d'Arsène Lupin__'' - Le Livre de poche
Arsène Lupin contre Herlock Sholmes. - Le Livre de poche
*''LECAYE, Alexis, __Les Carnets secrets d'Hippolyte Vernet__'', Librairie des ~Champs Élysées/Le Masque, 1994. (Les Maîtres du roman policier) 
Paris, 1er mai 1898 : un inconnu franchit le seuil de l'Agence Hippolyte Vernet (discrétion assurée) et demande à Hippolyte de retrouver un jeune dandy aux mœurs apparemment douteuses. Cependant, le lendemain, il se fait ouvrir la gorge dans une ruelle mal famée. Commence pour Hippolyte une enquête mouvementé le mènera des bals des faubourgs aux tombeaux du Père Lachaise, en passant par la rue du Dragon.
Dans le style des feuilletons à la Eugène Sue, une enquête aux nombreux rebondissements, alertement menée par un héros intrépide et débrouillard qui sait toujours se tirer d'affaire, dans un Paris pittoresque rendu gouaille et talent. Pour bons lecteurs (certains passages sont en argot du ~XIXeme siècle).

*''LEROUX, Gaston, __Le Parfum de la dame en noir__ et __Le Mystère de la chambre jaune__'', G.F., 1989. (Le Livre de poche. Policier)
Deux enquêtes riches en péripéties extraordinaires où la débrouillardise de Rouletabille, jeune journaliste perspicace et fouineur, fait merveille. Des romans policiers dont le succès ne s'est jamais démenti depuis l'entre-deux-guerres. L'intégrale des enquêtes de Rouletabille, Les Exploits de Rouletabille, est publiée aux éditions Laffont, dans la collection Bouquins.
Du même auteur, d'autres histoires où les amateurs de romans rétro trouveront leur bonheur
''__Le Fantôme de l'opéra __ et __Le Fauteuil hanté__'' Tous deux publiés au Livre de poche.

*''MORTON, Anthony, __Le Baron. Tome 1__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Intégrales du Masque) 
Cousin anglais d'Arsène Lupin, John Mannering, dit Le Baron, exerce ses talents de gentleman-cambrioleur avec panache, chic et désinvolture.
Beaucoup d'humour et de suspense dans cette anthologie, réédition bienvenue, qui comprend sept aventures du Baron : Le Baron les croque, Le Baron et le receleur, Le Baron est bon prince, Noces pour le Baron, Le Baron se dévoue, Le Baron et le poignard, Le Baron et le clochard.

*''ROHMER, Sax, __Fu Manchu. Tome 1__'' Librairie des ~Champs Élysées/Le Masque, 1996. (Les Intégrales du Masque)
À Limehouse, le sinistre quartier londonien du début du siècle, l'ignoble Fu Manchu utilise des  stratagèmes diaboliques et animaux redoutables pour parvenir à ses fins. À mi-chemin entre roman policier et aventures fantastiques, des histoires prenantes, riches en suspense.
Les méfaits de Fu Manchu étaient indisponibles en librairie depuis des années. Cette réédition, qui fera le plaisir des amateurs, contient : __Le Docteur Fu Manchu ; Le Diabolique Fu Manchu ; Le Masque du Fu Manchu ; La Fille de Fu Manchu ; Le Prophète au masque d'or.__

*''SAYERS, Dorothy L., __Lord Peter et le Bellona Club__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1983. (Les Maîtres du roman policier)
Un vieux militaire meurt à son club. Quoi de plus normal, puisqu'il avait 90 ans passés? Lord Peter mène l'enquête avec flegme et efficacité. Distrayant et facile à lire.
Les éditons du Masque ont édité récemment une anthologie des aventures de Lord Peter :
**__Lord Peter 1. 1923-1931__, Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1995. (Les Intégrales du Masque)
Lecture de détente de qualité, ce volume contient, outre une reprise de Lord Peter et le Bellona Club, cinq autres enquêtes de ce détective hors du commun : __Lord Peter et l'inconnu, Trop de témoins pour Lord Peter, Arrêt du cœur, Lord Peter détective, Lord Peter devant le cadavre.__

*''SOUVESTRE Pierre, ALLAIN Marcel, __Fantomas__'', Laffont, 1987, 1988, 1989. (Bouquins)
**T.1 : Le Train perdu - Les Amours d'un prince - Le Bouquet tragique - Le Jockey masqué.
**T.2 : Le Cercueil vide - Le Faiseur de reines - Le Cadavre géant - Le Voleur d'or.
**T.3 : La Série rouge - L'Hôtel du crime - La Cravate de chanvre - La Fin de Fantomas + dictionnaire recensant tous les personnages de Fantomas.
Les crimes de Fantomas, mystérieux, invisible et insaisissable, parus d'abord en feuilleton juste avant la Première Guerre mondiale, passionnèrent le public de l'époque au point de devenir un mythe.

*''VANCE. ~Louis-Joseph, __Le Loup solitaire__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Introuvables du Masque)
Au début du siècle à Paris, un orphelin maltraité par ses parents adoptifs, tenanciers d'un hôtel, devient le protégé d'un cambrioleur irlandais. L'élève dépasse vite le maître et Michaël Laynard devient le loup solitaire, gentleman-cambrioleur. Mais ses ennemis jaloux le guettent, ainsi que l'amour. Des aventures romanesques dans la grande tradition du feuilleton populaire, qui se lisent avec plaisir.

*''WALLACE, Edgar, __Les Quatre justiciers__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Introuvables du Masque)
Un groupe de justiciers menace un ministre anglais. L'inspecteur Falmouth est chargé de les démasquer. Les romans d'Edgar Wallace, écrivain anglais de la fin du ~XIXe - début ~XXe siècle, étaient introuvables depuis longtemps en librairie. Le Masque a entrepris judicieusement leur réédition et on retrouve avec infiniment de plaisir ces aventures rocambolesques d'une autre époque.

Pour les amateurs, un gros pavé :
__Edgar Wallace 1__, Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1994. (Les Intégrales du Masque) 
Cette anthologie réunit sept romans : __L'Ile d'Eve, Le Mystère du train d'or, Le Cercle rouge, Dan le sosie, Le Vengeur, La Marque de la grenouille, Le Mystificateur.__

*''Margery Allingham, __La Nuit du tigre__'', L'Age d'homme, 1995.
À Londres, à la fin des années 40, le parcours tragique d'un délinquant, traumatisé par la guerre, devenu un criminel.

*''BAXT, George, __Le Meurtre d'Alfred Hitchcock__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1991. (Les Maîtres du roman policier)
Pendant le tournage du premier film d'Alfred Hitchcock, en 1925, la script est poignardée dans sa baignoire de vingt-neuf coups de couteau. C'est Hitchcock lui-même qui mène l'enquête. Un hommage drolatique au maître du suspense : des histoires qui s'entrecoupent, des faux noms, des meurtres à la chaîne, une intrigue à rebondissements, un style drôle et familier; un bon moment de lecture bourré d'allusions, de références à la vie d'Hitchcock et à ses films. Plaira aux cinéphiles et aux autres.

D'autres titres du même auteur, qui excelle à pasticher dans ses romans policiers le monde du cinéma ou de la littérature :
**''__Crime et sentiment __''(Le Masque)
**''__Du sang dans les années folles__'' (J'ai lu. Polar)

*''BERKELEY, Anthony, __Le Meurtre de Piccadilly__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Maîtres du roman policier)
Monsieur Chitterwick apprécie beaucoup l'atmosphère douillette et très british du Piccadilly Palace, où il peut siroter tranquillement son petit verre de bénédictine. Mais lorsque la vieille Miss Sinclair se fait empoisonner pratiquement sous ses yeux par son neveu, monsieur Chitterwick se fâche. Le vieux garçon terrorisé par sa vieille tante se transforme alors en un limier hors pair, qui dame le pion à Scotland Yard. Teintée d'humour, avec un détective pittoresque et original, une enquête de l'âge d'or des énigmes en chambre close. Drôle et divertissant. Un bon polar classique pour tous.
Du même auteur dans la même collection : ''__Le Gibet imprévu__''
*''CHRISTIE, Agatha''
**''__Le Meurtre de Roger Ackroyd__'' Éditions du Masque, 1996.
King's Abbot est, à première vue, un petit village anglais bien paisible. Mais il s'y passe quand même des choses étranges : la belle Mrs Ferrars, soupçonnée d'avoir assassiné son mari, vient de se suicider au véronal. Quelques jours plus tard, c'est au tour de son prétendant, le digne Roger Ackroyd, d'être poignardé dans sa bibliothèque. Caroline, la sœur du docteur Sheppard, est ravie : voilà enfin des potins à se mettre sous la dent. Et puis, il y a aussi ce nouveau voisin, si bien élevé et si poli, Monsieur Porrot. Ou ne serait-ce pas plutôt Poirot?
Écrit en 1926, bénéficiant ici d'une traduction nouvelle, d'un grand format et d'une typographie idéale pour les yeux fatigués, ce roman d'Agatha Christie, l'un des premiers mais aussi sans doute l'un des meilleurs, réunit une intrigue palpitante au dénouement inattendu, beaucoup d'humour et aussi des descriptions ironiques qui font songer à Barbara Pym. Excellent.
Le grand acteur Peter Ustinov a campé plusieurs fois à l'écran un Hercule Poirot rondelet et rusé, perspicace et madré ; des films fidèles à l'œuvre qui les a inspirés (les romans sont disponibles au Masque ou en Livre de poche):
Le Crime de l'~Orient-Express/Murder on the Orient Express de Sidney Lumet USA, couleur, 1974
(Le modèle parfait de la chambre close, servi ici par des interprètes hors pair.)
Mort sur le Nil/Death on the Nile de John Guillermin, USA, couleur, 1978
Le scénario colle à la trame du roman, avec en plus, les magnifiques sites d'Egypte filmés avec art, alors qu'ils ne sont pratiquement pas décrits dans le livre. Ce dernier semblera bien décevant si on le lit après avoir vu le film.

!Les autres spécialistes de la chambre close
!!Dans la foulée d'Agatha Christie
*''John Dickson CARR'' :
Des intrigues apparemment insolubles, très savamment agencées, fréquemment teintées de fantastique. Deux détectives reviennent souvent dans ses nombreux romans, tous publiés au Masque: le docteur Fell et Sir Henry Merrivale.
**''__Le Huit d'épées__''
**''__La Maison de la peste__''
**''__Arsenic et boutons de manchette__''

*''Paul HALTER'' : Ce jeune auteur français suit les traces de son illustre prédécesseur J.D. Carr, en composant avec brio des énigmes astucieuses, à l'atmosphère souvent inquiétante.
Ses héros fétiches sont le docteur Twist et l'inspecteur Hurst.
''__Le Diable de Dartmoor__, __La Septième hvpothèse__, __À 139 pas de la mort__''
Paul Halter est publié au Masque.
À signaler l'un de ses derniers titres, où n'interviennent pas le docteur Twist et l'inspecteur Hurst :
''__Le Cercle invisible__'' Librairie des ~Champs Élysées/Le Masque, 1996. (Les Maîtres du roman policier)
L'inquiétant Gerry Pearson, fasciné par le mythe des Chevaliers de la Table ronde, réunit sept ou huit invités dans son château de Cornouailles, sur un îlot battu par les flots et isolé du monde en cas de tempête. À ses hôtes sidérés, il annonce son assassinat, mis en scène comme celui du roi Arthur. Et de fait, le cri se produit. Mais le criminel semble toujours rôder, à l'affût d'autres victimes... Une enquête, dans une ambiance oppressante où chaque personnage semble porter un masque. Un roman qui se lit avec intérêt jusqu'à la dernière page.

*''Phyllis Dorothy JAMES '': 
Cette Anglaise se situe dans la lignée d'Agatha Christie pour sa façon de nouer les intrigues en milieu fermé. Mais elle étoffe ses romans d'une peinture sociale beaucoup plus dense

* Avec ''P.D. James'', le roman policier devient roman de mœurs. Son personnage fétiche est l'inspecteur Dalgliesh.
''__Par action et par omission__, __Meurtres en blouse blanche__, __La Meurtrière __,'' etc.
Les œuvres de P.D. James sont publiées au Livre de poche.

*''FREEMAN, Austin, __Les Jeux sont faits__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Introuvables du Masque)
En rentrant chez lui après une journée de travail, Robert Mortimer, paisible employé de banque londonien tombe sur un cadavre encore chaud. L'homme vient d'être assassiné par une piqûre de cyanure. Quittant la scène du crime, il fait la connaissance de John Gillum, joueur invétéré, lequel ne tarde pas à être assassiné à son tour. Le docteur Thorndyke et son collaborateur Jervis vont résoudre cette énigme compliquée. Dans la plus pure tradition anglaise de l'entre-deùx-guerres, un roman policier au dénouement astucieux: faisant appel à la logique plus qu'à la sensibilité du lecteur. Un modèle du genre.
Du même auteur, dans la même collection: ''__La Femme du cocaïnomane __''

*''GRIMES, Martha, __Les Cloches de Whitechapel__'' Presses de la cité, 1993.
Sadie Dive, une jeune coiffeuse, se fait trancher la gorge sur les bords de la Tamise, au cœur de Whitechapel. Au même moment, dans un petit village paisible de l'Angleterre rurale, l'antiquaire Marshall True découvre avec horreur un cadavre dans le ravissant secrétaire XVIIIe qu'il vient d'acheter à Summerstone. Le mort s'appelait Simon Lean et vivait aux crochets de sa femme. Aucun rapport entre deux meurtres? Voire... Sadie était la maîtresse de Lean et le parfait sosie de son épouse. Le commissaire Jury écourte ses vacances pour se consacrer à l'enquête. Un roman policier divertissant, à l'intrigue classique, à l'humour souvent «&nbsp;wodehousien&nbsp;» aux personnages farfelus très britanniques. À noter l'intéressante description de Whitechapel de nos jours
Du même auteur :''__Le Vilain petit canard__''. - Pocket, 1992. (Noir)  et ''__L'Énigme de Rackmoor__''. - Pocket, 1994. (Noir)

*''HILL, Reginald, __Le Partage des os__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1992. (Les Maîtres du roman policier)
Le surintendant Dalziel, amateur de whiskies bien tassés, a-t-il eu une hallucination? Depuis sa fenêtre, il a vu un homme abattre une femme, nue par-dessus le marché, à bout portant. Or l'assassin présumé et même le témoin (l'amant) sont d'accord pour dire que c'est un suicide. Alors?
Aidé de ses deux acolytes, le sergent Wiel et l'inspecteur Pascoe, Dalziel dit le Gros Dédé, va-t-il réussir à débrouiller l'énigme? Une intrigue bien menée, des policiers pittoresques et sympathiques, du suspens, une bonne dose d'humour et aussi une étude de mœurs assez approfondie.
Un excellent polar très contemporain, au schéma classique mais aux personnages forts et originaux.
Du même auteur, dans la même collection: ''__Un amour d'enfant__, __Des douceurs assassines__''

*''HULL, Richard, __Le Meurtre de ma tante__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Maîtres du roman policier)
Edward déteste le pays de Galles, ses montagnes, ses nuages, ses routes remplies de nids de poule, ses villes aux noms imprononçables, et particulièrement celui où il vit en compagnie de sa tante. Et encore, s'il n'y avait que ça ! Mais la tante Mildred, particulièrement exécrable, semble inventer pour le plaisir brimades et humilations à l'attention du malheureux Edward. Dans le cerveau du jeune homme, un plan s'échafaude. La vieille est coriace, et Edward pas bien malin.
Publié pour la première fois dans les années 30, écrit sous la forme du journal intime d'Edward, un policier original au dénouement inattendu et à l'humour bien anglais. Pauvre Edward, au fond !

*''LIVINGSTONE, J.B., __Les Disparus du Loch Ness__'', Éd. Gérard de Villiers, 1993. (Les Dossiers de Scotland Yard)
Après plusieurs dizaines d'années de discrétion, le monstre du Loch Ness défraie à nouveau la chronique: des noyés affreusement mutilés par d'énormes griffes sont retrouvés flottant à la dérive sur le célèbre loch. La presse s'empare de l'affaire et Scotland Yard affolé par le scandale dépêche sur les lieux le surintendant Marlow et surtout le perspicace Higgins. Dans un cadre propice au suspense et au mystère, Higgins mène l'enquête tambour battant, se prenant à l'occasion de sympathie pour Nessie, décidément toujours invisible.
Un bon polar classique à l'anglaise, bien mené, riche en notations pittoresques, facile et distrayant à fois.
Dans la même collection, on peut retrouver de nombreuses enquêtes de l'inspecteur Higgins
__La Jeune fille et la mort__, __La Malédiction du Templier__,  __Qui a tué sir Charles__, etc.

*''Ngaio Marsh, __La mort en habit noir__''
Un mystérieux inconnu en habit de soirée a étouffé lord Robert Gospell, dit Doudou, dans un taxi, à la sortie du bal des débutantes de la jet-society londonienne. Or Doudou était sur la piste d'un maître chanteur qui choisissait ses victimes parmi les ladies les plus huppées. Lord Alleyn, un transfuge de la Chambre des lords à Scotland Yard, est chargé de l'enquête et mettra toute son énergie à démasquer l'assassin de son meilleur ami. Une énigme classique, très parfaitement britannique. Après le meurtre de Doudou, personnage excentrique, grassouillet et attendrissant, les interrogatoires des différents suspects s'enchaînent jusqu'à la révélation finale. Un duo d'inspecteurs sympathiques, Alleyn et son fidèle collègue, mais une intrigue un peu lente à se dénouer peut-être.
Du même auteur, dans la même collection: ''__La Clinique du crime__, __Vous êtes priés d'assister au meurtre__, __Au jeu de la mort __'', etc.

''PETERS, Ellis, __Une mort joyeuse__'', U.G.E 10/18,1994. (Grands détectives)
Une enseigne de pub de grande valeur, "The Joyful Woman", est-elle à l'origine de l'assassinat d'Alfred Arminger, le propriétaire richissime d'une chaîne de bars? Ou faut-il chercher au crime un autre mobile, plus secret? À l'instar de son père, inspecteur au Criminal Investigation Department, Dominic Felse, 15 ans, mène son enquête parallèle. Une occasion pour le jeune garçon de devenir un homme et de se faire des souvenirs. Avec un héros malin et déluré, un suspense habilement mené qui tient en haleine jusqu'au bout le lecteur démêlant les nœuds de l'énigme seulement dans les dernières pages. Rappelons qu'Ellis Peters est par ailleurs l'auteur des célèbres enquêtes de Frère Cadfael.
Une autre enquête de l'inspecteur Felse dans la même collection :''__La Colline secrète__''

*''RAWSON, Clayton, __Les Pieds au plafond__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1992. (Les Maîtres du roman policier)
Etre l'ami du grand magicien Merlini n'est pas une vie de tout repos; Ross Harte en fait l'expérience à ses dépens lorsque Merlini décide de louer une maison prétendument hantée, située sur une île de Manhattan. En visitant la maison, Merlini et Ross tombent, en fait de fantôme, sur un cadavre déjà rigide : celui de Linda Skelton, la propriétaire de l'île. Trafiquants d'épaves, gangsters en rupture de ban, médecins véreux, tous se dissimulant sous l'allure de personnes respectables : une belle brochette de suspects pour ce meurtre en chambre close, très américain (et non anglais : une curiosité!), typique de la littérature policière d'avant-guerre.

*''RENDELL. Ruth, __Véra va mourir__'', U.G.E 10/18, 1993. (Grands détectives)
Trente ans après le drame, une femme se rappelle ses années d'enfance et de guerre passées auprès de sa tante Véra, pendue pour meurtre. Pour quel crime? Dans quelles circonstances? Ruth Rendell ne dévoile son jeu au lecteur que graduellement, presque imperceptiblement, au fil d'un thriller psychologique étonnant, foisonnant et passionnant. Pris au piège de la narration, à la fois témoin impuissant et juge, le lecteur sent la tension monter, devenir insoutenable jusqu'à la tragédie finale inévitable. Un chef d'œuvre où le passé est reconstitué presque jour par jour, instant par instant. Superbe.

*''RENDELL, Ruth, __Les Corbeaux entre eux__'', L.G.F., 1993. (Le Uvre de poche. Policier)
Lorsque Rod Williams disparaît un beau jour sans laisser d'adresse, l'inspecteur Wexford n'a aucune peine à établir que ce cadre commercial apparemment sans histoire était bigame et menait une double vie. Les choses se compliquent quand on retrouve le cadavre de Williams au fond d'un étang et qu'un grand nombre de jeunes filles des environs, appartenant à une secte féministe, semblent avoir déclaré la guerre à tous les hommes. Une intrigue assez facile et finalement assez malsaine autour d'un sujet tabou : l'inceste. Loin d'être l'un des meilleurs Rendell, mais aisé à lire.

Un autre roman de ''S.A. Steeman'' est devenu un véritable chef-d'œuvre du cinéma :
''__L'Assassin habite au 21__'' de ~Henri-Georges Clouzot France, NB, 1942 avec Pierre Fresnay, Suzy Delair, Pierre Larquey, Jean Tissier
Un film immortel, qui prend ses distances par rapport au roman honorable qui l'inspira; le scénariste a transposé l'énigme londonienne dans le Paris de 1942, avec tous les implicites de l'Occupation en filigrane : délation, méfiance générale, doubles visages et doubles langages. La remarquable distribution donne aux personnages de Steeman, assez conventionnels dans le livre, une présence exceptionnelle, un Pierre Fresnay non dénué d'humour dans le personnage du commissaire Wens, et aussi l'inquiétant trio Larquey/Tissier/Roquevert. Un film qui fait oublier le roman, disponible au Masque ou au Livre de poche.

*''VERY, Pierre, __L'Assassinat du père Noël__'' in Pierre Véry. Tome 2, Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Intégrales du Masque).
Comme tous les ans dans ce petit village de Savoie, le père Cornusse se déguise en père Noël, tandis que la crèche de l'église expose son trésor : l'anneau de Saint Nicolas, un bijou d'une valeur fabuleuse. Or, cette année-là, le diamant est volé et on retrouve un corps sans vie, vêtu de la houppelande du père Noël. Qui a assassiné le père Noël ? Entre réalisme et contes de fées, un roman policier à l'atmosphère magique, pour tout public.
Le film, chef-d'œuvre de poésie : ''__L'Assassinat du père Noël__'' de Christian Jaque, France, NB, 1941 avec Harry Baur, Renée Faure, Fernand Ledoux

*''BRAUN, Lilian Jackson, __Le Chat qui parlait aux fantôme __'', U.G.E 10/18,1993. (Grands détectives)
La ferme Goodwinter, vestige du temps héroïque des pionniers, a été transformée en musée. Et personne ne prend au sérieux la conservatrice, Iris Cobb, lorsqu'elle affirme entendre des coups dans les murs, des cris étouffés. Mais voilà qu'elle est retrouvée morte, apparemment de peur. La ferme serait-elle hantée par le fantôme du vieux Goodwinter, lynché par une nuit sans lune? Qwill, journaliste détective amateur, s'installe dans la ferme pour en avoir le cœur net. Dès la première nuit, ses deux chats Ko Ko et Yom Yom ont un comportement étrange.
Humour, suspense, mystère, étude psychologique, rien ne manque pour rendre palpitante cette nouvelle enquête de Qwill et de ses siamois, avec en toile de fond, l'Amérique profonde. Une des meilleures de la série. À ne pas manquer.

*''BRAUN, Lilian Jackson,__ Le Chat qui n'était pas là__''U.G.E 10/18, 1994. (Grands détectives).
Qwill se prépare à prendre l'avion à Chicago, laissant ses chats à la garde de son amie Mildred. Direction l'Ecosse, pour un voyage organisé à travers la patrie de Robert Burns et de Walter Scott. Un voyage qui s'annonce en principe de tout repos dans ce pays où, selon certains membres du groupe, "on ne voit quedes moutons". Mais les tarots de Mildred n'ont-ils pas prédit à Qwill, juste avant son départ, un voyage mouvementé et inattendu? Et même après son retour aux USA, l'Ecosse ne lâchera pas Qwill de sitôt. Vol et meurtre au pays des fantômes et des tartans, voilà de quoi séduire ce détective hors pair qu'est Ko Ko. Ko Ko qui se fâchera pour de bon quand sa compagne Yom Yom se fait enlever. Un zeste d'humour, beaucoup d'originalité et de suspense avec des dialogues qui font mouche et des chats toujours aussi irrésistibles.

L'électricité du poil de Ko Ko et Yom Yom semble attirer les mystères policiers comme le paratonnerre attire la foudre. Une bonne quinzaine d'enquêtes résolues par le trio insolite sont disponibles dans la collection Grands détectives, parmi lesquelles :
''__Le Chat qui déplaçait des montagnes__''
Vacances mouvementées pour Qwill et ses deux chats qui croyaient pourtant bien trouver la tranquillité dans les Potato Mountains, un pays reculé dont les habitants ne sont pas de tout repos!
Et encore : ''__Le Chat qui sniffait de la colle, Le Chat qui voyait rouge, Le Chat qui allait au placard__'', etc.

L'auteur de romans policiers Sneaky Pie Brown sort de l'ordinaire : c'est un superbe matou tigré bien fourré qui souffle à sa maîtresse des idées pour ses intrigues; il ne se prive pas au passage d'égratigner ces drôles de bipèdes que l'on appelle des humains :
*''BROWN, Rita Mae et BROWN, Sneaky Pie, __Morceaux choisis, À vos souhaits__,'' Librairie des ~Champs Élysées/Le Masque, 1994 et 1995. (Les Reines du crime)

Deux enquêtes savoureuses de Mrs Murphy et de son chat Tucker.
*''CRUZ SMITH, Martin, __Red Square__'', Albin Michel, 1994.
Le commissaire Arkadi Renko (le héros de Gorky Park et de L'Étoile polaire) affronte cette fois les mafieux tchétchènes et géorgiens qui régnent en maîtres incontestés sur le marché noir à Moscou. Le portrait sans concession d'une ex-URSS en pleine décomposition, avec des personnages denses et justes psychologiquement, une intrigue soutenue et solide, le tout dans une atmosphère de roman noir.Du même auteur, sont parus au Livre de poche :
__Gorky Park__et __L'Étoile polaire__ 

*''EDOGAWA, Rampo, __Le Lézard noir__'', Éd. Philippe Picquier, 1993.
Meurtres en série, enlèvement et cambriolages dans le Tokyo des années 30 : tout semble tourner autour d'un mystérieux Ange Noir, une danseuse diabolique qui se produit dans les cabarets avec un lézard noir sur l'épaule L'inspecteur Kogoro Akechi affronte cette femme démoniaque.Beaucoup de rebondissements romanesques et rocambolesques dans le style des romans policiers de 1'entre-deux-guerres : une femme fatale marchant sur un tapis de cadavres, que demander de plus ?Une lecture distrayante et exotique. Du même auteur : __La Proie et l'ombre__ et __  La Chambre rouge__

*''PAIR, A.A., __Une sacrée sarbacane__'', Librairie des ~Champs-Elysées/Le Masque, 1993. (Les Maîtres du roman policier)
Énigme apparemment insoluble pour la grosse Bertha et son associé Donald : Dean Crockett, milliardaire connu, a été assassiné. Jusque là, rien de bien surprenant. Mais l'arme du crime est une fléchette de sarbacane et ceci dans une pièce complètement close. De l'humour et des gags dans ce polar mené tambour battant par des détectives sortant de l'ordinaire. Une aventure pleine de détente, agréable et facile. Du même auteur, dans la même collection: ''__Qui rira le dernier? __ et __Les Accidents arrivent __'', etc.

*''GILL, Anton, __La Cité de l'horizon__'', U.G.E 10/18, 1995. (Grands détectives)
À la mort d'Akhénaton, tandis que le jeune Toutankhamon vient de monter sur le trône d'Egypte, le sage  Huy, tombé en disgrâce, n'a plus le droit d'exercer son métier. Isolé et rejeté de tous, il végète misérable dans la cité d'Akhénaton, qui se dépeuple un peu plus chaque jour. Jusqu'au moment où l'un de ses anciens amis, le riche et ambitieux Amotjou, rencontré par hasard sur le port, lui propose de rentrer à Thèbes avec lui et d'enquêter sur les menaces dont il est l'objet. Dans une Egypte troublée et cruelle, bien différente de son habituelle image immobile et sereine, une en palpitante qui entraîne Huy dans les profondeurs inquiétantes des tombeaux abandonnés de la Vallée des Saisissante également la description de la cité d'Akhénaton, devenue ville-fantôme après dix ans d'existence. Un roman policier qui sort de l'ordinaire. Dans la même série : __La Cité des rêves__

Mais attention : quelques scènes plus qu'érotiques font réserver la lecture de ce roman aux adultes. 

*''KAMINSKY, Stuart M., __Qui a peur du grand méchant ours ?__'' Librairie des ~Champs-Elysées, Le Masque, 1993. (Les Maîtres du roman policier)
À Moscou, à l'époque (maintenant révolue) gorbatchevienne : l'inspecteur Rostnikov, intrigué par l'irruption d'un homme nu et terrorisé dans la chambre d'hôpital de sa femme, enquête sur ce mystérieux inconnu; pendant ce temps, son adjoint Sacha recherche un bus et son chauffeur enlevés par des indépendantistes turkmènes. Tandis que son autre adjoint, Karpo dit "Le Vampire" surveille de près un apparatchik menacé de mort. Dans le style des Chroniques du 87e district d'Ed McBain, les intrigues policières parallèles sont bien menées et se lisent avec beaucoup de plaisir. Les personnages principaux sont sympathiques et d'une grande justesse psychologique. Et surtout, l'auteur dresse un tableau très animé de la vie quotidienne dans l'ex-URSS.

*''NISHIMURA, Kyotaro, __Les Dunes de Tottori__'', Seuil, 1994. (Points roman. Policiers)
Pour remonter ses finances en déficit, la Compagnie Nationale des Chemins de Fer du Japon a décidé d ter un «&nbsp;train du mystère&nbsp;», à la destination tenue secrète afin d'exciter la curiosité du public. Et voilà quand les bandits kidnappent le fameux train avec ses quatre cents passagers, pour une rançon d'un milliard de yens, les inspecteurs Honda et Totsugara sont chargés de l'affaire qui se complique encore : l'homme retrouvé étranglé au bord d'une rivière, assassiné juste avant le départ du train, appartenait-il à la compagnie ferroviaire? Du suspense et de la déduction dans cette enquête palpitante, bâtie sur les horaires de chemin de fer.

*''NISHIMURA, Kyotaro, __Les Grands détectives n'ont pas froid aux yeux__'',  Éd. Philippe Picquier, 1993.
Un richissime Japonais invite à Tokyo toute une brochette d'illustres détectives : Maigret, Poirot et Queen, ainsi qu'un détective japonais. Le but de l'opération : simuler un vol et voir à l'œuvre tous ces cerveaux. Pour bien apprécier ce pastiche exotique et réussi, il faut avoir lu les œuvres d'Agatha de Simenon et Ellery Queen.: Du même auteur: __Petits crimes japonais__.

!Quand les religieux mènent l'enquête
!!Frère Cadfael, par Ellis PETERS
Frère Cadfael, ancien Croisé du Xlle siècle, s'est découvert une vocation tardive.
Ses fonctions d'herboriste à l'abbaye ~Saint-Pierre-et-Paul, à Shrewsbury, aux limites du Pays de Galles ne l'empêchent pas de se transformer en fin limier quand il le faut.

''__Un bénédictin pas ordinaire__'', U.G.E 10/18, 1994. (Grands détectives)
Bien avant de porter la robe de bure, Frère Cadfael montrait déjà des dispositions pour les enquêtes policières. Ces trois courtes nouvelles nous dévoilent une partie de la jeunesse de Cadfael, à l'époque était encore l'homme d'armes d'un baron anglais. Il démasque les ravisseurs du prieur de l'abbay Shrewsbury, fait toute la lumière sur un vol de chandeliers, tend un piège à l'agresseur de maître Will. Des enquêtes très simples dans un cadre médiéval pittoresque, avec un détective savoureux : une lecture sans aucune difficulté, délassante et distrayante.

''__Les Ailes du corbeau__'', U.G.E 10/18, 1991. (Grands détectives)
Le nouveau curé de la paroisse Sainte Croix, le père Ailnoth, inquiétant, sévère, totalement dépourvu de charité et d'humanité, est retrouvé noyé dans l'étang près du moulin le jour de Noël. De nombreux paroissiens avaient une raison de ne pas l'aimer, mais de là à aller jusqu'au meurtre... La plus grande partie du livre est consacrée à l'enquête dont la fin ne manque pas de surprendre le lecteur. Un livre bien mené où on désire toujours aller plus loin.
Les couvertures de cette série, illustrées d'enluminures médiévales, ne laissent pas soupçonner la qualité des nombreuses aventures de Frère Cadfael : __Trafic de reliques__, __Le Lépreux de Saint Gilles__, __L'Hérétique et son commis__, etc.

* ''DUMAS, Alexandre,__Les Trois Mousquetaires__'',Pocket, 1993. (Lire et voir les classiques) 
__Le Chevalier de Maison Rouge__, Complexe, 1989. (Les Romans terribles) 
__La Reine Margot__, L.G.F., 1994. (Le Livre de poche. Classique) 

*''GAUTIER, Théophile,__Le Capitaine Fracasse__'', Pocket, 1991. (Lire et voir les classiques) 

*''ROSTAND, Edmond, __Cyrano de Bergerac__'', Pocket, 1989. (Lire et voir les classiques) 

*''SCOTT, Walter, __Ivanhoe. Tomes 1 et 2__'', Gallimard, 1983. (Folio junior) 31 F chaque volume
Ce grand classique du roman de chevalerie a fait l'objet d'une +++[adaptation cinématographique]] remplie de
mouvement et de rebondissements (à noter une excellente reconstitution de l'attaque d'un château-fort) :
''Ivanhoe''
de Richard Thorpe
USA, couleur, 1952
avec Robert Taylor, Elisabeth Taylor, Joan Fontaine===

*''SCOTT, Walter, __Quentin Dumard__'', L'École des loisirs, 1979. (Classiques abrégés) 

*''CENDRARS'', __?????????__
Au tout début du siècle, un bourlingueur qui a fait tous les métiers débarque en Guyane et s'associe avec d'an­ciens bagnards dans le commerce de l'or. Devenu riche, il défendra la cause des Noirs et des Indiens contre les créoles. Une vie aventureuse, une histoire authentique riche en action.
Du même auteur :
''__L'Or__'', Gallimard, 1988. (Folio) 
L'aventure du général Sutter, ruiné par la découverte d'or sur ses terres en 1848. Court roman facile à lire.

*''CRICHTON. Michael, __Un train d'or pour la Crimée__'', U.G.E 10/18, 1990. (Domaine étranger) 
Un hold-up authentique et audacieux du siècle dernier : des voleurs s'emparent de la solde des soldats de Crimée (en lingots d'or) transportée par le train blindé ~Londres-Ostende. Un exploit magistralement raconté, une aventure quasi cinématographique.

*''HAYES. Bill, __Midnight Express__'', Pocket, 1987. 
Un jeune homme, emprisonné en Turquie dans des conditions sordides pour avoir essayé de passer de la drogue, raconte sa détention : la violence et le manque d'hygiène, la justice corrompue et les tentatives d'évasion. Cet excellent témoignage sur l'enfer des prisons en Turquie a fait l'objet d'un+++[ film], servi par une remarquable interprétation :
Midnight Express
de Alan Parker
USA, couleur, 1978
avec Brad David, John Hurt===

*''KLOTZ. Claude,__ Kobar__'', L.G.F., 1994. (Le Livre de poche) 
Le père de Zoltan Kobar a été envoyé en camp de concentration à la suite d'une dénonciation anonyme. Des années plus tard, Kobar, devenu un richissime marchand de tableaux, est contacté par un chasseur de nazis qui lui propose de lui révéler l'identité de l'assassin de son père. L'Amérique du Sud étant le paradis des nazis, Kobar prend l'avion pour le Pérou. Ce roman rempli de suspense au dénouement inattendu et au style extrê­mement fluide passionnera tous les adolescents, même les lecteurs récalcitrants.

*''MICHELET, Claude,  __La Nuit de Calama__'', Pocket, 1995. 
Le reportage de Christian Leyrac au Chili a mal tourné : la police de Pinochet l'a jeté en prison. L'occasion pour Leyrac d'un retour en lui-même, tandis que le souvenir de son père s'impose à son esprit. Par l'auteur Des grives aux loups, un roman mêlant actualité et introspection intimiste, avec un personnage principal d'une grande richesse psychologique.

*''ROCHEFORT, Henri, __ L'Évadé. Roman canaque__'', Viviane Hamy, 1993.      .
Après la Commune, une jeune fille pure et sensible vient rejoindre son père, vieux communard déporté à Nouméa. Un sinistre mouchard va croiser leur route.
Un roman d'aventures, truculent, coloré et mélo, dans la plus pure tradition du ~XIX" siècle. L'auteur, opposant politique du Second Empire et déporté avec Louise Michel (personnage que l'on retrouve dans le roman), s'est inspiré de sa vie pour écrire son livre. Beaucoup de dialogues. Excellent.
# ''Religion''
2 citations
Origines obscures
3 catégories de cultes: domestiques, populaires et publics
## ''Cultes domestiques''
:(Importance du pluriel)
- 1er ancêtre de la gens( homme, sauf dans la gens Julia)
- Lares et Pénates , dieux protecteurs de la famille, qui sont dans le //lararium// , à qui on fait des offrandes de fleurs ou des sacrifices.
- cultes des Morts ( dans la famille ce sont les Mânes)
- Génie Individuel
## ''Cultes populaires''
 d'origine plébéîenne ?
- culte à Céres
- Palès ( Palatin) le 21avr , date de la fondation
- jeux de la St Jean

## ''Culte Public''
 Le culte public tient autant de la religion que de la politique ou de l'administration ( les 3 ne sont pas distingués à Rome)
### Les dieux de Rome
- nombre infini des //numina// ou //virtutes// : un pour chaque action.
- Triades
 1. Jupiter - Mars - Quirinus
 2. Jupiter -Junon - Minerve ( au Capitole)
- quelques dieux: Céres (fruits), Faunus ( bétail), Janus, Vesta (foyer)

Les Romains n'ont ni cosmogonie ni théologie ni "mythologie" spécifiques, mais après le VI , via les Etrusques, ils assimilent celles des Grecs.

### Prètres
- Le roi est le chef de la religion, aidé par un collège de prètres
 __Prêtres des Dieux__
- pontifes: surveillent que les rites soient exécutés et déterminent les jours fastes et néfastes (fériés) du calendrier 
- Vestales: conservent le feu de la cité, de noble extraction, font voeu de chasteté, service de 30 ans ( 4 puis 6 puis 7)
- 12 Saliens gardent le bouclier de Mars et ses 11 copies
- 20 Féciaux: diplomates ( ambassades et déclaration de guerre)

__Avenir__
- Augures: experts officiels des signes célestes, prennent les auspices( //aves spicere//) cad observent le vol des oiseaux) . Comment le devient-on ( Cicéron en était un ) ?  Leur crédibilité finira par être presque nulle.
- Haruspices: examinent les entrailles des animaux sacrifiés pour dire si les Dieux agréent ce sacrifice.
- Interprètes des Livres Sibyllins.

### Culte
- dans des lieux ouverts ( champs puis parvis)
- prières
- sacrifices: //victima//, //hostia//, //vittae// ( reste de sacrifices humains dans gladiateurs ?)
- libations
- repas
- jeux pour la divinoté
http://cartailler.free.fr/AAAAA/A%204%e8me/romeo%20et%20juliette/

S1: Prologue et scène d'exposition.
S2: I,5: Love at first sight
S3: (expansions)
S4: III,1: Crise
S5: III, 5: Le chant de l'alouette
S6: La mort des amants: comparaisons de traductions
!R1- Les noms en -eur
!!Les noms féminins en –eur se terminent par e, u, r : une fleur.
Sauf 3 : heure, demeure, gageure(à prononcer "gajure". Une gageure est un pari).
!!Les noms masculins en -eur se terminent par e, u, r
Sauf 4 : beurre, babeurre, heurt, leurre.

!R2- Les noms féminins en i et u
!!Les noms féminins en i et u s’écrivent avec e : la mie, l’avenue.
Sauf 6 en [i] : brebis, souris, fourmi, (à la) merci, nuit, perdrix.
Sauf 4 en [u] : bru, glu, tribu, vertu.

!R3- Les noms féminins en -té ou -tié
!!Les noms féminins en –té ou –tié s’écrivent sans –e : la beauté, l’amitié
Sauf ceux qui expriment un contenu : une pelletée
Sauf 8 noms : butée, dictée, frottée, jetée, montée, nuitée, pâtée, portée

!R4- Le pluriel des noms
!!En règle générale, j’ajoute un –s.
!!!Cas particuliers :
# Les noms en au, eau, eu prennent un x. (sauf landaus, sarraus, bleus et pneus)
# Les noms en ou prennent un s. (sauf bijoux, cailloux, choux, genoux, hiboux, joujoux, poux)
# Les noms en ail prennent un s (sauf bail/baux, corail/coraux, émail/émaux, soupirail/soupiraux, travail/travaux, vantail/vantaux, vitrail/vitraux)
# Les noms en al prennent aux (sauf bals, carnavals, chacals, festivals, récitals, régals)
# Les noms qui se terminent par s, x ou z au singulier ne changent pas au pluriel.

!R5- Les noms composés
!!Dans les noms composés, les verbes restent invariables. Seuls le nom et l’adjectif peuvent prendre la marque du pluriel
exemples: des lance-pierres ; des porte-manteaux ; des timbres-poste ; des grands-pères

!R6- Les adjectifs masculins en -ile
!!Les adjectifs masculins en –ile s’écrivent i, l, e : 
ex: utile, habile
Sauf 7 adjectifs : civil, puéril (= qui fait l’enfant), subtil (=malin, fin), vil (=très mauvais), volatil (=qui s’évapore facilement), viril et tranquille.

!R7- Le pluriel des adjectifs
!!Le pluriel des adjectifs : en général, on ajoute un s : poli, polis
Sauf les adjectifs en –eau qui prennent un x : un beau train, de beaux trains et la plupart des adjectifs en –al qui font –aux : un tigre royal, des tigres royaux
Mais : 7 adjectifs en –al font –als : banals, bancals, fatals, finals, glacials, natals, navals

!!R8- Le déterminant numéral cardinal
!!Le déterminant numéral cardinal est invariable : quatre maisons, trois mille euros.
Vingt et cent prennent un s s’ils sont multipliés et non suivis d’un autre numéral : trois cents maisons (3 fois100)– trois cent une maisons
Quatre-vingts élèves (4 fois 20)– quatre-vingt-treize élèves
Cent-vingt élèves (100+20)

!!Dans les dates, on n’accorde pas. Mille peut s’écrire mil : l’an mil neuf cent

!!Les déterminants numéraux en –ante se terminent par a, n, t, e
sauf trente.

!R9- Leur(s)
!!Devant un nom, "leur" est déterminant possessif et peut s’accorder :
//Ils ont pris leurs surfs (=chacun a pris plusieurs surfs)
Ils ont pris leur surf (= chacun a pris un surf)//
!!Devant un verbe, "leur" est pronom personnel et est invariable :
//Je lui donne du chocolat ; je leur donne du chocolat//

!R10- Chaque-chacun(e)
!!Chaque = un.
!!Chaque est un déterminant et accompagne un nom; il est toujours singulier : chaque élève prend son sac
!!Chacun, chacune sont des pronoms et remplacent un nom ; ils sont toujours au singulier.
//Ces livres valent quinze euros chacun. Ces jupes valent quinze euros chacune.//

!R11- Les adverbes en -ment
!!Les adverbes en –ment s’écrivent :
''-amment'' s’ils sont formés sur un adjectif en a, n, t : complaisant, complaisamment
''-emment'' s’ils sont formés sur un adjectif en e, n, t : conscient, consciemment.

!R12- Les verbes en app-
!!Les verbes en app- prennent deux p : apporter.
Sauf 7 verbes : apaiser, apercevoir, apeurer, apitoyer, aplanir, aplatir, apostropher

!R13- es/est/et/ai
!!On utilise la méthode de substitution (c'est-à-dire qu'on remplace un mot par un autre) pour utiliser le bon homophone:

es, est sont des formes du verbe être (2ème et 3ème personne du singulier) : Tu es (étais) en retard; il est (était) en retard.

et est un conjonction de coordination qui relie 2 éléments ou 2 phrases : Il sonna. Et c'est alors qu'une femme et sa fille ouvrirent la porte.

ai est une forme du verbe avoir (1ère personne du singulier): J'ai (avais) eu de la chance.

!R14- on/ont
!!On utilise la méthode de substitution (c'est-à-dire qu'on remplace un mot par un autre) pour utiliser le bon homophone:
''on'' est un pronom indéfini sujet (3ème personne du singulier): on (il) aime chanter.
''ont'' est une forme du verbe avoir (3ème personne du pluriel) : ils ont (avaient) chanté.

!R15- son/ sont

!!On utilise la méthode de substitution (c'est-à-dire qu'on remplace un mot par un autre) pour utiliser le bon homophone:
''son'' est un déterminant possessif : il a pris son vélo (sa bicyclette; le sien)
''sont'' est une forme du verbe être : ils sont (étaient) amoureux
__''Rédaction''__: Dans son livre, Fredric Brown n'a écrit aucune scène qui se déroule dans une école. Imaginez qu'un  Martien ( ou , selon leur habitude, toute une bande) du livre « couime » dans un endroit du collège. Comment vont se passer les choses ?
          (Vous êtes libres de choisir si c'est la première apparition d'un Martien devant des humains ou non; attention, selon ce que vous choisissez les réactions des humains seront très différentes:peur, panique ou curiosité dans un cas/ agacement et lassitude dans l'autre, avec parfois des gens qui « craquent »)

  ''Consignes'': 
# Il faut garder l'énonciation qui est celle du roman: un récit postérieur, écrit par un narrateur omniscient, aux temps du passé ( passé simple / imparfait) 
# Il faut soigner les paroles des personnages au discours direct
# Il faut respecter le "caractère" des Martiens.
<HTML>
<HEAD>
	<META HTTP-EQUIV="CONTENT-TYPE" CONTENT="text/html; charset=utf-8">
	<TITLE></TITLE>
	<META NAME="GENERATOR" CONTENT="OpenOffice.org 3.0  (Linux)">
	<META NAME="AUTHOR" CONTENT="cartailler">
	<META NAME="CREATED" CONTENT="20090109;22273200">
	<META NAME="CHANGEDBY" CONTENT="cartailler">
	<META NAME="CHANGED" CONTENT="20090109;22280600">
	<STYLE TYPE="text/css">
	<!--
		@page { margin: 2cm }
		P { margin-bottom: 0.21cm }
		TD P { margin-bottom: 0cm }
		TH P { margin-bottom: 0cm; font-style: italic }
	-->
	</STYLE>
</HEAD>
<BODY LANG="fr-FR" DIR="LTR">
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
<TABLE WIDTH=618 BORDER=1 BORDERCOLOR="#000000" CELLPADDING=3 CELLSPACING=0 STYLE="page-break-before: always">
	<COL WIDTH=86>
	<COL WIDTH=517>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=26 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>Pages</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-left: 6.13cm; background: #ffffff; font-style: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>Extraits</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=47 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>36</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-left: 0.22cm; margin-right: 2.26cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«... le tatouage qui dépassait
			de sa manche, an creux de l'avant-bras. Quelques lettres noires
			perdues dans une foret dépolis blanchis par les ans »</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=15 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>92</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-left: 0.23cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«
			la guerre du Vietnam » <SPAN STYLE="font-style: normal">et </SPAN>«
			Verdun »</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=32 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>92-93</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0.01cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«J'ai
			passé une heure dans les rizières, enfoncé dans la boue
			jusqu'aux, genoux, sous un déluge de flammes, d'explosions.
			C'était absolument magnifique...»</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=31 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>93</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-left: 0.24cm; margin-right: 0.06cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«je dirige plusieurs
			bataillons français lors d<SUP>{</SUP>une action de reconquête
			de terrain à Verdun, en novembre 1916 »</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=223 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>99
			à 106</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>« entre Verdun etMontmédy »
			; « Général Boisdeffre » <SPAN STYLE="font-style: normal">;
			</SPAN>«Le capitaine deMarigny » « Thierry se demandait s'il n
			avait pas fait une grossière erreur, la veille au soir, en
			remerciant le général Pétain le 8 avril 1916 pour confier les
			rênes de la contre-attaque sur le front ouest au général
			Nivelle »</FONT></FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>« Sans le succès inespéré
			de l'offensive britannique sur la Somme fin juin 1916, qui voit
			contraint  l'adversaire   allemand,   à  y   expédier  plusieurs
			  divisions   et   à   affaiblir momentanément ses positions
			autour de  Verdun,  le front aurait été enfoncé depuis
			longtemps. Pourtant Nivelle rendait régulièrement visite à ses
			hommes sur la lign.e de feu, répétant à qui voulait l'entendre
			»...</FONT></FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«
			mai 1917 Thierry avait commandé une attaque massive sur le front
			de l'Aisne, à l'ouest de Verdun. [... 1 cette offensive risquée
			avait eu des conséquences déplorables sur le moral des soldats. 
			 Des unités combattantes, de chaque côté de la ligne de front,
			avaient cessé le feu pendant plusieurs jours, puis certaines d
			'entre elles avaient même parcouru en arborant un drapeau blanc
			le no man 's land qui les séparait pour fraterniser »</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=25 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>128
			à 132</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>La
			Serbie</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=26 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>134</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>Eglise
			de Santa Maria</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=25 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>144</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>Guernica</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=26 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>145</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>La
			légion Condor</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=232 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>156-160</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0.04cm; margin-bottom: 0cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>« On le lui avait bien
			expliqué en haut lieu, à Paris, avant son départ pour le front
			-Les troupes étaient à bout, devaient se sentir soutenues,
			reprises en main. Le général Nivelle avait enregistré trop
			d'échecs pour rester en place plus longtemps.   Pétain, écarté
			l'an  dernier, avait gardé parmi les hommes une image de chef, de
			père sévère mais juste. Il fallait pour rétablir son autorité,
			que Boisdeffre, qui représentait pour le gros des troupes le haut
			commandement le gouvernement, l'État français dans toute sa
			splendeur, soit présent pendant cette cérémonie d'expiation »</FONT></FONT></P>
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0.04cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«
			Ils avaient failli, collectivement sur toute cette ligne de front
			autour de Laon. Avaient déposé leurs fusils pour fraterniser
			avec l<SUP>f</SUP> ennemi.  Avaient selon les termes du rapport
			que Thierry., lui-même avait contresigné, &quot; refusé d'obéir
			aux ordres <SPAN STYLE="font-style: normal">&quot;. </SPAN><I>Il</I><SPAN STYLE="font-style: normal">
			</SPAN>avait fallu faire venir de nouvelles troupes de l'arrière,
			incarcérer les mutins les plus obstinés, pour permette aux
			combats de reprendre. Mais ils étaient trop nombreux, la faute
			collective était trop grande, pour qu'on pût imaginer les
			fusiller tous.  Aussi avait-il été décidé, en guise de
			punition, que seraient tirés au sort parmi les mutins ceux qui
			seraient fusillés pour l'exemple. Et que leurs frères d'armes
			eux-mêmes seraient chargés de cette besogne »</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TH WIDTH=86 HEIGHT=61 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>P163- 164</FONT></FONT></P>
		</TH>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-top: 0.07cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«
			Guernica », « avril- 1937 <SPAN STYLE="font-style: normal">», </SPAN>«
			l'aviation allemande l'a réduite en cendres », « le pays était
			pleine g<FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>en
			pleine guerre civile, entre républicains-et franquistes, et (que)
			le</I></SPAN></FONT><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>
			général Franco avait </I></SPAN></FONT><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>demandé
			à Hitler une aide matérielle, dont cette fameuse légion Condor,
			qui a bombardé </I></SPAN></FONT><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>Guernica&nbsp;».</I></SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=23 BGCOLOR="#ffffff" SDVAL="173" SDNUM="1036;">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal; font-weight: normal">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>173</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-right: 0.04cm; background: #ffffff"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«&nbsp;No
			Pasaran&nbsp;»</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=44 BGCOLOR="#ffffff" SDVAL="200" SDNUM="1036;">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>200</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-left: 0.22cm; margin-right: 0.05cm; margin-top: 0.13cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>«
			Franco a décidé de reprendre Boadilla, parce que c'est la
			dernière route qui permet aux </I></SPAN></FONT><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>troupes
			républicaines d'approvisionner Madrid assiégée. Si Boadilla
			tombe Madrid </I></SPAN></FONT><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><I>tombera...
			</I></SPAN></FONT><FONT FACE="Times New Roman, serif"><SPAN LANG="fr-FR"><SPAN STYLE="font-style: normal">»</SPAN></SPAN></FONT></FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
	<TR VALIGN=TOP>
		<TD WIDTH=86 HEIGHT=22 BGCOLOR="#ffffff" SDVAL="228" SDNUM="1036;">
			<P ALIGN=CENTER STYLE="background: #ffffff; font-style: normal"><FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>228</FONT></FONT></P>
		</TD>
		<TD WIDTH=517 BGCOLOR="#ffffff">
			<P ALIGN=LEFT STYLE="margin-left: 0.22cm; margin-right: 0.05cm; margin-top: 0.13cm; background: #ffffff">
			<FONT COLOR="#000000"><FONT SIZE=2>«&nbsp;16 juillet 1942&nbsp;»</FONT></FONT></P>
		</TD>
	</TR>
</TABLE>
<P STYLE="margin-bottom: 0cm"><BR>
</P>
</BODY>
</HTML>
# Quel est le métier de Luke Deveraux ? ''Il écrit des livres de science-fiction''
# Pourquoi Luke est-il dans le désert au début du livre ? ''Il cherche l'inspiration dans la cabane d'un ami.''
# Les Martiens "couiment"; Que cela signifie-t-il ? ''Il peuvent apparaître où ils veulent quand ils veulent.''
# Quelle nouvelle le Martien apprend-il à Luke sur son amie ? '' Qu'elle le trompe avec Harry''
# Décris l'apparence physique des Martiens. Donne 3 mots pour décrire leur caractère. ''Ils mesurent entre 50 et 75 centimètres, sont verts, avec une tête ronde et un blouson gris métalisé (ils sont "typiques"). Ils sont farceurs, méchants, énervants, racistes...''
# A combien sont-ils estimés sur Terre ? ''1 milliard (environ 60 millions aux USA)''
# A leur arrivée, quel téléfilm perturbent-ils ?'' Une représentation en direct de __Romeo et Juliette__''
# Qui est "Toto" ? ''Le nom que les Martiens donnent à tous les hommes ( ils appellent toutes les femmes "Choupette")''
# Dans quel but sont-ils venus sur Terre ? ''Personne ne le sait, ils ne le disent pas''
# Pourquoi depuis l'arrivée des Martiens est-il difficile de conduire une voiture ? ''Ils couiment à côté des conducteurs et se moquent de leur conduite ou ils couiment dans leur champs de vision pour gêner leur conduite.'' 
# Pourquoi Luke va-t-il voir un psychologue ? ''Pour suivre une formation accélérer de psychologue et ne pas rester au chômage.''
# En quelle année se déroule le roman ? Dans quel pays ? Dans quelles régions de ce pays ? ''1956 ou 1962; aux USA; sur la côte Ouest et la côte Est.''
# Quand Luke retrouve le goût d'écrire, quel genre de livres écrit-il ? ''Il écrit des westerns (plus personne n'aime la SF)''
## Pourquoi Luke est-il interné dans un asile psychiatrique ?''Ni il  ne voit plus les Martiens, n'il ne les entend plus: il pense que les autres sont victimes d'hallucination.''  
# Le secrétaire des ~Nations-Unies fait une intervention à la radio. Quel système empêche les Martiens de "parasiter" l'intervention? A cette occasion, que promet l'humanité ? Comment réagissent les Martiens ? ''Le micro est branché directement sur le larynx; l'humanité promet en un seul cri de ne plus se livrer à la guerre pour que les Martiens cessent de la harceler; ils sont tout à fait indifférent à cet appel.''
# Qu'est-ce qui fait disparaître les Martiens ? ''Le roman n'est pas clair: le plus probable est qu'ils n'étaient qu'une hallucination collective, jaillie de l'imagination de Luke. 3 explications sont données par le narrateur: les incantations d'un sorcier africain, une machine artisanale d'un vieil homme solitaire ou le retour de Luke sur les lieux de la première rencontre, pour l'"annuler"''
# Qu'as-tu pensé de ce livre ?
S4:Résumer le livre
On ne résume que l'histoire, c-à-d les actions des personnages. On abandonne le style, la longueur ou l'ordre du récit.

Principes:
Ecrire au présent , en enchaînant les actions dans leur ordre chronologique, sauf si le roman est écrit « contre » la chronologie ( Quand j'avais 5 ans.. n'a pas  une construction régulière.

On fait des phrases simples.

On se concentre sur l'intrigue principale.

On ne donne pas son avis personnel.
S2: Relever les indices qui permettait d'anticiper la fin

Indices qui égarent:
– Fortunato camoufle les taches de sang et dépose la chatte
– Fortunato est un enfant désiré et attendu longtemps. Il est l'héritier du nom: il« annonçait d'heureuses dispositions ».
[Etre un héritier, c'est plus de devoirs que de droits]
(attention, nous lisons avec nos connaissances: qui aujourd'hui imagine qu'unpère qui aime son fils peut le tuer ?)
– Fortunato: ce prénom signifie « qui a un bon destin » ( nom antiphrastique)

Indices qui orientaient:
– Fortunato n'offre pas sa protection, il la vend .
– Remarque de Gianetto que F. n'est pas le fils de Mateo.
– Mateo est calme, mais il est toujours armé et il est présenté comme un adversaire redoutable: il est impitoyable.

Relever à quels animaux les personnages sont comparés ? (p 38 à P44)
|!Fortunato |!Mateo |!Sens des comparaisons|
|chat |lynx |Animal domestique et animal sauvage( les 2 sont des félins)|
|paon |(lynx) |Animal de basse-cour(symbole de la vanité) et animal de forêt|
|Daim |(lynx) |Proie et prédateur|

Ces comparaisons ne sont pas dues au hasard. Notons que:
– Mateo vit dans la forêt ( Gianetto est un lion)
– Fortunato est comparé à des animaux « faibles »
– Ces mots sont des monosyllabes
Elles donnent un certain sens de lecture à la nouvelle.
S3: L'exterieur de la fiction
On a relevé les indices dans l'histoire ( ce qu'a écrit l'auteur).
On peut trouver des indices aussi dans le contexte socio-historique de la fiction.
Le contexte socio-historique d'une histoire, c'est où et quand se déroulent les
événements ( synonyme de « circonstances »).
Le contexte socio (où: dans quelle société, dans quel lieu ?) - historique (quand?) de la
nouvelle:
– en Corse ( cela supose un type de comportements) , dans le maquis de Porto-
Vecchio.
– Au XIXème siécle, avant la date d'écriture de la nouvelle (1829)
Il faut connaître la Corse de l'époque:
– le code d'honneur, le mépris de la honte ( la vendetta:l'obligation de laver un
affront par le sang de celui qui a humilié).
– le droit d'un père de famille de tuer son fils ( pour Mateo , est-ce un droit ou un
devoir ?)
– les bandits du maquis, aidé par les bergers et la méfiance généralisée de la police et
de l'Etat. ( aujourd'hui encore, la Corse appliquerait l'omerta et l'assassin présumé
du préfet Erignac s'est caché dans le maquis).
Savoir cela permettait d'anticiper sur l'histoire de la nouvelle
( vous pouvez lire Colomba de Mérimée).
Un roman, même s'il n'est pas réaliste, contient des "traces" de l'époque à laquelle il a été écrit. Où ?
- les personnages: équipement, pensées, comportement
(ex: de l'épée et du pistolet laser: au MA, on aurait pas eu l'idée du second: l'imagination date d'une époque). Ces détails apportent des informations sur comment on vivait.

- la façon dont le narrateur-auteur (et donc ses personnages)
envisage et comprend le monde. 
(ex: comment est l'au-delà)
Situation Initiale: début du récit (le « blabla » du narrateur, qui est particulier à un texte)/ souvent à //l'imparfait//.
Element modificateur: début de l'action/ au //passé simple//
Péripéties: actions 
Résolution: fin de l'action
Situation finale: dans quel état quitte-t-on les personnages
!A partir de tes deux personnages  principaux, la victime et le criminel (de façon plus large, le fauteur de troubles), ton histoire peut déjà naître.
Cela implique que tu fasses jouer ta capacité d' associations et de déductions, c'est-à-dire ton imagination et ta logique...
''Inventons deux personnages en conflit'', dans un ''cadre familier, la cantine du collège''.
''Le meurtrier est le professeur de chimie'', individu extrêmement sérieux, souvent dans sa bulle, un maigre très sec au teint olivâtre qui griffonne frénétiquement des notes sur son carnet jaune. Des collégiens indiscrets ont bien remarqué qu'il s'agissait de formules chimiques. Lui-même absorbe fréquemment des gélules de toutes les couleurs.
La victime est le cuisinier de la cantine, un petit rougeaud qui rit facilement. Il prend son travail très au  sérieux et, fait remarquable, sa cuisine est plutôt sympathique.

Quel lien existe-t-il entre ce professeur de chimie et ce cuisinier qui expliquerait leur secret ? Ici, tu notes toutes les associations qui te viennent à l'esprit, quant aux particularités de chacun :
*professeur de chimie : expérience, substance, invention, savane fou, cobaye, dominer le monde, dangereux, bienfait, humanité, soigner, science, détonation, laboratoire, cornue, alambic, réaction chimique...
*cuisinier : plat, nouilles, nourriture, générosité, abondance, ingrédients, farine, sucre, œufs, carottes, infect, indigestion, crises de foie, boutons, mélange, passoire, cocotte minute, recette..

Les éléments que possèdent en commun l'un et l'autre doivent te frapper : la cuisine équivaut au laboratoire, les casseroles et les entonnoirs jouent le rôle des cornues et des alambics...
Imaginons que le chimiste conçoive des produits que le cuisinier introduit dans ses plats... ce qui est bien entendu invraisemblable. Sur qui expérimentent-ils les produits ? Sur les élèves qui déjeunent à la cantine . Et quel genre de produit? Là encore, note ce qui te passe par la tête sans te censurer :
*potion pour rendre plus intelligent 
*pour mettre en colère 
*pour rendre plus docile, voire transformer en robot... hypothèse que nous choisirons.

Le professeur et le cuisinier ont passé un pacte : si l'invention réussit, ils la feront commercialiser et chacun touchera la moitié du pactole.
Le cuisinier a déjà introduit plusieurs substances dans ses plats, lesquels n'ont pas eu des effets inattendus sur les adolescents tels que : crises de fou rire, de larmes, indigestions, éruptions de furoncles, envie soudaine de grimper aux arbres, désir de redevenir bébé...
Les symptômes bizarres qui se sont déclenchés, ont attiré l'attention sur le cuisinier, soupçonné d'employer des produits douteux. Celui-ci a donc décidé de rompre l'alliance et menace de dénoncer le professeur de chimie qui décide alors de 1'assassiner.
Le cuisinier prépare un énorme pot-au-feu. Le chimiste y glisse une pincée de sa poudre spéciale. Si on en ingère, on se met à avoir chaud-chaud-chaud et on n'a plus qu'une envie .- se jeter tête baissée dans n'importe quelle surface liquide. Et voilà que le malheureux cuisinier plonge tête la première dans son pot-au-feu et périt dans les gros bouillons de son chaudron.
Grâce aux associations, tu peux réussir à construire ton histoire et à inventer, petit à petit, tous les personnages qui entourent ton meurtrier et ta victime, inventer un détective, créer des personnages secondaires dont l'un sera le premier suspect et ainsi de suite.

Grâce aux associations, tu peux réussir à construire ton histoire et à inventer, petit à petit, tous les personnages qui entourent ton meurtrier et ta victime, inventer un détective, créer des personnages secondaires dont l'un sera le premier suspect et ainsi de suite.L'élucidation du mystère se fait par la révélation progressive du secret qui lie le meurtrier à sa victime. Tu ne dois pas dévoiler le caractère et les habitudes du prof de chimie que, pour le moment, tu mets à l'abri de tous soupçons . Comment ?
*En lui donnant un alibi irréfutable.
*En le montrant falot, sans personnalité.
*En faisant de lui un ami de la victime.
*En le chargeant de l'enquête.

!Essaie également de détourner l'attention du lecteur du véritable coupable en fabriquant un suspect. 
Par exemple :
La fiancée du cuisinier dont il voulait se séparer,
Son apprenti-cuisinier qui veut prendre sa place,
Le directeur de l'école parce que sa femme lui faisait les yeux doux.
La piste de l'accident n'est pas à écarter .
Sujet à des pertes d'équilibre, le cuisinier est tombé dans sa potion. Plus vraisemblable, la thèse du suicide en pleine crise de folie.
''Le détective n'envisagera la vérité qu'en dernier.''

!Qui sera ce détective ?
Un apprenti-détective, garçon ou fille, très gourmand gui découvrira, en goûtant certains plats, qu'ils ont des effets vraiment très très spéciaux. Cet(te) adolescent(e) peut d'ailleurs agir dans l'ombre du policier venu enquêter officiellement et qui lui, n'aura jamais la curiosité de goûter les plats de la cantine !

!EN RESUME
Exploite bien le milieu dans lequel tu te trouves : ici la cuisine et le collège.  
Et sache que si tu définis bien les personnages de ta victime et de ton meurtrier, ton histoire viendra  plus facilement, à partir du conflit qui les oppose.
Une   image   sympathique   pour tromper   le   lecteur
 Imaginons un personnage sympathique à tous. Si nous sommes à la bibliothèque, ce sera la conteuse qui captive les enfants en disant ses histoires. Partir d'une image physique donne souvent des idées et anticipe sur le caractère. Tu peux t'inspirer de celle que tu connais. Disons qu'elle a dans tes 30 ans, qu'elle est grande, brune, bien en chair, habillée de jupes longues et chatoyantes, souvent enveloppée de châles colorés, et qu'elle porte de nombreux bijoux.
!Personnage   de   l'assassin
__Détail caractéristique __: a un très grand nez et en est fière.
__Objet fétiche __: possède un gros sac à dos gonflable qui contraste avec ses jupes.
__Tic, manie__ : a les lèvres qui se retroussent quand elle est mal à l'aise.
__Nom __: dans la vie, tu peux t'appeler Lenoir ou Martin sans être pour autant quelqu'un de banal, mais dans un roman, le nom est très important. Selon la personnalité de celui qui le porte, il peut être surprenant, amusant. lourd, grave, ou impossible ! Nous l'appellerons Rita Mégolé : un prénom étranger et un nom peut-être français.
__Caractère__ : chaleureuse, elle parle et rit beaucoup mais elle a un côlé très froid et calculateur. C'est un personnage ambivalent, double, qui a autant de côtés positifs que de négatifs. Elle prétendait être l'amie de la victime qu'elle voyait même en dehors de son travail.
__Secret de Rita Mégolé__ : son père l'a abandonnée quand elle était toute petite et elle l'a retrouvé sans toutefois lui avouer la vérité. C'est l'un des témoins
__Son mobile__ : elle tue pour protéger son père. Elle compte bien lui avouer plus tard son geste, espérant par là être enfin acceptée.
Nous imaginerons que Rita Mcgolé tue sa victime d'un coup de poignard dans la nuque... acte que la police suppose d'abord avoir été commis par un homme.
!La  bibliothécaire 
__Image __: inspire-toi de colle que tu connais. Quarante-cinq ans, petit maigre,brune et bouclée, le visage avenant. S'habille très simplement de jeans el de pull-overs.
__Le détail qui frappe : __elle porte de très beaux châles chinois avec ses tenues très simples.
__Un tic, une manie__ : elle cligne des yeux quand elle parle, d'un air très compréhensif.
__L'objet-fétiche__ : elle a un portable en ivoire !
__Son nom__ : si elle a quarante-cinq ans, elle n'a pas forcément un nom à la mode. Imaginons Ariette Bîmes et décomposons : Arles est une ville du sud, le terminal ette évoque un diminutif, ce qui donne l'idée d'une femme du sud, plutôt petite. Ariette rime avec belette, l'animal fouineur, et ablette, le poisson vif. Bîmes rime avec victime et abîme. Ariette Bîmes deviendrait-elle victime parce qu'elle a trop fouiné ?
__Son secret__ : elle adore le luxe, les beaux habits mais son salaire ne lui permet pas d'exaucer ses rêves. Elle veul prendre sa revanche. Elle montre une oreille attentive aux autres, mais elle fouine et découvre leurs secrets qu'elle monnaie. Quelques uns des lecteurs de la bibliothèque sont soumis à son chantage. Voilà pourquoi elle se fera tuer. Elle a découvert que M, Fresque, directeur de la bibliothèque et auteur d'un roman policier à succès, avait pillé le texte d'un auteur anglais inconnu du début du siècle. Or, M. Fresque est le père de Rita Mégolé.
__Notre modeste astuce__ : tout simplement, Rita Mégolé sème de faux indices pour faire accuser l'assistant-bibliothécaire qui lui, avait des raisons connues de se débarrasser d'Ariette Bîmes.
Tu trouves cette histoire tirée par les cheveux ? Bien entendu ! À toi de tirer profit des critiques que tu noteras pour en créer une meilleure.
!Le bibliothécaire-adjoint  
__Image __: 25 ans. Long jeune homme roux 
__Détail qui frappe __: rase lès murs.
__Objet-fétiche__ : un. game-boy auquel il joue compulsivement
__Tic __: prend des calmants.
__Son nom __: Paul Poker, qui évoque un joueur.
__Son caractère__ : apparemment très timide. Aime la solitude. Peut avoir des émotions très violentes. Adore l'informatique et les jeux vidéo. En conflit ouvert avec la victime dont il supportait mal l'autorité.
!Le directeur
__Son image __: 55 ans. Taille moyenne. Moustachu. Cheveux très abondants. Porte des pattes.
__Détail qui frappe__ : note souvent ce qu'on lui dit sur un carnet (n'a aucune mémoire).
__Tic __: se touche souvent les oreilles et les cheveux.
__Objet-fétiche __: son gros marqueur noir.
__Nom __: Etienne Fresque.
__Caractère__ : très froid. Imbu de sa culture. Mû par un désir de revanche, éprouve une grande agressivité quand on le contrarie. A été rocker dans sa jeunesse niais est devenu très sérieux. S'entendait plutôt bien avec Arlette qu'il avait choisie lui-même. 
Son secret : chauve, porte une perruque. Il a écrit un roman policier qui a eu le Prix Poison 99 et connaît un vif succès. Roman... dont il n'est pas l'auteur. La bibliothécaire est la seule à avoir mis la main sur le manuscrit qu'il a pillé.
!L'adolescent
__Son image__ : seize ans, très grand, très brun,ténébreux.
__Détail qui frappe__ : dessine sans arrêt et quand il n'a pas de papier sur lui,dessine dans sa main droite... car il est gaucher !
__Tic __: se mord les lèvres.
__Objet-fétiche__ : son feutre noir.
__Nom__ : il s'appelle Giorgio.
__Caractère__ : très cérébral, il est habitué à ce qu'on lui fasse des compliments. N'éprouvait que de l'indifférence à l'égard de la victime mais pourquoi diable a-t-il menti sur son alibi ?


!Notre détective
Revenons à notre bibliothèque. L'un des témoins est une fille de quinze ans qui venait préparer un exposé. Elle sera notre détective.
__Image __: petite, rousse avec des taches de rousseur, le ne/, un peu rond.
__Détails frappants__ : a les coins de la bouche qui remontent, de telle sorte qu'on croit qu'elle sourit toujours. Porte un bonnet de lutin. A des talons très hauts qui claquent.
__Manie__ : pose de nombreuses questions.
__Objet-fétiche__ : possède un fume-cigarette composé de petits miroirs réfléchissants alors qu'elle ne fume pas.
__Caractère__ : passe son temps à lire. Très imaginative et curieuse de tout.
__Nom __: Tu te creuses encore la cervelle pour lui trouver un nom ? Bérénice ou Betty ? Sue-Ellen ou Shirley ? Rosa ou Mâcha ? Angélique ou Frédérique ? Nous choisirons Lou qui est bref et affectueux.
__Son secret__ : elle en veut à Arlette d'avoir répété à son père qu'elle sortait en compagnie d'un voyou du quartier.
!Ce qui caractérise le détective : sa   méthode
__Les manies de l'enquêteur__ : Lou qui adore les livres va examiner ceux que les suspects empruntent à la bibliothèque. Le choix des sujets, les notes dans la marge, les mots soulignés, les pages cornées ou d'autres traces construiront autant d'indices. 
__Le faire-valoir de l'enquêteur__ : tu peux flanquer ton détective soit d'un policier dont, il se moque un peu, comme Lupin qui raille Ganimard, ou d'un compagnon moins brillant qui, tel le Docteur Watson, qui écrira les enquêtes de son ami.
__Le policier__ : il peut intervenir pour ouvrir le collège et la bibliothèque sur le monde extérieur mais il est facultatif. Dis-toi que la présence d'un policier implique que tu ne commettes pas d'erreur sur le milieu de la police.

----
Si nous reprenons l'énigme de la bibliothèque, qui sera l'associé de Lou ? Eh bien, Giorgio, dont le père est policier et qui veuf, mènera l'enquête à sa façon. Il ne sera pas un faire-valoir mais un concurrent : tous deux ont des idées opposées sur la méthode, Giorgio plus logique, Lou plus intuitive. Imaginons aussi que, sous leurs chamailleries apparentes, ils paraissent amoureux l'un de l'autre, mais ne précisons rien, l'ambigüité est plus affriolante.
Il existe des conflits entre les divers personnages. Par exemple, Lou et Giorgio, qui sont dans la même classe, se disputent la meilleure note en français. Lou aime bien le directeur car elle est fan de romans policiers mais son intuition lui dit : méfiance. Le sous-directeur l'agace à cause de ses airs sournois. Giorgio n'aime pas beaucoup le directeur qui le traite en petit garçon. La conteuse, trop extravertie, l'agace. Paul Poker en veut au directeur qui l'exploite, etc.
!Exemple de début possible
//Lou fourra un canapé au jambon dans sa bouche et fixa son attention sur M. Fresque. Le directeur essuya son front avec un mouchoir blanc large comme, une serviette et jeta un regard furtif autour de lui. Pourquoi semblait-il aussi nerveux ? Tous les Lecteurs de la bibliothèque étaient venus assister à son triomphe ! Etait-ce à cause de la chaleur ? L'air saturé de fumée devenait irrespirable. Pourquoi diable n 'ouvrait-on pas les fenêtres ? Dehors, il faisait moins dix et le, baromètre mural indiquait invariablement 25°. « Buvons à tous les romans policiers que vous écrirez par la suite., Monsieur Fresque », dit Arlette en souriant.//
M. Fresque semble inquiet, sera-t-il la victime du crime ? On verra plus tard qu'il craint simplement qu'Artette, qui vient de lancer une remarque ironique, ne révèle son secret : il n'est pas l'auteur de son livre. Mais cela, le lecteur ne le sait pas.
!Notre   histoire
Le lendemain du cocktail, après l'heure de fermeture de la bibliothèque, vers dix-neuf heures. Tous les personnages sont réunis dans la grande salle sauf Arlette qui travaille encore dans son bureau, au deuxième étage. Tour à tour, les personnages vont s'absenter de la salle... tous. C'est Lou qui va découvrir le corps de la bibliothécaire, poignardée avec un poignard marocain qui se trouvait sur sa table. 
!Premiers indices.
Une odeur flotte.
Il y a des cendres et des mégots dans un cendrier.
Des verres d'apéritif.
Des traces de pas.

Dans notre histoire, un escalier intérieur relie le premier étage au deuxième. Le meurtrier est donc nécessairement passé par là, après avoir refermé la porte du bureau d'Arlette. Mais... la porte de la bibliothèque qui donnait sur la rue était fermée puisqu'il était dix-neuf heures. Apparemment, le meurtrier était sur les lieux.
L'arme qu'a utilisée Rita Mégolé est un poignard marocain mais elle portait des gants. Pas si bête !
La recherche des indices : objets, détails, rien ne doit être laissé de côté.

Le policier découvre des cendres par terre... Il détecte qu'il s'agît des mêmes que celles laissées par les cigarettes haïtiennes de Paul Poker. Une fausse piste, bien sûr. Et Lou, par ailleurs, se rend compte que le portable en ivoire qu'Ariette avait toujours avec elle, a disparu. Intuitivement, elle est sûre que c'est important.


Paul Poker, interrogé en premier, avoue être sorti une fois de la bibliothèque pour aller se laver les mains. Certains témoins diront que son absence a duré un certain temps. Les autres avoueront être montés voir Ariette.
Après avoir interrogé tous les témoins, l'enquêteur est déboussolé : la scène du meurtre n'est jamais la même selon celui qui la raconte. Elle ne peut être reconstituée qu'à travers des témoignages contradictoires.


Dans le meurtre de la bibliothécaire, il s'agit d'un gamin qui dit. avoir vu Paul Poker à la fenêtre du deuxième étage alors qu'il prétendait ne pas y être allé. Il ne dit pas « Paul Poker » car il ne le connaît pas, mais d'après son signalement, tout le monde reconnaît le sous-bibliothécaire.
Chez nous, le policier suspecte Paul Poker : à cause du témoin surprise et de la présence des cendres haïtiennes sur les lieux. Le lecteur sait pourtant qu'il n'est pas le meurtrier. La suite de l'enquête.devra prouver son innocence.

Les   livres   de   la  bibliothèque
Lou a l'idée de jeter un œil sur les livres que les témoins ont récemment empruntés à la bibliothèque. Elle va découvrir dans leurs pages des indices intéressants. Paul Poker ne laisse rien au hasard, aucune note, il ne corne pas ses livres et les marque d'un marque-page en carton jaune. Il n'aurait jamais laissé de la cendre de cigarettes sur les lieux . Giorgio, qui a l'air si métic